CAF : derrière mon guichet, j’écoute mais je ne peux rien faire | Le Monolecte | Scoop.it
Derrière mon guichet, je vois une population désespérée et en colère. Des gens démunis qui se sentent abandonnés de tous. Ils crient, pleurent, s'énervent.