lutte contre la dépigmentation artificielle
4.2K views | +2 today
Follow
lutte contre la dépigmentation artificielle
L’Association internationale d’information sur la dépigmentation artificielle (Aiida) a organisé, samedi, une randonnée pédestre. Cette mobilisation avait pour but d’inciter les autorités à retirer les corticoïdes du marché des cosmétiques, à cause de leurs méfaits sur la santé des usagers.
Curated by Makhtar Loum
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Pourquoi la peau noire perd t-elle la cote en Afrique?

Pourquoi la peau noire perd t-elle la cote en Afrique? | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
Pourquoi la peau noire perd t-elle la cote en Afrique?
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Malawi: des drones pour faciliter le dépistage du Sida en milieu rural?

Malawi: des drones pour faciliter le dépistage du Sida en milieu rural? | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
Le Malawi a commencé à tester un drone, non pas à des fins militaires, mais médicales. Le ministère de la Santé et le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) espèrent utiliser cet avion sans pilote pour permettre aux enfants potentiellement séropositifs d’accéder plus rapidement aux tests de dépistage contre le VIH.
C’est un vol de 10 kilomètres. Il ne marquera pas l’histoire de l’aviation, mais passera peut-être aux annales de la lutte contre le Sida. Pour la première fois en Afrique, un drone a été utilisé pour transporter des tests de dépistage contre le Sida. A Lilongwe, lundi et mardi, il s’agissait de faux tests, mais cet avion sans pilote apportera peut-être un jour la réponse à un vrai problème.
Gagner du temps
Au Malawi, 10 % de la population adulte est séropositive et plusieurs milliers d’enfants meurent chaque année du VIH. Le ministère de la Santé et l’Unicef cherchent donc, en priorité, à bloquer la transmission du virus de la mère séropositive à l’enfant, dès la naissance, grâce à des antirétroviraux. Cela fonctionne dans la plupart des cas, mais pas toujours. On vérifie donc si le bébé est porteur du virus à l’âge de six semaines.
Il suffit de lui prendre une goutte de sang, qu’on laisse tomber sur un « papier buvard » qu’on envoie au laboratoire. Si le résultat est positif, on donne aussitôt des antirétroviraux à l’enfant. Le « hic », c’est que ce processus prend trop de temps en milieu rural.
Là-bas, une mère séropositive peut attendre jusqu’à trois mois avant de savoir si son bébé est lui aussi porteur du Sida. C’est long, surtout quand on sait qu’il faut donner des antirétroviraux le plus vite possible aux enfants séropositifs. Réduire les temps de transport pourrait donc permettre aux enfants séropositifs de prendre leur traitement plus rapidement.
Réduire les coûts
Se pose aussi la question des coûts. Le drone utilisé fonctionne à l’énergie solaire. Ses piles sont donc rechargeables. Selon Mahimbo Mdoe, représentant de l’Unicef à Lilongwe, Il pourrait donc permettre de réduire les frais de prévention, qui rappelle que « pour le moment, pour transporter ces tests par véhicule ou par motocyclette, ça coûte environ un million ou un million et demi de dollars par an ».

Auteur: Rfi - Seneweb.com
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

The Unfair And Lovely Campaign Is Embracing Darker Skin Tones

The Unfair And Lovely Campaign Is Embracing Darker Skin Tones | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
The Unfair And Lovely Campaign Is Embracing Darker Skin Tones
GTFO, skin lightening creams.

2

The world is unfortunately rife with various -isms. Racism and sexism often get a ton of attention, and for good reason. But colorism, or holding lighter skin tones up as more beautiful, is another damaging practice that can make some people feel like they’re less worthy than others. Given that society is generally more critical of women’s looks than men, colorism typically affects women more. And just like racism and sexism, colorism is often present in advertising—just take the recent Thai ad that proclaimed “whiteness makes you win.” 

Pax Jones, a 21-year-old photographer in Texas, isn’t having it. Along with some other fed-up women, she launched Unfair And Lovely, a campaign celebrating dark-skinned  women in all their glory. The photos feature sisters Mirusha and Yanusha Yogarajah looking not only beautiful, but undeniably badass, as if they’re almost daring the viewer to see them as anything but powerful. It’s impossible. 


Share
Share


Share
Share

“The series was purely a creative project that I developed to combat underrepresentation of dark skinned people of color in media,” Jones tells SELF in an email. She describes it as “Tamil-centered,” meaning its focus was originally on people from parts of India and Sri Lanka. “Mirusha’s experiences of being dark and South Asian helped me conceptualize the critical intersection that colorism rests at between various communities worldwide,” says Jones, who is a black woman. “I realized that our experiences of colorism overlapped so much,” she explains. After the photos went live on Jones’ website, a friend of hers suggested they turn Unfair and Lovely into a hashtagged movement. 

The campaign references Fair and Lovely, a skin lightening cream that says on its website its debut provided “hope to millions of women around the world, especially in Asia, who desired fairer and even-toned skin, for how it made them feel about themselves, and for how it made the world see them.” The product came onto India’s beauty scene in 1975, and Fair and Handsome for men followed in 2005, according to The Atlantic. As recently as 2013, skin lightening products raked in over $400 million each year in India, more than Coca-Cola and tea. 

Some of the products maintain that women are most desirable for marriage when they have fair skin, with some Indian matrimonial websites even emphasizing the importance of fair skin in matchmaking. Needless to say, people should be able to feel worthy in their own skin sans any lightening creams. “[These products] are damaging to society as a whole,” says Jones. “They undermine the beauty of a select group of people and perpetuate various systems of oppression.” 

From March 8-March 14, the team behind Unfair and Lovely has joined forces with Reclaim the Bindi, a “campaign that fights cultural appropriation by promoting those who identify with the bindi reclaiming their cultures,” according to their Instagram. Together, the two movements have sparked an outpouring of women speaking up about their identities in a really beautiful way. Here, a sampling of some of the gorgeous women showcasing how much they love themselves and their backgrounds. 


The movement is “especially for the dark-skinned individuals who are further other-ed for reasons in addition to their complexion,” says Jones, who calls out people of color who are “queer, trans, non-binary, poor, differently-abled, and fat” among others. “We’re taught that it’s impossible to be all of these things and beautiful,” she explains. 


“The response [to the campaign] has been beautiful. I’ve read many accounts about how the hashtag has helped with self-esteem and self-affirmation of individuals from Australia, West Africa, and South Asia to the U.S. and Caribbean,” says Jones. 


As wonderful as most of the reaction has been, nothing on the internet is without controversy. Jones notes that some people have responded by saying, “Well, I was made fun of for being pale! I wish I were tan.” While dark skin is clearly beautiful, these kinds of statements can be hurtful because they make it seem like having dark skin is a walk in the park, which it certainly isn’t sometimes. “[Those responses are] devoid of examination of the violence associated with racism and colorism,” says Jones.
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Surpoids, diabète, tabagisme... : le smartphone peut aider à les éviter - Pharmageek

Surpoids, diabète, tabagisme... : le smartphone peut aider à les éviter - Pharmageek | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
maladie cardiovasculaire, de diabète ou d’autres pathologies. C’est ce que…

Source: www.futura-sciences.com
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Evaluation des établissements de santé avec Hospitalidée - Buzz-esanté

Evaluation des établissements de santé avec Hospitalidée - Buzz-esanté | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
Une nouvelle plateforme web d’évaluation des établissements de santé a été lancé il y a quelques semaines : Hospitalidee.fr. Découverte.

Pour permettre au grand public et aux patients de choisir le bon établissement de santé, une nouvelle plateforme d’évaluation en ligne a vu le jour : Hospitalidee.fr.

Cette plateforme propose des avis anonymes et sécurisés de patients pour permettre à d’autres patients de s’orienter plus facilement vers le bon service de santé. Les avis portent nécessairement sur l’organisation des soins et concernent l’ensemble des services d’un établissement de santé : cardiologie, rhumatologie, urologie, neurologie, ophtalmologie, ostéopathie, radiologie…
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Sud Quotidien SENEGAL | FOISONNEMENT DES DERMATOSES ET LA VARICELLE CHEZ LES ENFANTS

Sud Quotidien SENEGAL | FOISONNEMENT DES DERMATOSES ET LA VARICELLE CHEZ LES ENFANTS | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
Les dermatoses, la varicelle sont très présentes dans les postes et centres de santé de Dakar. Elles font parties des principaux motifs de consultation chez les enfants en cette période d’hivernage. En atteste, il ne se passe pas une journée sans qu’une femme n’arrive avec son enfant souffrant soit dermatoses ou de varicelle. Toutefois, il est à noter que dans les structures sanitaires visitées, aucun cas de rougeole n’a été signalé même si le ministère de la Santé et de l’Action sociale en a annoncé 33 cas à Dakar la semaine dernière dans les ondes de Sud Fm.
 
