Le Monolecte
14.3K views | +1 today
Follow
Le Monolecte
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Où sont passés les salaires des ouvrières chinoises de Mattel ?

Où sont passés les salaires des ouvrières chinoises de Mattel ? | Le Monolecte | Scoop.it
L'industrie internationale du jouet, ou l'exploitation en toute impunité ? Cela fait quinze ans que le groupe américain Mattel, leader mondial du (...)
Agnès Maillard's insight:

Dans la série, le Père Noël est une ordure

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Zones blanches : ces territoires encore éloignés du « vrai » haut débit fixe - Lagazette.fr

Zones blanches : ces territoires encore éloignés du « vrai » haut débit fixe - Lagazette.fr | Le Monolecte | Scoop.it

98,3 % des Français ont en effet accès à des services ADSL depuis leur domicile. Toutefois, selon l’ARCEP, ce taux de couverture n’est plus que de 77 % seulement pour les connexions bénéficiant d’un débit supérieur ou égal à 2 Mbit/s. Or, ce seuil de 2 Mbit/s est aujourd’hui considéré comme le seuil minimal d’un service haut débit, ainsi que l’a d’ailleurs reconnu le ministre en charge des communications électroniques, M. Éric Besson, devant votre commission lors de son audition le 20 juin dernier.

Agnès Maillard's insight:

De la nécessité de revenir à l'aménagement du territoire

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Comment « foutre les boules » aux opposants d’un TGV ? 1/2

Comment « foutre les boules » aux opposants d’un TGV ? 1/2 | Le Monolecte | Scoop.it
Enquête sur les « recettes » des lobbys privés et publics pour Imposer des projets d’aménagement urbain Le projet d’implantation d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, confié au groupe Vinci par les autorités publiques locales a...
Agnès Maillard's insight:

Bien que la Campagne pour le Train à Grande Vitesse soit menée par des lobbyistes avec le soutien d’une entreprise créée par le gouvernement, High Speed Two Ltd, elle a été lancée pour donner l’impression d’être une campagne d’opinion « de base », regroupant des employeurs inquiets, des entreprises locales et des habitants de la région. Il s’agit d’un exemple de ce qu’on appelle « la démocratie de synthèse » (le recours à des associations fantoches), une technique de lobbying qui a reçu ses lettres de noblesse dans les années 1990, lorsque des lobbyistes américains défendant les fabricants de tabac ont monté des groupes bidon de défense des fumeurs.

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

USA : comment viols, MST et exploitation du gaz de schiste sont liés - Rue89

USA : comment viols, MST et exploitation du gaz de schiste sont liés - Rue89 | Le Monolecte | Scoop.it
Le journaliste de Vice a titré son article: "Le fracking m’a filé une chaude-pisse". Pas de quoi rire, ni crier à l’intox écolo.
Agnès Maillard's insight:

« Offrir un emploi et de l’argent à des hommes rudes dans des endroits où il n’y avait rien avant débouche inévitablement sur ce genre de situation : les hommes rudes vont dépenser leur fric de manière rude. Et alors ? Le journaliste énumère les problèmes, OK, mais ne mentionne aucun des bénéfices induits pour la société, notamment la transition énergétique du charbon vers le gaz, qui est une bonne chose. »

« Je ne dis pas qu’il faut laisser forer intensivement n’importe comment, une régulation et des normes sont bien sûr nécessaires. Mais oh ! Regardez plus loin que le bout de votre nez : des sacrifices à court terme valent le coup quand on considère les gains économiques et environnementaux. »

Ces commentaires émanent sans doute de gens vivant bien loin des champs gaziers. En tout cas, leurs auteurs sont des hommes, pas des femmes.

more...
No comment yet.
Rescooped by Agnès Maillard from ARTPOL
Scoop.it!

Entre théâtre et jeunesse: formes esthétiques d'un engagement

Entre théâtre et jeunesse: formes esthétiques d'un engagement | Le Monolecte | Scoop.it

"APPEL A COMMUNICATIONS   «ENTRE THEATRE ET JEUNESSE: FORMES ESTHETIQUES D’UN ENGAGEMENT» Colloque international organisé par Marie Bernanoce et Sandrine Le Pors - Arras les 3-4 avril 2014 - Grenoble les 10-11 avril 2014

 

Date limite de soumission des propositions de communication: le 15 décembre

 

Il s’agit du premier colloque universitaire international consacré aux relations entre théâtre et jeunesse dans la triple sphère française, francophone et européenne.

 

(...)

