Libertés Numériques
Follow
Find tag "Bull"
49.9K views | +42 today
Libertés Numériques
Veille sur la sécurité et les libertés individuelles à l'heure d'Internet.
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

Atos rachète Bull, et donc, Amesys

Atos rachète Bull, et donc, Amesys | Libertés Numériques | Scoop.it

Il faut parfois prendre le temps de l’analyse. Parler de surveillance globale, c’est intéressant. Reflets le fait depuis 2011 avec par exemple l’interview sur Techtoc.tv de Thibaut Bechetoille, PDG de Qosmos. C’était bien avant les révélations Snowden. Nous avions poursuivi avec la révélation de la vente d’un système Eagle à la Libye, sujet largement traité dans la presse par la suite. Les récents articles réalisés en partenariat avec Mediapart sur Qosmos donnent une vision plus large de ce qu’est ce marché français de la surveillance globale, du DPI, cette technologie au cœur des systèmes d’écoute de la NSA révélés par les documents d’Edward Snowden. La série entamée sur Qosmos montre également les liens très étroits entre ce secteur et celui du renseignement d’Etat. La DGSE et Qosmos sont étroitement liés, notamment via une « business unit », la BUK. Maintenant prenons un peu de recul. Nos articles ou ceux de Glenn Greenwald ont-il changé quelque chose ? Une question pas inintéressante au moment où Atos annonce le rachat de Bull.

more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

Bull vend Eagle… à un actionnaire de Crescendo, qui est l’actionnaire principal de… Bull

Bull vend Eagle… à un actionnaire de Crescendo, qui est l’actionnaire principal de… Bull | Libertés Numériques | Scoop.it

Début mars 2011, Bull annonçait  avoir « signé un accord d’exclusivité pour négocier la cession des  activités de sa filiale Amesys relatives au logiciel Eagle, destiné à  construire des bases de données dans le cadre d’interception légale sur  internet« .

La vitrine française de l’informatique percevait désormais comme une épide dans le pied son activité d’interception du trafic IP, celle-là même qui avait permis la fusion Bull Amesys. Il faut dire que la foultitude d’articles parus sur la vente au colonel Kadhafi et surtout, à son beau-frère, Abdallah Senoussi, condamné en France par contumace pour son rôle dans l’attentat du DC10 d’UTA, d’un système d’écoute global des communications des Libyens, n’avait pas aidé à redorer l’image de Bull.

more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

Le cynisme de Bercy face au dossier Amesys

Le cynisme de Bercy face au dossier Amesys | Libertés Numériques | Scoop.it

Deux événements sont venus ponctuer notre journée. Le premier, nous vous en parlions ce matin, c’est le feu vert donné par la Cour d’appel de Paris à l’ouverture d’une enquête sur le rôle présumé d’Amesys dans le cadre d’une plainte de la FIDH et de la LDH. Le second (non)évènement c’est la reculade de Fleur Pellerin sur la question de la Neutralité du Net annoncée ce jour à l’occasion d’une super table ronde à Bercy. Nous n’allons pas trop détailler ce point vu qu’on se doutait bien que le changement ça a beau être maintenant, en fait ça ne change pas du tout : le pognon, toujours le pognon, les libertés fondamentales pourront bien attendre un avis du Conseil National du Numérique à qui notre ministre a décidé aujourd’hui de refiler la patate chaude. La Quadrature du Net a d’ailleurs parfaitement résumé l’utilité de cette table ronde.

more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

Amesys : les documents qui impliquent Takieddine et le PDG de Bull

Amesys : les documents qui impliquent Takieddine et le PDG de Bull | Libertés Numériques | Scoop.it

Près de 200 personnes sont, à ce jour, détenues en raison des opinions qu'elles ont exprimées sur l'Internet. Plusieurs d'entre-elles ont été identifiées grâce à des armes de surveillance numériques conçues, et vendues, par des marchands d'armes occidentaux.

A l’occasion de la Journée mondiale contre la cyber-censure, Reporters sans frontières publie un Rapport spécial sur la surveillance, disponible sur surveillance.rsf.org.

Il y dresse une liste de cinq Etats ennemis d'Internet (la Syrie, la Chine, l’Iran, le Bahreïn et le Vietnam), mais également de cinq entreprises (Gamma, Trovicor, Hacking Team, Amesys et Blue Coat), "mercenaires de l'ère digitale" dont les armes de surveillance numérique "ont été ou sont utilisées par les autorités de pays répressifs pour commettre des violations des droits de l’homme et de la liberté de l’information" quand bien mêmes ces entreprises soient allemande, britannique, française, italienne et américaine.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

Le PDG de Bull se plante un couteau dans le dos

Le PDG de Bull se plante un couteau dans le dos | Libertés Numériques | Scoop.it

Philippe Vannier, le PDG de Bull, aimerait bien faire oublier qu'il a conçu, à la demande d'un terroriste, employé par un dictateur, un système de "surveillance massive" de l'Internet capable d'intercepter tous les emails, requêtes Google, sites web consultés, fichiers échangés, chats, etc., "à l'échelle d'une Nation" (Voir Au pays de Candy, enquête sur les marchands d'armes de surveillance numérique, le livre que j'ai consacré à cette affaire).

Bull se défausse aujourd'hui, expliquant d'une part que le contrat passé avec le dictateur en question (Kadhafi) datait de 2007 -alors que Bull n'a racheté Amesys, l'entreprise qui a créé ce système Eagle de surveillance du Net, qu'en 2010-, avançant d'autre part que Bull a depuis revendu Eagle à une autre entreprise... tout en refusant de révéler son nom.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

Bull et Amesys : la boite de Pandore que le gouvernement de François Hollande n’ouvrira pas

Bull et Amesys : la boite de Pandore que le gouvernement de François Hollande n’ouvrira pas | Libertés Numériques | Scoop.it
Souvenez-vous ! Le 26 février 2011, Reflets met son premier pied dans le plat Amesys avec cet article. Nous écrivions : « Il y a pourtant beaucoup à dire, comme par exemple sur un intégrateur français qui serait allé il y a une dizaine de jours, juste avant les premiers soulèvements de Benghazi, rendre visite aux autorités libyennes pour leur vendre un système d’écoute globale, pour une capacité réseau de 60Gbps. Il est souvent difficile de discerner les contours de notre jeu diplomatique, ses enjeux économiques très importants et peut être aussi, de curieux mélanges de genres… »
more...
No comment yet.