L’hivernage bat son plein dans la région de Dakar avec de fortes pluies. Des enfants qui sont la frange la plus fragile et la plus exposée en cette période se baignent souvent sous la pluie, tandis que d’autres s’activent à jouer dans les eaux stagnante où ruisselante. Un jeu qui les explose aux dermatoses, qui est le nom utilisé pour désigner toutes les affections de la peau, et par extension, celles des ongles ou des cheveux, causant ainsi des ravages. Même les plus jeunes, les nourrissons,  qui ne sont pas touchés, sauf exceptionnellement, par les eaux de pluies, n’y échappent pas avec la forte canicule qui sévit en ce moment. 
 
Et, comme si cela ne suffisait pas, la varicelle est venue s’y ajouter, corsant du coup le calvaire des enfants âgés de moins de 12ans et leurs mamans qui les accompagnent au niveau des structures de santé. Dans les différents  postes, centres de santé, hôpitaux et dispensaires visitées, le personnel soignant nous confie qu’elles sont l’une des principales causes de consultations. «Nous recevons chaque jour des enfants souffrant de dermatoses. Si ce n’est pas des abcès qui les sortent sur le corps, ce sont des boutons», a souligné Sophie, l’infirmière de garde au poste de santé des Hlm1.
 
Au centre de santé situé au Hlm4, au dispensaire des sœurs Charles Foucauld à baobab, c’est le même constat. Les parents patientent avec leurs enfants en attendant de voir le médecin. Ici, on nous confie c’est toujours pareil en période d’hivernage. Pour Pierre Faye, infirmier d’Etat, chez les sœurs et s’occupant des enfants, confirme. «C’est toujours pareil en période hivernale. Les dermatoses occupent plus de 50% des consultations.»  
 
PAS ENCORE DE CAS COMPLIQUE
 
En ce qui concerne les causes de cette maladie, elles peuvent être multiples, selon les spécialistes de la santé. Elle peut être de source allergique comme l’eczéma, inflammatoire  comme l’acné, infectieuse comme une mycose, due à une maladie, ou à une intoxication, comme les réactions cutanées à des toxiques appelées toxidermies. Pour les cas cliniques, Pierre Faye soutient, qu’ils sont à des degrés très minimes. «Nous n’avons pas encore un cas compliqué. On sent une nette évolution après quelques jours de traitement, mais il arrive que nous soyons dépassés par certaines situations. Là on les oriente juste vers les spécialistes».
 
Au niveau d’Hôpital général de Grand Yoff (Hoggy), docteur Siré Sané, confirme la présence des dermatoses.  Toutefois, elle avance que ces cas ne sont pas très présents car les parents préfèrent s’orienter vers d’autres structures de santé moins chère que la leur et ils ne reviennent vers eux que quand la situation les dépasse. 
 
A coté des dermatoses figure la varicelle qui se manifeste chez les enfants de 1 à 14 ans. Pour rappel, la varicelle est une maladie très contagieuse et courante chez les enfants. Elle est causée par un virus à Adn de la famille des Herpes viridae, le Virus Zona - Varicelle (Vzv), qui se transmet uniquement entre humains. La contamination se fait par l’air et par contact avec la peau. Le germe est ensuite disséminé par le sang pour atteindre la peau et provoquer une éruption avec des boutons typiques de la maladie. Le délai entre la contagion et le début de la maladie, qu’on appelle la phase d’incubation, est de 14 jours. L’infirmier Pierre Faye révèle que «la varicelle est une réalité chez-eux, nous avons plusieurs cas». 
 
Le calvaire des parents
 
Les parents vivent un véritable calvaire avec l’apparition de ces  maladies chez leurs enfants. Les dermatoses et la varicelle sont ainsi parties pour hanter le sommeil de ces derniers. Au poste de santé des Hlm1, une femme cherche par tous les moyens à consoler son bébé en pleurs qui garde sur tout le corps des boutons. L’enfant ne veut rien manger, encore moins téter. Les quelques patients qui sont venus se faire consulter, tentent de relayer la maman. Celle-ci, se confie: «la vie du bébé est devenu très difficile. Il refuse presque tout le monde et il passe tout son temps à pleurer. C’est une situation embarrassante, car je ne sais pas quoi faire pour soulager sa souffrance», a souligné cette dame. 
 
Et de poursuivre: «la nuit, c’est presque le même scénario, il dort un peu, il se réveille et il faut encore être là pour le câliner, le chouchouter». Pour une autre maman, Marième Ndiaye habitant à Ben Tally: «Mon enfant a trois ans, mais il développe ces symptômes de dermatoses. C’est moins difficile avec lui qu’avec un bébé. Au moins, il peut dire où il a mal. Mais, la douleur est presque pareil et les enfants font de la fièvre qui peut les amener à perdre connaissance où à délirer». Et de renchérir: «ce n’est pas facile pour une mère de voir son enfant souffrir. Non seulement on est crispée, stressée et la plupart du temps, on panique. Heureusement qu’une fois les médicaments donnés, on est soulagé.»
 
La sensibilisation
 
Des descentes se font régulièrement dans les quartiers afin de sensibiliser les familles sur les comportements à adopter en cette période hivernale afin d’éviter les bactéries. Et ce travail revient le plus souvent au «badienou gokh». Selon ces dernières, en dehors des causeries organisées dans les structures de santé, elles rendent visites aux familles dans le but de les aider ou les conseiller sur le suivi de leurs enfants dans cadre du Programme élargi de vaccination (Pev) mais aussi les orienter en cas de besoin. 
 
«Sur le terrain, nous rencontrons beaucoup d’enfants qui souffrent de varicelles où des boutons. Avec les parents, nous cherchons d’abord à les rassurer, à les conscientiser pour après les orienter vers les postes de santé. Mais notre mission ne se limite pas là. Il y a le suivi que nous faisons, pour voir si la maman suit nos conseils, si le traitement est respecté», a soutenu Rosalie Domingo, Badienou gokh au dispensaire des sœurs de Baobab. 
De l’avis de cette dernière, le travail n’est pas toujours facile. «Il nous arrive de rencontrer des parents très difficile qui, malgré nos différentes tentatives de les convaincre à se rendre à l’hôpital, restent réticents. Mais, nous ne désespérons pas, nous continuons à insister mais en utilisant d’autres méthodes pour les amener à aller le soigner.»
 
Pour sa collègue des Hlm, Mme Marie Sarr, la prévention est de mise. «Nous avons alerté toutes les familles qui avaient des enfants de 0 à 5 ans lors de la dernière campagne contre la poliomyélite pour leur dire qu’il y avait des cas de varicelles. En cas d’irruption de bouton, allez immédiatement à la structure de santé la plus proche. Il était de notre devoir de le faire et nous l’avons fait et nous continuons de le faire. La varicelle est bien là.»
 
LA ROUGEOLE ABSENTE DE CES STRUCTURES, MAIS PRESENT A DAKAR
 
Même si la rougeole est un peu similaire à la varicelle, dans les sites visités, aucun cas n’a été signalé. Cependant, cela ne voudrait pas dire que la rougeole n’est pas présente au Sénégal car des cas ont été signalés dans d’autres localités de Dakar. Selon le ministère de la Santé et de l’Action sociale, à la date du 16 aout dernier, 33 cas ont été enregistrés à Dakar, dans la banlieue, au district nord mais aussi à Nabil Choucair.
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Sud Quotidien SENEGAL | TRAQUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTE VEREUX LANCEE

Sud Quotidien SENEGAL | TRAQUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTE VEREUX LANCEE | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
Le directeur général de l’Agence de la Couverture de maladie universelle (Cmu) a soutenu que les professionnels de la santé qui vendent les médicaments censés être gratuits pour les enfants de 0 à 5 ans (dans le cadre de la Cmu), dans certaines localités, notamment à Diourbel, la banlieue dakaroise et à Vélingara, seront sanctionnés. A Goudiry dans le cadre du Comité départemental de développement (Cdd)  au cours duquel la CMU sera lancée officiellement dans le département,  Cheikh Mbengue sert ainsi une réponse au secrétaire général du Syndicat unique des travailleurs de la santé et de l’action Sociale (Sutsas), Mballo Dia Thiam. Le Directeur de la Cmu taxe ces professionnels de la santé qui vendent les médicaments de «véreux ».
 
C’est une réponse du berger à la bergère. Le directeur général de l’Agence de la Couverture de maladie universelle (Cmu), Cheikh Mbengue, n’a pas porté de gants pour apporter une réponse salée à la sortie du secrétaire général du Syndicat unique des travailleurs de la santé et de l’action Sociale (Sutsas), Mballo Dia Thiam qui dénonçait les attaques dont font l’objet les travailleurs de la santé. Décriant les ventes  de médicaments censés être gratuits pour la catégorie d’enfants de 0 à 5 ans depuis la mise en œuvre de la Cmu, Cheikh Mbengue soutient, sans ambages, que les auteurs de tel acte seront sanctionnés. Non sans relever que ces pratiques des professionnels de la santé qu’il qualifie de « véreux » ont été signalées dans la banlieue dakaroise par l’Ofnac et à Vélingara. A Diourbel, dit-il, c’est un « groupe de femmes en présence du Médecin-chef du district qui ont signalé la vente des médicaments pour leurs enfants. Le Médecin-chef avait promis de  prendre des mesures ».
 