 

Il s’agira d’étudier comment le rapport à la jeunesse correspond moins à une thématique qu’à un engagement dépassant le seul théâtre destiné aux jeunes et interrogeant à la fois le monde et le théâtre, la jeunesse et les adultes soucieux de regarder le monde tel qu’il va depuis l’enfance. (...)"

 

visuel: « Les Romains échevelés à la première représentation d'Hernani (Victor Hugo) », gravure de Grandville (1836) 


Via Vangauguin
more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Après la chasse aux communistes, les Etats-Unis se lancent dans la traque aux écologistes

Après la chasse aux communistes, les Etats-Unis se lancent dans la traque aux écologistes | Le Monolecte | Scoop.it
Le FBI lui a proposé d'infiltrer son groupe militant. Il a décidé d'écrire un livre sur la chasse aux « éco-terroristes ». Dans Green is the New Red, pas (...)
Agnès Maillard's insight:

En diffusant la peur parmi la population, cette répression vise à décourager la dissidence et l’opposition. L’objectif est de bâillonner un mouvement social grandissant, concret, qui menace les profits des entreprises. Ces stratégies ont été utilisées depuis de nombreuses années. Elles se sont intensifiées depuis le 11 septembre. Le jour des attaques du World Trade Center, des politiques prétendaient publiquement que leurs auteurs pouvaient être des éco-terroristes ! Cette rhétorique terroriste a été immédiatement utilisée et étendue aux activistes politiques afin de défendre les priorités des entreprises.

 
more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Les cinq stades de l’effondrement, par Dmitry Orlov

Les cinq stades de l’effondrement, par Dmitry Orlov | Le Monolecte | Scoop.it

Je poursuis la petite série de textes que je trouve intéressants de Dmitry Orlov, ils aident à la réflexion. Il est né à Leningrad et a immigré aux États-Unis à l’âge de douze ans. Il a été témoin de l’effondrement soviétique lors de plusieurs visites prolongées sur sa terre natale russe entre la fin des années 1980 et le milieu des années 1990. Il est ingénieur et a contribué à des champs aussi variés que la physique des hautes énergies et la sécurité informatique.

Ce texte de fond est du 11 novembre 2008, donc après le pic de la Crise de 2008, et développe son propos précédent sur l’effondrement d’une économie. Je le publie avec l’accord du traducteur, orbite.info, que je remercie.

Agnès Maillard's insight:

L’effondrement financier semble particulièrement douloureux si vous vous trouvez avoir beaucoup d’argent. D’un autre côté, je rencontre tout le temps des gens qui ont le sentiment que rien n’est encore arrivé. Ce sont surtout des gens jeunes, qui ont relativement réussi, qui n’ont pas ou peu d’économies, et ont encore des boulots bien payés, ou une assurance chômage qui n’est pas encore épuisée. Leur vie quotidienne n’est pas très affectée par la tourmente sur les marchés financiers, et ils ne croient pas que quoi que ce soit de différent soit en train de se produire en dehors des hauts et des bas économiques habituels.

L’effondrement commercial est bien plus évident, et l’observer ne nécessite pas d’ouvrir des enveloppes et d’examiner des colonnes de chiffres. C’est douloureux pour la plupart des gens, et mortellement dangereux pour certains. Quand les rayonnages des magasins sont vidés du nécessaire et restent ainsi pendant des semaines de suite, la panique s’installe. Dans la plupart des lieux, cela requiert une sorte de réaction d’urgence, pour s’assurer que les gens ne soient pas privés de nourriture, d’abris, de médicaments, et que certaines mesures de sécurité et d’ordre public soient maintenues. Les gens qui savent ce qui vient peuvent se préparer à en éviter le pire.

L’effondrement politique est encore plus douloureux, parce qu’il est mortellement dangereux pour beaucoup de gens. La rupture de l’ordre public serait particulièrement dangereuse aux États-Unis, à cause du grand nombre de problèmes sociaux qui ont été balayés sous le tapis au cours des années. Les Américains, plus que la plupart des autres peuples, ont besoin d’être défendus les uns des autres à tout moment. Je pense que je préférerais la loi martiale à l’anarchie et au chaos complet et absolu, bien que j’admette que l’un et l’autre soient de très pauvres choix.

