Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique.
43.5K views | +15 today
Follow
 
Scooped by association concert urbain
onto Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique.
Scoop.it!

L'ABSURDE décision de faire DÉTRUIRE le bidonville de la Folie. - Journal de l'Ambassade du PEROU à Ris-Orangis

L'ABSURDE décision de faire DÉTRUIRE le bidonville de la Folie. - Journal de l'Ambassade du PEROU à Ris-Orangis | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

Lettre à  l'adresse du Maire de Grigny et du Premier Ministre, entre autres responsables. 


Les mots que depuis avril 2013 nous vous avons envoyés ont démontré leur grande inefficacité. Ils vous étaient adressés afin de vous convaincre de coopérer avec les membres du PEROU que nous sommes (artistes, architectes, urbanistes, travailleurs sociaux, chercheurs) et d’épargner ainsi aux familles établies sur le bidonville de la Folie l’indigence des réponses d’urgence. Ces mots n’ont reçu en écho de votre part qu’un silence hostile, annonce du vacarme des pelleteuses constaté le 5 août dernier.

Si nous savions vous atteindre par écrit, les mots que nous vous écrivons aujourd’hui sauraient vous faire entendre combien était absurde votre décision de faire détruire le bidonville de la Folie. Cette absurdité, cause d’une violence inouïe faite aux familles réfugiées sur le territoire de la commune de Grigny, vous n’en prendrez donc pas la mesure, abrité que vous êtes derrière des discours aussi inconsistants que généralisés. Comme vous en effet, les maires de France et de Navarre aujourd’hui confrontés à l’existence d’un bidonville sur leur territoire accusent l’Etat, l’Europe, la Roumanie, le Grand Capital, et tout autre responsable majuscule. L’irresponsabilité est devenue un argument. Elle fonctionne comme une autorisation de conduire une politique irresponsable. Ainsi, à l’instar de bien d’autres élus, avez-vous engagés des fonds publics extravagants pour faire qu’un bidonville incommodant à vos yeux se déplace de quelques mètres à peine, jusque sous les yeux d’un voisin, ennemi politique de préférence. Le tout en prétendant ne pas avoir à apporter de réponse à une situation dont vous ne maîtriseriez pas la cause. Ce qui s’avère une philosophie de l’action publique délirante, bien qu’en voie de banalisation. 
Alors, puisque vous écrire ne produit aucun effet sur le devenir des familles, nous vous faisons parvenir quelques-unes des images que nous avons produites. Il s’agit d’un travail conduit par l’artiste Mickaël Phelippeau dans le bidonville de la Folie : des portraits d’une jeune fille qui vivait là avec sa famille. Le 5 août dernier, jour de leur expulsion, Violeta et sa famille ont été orientés par vos services vers un hôtel à Pontoise, à 72km de l’Hôtel de Ville de Grigny. Suffisamment éloignés pour ne plus avoir à vous en soucier. Las : scolarisée non loin de chez vous, elle et sa famille se rapprocheront fatalement de votre territoire dans les jours prochains. Vous ne connaissez pas Violeta. C’est dommage : elle est formidable. Gageons que ces images vous permettent prochainement de la reconnaître, et de considérer autrement sa présence parmi nous. 
Depuis avril 2013, nos mots ne sont jamais parvenus à vous faire entendre que la procédure d’expulsion que vous avez engagée contre ces familles était catastrophique non seulement pour elles, mais pour nous tous, vous y compris. Ces images peut-être abîmeront-elles vos certitudes ? Il est fort à parier que seule la réinstallation de Violeta et de sa famille sur votre territoire pourrait produire un quelconque effet. Vous conduisant à agir, à l’endroit des familles vivant en bidonville, de manière «responsable» ? A moins que vous redoubliez de violence ? Nous redoublerons alors d’actes, de mots et d’images pour y faire face. 
Sébastien Thiéry, coordinateur des actions du PEROU.
more...
No comment yet.
Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique.
Le bonheur c'est comment on fait pour vivre ensemble
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by association concert urbain from The Architecture of the City
Scoop.it!

Sites de CURATION de CONCERT URBAIN + FACEBOOK + BLOG + JOURNAL

Sites de CURATION de CONCERT URBAIN + FACEBOOK + BLOG + JOURNAL | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

 

 

Des problèmes techniques perturbent l’accès à l’ensemble de nos sites.

Le transfert vers un autre hébergeur est en cours et se fera progressivement.

Merci pour votre compréhension.