« J’estime qu’il est inacceptable que le président de la République débloque de l’argent pour que les médicaments soient gratuits à cette catégorie d’enfants, et que des professionnels de santé vendent ces médicaments », a soutenu M. Mbengue en tournée à l’intérieur du pays dans le cadre des Comité départementaux de développement au cours desquels la Cmu sera installé dans les départements. Et de poursuivre : « nous allons le signaler et interpeller le ministère de la Santé de prendre des sanctions qu’il faut. C’est l’attitude que doit prendre le ministère ou toute personne qui veut que les choses marchent dans ce pays. En réalité, je suis en train de menacer les travailleurs véreux, tout en magnifiant le travail des professionnels honnêtes de la santé ».
 
Estimant que ce genre de pratiques se font à la pharmacie des structures de santé à l’insu du Médecin-chef, le directeur général de la Cmu invite les « femmes à ne pas payer dans ces cas les médicaments et de s’adresser au médecin-chef ».
Parlant de la sortie de Mballo Dia Thiam, M. Mbengue soutient avoir menacé « les travailleurs véreux. Et je pense qu’un syndicaliste doit défendre des travailleurs honnêtes et non ceux qui sont malhonnêtes »
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Sud Quotidien SENEGAL | LE SUTSAS DIAGNOSTIQUE LES FAILLES DE LA CMU

Sud Quotidien SENEGAL | LE SUTSAS DIAGNOSTIQUE LES FAILLES DE LA CMU | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
La Couverture maladie universelle (Cmu) ne se porte pas toujours à merveille, comme le prétendent les autorités, sur toute l’étendue du pays. Pis, la Cmu entraine beaucoup de structures sanitaires dans son malaise. En effet, le fait que les structures de santé préfinancent le programme les met dans des situations  embarrassantes face aux nombreuses charges qui leur incombent. A titre d’exemple, l’Etat doit, rien qu’à la région de Thiès, plus de 316 millions de F Cfa depuis 2014 et 29 millions de F Cfa au district sanitaire de Tambacounda. Ces passifs sont à l’origine de tensions de trésorerie, des protocoles thérapeutiques mal appliqués, des soins incomplets. Quid du climat social délétère du fait de la paupérisation du personnel communautaire ?
 
La Couverture maladie universelle (Cmu), ce programme phare du gouvernement Sénégalais qui permet à des enfants âgés de moins de 5 ans de se faire consulter gratuitement, n’est-elle pas en train d’asphyxier les structures de santé du pays ? Le diagnostic du Syndicat unitaire des travailleurs de la santé et de l’action sociale (Sutsas) pousserait à répondre par l’affirmative. Mballo Dia Thiam et ses camarades qui faisaient face à la presse hier, mercredi 26 août, au siège du Sutsas, ont déploré «le cycle d’endettement dans lequel la Cmu a plongé les structures du fait des retards de remboursement de plusieurs mois.» 
 
 Selon le Bureau exécutif national du Sutsas, le fait de demander aux structures de santé de préfinancer le programme les met dans des situations  embarrassantes eu égard aux nombreuses charges auxquelles elles doivent faire face.  Et, à titre illustratif, Mballo Dia Thiam souligne que, rien que pour la région de Thiès, on note un passif de 101.764.220 de F Cfa en 2014 et 214.349.200 de F Cfa en 2015. Soit un cumul de 316.113.420 F Cfa que l’Etat doit à cette région. Et, pour le seul district sanitaire de Tambacounda, avec l’effectivité de la Cmu, l’Etat traine une ardoise financière de 29.000.000 de F Cfa.
 
Ces arriérés ne sont pas sans conséquence sur le fonctionnement des structures sanitaires et la qualité des services, des soins prodigués. «Les conséquences se traduisent par des déficits de trésorerie, des protocoles thérapeutiques mal appliqués, des soins incomplets, un climat social délétère du fait de la paupérisation du personnel communautaire», a déclaré M. Thiam. Suffisant pour que le Sutsas estime que la «Cmu n’est possible que dans une approche obligatoire, mais quand tous les motifs de fréquentation des structures sanitaires sont rendus gratuits, les mutuelles de santé seront peu attractives». 
 
Le Syndicat unitaire des travailleurs de la santé et de l’action sociale ne cautionne pas non plus la démarche du ministère de la Santé et de l’Action sociale par rapport à l’application de la Couverture maladie universelle. Aussi le Sutsas dénonce-t-il les sorties du chef de l’agence de la Cmu qu’il a jugées «intempestives». Selon Mballo Dia Thiam et ses camarades, «au lieu d’aller chercher les moyens de sa politique,  le patron de la Cmu passe tout son temps à proférer des menaces puériles dans un activisme et un populisme débordant». 
Pour corriger cette tendance de la Cmu décriée par ces professionnels de la santé, le secrétaire général du Sustas, Mballo Dia Thiam, préconise l’implication de tous. Il faut «poursuivre la réflexion avec l’implication de tous les acteurs, notamment les travailleurs sociaux, tout en rappelant que le financement holistique et systémique est un passage obligé.»
 
Le secrétaire général adjoint du Sutsas, Diamé Sow, lui, souligne que pour une bonne réussite de ce programme, l’Etat doit faire de la gratuité par ciblage. Ainsi, ceux qui ont les moyens de se prendre en charge pourront supporter les démunis et permettre aux structures sanitaires de respirer. Et Diamé Sow de se demander: «quand est-ce que le programme de la Cmu va enrôler le secteur rural?».  
S’agissant de la carte de l’égalité des chances, M. Thiam  déclare : «Elle doit dépasser le stade de slogan et de vulgarisation et profiter correctement aux ayants droit qui piaffent d’impatience.»
 
... ET BRANDIT LA RETENTION DE L’INFORMATION SANITAIRE
 
La rétention de l’information sanitaire sera le point central de la plateforme de lutte du Syndicat unitaire des travailleurs de la santé et de l’action sociale (Sutsas). En point de presse hier, mercredi 26 août, dans ses locaux,  le secrétaire général national, Mballo Dia Thiam, a déclaré que c’est «fini la trêve. Nous allons continuer la  lutte pour le respect des protocoles signés avec le gouvernement du Sénégal».
 
Le Syndicat unitaire des travailleurs de la santé et de l’action sociale (Sutsas) a décidé de continuer la lutte pour le respect des accords signés avec le gouvernement, mais sous une autre forme.  Après deux mois de trêve (18 juin) due à l’implication de certains députés dans ce dossier, les camarades de Mballo Dia Thiam vont reprendre la lutte. Selon ces derniers qui ont donné un point de presse hier, mercredi 26 août, aucun acte n’est sorti malgré les «innombrables» promesses réaffirmées par le comité national de suivi des accords. 
 
Par conséquent, a souligné M. Thiam, «le Bureau exécutif  national (Ben) du Sutsas déplore l’attitude  du gouvernement et tient pour responsable de toutes les perturbations  que pourrait connaitre le secteur de la santé et de l’action sociale». Et de poursuivre: «pourtant, le Sutsas a donné tout le temps nécessaire et a fait tous les compromis possibles pour une sortie de crise qui épargnerait les populations de tout désagrément. Mais malheureusement, nous sommes en face d’un gouvernement qui essaie de nous avoir à l’usure par le dilatoire avec très peu d’actes ».
 
Dans les jours à venir, le Sutsas va poursuivre son plan d’action. Pour ce 5ème plan, on pourrait bien s’attendre à une rétention de l’information sanitaire. Toutefois, pour mieux asseoir leur lutte, le Sutsas a informé qu’une assemblée générale de mobilisation et d’information dans toutes les unions régionales, sera convoquée pour se préparer au respect du mot d’ordre. Mais aussi il est prévu le dépôt d’un autre préavis de grève de six mois couvrant la période du 25 septembre 2015 au 23 mars 2016, car le précédant devant expirer le 24 septembre courant. Une manière pour eux d’inscrire leur lutte dans la durée, pour l’application des accords signés. 
 
M. Thiam a aussi annoncé qu’un appel sera lancé aux centrales syndicales autour d’un front pour la prise en charge des questions à incidence financière car, selon lui, cette lutte ne doit pas être sectorielle, mais interpelle tous les travailleurs de tous les secteurs. Le Sutsas a aussi fait remarquer un retard  de salaire du côté des contractuels du ministère de la Santé et de l’Action sociale. Ainsi, le Sutsas a exigé une régularisation immédiate de leur situation.  
 
Soulignons que cette plate forme du Sutsas comporte, entre autres points, la signature du décret portant statut du personnel des établissements publics de santé, la modification du décret portant répartition des enveloppes des travaux pour les heures supplémentaires et paiements des heures supplémentaires aux contractuels conformément au Code du travail, le recrutement des agents de santé communautaires dans la fonction publique municipale etc
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Sud Quotidien SENEGAL | DEFICIT DE SPÉCIALISTES, PRÉVENTION CONTRE LES CRISES...

