Ces cyber-mannequins qui espionnent leurs clients | Le Monolecte | Scoop.it

En clair, derrière les yeux du mannequin, des caméras filment tout ce qui passe à leur portée, à la seconde près. Les informations recherchées sont l’âge, le sexe, l’ethnie, le temps passé devant la vitrine, les horaires d’affluence... Toutes ces données sont transmises par wifi vers une base centralisée de stockage. Laquelle va tout traiter et éditer des statistiques.
«En fait, l’idée est de développer une technologie pour améliorer nos vies et aider nos clients à gagner des parts de marché en affinant leur stratégie de marketing. Ces mannequins sont par exemple capables de dire si dans une journée, il y a eu 80% d’hommes et 20% de femmes, à quelle heure il y a eu un afflux de clients, si la clientèle intéressée est d’origine asiatique...», commente Max Catanese, PDG d’Almax.
«Le fait que ces caméras wifi soient cachées suggère que les magasins sont parfaitement conscients que la majorité de leurs clients s’opposeraient à ce type de contrôle digne de Big Brother», s’indigne Next-up, ONG française concourrant à la défense de l’environnement naturel, notamment contre les champs électromagnétiques. «Les mannequins ne sont là que pour fournir des statistiques, les images ne sont pas gardées, le respect de la confidentialité des individus est donc respecté. Après, tout dépend de l’utilisation qu’en feront les grandes enseignes», reconnaît le patron d’Almax.