Le monde du mobil...
Follow
Find
17.2K views | +16 today
 
Rescooped by dbtmobile from Mobile & Magasins
onto Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante et telemedecine, m learning , e marketing , etc
Scoop.it!

Infographie : le E-commerce en France en 7 points clés

Infographie : le E-commerce en France en 7 points clés | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it

"Voilà une infographie de Kangourouge qui résume très bien la situation du e-commerce en France en 2012.

Je me permets de vous la partager et de la détailler un peu plus…

 

1. Les différentes formes de commerce en ligne

2. Progression du E-commerce en France

3. Chiffres clés du E-commerce en France

4.Les produits / Services achetés en ligne

5. Progression du M-commerce en France

6. Les différents leviers emarketing pour le e-commerce

7. Comment sera le e-commerce dans les prochaines années ?"

 

Par Audrey PORTES 

 

Source : http://www.ecommerce-webmarketing.com

Direct Link : http://bit.ly/SO6xYW

 

 


Via Bertrand CHARLET, Davy Dauvergne, Fabienne PUEL
more...
No comment yet.

From around the web

Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc
Usages en mobilite, de la tablette au smartphone : news tablettes, mobile web mobile, apps en m sante et telemedecine, m learning , e marketing , etc
Curated by dbtmobile
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by dbtmobile
Scoop.it!

Infographie : La déferlante mobile

Infographie : La déferlante mobile | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it
Smartphones et tablettes font vaciller le roi PC. Telle est l'affirmation qui titre l'infographie proposée par Technologies - Les Échos. Générant ainsi de nouveaux usages et donc de nouveaux marchés. Explications.
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from Objets connectés et internet des objets
Scoop.it!

Infographie : la montre connectée en vedette du 2ème volet de l’observatoire des Objets Connectés EBG / Harris Interactive - Offremedia

Infographie : la montre connectée en vedette du 2ème volet de l’observatoire des Objets Connectés EBG / Harris Interactive - Offremedia | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it
Après une première vague effectuée en janvier (voir archive), Harris Interactive et l’EBG ont réalisé, début octobre, une deuxième vague de leur observatoire des Objets Connectés.

Via Jean-Pierre Blanger
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from IOT - CONNECTED DEVICES - QUANTIFIEDSELF by PHARMAGEEK
Scoop.it!

Santé connectée : Malakoff Médéric sponsorise Kolibree

Santé connectée : Malakoff Médéric sponsorise Kolibree | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it

Via Xavier SEDES, Lionel Reichardt / le Pharmageek
more...
No comment yet.
Scooped by dbtmobile
Scoop.it!

L’application Twitter pour les Google Glass est...

L’application Twitter pour les Google Glass est... | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it
Google+, Twitter, Facebook ou Foursquare: les réseaux sociaux ne manquent pas sur les Google Glass ! Ils étaient même parmi les premiers à proposer de...
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from Objets connectés et internet des objets
Scoop.it!

La start-up du jour: Sezam Labs crée les bracelets connectés des temps de loisirs | FrenchWeb.fr

La start-up du jour: Sezam Labs crée les bracelets connectés des temps de loisirs | FrenchWeb.fr | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it
La Startup du jour vous est présentée par Sellsy, le meilleur outil pour gérer vos ventes:Logiciel collaboratif web et mobileCRM puissant et productifFacturation et calcul de marge

 
Vous souhaitez également parrainer la Startup du jour ? Pour en savoir plus, cliquez ici

FrenchWeb vous propose aujourd’hui de découvrir Sezam Labs, une start-up auvergnate qui commercialise des bracelets connectés. Ils permettent de remplacer une place de concert ou de payer des achats par exemple. Plus de détails avec Benoît Pascal, né en 1991, co-fondateur de la start-up avec Clément Barbier :

FrenchWeb: Comment avez-vous eu l’idée de créer cette start-up? Quel a été le déclic?

Benoît Pascal: Depuis plusieurs années je fais partie de plusieurs organisations de festivals. Avec cette expérience, j’ai connaissance de beaucoup de problématiques liées à l’organisation et aux spectacles. Grâce à une veille technologique pour l’agence dans laquelle je travaillé j’ai vite compris que certaines technologies étaient sous-utilisées et qu’elles pouvaient changer beaucoup de choses, offrir une nouvelle expérience de vie.

Benoît Pascal

A quel besoin répondez-vous ? Qui sont vos clients ?

Le consommateur est habitué aux solutions destinées à simplifier la vie quotidienne. On vit dans un monde où l’instantanéité et la mobilité ne sont plus des options mais la norme. La peur du temps perdu est une notion propre à notre époque et qui concerne tout le monde. Aujourd’hui avec Sezam Labs ont veut répondre à ce besoin de liberté. 

Que se passe-t-il si on perd le bracelet en plein concert ?

Si on perd le bracelet, il est possible de le désactiver en 2 clics via son smartphone ou via les bornes installé sur l’évènement.

Quel est votre modèle économique ? Précisément, comment gagnez-vous de l’argent? Quel est le prix de vente?

Nous nous rémunérons sur la vente de bracelet Event et sur une commission liée aux ventes avec le bracelet. Le prix de vente du bracelet dépend de l’évènement, la durée et le prix du billet. 

La fabrication du bracelet est-elle sous-traitée?

Oui, nous sous-traitons la production du bracelet.

Qui sont vos concurrents?

MyBee, Yuflow sont certainement nos premiers concurrents puisque nos offres ont des similitudes.

Comment vous en démarquez-vous? Que peut-on faire en plus ?

On peut accéder à un évènement et payer avec le bracelet sans avoir besoin d’imprimer un billet et sans son portefeuille le jour J.  L’autre différence c’est la technique, le SezamCore. C’est un cloud privé sécurisé, autrement dit l’infrastructure technique qui permet le contrôle et le paiement sans temps mort et en toute sécurité.

Avez-vous déjà organisé une levée de fonds? Si oui auprès de qui, quand et combien? Sinon, est-ce envisagé?

Non pas encore mais cela fait partie de nos objectifs pour le premier trimestre 2015. Nous souhaitons agrandir l’équipe Sezam Labs pour développer les autres idées que nous avons.

Bénéficiez-vous de soutiens particuliers?

Nous sommes lauréats du concours 101projets et depuis cet été la Région Auvergne subventionne une partie de nos investissements dans le cadre d’une convention pour l’innovation. Elle nous a apporté une aide de 100 000 euros sur 2 ans.

