Les colocs du jardin
Follow
Find
10.1K views | +29 today
Scooped by Bernadette Cassel
onto Les colocs du jardin
Scoop.it!

Chez vous - Convertir votre toit en jardin

Chez vous - Convertir votre toit en jardin | Les colocs du jardin | Scoop.it

Ecologie : un autre regard. « Le site hispanophone http://diarioecologia.com consacre un article aux "toits verts", un moyen de "renaturer" les espaces urbains et de limiter certains effets néfastes induits par l'urbanisation (pollution de l'air, bruit,... »


→ Como convertir tu azotea en un hermoso jardín | Noticias de ecologia y medio ambiente
http://diarioecologia.com/como-convertir-tu-azotea-en-un-hermoso-jardin/


more...
No comment yet.
Les colocs du jardin
Des plantes pour les insectes, des insectes pour les plantes... et leur place dans nos espaces !
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Comment se débarrasser des mouches à fruits ?

Comment se débarrasser des mouches à fruits ? | Les colocs du jardin | Scoop.it

Par Marie-Ève Morasse. La Presse. « Elles ont de quoi nous rendre fous lorsqu'elles sortent par dizaines d'un plat de fruits dans lequel une banane noircissait depuis un moment. Elles ont beau mesurer moins de 4 mm, les mouches à fruits sont des insectes qui ont le don de nous exaspérer. »


« Rien de mieux que de connaître son ennemi avant de s'y attaquer. D'abord, leur véritable nom. Si on la surnomme «mouche à fruits», la Drosophila melanogaster, ou mouche drosophile, n'est pas la «vraie» mouche à fruits, explique Marjolaine Giroux, entomologiste à l'Insectarium de Montréal. » 


« "Pour nous, les entomologistes, les mouches à fruits appartiennent à un autre groupe. Ce sont les Tephritidae, de petites mouches dont les ailes sont tachetées de noir. Ce sont de belles mouches», dit-elle.

Parce qu'elles recherchent les fruits bien mûrs pour se reproduire, les drosophiles se sont emparées du titre de «mouches à fruits» (ou encore mouches à vinaigre) dans la langue de tous les jours. »


« D'où sortent-elles au juste, lorsqu'elles apparaissent en grand nombre dans la cuisine? La plupart du temps, elles arrivent de l'épicerie ou du marché, bien installées sur un fruit avec leurs oeufs. »


« "L'été, elles peuvent venir de l'extérieur, on en voit par exemple autour du compost dans la cour. [...]"  »


[...]




more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Jardins de Noé : Découvrez de drôles de dames !

Jardins de Noé : Découvrez de drôles de dames ! | Les colocs du jardin | Scoop.it

Jardins de Noé. « Lettre d’information n°62 - Juillet 2014 »
  
« Pendant cette période de vacances, découvrez le secret de ces belles dames qui vous emmènent voyager jusqu’en Afrique. Faites-en aussi les stars de votre jardin avec le concours photo de Noé ! [...] »


[Image] « L'espèce du mois - La Belle-dame - Une incroyable et charmante migratrice !… »

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des plantes contre les moustiques ?

Des plantes contre les moustiques ? | Les colocs du jardin | Scoop.it

"Tweet from @Mozziebites"


Dr Cameron Webb. Twitter. « While extracts may have some repellent properties, whole plants don't [...] »


Bernadette Cassel's insight:


Traduction :

Alors que les extraits de plantes peuvent avoir certaines propriétés répulsives, la plante entière ne le peut pas...

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

« Il nous faudrait une bonne guerre »

« Il nous faudrait une bonne guerre » | Les colocs du jardin | Scoop.it
Samedi 26 juillet à 19 h sur France 5. Un tour du monde des initiatives écologiques.


Bernadette Cassel's insight:


SUR VARIÉTÉS ENTOMOLOGIQUES :

→  "Il nous faudrait une bonne guerre ?" diffusé les 26 et 28 juillet sur France 5

more...
SOS Biodiversité's curator insight, July 27, 9:58 PM

a voir sur PLuzz en replay

Rescooped by Bernadette Cassel from Confidences Canopéennes
Scoop.it!

