Les économies collaboratives
58 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Visuact
Scoop.it!

RESEAUX SOCIAUX 2013 EN MOTION DESIGN

Il y a 2,3 milliards d’internautes dans le monde, dont plus de 40 millions en France. 78% de ces internautes fréquentent les réseaux sociaux: Facebook, twitter,…
Visuact's insight:

Pheed : le réseaux social qui permet enfin de monétiser son temps sur internet !

more...
No comment yet.
Rescooped by Visuact from La revue de presse & web du SNA
Scoop.it!

Le crowdfunding : la culture du financement participatif.

Le crowdfunding : la culture du financement participatif. | Les économies collaboratives | Scoop.it
Le crowdfunding, financement participatif en français, est un sujet très à la mode. Importé des Etats-Unis, ce système connaît aujourd’hui un développement important sur notre territoire, notamment à travers des sites internet tels que My Major Company, Kickstarter ou KissKissBankBank. Initialement dédiés à la production d’artistes musicaux, designers, illustrateurs et autres réalisateurs de cinéma, les sites de crowdfunding se sont depuis étendus à un financement plus large du secteur culturel et notamment d’artistes contemporains, à l’instar de Art For My Century.

 

Plus récemment, le géant My Major Company a annoncé le lancement d’une vaste campagne d’appel à la générosité du grand public pour la rénovation de quatre monuments français en partenariat avec la Réunion des Musées Nationaux : le Panthéon, la Dame Carcas de Carcassonne, les statues d’Hippomène et d’Atalante du Parc de Saint-Cloud et le Mont Saint-Michel.


Via Syndicat National des Antiquaires
more...
No comment yet.
Scooped by Visuact
Scoop.it!

Le blog de la Consommation Collaborative

Le blog de la Consommation Collaborative | Les économies collaboratives | Scoop.it
Des articles sur le principe même de la consommation collaborative, et des interviews avec les acteurs du moment. Un lieu d'échanges et de mise en lumière des initiatives les plus prometteuses.
more...
No comment yet.
Scooped by Visuact
Scoop.it!

Numa, le grand lieu de l'innovation et du numérique à Paris

Numa, le grand lieu de l'innovation et du numérique à Paris | Les économies collaboratives | Scoop.it
Situé au 39 rue du Caire, le lieu est conçu comme une place forte de rassemblement favorisant sans cesse la diversité, la rencontre et l'ouverture dans un objectif de croissance et de performance des entreprises.
Visuact's insight:

Serait ce ici où se construira notre nouveau modèle?

more...
No comment yet.
Scooped by Visuact
Scoop.it!

Présentation de l'économie symbiotique devant la Commission Innovation 2030 - juin 2013

Audition le 13 juin 2013 d'Isabelle Delannoy présentant l'Economie Symbiotique devant la commission Innovation 2030 mise en place par l'Elysée. Une nouvelle ...
Visuact's insight:

Une nouvelle source de réflexion pour la plateforme collaborative Visuact

more...
No comment yet.
Rescooped by Visuact from Economie de l'innovation
Scoop.it!

Bpifrance lance le portail de la finance participative : TousNosProjets.fr

Bpifrance lance le portail de la finance participative : TousNosProjets.fr | Les économies collaboratives | Scoop.it

Lors des Assises de la finance participative, Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Economie participative a annoncé le lancement par Bpifrance du site TousNosProjets.fr

Ce site a pour objectif de fédérer l’ensemble des acteurs français ducrowdfunding, et d’offrir un point d’entrée unique pour les particuliers qui souhaitent financer des projets à impact positif dans le domaine social, environnemental, culturel ou économique.  

Le marché du financement participatif (crowdfunding) est dynamique en France. Il représentait un montant global d’investissement de 25 M€ en 2012 et devrait s’élever à 80 M€  en 2013. On observe chaque année un-plus que-doublement des montants collectés auprès du grand public.  Mais avec plus de 60 sites différents, recensés à ce jour, il était compliqué pour un particulier de faire son choix.


Via Lockall
Visuact's insight:

Un nouveau contrôle de l'État sur les finances particiupatives : quels sont les nouveaux enjeux autour du mécénat particulier?

more...
No comment yet.
Scooped by Visuact
Scoop.it!

VIDEO #1 : Grégoire de La Ronciere – Présentation | Grégoire DE LA RONCIERE

VIDEO #1 : Grégoire de La Ronciere – Présentation | Grégoire DE LA RONCIERE | Les économies collaboratives | Scoop.it
Visuact's insight:

Un nouveau candidat adepte au collaboratif sur Sèvres

more...
No comment yet.
Scooped by Visuact
Scoop.it!

Lisa Gansky MasterClass: “Mesh” A Sharing Economic Model - Web TV - La Cantine

Lisa Gansky est une serial-entrepreneuse américaine qui a contribué à la transformation et au renouvellement de nombreux secteurs.
Visuact's insight:

Lisa Gansky, auteur de « The Mesh – Why the future of Business is Sharing » nous a rendu une agréable visite le 3 octobre dernier à La Cantine à Paris pour un évènement Master Class. Nous en avons profité, avec mon ami Eric Baille de la société de communication audiovisuelle Adesias Production, pour réaliser une petite interview d’elle. Traduit dans plus de 15 langues, The Mesh explore les récents développements de l’économie du partage et les nouveaux business models de la fonctionnalité. Voici cette interview retranscrite ainsi qu’une vidéo de cinq minutes de Lisa à la fin.