 

 


BLOG

http://concerturbain.wordpress.com/


 FACEBOOK

http://www.facebook.com/pages/Concert-Urbain/216943278327209

 

JOURNAL

http://paper.li/paperliacu

 

Sites de CURATION

 

URBANmedias
“le mediation des aménagements urbains”
http://www.scoop.it/t/urbamedia

 

The Architecture of the City
“a closer look at urbanism and architecture”
http://www.scoop.it/t/urbanmedias

 

Actions de concertation citoyenne
“participation citoyenne aux prises de décision d'intérêt général”
http://www.scoop.it/t/actions-de-concertation-citoyenne

 

Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique.
Le bonheur c'est comment on fait pour vivre ensemble
http://www.scoop.it/t/le-bonheur-comme-indicateur-d-epanouissement-social-et-economique

 

Machines Pensantes
“La vie sous toutes ses formes”
http://www.scoop.it/t/machines-pensantes

 

Design participatif : méthodes, théories, approches multimédia.
“Comment impliquer le citoyen dans le design des outils de débat en-ligne.”
http://www.scoop.it/t/design-participatif-une-approche-systemique

 

Les moyens de sondage alternatif : comment "extraire" l'opinion de supports multimédias ?
“Comment cibler et ensuite représenter l'opinion de citoyens qui débattent sur des plateformes multimédia ? ”
http://www.scoop.it/t/quand-la-cartographie-devient-un-moyen-de-sondage-alternatif

 

Le contexte socio-politique de la démocratie participative : la question de "accountability", entre l’évaluation et la transparence.
“On écoute, on parle, on participe, on diffuse, on commente...et après, quoi ? Que faire de la concertation ? Que font les élus de notre parole, nos opinions, nos propositions ?”

http://www.scoop.it/t/rendre-des-comptes-entre-l-evaluation-et-la-transparence

 

Modèles et typologies du débat. La médiation de conflits
“Trouver des "modèles" de débat. Coment schématiser les lignes de tension lors d'un conflit ? Quelles méthodes de médiation pour arriver à la résolution de conflits ? ”
http://www.scoop.it/t/modeles-et-typologies-du-debat-la-mediation-de-conflits

 

Entre bonheur et bien-être : quels critères pour mesurer le progrès et la productivité ?
“We're looking for all leads that might help better understand how to define (and mesure) happiness.”
http://www.scoop.it/t/entre-bonheur-et-bien-etre-quels-criteres-pour-mesurer-le-progres-et-la-productivite

 

 

 


Via association concert urbain
more...
Documentalistes Jacques Bujault's curator insight, October 21, 2013 1:48 PM

De nombreux sites, scoop it, sur différents sujets plus ou moins liés à la ville en mutation...

Teresa M. Nash's comment, November 28, 2013 7:27 AM
Great!
François Arnal's curator insight, December 23, 2013 1:46 PM

De la curation en géographie urbaine...

 

Rescooped by association concert urbain from Nourritures et justice mondiale.
Scoop.it!

Peruvian farmer WINS David-and-Goliath battle against US mining giant

Peruvian farmer WINS David-and-Goliath battle against US mining giant | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

As owner of some of the largest and most lucrative gold mines in the world, Newmont Mining Corporation is used to getting its own way. Not in Peru though. In a David-and-Goliath battle, community activists have, so far, succeeded in seeing off the creation of a $5bn (£3.8bn) open-caste mine next to a pristine lake.

 

At the centre of that battle is Máxima Acuña de Chaupe, a 47 year-old subsistence farmer who owns an 60-acre plot of land precisely where Newmont’s local joint-venture, Yanacocha, wants to dig. Acuña’s refusal to sell up, despite huge pressure and persistent threats, has effectively stalled the proposed Conga mine. A spokesperson for Newmont has said that it does not anticipate developing the mine in the foreseeable future.

 

As Newmont’s shareholders gather at the corporation’s Denver, US, headquarters, mother-of-four Acuña has been in San Francisco to receive the prestigiousGoldman Environment prize. Of the prize’s six winners this year, she is among three involved in resisting land grabs by private companies – a stark indication of the rise in land-related conflicts around the world.

 

Acuña’s resistance is testimony to her own resilience. Her refusal to sell up has resulted in claims of physical assault, surveillance and being taken to court multiple times. Despite judicial support for her land claim, Newmont’s joint venture has “peacefully” destroyed all her crops twice in the last few months.

 

Via Nicolás De Miguel, Katell Rochard
more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

HOW blockchain will revolutionise far more than money – Dominic Frisby | Aeon Essays

HOW blockchain will revolutionise far more than money – Dominic Frisby  | Aeon Essays | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
The impact of record-keeping on the course of history cannot be overstated. For example, the act of preserving Judaism and Christianity in written form enabled both to outlive the plethora of other contemporary religions, which were preserved only orally. William the Conqueror’s Domesday Book, compiled in 1086, was still being used to settle land disputes as late as the 1960s. Today there is a new system of digital record-keeping. Its impact could be equally large. It is called the blockchain.

Imagine an enormous digital record. Anyone with internet access can look at the information within: it is open for all to see. Nobody is in charge of this record. It is not maintained by a person, a company or a government department, but by 8,000-9,000 computers at different locations around the world in a distributed network. Participation is quite voluntary. The computers’ owners choose to add their machines to the network because, in exchange for their computer’s services, they sometimes receive payment. You can add your computer to the network, if you so wish.

All the information in the record is permanent – it cannot be changed – and each of the computers keeps a copy of the record to ensure this. If you wanted to hack the system, you would have to hack every computer on the network – and this has so far proved impossible, despite many trying, including the US National Security Agency’s finest. The collective power of all these computers is greater than the world’s top 500 supercomputers combined.