Sud Quotidien SENEGAL | DEFICIT DE SPÉCIALISTES, PRÉVENTION CONTRE LES CRISES... | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Faux médicaments en Afrique : 122.350 enfants tués en 2013

Faux médicaments en Afrique : 122.350 enfants tués en 2013 | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
Manque de ressources humaines et de laboratoires, sanctions dérisoires, cherté des produits pharmaceutiques... L'Afrique représente une proie facile pour l'industrie des faux médicaments qui prospère sur la mondialisation, se sont alarmés des experts réunis la semaine dernière à Dakar.

"Des milliers de personnes perdent la vie" sur le continent, victimes des faux médicaments, ont souligné les participants à cette conférence, à l'initiative de la Fondation Chirac pour l'accès à une santé et des médicaments de qualité, la Fédération internationale des fabricants et associations pharmaceutiques (IFPMA) et l'Association pour l'information sur les médicaments (DIA).

Selon un numéro spécial de l'American Journal of Tropical Medicine and Hygiene paru en avril sur la qualité des médicaments, un faux antipaludéen et un autre de piètre efficacité sont ainsi incriminés dans la mort de 122.350 enfants africains en 2013.

64% de faux médicaments au Nigeria

En Afrique, un tiers des médicaments contre le paludisme, maladie la plus mortelle du continent, sont des faux. Une proportion qui peut monter à 40% au Ghana et au Cameroun, voire 64% au Nigeria. 

Les faux médicaments sont "une industrie assassine en plein essor" en Afrique, a résumé le directeur national de la pharmacie du Sénégal Pape Amadou Dièye, samedi 2 mai, lors d'une réunion en présence de spécialistes du monde entier, avec le soutien de la Fondation Bill et Melinda Gates et de la Banque mondiale.

Cette contrefaçon, estimée à 15% des médicaments dans le monde, peut atteindre 30% en Afrique. 

De faux médicaments vendus sur les marchés

"Les défis sont énormes", affirme Margareth Ndomondo-Sigonda, une responsable du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (Nepad). Et de lister les carences du continent : capacités humaines et financières limitées, absence de laboratoires de contrôle, réglementation incomplète, manque de pharmacies en zone rurale...

"Les faux médicaments sont vendus comme des tomates ou des oignons sur les marchés", déplore de son côté Sybil Yeboah, une responsable de l'Organisation ouest-africaine de la santé.

"C'est un marché très prometteur", d'autant plus que le continent "n'a pas ses propres moyens de production de médicaments", souligne-t-elle. En Afrique, "30% des médicaments contrefaits viennent de l'Inde et de la Chine", selon les statistiques de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les médicaments trop rares et trop chers

Même si le Nigeria est cité parmi les pays producteurs de faux médicaments, l'Afrique contribue marginalement à leur production, avec "moins de 5%", selon un participant.

Le marché des faux médicaments est favorisé, selon les documents distribués lors de la conférence, par des facteurs tels que "l'offre de médicaments inférieure à la demande, l'ignorance, les prix élevés des médicaments et la porosité des frontières" en cette période de mondialisation.

"Renforcer la coopération internationale entre États et acteurs de la santé est primordial", a rappelé le directeur général de l'IFPMA Eduardo Pisani.

Surveiller les contrefaçons provenant de Chine et d'Inde

"Il faut aussi que l'Inde et la Chine jouent un rôle" pour empêcher les faux médicaments produits par leurs entreprises d'arriver en Afrique, a relevé un participant.

Dans un article de la publication de l'American Journal of Tropical Medicine and Hygiene en avril, l'ancienne directrice de la Food and Drug Administration (FDA), l'agence américaine du médicament, le Dr Margaret Hamburg relève que la mondialisation complique la traçabilité des produits pharmaceutiques.

Elle prône en conséquence "un mécanisme mondial de contrôle de qualité et de sécurité pour empêcher des malades d'être exposés à des produits falsifiés".

Pas assez de répression

Quant à la répression du trafic de faux médicaments, elle reste insignifiante par rapport à la gravité du phénomène en Afrique, avec des peines jugées peu dissuasives.

Ainsi, au Sénégal, ce délit est passible de six jours à six mois de prison. Dans ce pays, 42 personnes arrêtées en mai 2014 pour des faits de cette nature ont été condamnées chacune à 15 jours de prison. 
more...
No comment yet.
Rescooped by Makhtar Loum from Electronic Health Information Exchange
Scoop.it!

Mobile Healthcare Market Expected to Grow 47 Percent by 2020

Mobile Healthcare Market Expected to Grow 47 Percent by 2020 | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
The mobile healthcare market is expected to continue growing over the coming years.

Via HealthlinkNY
more...
No comment yet.
Rescooped by Makhtar Loum from Digital Health
Scoop.it!

Medical apps for the Android Wear smartwatch

Medical apps for the Android Wear smartwatch | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it

Android Wear — which had nearly a year’s head start in front of Apple Watch — touts avariety of healthcare apps and more on Google Play that make the platform even more handy for your day-to-day life.

In fact, any Android app that uses Android notifications will pop up automatically on Android. This makes it quite handy, for instance, to follow medical Twitter feeds, get alerts from colleagues, and send emails and text messages to them.

 

My experience over the past year with my Samsung Gear Live watch has been very positive. I’ve been able to manage flights, scheduling, messaging, and more from my wrist — and even get some advice from Johns Hopkins’ @PsychPearls and follow live thoracic surgeries at UC Davis. Even Evernote is available to capture, display, and search notes on Android Wear.


Via Alex Butler
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

SudOnLine - Le Portail de Sud Quotidien SENEGAL | «PLUTOT FEDERER LES LUTTES AU LIEU DE S’ERIGER EN STRUCTURES DE MEDIATION»

SudOnLine - Le Portail de Sud Quotidien SENEGAL | «PLUTOT FEDERER LES LUTTES AU LIEU DE S’ERIGER EN STRUCTURES DE MEDIATION» | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
A l’occasion de la célébration de la fête des travailleurs, Mballo Dia Thiam, secrétaire général du Syndicat unique des travailleurs de la santé et de l’action sociale (SUTSAS) n’a pas l’esprit à la …fête. Le patron du Sutsas qui dit avoir donné du temps à l’Etat regrette une position dilatoire des autorités. Interrogé à la veille de cette fête internationale des travailleurs, il retrace les péripéties qui ont conduit à la récente grève des travailleurs de la santé et donne son avis sur le bras de fer entre l’état et les syndicats d’enseignants.
 
A quelles heures de la fête du travail, dans quel état d’esprit se trouve le Sutsas ?
 
Le Sutsas va défiler avec l’Unsas et les autres centrales syndicales qui sont dans la confédération nationale des centrales syndicales. Nous avons appris qu’il ne s’agira pas d’un cahier de doléances mais le plan d’actions regroupant l’ensemble des préoccupations que les centrales syndicales ont confiné dans un document. Tout compte fait, nous n’avons pas grand espoir, c’est un rituel. Le pacte de stabilité économique et social a été signé et l’on a considéré que quand on agrège les revendications des différentes centrales syndicales relatives à certaines questions telles que la fiscalité, on aura réglé les problèmes. Or, tant qu’on ne règle pas les questions sectorielles, on sera toujours dans ce cercle vicieux de revendications, de négociations. 
 
Quelles sont vos points de revendications ?
 
Nous avions 57 points. Mais, il faut d’abord souligner que sur ces points, les questions à incidence financière n’ont pas été abordées par le gouvernement. Il nous avait demandé d’attendre les conclusions d’une étude sur la rémunération. Au terme de cette étude, un système de rémunération plus attractif et plus équitable devrait être proposé aux agents de l’Etat pour ne pas dire aux syndicats. Il s’agit d’une étude globale et exhaustive de tout le système de rémunération dans la Fonction publique, parce qu’ils ont dit que l’ancien régime (celui de Wade, NDLR) a déréglé ce système, en octroyant des indemnités à certains corps qui ne devraient pas en bénéficier. A les entendre, le système est complètement déréglé au point de manquer d’équité et d’attractivité. Nous attendons des propositions concrètes dans une perspective de disposer d’un système de rémunération plus attractif, plus équitable. Mais, il faut rappeler que tous les acquis du Sutsas ont été obtenus de hautes luttes de 1984 à nos jours. On ne nous a rien donné. C’est pour cette raison que nous n’accepterons pas un nivellement par le bas qui nous priverait de nos indemnités. Sur ce point, nous avons déjà mis en garde le gouvernement. 
 
Quelles sont les  revendications qui n’ont pas d’incidence financière ?
 
