Le Monolecte
14.4K views | +0 today
Follow
Le Monolecte
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

L’Étrange capitulation de Laurent Mauduit

L’Étrange capitulation de Laurent Mauduit | Le Monolecte | Scoop.it
« Ils tombèrent sans gloire. Le pis est que leurs adversaires y furent pour peu de chose.
Agnès Maillard's insight:

Pour la première fois, un gouvernement socialiste arrivé au pouvoir n’aura rien tenté. Quoiqu’on puisse penser du bilan des gouvernements de gauche passés, ce ne fut pas le cas en 1936, en 1981 et même 1997. « François Hollande, lui, n’a pas cherché un seul instant à modifier la politique de son prédécesseur », affirme la quatrième de couverture. La phrase pourrait paraître excessive aux yeux de beaucoup d’électeurs de gauche, le livre démontre le contraire.

De l’abandon de la réforme fiscale qui pourtant figurait dans le programme du Parti socialiste en passant par la trahison de Florange, les différents renoncements sont retracés, décryptés, analysés. Le tableau d’ensemble est saisissant. Et ce qui frappe, c’est l’incroyable duperie de François Hollande sur le « choc de compétitivité » qui va aboutir à 20 milliards de cadeaux au patronat, le tout payé par une réduction des dépenses et une augmentation des impôts. « En cette année 2012, le gouvernement socialiste décide de lui-même, dès le lendemain de l’élection présidentielle, qu’il va mettre en oeuvre la réforme phare… du candidat qui vient d’être battu. » Cerise sur le gâteau, l’affaire est rondement menée puisque ce sont les mêmes conseillers qui s’activaient déjà autour de Nicolas Sarkozy.

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Un si grand crime, un si lourd silence

Un si grand crime, un si lourd silence | Le Monolecte | Scoop.it
Dans Les Juifs, l'Église et la Shoah, le sociologue et historien Emile Poulat fait le point, en s'appuyant sur une documentation exhaustive, sur l'attitude de l'Eglise catholique face à l'entreprise inouïe des nazis.
Agnès Maillard's insight:

Un intéressant questionnement qui prolonge mes propres interrogations universitaires http://ethologie.free.fr/memoires/

more...
No comment yet.
Scooped by Agnès Maillard
Scoop.it!

Est-ce que les femmes se font baiser quand elles jouissent ?

Lorsqu’une femme a un rapport sexuel avec un homme, elle le vit mentalement comme un assaut : «Vas-y, prends-moi !». Pour Andrea Dworkin, anti-pornographe américaine, ce n’est pas innocent.
Agnès Maillard's insight:

Même après sa mort, Andrea Dworkin garde l’image menaçante d’une castratrice… Même après sa mort, ses écrits continuent de provoquer des réactions de rejet horrifiés. Pour Christine Delphy, qui écrit la préface du livre, «la première raison du silence fait sur elle est sans doute que Dworkin est radicale. Elle écrit sur un sujet qui, alors qu’on prétend en parler, est en réalité toujours aussi tabou : la sexualité, et plus précisément l’hétérosexualité, et plus précisément encore, sa pratique et sa signification dans un contexte précis : la société patriarcale. Elle parle de sexualité dans un régime de domination, et de sexualité entre dominants et dominées». A quoi Christine Delphy fait-elle allusion ? A ces images de séducteur qui s’étalent partout autour de nous comme modèles : la société a posé en standard la virilité  agressive. Il faut être un «prédateur» pour baiser. Et les femmes, elles-mêmes, trouvent bien plus excitants qu’on leur parle avec les canines… «Toi, je vais te manger toute crue». «Pour ne prendre qu’un exemple parmi des milliers, raconte Delphy : cette scène d’un film français récent (La vérité si je mens 2). L’un des personnages-hommes drague une femme au téléphone en lui disant : «Je suis un marteau pilon ; je vais te casser tes petites pattes arrière». Il lui dit en somme que la femme qui acceptera ce rapport en acceptera l’intention hostile.» Même si l’exemple est drôle, il est révélateur. Oui, impossible de le nier, l’homme doit encore et toujours «babouiner» pour avoir la femelle.

 
more...
No comment yet.