New information is added to the record every few minutes, but it can be added only when all the computers signal their approval, which they do as soon as they have satisfactory proof that the information to be added is correct. Everybody knows how the system works, but nobody can change how it works. It is fully automated. Human decision-making or behaviour doesn’t enter into it.

If a company or a government department were in charge of the record, it would be vulnerable – if the company went bust or the government department shut down, for example. But with a distributed record there is no single point of vulnerability. It is decentralised. At times, some computers might go awry, but that doesn’t matter. The copies on all the other computers and their unanimous approval for new information to be added will mean the record itself is safe.

This is possibly the most significant and detailed record in all history, an open-source structure of permanent memory, which grows organically. It is known as the blockchain. It is the breakthrough tech behind the digital cash system, Bitcoin, but its impact will soon be far wider than just alternative money.
association concert urbain's insight:

 

via BeerBergman
@BeerBergman

Le numérique dans toute sa splendeur : recherche, formations, conseil, conférences | http://www.scoop.it/t/web-2-0-et-societe … |http://www.beerbergman.com 

Dutch girl in France
 

 

more...
No comment yet.
Rescooped by association concert urbain from Nouveaux paradigmes
Scoop.it!

Hartmut Rosa : « Plus on économise le temps, plus on a la sensation d’en manquer »

Hartmut Rosa : « Plus on économise le temps, plus on a la sensation d’en manquer » | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

[Série] A une époque de profondes mutations, le rapport au temps est chamboulé. Nous avons invité des personnalités et des anonymes de tous horizons à se confier sur ce vaste sujet. Cette semaine, le philosophe et sociologue allemand Hartmut Rosa.

Sociologue et philosophe, l’Allemand Hartmut Rosa est l’auteur d’Accélération. Une critique sociale du temps (La Découverte, 2010). Il enseigne à l’université Friedrich-Schiller d’Iéna.

 

http://www.lemonde.fr/m-perso/article/2016/04/01/hartmut-rosa-plus-on-economise-le-temps-plus-on-a-la-sensation-d-en-manquer_4893818_4497916.html 


Via Christophe CESETTI
more...
No comment yet.
Rescooped by association concert urbain from La France des marges : analyse géographique
Scoop.it!

En France, les PAUVRES s'en vont aussi à la campagne (Ceriscope)

En France, les PAUVRES s'en vont aussi à la campagne (Ceriscope) | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

L’observation de la pauvreté rurale en France est ancienne. On est tenté de remonter, au moins, aux descriptions de Vauban s’élevant contre les taxes prélevées sur la population des campagnes écrasée par la pénurie de moyens de subsistance. Dans la vision contemporaine de pays développés comme la France, la pauvreté met d’abord en cause l’emploi, salarié ou non - aujourd’hui majoritairement tertiaire, modérément industriel et chichement agricole – qui assure directement ou indirectement à tous leurs ressources. La pauvreté est aussi unanimement caractérisée aujourd’hui comme multidimensionnelle : les « pauvres » ont des revenus insuffisants, mais ils sont aussi déficitaires en éducation, formation professionnelle, santé et culture, éprouvent des difficultés dans leurs relations avec les institutions, connaissent souvent des situations familiales difficiles et peuvent être marqués par ces facteurs dans leurs comportements (repli sur soi, addictions…). Le territoire de résidence - source ou conséquence de la situation de pauvreté par des processus d’acculturation, de stigmatisation ou de relégation - constitue l’une de ces « dimensions ».


En France, depuis la fin des années 1970, la relation pauvreté-territoire renvoie essentiellement à la concentration de difficultés dans certains quartiers de l’espace urbain ; ainsi est née progressivement une politique désignée officiellement aujourd’hui comme politique de la ville - concentrée en réalité sur quelque sept cents quartiers. Mais ni les enquêtes générales ni les politiques publiques n’ont prêté une attention particulière à la situation des ruraux. [...]


Via Bénédicte TRATNJEK
more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

La CRÉATIVITÉ peut-elle s’apprendre ?

La CRÉATIVITÉ peut-elle s’apprendre ? | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
L’esprit start-up est en passe de gagner écoles et universités. De quoi s’agit-il  ? D’idées novatrices qui jaillissent le plus souvent à plusieurs, de manière construite ou fortuite. Il arrive en effet que l’on trouve autre chose que ce que l’on cherchait, définition de ce qu’on appelle la sérendipité. Larry Page et Sergey Brin, les fondateurs de Google, n’ont-ils pas conçu un moteur de recherche alors qu’ils s’échinaient au départ à créer une bibliothèque numérique  ?

« Le défi, pour une entreprise, est de garder l’étincelle de l’innovation  », dit John Hennesy, le président de l’université Stanford (Californie). Pour les établissements d’enseignement supérieur, le défi est aussi de s’adapter à cette nouvelle donne. Aussi voit-on se multiplier en leur sein les fab lab, les boot camps, ces sessions intensives où les étudiants sont priés de phosphorer utilement, et les concours pour récompenser les plus innovants d’entre eux. Des masters en management de l’innovation sont apparus, de même que des « cours de créativité  », comme à HEC Paris.