L’effondrement social et culturel semble avoir déjà eu lieu dans plusieurs parties du pays dans une large mesure. Ce qui reste d’activité sociale semble ancrée dans des activités transitoires telles que le travail, les courses et les sports. La religion est peut-être la plus grande exception, et beaucoup de communautés sont organisées autour des églises. Mais dans les endroits ou la société et la culture demeurent intactes, je croit que l’effondrement social et culturel est évitable, et que c’est là que nous devons vraiment résister. Aussi, je pense qu’il est très important que nous apprenions à voir notre environnement pour ce qu’il est devenu. Dans beaucoup d’endroits, on a l’impression qu’il ne reste simplement pas beaucoup de choses qui vaillent d’être sauvées. Si toute la culture que nous voyons est de la culture commerciale, et si toute la société que nous voyons est la société de consommation, alors le mieux que nous ayons à faire est de nous en éloigner, et de chercher d’autres gens prêts à faire de même.

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

L’air du soupçon - FAKIR | Presse alternative | Edition électronique

L’air du soupçon - FAKIR | Presse alternative | Edition électronique | Le Monolecte | Scoop.it
Pierre Carles, Frédéric Lordon, Hervé Kempf, Alain Gresh, Étienne Chouard, Jean Bricmont… tous fachos ? Les accusations pleuvent sur les sites des « antifas ».
Agnès Maillard's insight:

Nous ne cèderons pas à ces autoproclamés « antifas », sectaires,paranos, minoritaires, qui dénaturent l’antifascisme, le trahissent, qui en font la chose d’un clan, recroquevillé sur lui-même, excluant les hérétiques, gardiens d’une nouvelle pensée unique. Quand le véritable antifascisme, historique, généreux, né en 1934 avec les syndicats ouvriers et les partis de gauche, existant toujours mais avec moins de tumultes, doit retrouver les profondeurs du pays et embrasser tout le mouvement social.

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Chronique de la révolte des immigrés dans le camp d’Amygdaleza, en Grèce

Chronique de la révolte des immigrés dans le camp d’Amygdaleza, en Grèce | Le Monolecte | Scoop.it
Pardonnez-nous pour le dérangement,

mais nous ici, nous nous sommes révoltés

Reporter : Ici où tu vis, dans le conteneur, c’est bien ou tu veux
Agnès Maillard's insight:

Il n’y a pas de loi, il n’y a pas de « droit » pour les accusé. Pas de journalistes, d’éditorialistes « sensibles » à cette cause, de groupes, de réseaux ou d’organisations « pour les droits des réfugiés et des migrants », de centaines d’organisations avec des noms ronflants et des déclarations pompeuses pour rien, de « communautés immigrées », d’ONG subventionnées pour garder le silence. PERSONNE. Le désert et les barbelés du camp s’étendent partout. Il y a seulement quelques « ordres d’en haut » et la moquerie. Il y a le mensonge ordonné par le pouvoir, les mots usurpés camouflant l’horreur des actes appellent Opération « Xenios Zeus » la chasse à l’homme quotidienne des migrants dans les villes et la campagne, nomment « centres d’hospitalité » les lieux de la persécution de personnes dont la seule « erreur » est le fait d’exister. Il y a aussi le martèlement des médias dominants et des faiseurs d’« opinion publique » qui ciblent consciemment et méthodiquement l’« ennemi le plus dangereux » de la société grecque, l’« envahisseur », le « barbare », l’« impur », l’immigrant et l’immigrante, avec ou sans papiers.


more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

En Finlande, la quête d’une école égalitaire, par Philippe Descamps (Le Monde diplomatique)

En Finlande, la quête d’une école égalitaire, par Philippe Descamps (Le Monde diplomatique) | Le Monolecte | Scoop.it
Une école sans tension nerveuse, sans compétition entre élèves, sans concurrence entre établissements, sans inspecteurs, sans redoublements, voire sans notes les premières années, et qui aurait les meilleurs résultats du monde : depuis quelques...
Agnès Maillard's insight:

En Finlande, la gratuité ne vaut pas seulement pour l’enseignement. Jusqu’à 16 ans, toutes les fournitures sont prises en charge par la collectivité, ainsi que le soutien scolaire, la cantine, les dépenses de santé et les transports jusqu’à l’établissement de secteur. Le financement provient en majorité des trois cent trente-six municipalités, mais l’Etat harmonise les moyens. S’il ne participe qu’à 1 % du budget scolaire dans la municipalité la plus riche, Espoo (près d’Helsinki), il fournit en moyenne 33 % des ressources (6) et jusqu’à 60 % dans les communes pauvres. Le gouvernement dissuade également l’ouverture d’établissements privés. Ils ont quasiment disparu dans les années 1970 (moins de 2 % des effectifs, contre 17 % en France), à l’exception d’écoles associatives à pédagogie alternative, type Steiner ou Freinet.

