Libertés Numériques
81.8K views | +0 today
Follow
Libertés Numériques
Veille sur la sécurité et les libertés individuelles à l'heure d'Internet.
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

Emmanuel Macron s’intéresse à la « mesure des Internets », mais aussi au DPI

Emmanuel Macron s’intéresse à la « mesure des Internets », mais aussi au DPI | Libertés Numériques | Scoop.it
Fin mai, apparaissaient quelques articles qui faisaient sourire les geeks et Twitter. Emmanuel Macron, le fringuant ministre de l’Economie, avait demandé à l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), de lui rendre un rapport expliquant « comment mesurer le trafic sur la bande passante d’Internet ». Tout le monde comprend qu’il s’agit de se donner les moyens d’une éventuelle taxation des GAFA. L’affaire est ancienne, largement évoquée par Fleur Pellerin, elle ne fait que resurgir, comme un bon serpent de mer.
more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

J'ai visité le "Big Brother" à la française

J'ai visité le "Big Brother" à la française | Libertés Numériques | Scoop.it
Classée "confidentiel défense", la plateforme nationale des interceptions judiciaires, gérée par la société Thales, sera opérationnelle en avril. Enquête.
more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

Écoutes et espionnage : les Français sous surveillance

Écoutes et espionnage : les Français sous surveillance | Libertés Numériques | Scoop.it

En votant la loi de programmation militaire pour les années 2014 à 2019, la France a-t-elle adopté un Patriot Act ? Si l’on en croit l’analyse du journaliste Laurent Borredon parue dans Le Monde du 13 décembre, la réponse est non. Cette loi, nous dit-il, « s'efforce au contraire de clarifier et d'adapter notre droit à des évolutions technologiques qu'on pouvait à peine soupçonner lorsque la loi de 1991 sur les interceptions de sécurité (les écoutes par les services de renseignement, aussi appelées écoutes administratives) a été adoptée. De manière imparfaite, certes, mais sans justifier un tel tollé ». Je ne suis pas sûr qu’il ait raison, car, sous prétexte de mieux encadrer, on ne fait qu’ouvrir la porte à une surveillance généralisée des citoyens.

more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

Les juges, ça ne sert à rien !

Les juges, ça ne sert à rien ! | Libertés Numériques | Scoop.it
Les juges, c'est bien connu, ça ne sert à rien. C'est en tout cas ce que démontrent une fois de plus nos grassouillets sénateurs qui viennent d'adopter l'article 13 du fameux projet de loi sur la programmation militaire.
more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

France : Surveillance accentuée avec l’écoute en temps réel auprès des FAI

France : Surveillance accentuée avec l’écoute en temps réel auprès des FAI | Libertés Numériques | Scoop.it

Voila qui devait arriver. Après que la France ait largement critiqué l’espionnage orchestré par la NSA, voila que la Sénat vote une loi qui assouplit les procédures d’autorisation pour les écoutes des services de renseignement français. Les données pourront même être interceptées en temps réel auprès des opérateurs.

Les services de renseignement français vont être comblés ! Les citoyens un peu moins par contre… Le Sénat vient en effet d’adopter une loi qui assouplit les procédures d’autorisations et élargit le rayon d’action des « interceptions de sécurité administratives », autrement dit des écoutes extrajudiciaires réalisées par les services secrets français dans le cadre de la surveillance informatique.

Rappelons qu’actuellement, ces procédés sont encadrés par des dispositifs législatifs strictes, et notamment par une autorité indépendante, la commission nationale de contrôles des interceptions de sécurité (CNCIS), qui vérifie la légalité des interceptions.

UnderNews | Lois
more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

La PNIJ, "Big Brother" version française

La PNIJ, "Big Brother" version française | Libertés Numériques | Scoop.it
Géré par Thales et imaginé par Nicolas Sarkozy, le futur système centralisé de surveillance de la police révèle ses failles et son coût.

 

Un monstre qui écoutera tout, tout le monde, tout le temps. "Dès cet été, l'ensemble des communications mises sur écoute passera par ces grandes oreilles de l'Etat", écrit "L'Express" dans une grande enquête publiée mardi 7 mai sur la PNIJ, la "plate-forme nationale des interceptions judiciaires". Un nouveau système de surveillance qui centralisera "plus de 5 millions de réquisitions judiciaires" et "40 000 écoutes autorisées par les juges" chaque année.

Le projet, imaginé par Nicolas Sarkozy et piloté par les ministères de la Justice, devait être secret. Mais les révélations de "L'Express", qui s'ajoutent à celle du défunt site Owni et du "Canard enchaîné" fin 2012, lèvent le voile sur la part d'ombre de la PNIJ sous la gestion du géant français Thales.

more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

Ecoutes télécoms : très contestée, la PNIJ ouvrira en septembre

Ecoutes télécoms : très contestée, la PNIJ ouvrira en septembre | Libertés Numériques | Scoop.it
Dans un article au vitriol, L'Express révèle que la Plateforme nationale d'interceptions judiciaires (PNIJ), qui doit être mise en route en septembre pour centrer toutes les écoutes téléphoniques et informatiques en France, fait l'objet de multiples craintes et contestations.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

La police contre les écoutes

La police contre les écoutes | Libertés Numériques | Scoop.it

Le nouveau système pour les écoutes judiciaires, la fameuse PNIJ, continue à faire des remous. Les policiers sont vent debout contre le projet, confiée à l'entreprise Thales, et ont alerté à plusieurs reprises leurs chefs.

“C’est du délire, du délire !” Après les magistrats, les policiers haussent à nouveau le ton contre le futur système d’écoutes judiciaires. Dans leur ligne de mire : la main mise d’une entreprise privée, le géant Thales, sur des données extrêmement sensibles centralisées en un lieu.

more...
No comment yet.