États-Unis : le Calvados fait son trou via les cocktails | Ouest France Entreprises | Les news en normandie avec Cotentin-webradio | Scoop.it

Les clients du Calvados Bar de New York, premier bar dédié au calvados aux États-Unis, raffolent de la carte des cocktails à base du produit normand. Comme en France, le calvados devient tendance outre-Atlantique.

Du calvados, de la liqueur de chocolat, un trait de cointreau, quelques épices et une pointe de chantilly. Voilà les ingrédients du cocktail « spice white christmas », servi cet hiver au Calvados Bar de New York. Cet établissement chic aux fauteuils en cuir et aux lumières tamisées, niché à l'intérieur de l'hôtel Intercontinental Barclays, est le premier bar dédié au Calvados aux États-Unis.

Depuis son ouverture l'année dernière, ce bar connaît un succès croissant, profitant d'un attrait nouveau des Américains pour cet alcool. Comme en France où il se refait une santé, le calvados devient « tendance » outre-Atlantique. Les ventes y ont progressé de 60 % en trois ans, atteignant 160 000 bouteilles.

« Le potentiel de développement du calvados en Amérique du Nord est très fort, car c'est un pays qui compte de nombreux amateurs d'alcools bruns, comme le whisky ou le bourbon », juge Vincent Boulard, porte-parole de Spirit France, groupe qui rassemble les marques Boulard, Lecompte et Père Magloire.

92 références

En deux ans, cette entreprise normande a embauché quatre personnes aux États-Unis afin de se développer sur les côtes est et ouest, la région de Chicago et la Floride. « Nos ventes ont progressé de 130 % en trois ans, et Boulard est la marque numéro un sur ce marché. Nous travaillons à vendre le calvados comme un alcool valorisant et luxueux. »

Parmi les nouvelles recrues américaines du groupe, Antoine Garel, jeune diplômé de l'université de Caen, écume les salons et les grands bars aux États-Unis. « En général, dit-il, ils ne connaissent pas le Calvados. Mais l'accueil est très bon : tous ceux qui goûtent aiment. Comme le marché du brandy est très concurrentiel et dominé par le cognac, nous misons beaucoup sur les possibilités de cocktails. Les Américains en sont très friands. »


Via Paul-Jean Ricolfi