Quelle a été l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

Avec Clément nous avions toutes les compétences marketing, financière, juridique nécessaires à la création de la startup. Mais il nous manquait le principal : un développeur. Avec de la patience et beaucoup de recherches nous l’avons trouvé.

Que faisiez-vous avant de fonder cette société ?

J’étais étudiant en alternance dans une école de commerce et chef de projet en agence digitale. J’accompagnais de grands comptes dans l’élaboration et la mise en place de stratégie digitale. Des veilles régulières sur le marché des nouvelles technologies ont grandement participé à la naissance de Sezam Labs.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

« Savoir s’entourer». Que ce soit du côté pro ou perso il est important d’être bien entouré. Entreprendre, c’est comme les montagnes russes, il faut faire face aux montées d’adrénaline.


En savoir plus sur http://frenchweb.fr/la-start-up-du-jour-sezam-labs-cree-les-bracelets-connectes-des-temps-de-loisirs/169983#03rRx8u46tCPv1DB.99
Via Jean-Pierre Blanger
more...
No comment yet.
Scooped by dbtmobile
Scoop.it!

L'usage professionnel de la tablette progresse de 5 points en un an - Journal du Net

L'usage professionnel de la tablette progresse de 5 points en un an - Journal du Net | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it
Plus de 40% des professionnels ont déjà acheté un produit ou un service suite à la réception d'un email publicitaire.
more...
No comment yet.
Scooped by dbtmobile
Scoop.it!

Etude-Monetate-Q2-2014-Mobile-commerce-les-smartphones-devant-les-tablettes.jpg (468x284 pixels)

Etude-Monetate-Q2-2014-Mobile-commerce-les-smartphones-devant-les-tablettes.jpg (468x284 pixels) | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it
Tablette Vs Smartphone http://t.co/C2evGvsSdX dans le #Ecommerce
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from Objets connectés et internet des objets
Scoop.it!

Ifop - OBSERVATOIRE DES OBJETS CONNECTéS - PAR UNIVERS

Ifop - OBSERVATOIRE DES OBJETS CONNECTéS - PAR UNIVERS | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it
Les objets connectés : un nom générique qui cache une grande diversité d’usages pour les consommateurs et de stratégies pour les marques. Les premiers enseignements de l’Observatoire des objets connectés Ifop nous révèlent notamment que les usages et les attentes sont très spécifiques d’un domaine à l’autre. Par exemple, dans l’univers de la santé, la connexion est plutôt verticale, entre un patient et un professionnel de santé, tandis que les utilisateurs de bracelets connectés (coaching sportif) plébiscitent l’horizontalité de la connexion, en comparant leurs résultats sportifs avec leurs amis.

C’est pourquoi, en vue d’accompagner les marques dans la compréhension des attentes spécifiques de leurs consommateurs en termes d’objets connectés dans leur secteur, l’Ifop propose des rapports ciblés par univers : Santé / Sport & bien-être / Domotique / Communication & loisirs / Vie quotidienne / Automobile.

Cet Observatoire, composé d’une partie qualitative et d’une partie quantitative, est ainsi accessible dans sa globalité ou par univers d’objets connectés.

Il évalue notamment en France :
- le niveau de connaissance des consommateurs à l’égard des objets connectés,
- les attentes et usages - avec un zoom sur les Early Adopters,
- la légitimité d’une marque à développer des biens/services connectés sur son segment…
- les usages et attentes par univers d’objets connectés.

Résultats par univers disponibles.
Prix de l’univers sur demande.

 


Via Jean-Pierre Blanger
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from Veille Objets connectés et animaux
Scoop.it!

Mother et ses Motion Cookies rendent tout objet connecté | L'Atelier: Disruptive innovation

Mother et ses Motion Cookies rendent tout objet connecté | L'Atelier: Disruptive innovation | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it

Le Motion Cookie de Sen.se propose de démocratiser à large échelle l’Internet des objets en transformant n’importe quel objet sur lequel il est posé de devenir une véritable plate-forme de communication.

Les statistiques à court et moyen termes annoncent déjà 25 milliards d’objets connectés d’ici 2015, chiffre qui se verra doublé dès 2020. Mais à quoi correspondent ces objets connectés? A une multitude d’objets, coûteux, plus ou moins utiles et se reposant sur la participation de l’utilisateur. Devant une offre trop nébuleuse pour avoir une réelle visibilité, ce saut technologique qui était sensé être la manifestation d’une société futuriste risque de se voir confinée au statut anecdotique de gadget. Afin de mettre en lumière le potentiel formidable de cette approche, Rafi Haladjian, fondateur de Sen.se s’est attelé à la création d’un capteur unique, universellement adaptable et au coût réduit, le Motion Cookie. Dans la lignée du Nabaztag, le lapin multi-usage et connecté, le Motion Cookie représente la deuxième génération de connectivité. Plus petit, adaptable à de nombreuses situations, il en étend les possibilités aux objets déjà existants et n’embarquant pas cette technologie. Mais l’apport tient particulièrement au mode de fonctionnement, plutôt que de se reposer sur une intervention de l’utilisateur, le Motion Cookie, discret, fonctionne en pleine autonomie.

Un capteur, multiples usages

La technologie de Sen.se se compose d’un ensemble de 5 capteurs que l'on peut, dès l'obtention, programmer pour l'utilisation qui nous intéresse, connectés à une base, la Mother, qui centralise les données perçues et envoie des notifications à l’utilisateur. Et encore une fois le champ d'application est vaste, régulation des cycles de sommeil lorsque collé à un matelas, débit d'eau si sur une bouteille, commande automatique de capsules de café si l'on vient à en manquer. Si la domotique s'avère une cible de choix, le caractère protéiforme du capteur appelle aussi une utilisation commerciale, depuis la réduction du gaspillage énergétique, l'intégration dans un réseau de sécurité, au développement d'un marketing de plus en plus interactif avec le déclenchement par exemple d'une publicité ciblée au passage d'un éventuel client. L'important pour Rafi Haladjian, c'était la mise en place d'un service automatisé, machine-à-machine, "le frein à la capture des données, c'est la motivation de l'utilisateur [...] il faut des objets qui ne demandent rien à l'utilisateur, qui sont transparents, qui n'attendent pas un comportement particulier sinon celui qu'il a habituellement [...]". Une fois installés, les capteurs peuvent être reprogrammés pour d'autres usages et s'insèrent dans le quotidien de l'utilisateur sans demander d'attention particulière, ne serait-ce qu'un changement de batterie tous les 15 mois en usage sédentaire, et 7 mois en usage mobile.

