Randstad touché par la conjoncture | L'oeil de Lynx RH | Scoop.it
Le bénéfice net chute de 79 %.
Les agences hébergées, une priorité.

Au creux de la vague en 2012, le néerlandais Randstad, numéro deux mondial du travail intérimaire, anticipe un courant plus porteur sur les mois à venir. Laminés par les contre-performances de ses filiales européennes, le groupe a accusé une chute de 79 % de son bénéfice net sur l'exercice écoulé, à 36,7 millions d'euros, et une baisse de 49 % de son résultat opérationnel, à 127,6 millions d'euros. Gonflé par des acquisitions aux Etats-Unis, le chiffre d'affaires a crû de 5 % en 2012, à 17,1 milliards d'euros.

En France, le plan de réorganisation prévoyant la suppression de 180 implantations, est embourbé dans les arcanes juridiques et administratifs. « Les marges ne sont pas à un niveau acceptable en France », justifie Ben Noteboom, directeur général de Randstad.