Nous avons la loi sur la transplantation rénale. La panacée rénale n’est pas la dialyse qui est simplement un moyen de soulager le patient, mais plutôt la greffe de reins. Donc, cela mérite une loi pour encadrer le don et la conservation d’organes et, subsidiairement, la transplantation. Nous voulons aussi une loi sur la transfusion sanguine, parce que le Centre national de transfusion sanguine (Cnts) ne fonctionne plus à l’image de la Pharmacie nationale d’approvisionnement (Pna) qui est aujourd’hui une maison mère avec des structures décentralisées. Ici, chaque banque de sang a son standard et, même s’il y a quelques supervisions, il y a des choses à faire de manière globale au niveau de la transfusion sanguine. Là aussi, une loi est nécessaire. Nous avons un accord de principe, mais jusqu’à présent elle traîne. C’est valable aussi pour la médecine traditionnelle. Depuis l’indépendance, aucune loi ne règlemente de manière précise l’exercice de la médecine traditionnelle et de la pharmacopée. Le projet de loi était partie à l’Assemblée mais elle est revenue sans être votée. C’est valable pour la loi d’orientation familiale. Si nous avons tous ces problèmes au niveau de l’éducation, c’est parce que la famille a éclaté. On n’a plus cette famille d’antan. Aujourd’hui, elle n’est ni africaine, ni européenne, ni nucléaire. Les parents ont démissionné. Et, pour revenir à cette famille d’antan qui est un creuset de valeurs, il faut une loi d’orientation familiale qui n’a rien à voir avec la loi d’orientation sociale. Cette dernière est une recommandation des conclusions des assises nationales sur l’action sociale pour lesquelles le Sutsas s’est battu. En son temps, il y avait un comité scientifique et un comité d’organisation. Lors des travaux, il n’y avait que deux allocutions ici au King Fadh Palace. J’avais délivré le message portant sur les préoccupations des cibles de l’action sociale que sont les personnes vivant avec un handicap et le système dans son ensemble. A la suite de ces assises, nous avons eu droit à des recommandations, principalement celles concernant la loi d’orientation et la ratification de la Charte internationale sur les droits des personnes vivant avec un handicap. Il avait fallu encore bousculer les gens pour la ratification de cette Charte et le vote de la loi d’orientation sociale en 2010. Et on aura encore attendu deux ans pour que le nouveau régime arrivé en 2012 signe le décret instituant la commission spécialisée qui devait délivrer ce qu’on appelle la carte d’égalité des chances. Ensuite, il nous a fallu trois ans – de 2012 à 2015 – pour que cette carte soit disponible. Néanmoins, nous nous félicitons de cette avancée car comme le dit l’adage, il n’est jamais trop tard pour bien faire. 
 
Avez-vous des avancées sur les revendications relatives au statut des personnels de la santé ?
 
Nous avons une plateforme minimale composée de 9 points. L’un de ces points, le 8e – la carte d’égalité des chances – vient d’être réglé. Mais, pour le 1er point qui concerne l’élection de représentativité syndicale du secteur de la santé, nous attendons encore. Nous pensons que ces élections doivent se tenir pour que l’on sache qui est qui. Il en est de même pour le statut du personnel des établissements publics de santé qui est en train de faire son long chemin depuis 2003. Cette revendication est élargie au statut des directeurs et des PCA. La question des heures supplémentaires également constitue un autre point de revendication. L’Etat avait promis de revisiter le décret, mais jusqu’ici, il ne l’a pas fait. 
 
A vous entendre, vous êtes visiblement pas content de l’attitude de l’Etat…
 
Nous avons attendu un an, du 17 février 2014 au 17 février 2015. Et, bien avant, nous avons négocié pendant presque 3 mois. Le gouvernement a attendu la fin de 2013 pour commencer les négociations et les terminer en mi-février. Donc, vous voyez bien que nous avons attendu près de deux ans. Nous avons le sentiment de faire face à des manœuvres dilatoires, surtout en ce qui concerne le statut du personnel.  
 
Vous semblez dire que vous n’avez pas manqué de patience ?
 
Nous avons donné du temps au temps et au régime. Depuis 2012, personne n’a vu le Sutsas dérouler un plan d’actions au plan national. Il y a eu des luttes sectorielles parce que les hôpitaux étant des entreprises, il ne manque pas de conflits souvent. Mais, au plan national, c’est la première fois qu’on mène une action de cette envergure. Et, vous avez remarqué que nous sommes allés crescendo. On pouvait à l’expiration du préavis le 24 mars 2015, décréter 48 ou 72 heures. Nous avons attendu encore 15 jours pour donner le premier coup de somation, le 16 avril 2015 par un sit-in, tout en respectant le service minimum et les urgences. Une semaine après, nous avons organisé une marche. Je pense que c’était suffisant pour que le gouvernement accélère la cadence avant d’en arriver à la grève du 28 avril au cours de laquelle nous avons décrété 24 heures. Et, même à ce niveau, nous pouvions décréter 48 heures. Non seulement nous avons fait preuve de patience, mais aussi de tolérance et d’humanisme. Nous pensons que de l’autre côté, il faut beaucoup plus de responsabilité. 
 
Pourtant le ministre de la Santé et de l’Action sociale est membre du Sutsas… 
 
Elle est du Sutsas, elle s’est battue dans les rangs du Sutsas, mais aujourd’hui elle est membre du gouvernement. Et, quand elle est arrivée à la tête du ministère, nous lui avons dit qu’on ne donnait un chèque à blanc à personne ; elle est jugée sur les actes. Nous sommes un syndicat autonome, indépendant, un syndicat de combat. 
 
En tant qu’acteur syndical que pensez-vous de la grève des enseignants ? 
 
Nous sommes solidaires des enseignants, un corps qui mérite beaucoup plus de considérations. Je pense que si l’on avait allié l’acte à la parole, on n’en serait pas à cette situation.  Et, même la question de la coupure des salaires est relative. En France, on disait que si la rupture du contrat est de la responsabilité de l’employeur, les journées de grèves doivent être coupées. A contrario, si cette rupture est de responsabilité des travailleurs, ceux-ci doivent perdre ces journées de grève. Mais, si l’Etat signe des accords qu’il ne respecte pas, je pense que c’est exagéré de couper des salaires. 

Vous n’êtes sans doute pas en position de proposer une solution de sortie de crise…
 
Sans doute, parce que nous sommes dans la même situation. Mais, ce que je déplore c’est cette attitude des centrales syndicales qui s’érigent en structures de médiation alors qu’elles devaient fédérer les luttes. Si les organisations sectorielles s’unissent dans une centrale, c’est pour disposer de plus de force pour mener le combat. En jouant aux médiateurs, les centrales ne sont pas dans leur rôle. Laissons la médiation au Haut conseil pour le dialogue social. 
 
Comment se dessine l’avenir du syndicalisme au Sénégal ?
 
Le syndicalisme a de beaux jours de lui. Tant que les machines tournent, il y aura des revendications. Les approches syndicales peuvent différer avec des acteurs qui peuvent avoir des approches participationnistes et d’autres qui n’y adhèrent pas
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Halte au blanchiment de la peau - News Beauté - Doctissimo

Halte au blanchiment de la peau - News Beauté - Doctissimo | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
Pour des raisons esthétiques, certaines femmes noires s'éclaircissent la peau. Attention, les produits utilisés sont nocifs et peuvent causer du diabète, de l'hypertension voire des cancers cutanés. Face à ce problème de santé publique, la Ville de Paris lance à partir du 4 novembre une campagne de sensibilisation sans précédent.

Le chiffre est impressionnant : 20 % des femmes d'origine africaine habitant à Paris utiliseraient des produits éclaircissants. Souvent mal informées des dangers ou tout simplement trompées, elles risquent de graves séquelles en utilisant ces produits de façon répétée. Pour les sensibiliser et leur faire prendre conscience des risques qu'elles encourent, la Ville de Paris lance à partir du 4 novembre une campagne pour les sensibiliser.

Dégradations physiques, lésions sévères, acné persistante, affinement extrême de la peau, cancers... ces produits extrêmement dangereux doivent être bannis du quotidien. "Pas de produits interdits, vendus à la sauvette ou achetés dans un autre pays, pas de produit hors de son emballage d'origine, pas de mélanges", conseille le dermatologue Antoine Petit dans le guide proposé par la ville.

Jean-Marie Le Guen (adjoint chargé de la santé publique et des relations avec l'AP-HP) lance donc un programme avec l'URACA (l'Association d'information et de prévention sanitaire et sociale en direction des populations africaines) dans les arrondissements les plus touchés par ces problèmes (18ème, 10ème et 19ème).

Au-delà des affiches percutantes, une bande dessinée "beauté d'Ebène" à destination des plus jeunes et un document pédagogique "l'éclaircissement de la peau c'est quoi ?" seront disponibles dans les 3 arrondissements. Le film "blanchir, une affaire pas très claire" a également été diffusé le 3 novembre à l'auditorium de l'Hôtel de Ville. Enfin, le 7 novembre, une fête sera organisée à la mairie du 18 ème arrondissement sur le thème "Beauté ébène, une journée citoyenne sur les dangers de l'éclaircissement de la peau". Au programme table-ronde, débat, danse, chant...