La créativité est en effet l’un des facteurs qui favorisent l’innovation, avec la recherche, notamment. Mais peut-on apprendre à être créatif  ? Il est certain – et notre dossier sur ce sujet le démontre – que différentes techniques et approches y contribuent. L’une d’entre elles a pour nom design thinking, concept à la base de la fondation, en 2004, de la fameuse d.school de Stanford, qui a essaimé à travers le monde, y compris à Paris.

Dé-formatage des modes de pensée

L’enseignement est construit en partenariat avec une entreprise ou une ONG  ; il mêle des étudiants de différents horizons qui fonctionnent par tâtonnements, essais et erreurs. Mais toujours – c’est le principe de base – à partir de l’observation des usages et des besoins. Dans tous les cas, l’expert s’efface devant l’apprenti  : c’est de son œil neuf que surgira, espère-t-on, l’étincelle de l’innovation. Le design thinking – indissociable des Post-it collés sur un tableau au fur et à mesure des idées émises, de l’imprimante 3D et de l’atelier de prototypage – invite au décloisonnement, autre ingrédient favorisant la créativité.

Il s’agit de faire travailler ensemble des élèves (et des professionnels) ingénieurs, des étudiants en management, en sciences humaines, en design, en arts et en multimédia, par exemple. Cette transversalité est, elle aussi, de plus en plus prônée dans les entreprises et dans l’enseignement supérieur.

D’autres techniques en créativité mettent l’accent sur le dé-formatage des modes de pensée et des jugements. Toutefois, la créativité est parfois mise en avant dans de nouveaux intitulés de cours alors qu’ils proposent principalement des techniques de communication et d’animation éprouvées. Un préalable, il est vrai, à tout travail de groupe, au sein d’une entreprise ou d’une classe dynamique, voire créative.

Cet article introduit le dossier spécial consacré à la créativité du supplément Universités et grandes écoles, publié dans Le Monde daté du jeudi 14 avril 2016 puis sur le site M Campus, www.lemonde.fr/etudes-sup/
association concert urbain's insight:

 

via @netpublic

RT @lemondefr

more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Emmaüs Connect et Google s’associent en faveur des OUBLIÉS du numérique

Emmaüs Connect et Google s’associent en faveur des OUBLIÉS du numérique | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Faire du numérique un levier d’insertion pour un million de personnes d’ici à 2020 : c’est le programme ambitieux lancé mercredi 13 avril par l’association Emmaüs connect avec le soutien de Google.org, la branche philanthropique du géant américain Google. L’association, qui appartient au mouvement Emmaüs et travaille depuis 2013 dans le domaine de la médiation numérique en lien avec les services sociaux et le service public de l’emploi, annonce la création d’une « start-up à vocation sociale », financée à hauteur de 1 million d’euros par la fondation Google.org. Baptisée WeTechCare, elle a pour objectif de concevoir des services Web, applications mobiles et tutoriels adaptés à des publics fragiles et non connectés.

Selon le baromètre du Numérique 2015 ­du Credoc, cinq millions de personnes cumulent en France précarités numérique et sociale. Salariés peu qualifiés, familles monoparentales, jeunes demandeurs d’emploi ou personnes handicapées à bas revenus, ils restent souvent à l’écart des opportunités des services en ligne pour se former ou trouver un emploi, alors même que l’administration publique bascule progressivement vers une dématérialisation totale de ses services. Il faut désormais passer par Internet pour s’inscrire à Pôle Emploi ou bénéficier de la prime d’activité de la caisse nationale des allocations familiales. En 2019, ce sera le tour de la déclaration de revenus. Un parcours 100 % dématérialisé qui exclut une partie de la population et « fait vaciller le socle républicain », selon le collectif d’institutions signataire de la tribune publiée le 7 avril dans Le Monde.
association concert urbain's insight:

 

via @Cap_Digital @dbourrion @laVeilleTechno

RT  @lemondefr

more...
Guy Marois's curator insight, April 19, 8:13 AM
très bonne initiative, Pôle emploi, les impôts mais aussi la CAF, la CARSAT, etc cela engendre des exclus, cumulé avec les pb de mobilité  il y a urgence pour nos territoires ...
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

EXCEPTIONNEL : visite interactive au coeur d’un triptyque de Bosch 

EXCEPTIONNEL : visite interactive au coeur d’un triptyque de Bosch  | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

The interactive documentary

Jheronimus Bosch, the Garden of Earthly Delights provides an in-depth tour though

The Garden of Earthly Delights.

In a web interface the visitor will be taken on an audio-visual journey, including sound, music, video and images to enrich the storytelling.

Synopsis

The interactive documentary Jheronimus Bosch, the Garden of Earthly Delightsprovides an in-depth tour though The Garden of Earthly Delights. Accompanied by high resolution images of the painting, the exciting story of this masterpiece unfolds.


Besides the exploration of the art historical story of the painting we will give insight to the creative process of Jheronimus Bosch. In a web interface the visitor will be taken on an audio-visual journey, including sound, music, video and images to enrich the storytelling. The visitor of the interactive documentary will get a better understanding of what it was like to live in the Late Middle Ages, and for example of what importance religion was in daily life. The interactive documentary can be read like a book, one can come back after a visit and pick up the book again from the shelf to further explore.