La maison intelligente

"On essaie d'imaginer un monde d'IoT mature, un IoT 2.0". L'équipe de Rafi Haladjian est bien consciente des étapes qu'il reste encore à franchir. Si l'apparition de ces capteurs multi-usages représente un saut technologique, il doit aller de pair avec une éducation graduelle de l'utilisateur, tout comme des capteurs. “[Ce qui est important] c'est leur capacité à apprendre de nos comportements, à capter la réalité qui les entoure pour pouvoir avoir des comportements intelligents, préconiser des choses à l'utilisateur, prendre des décisions éventuellement à sa place jusqu'à un certain point.” Sen.se espère ainsi voir apparaître de plus en plus de collaboration avec des marques afin de développer, grâce aux informations des capteurs, des applications dédiées et ainsi entrer progressivement dans l'habitus des utilisateurs. De même si la capture des données est immédiate, Sen.se entend proposer une relation progressivement bilatérale grâce à l'apprentissage, allumer les lumières quelques secondes avant que vous rentriez chez vous, ou allumer la machine à café dès son réveil. La postérité de ce petit capteur ne semble pas devoir causer beaucoup d'inquiétudes, et nous ne devrions pas tarder à voir apparaître ces appareils, sans même que nous le sachions, à l'intérieur des produits que nous achèterons. L'enjeu tient plutôt à la capacité de réaction et d'accompagnement des marques, Rafi Haladjian l'explicite, "Nous souhaitons faire de Sen-se un appstore avec des applications composées d'initiatives de marques, de développeurs, de particuliers...".


Via CNR Santé, Marine Caccia
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from Internet du Futur
Scoop.it!

Selon IDC, le marché des systèmes embarqués "intelligents" dépassera les 1 000 milliards de dollars en 2019

Selon IDC, le marché des systèmes embarqués "intelligents" dépassera les 1 000 milliards de dollars en 2019 | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it

Selon IDC, le marché des systèmes embarqués dits « intelligents » (soit tout équipement architecturé autour d’un microprocesseur, d’une interface de connectivité et d’un système d’exploitation et/ou d’une interface utilisateur de haut niveau, à l’exception des PC, des smartphones, des serveurs et des tablettes) va franchir la barre des 1 000 milliards de dollars à l’horizon 2019, contre 755 milliards de dollars cette année. Parallèlement, il devrait se vendre plus de 2,2 milliards de tels systèmes, contre 1,4 milliard d’unités en 2014. Pour la société d’études, ce type d’équipements représentera plus du quart du marché total adressable en 2019 par les systèmes embarqués et les systèmes intelligents, estimé à plus de 8,5 milliards d’unités.

Parmi les segments de marché qui devraient afficher le plus fort taux de croissance, IDC cite l’assistance à la conduite et la gestion de la consommation d’essence dans le domaine des transports, les dispositifs portés sur soi et les systèmes d’éclairage intelligents dans le domaine de l’électronique grand public, les systèmes de pathologie numérique et de métrologie virtuelle dans le secteur de la santé, ainsi que les passerelles dédiées dans le secteur industriel.


Via CITC-EuraRFID
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from Freewares
Scoop.it!

Secrecy - Une application Android pour garder tous vos secrets - Korben

Secrecy - Une application Android pour garder tous vos secrets - Korben | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it
Si vous avez vos petits secrets à protéger sur votre smartphone, il y a une application baptisée Secrecy qui va vous intéresser. Développée par Matthew Kwan, cette application permet un peu à la manière de TrueCrypt, de créer des conteneurs et d'y placer des fichiers, peu importe leur type. Ça marche avec tout. Dans la …

Via Freewares&Tutos
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from E-sante, web 2.0, 3.0, M-sante, télémedecine, serious games
Scoop.it!

Pacifi : La tétine thermomètre connectée au smartphone - Capcampus

Pacifi : La tétine thermomètre connectée au smartphone - Capcampus | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it

Aujourd'hui, les objets connectés représentent pour les industriels un secteur très prometteur à tel point qu'ils envahissent notre quotidien. A cet effet, de nombreux produits ancrés dans ce marché émergent sont actuellement destinés à des usages qui ont pour but de faciliter notre vie quotidienne mais aussi de prendre en main notre état de santé. Des effets vestimentaires aux montres et bracelets en passant par les pilules et bien d'autres encore, pratiquement tous les domaines ont déjà eu leur part en matière d'objets connectés.

Quant aux jeunes parents qui veulent en tout temps connaître la température de leurs bambins surtout lorsque ces derniers ont la fièvre, la firme Blue Maestro vient de mettre au point « Pacifi », la première tétine connectée pour bébé. En effet, cette sucette intègre dans la matière silicone qui le compose un capteur de température qui envoie directement les données récoltées au smartphone des parents et qui fonctionne sous le système iOS ou Android et ce via Bluetooth 4.0.

Ainsi, l'application dédiée à cette tétine thermomètre connectée permettra aux parents de surveiller la température de leur bébé en temps réel mais aussi de les avertir en cas d'évolution de la fièvre. A cet effet, l'évolution de la fièvre est illustrée sur le smartphone sous la forme d'un graphique simple qui propose également d'autres données importantes dans le traitement de la maladie tels que le moment de la dernière prise d'un médicament, la possibilité de programmer des rappels et des alertes mais aussi le partage des données avec des professionnels de la santé. De plus, cette tétine intelligente peut également avertir les parents les plus inquiets lorsque la température de bébé dépasse un seuil fixé et ce, grâce à une notification sur le smartphone.

Et parce que cette tétine 2.0 a également pour but de permettre aux parents de dormir sur leurs deux oreilles, elle est aussi équipée d'un capteur de proximité à partir duquel les parents pourront avoir en tout temps une idée des déplacements de leurs bébés et de se faire prévenir si jamais l'enfant s'éloigne un peu trop. En effet, il est possible de programmer le déclenchement d'une alerte sur le smartphone lorsque l'enfant se déplace jusqu'à un périmètre de 50 mètres.

Mieux encore, cette sucette thermomètre est aussi équipée d'un avertisseur sonore qui se déclenche également sur le smartphone si jamais l'objet connecté se perd quelque part. Ainsi, grâce à cette fonction buzzer, il est possible de retrouver la tétine en un clin d'œil.

Pour réduire le risque d'exposition aux ondes, la connexion entre la tétine et le téléphone intelligent ne se fait que lors du transfert des données. Par ailleurs, il est aussi possible de ne confier la sucette connectée au bambin que lors des prises.

