LES MYCOTOXYCOSES
44 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Salim Djelouat from Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

Champignon tueur & parasites

 

La moitié des êtres vivants sur terre sont des parasites. La plupart vivent aux dépends de leurs hôtes en causant des dégâts modérés car ils n'ont aucun intérêt à les tuer, mais certaines espèces font vivre à leur corps d'accueil un véritable enfer.

 

Le cas le plus connu est celui du champignon du genre Cordyceps Fungus qui s'attaque aux fourmis, aux araignées, aux papillons ou aux larves.

 

Chez les fourmis, les spores qu'il relâche se fixent à la peau, puis, au bout de 12 à 18 heures, commencent à pousser dans la peau de l'insecte, en consommant des tissus non vitaux. A partir de ce moment, le champignon va peu à peu prendre contrôle de la fourmi en progressant vers son cerveau.

 

Dans un premier temps, la fourmi commence à se comporter de façon étrange et désorientée, oubliant ses occupations habituelles.

 

Elle se promène au hasard pendant quelques heures, puis, lorsque le soleil est au zénith,  grimpe le long d'une tige et plante vigoureusement ses mandibules dans le végétal, au niveau d'une veine de feuille généralement, à environ 25 cm du sol.

 

Cette position, ainsi qu'une orientation vers le nord, assurent une température et une humidité optimales pour le développement du champignon.

 

Le comportement chaotique avait été décrit par Alfred Russell Wallace au 19 ème siècle mais la cause en était alors inconnue.

 

La fourmi meurt au bout de 6 heures, solidement ancrée sur la feuille ou sur la tige. Le champignon se développe alors sur la tête de la fourmi et au bout de trois semaines, explose en disséminant ses spores mortelles.

 

Cette vidéo fait froid dans le dos.

 


Via Koter Info
more...
No comment yet.
Scooped by Salim Djelouat
Scoop.it!

ALIMENTATION: Du riz, de l'arsenic dans le riz, et des effets génotoxiques

ALIMENTATION: Du riz, de l'arsenic dans le riz, et des effets génotoxiques | LES MYCOTOXYCOSES | Scoop.it
Ces chercheurs de l'Université de Manchester viennent de démontrer un lien entre des concentrations élevées d'arsenic dans plusieurs régions rizicoles du monde, des niveaux d'arsenic élevés dans le riz destiné à l'alimentation humaine, et des...
more...
No comment yet.
Scooped by Salim Djelouat
Scoop.it!

Pas de miel pour les enfants de moins d’un an | ANSES - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

Pas de miel pour les enfants de moins d’un an | ANSES - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail | LES MYCOTOXYCOSES | Scoop.it
Le saviez-vous? Il est déconseillé de donner du "#miel aux #nourrissons de moins de 1 an. http://t.co/0seSo3w2Wk #alimentation via @Anses_fr
more...
No comment yet.
Rescooped by Salim Djelouat from Nature to Share
Scoop.it!

Poissons toxiques : l'Agence de sécurité alimentaire recommande deux portions par semaine

Poissons toxiques : l'Agence de sécurité alimentaire recommande deux portions par semaine | LES MYCOTOXYCOSES | Scoop.it

L'Agence de sécurité alimentaire (Anses) recommande de consommer deux portions de poisson par semaine. Seulement ? Oui, car au-delà, il y a risques de contamination au mercure ou aux PCB.


On ne saura bientôt plus à quel plat se vouer. Riche en oméga 3, en phosphore, en magnésium, en vitamines B… mais aussi en substances plus toxiques comme le mercure ou le PCB. Dans un avis rendu public lundi, l'Agence de sécurité alimentaire (Anses) alerte sur les risques d'une surconsommation de poisson et préconise de n'en manger que deux portions par semaine. De préférence, l'une des deux portions devra être un poisson gras comme le saumon, la sardine, le maquereau, le hareng ou la truite fumée.

 

En cause, la toxicité des eaux de mers et de rivière par des produits toxiques, qu'ils s'agissent d'hydrocarbures ou de métaux lourds. Selon une étude publiée en janvier dernier, la déforestation dans le monde a entraîné une pollution importante des lacs et des rivières avec quelque 260 tonnes de mercure, auparavant retenues dans les sols, déversées dans les eaux. Par ailleurs, le mercure contenu dans les 100 premiers mètres de profondeurs des océans a doublé en 100 ans.

 

Enfants, femmes enceintes ou allaitantes concernés

 

La consommation des poissons d'eau douce dits bio accumulateurs, comme l'anguille, le barbeau, la brème, la carpe ou le silure est même limité à deux fois par mois et à une fois tous les deux mois pour les femmes en âge de procréer, enceintes ou allaitantes. Les enfants de moins de trois ans, les petites filles et les adolescentes sont aussi concernés par ces recommandations. Dans le collimateur de l'Anses également pour ce dernier groupe de population, les poissons prédateurs sauvages comme la lotte, le bar, la bonite, l'anguille,le grenadier, le flétan, le brochet, la dorade, la raie, le sabre ou le thon. L'espadon, le marlin, le siki et le requin sont aussi à proscrire en raison d'un risque de contamination au mercure.