 

The Garden of Earthly Delights is a story about moral and sin in a particular time. The painting however is timeless. The journey that the visitor sets out on in the interactive documentary is a personal one. Beneath the surface we aim to invite the visitor to reflect upon and question their sins and morals.

 

The interactive documentary Hieronymus Bosch, The Garden of Delights is part of the transmedia tryptich: 'Hieronymus Bosch'. The transmedia tryptich consists of the documentary film 'Hieronymus Bosch, touched by the devil', the interactive documentary 'Hieronymus Bosch: Garden of Earthly Delights' and the Virtual Reality documentary 'Hieronymus Bosch, the Eyes of the Owl'.

 

Website: http://jheronimus-bosch.nl

 

association concert urbain's insight:

 

via @claudeposternak

more...
No comment yet.
Rescooped by association concert urbain from Innovation sociale
Scoop.it!

« Nuit Debout » : quand la démocratie REPREND vie dans la rue

« Nuit Debout » : quand la démocratie REPREND vie dans la rue | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

Un mouvement qui n’appartient à personne mais qui concentre l’espoir d’un monde meilleur. Nuit Debout, lancé à Paris au soir du 31 mars dans la foulée de la contestation du projet de loi réformant le droit du travail, essaime dans plusieurs villes de France et ailleurs en Europe. Qui y participe ? Qu’attendre de ce mouvement dans lequel chacun est invité à venir débattre ? Comment sortir de la contestation et incarner une alternative ? Et offrir un espace de parole à celles et ceux qui, la plupart du temps, en sont privés, tels les ouvriers ou les habitants des banlieues populaires ? Basta ! est allé à la rencontre de celles à ceux qui, de Paris à Berlin, en passant par Toulouse, Châteauroux, et Lyon se réapproprient l’espace public et amorcent un « réveil des consciences ».


Via Bernard BRUNET
more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

The Boston Globe published a FAKE front page imagining America under President Trump

The Boston Globe published a FAKE front page imagining America under President Trump | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
The editorial board of The Boston Globe doesn’t want you to vote for Donald Trump on Nov. 8, and it has implored the Republican Party to stop his candidacy before you get the chance.

So as a way of generating some additional buzz for its Sunday editorial, entitled “The GOP Must Stop Trump,” the newspaper created a fake front page envisioning a dystopian future that an early Trump U.S. presidency might look like.

“It is an exercise in taking a man at his word,” The Globe writes. “And his vision of America promises to be as appalling in real life as it is in black and white on the page.”
association concert urbain's insight:

 

via Selena

@SelenaDuke 

French/American Content &#SocialMedia Consultant // Team@lanetscouade & @Senat_info // #EU#USA2016 #Techpol #København#Scandinavia #NY #Cinema, etc.

Paris
more...
No comment yet.
Rescooped by association concert urbain from lazemblaniteterrifiante
Scoop.it!

Rencontre des hasards et de ses inconscients : La SÉRENDIPITÉ comme attention et la zemblanité comme manque d'attention

Rencontre des hasards et de ses inconscients : La SÉRENDIPITÉ comme attention et la zemblanité comme manque d'attention | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

"La sérendipité comme potentialité de l’attention


En cherchant de manière erronée, il est possible de trouver juste comme le montrent Olivier Ertzscheid et Gabriel Gallezot (1) avec la théorie de la sérendipité . Il est en effet possible de dénicher un document intéressant de manière fortuite. Le nom de sérendipité provient de l’ouvrage d’Horace Walpole et son île de Serendip, contrée merveilleuse qui a inspiré les aventures de Zadig à Voltaire. L’idée est séduisante et chacun a déjà pu la vérifier dans ses recherches personnelles et au cours de déambulation en bibliothèque comme le raconte Umberto Eco (2):


La notion de bibliothèque est fondée sur un malentendu, à savoir qu’on irait à la bibliothèque pour chercher un livre dont on connaît le titre. C’est vrai que cela arrive souvent mais la fonction essentielle de la bibliothèque, de la mienne et de celle des amis à qui je rends visite, c’est de découvrir des livres dont on ne soupçonnait pas l’existence et dont on découvre qu’ils sont pour nous de la plus grande importance.


Pour autant, il nous semble que le seul hasard ne suffit pas. La sérendipité nécessite une préparation au préalable. En ce sens, il semble que tous les élèves et les étudiants ne soient pas encore des Christophe Colomb. La sérendipité demeure subjective, un document pouvant paraître stimulant pour l’un et insignifiant pour un autre. Toutefois, la sérendipité repose pleinement sur l’attention ou l’état de veille, c’est-à-dire la capacité à rebondir sur une information, un événement, un lien pour aussitôt y puiser un intérêt notamment par rapport à un besoin. Elle repose encore une nouvelle fois sur la capacité d’évaluation de l’information. Il ne suffit pas d’errer sur le web en surfant de liens en liens, si ne s’ajoutent pas aux pérégrinations numériques, la volonté et la possibilité de s’arrêter. Nous retrouvons une nouvelle fois la skholé. (3)."