Selon la société Blue Maestro, cette tétine connectée Pacifi devrait être commercialisée dans le prochain semestre de cette année au prix de 25 euros.


Via FestivalCommunicationSanté
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from Personal data and technology
Scoop.it!

Assurance : les objets connectés vont-ils modifier la mutualisation des risques?

Assurance : les objets connectés vont-ils modifier la mutualisation des risques? | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it

Les objets connectés sont en passe de révolutionner le monde de l’assurance. Si l’internet des objets peut durablement participer à la prévention des sinistres et/ou à leur résolution, les utilisateurs pourraient tout aussi bien utiliser les données collectées par les objets connectés pour négocier des polices d’assurances moins chères. Pourtant en France, l’assurance est principalement fondée sur le principe de mutualisation des risques et les objets connectés pourraient bien causer de profonds dérèglements. A quoi faut-il s’attendre ? Quelles sont les expérimentations en cours?

L’association d’AXA et Withings :

Le cas le plus connu d’utilisation d’objets connectés dans le cadre d’une assurance est certainement l’expérimentation menée par AXA en début d’année, en partenariat avec Withings. La plus importante compagnie d’assurances du pays a travaillé avec Withings, fabricant d’accessoires intelligents, afin de proposer une offre unique en son genre. Mille clients de l’assureur se sont vu offrir un bracelet connecté Pulse O2 en l’échange du partage des données récoltées par ce dispositif.

L’appareil peut être porté comme une montre qui enregistre le niveau d’exercice physique quotidien par l’intermédiaire du nombre de pas parcourus, de votre fréquence cardiaque, du taux d’oxygène dans le sang ou de la qualité du sommeil. Associé à un service Cloud, l’utilisateur peut ainsi visualiser les données via une application mobile et recevoir des recommandations personnalisées.

La proposition d’AXA consiste à offrir des bons de réductions pour récompenses les assurés qui ont une « hygiène de vie saine », sanctionnée par plus de 7000 pas par jour pendant une semaine et jusqu’à 10.000 pas/jour comme le recommande l’Organisation Mondiale de la Santé.

Les Caisses d’Epargne et les Google Glass :

Les Google Glass sont arrivée sur notre territoire en quantités limitées, leur pic commercial n’est prévu, au mieux, que dans plusieurs mois. Pourtant, les Caisses d’Epargne ont déjà identifié des usages immédiats pour les lunettes connectées de Google. Elles lancent ainsi une application pour les Google Glass permettant de faciliter les démarches de leurs assurés automobile en cas d’accident.

La banque compte tirer profit de tous les atouts de ces lunettes : la caméra, le micro et même le pavé tactile situé sur la branche droite des lunettes connectées. La banque, en sa qualité d’assureur, voit dans les Google Glass un moyen inédit de capturer la scène de l’accident au plus près de la réalité et sans faire déplacer un expert. De son coté, l’assuré conserve les mains libres afin de pouvoir remplir son constat amiable en temps réel. Le cas échéant, il pourra être guidé par un téléconseiller en direct, également équipé d’un dispositif de vidéo conférence. En théorie, chaque assuré pourra ainsi cocher les cases de son constat sous l’oeil vigilant d’un gestionnaire de sinistre contacté à distance via ses lunettes connectées.

Selon Michel Cabirol, directeur du développement de BPCE Assurances, « 50 % des constats sont mal remplis, souvent parce que l’automobiliste panique ». Cette application pourrait ensuite être déclinée pour s’adapter à toutes sortes de sinistres : dégâts des eaux, cambriolages, etc. Si ce type d’usages innovants parvenaient à se répandre elles permettraient aux compagnies d’assurance de réaliser de substantielles économies en frais d’expertise.

BNP Paribas investit dans l’innovation :

La banque BNP Paribas, explore quant à elle les opportunités des objets connectés par l’intermédiaire de son « Cardif Lab » visant à identifier des innovations technologiques permettant de modifier l’approche et la pratique des métiers de la banque et de l’assurance. La BNP a ainsi vendu un boitier d’alarme en Italie, qui déclenche une alerte en cas d’incendie, d’inondation, de panne de courant (etc) à la maison. BNP Paribas a aussi lancé l’application « Pay How You Drive » au Royaume-Uni, permettant d’analyser les comportements au volant et d’accorder des remises aux automobilistes qui ont un comportement vertueux ou qui conduisent moins que la moyenne.

Appirio économmise 300.000 dollars par an :

Nous vous avions parlé du cas de cette société américaine qui a choisi de distribuer des bracelets connectés à ses employés sur la base du volontariat. Résultat : 30.000 dollars économisés en renégociant la mutuelle d’entreprise souscrite auprès d’un assureur américain. La réduction est principalement basée sur une meilleur connaissance du mode de vie des assurés.

Parmi le millier d’employés, seulement 40% se sont montrés intéressés par l’initiative et seulement 100 personnes ont accepté de partager leurs données de santé afin de permettre à leur société de faire des économies.

Au canada, les compagnies s’y mettent aussi :

Au Canada, le Mouvement des Caisses Desjardins et Mobiliz de Québec ont lancé des programmes d’assurance « boite noir » pour récompenser les bons comportements routiers. Pour cela, ces entreprises mettent à disposition de leurs clients un capteur intelligent permettant d’analyser le kilométrage parcouru, de mesurer les accélérations, freinages, le temps de trajet, etc.

En théorie, ces mécanismes sont bénéfiques aux deux parties : le client qui ajuste son paiement à son usage et au fournisseur d’assurance qui tend à réduire les risques avec ce type de démarche. Mais cela ne risque-t-il pas de faire s’effondrer le principe de mutualisation des risques? Si ces comportements étaient adoptés à large échelle, n’aurait-on pas tout une part de la population qui se verrait proposer des tarifs exorbitants?


Via C.I.L. CONSULTING
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from Numérique & pédagogie
Scoop.it!

Linkedin lance une app qui cartographie les compétences IT

Linkedin lance une app qui cartographie les compétences IT | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it

Un service proposé par le réseau professionnel Linkedin permet de localiser les profils technologiques dans différentes grandes villes en Europe et aux Etats-Unis. 

