Les colocs du jardin
Follow
Find tag "Reporterre"
19.1K views | +38 today
Les colocs du jardin
Des plantes pour les insectes, des insectes pour les plantes... et leur place dans nos espaces !
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La mauvaise réputation du lierre n'est pas fondée

La mauvaise réputation du lierre n'est pas fondée | Les colocs du jardin | Scoop.it

Le jardin sans pétrole. Reporterre, 14.02.2015


« Par cette belle journée ensoleillée, le lierre a grimpé autour du chêne. Injustement accusée de parasiter les arbres, cette plante est en fait un écosystème en soi et protège les troncs. »

                 


more...
Christian Allié's curator insight, February 16, 2:02 PM

................""""""""""""""""""""""""""""""................

 

..........

Les vertus du lierre


Tiens, je remarque pour la première fois que la présence de lierre commun (Hedera hélix) sur l’un des chênes. Une présence heureuse puisque cette plante, accusée pendant longtemps de parasiter les arbres sur lesquels elle pousse, est aujourd’hui considérée comme un écosystème à elle toute seule.

Loin d’abîmer le tronc, le lierre le protège de la fracture par le gel ou des animaux pouvant endommager l’écorce. Il produit des molécules qui inhibent les champignons, les bactéries ou les parasites qui peuvent s’attaquer aux arbres.

C’est une liane qui forme des tiges ligneuses dont la taille peut atteindre trente mètres de long ! Elle grimpe droit vers le ciel en s’aidant de petites ventouses qu’elle fixe sur l’écorce sans gêner les flux de sève.

Derrière son feuillage persistant, il abrite et nourrit un nombre incalculable d’insectes et en cette période hivernale, les oiseaux viennent se nourrir de ses baies noires, toxiques pour l’homme mais très prisées des mésanges, des fauvettes et autre rouge-gorges ....

[ ... ]

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Conseil aux promoteurs de projets inutiles : S'il y a du gazon, alors c'est bon !

Conseil aux promoteurs de projets inutiles : S'il y a du gazon, alors c'est bon ! | Les colocs du jardin | Scoop.it
Un projet de supermarché portant atteinte à des terres agricoles et aux petits commerces locaux. La CNAC (Commission nationale d’aménagement (...)
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les chercheurs s’intéressent à l’agriculture urbaine

Les chercheurs s’intéressent à l’agriculture urbaine | Les colocs du jardin | Scoop.it

Par Aurélie Sobocinski (CNRS). Reporterre. « Le boom de l'agriculture urbaine »


« Toits cultivés, jardins partagés, friches exploitées… Une déferlante verte aux formats nouveaux gagne aujourd’hui le cœur des villes de l’Hexagone et d’Europe, après avoir déjà conquis l’Amérique du Nord. En Île-de-France, de premiers recensements font ainsi apparaître que la surface totale des jardins associatifs pourrait atteindre celle de la surface de maraîchage professionnel ! Et à Marseille, on compte un millier de petites parcelles où sont cultivés des légumes potagers sur une trentaine d’hectares. Loin des canons agricoles classiques, lové dans les plus petits interstices de parfois quelques mètres carrés, le phénomène intrigue les scientifiques. Que cache cette multiplication d’expérimentations entre béton et bitume ? Effet de mode ou mouvement durable ? »


« Pour essayer de mieux saisir le phénomène, le programme Jassur (Jardins associatifs urbains et villes durables), financé par l’Agence nationale de la recherche, a été lancé en janvier 2013. Car l’agriculture urbaine, dont la définition même varie selon les continents, est un sujet plus complexe qu’il n’y paraît : [...] »


[...]


Source : CNRS


[Image] Les jardins ouvriers et familiaux du Castellas, dans le XVe arrondissement de Marseille, comptent 243 potagers avec leur cabane à outils.