Ce service public unifié n’apparaît pas particulièrement onéreux, bien au contraire. En parité de pouvoir d’achat, la Finlande dépense moins d’argent par élève du primaire et du secondaire que la moyenne des pays occidentaux, et beaucoup moins que les Etats-Unis ou le Royaume-Uni (7). L’accent a été mis sur la qualité de l’encadrement, le nombre et la formation des professeurs. Le métier d’enseignant est devenu hautement considéré et très convoité, même s’il requiert une formation longue (au minimum cinq ans d’université, généralement davantage) et si les salaires suivent grosso modo la moyenne occidentale (8) : nettement plus élevés que les salaires français en début de carrière (36 % de plus dans le primaire, 27 % dans le secondaire), ils s’en rapprochent en fin de carrière. Seul un candidat à l’enseignement sur dix parvient à son but. On attend par ailleurs des professeurs une implication si forte qu’il n’est pas rare que certains confient leur numéro de téléphone ou leur adresse électronique aux parents. Une bonne partie de la formation (au minimum un an) n’est pas consacrée au contenu à transmettre, mais à la pédagogie : la façon de le transmettre.

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Dans ma classe, on a arrêté les notes. Satisfaisant mais compliqué

Dans ma classe, on a arrêté les notes. Satisfaisant mais compliqué | Le Monolecte | Scoop.it
L’Education nationale se modernise. Aujourd'hui, on accède à l'espace numérique de travail (ENT), on échange plus facilement des informations avec les parents, entre collègues, avec la direction et les différents services académiques.Pour dessiner...
Agnès Maillard's insight:

Une nouvelle institution est créée : le conseil. Technique issue de la pédagogie institutionnelle de Fernand Oury, proche de la pédagogie Freinet. Il s’agit d’ouvrir un espace-temps de discussion collective et d’initiative autour de sujets proposés par les élèves dans le respect strict de règles d’écoute, de parole, de posture. Ces règles sont arbitrées par les élèves eux-mêmes qui s’emparent de rôles pour l’occasion : distributeur de parole, maître du temps, responsable gêneur... L’enseignant est président du conseil.

more...
Marco Bertolini's curator insight, September 8, 2013 5:47 AM

Le témoignage d'un enseignant : plus de notes dans la classe et participation des élèves à la gestion des projets.  Intéressant.

Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

De la valeur ignorée des métiers, par Pierre Rimbert (Le Monde diplomatique)

De la valeur ignorée des métiers, par Pierre Rimbert (Le Monde diplomatique) | Le Monolecte | Scoop.it
Une étude britannique compare la rémunération de certains métiers, sélectionnés aux deux extrémités de l'échelle des revenus, à la « valeur sociale » qu'engendre leur exercice. Instructif...
Agnès Maillard's insight:

C’est à un tel renversement de perspective qu’invite une étude publiée en décembre dernier sous l’égide de la New Economic Foundation (1). Eilis Lawlor, Helen Kersley et Susan Steed, trois chercheuses britanniques, y abordent non sans malice la question des inégalités, en comparant la rémunération de certains métiers, sélectionnés aux deux extrémités de l’échelle des revenus, à la « valeur sociale » qu’engendre leur exercice. Dans le cas d’un ouvrier du recyclage, payé 6,10 livres sterling de l’heure (environ 7 euros), les auteures estiment que « chaque livre dépensée en salaire générera 12 livres de valeur » pour l’ensemble de la collectivité. En revanche, « alors qu’ils perçoivent des rétributions comprises entre 500 000 et 10 millions de livres, les grands banquiers d’affaires détruisent 7 livres de valeur sociale pour chaque livre de valeur financière créée ». Ainsi le bilan collectif des activités les mieux rétribuées s’avère-t-il parfois négatif, ce que suggérait déjà la tempête financière déchaînée depuis 2008…

 
more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Pourquoi travaille-t-on ?

Pourquoi travaille-t-on ? | Le Monolecte | Scoop.it
On travaille pour trois raisons fondamentales : gagner sa vie, exister socialement et faire des choses qui nous intéressent. Mais chacune de ces motivations a ses revers, pouss
Agnès Maillard's insight:

Le lundi matin, pourquoi se lève-t-on pour aller au travail plutôt que de rester au lit ? La réponse tient en quelques mots. On travaille pour gagner sa vie, pour exister socialement (être connu et reconnu), voir des gens et enfin pour faire des choses qui nous intéressent : soigner, enseigner, construire ou réparer, faire la cuisine, écrire, etc.

