Le Monolecte
Follow
Find tag "société"
13.9K views | +0 today
Le Monolecte
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Appel de Tarnac

Appel de Tarnac | Le Monolecte | Scoop.it

Cela va bientôt faire un an et demi que nous n’avons pas donné de nouvelles. Si tout suit son cours tranquillement subversif sur le plateau de Millevaches, le moins que l’on puisse dire c’est qu’à l’échelle du pays le climat politique et existentiel tend à devenir exécrable.

Agnès Maillard's insight:

Ce qui se cache derrière « la crise » est un phénomène si total qu’il défie manifestement nos catégories. Une fois que l’on a parlé des « ravages du néo-libéralisme », de « l’épuisement des ressources », du « néant spirituel » ou de l’« implosion du social », on sent bien que l’on rate encore l’essentiel. Tout cela ressemble fort à une civilisation qui roule droit dans le mur à tombeau ouvert, et qui cherche à s’éviter par tous les moyens la remise en cause de ses façons de vivre et de penser. Dans cet imperceptible sauve-qui-peut, le premier réflexe est de se raccrocher à tout ce qui surnage en ce coeur du naufrage qu’est l’Europe, notamment à l’Etat national. Le retour des vieilles lunes fascistoïdes exprime d’abord l’illusion que ce cadre serait une voie de salut quand il est devenu l’échelle même de notre impuissance. Le misérable petit désir d’extermination des « étrangers » qui monte dans le pays témoigne de cet auto-enfermement dans le cadre national, et des instincts de cannibalisme social qui en découlent dès que s’annonce la disette. Bref : le navire amiral fait eau de toutes parts, ça fuit de partout.

more...
HumdeBut's curator insight, December 7, 2013 1:08 PM
Agnès Maillard's insight:

Ce qui se cache derrière « la crise » est un phénomène si total qu’il défie manifestement nos catégories. Une fois que l’on a parlé des « ravages du néo-libéralisme », de « l’épuisement des ressources », du « néant spirituel » ou de l’« implosion du social », on sent bien que l’on rate encore l’essentiel. Tout cela ressemble fort à une civilisation qui roule droit dans le mur à tombeau ouvert, et qui cherche à s’éviter par tous les moyens la remise en cause de ses façons de vivre et de penser. Dans cet imperceptible sauve-qui-peut, le premier réflexe est de se raccrocher à tout ce qui surnage en ce coeur du naufrage qu’est l’Europe, notamment à l’Etat national. Le retour des vieilles lunes fascistoïdes exprime d’abord l’illusion que ce cadre serait une voie de salut quand il est devenu l’échelle même de notre impuissance. Le misérable petit désir d’extermination des « étrangers » qui monte dans le pays témoigne de cet auto-enfermement dans le cadre national, et des instincts de cannibalisme social qui en découlent dès que s’annonce la disette. Bref : le navire amiral fait eau de toutes parts, ça fuit de partout.

Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Une société de simulation « InternetActu.net

Une société de simulation « InternetActu.net | Le Monolecte | Scoop.it

Koert van Mensvoort (@mensvoort) est un artiste, chercheur et philosophe hollandais. Il anime depuis plusieurs années l’excellent Next Nature (@nextnature), qui n’est pas seulement un site d’information qui interroge notre rapport au monde (dont a été tiré récemment un livre, le Next Nature Book), mais aussi un laboratoire de designers qui proposent d’étonnantes interventions pour interroger notre rapport à la technologie. C’est le cas du Nano Supermarket, une collection de prototypes censée utiliser les nanotechnologies pour nous faire réfléchir à leur impact ; et In-Vitro Meat, une passionnante réflexion sur notre rapport à la nourriture à l’heure où les technologies permettent de la produire artificiellement.