 

Et ce n'est pas tout : l'Agence alerte aussi sur une contamination de certains produits de mer par des micro-organismes d'origine humaine ou animale. Ces produits sont consommables dès lors qu'ils sont bien cuits. Poissons crus et coquillages sont donc à éviter. En ce qui concerne la cuisson, l'Anses précise encore qu'il est nécessaire de cuire le poisson de mer frais "à cœur" et qu'il faut "éviter la consommation de coquillages s'ils ne proviennent pas d'une zone d'élevage autorisée et contrôlée". Amateurs de sushis faits maison, sachez qu'il est vivement conseillé de congeler le poisson utilisé "pendant 7 jours afin de détruire les parasites potentiellement présents".


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Scooped by Salim Djelouat
Scoop.it!

Les fruits et légumes responsables de 46 % des intoxications ... - Santé Magazine

Les fruits et légumes responsables de 46 % des intoxications ... - Santé Magazine | LES MYCOTOXYCOSES | Scoop.it
Santé Magazine
Les fruits et légumes responsables de 46 % des intoxications ...
Santé Magazine
Vous êtes ici : Accueil › Maladies › 46 % des intoxications alimentaires dues aux fruits et légumes.
more...
No comment yet.
Scooped by Salim Djelouat
Scoop.it!

LES MYCOTOXICOSES

LES MYCOTOXICOSES | LES MYCOTOXYCOSES | Scoop.it
Salim Djelouat's insight:

LES MYCOTOXICOSES
PAR : SALIM DJELOUAT

On appelle mycotoxicose les toxi-infections alimentaires engendrées par les moisissures. 
Les effets toxiques dus au développement des moisissures dans certains aliments, animaux ou humains sont connus depuis le 19e siècle. 
Leur intérêt en médecine humaine est resté secondaire voir ignoré jusqu'à l'apport de preuves expérimentales de leur implication dans certaines maladies telles que :
• l'aleucie toxique

• la maladie du riz moisi

• et certaines épizooties animales  

 

En Algérie le problème des mycotoxicoses est pratiquement sous-estimé, voir méconnu. 
C'est pour cette raison que nous allons ouvrir un débat autour de ce sujet dont le but essentiel est de faire prendre conscience de ce type d'intoxinations alimentaires.

On recense actuellement plus de 200 espèces différentes de moisissures toxinogènes pouvant se multiplier dans les aliments et ce dans des conditions favorables.
Une vingtaine de mycotoxines sont considérées comme potentiellement dangereuses pour l’homme et l’animal, du fait de leur production et concentration dans les produits alimentaires.

Les plus grandes études concernant les moisissures ont été effectuées sur les genres :

 • aspergillus flavus et aspergillus parasiticus

 • pénicillium verrucosum

• fusarium

PHYSIOPATHOLOGIE GENERALE DES MYCOTOXICOSES : 
 Les mycotoxicoses sont des intoxications résultant de l’ingestion de nourriture contenant des mycotoxines.   

Elles ne sont donc par conséquence,  ni infectieuses, ni contagieuses

L’action des mycotoxines est polymorphe et une même mycotoxine donne des effets variés selon :
-  la concentration

-  la durée d’exposition

-  l’influence d’infections virales, parasitaires ou bactériennes simultanées

- l’état de carence alimentaire

- de stress

- de susceptibilité génétique individuelle, ...


L'ingestion d'un aliment contenant des mycotoxines peut être responsable d'effets graves, voir mortels tant chez l'homme que chez l'animal. 


 Les principaux effets toxiques (donnés à titre indicatif), sont :

 

• des carcinogènes préférentiellement hépatique

 • des tremblements

• des hémorragies surtout intestinales

• des néphrotoxicités

• des hépatotoxicités

• des dermatites

 • une anorexie voir léthargie

• une cytotoxicité

• des convulsions

 • des œdèmes mésentériques

• toxicité générale

 • neurotoxicité

 • une atteinte des organes hématopoïétiques

Les signes cliniques supputés dans ce chapitre, risquent de porter à confusion avec les mêmes signes d'autres pathologies et c'est pour cette raison peut être, que les mycotoxicoses restent ignorées et leur diagnostic non posé. 
Beaucoup d’études dans le monde porte sur les mycotoxicoses de par le monde.

ETUDE DES PRINCIPALES MYCOTOXINES : 
Cette étude porte sur les principales et les plus rencontrées tant chez l’homme que chez l’animal.