Mais chacune de ces motivations a son revers. Gagner sa vie ? Certains ont plutôt le sentiment de la perdre en travaillant. Exister socialement ? Certes, le travail apporte un statut et de la reconnaissance, permet de nouer des liens sociaux, mais génère aussi beaucoup de frustrations, car travailler c’est coopérer mais aussi se heurter aux autres avec tout ce que cela comporte de conflits larvés, de rancœurs et de ressentiments. Enfin, travailler c’est vouloir s’accomplir dans certaines activités enrichissantes : soigner, enseigner, construire, réparer, cuisiner, écrire, plaider, etc. Mais pour une heure de bonheur combien de tâches ennuyeuses, barbantes, pénibles ?

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Réinventons notre modèle social

Réinventons notre modèle social | Le Monolecte | Scoop.it
La réduction du temps de travail est sortie des radars du débat public. Pourtant, les statistiques publiques sont formelles : elle est à l’œuvre en France (la réduction des salaires aussi), mais de manière « sauvage ».
Agnès Maillard's insight:

Cette dégradation des formes d’emploi et des conditions de travail, assortie d’un discours dominant guerrier et culpabilisateur, trouve ses origines dans la financiarisation de l’économie. Celle-ci a modifié la fonction de l’entreprise, devenue l’outil de rémunération des actionnaires. La priorité à la rentabilité immédiate influence le choix des productions et des services. Elle provoque la compression des coûts du travail et réduit le pouvoir de négociation des travailleurs pour réclamer de meilleures conditions d’emploi et un meilleur salaire. En sécurisant le retour sur investissement des actionnaires à des niveaux élevés, l’entreprise reporte les risques de son activité sur les salariés. Les conséquences en termes de transferts sociaux (assurance chômage, assurance maladie, minima sociaux), dont le financement est intrinsèquement lié au travail, sont supportées, en fin de compte, par l’ensemble de la société.

Les politiques, y compris les partisans d’une économie régulée, semblent impuissants face à cette tendance de fond. Pourtant, comment ne pas voir, dans la déferlante des crises depuis 2008, l’incapacité du marché à structurer, par sa dynamique propre, l’ensemble de l’organisation matérielle de nos sociétés ? Comment ne pas voir, dans la persistance et l’approfondissement de ces crises, une invitation à cesser de regarder le travail comme le carburant d’une consommation qui, en réalité, détruit la planète ? Une incitation à imaginer des solutions originales à la dégradation des situations et des conditions du travail ? Quelques jalons permettent d’ores et déjà d’esquisser ce new deal dans une économie de modération et de partage.

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Tribune : Le racisme fait son nid en Europe

Tribune : Le racisme fait son nid en Europe | Le Monolecte | Scoop.it
Qu’il s’agisse des railleries à l’encontre d’une ministre française ou d’une collègue italienne, des cris de singe adressés aux footballeurs, de l’islamophobie ou des discriminations envers les Roms, les attitudes racistes s’affichent de plus en...
Agnès Maillard's insight:

Le fait que l’Europe a peu à peu perdu sa place prépondérante dans le monde non seulement sur le plan économique mais aussi culturel, favorise une aigreur susceptible de se transformer en un mépris de tout ce qui est autre. L’Espagne n’a pas encore assaini sa relation avec l’Islam. Les immigrés venus du Maghreb sont appelés “Mauros”, sachant que ce terme est péjoratif, rappelant le triste épisode de l’inquisition. La crise économique n’a pas arrangé les choses. On se méfie toujours de plus pauvre que soi, de plus étranger que soi. C’est cela qui fait que le racisme est l’attitude facile face aux épreuves de la vie. Il faut bien trouver un coupable. Avant, c’était le Juif, à présent c’est le musulman.

Si le racisme a toujours existé, il se trouve que des politiques en font leur fond de commerce. Il est plus facile de répandre la haine de l’étranger que le respect de ce qui est différent. L’homme a tendance à se laisser tirer vers les bas instincts surtout quand il a été fragilisé par des situations qu’il n’a pas su ou pu affronter. Le racisme est la paresse de la pensée pour ne pas dire le refus de penser. Il se trouvera toujours quelqu’un pour penser à votre place et à vous simplifier la lecture du logiciel du mal être.

more...
Marco Bertolini's curator insight, November 19, 2013 3:41 AM

Inquiétant, cette montée du racisme en Europe. 

Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Ecotaxe : 5 questions sur le contrat d'Ecomouv'

Ecotaxe : 5 questions sur le contrat d'Ecomouv' | Le Monolecte | Scoop.it
Pourquoi avoir recours au privé pour prélever l'impôt ? Pourquoi cette entreprise ? Dans quelle condition a-t-elle remporté l'appel d'offre ?
Agnès Maillard's insight:

Une bonne grosse magouille, pour changer

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Réduire le temps de travail reste la solution !