                             

___________________________________________________________________


« Le programme Jassur est porté par un consortium de douze partenaires de la recherche et du monde associatif dans sept agglomérations françaises (Lille, Lyon, Marseille, Nancy, Nantes, Paris et Toulouse). »


« L’un des principaux objectifs du programme Jassur consiste aujourd’hui à quantifier précisément la valeur productive de ces jardins urbains. »

                        

more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Terroirs mediterranéens
Scoop.it!

L'agriculture biologique peut nourrir le monde

L'agriculture biologique peut nourrir le monde | Les colocs du jardin | Scoop.it

Reporterre. « L’agriculture biologique n’est pas une aimable fantaisie de bobos en mal de verdure, mais une démarche apte à sortir l’agriculture européenne de l’impasse dans laquelle elle se trouve. Enjeu : nourrir neuf milliards d’habitants. Moyen : changer de paradigme, et sortir de la subvention aux machines. Entretien bousculant avec l’agronome Jacques Caplat. »



« L’agriculture biologique pourrait alimenter neuf milliards d’êtres humains et être plus productive que notre agriculture conventionnelle. C’est l’idée iconoclaste défendue par Jacques Caplat. Il est agronome, ancien conseiller agricole, fils d’agriculteur et auteur d’un ouvrage intitulé L’Agriculture biologique pour nourrir l’humanité (Actes Sud). Il y démonte les idées reçues sur l’agriculture biologique et rappelle que notre agriculture occidentale contemporaine n’est pas le seul modèle possible. »


Via Nicolas Senil
more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Confidences Canopéennes
Scoop.it!

Il a abandonné le labour et ses terres s'en portent très bien

Il a abandonné le labour et ses terres s'en portent très bien | Les colocs du jardin | Scoop.it

Par Campagnes solidaires. « Pour moi, c’est le sol avant tout : il faut le nourrir en permanence, donner de la nourriture en surface et se rapprocher au maximum de la couverture permanente. Je crois à cette technique et les rendements sont là ! »


« Il faut d’abord essayer sur les bonnes terres : on ne teste pas une nouvelle technique sur un sol fatigué qui, quoi que l’on fasse, donnera des mauvais résultats. En cas d’échec, on accusera la technique testés, alors que c’est avant tout le sol et les techniques passées qui sont en cause. »


« Les problèmes de semelles de labour et de compactage mettent plusieurs années à se résoudre, il faut un travail mécanique (fissuration ou décompactage) pour réparer le sol en profondeur au démarrage. »


[Image] « Semis direct sur mulch »


Via Christian Allié
more...
Christian Allié's curator insight, January 30, 2014 11:11 AM

......."""""""""""""""""""""""""""".......

 

[  .....  ]

 

.... 

Le semis direct, c’est donc un changement global de la façon de cultiver ?

Tout doit être anticipé, on doit avoir un an minimum de projection. Avant d’implanter un maïs, je dois pouvoir semer un bon couvert qui nourrira mon sol tout l’hiver, et pour cela je dois obligatoirement avoir mon sol libre tôt à l’automne. Ainsi, j’ai réduit mes indices maïs pour réussir mes couverts. Il faut pouvoir semer maximum le 15 octobre.

Les couverts sont la clés de la réussite. J’expérimente plusieurs types de rotations pour casser la monoculture, et le semis direct m’offre des opportunités. Je sème par exemple un maïs ou un soja en dérobe, ou encore un sorgho ou un moha le jour même de la récolte de mon méteil.

[  ...  ]

 

..... 

Faut-il un matériel spécifique ?

Il faut un semoir particulier. J’utilise un semoir argentin, qu’un tracteur de 90 chevaux peut tirer. Il coûte environ 25 000 € neuf, dispose d’un disque trancheur, d’un disque ouvreur et de roues pour fermer le sillon et contrôler la profondeur. Il faut le passer à 3 km/h sur les prairies et à 4-5 km/h sur les couverts. C’est peut-être lent, mais il n’y a que cela à passer !