Une campagne de sensibilisation qui peut aider à faire évoluer les mentalités. Mais il faudrait peut-être aussi que les industriels cessent de vanter la beauté à travers des mannequins à la peau très claire...

Source : Communiqué Mairie de Paris - Novembre 2009
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Risques liés à la dépigmentation volontaire - ANSM : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé

De nombreuses personnes ont recours à la dépigmentation volontaire pour éclaircir la teinte naturelle de leur peau. 
Cette pratique repose sur l’usage de produits détournés  de leur usage médical ou de produits illicites.

Les analyses effectuées sur plus de 160 produits ont mis en évidence des proportions élevées de produits non conformes à la réglementation des produits cosmétiques et dangereux pour la santé en raison de la présence de substances interdites : environ 30 % en 2009 et 40 % en 2010.

Ces produits (sous forme de crèmes, gels, laits corporels  ou savons) sont utilisés seuls ou en association. Ils sont  en général appliqués sur tout le corps (plus rarement  sur les parties découvertes seulement), une ou plusieurs fois par jour, le plus souvent durant plusieurs années.

Quels sont les pratiques et les produits dangereux ?

Les produits éclaircissants mentionnant la présence :

d’hydroquinone,
de corticoïdes (tels que la béthaméthasone  ou le clobétasol)
de dérivés mercuriels.
Les produits éclaircissants qui ne mentionnent pas forcément la présence d’hydroquinone, de corticoïdes  ou de dérivés mercuriels mais :

qui sont vendus à la sauvette
dont l’étiquetage ne mentionne pas le détail de leur composition
dont l’étiquetage n’est pas libellé en français, même s’il s’agit de produits importés
Les médicaments à fort potentiel éclaircissant détournés de leur usage médical

L'Agence et la DGCCR publient une liste des produits éclaircissants de la peau non conformes et dangereux identifiés en France (16/11/2011)  (61 ko)

Quels produits ne sont pas concernés ?

Les produits légalement en vente en France sont :

les médicaments et les préparations réalisées par un pharmacien, sur prescription médicale  pour le traitement d’une maladie de la peau
des cosmétiques éclaircissants unifiants ou anti-tache dont la commercialisation est légale
Quels sont les  risques liés à la dépigmentation volontaire ?

Maladies de peau (complications les plus fréquentes)

apparition ou aggravation d’infections de la peau (gale, mycoses, infections bactériennes…)  pouvant être très sévères
apparition ou aggravation d’une acné parfois très sévère
vergetures larges, très inesthétiques et irréversibles
amincissement de la peau à l’origine de problèmes de cicatrisation
troubles de la pigmentation parfois définitifs (apparition de "taches" claires ou foncées )
Autres maladies

Risque accru d’hypertension artérielle, de diabète, de complications rénales et neurologiques

Risques toxiques

Chez la femme enceinte ou allaitante pour l’enfant

L'ANSM recommande
d'éviter la pratique de la dépigmentation volontaire de la peau : elle peut nuire gravement à la santé.
de consulter un médecin pour :
- arrêter cette pratique dangereuse
- en cas d'effets indésirables 
de ne pas utiliser  de médicaments et de préparations réalisées par un pharmacien en dehors des prescriptions médicales délivrées pour le traitement d’une maladie de la peau.
Lire

Évaluation des risques  liés à la dépigmentation volontaire - Rapport (16/11/2011)  (134 ko)
Mise en garde sur les risques liés à la pratique de dépigmentation volontaire de la peau (16/11/2011) - Communiqué
Consulter les rubriques

Falsification des produits de santé
Signaler un effet indésirable lié à l'utilisation d'un produit cosmétique
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Syndrome du choc toxique : comment s'en prémunir ?

Syndrome du choc toxique : comment s'en prémunir ? | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
Appelé aussi "maladie du tampon", le syndrome du choc toxique est un événement très rare, mais néanmoins grave. Quelles femmes sont les plus concernées ? Quels sont les symptômes ?... Les conseils du Dr Anne Tristan.

Avant l’été, l’amputation de la jambe d’un mannequin américain à la suite d’un Syndrome du Choc Toxique (SCT) causé par un tampon a été très médiatisée. Même si ce syndrome est parfaitement connu du milieu médical et qu’un avertissement figure sur les notices ou boîtes de tampons périodiques, l’affaire a beaucoup ému et révélé un sérieux manque d’information. Car en réalité, la plupart des femmes qui, chaque mois, portent des tampons sans se poser de questions, s’en étaient jusqu'alors peu (voire pas du tout) souciées. Mélanie Doerflinger, une étudiante française, a été particulièrement choquée par le témoignage du mannequin amputée. Au point de lancer une pétition à l’encontre de la marque Tampax, afin d’obtenir davantage de transparence quant à la composition des protections périodiques. La pétition, en ligne sur le site change.org, a déjà recueilli plus de 43 000 signatures de soutien.

Le Docteur Anne Tristan, codirectrice du Centre national de référence staphylocoques, une unité rattachée à l’Institut de veille sanitaire (InVS), fait le point sur le Syndrome du choc toxique.

Le syndrome du choc toxique (STC), c'est quoi ?

Il s’agit d’une maladie infectieuse causée par une bactérie, le staphylocoque doré. La bactérie fabrique une toxine, qui pénètre dans la circulation sanguine, avant d’atteindre un ou plusieurs organes. A noter que cette bactérie est naturellement présente dans notre environnement et demeure sans danger si elle reste par exemple sur notre peau. En revanche, lorsqu’elle parvient à introduire sa toxine dans la circulation sanguine, elle peut alors révéler son potentiel pathogène.

Quelles femmes sont susceptibles de faire un STC ?

Seules les femmes porteuses de la bactérie qui produit la toxine responsable du STC sont concernées, soit moins de 4 % des femmes françaises. Mais à l’inverse, toutes les femmes porteuses de la bactérie ne font pas nécessairement de choc toxique. "C’est donc qu’il doit exister autre chose, sans doute présent dans la flore vaginale des femmes porteuses de la bactérie, qui provoque le STC. Mais quoi exactement, nous ne savons pas. Nous menons justement des recherches pour en savoir plus", précise Anne Tristan.

Quel rapport avec les tampons ?

Le docteur Tristan est formelle : dans tous les cas, c’est une mauvaise utilisation des tampons qui est responsable. De fait, lorsqu’il est trop absorbant et/ou pas changé régulièrement, les bactéries ont davantage le temps de se multiplier.

Faut-il avoir peur des tampons ? 

Même si l’affaire du mannequin amputée a pu heurter nombre de femmes, il faut relativiser. Et pour cause : le syndrome du choc toxique demeure très rare, ainsi que nous le confirme Anne Tristan : "au centre de référence des staphylocoques, nous recensons 20 à 30 cas au maximum chaque année". En outre, le cas du mannequin est exceptionnel dans le sens où la jeune femme a malheureusement été diagnostiquée tardivement, donc qu’elle n’a pas bénéficié d’une prise en charge adaptée. En particulier, "elle a remis un tampon alors que ce n’est pas indiqué en pareille situation", précise-t-elle. "En France, cette année, nous avons recensé un unique cas difficile. En temps normal, même si le SCT est grave et nécessite une admission en service de réanimation, l’évolution est toujours favorable et sans séquelle", rassure encore Anne Tristan.

Quels sont les symptômes et les traitements du SCT ?

"C’est une impression de malaise et/ou de vertige, associés souvent à des troubles digestifs, tels que des nausées et des vomissements, qui doivent alerter", décrit le docteur Tristan. En période de règles, il faut consulter rapidement afin d’être pris en charge au plus tôt, et au mieux. Le retrait du tampon doit être rapide, ainsi que la mise en place du traitement antibiotique, pour éviter que la toxine ne se propage à des organes vitaux. Dans le cas de Lauren Wasser, la toxine bactérienne avait atteint le cœur et entraîné une gangrène dans les jambes, c’est-à-dire la nécrose des tissus. C’est pourquoi les médecins n’ont eu d’autres choix que d’amputer.

Peut-on l’éviter ?

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il est indispensable de changer de tampon régulièrement, soit toutes les 4 heures, même la nuit, mais aussi de bien adapter le type de tampon à son flux. "Plus le tampon est absorbant, plus il fait obstacle au flux sanguin et plus les bactéries ont la possibilité de se multiplier", souligne Anne Tristan. D’ailleurs si le SCT touche majoritairement les jeunes filles, en moyenne elles ont autour de 20 ans, c’est parce qu’elles portent trop souvent des protections pas adaptées à leur flux. "Elles utilisent des tampons pour flux abondant, de peur d’avoir des fuites, ce qui n’est pas indiqué". Pour limiter les risques, pensez aussi à toujours vous laver les mains avant de mettre un tampon.

Serviettes et coupes menstruelles : plus fiables ?

