En Californie, les parlementaires réfléchissent à limiter la longueur des contrats d'utilisation, que personne ne lit. Les élus envisagent de les limiter à 100 mots et d'obliger les juristes à employer un langage clair et concis. Omniprésentes sur le web, les conditions générales d'utilisation sont souvent ignorées par les internautes alors qu'elles fixent notamment la politique de confidentialité du service.