 

 

Agnès Maillard's insight:

Qu’ont en commun Tenet (vidéo), le simulateur de nourriture imaginé par les jeunes designers Renata Kuramsbina et Caroline Woortmann Lima, les magasins virtuels hors ligne que l’on trouve dans le métro coréen (des magasins physiques où l’on achète des produits à partir de leurs images, comme on le fait sur des catalogues ou sur l’internet), la ceinture de grossesse imaginée par Huggies pour que les pères puissent faire l’expérience de la grossesse, ou les fausses vitrines de commerce déployées en Irlande du Nord lors du G8 de juin 2013 pour cacher la misère bien réelle des populations, ou encore le sniffer (vidéo) du designer Lloyd Alberts, cet add-on aux Google Glass pour augmenter notre odorat, ou enfin cette étude qui montre que dans World of Warcraft, les joueurs s’identifient si fortement à leur avatar que cognitivement ils ressentent pour lui les mêmes émotions que celles qu’ils portent à leurs meilleurs amis…

 

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Muriel Salmona «La réalité des violences sexuelles est l’objet d’un déni massif»

Muriel Salmona «La réalité des violences sexuelles est l’objet d’un déni massif» | Le Monolecte | Scoop.it
Au moment où la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, s’apprête à présenter un projet de loi-cadre pour l’égalité entre les femmes et les hommes au Parlement, Muriel Salmona, psychiatre-psychothérapeute, publie dans son dernier...
Agnès Maillard's insight:

 Désirer et aimer sont le contraire d’instrumentaliser une personne pour son propre compte. Les violences sexuelles sont des armes pour détruire l’autre, le soumettre et le réduire à l’état d’objet et d’esclave. Ce sont les violences qui entraînent le plus de traumatismes psychiques. Elles font partie de la mise en place de la domination masculine et de la volonté d’exclure les femmes de divers univers, dont celui du marché du travail et des postes à responsabilité. Les stéréotypes sexistes voudraient faire croire que la sexualité masculine a des besoins incontrôlables qui doivent et ont le droit de s’exercer sur la femme.

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Pourquoi travaille-t-on ?

Pourquoi travaille-t-on ? | Le Monolecte | Scoop.it
On travaille pour trois raisons fondamentales : gagner sa vie, exister socialement et faire des choses qui nous intéressent. Mais chacune de ces motivations a ses revers, pouss
Agnès Maillard's insight:

Le lundi matin, pourquoi se lève-t-on pour aller au travail plutôt que de rester au lit ? La réponse tient en quelques mots. On travaille pour gagner sa vie, pour exister socialement (être connu et reconnu), voir des gens et enfin pour faire des choses qui nous intéressent : soigner, enseigner, construire ou réparer, faire la cuisine, écrire, etc.

Mais chacune de ces motivations a son revers. Gagner sa vie ? Certains ont plutôt le sentiment de la perdre en travaillant. Exister socialement ? Certes, le travail apporte un statut et de la reconnaissance, permet de nouer des liens sociaux, mais génère aussi beaucoup de frustrations, car travailler c’est coopérer mais aussi se heurter aux autres avec tout ce que cela comporte de conflits larvés, de rancœurs et de ressentiments. Enfin, travailler c’est vouloir s’accomplir dans certaines activités enrichissantes : soigner, enseigner, construire, réparer, cuisiner, écrire, plaider, etc. Mais pour une heure de bonheur combien de tâches ennuyeuses, barbantes, pénibles ?

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Moche et mal élevée

Moche et mal élevée | Le Monolecte | Scoop.it

Sourire avec complicité à la personne qui vous marche sur le pied dans le métro parce que cette personne, ça aurait pu être vous. Sourire de compassion à la serveuse qui vous apporte le chocolat coupé à l’eau chaude parce que c’est son patron qui lui a dit que c’est comme ça qu’on fait le chocolat et parce que son travail est épuisant. Sourire en solidarité à un pauvre hère qui ne trouve pas le débat auquel il voulait assister et qui râle contre une organisation qu’il estime défaillante. Tout cela est très acceptable. Mais, outre le fait qu’un sourire doit être intentionnel, convaincu, personnel, généreux, spontané on est en droit de se demander à partir de quand et jusqu’à quel point sourire doit être consenti, conventionnel, contractuel. Et pourquoi, hors contexte professionnel, dans la vie de tous les jours, l’exigera-t-on toujours plus d’une femme que d’un homme ?