Linkedin vient de lancer un service qui cartographie les compétences professionnelles dans différentes grandes villes en Europe et aux Etats-Unis. Ce mapping de métiers est issu d'une analyse menée par le réseau professionnel à partir des données recueillies auprès de plus de 175 millions de membres. Elles révèlent d'abord qu'en France, Paris, Lille, Lyon et Marseille représentent des pôles de compétences importants en matière de nouvelles technologies. La capitale française regroupe majoritairement des ressources spécialisées en informatique et télécommunications.

En région, Toulouse se démarque par sa spécialité dans l'ingénierie et plus spécifiquement dans l'aéronautique du fait de la présence du site de production du groupe Airbus. Les résultats de l'analyse cartographique de Linkedin montrent aussi l'importance des compétences en informatique, ingénierie et télécommunications à Marseille, Lyon et Lille. Ces résultats prouvent ainsi que les spécialistes des nouvelles technologies ne sont pas centralisés dans la capitale mais que l'ensemble du territoire est doté de pôles de compétences contribuant au développement économique national.  

Madrid et Séville, villes des développeurs

L'app de cartographie du réseau professionnel révèle également la présence de compétences IT dans plusieurs villes européennes qui varient selon les différents pays. En Espagne, Madrid et Séville rassemblent suffisamment de développeurs java pour pouvoir se classer en tant que catégorie IT dominante, tandis qu'en Allemagne, Hambourg et Berlin sont les villes qui comptent le plus de designers d'interface utilisateur, de développeurs de jeux vidéo et de spécialistes de la mobilité.

La Pologne est le pays qui compte la plus grande variété de profils IT, tandis qu'outre-Atlantique, c'est à San-Francisco que sont situées des compétences IT de toutes sortes, spécialistes du cloud et de la mobilité, développeurs, architectes,  ingénieurs réseaux et télécoms, etc. Aux Etats-Unis, Austin, Baltimore, Kansas City et Seattle font également partie des grandes métropoles technologiques, cartographiées par Linkedin.

Article de Véronique Arène
Via fduport
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from IOT - CONNECTED DEVICES - QUANTIFIEDSELF by PHARMAGEEK
Scoop.it!

Objets connectés : un plus dans la prise en charge de la dépendance pour 93% des français | esante.gouv.fr, le portail de l'ASIP Santé

Objets connectés : un plus dans la prise en charge de la dépendance pour 93% des français | esante.gouv.fr, le portail de l'ASIP Santé | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it
Selon une étude TNS Sofres pour la Fondation Mutuelle Générale publiée le 17 octobre, 93% des français estiment que les technologies connectées peuvent permettre de mieux prendre en charge et de faciliter le quotidien des personnes atteintes de maladies neurodégénératives. Près de 30% déclarent d’ailleurs que c’est déjà le cas, un chiffre qui atteint 40% chez les aidants.



Par « technologies connectées », les auteurs de l’étude semblent surtout désigner les objets connectés dans le champ de la domotique : détecteurs de mouvements ou de fumée permettant d’alerter automatiquement les secours ou les proches, outils de géolocalisation pour les malades d’Alzheimer…etc. Ainsi, 90% des français interrogés trouvent que ces technologies offrent des « possibilités intéressantes » pour le maintien à domicile des personnes dépendantes.

Les technologies d’aide à la mobilité sont également plébiscitées par 80% des répondants à l’étude : canne intelligente équipée d’un GPS, casque interprétant les signaux du cerveau pour les transformer en gestes, par exemple.

Plus étonnant, 23% estiment que ces technologies facilitent déjà la vie de nombreux patients dépendants, et ce chiffre monte à 40% pour les personnes ayant un proche atteint d’une maladie neurodégénérative (par exemple : Alzheimer, Parkinson, Sclérose en plaques) .


Via TabletsOnWeb par Claude Castanet, Lionel Reichardt / le Pharmageek
more...
No comment yet.
Scooped by dbtmobile
Scoop.it!

7 objets connectés qui vont révolutionner notre quotidien

7 objets connectés qui vont révolutionner notre quotidien | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it
La révolution des objets connectés ne fait que commencer ! Voici 7 objets totalement révolutionnaires, à découvrir ou à tester au Marketing Day, le 4 novembre prochain aux Docks de Paris.
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from e-patient et e-santé
Scoop.it!

Quelle place pour les objets connectés en entreprise ?

Quelle place pour les objets connectés en entreprise ? | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it

Smartwatch, voiture connectée, wearable, vêtement intelligent... Les objets connectés envahissent tous les domaines de notre quotidien. On parle même de déferlante. Malgré leur nature très variée, tous ont un dénominateur commun : l'exploitation des données. Que ce soit le pot de fleur connecté ou bien le T-shirt de sport, la contrainte est la même. Sans donnée, les objets connectés perdent toute leur efficacité. 

Or, aujourd'hui, les grands groupes du monde entier se tournent vers l'exploitation des données et s'accordent à dire que les datas sont en passe de devenir l'une des premières ressources économiques du monde des affaires. D'où la question du jour : quelle place pour les objets connectés en entreprise ? Sont-ils uniquement réservés aux grands groupes ou peuvent-ils aussi s'immiscer dans les plus petites structures ? Les objets connectés peuvent-ils s'appliquer à chaque travailleur, améliorer ses conditions de travail, ses performances, son bien-être ? Finalement pourquoi ne pourrait-on pas appliquer les objets connectés domestiques ou de "loisir" au monde du travail ? Un exemple parmi tant d'autres : le prototype de la chaise connectée qui corrige automatiquement la posture d'un employé de bureau.

Et vous qu'en pensez-vous ? Quelle place pour les objets connectés en entreprise ? Les possibilités sont innombrables, mais lesquelles seraient vraiment pertinentes ? Réagissez et commentez directement sur le board des Clés de demain, mais aussi sur Twitter et Facebook, sans oublier notre hashtag #OnEnParle pour obtenir un maximum d'interactions !


Via Marie Françoise de Roulhac
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from Objets connectés et internet des objets
Scoop.it!

Circret Smart Bracelet : le bracelet connecté qui en affiche

Circret Smart Bracelet : le bracelet connecté qui en affiche | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it

Ce produit connecté intègre en effet un pico-projecteur qui affiche sur l’avant bras de l’utilisateur une sorte de menu tactile… à même la peau. Avec l’aide de huit capteurs de proximité (pas moins), l’engin est capable de déterminer la position exacte des doigts qui viendront « tapoter » sur les options disponibles.

