AIEA: des scientifiques mis en danger par un piratage informatique sans précédent | Le Côté Obscur du Nucléaire Français | Scoop.it

 

AIEA: des scientifiques mis en danger par un piratage informatique sans précédent

 

Les délégués de l'AIEA lors d'une réunion du Conseil à Vienne, le 27 septembre 2010.AFP/Samuel Kubani

 

L’AIEA a été piratée pour la première fois par des cyberactivistes. Dimanche, un site internet a publié des informations confidentielles concernant le programme nucléaire israélien, volées dans un ordinateur de l’Agence internationale de l’énergie atomique, basée à Vienne en Autriche. Un précédent très embarrassant pour le gendarme nucléaire, qui mène depuis dix ans un bras de fer avec l’Iran au sujet de son programme nucléaire clandestin.

 

Avec notre correspondant à Vienne, Blaise Gauquelin

Sous le pseudonyme de « parastoo », les hackers affirment avoir piraté un ordinateur de l’AIEA et fournissent une adresse IP en Autriche. Ils publient une liste d’emails trouvés dans cet ordinateur et sous-entendent que les personnes concernées ont un lien avec des activités nucléaires menées par Israël sur un site situé près de la ville de Dimona.

Plus d’une centaine de noms figurent sur la liste, consultée par RFI. Parmi eux, on retrouve 14 personnes avec des adresses électroniques répertoriées en France et travaillant dans différentes universités prestigieuses, dont celle de Jussieu ou dans des laboratoires de recherche, comme le CNRS. Il s’agit de scientifiques, de physiciens moléculaires pour la plupart, mais aussi d'un conseiller pour les sciences dans une ambassade française stratégique.

 

Ce mardi 27 novembre au soir, l’AIEA a confirmé avoir été victime d’un vol d’informations sur un serveur qui n’est plus en activité et dit faire tout son possible pour éviter la fuite d’autres données ultra-sensibles. Mais c’est bien la première fois qu’une liste de scientifiques supposément liés au programme nucléaire d’Israël est donnée en pâture à la Toile.

 

Et quand on sait que plusieurs scientifiques iraniens ont été assassinés ces trois dernières années, on comprend que ce précédent n’a rien d’innocent.

 

 

source

http://www.rfi.fr/europe/20121127-exclusivite-rfi-scientifiques-aiea-danger-piratage-informatique-internet-nucleaire-israel-iran