Effectivement, le risque est moindre avec des serviettes hygiéniques du fait qu’elles font moins obstacle au flux sanguin comparativement aux tampons et favorisent donc moins le développement des staphylocoques, mais le problème, c'est que les femmes, surtout les plus jeunes, rechignent souvent à en porter. Quant aux coupes menstruelles, elles ne protègent pas du risque de STC. "Nous avons eu un premier cas cet été chez une femme qui en portait", souligne-t-elle. Comme pour les tampons, c’est une mauvaise utilisation qui a déclenché l’infection. Car bien que les coupelles soient naturelles, "il faut néanmoins respecter les consignes d’utilisation et d’hygiène, à savoir : ne pas les garder trop longtemps et bien les nettoyer." Pour l’heure, si le STC concerne quasi uniquement les porteuses de tampons, on peut imaginer qu'entre la médiatisation des risques liés aux tampons d'une part et l’attrait grandissant pour les protections naturelles d'autre part, des cas d'infection surviennent également avec des coupelles menstruelles. "C'est possible en effet. Ce qui est certain, c'est que nous avons moins de recul avec les coupelles."

Est-ce que la composition du tampon joue un rôle ?

"Dans le passé, nous avons pu constater que la composition des tampons pouvait jouer un rôle dans la survenue du syndrome du choc toxique. Dans les années 70 aux Etats-Unis, de nombreux cas de STC avaient ainsi mené à des décès, en raison de l’arrivée de nouveaux tampons en polyacrylate –plus absorbants- au lieu de coton. A la suite de leur retrait du marché, les cas avaient diminué", décrit la spécialiste. Si les tampons sont donc censés être aujourd’hui en coton, reste que leur composition a sans doute évolué. Mais le problème, c'est qu'elle n’est précisée nulle part, ni sur les emballages des protections périodiques, ni dans les notices, ni sur les sites des marques. Le docteur Anne Tristan affirme ne pas la connaitre et s'étonne de ce flou, même s’il n’existe pas de preuve d’un lien entre la composition des tampons hygiéniques et le risque d’infection. La question a en tout cas le mérite d’être soulevée : "pourquoi n’aurait-on pas accès aux composants des tampons, alors qu’on sait par exemple de quoi sont faits les mouchoirs en papier ?". 

Lire aussi


Mélanie Doerflinger, la jeune française qui veut faire plier Tampax
Emue par le témoignage de Lauren Wasser, ce mannequin amputée de la jambe droite à la suite d’une infection provoquée par le port d’un tampon, une étudiante a décidé de réagir via une pétition dans laquelle elle interpelle le leader des tampons. Interview.
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

La santé-connectée : le mobile au centre du dispositif m-santé - Pharmageek

La santé-connectée : le mobile au centre du dispositif m-santé - Pharmageek | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
Le terme “m-santé” illustre un nouveau moyen d’obtenir des informations liées à la santé à travers l’utilisation des technologies mobile (smartphones, tablettes, objets connectés etc). Avant tout destinée aux patients atteints de maladies chroniques, la m-santé promet une surveillance à distance des données de santé des malades qui nécessitent un suivi régulier.

De cette manière, les patients s’émancipent des dispositifs médicaux lourds et coûteux tout en gardant le contrôle sur leur santé. Les besoins exprimés par les consommateurs rapportent une volonté de gérer l’information qui le concerne comme le prouvent par exemple les forums de discussions on-line, les rapports sur l’auto-médication etc.

Source: corp.beapp.fr
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Sud Quotidien SENEGAL | LA REGION VERS L’ERADICATION DE LA PATHOLOGIE

Sud Quotidien SENEGAL | LA REGION VERS L’ERADICATION DE LA PATHOLOGIE | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
La région de Sédhiou est de plein pied dans la campagne de chimio prévention du paludisme saisonnier (Cps). Celle-ci est lancée samedi dernier 29 aout au centre de santé de Sédhiou. A cette occasion, le médecin-chef de région a fait savoir que l’exécution de la dernière campagne a permis de baisser de 75% la prévalence et le mot d’ordre est donné pour une dynamique communautaire en vue de l’éradication de la pathologie.
 
C’est parti pour cinq jours de campagne d’administration de molécules antipaludique chez les enfants âgés de trois mois à dix ans durant trois jours de prise en charge. Cette chimio prévention du paludisme saisonnier permettra aux cibles de faire face à la maladie durant les mois d’août, septembre et octobre, période caractérisée par l’abondance des pluies et donc propice au développement de la pathologie. A la cérémonie officielle de lancement, ce samedi au centre de santé de Sédhiou, le médecin-chef de région, le docteur Youssoupha Ndiaye, a fait savoir que cette dynamique communautaire a fait baisser la prévalence de 75% dans la région. 
 
«En analysant tous les résultats de la région de Sédhiou, on se rend compte que nous sommes arrivés à une réduction de 75% des cas de paludisme dans la région. Les décès dans les milieux hospitaliers chez les enfants ayant bénéficié de cette stratégie se résument à 5 cas dans les données qui nous sont parvenues. C’est la raison pour laquelle j’invite tous les acteurs de toute la chaine d’intervention à se mobiliser pour combattre la maladie. Outre cette approche, il convient de rappeler que d’autres stratégies comme l’utilisation des Moustiquaires imprégnées à longue durée d’action (Milda) dans le cadre de la couverture maladie universelle.»
 
Dans son adresse, le premier adjoint au maire, Abdoulaye Coly, non moins acteur de la santé, a invité les parents à jouer leur partition pour l’atteinte des objectifs. «Populations de la commune de Sédhiou, volontaires et agents de santé sillonneront les artères de la ville pour administrer des médicaments à nos enfants. Et, j’invite les parents à réserver un accueil chaleureux à ces agents pour la santé de nos enfants qui constituent l’avenir de notre pays». A signaler que cette campagne Cps se déroulera en trois phases avec un intervalle d’un mois entre les passages.
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

SudOnLine - Le Portail de Sud Quotidien SENEGAL | LE SECTEUR DE LA SANTE EN BALLOTAGE

SudOnLine - Le Portail de Sud Quotidien SENEGAL | LE SECTEUR DE LA SANTE EN BALLOTAGE | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
Le secteur de la Santé est en ballotage. Aux grèves du Syndicat unique des travailleurs de la santé et de l’action sociale (Sutsas) et du Syndicat unique des médecins du Sénégal (Sames), paralysant les structures sanitaires, vient s’ajouter le sit-in du Collectif des médecins en spécialisation hier, jeudi 27 août, devant le ministère de la Santé.
 
Décidément le secteur de la Santé ne va pas bien. Les autorités sanitaires n’ont pas, jusque-là, convaincu les travailleurs du secteur sur leurs revendications qui commencent à dater. Conséquence, le Syndicat unique des travailleurs de la santé et de l’action sociale (Sutsas) et le Syndicat unique des médecins du Sénégal (Sames) menacent de continuer la lutte pour amener le gouvernement à respecter les directives du protocole d’accords signé. Hier, jeudi 27 août, c’est autour du Collectif des médecins en spécialisation (Comes) de battre encore le macadam devant le ministère de la Santé et de l’Action sociale pour exiger le paiement de leur bourse.
 
Au moment où Mballo Dia Thiam, Secrétaire général du Sutsas, menace de procéder à la rétention de l’information sanitaire, le Comes prépare une marche nationale à Dakar, le 15 septembre, pour se faire entendre. Las d’attendre, les médecins inscrits en première année de spécialisation ont dénoncé le fait que leurs camarades n’ont pas encore les résultats de leurs examens parce que n’ayant pas encore payé les frais pédagogiques. Pour le secrétaire général du Comes, Dr Amadou Sow, «l’enveloppe qui devait prendre en charge les étudiants de première année est épuisée dans la mesure où la bourse a été augmentée à 150.000 F Cfa contre 100.000 F Cfa l’année dernière. Et, parallèlement, le nombre de médecins en spécialisation a augmenté». 
 
Face à cette situation désolante, les médecins en spécialisation devront garder leur mal en patience dans la mesure où seule une loi rectificative de rallonge budgétaire peut régler la situation alors que «l’assemblée est en vacance». Et, «ce sera au mois de novembre pour le vote de la loi. Conséquence: certains étudiants pourront perdre l’année», fustige Dr Sow.
 
La qualité des soins en jeu
 
Au-delà de l’impact de la prise en charge des malades pendant les grèves des syndicats du secteur de Santé où l’urgence seulement est assurée, le non-paiement des bourses des médecins en spécialisation à date échue peut causer le désintéressement des médecins sénégalais à la spécialisation. Par conséquent, le déficit constant et croissant de médecins spécialistes au niveau des hôpitaux, dans tout le territoire national, continuera de persister. Et la prise en charge correcte de la Couverture maladie universelle (Cmu), qui cause des problèmes de trésoreries aux structures de santé, comme le prétend Mballo Dia Thiam,  en pâtira.
 
«Au-delà de la spécialisation, la qualité des soins est en jeu. On parle de la Couverture maladie universelle sans pour autant disposer d’un nombre suffisant de médecins. Appuyer les médecins en spécialisation, c’est doter le pays d’un nombre suffisant en médecins spécialisés», relève Dr Sow. Avant de poursuivre son argumentaire: «si Kaffrine n’a pas de gynécologues, c’est parce qu’il n’y a pas assez de gynécologues. Il est question, dit-il, d’aller maintenant à la rencontre des populations, toutes les personnes de bonne volonté pour les sensibiliser sur la question».
 