 
Agnès Maillard's insight:

Et pourquoi pas un Mars et un bisou, pendant qu'on y est?

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Dépression : mieux vaut vivre seul que mal accompagné

Dépression : mieux vaut vivre seul que mal accompagné | Le Monolecte | Scoop.it
Au cours d'une large étude menée sur dix ans aux États-Unis, des chercheurs ont établi un lien entre la qualité des rapports sociaux et l’apparition de la dépression.
Agnès Maillard's insight:

L'idéal étant de vivre bien entouré par des gens de qualité! :-)

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Être homo en Turquie : entre castration et sites de rencontre

Être homo en Turquie : entre castration et sites de rencontre | Entre Occident et Orient, entre rêve européen et un inexorable « Caucasian way of life », la Turquie ne semble pas encore être devenue un pays gay-friendly.
more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Tribune : Le racisme fait son nid en Europe

Tribune : Le racisme fait son nid en Europe | Le Monolecte | Scoop.it
Qu’il s’agisse des railleries à l’encontre d’une ministre française ou d’une collègue italienne, des cris de singe adressés aux footballeurs, de l’islamophobie ou des discriminations envers les Roms, les attitudes racistes s’affichent de plus en...
Agnès Maillard's insight:

Le fait que l’Europe a peu à peu perdu sa place prépondérante dans le monde non seulement sur le plan économique mais aussi culturel, favorise une aigreur susceptible de se transformer en un mépris de tout ce qui est autre. L’Espagne n’a pas encore assaini sa relation avec l’Islam. Les immigrés venus du Maghreb sont appelés “Mauros”, sachant que ce terme est péjoratif, rappelant le triste épisode de l’inquisition. La crise économique n’a pas arrangé les choses. On se méfie toujours de plus pauvre que soi, de plus étranger que soi. C’est cela qui fait que le racisme est l’attitude facile face aux épreuves de la vie. Il faut bien trouver un coupable. Avant, c’était le Juif, à présent c’est le musulman.

Si le racisme a toujours existé, il se trouve que des politiques en font leur fond de commerce. Il est plus facile de répandre la haine de l’étranger que le respect de ce qui est différent. L’homme a tendance à se laisser tirer vers les bas instincts surtout quand il a été fragilisé par des situations qu’il n’a pas su ou pu affronter. Le racisme est la paresse de la pensée pour ne pas dire le refus de penser. Il se trouvera toujours quelqu’un pour penser à votre place et à vous simplifier la lecture du logiciel du mal être.

more...
Marco Bertolini's curator insight, November 19, 2013 3:41 AM

Inquiétant, cette montée du racisme en Europe. 

Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Ralentir la ville pour de nouvelles expériences de mobilité - Les transports du futur

Ralentir la ville pour de nouvelles expériences de mobilité - Les transports du futur | Le Monolecte | Scoop.it
La recherche de la vitesse a guidé les politiques de mobilité, sans résoudre l'engorgement et la congestion des villes ni réduire les usages de la voiture individuelle.
Agnès Maillard's insight:

Le « ralentissement » fait partie des initiatives dites « alternatives ». Il y a en beaucoup, elles sont peu visibles, il faut les grouper et montrer ce qu’elles ont en commun, leur potentiel transformateur non pas uniquement pour les transports ou l’énergie mais plus largement pour notre « bien être ». Ces mesures sont à articuler avec toutes les actions visant à contraindre l’autosoliste volontaire et à récompenser tous les autres. On peut noter : l’économie sociale et solidaire avec toutes ses composantes : les coopératives de production ou de consommation, le mutualisme, le commerce équitable, les monnaies parallèles ou complémentaires, les systèmes d’échange local, les multiples associations d’entraide ; l’économie de la contribution numérique; les mouvements slow town ; les nouvelles pensées des « communs ». Il s’agit maintenant de les aborder elles aussi comme un système dans l’objectif de les coordonner, du point de vue de l’ingénieur, mais également de les rendre compréhensible, appropriable par tous.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