Lisa, qu’est-ce que « The Mesh » (le maillage) ?

The Mesh représente un changement fondamental dans notre relation aux personnes, aux objets, aux services et impacte presque tous les éléments de notre vie professionnelle et personnelle. En résumé, il s’agit de passer d’un monde où nous possédions tout ce que nous utilisions à un monde où l’accès s’impose sur la propriété.

Existe-t-il  des spécificités géographiques du phénomène collaboratif ? Ou est-ce partout les mêmes biens ou services qui se partagent ?

C’est un phénomène global. On recense aujourd’hui 90 pays qui participent activement à ce mouvement dans les vingt-cinq catégories identifiées par The Mesh, catégories qui vont de l’immobilier, en passant par l’automobile, la nourriture ou les biens culturels. Mais chaque région adapte bien-sûr son offre en fonction des attentes des clients. Des spécificités existent. On recense par exemple plus de 25 entreprises qui expérimentent le covoiturage en adaptant l’offre à leur territoire à travers le monde. Je suis sûre qu’à l’instar du « bike sharing » qui est aussi transverse, toutes les initiatives qui collent aux aspirations profondes des consommateurs connaitront un succès rapide. De plus, ces entreprises innovantes apprennent les unes des autres et c’est une immense opportunité. Nous avons tout à apprendre et tout à gagner de ces expériences communes. En ce sens, nous sommes tous gagnants.

Concernant la collaboration justement, dans quelle mesure cette collaboration entre les services fait-elle effectivement du sens ?

La collaboration est un aspect fondamental : qu’on le veuille ou non, nous sommes tous connectés les uns aux autres. Les plateformes de partage envahissent progressivement nos vies pour nous dire :   »il y a de la valeur dans ce que vous possédez, il y a de la valeur dans ce que vous connaissez, elles nous poussent à nous ouvrir aux autres. » Jusqu’à maintenant, le monde était très fermé :  les entreprises possédaient des usines, des salariés, retenaient à tout prix l’information.

Ces plateformes nouvelles sont en train de rendre le monde plus ouvert et la collaboration est au cœur de leur fonctionnement, de même que la culture de la générosité, de la confiance, de la vérité, de la transparence. Cette collaboration peut être intentionnelle ou accidentelle. De nombreux services de partage se copient partout dans le monde et apprennent de leurs échecs et de leurs succès tous les jours.

Faut-il légiférer et encadrer ce modèle ? Notamment fiscalement ?

Personnellement, je ne crois pas que les gouvernements doivent contrôler le modèle collaboratif. C’est beaucoup trop tôt ! Nous sommes au tout début d’un changement majeur concernant ce business et cette économie. Le contrôle de l’Etat rendrait les innovations plus frileuses. En revanche, je suis pour que l’Etat soutienne ces expériences grâce notamment à la promotion de l’innovation pour faire germer de nouveaux modèles économiques participatifs. C’est le marché qui choisira quel type de partage ou de covoiturage sera le mieux adapté à son écosystème économique et sociétal. Le « Maillage » que je décris dans mon livre génère un tel trafic de données qu’il s’auto-enrichit. Spotify, Zopa, KisskissBankBank, Buzzcar, Deways, Velib se sont tous construits sur ce maillage d’opportunités. Aujourd’hui, les Etats peuvent nous aider à lancer de nouveaux projets pour toucher de nouvelles catégories de clients. Les entrepreneurs, les institutions, les habitants ou encore les touristes apprendront rapidement à évoluer dans un environnement autonome et responsable.

Quels sont les trois secteurs d’activité qui vont le plus émerger dans les prochains mois, années ?

Il y en a trois :

La mobilité d’abord. En 2050, 75% d’entre nous vivrons en milieu urbain. Limiter ou encadrer les déplacements est impensable. Le mouvement doit être repensé entièrement et c’est un challenge porteur.Les compétences ensuite. Aucune entreprise, aucune ville ne parvient à retenir ses meilleurs éléments sans un cadre de vie serein. De nouvelles façons de travailler et de nouveaux espaces de travail s’inventent chaque jour de Curitiba à Dar Es Salam en passant par Paris.Enfin, la troisième voie de développement majeure concerne l’immobilier. Il ya tant de gaspillage en la matière ! Des plateformes comme One Fine Stay, Loosecubes, VRBO ou Airbnb permettent la valorisation des locaux souvent inoccupés et donc sous valorisés. Qu’il s’agisse des écoles, des églises, des parkings, des terrasses. Enfin, le maillage ne s’étend que grâce à des individus mobiles, connectés, volontaires et qui n’ont pas peur de se lancer tout de suite !Comment va évoluer le monde du partage d’ici 5 ans ?

Nous allons découvrir une liberté nouvelle en comprenant que nous n’avons pas besoin de posséder autant de choses, de nous retrouver piégés par autant de bien matériels que nous n’utilisons pas, d’avoir à gérer l’entretien d’objets que nous ne savons plus réparer. La vie sera beaucoup plus remplie, plus joyeuse, avec plus d’interactions au sein de nos diverses communautés, bien plus Meshy ! D’un point de vue entrepreneurial, nous allons découvrir qu’il y a beaucoup de valeur dans des micro-moments de la vie quotidienne, des écosystèmes nouveaux vont se créer autour de ces nouveaux services de partage entre particuliers.

more...
No comment yet.