Réduire le temps de travail reste la solution ! | Le Monolecte | Scoop.it
Nous traversons actuellement une double crise : une crise de l’emploi et une crise du travail. La plupart des articles de ce dossier l’ont mis en évidence. La crise de l’emploi semble la mieux connue.
Agnès Maillard's insight:

Suite aux nouvelles formes d’organisation du travail[4] et à un nouveau type de management (notamment dans le secteur public), la crise de l’emploi se double d’un véritable malaise et d’une perte de sens du travail. Les Français présentent des niveaux de stress, de fatigue et d’insatisfaction au travail parmi les plus élevés sur le Vieux Continent. La dernière enquête sur les conditions de travail en Europe, menée par la Fondation de Dublin, a confirmé les travaux que nous avions présentés en 2008 avec Lucie Davoine[5]. Déjà les Français étaient les plus nombreux à déclarer qu’ils étaient souvent stressés au travail, que leur travail les empêchait de consacrer le temps nécessaire à leur famille et à leur couple, que leurs chances de promotions étaient faibles et leur salaire peu élevé. Une enquête consacrée par Radio France au sens du travail a mis en évidence, plus spécifiquement, que les cadres et professions intermédiaires du service public (sans nécessairement être fonctionnaires) – population diplômée extrêmement attachée au travail et à ses valeurs – désespéraient de celui-ci et déclaraient des états de fatigue et des souhaits de retrait très élevés. Cette enquête impute cette perte de sens à l’obsession actuelle pour la rentabilité et la productivité, qui empêche d’effectuer un travail de qualité. Partout l’on se plaint du caractère déshumanisant et inefficace des indicateurs mobilisés par le management et de leur inaptitude à mesurer les capacités des salariés. Dans le même temps, les Français restent, de loin, ceux dont les attentes à l’égard du travail sont les plus fortes : le considérant comme très important, ils sont également les plus nombreux à en plébisciter l’intérêt, les jeunes plus encore que les autres.

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Une société de simulation « InternetActu.net

Une société de simulation « InternetActu.net | Le Monolecte | Scoop.it

Koert van Mensvoort (@mensvoort) est un artiste, chercheur et philosophe hollandais. Il anime depuis plusieurs années l’excellent Next Nature (@nextnature), qui n’est pas seulement un site d’information qui interroge notre rapport au monde (dont a été tiré récemment un livre, le Next Nature Book), mais aussi un laboratoire de designers qui proposent d’étonnantes interventions pour interroger notre rapport à la technologie. C’est le cas du Nano Supermarket, une collection de prototypes censée utiliser les nanotechnologies pour nous faire réfléchir à leur impact ; et In-Vitro Meat, une passionnante réflexion sur notre rapport à la nourriture à l’heure où les technologies permettent de la produire artificiellement.

 

 

Agnès Maillard's insight:

Qu’ont en commun Tenet (vidéo), le simulateur de nourriture imaginé par les jeunes designers Renata Kuramsbina et Caroline Woortmann Lima, les magasins virtuels hors ligne que l’on trouve dans le métro coréen (des magasins physiques où l’on achète des produits à partir de leurs images, comme on le fait sur des catalogues ou sur l’internet), la ceinture de grossesse imaginée par Huggies pour que les pères puissent faire l’expérience de la grossesse, ou les fausses vitrines de commerce déployées en Irlande du Nord lors du G8 de juin 2013 pour cacher la misère bien réelle des populations, ou encore le sniffer (vidéo) du designer Lloyd Alberts, cet add-on aux Google Glass pour augmenter notre odorat, ou enfin cette étude qui montre que dans World of Warcraft, les joueurs s’identifient si fortement à leur avatar que cognitivement ils ressentent pour lui les mêmes émotions que celles qu’ils portent à leurs meilleurs amis…

 

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Ralentir la ville pour de nouvelles expériences de mobilité - Les transports du futur

Ralentir la ville pour de nouvelles expériences de mobilité - Les transports du futur | Le Monolecte | Scoop.it
La recherche de la vitesse a guidé les politiques de mobilité, sans résoudre l'engorgement et la congestion des villes ni réduire les usages de la voiture individuelle.
Agnès Maillard's insight:

