Nucléaire: Bruxelles veut répondre à toutes les craintes des citoyens | Le Côté Obscur du Nucléaire Français | Scoop.it

L'opposition est  très vive au sein du Parlement européen. Le Français Philippe Jamet, représentant du Groupe des régulateurs européens dans le domaine de la sûreté nucléaire (ENSREG), qui procède aux tests, a été mis en difficulté au cours d'une audition devant les élus de la commission Industrie, Recherche et Energie mardi à Bruxelles.

 

Quelles sont les centrales les plus à risque ? Avez-vous travaillé sur le problème de la sous-traitance ?, lui a demandé l'élue écologiste française Michèle Rivasi.

 

Pourquoi les tests ne sont pas menés sur une combinaison de facteurs ?, a ajouté son collègue Yves Jadot.

 

Qu'en est-t-il des problèmes s'il fallait évacuer des villes comme Bruxelles et Paris ?, a renchéri la co-présidente des Verts, l'Allemande Rebecca Harms.

 

Comment faites vous venir des équipes de secours si une centrale est coupée du monde ?, a demandé l'élue libérale britannique Fiona Hall. (...)

 

quels tests avez vous prévus dans le d'un cas d'accident aérien, a ajouté son homologue Peter Skinner.

 

Philippe Jamet a reconnu que des divergences étaient apparues entre les Etats sur la définition des risques de catastrophe naturelle. Il a également admis que tous les pays n'avaient pas encore mis en place les règles pour les systèmes de confinement, ultime obstacle empêchant la radioactivité de sortir.