CES 2014 : les objets connectés « made in France » | Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante  et telemedecine, m learning , e marketing , etc | Scoop.it

Dans la foison d’annonces du Consumer Electronics Show, Futura-Sciences a sélectionné pour vous les nouveautés dévoilées par des entreprises françaises dans le domaine des objets connectés. Tour d’horizon, de la raquette de tennis à la brosse à dents intelligente en passant par le pilulier connecté et la cocotte-minute Bluetooth.

Le 10/01/2014 à 12:22 - Par Marc Zaffagni, Futura-Sciences

Aucun commentaire Soyez le premier à réagir  

Au Consumer Electronics Show, qui se tient à Las Vegas, de nombreuses entreprises françaises étaient présentes avec leurs innovations. © Ben Franske, Wikimedia Commons, GNU 1.2

Share on print Share on email

Après les smartphones et les tablettes, les consommateurs vont désormais beaucoup entendre parler d’Internet des objets ou d’objets connectés. Derrière ces deux expressions se cachent toutes sortes de capteurs à porter sur soi ou à installer à la maison, mais aussi des objets domestiques devenus « intelligents » par la grâce d’une puce électronique et d’une connexion sans fil. Combien de pas avons-nous effectués dans la journée ? Notre sommeil a-t-il été réparateur ? La qualité de l’air dans notre habitation est-elle satisfaisante ? Voici quelques-unes des nombreuses questions auxquelles les objets connectés veulent répondre pour offrir aux usagers toujours plus de maîtrise sur leur corps et leur environnement.

Selon les prévisions du cabinet d’analyse Gartner, 26 milliards d’objets connectés peupleront la Terre en 2020 et généreront un chiffre d’affaires supérieur à 300 milliards de dollars. Le Consumer Electronics Show (CES), qui s’achève ce vendredi à Las Vegas, offre une bonne illustration de cette tendance. Les stands regorgent de bracelets connectés, de montres intelligentes, de capteurs dédiés au bien-être, au sport ou à la surveillance qui ont tous en commun de pouvoir communiquer avec un smartphone ou une tablette via une liaison sans fil Bluetooth ou Wi-Fi. Bonne nouvelle : les entreprises françaises ne sont pas les dernières à surfer sur cette vague si prometteuse. Sur les 90 exposants français présents au CES, plusieurs sont venus avec des objets connectés qui sortent du lot et sont promis à un bel avenir.

Imedipac, le pilulier intelligent

Imedipac est un pilulier connecté qui permet à des proches ou un médecin de suivre la prise de traitement d’une personne. Mis au point par la PME Medissimo, ce produit permet de couvrir une semaine de traitement avec des cases « matin », « midi », « soir » et « coucher ». Il enregistre l’heure de la prise, la case qui est vidée et transmet les informations par connexion GPRS à un serveur de santé administré par Medissimo. Un retard, un oubli ou une erreur de prise sont signalés par un avertisseur lumineux, sonore, vocal ou un message texte. Le patient et les personnes avec lesquelles il a choisi de partager ces données sont informés en temps réel. Le pilulier Imedipac sera commercialisé fin 2014.


Le pilulier connecté Imedipac permet de suivre à distance la prise de médicaments afin de s’assurer qu’un patient suit correctement son traitement. © Medissimo

La maison connectée selon Archos

Archos, qui propose notamment toute une gamme de tablettes et de smartphones, est présent au CES avec une famille d’objets connectés domotiques qui comprend une minicaméra, un détecteur de présence, un détecteur d’ouverture de porte ou encore une prise intelligente. On trouve aussi une station météo qui fournit des données intérieures comme extérieures (température, niveau de CO2, taux d’humidité, pression atmosphérique, bruit environnant). L’ensemble de ces objets sont contrôlés par une tablette Android 7 pouces qui centralise toutes les informations, mais ils sont aussi accessibles à distance grâce à une application compatible Android et iOS. Le constructeur français propose également une gamme d’objets connectés orientés vers le bien-être et le sport, dans laquelle on trouve une balance intelligente qui peut gérer jusqu’à quatre utilisateurs dont elle mesure la masse corporelle et surveille le pourcentage de masse graisseuse. Il y a aussi un bracelet podomètre qui enregistre le nombre de pas et les calories dépensées, ainsi qu’un capteur de pression artérielle qui mesure les pressions systolique et diastolique ainsi que la fréquence cardiaque. Ces trois appareils se synchronisent avec un smartphone sous Android ou iOS et délivrent diverses statistiques via une application dédiée.

Aura, le gardien du sommeil

Développé par la société Withings, à qui l’on doit déjà toute une gamme d’objets connectés de fitness et de bien-être, le kit Aura ambitionne d’améliorer le sommeil. Il se compose d’un tapis à placer sous le matelas et qui enregistre le rythme cardiaque, les mouvements, la respiration et la température. Ces données sont envoyées à la lampe de chevet Led dont la luminosité varie afin de réveiller le dormeur en douceur. L’influx lumineux s’accompagne d’un fond sonore censé répliquer le profil et la fréquence du rythme circadien. Bien entendu, une application mobile permet de consulter les données recueillies et de programmer le système selon ses besoins. Aura sera commercialisé au printemps à 299 euros.