Le tout est évidemment connecté en Bluetooth à son smartphone, et permet un contrôle total du mobile. Le bracelet offre un retour haptique des desideratas du porteur grâce à un moteur vibrant, et il intègre le wi-fi et une batterie d’autres capteurs afin d’être le plus précis possible. Il reste la question de l’autonomie, pas encore élucidée…

L’objet a été proposé sur Indiegogo où il était commercialisé la bagatelle de 400$. Le produit final devrait être vendu entre 600 et 700$.


Via Jean-Pierre Blanger
more...
No comment yet.
Scooped by dbtmobile
Scoop.it!

Coup de mou pour l'iPad et les tablettes - euronews

Coup de mou pour l'iPad et les tablettes - euronews | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it
Le PDG d’Apple, Tim Cook, a présenté récemment la dernière version de l’iPad, la célèbre tablette de la marque à la pomme. Son nom : l’iPad Air 2.
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from l'e-santé en général et en particulier
Scoop.it!

Reportage France 2 : Objets connectés, forme et éducation thérapeutique

Reportage France 2 :  Objets connectés, forme et éducation thérapeutique | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it

Les objets connectés ont le vent en poupe. Cette année, quelque 15 milliards de ces appareils ont investi le marché mondial. Ces derniers pourraient même améliorer notre santé. C'est ce qu'a démontré une équipe de France 2.

Parmi ces nombreux objets, un bracelet électronique permettant de compter ses pas. L'objet relié au téléphone portable a séduit Marlène : "Je me suis rendu compte que je ne marchais pas assez, ça motive".

Entre 59 et 299 euros

Ces objets se multiplient dans les grandes surfaces. "L'année dernière, on avait quelques bracelets connectés, là on a des balances connectées, des traqueurs d'activité", détaille Mustapha Diouane, responsable de l'univers multimédia d'un magasin. Quant aux prix, ils oscillent entre 59 et 299 euros. Près d'un quart des Français y sont accros. "Maintenant, j'ai pris l'habitude de prendre ma tension tous les jours", souligne un patient. Des résultats qu'il envoie ensuite à son médecin, via internet.

Pour le docteur Eric Couhet, c'est une bonne chose. Ces appareils peuvent aider le patient à se responsabiliser : "Si les gens s'automesurent, ils vont se prendre en charge".
Attention néanmoins à ne pas en devenir accro : "Chez certains qui ont déjà un hyper contrôle sur eux-mêmes, cet objet va renforcer une anxiété", alerte le psychologue Mickael Stora.


Via e-Santé Bretagne, TéléSanté Centre, Caroline Crousillat
more...
No comment yet.
Scooped by dbtmobile
Scoop.it!

Infographie : l'adoption du digital par les pro...

Infographie : l'adoption du digital par les pro... | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it
86% des sondés utilisent les sites internet et 69% des spécialistes les newsletters.
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from #Innovation #Design #Créativité #Management... et autres sources inépuisables d'étonnement
Scoop.it!

Les tendances de société qui vont façonner le Web

Les tendances de société qui vont façonner le Web | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it

 

 

NEWSLETTER                 OÙ TROUVER NOTRE MAGAZINEVILLAGE DES EXPERTSSUIVEZ-NOUS SUR  CréerGérerDévelopperReprendre/CéderSTART-UPBuzzOutilsCulture BanqueClub Développer > Se faire connaître > Les moyens webL'équipeDynamique Entrepreneuriale18/10/14
 28 43 11Viadeo1 0  1Les tendances de société qui vont façonner le Web

Pour définir les nouveaux business sur lesquels se lancer sur le Web, il faut, certes, s’intéresser aux nouvelles technologies, mais également aux attentes des internautes et aux besoins du marché.

La volonté d’un Internet social

En témoigne le succès constant des différents réseaux sociaux, les internautes sont de plus en plus à la recherche de liens sociaux à travers le Web. En résulte la naissance d’une tendance de fond qui ne devrait pas décélérer de si tôt : l’avènement du Web social. Aujourd’hui, n’importe quelle offre ou service peut être relié à la composante sociale. On assiste à la naissance par exemple de nombreuses solutions de e-commerce qui orientent l’internaute dans ses choix en fonction de ceux de ses amis. Les systèmes de « recommandations » sont devenus légion sur le Web. La start-up Tribway, spécialisée dans le e-shopping social illustre bien cette tendance. Autre exemple, la plateforme The Tops, qui met en avant les recommandations shopping d’experts reconnus.

Les idées de business à lancer

On peut imaginer toutes sortes de services reliés à cette tendance du Web social. Pensez par exemple à des idées telles que : site e-commerce de vente de matériel de bureau et logiciels professionnels basés sur un système de recommandation des produits par les personnes qui constituent votre réseau professionnel (via LinkedIn et Viadeo), réseau social de passionnés de randonnée permettant aux membres de se recommander entre eux des parcours, des établissements ou des équipements, basé sur un business model de diffusion de publicité locale… 

Le retour de l’humain dans le web

Exit les Amazon et autres géants du Web. Désormais, ce sont les internautes eux-mêmes qui veulent reprendre le pouvoir et se placer aux commandes de la toile. Les sites de troc entre particuliers ou les services permettant aux personnes de faire des rencontres (amoureuses ou pas d’ailleurs) pullulent sur le net. Internet devient un espace public géant et accessible à tous pour leur permettre de se rapprocher. Les Internautes attendent donc du Web aujourd’hui qu’il les aide à créer des liens dans la vie réelle.

Les idées de business à lancer

Beaucoup de concepts liés à ce retour de l’humain sur la toile ont déjà envahi le marché. Mais il reste tout de même quelques bonnes idées de niche à lancer. Quelques exemples : un service de mise en relation de personnes de la même région ayant des intolérances alimentaires pour leur permettre de s’échanger des recettes et de s’inviter à dîner, un site de rencontre dédié aux personnes ayant déjà des enfants pour construire des familles recomposées, un site de troc entre femmes de vêtements achetés sur un coup de tête et qui n’ont jamais servi…

 

Un Web voué à la médiatisation de soi

Le mot de l’année 2013 vient de tomber : il s’agit du terme « selfie » dont on n’avait jamais encore entendu parler en 2012. Ces photos de soi prises par soi, qui inondent les réseaux sociaux, représentent bien la tendance qui guide le Web aujourd’hui : celle d’une sur-médiatisation du soi. De ce fait, toutes les solutions permettant de faire parler de soi sur la toile connaissent un succès retentissant sur le Web. Plus largement, intégrer une composante de médiatisation de soi, même dans des services n’ayant à la base rien à voir avec cela, peut être un bon calcul.