Agroforesterie et viticulture


Via ThePrimGardener, Christian Allié
Bernadette Cassel's insight:


fiche-thematique-AFAF-principes-agroforesterie-vigne-Viticulture.pdf
http://www.agroforesterie.fr/documents/fiches-thematiques/fiche-thematique-AFAF-principes-agroforesterie-vigne-Viticulture.pdf


more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Confidences Canopéennes
Scoop.it!

Faire fleurir le désert, avec le Dr Sylla Tati

Faire fleurir le désert, avec le Dr Sylla Tati | Les colocs du jardin | Scoop.it
Article paru dans le magazine COOP COOPERAZIONE, SUISSE
Un chamane moderne, Le médecin tessinois, Dr SYLLA TATI, a un rêve ambitieux : faire fleurir des arbres fruitiers sur les terres arides du SENEGAL. Pour offrir à l’Afrique un avenir meilleur. Abraham...

Via Aaisha Sylla, Christian Allié
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La diversité des arbres, une arme écologique contre les insectes ravageurs

Par Bastien Castagneyrol. YouTube. « La chenille processionnaire du pin (Thaulmetopoea pityocampa de son nom latin) est l'un des principaux insectes ravageurs des pins en Europe et en Afrique du Nord. Les chenilles consomment les aiguilles en hiver et peuvent provoquer d'importantes défoliations. Qui dit défoliation dit perte de croissance pour l'arbre. Et perte de revenus pour le sylviculteur. Ce ravageur est bien connu dans la région des landes de Gascogne où il bénéficie d'une attention toute particulière de la part des chercheurs de l'Inra. Ils y étudient notamment les mécanismes écologiques qui pourraient permettre de limiter l'infestation des pins par la chenille processionnaire. En dénombrant les attaques de ce ravageur sur des pins plantés dans un dispositif expérimental à grande échelle, ils se sont aperçu que les essences feuillues, et plus particulièrement le bouleau, pouvaient jouer le rôle de garde du corps contre la chenille processionnaire. Comment ? La suite en image. »


more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Paysage, agriculture et biodiversité
Scoop.it!

Planter des arbres pour cultiver des céréales

Planter des arbres pour cultiver des céréales | Les colocs du jardin | Scoop.it


En Lot-et-Garonne, certains agriculteurs pratiquent l'agroforesterie pour cultiver des céréales. Sur la même parcelle, des arbres ont été plantés pour apporter leurs nutriments à la terre et ainsi participer à une démarche d'enrichissement des sols. Des initiatives soutenues par l'Union européenne.


France 3 Aquitaine. « L'agroforesterie pour enrichir les terres à cultiver »


Via les documentalistes des Chambres d'agriculture , CAUE des Yvelines
more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Actualités sur l'agronomie et l'enseignement supérieur
Scoop.it!

INRA - journée agroforesterie

INRA - journée agroforesterie | Les colocs du jardin | Scoop.it

JOURNÉE AGROFORESTERIE - Les arbres et les formations ligneuses dans les parcelles et les paysages agricoles : un atout pour la modernisation écologique de l'agriculture ?


Via ENSAT
Bernadette Cassel's insight:


« ENSAT's insight:

 
Une journée dédiée à l'agroforesterie, vendredi 1er août au festival Jazz in Marciac, organisée par l'INRA avec l'association Arbre et Paysage 32 » 


more...
ENSAT's curator insight, July 10, 1:08 AM

 
Une journée dédiée à l'agroforesterie, vendredi 1er août au festival Jazz in Marciac, organisée par l'INRA avec l'association Arbre et Paysage 32

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Et si on observait les insectes ?

Et si on observait les insectes ? | Les colocs du jardin | Scoop.it
Et si, en ces temps de grande chaleur, nous faisions attention à ces petites bêtes de notre quotidien ? L'association Perche nature implantée à Mondoubleau rappelle le ...


