Dans une étude à paraître, Gille-Eric Seralini et Robin Mesnage dénoncent les méthodes des autorités sanitaires pour tester la non-toxicité des pesticides vendus dans le commerce.