Via carol s. (caravan café), dm, Pepicq myriam
association concert urbain's insight:

 

via @MyriamPepicq 

RT @neuromancien

more...
carol s. (caravan café)'s comment, December 23, 2012 10:32 PM
oui, ça fonctionne dans une infinité de registres ..mais c'est le moteur invisible de nos cheminements/désir ... ce qui fait résonance chez l'Autre et le questionne, le moteur du doute et de la recherche ///
malik berkati's comment, December 23, 2012 10:39 PM
oui ce qui résonne chez l'Autre ou soi-même, parfois d'ailleurs en saxhant que cela n'est pas raisonnable, alors on déraisonne en toute conscience...
carol s. (caravan café)'s comment, December 23, 2012 11:27 PM
ça dépend du niveau de réalité;) ...
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Les défis de la COMPLEXITÉ

Les défis de la COMPLEXITÉ | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Dans un monde où l’information, le capital et la main-d’œuvre ne sont plus limités ni par le temps, ni par la distance, presque tout a un impact sur presque tout. Les traditionnelles barrières à l’entrée disparaissent et des organisations qui opéraient jadis dans des univers séparés se heurtent à présent les unes aux autres, qu’elles soient en concurrence, coopèrent, ou les deux, dans des marchés reconfigurés. Entre transformation numérique et prise en compte de cette complexité, les modèles d’affaires et les cultures d’entreprise sont mis à rude épreuve. Individus et organisations n’ont pas simplement à gérer la technologie. Ils doivent maîtriser la complexité. Cela signifie d’être capable de prendre du recul et de considérer tous les composants critiques d’un système en constante évolution.
association concert urbain's insight:

 

via Lockall

@Lockall 

Entrepreneur & Formateur : #Veillestratégique | #innovation | Economie | Techno | Urbanisme | Open-source | Python | Data & D3.js | CEO @Si_Veille

Bordeaux
more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Privacy : au-delà de la protection, l’ÉTHIQUE de la réciprocité – Christophe Benavent

Privacy : au-delà de la protection, l’ÉTHIQUE de la réciprocité – Christophe Benavent | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Le paradoxe de la vie privée vient d’une apparente contradiction entre l’inquiétude manifestée par les consommateur à l’égard de l’usage qui peut fait des données personnelles et des conduites plus insouciantes qui les amènent à agir souvent à découvert et parfois de manière risquée. Cette incohérence s’explique au moins de  trois manières.

La première est économique. Les risques sont futurs et peu probables ( usurpation d’identité, spamming, ..) alors que le bénéfice est immédiat, le calcul de vie privée donne alors l’avantage à l’action plutôt qu’à la protection. Cet argument est complété par une seconde explication : celle de la résignation. Quoique conscient des dangers, ayant le sentiment qu’on ne peut s’échapper à la surveillance, on se résigne et l’on se soumet. Le coût d’une protection inefficace conduit à renoncer à se protéger. Une troisième hypothèse s’appuie sur la théorie des niveaux de construit. Ce qui est lointain et abstrait fait l’objet d’un jugement différent de ce qui est proche et concret. Les deux jugements,  la préoccupation à l’égard des données personnelles et l’attitude positive au dévoilement de soi, coexistent s’appliquant en fonction des circonstances. Abstraite et concrète.

On pourrait se dire que l’adoption des Adblocks est en contradiction avec ces hypothèses. Pas tout à fait. Ils sont sans doute une réponse à l’aspect le plus irritant de l’utilisation des données : le caractère intrusif de certains modes de publicités (pensons aux vidéos qui s’imposent une dizaines de secondes avant de laisser voir le contenu), leur facilité d’installation et l’étendue du champs d’application encourage à leur adoption. Le moteur est émotionnel, leur adoption ne signifie pas qu’un plus grand effort de contrôle des données est produit. Leur particularité est le faible niveau d’engagement qu’ils demandent, contrairement aux outils VRM, à ceux de contrôle de ses données personnelles, et plus simplement les règles d’hygiène digitale (effacer ses cookies, utiliser des hétéronymes…). On rappellera que l’autre technique de protection à faible engagement s’appelle le mensonge et conduit à cette situation que si les flux de données ne tarissent pas, ils sont encombrés de scories et de données erronées.
association concert urbain's insight:

 

via @RousseauAgnes

more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

La vuelta a LA LUCHA de Máxima Acuña

La vuelta a LA LUCHA de Máxima Acuña | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
La agricultora peruana, sucesora de la asesinada Berta Cáceres en el Premio Goldman, lucha contra la minera que pretende su territorio
more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Des députés français sous le CHOC après une visite dans les camps de migrants en Grèce

Des députés français sous le CHOC après une visite dans les camps de migrants en Grèce | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
« Nous sommes à l’aube d’une catastrophe humanitaire. Il y aura des morts avant la fin de l’été », prévient Christian Assaf, de retour de trois jours dans les camps Grecs. Président et rapporteur de la mission parlementaire sur les flux migratoires en Europe, le député PS de l’Hérault s’est rendu à Idomeni, Nea Kavala et Diavata, dans le nord du pays, avant de visiter les campements d’Athènes entre le 18 et le 20 avril.