La Nouvelle République. « [...] La disparition de certains habitats (zones humides, prairies sèches,…), la raréfaction de leurs plantes hôtes, les pesticides ou le changement climatique, sont autant de menaces pour les insectes. Leurs milieux de vie devenant de plus en plus restreints ou appauvris, les jardins jouent un rôle important dans leur conservation en tant que milieux de substitution. »


« Et l'association de dispenser quelques conseils. [...] »

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Entomophagie

Entomophagie | Les colocs du jardin | Scoop.it

Par Alain Fraval. OPIE-Insectes. « Des nouvelles des insectes : les Épingles entomologiques. »


« Bob Tuckley, qui tient le magasin « Au jardinier naturel » à Vancouver (Canada), rappelle que les drosophiles sont particulièrement abondantes et donc gênantes en juillet. Et fournit le moyen d’en finir avec elles. C’est simple et naturel. »


« "Je pense que les plantes carnivores sont le meilleur moyen pour en venir à bout. Elles capturent les drosos à votre place."
Et de préciser.
Les populaires dionées attrape-mouche ne sont pas les plus efficaces : elles attirent leurs proies dans leur gueule avec un parfum sucré, mais elles sont vite rassasiées et, au bout de 3 ou 4 insectes, elles se ferment.
Les Népenthacées portent élégamment leur urne fatale. Elles y noient aussi guêpes et abeilles.
La reine de plantes entomophages, c’est la drosera. Son mucilage attractif, adhésif et digestif en fait l’ennemi radical des drosophiles.
 "2 ou 3 pots de drosera sur le comptoir de la cuisine vous débarrasseront de la plupart de ces mouches". »


« D’après « Carnivorous plants eat away fruit fly infestations », lu le 8 juillet 2014 à www.cbc.ca/news/ »



more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from apiculture 2.0
Scoop.it!

Le Valais est le paradis de l'abeille sauvage, particulièrement à Erschmatt

Le Valais est le paradis de l'abeille sauvage, particulièrement à Erschmatt | Les colocs du jardin | Scoop.it
480 des 600 espèces d'abeilles sauvages de la Suisse sont répertoriée en Valais. Il y en a une très grosse concentration sur Erschmatt. L'Etat édite une brochure d'informations.

Via xtramiel
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L’agriculture urbaine, ingrédient de l’économie « glocale »

L’agriculture urbaine, ingrédient de l’économie « glocale » | Les colocs du jardin | Scoop.it
 La Grand’Place ? Prenez à gauche après la troisième ferme urbaine... Entendrons-nous un jour ce genre de conversation dans les rues de Bruxelles? Sans aller jusque là, l’économiste belge Guibert Del...
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les aventures de la biodiversité

Les aventures de la biodiversité | Les colocs du jardin | Scoop.it
Chroniques du vivant, un agréable petit livre pour ceux qui se demandent comment fonctionne ce qu'on appelle aujourd'hui la biodiversité.


Politis. « François Letourneux, président pour la France de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, et Nathalie Fontrel, journaliste à France Inter pour tout ce qui concerne l’environnement et la nature, ont conjugué leurs savoirs et leurs talents pour mettre en forme un agréable petit livre dont les histoires courtes racontent, expliquent et commentent la nature au quotidien. En rappelant comment "l’Homo Sapiens, longtemps un gros mammifère parmi d’autres, est devenu en dix mille ans l’espèce envahissante la plus efficace de la planète". »

« De la loutre de mer au moustique en passant par les relations compliquées entre les chats et les oiseaux ou la vie de l’azuré, un papillon qui entretient d’étranges relations avec les fourmis, les auteurs passent en revue des vies discrètes qui se déroulent tout près de nos promenades et des jardins. [...] »  

Bernadette Cassel's insight:


SUR VARIÉTÉS ENTOMOLOGIQUES :

Chroniques du vivant. Les aventures de la biodiversité


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Du vert près de chez moi

Du vert près de chez moi | Les colocs du jardin | Scoop.it

Paris.fr. Mairie de Paris. « À partir du 15 juillet, les Parisiens peuvent proposer des lieux à verdir grâce à l'appli "Dansmarue". Murs, trottoirs, placettes, façades, 200 lieux publics proposés par les citoyens seront choisis et végétalisés. »


« La Ville de Paris invite les Parisiens à recenser les lieux qui pourraient accueillir de la végétalisationau plus près de chez eux (délaissés, mobiliers urbains, murs…). »


« En effet, les riverains sont les meilleurs connaisseurs de leur quartier, des  usages qui s’y développent et des lieux qui sont susceptibles de se prêter à une végétalisation ponctuelle. »


« Avec le concours des services de la Ville, c’est une occasion nouvelle qui est offerte aux habitants de repérer, et éventuellement faire vivre, de nouveaux espaces de verdure. »

 

>> Proposer un lieu à végétaliser via le formulaire Paris.fr


>> Télécharger l'application smartphone DansMaRue (Android / Iphone)


[...] 