Les idées de business à lancer

Il y a pas mal de concepts à aller explorer… Quelques pistes : une plateforme dédiée à la diffusion de ses selfies Instagram « Selfiestagram », une plateforme servant à créer des espaces personnels rassemblant toutes les publications vous concernant diffusées sur les différents réseaux sociaux (vos photos, vos réflexions, votre CV, vos vidéos…), un service de nettoyage de votre passé sur les réseaux, pour faire en sorte que vos futurs recruteurs ne tombent pas sur les photos souvenirs d’une soirée arrosée…

Le floutage monde réel / monde virtuel

L’avenir du Web ? Il se fera dans le monde réel ! On assiste de plus en plus à la disparition des limites claires entre le monde numérique et le monde physique. Cette tendance s’affirme notamment dans le monde du commerce où les enseignes de vente en ligne ouvrent des boutiques et où les points de vente réels se digitalisent. Cette tendance devrait aller crescendo dans les années à venir. Autant anticiper !

Les idées de business à lancer

Beaucoup de services dans le monde physique gagneraient à être davantage connectés pour gagner en efficacité. Vous pouvez par exemple lancer une boutique physique de vente de vêtements intégrant des tablettes connectées qui vous permettront d’essayer les affaires en réalité augmentée, sans avoir à passer par la case cabine. Autre idée : on pourrait imaginer des supermarchés physiques reliés à un site en ligne. Vous n’auriez qu’à rentrer les menus de la semaine pour que votre liste de course soit automatiquement réalisée et envoyée par e-mail sur votre smartphone. Une sélection de produits aux meilleurs rapports qualité prix vous sera proposée et vous bénéficierez sur place de promotions dédiées.  

Le besoin de sécurisation des données

Les scandales liés à la fuite de données personnelles présentes sur le Web ont fait grand bruit dans les actualités ces derniers mois. Les internautes sont donc, à juste titre, en attente de solutions visant à mieux protéger la confidentialité de tout ce qu’ils confient au Web, c’est-à-dire de plus en plus de choses. Les nouveaux services qui seront demain reliés au net devront donc intégrer impérativement cette composante.

Les idées de business à lancer

Il y a beaucoup à faire dans ce domaine. Vous pouvez par exemple songer à créer un système low cost de protection très évolué des boîtes e-mails contre les piratages ou alors lancer un coffre-fort numérique ultra-sécurisé pour y placer des documents personnels importants.

 


Via Edouard Siekierski
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from SmartHome
Scoop.it!

"Connectée", la troisième génération de la cuisine devient une réalité

 

Du côté des pôles
"Connectée", la troisième génération de la cuisine devient une réalité

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/76875.htm

Pas moins de 6 pôles de compétitivité, dont Vitagora et Cap Digital, ont labellisé ce projet auquel participent environ 150 personnes issues de 26 partenaires. D'ici fin 2016, 21 millions d'euros vont y être investis en recherche par les partenaires. C'est dire l'importance d'Open Food System (OFS) porté par le groupe Seb. Un projet d'envergure, d'autant plus qu'en tant que Projet Structurant des Pôles de Compétitivité (PSPC), il bénéficie d'un financement dans le cadre des Investissements d'Avenir. Preuve que cette "cuisine connectée" dont on parle de plus en plus ces derniers mois n'est pas un nouveau phénomène de mode, une tendance, mais bien la troisième génération de la cuisine qui émerge progressivement et pour laquelle la recherche et les entreprises françaises disposent de sérieux atouts.

"C'est passionnant", s'exclame Nicolas Valance, l'ingénieur qui, au sein de l'Atelier Digital de Seb, pilote Open Food System après en avoir assuré le montage. C'est dire s'il le connaît bien et que depuis son démarrage officiel, le 1er janvier 2013, il vit à son rythme. Un rythme soutenu puisque l'ambition de ce projet, dont le premier tiers vient de s'achever, est de proposer aux utilisateurs, au-delà des appareils déjà commercialisés par Seb, une plateforme digitale sur laquelle ils pourront trouver l'ensemble des contenus et des services qui leur permettra d'améliorer leur cuisine au quotidien. Un défi de taille, d'abord parce qu'une fois posé sur le papier, il s'agit de le mettre en musique et d'aboutir à l'interprétation finale. Or c'est là que l'affaire se complique. Imaginez en effet environ 150 personnes, chercheurs, ingénieurs, techniciens appartenant à une large palette de disciplines allant de l'intelligence artificielle aux technologies de l'électroménager, en passant par l'ingénierie des connaissances, les technologies de la sémantique, l'anthropologie, mais encore la psychologie cognitive, la nutrition, les techniques de cuisson grand public ... "Nous avons réussi à lever l'un des principaux risques qui était de réussir à organiser et faire fonctionner un consortium aussi important et riche de compétences", annonce celui qui a la lourde de tâche d'en être l'animateur et le responsable.

D'ailleurs, ce consortium fonctionne si bien qu'il a livré un premier prototype complet en avril dernier qui résulte de l'intégration de la plupart des résultats des premiers travaux menés par l'ensemble des partenaires. Certes, un autre prototype avait déjà été achevé à l'été 2013, mais il s'agissait d'un prototype dit "technologique" qui, s'il était constitué de l'ensemble des briques technologiques des partenaires, ne comportait pas encore d'interface utilisateur ni de services particuliers. "Aujourd'hui, nous disposons donc d'un prototype qui intègre une véritable expérience utilisateur autour de la recette choisie", explique Nicolas Valance. Ce prototype fait actuellement l'objet de tests au sein du Lutin, le Laboratoire en Technologies d'Information Numérique qui, rappelons-le, est un Living Lab européen qui associe les universités parisiennes de Paris 6 et de Paris 8, de l'UTC de Compiègne, de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE) et d'Universcience. "Et c'est à partir de ce prototype que nous allons extraire des briques technologiques que nous mettrons par la suite à disposition du grand public". Nicolas Valance rappelle qu'Open Food System se développe selon deux grands axes, l'un logiciel, qui représente environ les trois quarts du travail, l'autre s'intéressant à ce qu'on appelle le hardware. Or si pour ce dernier, les travaux se poursuivent sachant que le premier prototype sera livré à la fin du programme, à la mi-juin 2016, en revanche, concernant l'axe logiciel, quatre prototypes doivent être produits tout au long du projet.