Avec le député socialiste des Hauts-de-Seine, Jean-Marc Germain, qui travaille sur le sujet pour la Commission des affaires étrangères, et quatre députés de sa mission, M. Assaf a pu constater les conditions sanitaires dramatiques dans lesquelles survivent les réfugiés bloqués en Grèce, et l’impossibilité de sortir de cette situation si le gouvernement d’Alexis Tsipras est laissé seul en première ligne, avec ses moyens limités.

« Les camps que nous avons vus au nord du pays comptent 40 % d’enfants, dont beaucoup sont très jeunes. Un médecin de la Croix-Rouge, visiblement inquiet, nous a déjà alertés sur des cas de malaria et de dysenterie. La situation sanitaire est critique, la qualité de l’eau inquiétante » rappelle M. Assaf, qui craint la montée prochaine des températures. D’autant que tous ces réfugiés ne sont là « que » depuis trois semaines et risquent d’y rester longtemps si l’Europe ne trouve pas le moyen d’aider massivement la Grèce à traiter les demandes d’asile.

« Aujourd’hui, tout passe par les services Grecs. Or, ils sont dépassés. Avant personne ne demandait l’asile là, aujourd’hui tous les migrants déposent une demande, même s’ils souhaitent être relocalisés ailleurs en Europe, c’est la procédure. Or, on ne peut être enregistré qu’à Athènes ou Thessalonique et dans ce dernier lieu, c’est 25 dossiers par jour au maximum quand plus de 50 000 personnes sont bloquées dans le pays », s’inquiète Jean-Marc Germain.

Toute la journée, les migrants tentent donc en vain de se connecter sur Skype pour décrocher un rendez-vous. « Il faut que l’Europe débloque une somme d’argent qui permette à la Grèce d’augmenter très vite le traitement des demandes d’asile », reprend Christian Assaf. A l’heure actuelle, ce blocage à l’enregistrement par les Grecs empêche même le travail de relocalisation. Ainsi, les agents de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) qui sont en mission là-bas pour ramener quelques-uns des 30 000 migrants que la France s’est engagée à recevoir avant fin 2017, sont eux aussi tributaires du goulet d’étranglement.
association concert urbain's insight:

 

via @Anne_Hidalgo
RT @lemondefr

more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Philippe Askenazy, Tous RENTIERS ! Pour une autre répartition des richesses

Philippe Askenazy, Tous RENTIERS ! Pour une autre répartition des richesses | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Alors que le gouvernement relance le débat sur le revenu minimum universel, Philippe Askenazy revient sur la redistribution des richesses. Il propose d’intervenir en amont, non par des taxations ou par l’accès universel à la propriété, mais par l’égalisation des revenus de départ en revalorisant le travail.
more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Start-ups: comment la BOURGEOISIE française a rattrapé la transition numérique

Start-ups: comment la BOURGEOISIE française a rattrapé la transition numérique | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Dans un pays où les inégalités de naissance pèsent lourdement sur le destin des individus, l’économie numérique a longtemps été présentée comme un royaume de méritocratie. Une plongée dans l'«écosystème start-up» invite à nuancer fortement ce mythe du contemporain.

«J’ai l’impression qu’en France, il y a beaucoup plus d’aides qu’aux Etats-Unis, mais malgré ça, les fondateurs de start-ups viennent de milieux plutôt friqués.» Kourosh Davarpanah, 27 ans, vient lui-même d’une famille aisée. Il a grandi à Paris, rive gauche, est passé par l’École alsacienne –une école privée «très bobo»–, une prépa à Versailles, Polytechnique et une année à Columbia à New York. Il a cofondé l’année dernière sa troisième entreprise, Inato, spécialisée dans les études cliniques et «incubée» dans une des principales structures de l’écosystème start-ups parisien, The Family. Un profil qu’on croise fréquemment à la tête des start-ups de l’économie numérique et dans les cénacles où se réunissent ses membres (incubateurs, accélérateurs, meet-ups, salons et événements professionnels du secteur numérique).
association concert urbain's insight:

 

via @epelboin  @PhilippeGargov @benjaminferran @LeGuillaume @moderateur@DidierChauvinR2 @pierrebrt

more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

P E R O U... L’ENFER des vivants n’est pas chose à venir ; s’il y en a un, c’est celui qui est déjà là

P E R O U... L’ENFER des vivants n’est pas chose à venir ; s’il y en a un, c’est celui qui est déjà là | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

L’enfer des vivants n’est pas chose à venir ; s’il y en a un, c’est celui qui est déjà là, l’enfer que nous habitons tous les jours, que nous formons d’être ensemble. Il y a deux façons de ne pas en souffrir. La première réussit aisément à la plupart : accepter l’enfer, en devenir une part au point de ne plus le voir. La seconde est risquée et elle demande une attention, un apprentissage, continuels : chercher et savoir reconnaître qui et quoi, au milieu de l’enfer, n’est pas l’enfer, et le faire durer, et lui faire de la place.
Italo Calvino, Les Villes Invisibles

more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

L’effet Trump sur les enfants américains : « Les PRÉJUGÉS ont augmenté »

L’effet Trump sur les enfants américains : « Les PRÉJUGÉS ont augmenté » | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Et les enfants ? Les hommes politiques ont-ils pensé aux enfants ? Aux Etats-Unis, les adultes ont l’habitude de la surenchère anti-immigration qui s’empare du camp républicain à l’occasion des primaires. Il y a eu les Minutemen en 2005-2006, les vigiles autoproclamés qui surveillaient la frontière mexicaine. Puis le Tea Party, en 2008-2010. Les candidats s’opposaient à toute « amnistie » pour les sans-papiers, mais rares étaient ceux qui allaient jusqu’à réclamer l’expulsion de tous les clandestins. Et la rhétorique extrémiste retombait après les élections.