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Communauté urbaine d’Arras : aux jardins familiaux, on cultive aussi un état d’esprit

Communauté urbaine d’Arras : aux jardins familiaux, on cultive aussi un état d’esprit | Les colocs du jardin | Scoop.it
Il y a globalement quatre ou cinq personnes sur la liste d’attente, pour une parcelle aux jardins familiaux de la com [...] - Dainville - La Voix du Nord
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Vers blancs et hannetons

Vers blancs et hannetons | Les colocs du jardin | Scoop.it
Si les jardiniers se félicitent de la disparition progressive des vers blancs, suite à des abus de traitement phytosanitaires, nos amis entomologistes s'inquiètent, eux, de la disparition des hannetons.
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Gembloux: des solutions contre les pucerons, chenilles et autres limaces

Gembloux: des solutions contre les pucerons, chenilles et autres limaces | Les colocs du jardin | Scoop.it
Au Centre wallon de recherches agronomiques de Gembloux, les chercheurs élèvent des insectes qui peuvent naturellement aider les agriculteurs dans leur lutte contre les pucerons, chenilles et autres limaces...
more...
Christian Allié's curator insight, July 26, 1:05 AM

................"""""""""""""""""""""""..............

 

........... 

Louis Hautier est un éleveur un peu particulier. Dans des chambres climatisées du Centre agronomique de Gembloux, il nourrit des coccinelles, des coléoptères et même des araignées :

 

"Ce sont des araignées chasseuses, qui ne font pas de toile, mais qui courent après leur proie. Donc c'est un insecte de plus, utile à l'agriculteur."

 

Mais du haut de son tracteur, l'agriculteur ignore souvent que son champ regorge d'insectes qui sont des alliés naturels contres les nuisibles comme les pucerons ou les limaces. Et les tonnes d'insecticides à large spectre déversés sur les cultures ne font pas dans la nuance et anéantissent aussi les insectes utiles.

 

Dans un autre laboratoire, les chercheurs de Gembloux testent justement l'effet des pesticides :

"Ce sont des firmes privées qui nous demandent de tester leurs produits, afin de voir l'effet que cela provoque sur les insectes utiles. Dans les dossiers d'homologation des pesticides, il y a un volet insectes utiles, où des études d'impacts doivent être fournies par la firme qui dépose le dossier. "

 

Avec cette information, l'agriculteur peut choisir les produits qui ménagent ses alliés biologiques. Ils peut aller plus loin et aménager parmi ses cultures, des bandes fleuries ou herbeuses, qui sont autant de refuges pour les insectes utiles.

Des moyens de lutte biologique qui sont transposables dans le jardin de Monsieur et Madame tout le monde.

François Louis, Christine Pinchart

 

Rescooped by Bernadette Cassel from Biodiversité et agriculture
Scoop.it!

Agriculture et biodiversité - Des outils pour agir, des expériences à partager

Agriculture et biodiversité, des outils pour agir, des expériences à partager. Relation « agriculture et biodiversité » : les points de vue peuvent être diff...

Via LAUNAY Stéphane
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un insecte de plus en plus présent dans nos jardins

Un insecte de plus en plus présent dans nos jardins | Les colocs du jardin | Scoop.it
Difficile de s'en débarrasser . Depuis 2 ou 3 ans, au printemps, apparaissent dans nos jardins des filaments blancs puis des larves sur les tiges des plantes, suivis, en juillet, par des...


[Image Metcalfa pruinosa via Encyclopedia of Life]



Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMOSCIENCE :

→  Les cicadelles nuisibles à l'agriculture


more...
Le JardinOscope's comment, July 25, 1:13 AM
Prédateurs naturels : les lézards et un auxiliaire hyménoptère, Neodryinus typhlocybae, prédateur de la cicadelle qui parasite le ravageur en pondant dans les larves de Metcalfa.
http://jardifaune.canalblog.com/archives/2011/08/22/21836511.html
Christian Allié's comment, July 25, 1:33 AM
Merci, excellentes infos sur ce blog!
Bernadette Cassel's comment, July 25, 8:32 AM
Merci à Patrick (Jardinoscope) pour ce complément instructif !
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Avec la nouvelle clé du Spipoll, c'est décidé, j'me fais paparazzi des pollinisateurs !