Le « ralentissement » fait partie des initiatives dites « alternatives ». Il y a en beaucoup, elles sont peu visibles, il faut les grouper et montrer ce qu’elles ont en commun, leur potentiel transformateur non pas uniquement pour les transports ou l’énergie mais plus largement pour notre « bien être ». Ces mesures sont à articuler avec toutes les actions visant à contraindre l’autosoliste volontaire et à récompenser tous les autres. On peut noter : l’économie sociale et solidaire avec toutes ses composantes : les coopératives de production ou de consommation, le mutualisme, le commerce équitable, les monnaies parallèles ou complémentaires, les systèmes d’échange local, les multiples associations d’entraide ; l’économie de la contribution numérique; les mouvements slow town ; les nouvelles pensées des « communs ». Il s’agit maintenant de les aborder elles aussi comme un système dans l’objectif de les coordonner, du point de vue de l’ingénieur, mais également de les rendre compréhensible, appropriable par tous.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Le monde selon Albert Jacquard - Revue Etho-logique

Le monde selon Albert Jacquard - Revue Etho-logique | Le Monolecte | Scoop.it
Un cadeau pareil, cela ne se refuse pas : mon ami Jean Dornac est allé écouter et interviewer le grand généticien Albert Jacquard.
Agnès Maillard's insight:

Albert Jacquard, le grand Albert Jacquard est mort.
Pour le célébrer dignement, cette belle interview réalisée par mon ami Jean Dornac et publiée il y a quelques années dans ma revue étho-logique

"Qu’est ce qui arrive donc aux hommes qui pourraient véritablement mettre en place tout ce qu’il faut pour que l’humanité soit, je ne dis pas heureuse mais en tout cas délivrée d’elle-même, alors que partout, tout va mal ! Qu’est-ce qui se passe ? Alors, la réflexion que je vous propose voudrait partir des concepts scientifiques les plus récents. Car en fait, la façon dont nous regardons le monde, dont nous nous regardons nous-mêmes, cette façon-là est avant tout fonction des concepts qui nous permettent de définir les objets. Or, il se trouve que ces concepts ont été très modifiés au cours du 20ème siècle. Par conséquent, toutes les images du monde ont été changées. C’est vrai à propos par exemple du cosmos, de l’expansion de l’univers, mais c’est vrai surtout, de façon bien plus importante, à propos des êtres vivants, et parmi ces êtres vivants, de nous-mêmes."

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Muriel Salmona «La réalité des violences sexuelles est l’objet d’un déni massif»

Muriel Salmona «La réalité des violences sexuelles est l’objet d’un déni massif» | Le Monolecte | Scoop.it
Au moment où la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, s’apprête à présenter un projet de loi-cadre pour l’égalité entre les femmes et les hommes au Parlement, Muriel Salmona, psychiatre-psychothérapeute, publie dans son dernier...
Agnès Maillard's insight:

 Désirer et aimer sont le contraire d’instrumentaliser une personne pour son propre compte. Les violences sexuelles sont des armes pour détruire l’autre, le soumettre et le réduire à l’état d’objet et d’esclave. Ce sont les violences qui entraînent le plus de traumatismes psychiques. Elles font partie de la mise en place de la domination masculine et de la volonté d’exclure les femmes de divers univers, dont celui du marché du travail et des postes à responsabilité. Les stéréotypes sexistes voudraient faire croire que la sexualité masculine a des besoins incontrôlables qui doivent et ont le droit de s’exercer sur la femme.

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Leviathan ou la nouvelle vague GoPro

Leviathan ou la nouvelle vague GoPro | Le Monolecte | Scoop.it
Et soudain, brutalement, un monde inconnu jusqu’alors se révèle devant nos yeux. Comme une claque violente, à la volée, qui pique de surdité quelqu...
Agnès Maillard's insight:

La volonté des deux anthropologues, directeurs d’études et réalisateurs au Sensory Ethnography Lab à Harvard a été, dans la droite ligne de Jean Rouch, de « faire un film non pas sur les pêcheurs, mais avec les pêcheurs ». Ainsi, ils ont fixé, par exemple, des caméras GoPro sur les pêcheurs, permettant ainsi d’ouvrir un nouveau rapport physique au cinéma. Véréna Pavel le dit clairement lorsqu’elle précise qu’ils voulaient « faire intervenir leurs corps, leur vécu, leur manière plus ou moins consciente pour obtenir un film qui nous plonge avec les hommes au cœur des éléments, comme si la mer, les oiseaux, les pêcheurs, écrivaient le film avec nous ». Il me semble qu’une grande part novatrice se joue dans cette remarque. Mais cette dernière ne trouverait aucune efficience sans les potentialités techniques de ces petites caméras. À l’aide de perches, de harnais et d’autres outils archaïques, les réalisateurs ont pu plonger les caméras et les diriger à distance – produisant ainsi des plans d’une extrême intensité et fluidité. Mais Véréna Pavel et Lucien Castaing-Taylor ont également décidé de faire intervenir, pleinement, la contingence des caméras. Ils ont fixé les caméras sur les filets qui s’engouffrent plusieurs heures en mer, sur la proue du bateau, sur des cordages, sur une bouée en mer etc. Ils avouent eux-mêmes avoir été surpris, le pied à terre, en regardant ce que ces caméras avaient filmé.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Retraites : déplacer le débat