Le responsable d'OFS explique que ce prototype tourne essentiellement autour des technologies sémantiques et de la modélisation de la connaissance du domaine sous la forme d'une ontologie. Rappelons que cette dernière est un ensemble structuré des termes et des concepts représentant le sens d'un champ d'informations. "Une fois que l'on a sémantisé une recette et organisé la connaissance du domaine, on peut alors commencer à faire raisonner la machine. Un peu comme un être humain le ferait, à partir des connaissances dont il dispose sur l'alimentation et les recettes". La machine pourra ainsi interpréter une recette comme un humain et proposer à ses utilisateurs des services adaptés, voire personnalisés, qu'il s'agisse d'un accompagnement nutritionnel ou de la gestion de la logistique au quotidien voire de réponses à des problématiques classiques du type "que vais-je manger ce soir" ? Or pour obtenir des réponses pertinentes, les chercheurs doivent faire appel à des technologies d'intelligence artificielle relativement avancées. D'autant plus que la machine doit être capable d'apporter une réponse non pas à un seul individu mais à une famille d'utilisateurs, les personnes au sein d'une famille n'étant pas homogènes ce qui complexifie le problème. "C'est la raison pour laquelle il nous faut partir de briques de base grâce auxquelles nous pouvons décomposer une recette en éléments avec lesquels nous allons pouvoir jouer". Un travail colossal, d'autant plus qu'il a été conçu en français mais qu'une version anglaise et de culture américaine va bientôt être développée, le domaine de l'alimentation étant très lié à la culture locale.

Dans moins d'un an, en mai 2015, un troisième prototype sera livré. Celui-ci permettra aux chercheurs et aux ingénieurs d'ouvrir de nouveaux volets de réflexions s'appuyant toujours sur les mêmes technologies et connaissances. "Nous allons alors nous intéresser à l'ensemble de la logistique autour de l'alimentation et à la connexion entre les aliments présents dans les placards d'une cuisine et le matériel électroménager", indique Nicolas Valance qui pour l'heure ne peut pas en dire plus. Mais entre temps, dès la fin 2014, Seb aura commencé à proposer les premières briques technologiques d'Open Food System sur certains de ses produits phares mais aussi aux partenaires externes qui, dans l'esprit "Open" du projet, souhaiteraient tester et développer des nouveaux services à l'aide de ces briques technologiques. La cuisine connectée devient donc progressivement une réalité.


Via CITC-EuraRFID
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from le monde de la e-santé
Scoop.it!

Santé connectée : les technologies modifient la vision de la pratique…

Arthur, neurochirurgien à Lariboisière, a remporté le concours CHAM* 2014 organisé par What's Up doc et nous livre ses impressions à la fin de l'événement…

Via FestivalCommunicationSanté, Claranet, Emmanuel Capitaine , Fabrice Vezin
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from New products - services and data
Scoop.it!

Drust, le quantified-self appliqué à l'automobile

Drust, le quantified-self appliqué à l'automobile | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it
Fondée par trois anciens de PSA Peugeot Citroën, la start-up Drust a développé un petit boîtier permettant d'accéder aux données mécaniques générées par le moteur de son véhicule pour les consulter directement sur son smartphone. A l'instar des trackers et autres bracelets connectés pour suivre sa performance sportive, ce produit s'inscrit dans la tendance du quantified-self (ou auto-mesure) en

Via Thom
more...
No comment yet.
Rescooped by dbtmobile from Objets connectés et internet des objets
Scoop.it!

Top 7 : Nouveaux accessoires connectés santé et fitness les plus innovants

2014 est décidément l’année du gadget connecté. Ce dernier est bel et bien ancré dans notre quotidien au point que tout le monde l’utilise pour surveiller son hygiène de vie et de santé. Les fitness trackers sont les plus connus et sans doute les plus utilisés actuellement. Voici 7 gadgets connectés santé et fitness dans le vent que nous avons sélectionné pour vous.

1- Jabra Sport Pulse Wireless

Le Sport Pulse Wireless de Jabra est une nouvelle génération d’écouteur sans fil, qui en plus de permettre d’écouter sa playlist pendant les séances d’entraînement dispose de capteurs de fréquence cardiaque. Le Jabra Sport Pulse conseille sur le rythme à adopter selon votre fréquence cardiaque pour des séances d'entraînement plus professionnelles.

 

2- Acton Rocketskates

Les Rocketskates d’Acton sont des patins avec quatre moteurs intégrés qui s’adaptent autour du talon des chaussures pour assurer une liberté dans les déplacements en ville. Ces patins à roulettes motorisés offrent une vitesse max de 16 km/h et se connectent sur un Smartphone pour connaître l’autonomie, la vitesse et le kilométrage effectué.

 

3- Star.21 fitness

Le Star.21 fitness d’Oaxis est un bracelet connecté qui agit tel un coach motivateur. Alors que la plupart des trackers fitness se limitent aux informations, le Star.21 fitness motive ses utilisateurs pour les bonnes habitudes adopter et opter pour un mode de vie saine. Il renseigne sur le nombre de pas réalisés en une journée, le sommeil, l'apport calorique, les dépenses énergétiques, etc.

 

4- ReSound Linx

Le Linx de ReSound est un appareil auditif qui se connecte sur les terminaux Apple. En plus d’être une véritable aide auditive, le ReSound Linx peut assurer les fonctions d’un écouteur classique, comme prendre un appel et écouter de la musique, avec la possibilité de régler le volume, le grave et l’aigu pour une meilleure qualité sonore.

 

5- MyBiody Balance

MyBiody Balance est un gadget connecté qui mesure la Bio-Impédancemétrie c'est-à-dire la composition corporelle. Il agit comme un véritable nutritionniste sportif en aidant ses utilisateurs à déterminer les besoins alimentaires en fonction des activités physiques effectuées.

 

6- NeuroOn

NeuroOn est un masque de nuit connecté qui a été développé par Intelclinic. Le masque est équipé de multiples capteurs pour analyser le sommeil en fonction de l’activité cérébrale et les mouvements oculaires, la fréquence cardiaque et la tension musculaire afin d’offrir à son utilisateur un bon sommeil réparateur c'est-à-dire un cycle complet de sommeil.

 

7- FlyKly Smart Wheel

Le FlyKly Smart Wheel de FlyKly est une alternative au vélo électrique. La roue connectée FlyKly Smart Wheel permet de transformer un vélo classique en un vélo à assistance électrique. La roue offre une vitesse supplémentaire de 25km/h réglable depuis son Smartphone et dispose d'une autonomie de 50 km.


Via Jean-Pierre Blanger
more...
No comment yet.