Avec la nouvelle clé du Spipoll, c'est décidé, j'me fais paparazzi des pollinisateurs ! | Les colocs du jardin | Scoop.it

Par Lisa Garnier. Vigie Nature.  

    

[...]


Le conseil pour faciliter la détermination de vos pollinisateurs


« La nouvelle clé de détermination du Spipoll est très ludique (ici) ! Mais il est bon de savoir que vous ferez de nombreux aller-et-retours entre votre photo et cette clé pour donner un nom à l'insecte ou de l'araignée (oui, il y en a sur les fleurs). Mais Aurélie Froger, la principale conceptrice, a pensé à tout ! Ainsi, la photo de l'insecte peut y être affichée. Elle peut même être rognée sans que cela touche le fichier source et subir des zooms : Magique ! »  

    

[...]    

      

« Le Spipoll est un observatoire co-animé par l'Office pour les insectes et leur environnement (OPIE) et le Muséum national d'Histoire naturelle. »


Bernadette Cassel's insight:


SUR VARIÉTÉS ENTOMOLOGIQUES :

Une nouvelle clé d'identification pour le Spipoll


more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Confidences Canopéennes
Scoop.it!

Quand l’agriculture s’installe en ville… - Métropolitiques

Quand l’agriculture s’installe en ville… - Métropolitiques | Les colocs du jardin | Scoop.it
Dans cet article, André Torre et Lise Bourdeau-Lepage s'interrogent sur la place de la nature en ville à travers la question de l'agriculture

Via Christian Allié
Bernadette Cassel's insight:


« Christian Allié's insight:

..................."""""""""""""""""""""""""................

 

[ ... ]

 

............ 

L’agriculture en ville, un mode de vie ?

Aujourd’hui, l’ampleur des innovations à concevoir et à développer ne permet en aucun cas d’imaginer une autosuffisance alimentaire des villes des pays industrialisés (Deverre et Traversac 2011), et l’agriculture ne peut prétendre s’intégrer au cœur du métabolisme urbain (Barles 2007). Mais l’agriculture urbaine balbutiante peut contribuer à accroître la place de la nature dans la ville (Bourdeau-Lepage et Vidal 2012) et apporter quelques solutions aux situations parfois dramatiques résultant de la crise (Torre 2012b). Les expériences sont en cours. Détroit, l’ancienne capitale de l’automobile, a réhabilité de vastes zones pour une agriculture de subsistance des populations locales et met en œuvre le plus grand projet de ferme urbaine au monde, dans l’esprit des victory gardens qui ont contribué à l’alimentation de millions de citadins pendant la Deuxième Guerre mondiale. Le mouvement Slow Food, qui appelle à l’éducation du goût des consommateurs et prône la consommation de produits locaux et de saison, rêve de transformer les friches industrielles et les cours de récréation en « paysages fertiles ». Il considère que l’agriculture urbaine constitue, du fait de la hausse du prix de l’énergie, le moyen de parvenir à un mode de vie durable dans les grandes villes.

Mais ces situations restent encore exceptionnelles et l’avenir de l’agriculture urbaine passera sûrement par une intégration des dimensions paysagères et esthétiques chères aux habitants des villes. Ne serait-ce que parce qu’elle reste sous le regard des citadins, qui ont une approche différente des agriculteurs traditionnels et qu’elle doit tenir compte de cette vision, l’agriculture en ville doit peut-être tendre vers des formes plus proches du jardinage que de l’exploitation ou de l’agronomie traditionnelles. Elle peut avoir valeur d’exemple pour des citadins ayant oublié ou ne sachant plus comment pousse une plante ou comment un fruit se transforme en terre. Après tout, et comme le dit joliment Marie-Paule Nougaret (2010), ce ne sont pas les plantes qui poussent en ville, mais les villes qui vivent sur la planète des végétaux… » 


more...
Christian Allié's curator insight, July 21, 12:41 AM

..................."""""""""""""""""""""""""................

 

[ ... ]

 

............ 

L’agriculture en ville, un mode de vie ?