Kolibree, la brosse à dents connectée

La brosse à dents aussi peut devenir un objet connecté afin de contribuer à une meilleure hygiène buccodentaire. C’est le concept que défend la start-up française Kolibree avec sa brosse à dents électrique qui détecte les mouvements réalisés et les zones nettoyées. Elle transmet les données par Bluetooth à un terminal mobile (Android, iOS), ce qui permet notamment de savoir si le temps de brossage a été respecté, s’il s’est fait de façon uniforme, si la pression appliquée est correcte, etc. Kolibree met son API (application programming interface) à disposition des développeurs afin qu’ils puissent créer de nouvelles fonctionnalités et applications. La commercialisation est prévue au troisième trimestre 2014 avec des tarifs annoncés de 99 à 200 dollars (entre 70 et 150 euros) selon les modèles.


La brosse à dents Kolibree renferme des capteurs qui analysent les mouvements lors du brossage afin de déterminer si le cycle a été respecté dans la durée, mais aussi dans la répartition entre les différentes zones. © Kolibree

Nutricook Connect, la e-cocotte signée Seb

Le groupe d'électroménager Seb est venu au CES avec un prototype de cocotte-minute connectée. Baptisée Nutricook Connect, elle est équipée d’un system on a chip qui lui sert à se connecter en Bluetooth à un smartphone. Depuis une application dédiée, l’utilisateur réalise des recettes pensées pour la cocotte. Il est guidé pas à pas pour connaître les ingrédients à ajouter au moment voulu et à la température adéquate. Seb indique que ce projet s’inscrit dans un programme plus vaste qui vise à élaborer toute une série d’appareils de cuisson intelligents. Il n’y a pour le moment pas de date de commercialisation.

Mother, la « maman programmable »

Imaginée par un coinventeur du lapin Nabaztag, Mother est un système de surveillance déguisé en sympathique poupée tout en rondeurs. Connectée par Ethernet à un routeur ou une box Internet, Mother va communiquer avec une série de capteurs, les « Motion Cookies », qui enregistrent les informations relatives à une activité. L’originalité du concept tient au fait que ces capteurs sont programmables à loisir en fonction de ce que l’utilisateur souhaite surveiller. Vous saurez quand vos enfants rentrent à la maison, s’ils se sont bien brossé les dents, si vous vous êtes suffisamment hydraté durant la journée, si vous n’avez pas oublié de prendre vos médicaments, si quelqu’un s’est introduit chez vous en votre absence, etc


La Mother de Sen.Se est une centrale de surveillance qui fonctionne avec des minicapteurs sans fil configurables en fonction des besoins. © Sen.Se

En tout, 15 fonctions de surveillance sont attribuables aux Motion Cookies, que l’on peut fixer à peu près partout et qui sont réaffectés en fonction des besoins. Une modularité intéressante qui évite d’avoir à posséder un capteur spécialisé pour chaque usage. Toutes les informations que récolte Mother sont envoyées sur un terminal mobile (Android, iOS) et synthétisées sous la forme d’un journal de bord. On peut également les consulter depuis n’importe quel navigateur Internet. Des alertes avertissent l’utilisateur de la survenue d’événements précis, par exemple l’heure à laquelle sa progéniture est rentrée à la maison. Le kit Mother comprenant quatre Motion Cookies sera disponible au printemps à 199 euros. Des packs de capteurs additionnels seront également proposés.

La raquette intelligente de Babolat

Babolat, la plus ancienne marque d’équipements de tennis, est la première à proposer une raquette intelligente dont le manche renferme des capteurs qui détectent la puissance et le nombre des coups (revers, coups droits, services, smashs, etc.) ainsi que la localisation de l’impact sur le tamis. La Babolat Play se connecte par liaison sans fil Bluetooth ou par câble USB à un smartphone, une tablette ou un ordinateur et livre ses statistiques dans une application spéciale compatible Android, iOS, Windows et OS X. Elle est commercialisée aux États-Unis pour 399 dollars.

June, le bracelet anti-coups de soleil

Le bracelet June de Netatmo est l’une des bonnes surprises de ce CES. Sous ses allures de bijou plutôt classique se cache un « conseiller en protection solaire ». Le bracelet renferme un capteur qui mesure le niveau d’ensoleillement et l’exposition journalière à laquelle la personne est soumise. Les informations sont transmises à une application (iOS) qui prodigue des conseils sur l'indice de crème approprié aux UV du moment, invite le porteur à mettre un chapeau, ses lunettes de soleil ou à chercher de l'ombre. June s’adresse à la gent féminine. Sa commercialisation est prévue au deuxième trimestre au prix de 95 euros.


Via Amandine Barrau