 Propos recueillis par Maritxu Lopepe, journaliste à Laborari, hebdomadaire d’ELB, syndicat basque membre de la Confédération paysanne.

Source : Publié dans et transmis amicalement par Campagnes solidaires

Rescooped by Bernadette Cassel from ECO13
Scoop.it!

Pour la biodiversité, adoptons les bonnes vieilles méthodes agricoles, propose l'ONU

Pour la biodiversité, adoptons les bonnes vieilles méthodes agricoles, propose l'ONU | Les colocs du jardin | Scoop.it

Par Elisabeth Schneiter, Reporterre. « Pour préserver la biodiversité, il faut redécouvrir des modes d’agriculture ancestraux plus respectueux de l’environnement. C’est ce qu’affirme l’IPBES, organisme de l’ONU chargé de prévenir l’extinction des espèces. »



Via Pescalune, Elodie C.
more...
Christian Allié's curator insight, December 13, 2013 12:04 PM

..........""".........

.....  L’Organisation des Nations Unies a récemment formé sur le modèle du GIEC (Groupement intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat), la « Plate-forme intergouvernementale sur la biodiversité et les services éco-systémiques » (IPBES), un groupe de cent quinze pays qui doit tenter de faire baisser le rythme de l’extinction des espèces dont la croissance est exponentielle (cent à mille fois plus rapide que le taux naturel d’extinction).

 

[ ..... ]

......... 

Parmi les efforts visant à ralentir l’extinction, on trouve aussi la création de zones protégées et une application réelle des lois sur la protection de la faune.

D’autres exemples de savoirs traditionnels comprennent des fosses creusées à flanc de coteaux en Tanzanie pour recueillir les précipitations de la saison des pluies et limiter l’érosion, ou des observations météorologiques faites par les Inuits dans l’Arctique afin de compléter les données satellitaires sur la fonte des glaces.

 

Anne Larigauderie, prochaine Secrétaire exécutive de l’IPBES, remarque que les peuples autochtones se sentent souvent ignorés par les planificateurs du gouvernement. "Il y a un grand besoin de reconnaissance et d’acceptation de leurs connaissances. »

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un jardin collectif en danger sur le campus de Grenoble‏

Un jardin collectif en danger sur le campus de Grenoble‏ | Les colocs du jardin | Scoop.it
Nés des mouvements étudiants contre le CPE sur le campus universitaire de Grenoble, Les Jardins d’utopie est un espace collectif, ouvert à tous, de partage de savoir, de discussions..., qui perdure malgré l’acharnement de l’administration du campus à s’en débarrasser. Cet espace de liberté fait tache dans le projet de pôle international universitaire dont rêve l’administration. Elle veut raser les jardins pour un projet "d’esplanade conviviale à dominante verte" et les poursuit en justice.


more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Economie Responsable et Consommation Collaborative
Scoop.it!

À la fac de Bordeaux, les étudiants choisissent l'option jardin

À la fac de Bordeaux, les étudiants choisissent l'option jardin | Les colocs du jardin | Scoop.it

Sur le campus de l’université de Bordeaux, l’association AOC (Appellation Origine Campus) cultive son jardin et sème des graines de nature et de vivre ensemble.
Un idéal de campus pour le XXIe siècle ?


Via Bernard BRUNET, Aurélien BADET
more...
Stratégie Marketing's curator insight, January 26, 5:47 AM

L'environnemental est un sujet à suivre parmi les grandes tendances sociétales, à relier avec le collaboratif. c'est pourquoi je scoope cet article, bien qu'il soit loin du marketing. L'initiative est rafraîchissante!

Rescooped by Bernadette Cassel from Sustainable imagination
Scoop.it!

Les fourmis élèvent les pucerons, ce qui n'est pas bon pour les plantes

Les fourmis élèvent les pucerons, ce qui n'est pas bon pour les plantes | Les colocs du jardin | Scoop.it

"Par Christine Laurent. Chronique du jardin sans pétrole. Reporterre.