Aujourd’hui, l’ampleur des innovations à concevoir et à développer ne permet en aucun cas d’imaginer une autosuffisance alimentaire des villes des pays industrialisés (Deverre et Traversac 2011), et l’agriculture ne peut prétendre s’intégrer au cœur du métabolisme urbain (Barles 2007). Mais l’agriculture urbaine balbutiante peut contribuer à accroître la place de la nature dans la ville (Bourdeau-Lepage et Vidal 2012) et apporter quelques solutions aux situations parfois dramatiques résultant de la crise (Torre 2012b). Les expériences sont en cours. Détroit, l’ancienne capitale de l’automobile, a réhabilité de vastes zones pour une agriculture de subsistance des populations locales et met en œuvre le plus grand projet de ferme urbaine au monde, dans l’esprit des victory gardens qui ont contribué à l’alimentation de millions de citadins pendant la Deuxième Guerre mondiale. Le mouvement Slow Food, qui appelle à l’éducation du goût des consommateurs et prône la consommation de produits locaux et de saison, rêve de transformer les friches industrielles et les cours de récréation en « paysages fertiles ». Il considère que l’agriculture urbaine constitue, du fait de la hausse du prix de l’énergie, le moyen de parvenir à un mode de vie durable dans les grandes villes.

Mais ces situations restent encore exceptionnelles et l’avenir de l’agriculture urbaine passera sûrement par une intégration des dimensions paysagères et esthétiques chères aux habitants des villes. Ne serait-ce que parce qu’elle reste sous le regard des citadins, qui ont une approche différente des agriculteurs traditionnels et qu’elle doit tenir compte de cette vision, l’agriculture en ville doit peut-être tendre vers des formes plus proches du jardinage que de l’exploitation ou de l’agronomie traditionnelles. Elle peut avoir valeur d’exemple pour des citadins ayant oublié ou ne sachant plus comment pousse une plante ou comment un fruit se transforme en terre. Après tout, et comme le dit joliment Marie-Paule Nougaret (2010), ce ne sont pas les plantes qui poussent en ville, mais les villes qui vivent sur la planète des végétaux…

Rescooped by Bernadette Cassel from Confidences Canopéennes
Scoop.it!

Bienvenue dans l’agriculture de demain, libérée des pesticides et du pétrole, et créatrice de dizaines de milliers d’emplois

Bienvenue dans l’agriculture de demain, libérée des pesticides et du pétrole, et créatrice de dizaines de milliers d’emplois | Les colocs du jardin | Scoop.it
C'est une promesse pleine d'avenir : nourrir la France sans pesticides, sans engrais chimiques, et quasiment sans pétrole, tout en dégageant de (...)


[Liens]

• Institut Sylva - Etude Maraichage permaculturel et performance economique - Rapport d'etape janvier 2014.pdf

• Étude maraîchage permaculturel - Rapport intermédiaire 2013.pdf

• Lire l’article du magazine Kaizen  

     

[Vidéo]

▶ Portes Ouvertes Ferme Bec Hellouin Juillet 2012 - YouTube
http://www.youtube.com/watch?v=YBff82C8h6g


Via Christian Allié
Bernadette Cassel's insight:


« Christian Allié's insight:

.........""""""""""""""""""""""""............

 .........

Sur son île, Charles Hervé-Gruyer ressemble un peu à un aventurier… de l’alimentation de demain. Après avoir parcouru le monde sur un bateau-école, il a accosté ici, au Bec Hellouin, un petit coin de terre où nourrir sainement ses enfants. Près de deux hectares d’herbage au sol, au départ peu fertile, où poussent désormais, en abondance, près de 1 000 variétés de végétaux, fruits, légumes, plantes aromatiques. Dix ans plus tard, l’endroit est devenu une ferme de référence pour les adeptes de la permaculture, la culture permanente.

Toutes les semaines, 65 paniers de légumes issus de 2 000 m² dédiés au maraîchage vont régaler les habitants du coin, de la région de Rouen et de Paris. Une autre partie est vendue à un grossiste, qui alimente ensuite un magasin Biocoop. Un restaurant parisien étoilé s’y approvisionne également. À la ferme, un chef cuisinier prépare confitures ou sauces qui sont ensuite vendues sur place.
« Les déchets de l’un font les ressources de l’autre »

En cette fin avril, quatre rotations de culture ont déjà été effectuées depuis le début de l’année. Sous la serre, petits pois, salades et carottes poussent à foison. Les fèves qui grandissent viennent capter l’azote pour alimenter les salades, qui s’étendent au sol et évitent ainsi l’apparition de mauvaises herbes. A la ferme du Bec Hellouin, toutes les cultures sont associées : pas de rangs séparés de carottes, pommes de terre et salades. Mais plusieurs variétés de légumes, aux besoins différents, plantés à proximité, et qui s’alimentent mutuellement. Dehors, des légumes précoces poussent sur une butte dite « chaude », agrémentée de fumier de cheval. Ce dernier se composte en direct sur la butte, et permet ainsi de gagner quelques degrés sur la fin du froid hivernal...........