Retraites : déplacer le débat | Le Monolecte | Scoop.it

L’affaire semble entendue et ne pas souffrir de débat : il y a un problème des retraites. Dans l’introduction de son indispensable livre, L’enjeu des retraites, Bernard Friot revient sur la construction même de ce « problème », et déconstruit la manière très particulière dont il est posé par l’actuel gouvernement, comme par le précédent, pour imposer des « réformes » qui s’apparentent à un démantèlement.

  
Agnès Maillard's insight:

On vient de sauver les banques en leur donnant de l’argent, beaucoup d’argent d’ailleurs, tandis que, pour « sauver » les retraites, depuis vingt ans on ne fait que leur ôter de l’argent, principalement par le gel du taux des cotisations patronales. N’est-ce pas étrange ? L’hôpital public aussi, on le sauve à coups de fermetures d’établissements et de suppressions de postes, de même qu’on « sauve » les emplois de tant d’entreprises en en supprimant une partie et en réduisant le salaire des restants. Sauver par la saignée : Molière nous a appris à nous méfier de ces dangereux médecins et de leurs prétendus remèdes. D’autant plus qu’il y a trente ans que cette thérapeutique dure et que nous voyons bien que ces sauvetages ne sauvent que les actionnaires.

 
more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Josh Fox : "Le gaz de schiste pollue la démocratie" - Reporterre

Josh Fox : "Le gaz de schiste pollue la démocratie" - Reporterre | Le Monolecte | Scoop.it
Josh Fox est le réalisateur de Gasland, le film qui a réveillé les consciences sur la réalité du gaz de schiste. Dans un entretien avec Reporterre, il (...)
Agnès Maillard's insight:

La seule véritable indépendance énergétique est celle des énergies renouvelables. Là, il ne s’agit pas d’indépendance, mais de la la liberté pour les grandes compagnies de faire du profit. BP, Shell, Statoil, qui exploitent gaz et pétrole aux Etats-Unis ne sont pas des compagnies américaines. Ces corporations n’ont pas de pays. Cette histoire d’indépendance est un non-sens.

On ne peut pas avoir une vraie démocratie sans être libérés des combustibles fossiles,sans être libérés de ces compagnies. Elles ont pollué la démocratie. Nous avons besoin de nous exprimer, de développer les énergies renouvelables, c’est notre avenir.

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Le maraîchage en Permaculture est viable économiquement

Le maraîchage en Permaculture est viable économiquement | Le Monolecte | Scoop.it
Des petites solutions pour une planète bien pleine.
Agnès Maillard's insight:

La ferme du Bec Hellouin,  en association avec une unité de recherche SADAPT de l’INRA, ont publié ce mois-ci une étude qui conclue à la viabilité du maraîchage en permaculture sur 1000 mètres carrés. "Même une année médiocre, avec des personnes sans grande expérience en maraîchage, il y a moyen de dégager un revenu de l’ordre du SMIC". C’est assez remarquable car l’idée généralement diffusée est qu’un agriculteur a au moins besoin d’un hectare pour vivre du maraîchage bio, soit au moins 10 fois plus que dans l’expérience proposée au Bec Hellouin! Un résultat majeur pour l’avenir de l’agriculture urbaine et péri-urbaine.

 
more...
gilles klein's curator insight, August 27, 2013 9:20 AM

"La ferme du Bec Hellouin,  en association avec une unité de recherche SADAPT de l’INRA, ont publié ce mois-ci une étude qui conclue à la viabilité du maraîchage en permaculture sur 1000 mètres carrés. "Même une année médiocre, avec des personnes sans grande expérience en maraîchage, il y a moyen de dégager un revenu de l’ordre du SMIC"."

gilles klein's curator insight, August 27, 2013 9:22 AM

"La ferme du Bec Hellouin,  en association avec une unité de recherche SADAPT de l’INRA, ont publié ce mois-ci une étude qui conclue à la viabilité du maraîchage en permaculture sur 1000 mètres carrés. "Même une année médiocre, avec des personnes sans grande expérience en maraîchage, il y a moyen de dégager un revenu de l’ordre du SMIC"."