Jardiner dans la grande ville ? Difficile. Alors Christine s'échappe toutes les fins de semaine, pour maraîcher et observer la nature. Tout va bien... sauf les colonies envahissantes de pucerons, soigneusement entretenues par les fourmis. Il va falloir sévir… au savon noir."



Via Laurence Serfaty
Bernadette Cassel's insight:


SUR LES COLOCS DU JARDIN :

Chronique du jardin sans pétrole - Des bourdons et des chatons


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Chronique du jardin sans pétrole - Des bourdons et des chatons

Chronique du jardin sans pétrole - Des bourdons et des chatons | Les colocs du jardin | Scoop.it
Jardiner dans la grande ville ? Difficile. Alors Christine s'échappe toutes les fins de semaine, pour maraîcher et observer la nature. Et édifier (...)
more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Attitude BIO
Scoop.it!

Le cojardinage, une forme d'agriculture urbaine

Le cojardinage, une forme d'agriculture urbaine | Les colocs du jardin | Scoop.it

Par Sébastien . Reporterre. « Je te prête mon jardin, tu me prêtes ta main verte »


« D’un côté, des particuliers ayant un jardin, mais pas le temps ni l’envie de s’en occuper. De l’autre, des passionnés à la main verte n’ayant pas de terrain. Le site Internet Savez-vous planter chez nous propose de les mettre en relation. Une initiative maligne (et non lucrative !) qui remet l’échange et la nature au cœur du lien social… »


[...]


« On pouvait s’attendre à ce que les gens soient réticents à l’idée de laisser des inconnus entrer dans leur demeure et profiter de leur jardin. Pourtant, en à peine deux ans d’existence, le site plantezcheznous.com compte déjà des milliers d’annonces et propose des échanges dans tous les départements français et même quelques pays frontaliers.

"Plusieurs facteurs expliquent cet engouement, analyse Chantal Perdigau, co-fondatrice du site avec son frère. C’est tout d’abord une idée solidaire et avantageuse pour les deux parties. Et puis c’est dans l’air du temps, dans la continuité de tous ces échanges de bons procédés comme le covoiturage et les échanges de services, c’est du cojardinage !" »


« Non contente d’être conviviale, la pratique vient aussi opportunément répondre à une demande croissante de traçabilité alimentaire et d’une agriculture respectueuse de l’environnement dans les aires urbaines.

"En plus de la prise de conscience de l’importance d’une bonne alimentation, ajoute Chantal, il y a aussi l’idée d’investir les lieux publics et ramener la biodiversité en ville ». Le site héberge même quelques annonces d’apiculteurs cherchant des terrains pour installer leurs ruches. « Le problème des abeilles est important, précise-t-elle, car les potagers manquent souvent d’abeilles pour polliniser les légumes". »


Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Mes passions natures
Scoop.it!

Chômage ? On peut créer 600 000 emplois dans l'agriculture !

Chômage ? On peut créer 600 000 emplois dans l'agriculture ! | Les colocs du jardin | Scoop.it
Alors que le chômage atteint en France un nouveau sommet, économistes et politiques ressassent les mêmes idées qui ne marchent pas, "politique de (...)

Via Bourdoncle
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Ce jardinier réinvente l'agriculture sur moins d'un hectare

Ce jardinier réinvente l'agriculture sur moins d'un hectare | Les colocs du jardin | Scoop.it

Par Christine Laurent. Reporterre. « Dans sa ferme des "Jardins de la Grelinette", au sud de Montréal, Jean-Martin Fortier, l’auteur de Jardinier-maraîcher, cultive des légumes bio sur moins d’un hectare. "Le nouveau paradigme est de comprendre que nous faisons partie de la nature et que l’on peut s’inspirer d’elle. Nous sommes au début de cette nouvelle vision de l’agriculture." Entretien. »


[...]


[Article repéré via Napakatbra : "Les mots ont un sens, mais finalement on s'en fout !"]


more...
No comment yet.