[ ... ] » 


more...
Christian Allié's curator insight, July 18, 1:41 AM

.........""""""""""""""""""""""""............

 

......... 

Sur son île, Charles Hervé-Gruyer ressemble un peu à un aventurier… de l’alimentation de demain. Après avoir parcouru le monde sur un bateau école, il a accosté ici, au Bec Hellouin, un petit coin de terre où nourrir sainement ses enfants. Près de deux hectares d’herbage au sol, au départ peu fertile, où poussent désormais, en abondance, près de 1 000 variétés de végétaux, fruits, légumes, plantes aromatiques [2]. Dix ans plus tard, l’endroit est devenu une ferme de référence pour les adeptes de la permaculture, la culture permanente.

Toutes les semaines, 65 paniers de légumes issus de 2 000 m2 dédiés au maraîchage vont régaler les habitants du coin, de la région de Rouen et de Paris. Une autre partie est vendue à un grossiste, qui alimente ensuite un magasin Biocoop. Un restaurant parisien étoilé s’y approvisionne également. A la ferme, un chef cuisinier prépare confitures ou sauces qui sont ensuite vendues sur place.

« Les déchets de l’un font les ressources de l’autre »

En cette fin avril, quatre rotations de culture ont déjà été effectuées depuis le début de l’année. Sous la serre, petits pois, salades et carottes poussent à foison. Les fèves qui grandissent viennent capter l’azote pour alimenter les salades, qui s’étendent au sol et évitent ainsi l’apparition de mauvaises herbes. A la ferme du Bec Hellouin, toutes les cultures sont associées : pas de rangs séparés de carottes, pommes de terre et salades. Mais plusieurs variétés de légumes, aux besoins différents, plantés à proximité, et qui s’alimentent mutuellement. Dehors, des légumes précoces poussent sur une butte dite « chaude », agrémentée de fumier de cheval. Ce dernier se composte en direct sur la butte, et permet ainsi de gagner quelques degrés sur la fin du froid hivernal...........

 

[ ... ]

 

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

N’arrachez plus les herbes de vos rues, photographiez-les

N’arrachez plus les herbes de vos rues, photographiez-les | Les colocs du jardin | Scoop.it
Grâce à au projet « Sauvages de ma rue », des citoyens scrutent, surveillent et photographient les plantes sauvages urbaines. Et les scientifiques se chargent ensuite de faire parler ces données.
Bernadette Cassel's insight:


« [...] "On a remarqué [...] que plus on s’éloigne des centres-villes, plus on trouve des plantes dont le mode de reproduction repose sur la pollinisation par les insectes. A l’inverse, plus on s’approche du centre, plus on trouve des plantes qui sont autogames ou dont la reproduction repose sur le vent, très probablement parce qu’on y trouve moins d’insectes", explique Audrey Tocco, animatrice nationale de l’observatoire. [...] »


more...
Anthony Crémont's curator insight, July 19, 12:15 AM

"Elles racontent l’état de santé de nos villes et l’évolution des espèces sauvages.""

Rescooped by Bernadette Cassel from Mes passions natures
Scoop.it!

Des vieilles branches mises en lumière

Des vieilles branches mises en lumière | Les colocs du jardin | Scoop.it
1 400 ha de vieilles forêts ont été décelés en Ariège. Elles sont parsemées de hêtraies sapinières parfois centenaires, poussant dans des sols parfois millénaires. Une étude est menée depuis 2008 afin de cartographier les vieilles et anciennes ...

Via Bourdoncle
Bernadette Cassel's insight:


« [...] Les hêtres et les sapins ont une durée de vie naturelle de 350 à 400 ans. Ce qui est très jeune par rapport à l'âge des sols des anciennes forêts. Des générations de chauve-souris et d'insectes se succèdent et s'abritent dans ces écosystèmes d'exception, garants d'une biodiversité extraordinaire. [...] »  


more...
No comment yet.