Se considérant comme la principale force «ouvrière» des structures de santé, car ils abattent un volume de travail non négligeable, ces médecins n’excluent pas d’aller en grève. Ce qui impactera, soutient Dr Sow, sur le «fonctionnement des  hôpitaux, surtout le Chu (Centre hospitalier universitaire) où les DES (Diplôme d’étude spécialisé) font la majeure partie du travail».
 
Le Comes entend mener un plaidoyer pour l’amélioration des conditions de la spécialisation médicale, notamment les questions liées à la bourse de formation, le déficit de médecins spécialistes sénégalais affectables, l’absence de statut des médecins en spécialisation et le retard dans le paiement des inscriptions à la faculté de médecine par des médecins DES. Les médecins inscrits en première année de spécialisation, rappelons-le, sont resté 11 mois sans bourses d’études. Le collectif parle de 132 millions F Cfa pour les 80 étudiants inscrits en première année de spécialisation
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Cas suspect d'Ebola : Un Guinéen en isolement à Ziguinchor

Cas suspect d'Ebola : Un Guinéen en isolement à Ziguinchor | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
Un Guinéen a été mis en isolement au bâtiment qui abrite les consultations externes à l'hôpital régional de Ziguinchor, informe “Le Populaire”. Cet homme s'était présenté à l'hôpital pour une consultation. Mais les toubibs ont vite décelé des signes faisant penser à la maladie d'Ebola qui sévit encore en Guinée Conakry, pays frontalier du Sénégal. Immédiatement, il a été mis en isolement et les responsables de la région médicale alertés.

Des prélèvements ont été effectués et acheminés, hier, par voie aérienne à Dakar. Des tests seront effectués par l'institut Pasteur de Dakar.

En attendant les résultats attendus ce vendredi, le bâtiment où est logé le Guinéen suspecté est fermée à toute personne extérieur au service.

seneweb News
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

A Abidjan, guerre impopulaire contre la dépigmentation de la peau

A Abidjan, guerre impopulaire contre la dépigmentation de la peau | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
Abidjan (AFP) - "Moi j'aime (le) teint clair ! Je ne peux pas arrêter." Fatou, la peau du visage marbrée de l'avoir trop enduite de produits éclaircissants, ne cessera pas d'en utiliser, malgré une récente interdiction décrétée par le gouvernement ivoirien.

Agée de 26 ans, Fatou, tresseuse de cheveux à Adjamé, un quartier commerçant d'Abidjan, est qualifiée de femme "salamandre", du nom de ce petit amphibien dont certaines sous-espèces ont la peau si translucide qu'on en voit les veines.

Comme Fatou, un nombre incalculable d'Ivoiriennes - et de plus en plus d'Ivoiriens - se font blanchir le derme. De la communicante à la vendeuse de marché, en passant par des vedettes de la chanson.

Si aucun chiffre n'est disponible, les "tchatchos" (dépigmentées), également reconnaissables à la peau plus foncée recouvrant leurs articulations (phalanges, coudes), sont omniprésentes à Abidjan.

"Ce sont les hommes qui poussent les femmes à devenir claires", se justifie Marie-Grâce Amani, qui se dépigmente depuis quatre ans.

Une accusation reprise par la ministre ivoirienne de la Santé, Raymonde Goudou Coffie : les Ivoiriens "aiment les femmes qui brillent la nuit !", ironise-t-elle lors d'un entretien avec l'AFP. "Elles apportent la lumière, luisent dans la chambre..."

Et entament surtout leur capital santé. De nombreux produits éclaircissants fragilisent la peau jusqu'à provoquer l'apparition de tâches blanches, cicatrices, plaques de boutons, cancers...

Ces lotions et autres savons engendrent également des "maladies internes", comme l'hypertension et le diabète, avertit le Pr Elidjé Ekra, du service de dermatologie d'un Centre hospitalier universitaire (CHU) abidjanais.

"On sait bien que nos produits éclaircissants sont nocifs", soupire un cadre d'une entreprise cosmétique ivoirienne, pour qui leur interdiction complète serait pourtant contre-productive: "Cela pousserait les consommateurs vers les préparations artisanales, qui sont bien pires encore". "Chez nous, on en connaît au moins la composition", observe-t-il.

Le gouvernement ivoirien a en effet interdit fin avril par décret les produits de dépigmentation, particulièrement s'ils contiennent du "mercure et ses dérivés", des "corticoïdes", de la "vitamine A" ou encore de "l'hydroquinone au-delà de 2%".

L'hydroquinone, un agent blanchissant prohibé en Europe, qui sert notamment de révélateur photographique, "a un effet décapant" passé ce seuil, selon un cadre de la direction nationale de la pharmacie.

"Ce décret n’a souffert d'aucune contestation en Conseil des ministres", suscitant une réelle unanimité pour "protéger les populations", se félicite Mme Goudou Coffie, qui l'a porté.

- Impact minime -

Deux mois après son adoption, son application reste toutefois fort relative.

"Pour un teint kpata" ("propre et clair"), "Mousso gbè" ("Femme claire", en langue dioula) : les salons de beauté d'Abidjan rivalisent toujours d'ardeur pour blanchir la femme ivoirienne.

Les savons "purifiants" et "éclaircissants" continuent d'être vendus. Leurs noms - "Glow and white" (lueur et blanc), "Body white" (corps blanc), "Dynamiclair" - laissent peu de place à l'équivoque.

Seul le "Teint choco" pourrait faire croire à un retour du "black is beautiful". Sauf qu'en nouchi, la langue de la rue abidjanaise, "choco" veut dire "joli", et que ce savon "au beurre de cacao" propose un visage bien clair sur son emballage.

"Après la sensibilisation, nous allons passer à une autre phase consistant à retirer les produits interdits du marché", promet la ministre Raymonde Goudou Coffie.

Un comité national d'évaluation et d'autorisation de commercialisation a été mis en place pour veiller à l'application des mesures. Les contrevenants seront soumis à des amendes allant de 50.000 à de 350.000 francs CFA (76 à 534 euros).

Mais ces peines, faute d'un "décret d'application", restent théoriques, regrette le Pr Ekra. Enchanté par l'initiative gouvernementale, le dermatologue déplore que le texte ne demeure en l'état qu'une "coquille vide". Plus grave, la quête de la blancheur demeure. Les visages éclaircis continuent de proliférer sur les panneaux d'affichage publiciaire à Abidjan.

"On voit toujours des femmes à la télé nationale abonnées aux produits décapants", peste le dermatologue, qui s'interroge : "est-ce que celles qui incarnent l'Etat respectent la mesure ?".

"Le produit éclaircissant ? On dit aux gens que ce n'est pas bon pour leur santé, mais si eux trouvent quelque chose de bien là-dedans... On ne peut pas interdire à quelqu'un de faire ce qu'il veut", philosophe Paul Aristide Kadia, qui en vend.

Au Sénégal, la société civile s'était mobilisée en 2013 pour lutter contre la dépigmentation, sans toutefois réussir à faire interdire les produits éclaircissants.
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Capote Riposte : application sur la contraception d'urgence

Capote Riposte : application sur la contraception d'urgence | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
Pour sensibiliser sur la contraception d'urgence, le laboratoire HRA Pharma lance une application mobile ludique : Capote Riposte. Découverte. Après le serious game "Nuit Chaude Douche froide" lanc...
more...
No comment yet.
Rescooped by Makhtar Loum from Electronic Health Information Exchange
Scoop.it!

CITVoice: How Electronic Health Records Will Be More Helpful To Doctors -- And Patients

CITVoice: How Electronic Health Records Will Be More Helpful To Doctors -- And Patients | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
Twenty years ago, if patients wanted to read their own medical records, they likely had to sue their healthcare provider for access.

Via HealthlinkNY
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Nouveau site web pour tout savoir des hémopathies malignes

Nouveau site web pour tout savoir des hémopathies malignes | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it
Le laboratoire Janssen lance un nouveau site web à destination des professionnels de santé pour tout savoir sur les hémopathies malignes : hemopathies-malignes-B.fr. Présentation. Les hémopathies m...
more...
No comment yet.
Rescooped by Makhtar Loum from Digital Health
Scoop.it!

How Apple Watch pulse oximeter can be used in medicine

How Apple Watch pulse oximeter can be used in medicine | lutte contre la dépigmentation artificielle | Scoop.it

In an interesting find by iFixit — the company known for breaking apart popular gadgets to study their internals — the Apple Watch was found to have the ability to measure blood oxygen saturation.

 

Traditionally we measure blood oxygen saturation using a sensor we attach to your finger, earlobe, or forehead. This is the plastic sensor that your physician might connect to your index finger when your vital signs are being taken before a visit.

 


Via Alex Butler
more...
No comment yet.