COMMUNIQUE DE PRESSE

Réseaus sortir du nucléaire

 

2 juillet 2013 : Usine Comurhex de Malvési : la porte d’entrée de l’uranium en France fonctionne depuis des années sans statut d’installation nucléaire !

 

Mardi 2 juillet, la marche internationale pour la paix et la sortie du nucléaire fait halte devant l’usine Comurhex de Malvési (Aube). À cette occasion, le Réseau “Sortir du nucléaire“ dénonce un scandale caché au public concernant cette installation. Cette usine, porte d’entrée de l’uranium en France, a fonctionné pendant des années dans l’illégalité, sans le statut d’installation nucléaire de base.

 

La Comurhex de Malvési : quand une usine « locale » cache la porte d’entrée de l’uranium en France

’l' usine Comurhex de Malvési, cela ne vous dit rien ? Et pourtant… Cette filiale d’Areva, située dans la banlieue de Narbonne, est la porte d’entrée de l’uranium en France et d’un quart du nucléaire mondial. C’est là que le « yellow cake », ce concentré de poudre d’uranium, subit ses premières modifications après avoir quitté les régions minières du Niger, du Kazakhstan et du Canada. Il est transformé en « tétrafluorure d’uranium » (UF4), un produit très toxique qui réagit fortement au contact de l’air et qui peut générer un gaz hautement corrosif. Celui-ci est ensuite acheminé à l’usine Comurhex de Pierrelatte : 60 tonnes quittent ainsi Malvési quotidiennement, au rythme de 3 à 5 camions par jour qui empruntent l’A9 et l’A7.

 

Le procédé de transformation produit des effluents liquides. Chargées en nitrates et en produits radioactifs, ces boues sont décantées dans des bassins à l’air libre. Du combustible usé a transité par l’usine Comurhex de Malvési jusqu’en 1983. La CRIIRAD a même détecté du plutonium dans des boues qui s’étaient écoulées dans l’environnement suite à une rupture de digue en 2004.

 

La porte d’entrée du nucléaire en France fonctionne dans l’illégalité depuis plusieurs années

L’industrie nucléaire fait tout pour occulter les risques et banaliser les activités de la Comurhex Malvési. Depuis sa création, cette installation appartient à la nomenclature des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE). Un changement considérable de législation en 2007 aurait dû conduire Comurhex à demander le reclassement, au moins d’une partie, de l’usine de Malvési en installation nucléaire de base, au regard de l’importance des matières radioactives présentes sur le site. Pourtant, celle-ci n’a jamais entrepris la moindre démarche en ce sens et a continué d’exploiter l’installation de Malvési selon la nomenclature ICPE, qui peut concerner tout aussi bien des élevages de poulets que des pressings…

Suite à des analyses menées en 2009 et ayant constaté la présence de plutonium dans les boues de deux bassins de décantation, l’Autorité de sûreté nucléaire a fixé au 31 décembre 2010 la date limite pour que la Comurhex Malvési dépose un dossier de demande d’autorisation de création d’installation nucléaire de base couvrant ces deux bassins et définissant leur encadrement juridique dans l’attente du décret d’autorisation de création. Les démarches sont en cours, mais il n’en demeure pas moins que l’usine a fonctionné pendant des années sans l’autorisation requise, alors que l’exploitant – espérons-le… – n’ignorait pas la présence de ces éléments radioactifs sur son site.

Pour mettre fin à ces négligences dangereuses et mettre en lumière les risques cachés de l’industrie nucléaire, le Réseau "Sortir du nucléaire" a porté plainte le 2 janvier 2013.

L’usine Comurhex n’est qu’un des nombreux maillons de la chaîne du combustible nucléaire, qui compte de nombreuses installations polluantes et dangereuses dans la région et sur tout le territoire. Pour dénoncer les risques que cette installation « banalisée » fait courir aux populations et rappeler que l’uranium pollue d’un bout à l’autre de la chaîne, les militants et participants à la marche internationale pour la paix et la sortie du nucléaire vous donnent rendez-vous devant la Comurhex mardi 2 juillet à 10h.

En savoir plus sur le dossier juridique :

http://groupes.sortirdunucleaire.org/Incidents-et-scandales-Malvesi

En savoir plus sur la marche pour la paix et la sortie du nucléaire : http://marche2013.sdnyonne.lautre.net/

En savoir plus sur les étapes de transformation de l’uranium : http://groupes.sortirdunucleaire.org/Transformation Contacts :

Marie Frachisse, juriste du Réseau "Sortir du nucléaire" : 07 62 58 01 23

Marc Saint Aroman, administrateur du Réseau "Sortir du nucléaire" : 05 61 35 11 06

Laura Hameaux, chargée de campagne du Réseau "Sortir du nucléaire" : 06 85 23 05 11

Sur place, à Malvési :

François Mativet, co-organisateur de la marche : 06 78 75 60 55