Le Côté Obscur du...
Follow
Find tag "chinon"
41.4K views | +3 today
Le Côté Obscur du Nucléaire Français
Du rayonnement aveuglant de la France en la matière...et des alternatives
Your new post is loading...
Scooped by Résistances & Alternatives
Scoop.it!

Gravelines : la centrale nucléaire déclare deux incidents, dont un rejet radioactif

Gravelines : la centrale nucléaire déclare deux incidents, dont un rejet radioactif | Le Côté Obscur du Nucléaire Français | Scoop.it
- Région - www.lavoixdunord.fr

 

Depuis le 2 février, l'unité de production n°1 de la centrale nucléaire de Gravelines est en arrêt programmé pour changer une partie de son combustible et procéder à des opérations de maintenance.

A l'issue d’un contrôle réalisé le 9 mars sur les huit fixations du réservoir en eau borée d’un des circuits de sécurité, les équipes de la centrale concluent le 5 avril que l’une de ces fixations n’assure plus sa fonction. En cas de séisme, a minima deux fois plus important que le plus grave séisme relevé dans la région, la tenue du matériel ne serait plus garantie.

Les équipes de la centrale vont procéder prochainement à la réparation de cette fixation.

Cet événement n’a eu aucune conséquence sur la sûreté des installations, ni sur l’environnement

Cependant, il a été déclaré par la direction du site, le 10 avril à l’Autorité de sûreté nucléaire au niveau 1 de l’échelle INES, qui en compte 7.

Dans le cadre de son fonctionnement normal, une centrale nucléaire réalise des rejets liquides et gazeux. Ces rejets sont encadrés par la réglementation qui fixe pour chaque centrale des limites annuelles, et sur un dispositif complet de contrôle et de surveillance de l'environnement.

Le 27 février, dans le cadre des contrôles hebdomadaires réglementaires des eaux usées du site, les mesures radiochimiques réalisées par le service environnement, ont permis de détecter une valeur tritium* supérieure aux limites fixées par l'autorisation de rejet de la centrale (720 Bq/l pour une valeur attendue inférieure à 50 Bq/l).

Après analyse, cette présence de tritium serait la conséquence d'un transfert d'effluents inappropriés de l'installation vers le circuit des eaux usées.

Cet événement constitue un écart aux règles environnementales, il a donc été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire le 1er mars en tant qu'événement significatif environnement.

*Le tritium est un élément radioactif produit lors de l'exploitation des centrales nucléaires. Il est stocké sur site, dans des réservoirs prévus à cet effet, av

more...
No comment yet.
Scooped by Résistances & Alternatives
Scoop.it!

Aires d’entreposage des déchets - Chinon et Belleville sur Loire mises en demeure

Aires d’entreposage des déchets - Chinon et Belleville sur Loire mises en demeure | Le Côté Obscur du Nucléaire Français | Scoop.it
Le 4 octobre 2012, l’ASN a mené une inspection à la centrale nucléaire de Chinon et a constaté que l’aire d’entreposage des déchets pathogènes n’était pas exploitée conformément au dossier de déclaration déposé par EDF [1]. Les inspecteurs ont notamment constaté que les bassins dans lesquels sont entreposés des déchets pathogènes en attente de traitement [2] présentaient des défauts d’étanchéité et que les eaux de ruissellement n’étaient pas gérées conformément aux dispositions autorisées par l’ASN.


Le 24 octobre 2012, l’ASN a également mené une inspection à la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire, qui a donné lieu à un constat similaire : des déchets potentiellement pathogènes étaient entreposés sur une zone qui n’avait pas été autorisée pour cet usage. L’exploitant a justifié cet écart par la réalisation de travaux de rénovation de l’aire d’entreposage initialement identifiée et autorisée [3]. Les inspecteurs de l’ASN ont également constaté que les dispositions d’entreposage des déchets potentiellement pathogènes sur cette aire de stockage provisoire n’étaient pas conformes aux conditions approuvées par l’ASN

En particulier :


l’inventaire réel des déchets entreposés n’était pas représentatif de la situation constatée par l’équipe d’inspection ;
aucune benne d’entreposage ne comportait de signalisation permettant l’identification des déchets qu’elle contenait ;
un liquide s’écoulait d’une des bennes contenant des boues potentiellement pathogènes.

Dans les centrales nucléaires, certaines opérations d’entretien et de maintenance des circuits de refroidissement produisent des déchets qui peuvent contenir des organismes potentiellement pathogènes (légionelles ou amibes [4]). Des boues et tartres qui peuvent s’avérer pathogènes sont notamment récupérés lors des opérations de nettoyage des tours aéroréfrigérantes. Ces déchets sont entreposés et traités sur les centrales nucléaires dans des installations autorisées par l’ASN.
more...
No comment yet.