           1. aspergillus flavus et aspergillus parasiticus, produisent les aflatoxines B1, G1 et M.  ses aflatoxines ont une très large distribution pratiquement dans tous les substrats que ces dernières peuvent coloniser comme dans le lait. Les aflatoxines sont thermostable, l’aflatoxine B1 est la plus toxique des trois.


           2. Penicillium verrucosum produit l’ochratoxine A, qui est la plus dangereuse. Elle est retrouvée dans le maïs, l’orge, le lait. Cette toxine n’est pas retrouvée chez les animaux herbivores, dont leur flore bactérienne la dégrade en un métabolie non toxique. Dans des conditions normales de cuisson, l’ochratoxine A est partiellement détruite.


           3. Le genre fusarium produits de très nombreuses toxines et surtout la toxine T2 et la trichothécène.


           4. Beaucoup d’autres toxines sont rencontrées telles que :  

• le désoxynivalénol, le nivalénol et les fumonisines B1, B2, qu’ont rencontre dans le mais, le blé et l’orge.

• La zéaralénone, la patuline, la citrinine, les trémorgènes neurotoxiques, sont produites surtout chez les animaux, mais peuvent être aussi présentes dans les produits agricoles tels que le son et le maïs. 

MESURES DE PREVENTION :
De façon générale, en milieu professionnel, les mesures de prévention sont peu développées, contrairement aux dispositions prises vis-à-vis des aliments.  

 Il serait  donc prudent d'appliquer des mesures de prévention efficaces  afin de limiter, empêcher  ou réduire le développement des moisissures dans les produits sensibles et en particulier dans :
• les céréales,

• les farines et le pain

• les graines oléagineuses

• les fruits et les jus de fruits

 • les marmelades

• les épices

 • les potages déshydratés

Les mesures de prévention devront concerner, les matières premières destinées à la fabrication des produits pour la consommation humaine et animale et commenceront :
- de la culture

 - de la récolte

 - de toutes les étapes du stockage

- de transport

 - et surtout de leur transformation  

 

L'objectif recherché des mesures de prévention concernant les aliments pour animaux, n'est pas seulement d'éviter l'apparition de mycotoxicoses chez ces derniers mais, surtout de supprimer la présence de résidus des mycotoxines dans le lait, les viandes et les œufs. 
Les mycotoxines sont thermo résistantes et il est donc impossible d'appliquer des traitements thermiques pour détruire ou réduire la concentration des mycotoxines dans un aliment, quel qu'il soit. 
 

Autre élément important à souligner, le grattage des parties moisies de certains aliments peut ne pas ÉLIMINER complètement les mycotoxines, car leur toxine diffuse dans tout l'aliment et ce à partir de colonies de moisissures. 
Il nous a été donné de constater que du pain moisi (souvent devenant bleu) est donné à des animaux, surtout les vaches. 
 Je vous laisse le soin de deviner les dangers que le consommateur peut risquer en buvant du lait de vache et qui coute actuellement très cher. 
 Les fromages moisis et ce même après un nettoyage mécanique, ne devraient jamais être utilisés comme matières premières pour la fabrication de fromage fondu.

CAS PARTICULIERS : 
Il convient de reconsidérer et ce pour l'éthique le cas concernant certains aliments ou le développement des moisissures est bénéfique si non nécessaire. 
Concernant ce cas particulier, le développement des moisissures ce fait à partir de quantités significatives mais surtout contrôlées. 
En ce qui concerne les fromages fermentés par les moisissures tel que : camembert, roquefort et certains fromages de chèvres, l'hypothèse a été avancée selon laquelle les souches utilisées pour leur fabrication pourrait produire des mycotoxicoses. 
Les études réalisées ont démontrées que les souches "starters", ne produisent pas d'aflatoxine, ni autre mycotoxine. 
Cependant la possibilité pour certaines souches de moisissures de produire des mycotoxines en cours de fabrication des fromages artisanaux n'est pas à exclure.  

Les souches utilisées pour la fabrication des fromages tels que :

camembert et roquefort, appartiennent à des souches pour :

• camembert : pénicillium camemberti

• roquefort : pénicillium roquefort

Ces deux souches de moisissures peuvent être responsables d'effets toxiques, d'ou l'intérêt du contrôle microbiologique très sérieux, lors de la fabrication des ces deux fromages.

 

Un dernier aspect mérite d'être souligné concernant l'utilisation des épices et ce pour la préparation de certains aliments, il serait prudent de surveiller les souches utilisées pour pouvoir déceler à temps la production éventuelle de mycotoxines. 
En conclusion, on pourra dire que la prévention systématique des mycotoxines consiste à empêcher la croissance des moisissures dans les aliments et leurs matières premières. 
Deux procédés pourront être utilisés : 

1 - la déshydratation  

2 - l'addition d'antifongiques appropriés.

 

 

Pour tout contact : salimdjelouat@gmail.com

 

 

more...
No comment yet.