De la valeur ignorée des métiers, par Pierre Rimbert (Le Monde diplomatique)

De la valeur ignorée des métiers, par Pierre Rimbert (Le Monde diplomatique) | Le Monolecte | Scoop.it
Une étude britannique compare la rémunération de certains métiers, sélectionnés aux deux extrémités de l'échelle des revenus, à la « valeur sociale » qu'engendre leur exercice. Instructif...
Agnès Maillard's insight:

C’est à un tel renversement de perspective qu’invite une étude publiée en décembre dernier sous l’égide de la New Economic Foundation (1). Eilis Lawlor, Helen Kersley et Susan Steed, trois chercheuses britanniques, y abordent non sans malice la question des inégalités, en comparant la rémunération de certains métiers, sélectionnés aux deux extrémités de l’échelle des revenus, à la « valeur sociale » qu’engendre leur exercice. Dans le cas d’un ouvrier du recyclage, payé 6,10 livres sterling de l’heure (environ 7 euros), les auteures estiment que « chaque livre dépensée en salaire générera 12 livres de valeur » pour l’ensemble de la collectivité. En revanche, « alors qu’ils perçoivent des rétributions comprises entre 500 000 et 10 millions de livres, les grands banquiers d’affaires détruisent 7 livres de valeur sociale pour chaque livre de valeur financière créée ». Ainsi le bilan collectif des activités les mieux rétribuées s’avère-t-il parfois négatif, ce que suggérait déjà la tempête financière déchaînée depuis 2008…

 
more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

LA VIE DANS LE RÉTROVISEUR

LA VIE DANS LE RÉTROVISEUR | Le Monolecte | Scoop.it
Un ami anxieux d'arriver à l'âge de la retraite expliquait qu'il ne voulait…
Agnès Maillard's insight:

Si les retraités passaient leur temps à ne rien faire, selon l'expression du président retraité Nicolas Sarkozy, les dizaines d'associations dont ils s'occupent, les petits-enfants qu'ils gardent, les très vieux parents dont ils prennent soin, les vendeurs de voyages dont ils sont les meilleurs clients, les librairies qu'ils fréquentent aussi assidûment que les bibliothèques, les maisons qu'ils bricolent faisant ainsi la fortune des marchands d'outillage, les manifs qu'ils remplissent en rangs serrés... tout ceci s'effondrerait et on s'apercevrait que les retraités sont plus qu'utiles : indispensables.


Par parenthèse, ils démontrent brillamment qu'avec un revenu minimum décent, les gens ne deviennent pas soudainement des paresseux inutiles, mais au contraire se consacrent aux autres et à eux-mêmes comme ils n'ont jamais pu le faire auparavant et créent quotidiennement de la fraternité et du plaisir, denrées ô combien vitales pour mieux vivre. Un argument de poids en faveur du revenu minimum pour tous !

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Le défenseur des droits critique la « violence institutionnelle »

Le défenseur des droits critique la « violence institutionnelle » | Le Monolecte | Scoop.it
Le défenseur des droits, Dominique Baudis, a rendu public jeudi 20 juin, son rapport annuel.
Agnès Maillard's insight:

Le défenseur note par ailleurs que, si elle n’est pas majoritaire, « la violence institutionnelle crispe les relations, exacerbe les conflits et pousse ceux qui sont dans la précarité à des actes de révolte ou de détresse. »

 
more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

CAF : derrière mon guichet, j’écoute mais je ne peux rien faire

CAF : derrière mon guichet, j’écoute mais je ne peux rien faire | Le Monolecte | Scoop.it
Derrière mon guichet, je vois une population désespérée et en colère. Des gens démunis qui se sentent abandonnés de tous. Ils crient, pleurent, s'énervent.
Agnès Maillard's insight:

Chronique d'un système social en voie d'implosion délibérée : car souvenez-vous que derrière toute cette détresse, il y a des décisions politiques prises en connaissance de cause!

more...
No comment yet.