3 fois plus de suicides chez Areva La Hague qu'ailleurs -L'Etat met l'entreprise en demeure | Le Côté Obscur du Nucléaire Français | Scoop.it

L'Etat a mis en demeure la direction de l'entreprise après avoir relevé un taux de fréquence des suicides des salariés du site trois fois supérieur à la moyenne constatée dans la Manche.

Le site Areva de La Hague est le premier centre de recyclage industriel de combustibles nucléaires usés.

 

Les syndicats du site de la Hague avaient déjà tiré la sonnette d'alarme à plusieurs reprises, alors l'injonction de l'Etat n'a pas surpris. A l'origine des inquiétudes, un constat macabre : on se suicide trois fois plus chez Areva-La Hague qu'ailleurs dans La Manche. Alors même qu'on s'y suicide déjà davantage qu'ailleurs en France : selon l'Insee, la Manche est le troisième département le plus touché par les suicides avec 29,1 suicides pour 100.000 habitants, contre 16,3 en France en 2009.

 

Des risques pour la sûreté des installations

Transmise le 8 octobre au Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l'usine, la mise en demeure impose à Areva la mise en place d'un plan d'action, en invoquant notamment des "risques pour la sûreté des installations" : non seulement le site emploie directement 3.000 personnes, mais il est aussi qui concentre la plus grande quantité de matière radioactive en Europe

.

La santé mentale des salariés dégradée

"Un volume d'heures supplémentaires conséquent a été déclaré en 2011 par des salariés non cadres du service dans lequel un salarié non cadre s'est suicidé en janvier" relevait la direction du travail. Le 26 septembre, le secrétaire CFDT du CHSCT du site, Thierry Mouchel, avait déjà fait part de ses préoccupations face à la "dégradation de la santé mentale" des salariés, en estimant que 2012 allait être "un copié-collé" de 2011.

 

L'Etat impose la mise en place d'un plan d'action

Aussi, l'Etat demande que soit mis en place un "plan d'action" qui puisse permettre "l'évaluation et la maîtrise de la charge mentale et physique de travail", ainsi que "ramener la durée du travail sur site et hors site du personnel aux limites maximales légales" et "mettre en place un système d'enregistrement automatique du début et de la fin de chaque période de travail".

 

Les circonstances des suicides restent floues. La directrice de la communication affirme, elle, que l'entreprise préparait une réponse "plus complète" que celle déjà transmise à l'Inspection du Travail le 5 octobre.

 

 source

 http://www.franceinfo.fr/societe/trois-fois-plus-de-suicides-chez-areva-la-hague-qu-ailleurs-770115-2012-10-15