Cette année, le phénomène est différent, du fait de la virulence de Donald Trump et de son omniprésence dans les médias. Et les enfants en pâtissent. En quelques mois, ses propositions de construction d’un mur et de « déportation » des sans-papiers ont ramené la peur dans la communauté latino. Et semé l’inquiétude jusque dans les cours de récréation, si l’on en croit un rapport publié, mercredi 13 avril, par le Southern Poverty Law Center (SPLC), une association qui traque les groupes extrémistes et suprémacistes blancs depuis 1971. « Nous avons vu Donald Trump se comporter comme un enfant de 12 ans. Maintenant, nous voyons des enfants de 12 ans se comporter comme Donald Trump », se désole Richard Cohen, le directeur du centre.

 

Les conclusions du rapport sont d’autant plus préoccupantes, souligne le centre, qu’elles sont porteuses de conséquences à long terme dans les écoles multiethniques. Or le climat des primaires ne reflète pas l’état de la société. Selon une étude du Pew Research Center du 31 mars, 59 % des Américains estiment que les immigrants constituent une « force » pour le pays. Un changement spectaculaire depuis 1994, quand 63 % d’entre eux estimaient qu’ils représentaient au contraire un « fardeau ».

 

Selon le même institut, les trois quarts des habitants sont favorables à la régularisation des sans-papiers, et 62 % sont opposés à la construction du mur proposé par M. Trump à la frontière mexicaine. Le clivage républicain-démocrate n’a cessé de s’amplifier depuis 2006, mais dans l’ensemble la société américaine est plus tolérante sur l’immigration qu’il y a vingt ans. Encore faut-il en convaincre les enfants. « Est-ce que c’est comme ça que l’Allemagne a élu Adolf Hitler ? », s’est enquis un élève.

more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

La “démocratie liquide” ou comment repenser la démocratie à l’âge numérique — Medium

La “démocratie liquide” ou comment repenser la démocratie à l’âge numérique — Medium | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Le concept de démocratie liquide apparait à la fin des années 2000. A l’origine le terme renvoie notamment à l’ouvrage de Zigmunt Bauman, Liquid Modernity. (Vous trouverez ici un article sur cet ouvrage.) Insuffisamment connu en France, mais star de la sociologie en Italie ou aux États-Unis, ce philosophe polonais a introduit le concept de “modernité liquide”, de “société liquide”, d’ “amour liquide” ou de “démocratie liquide”. Son idée est que nous entrons dans une post-modernité fluide (ce qu’il appelle la “modernité liquide”) où les individus échappent aux positions fixes et dont les trajectoires deviennent “liquides”. Ceux-ci changent de place, de métier, de partenaire affectif, de valeurs. L’identité ou la réussite sont définis en termes de choix individuels et sont beaucoup plus flexibles qu’avant, d’où cette métaphore du liquide. Ce qui a beaucoup de conséquences : les protections traditionnelles s’évanouissent ; les valeurs familiales s’estompent ; les engagement s’affaissent. Pour Bauman, les individus vont désormais privilégier le changement, la mutation, la disruption, plutôt que le statu quo. Ce faisant, le sociologue entend dépasser l’analyse traditionnelle, et même le concept de “post-modernité”, en utilisant justement cette métaphore de la modernité, hier “solide” et devenue désormais “liquide”. (Voir notre étude sur Zigmunt Bauman comme penseur du web).
association concert urbain's insight:

 

via @RousseauAgnes

more...
No comment yet.
Rescooped by association concert urbain from Vers une nouvelle société 2.0
Scoop.it!

Bernard Stiegler : Penser l'économie de la CONTRIBUTION : l'exemple des logiciels libres est-il généralisable ?

Bernard Stiegler : Penser l'économie de la CONTRIBUTION : l'exemple des logiciels libres est-il généralisable ? | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

Cet article est une transcription de la vidéo ci-dessus. Les propos de Bernard Stiegler ont été transcrits de 0’44 » à 46’26″ » avec son aimable autorisation. Cette conférence a eu lieu le 8 avril 2014 à Paris

La commande qu’on m’a passé c’est de parler de l’économie de contribution en partant de la question du logiciel libre, et en l’orientant autant que possible vers des propositions, pas simplement des considérations théoriques et conceptuelles. Il y a par exemple des plateformes de mesures qui nous permettraient de passer à ce que l’on appelle l’économie de contribution.

Alors, je vais peut-être commencer par vous dire pourquoi oui en effet la question est bien celle du logiciel libre, en tout cas pour moi au départ.

 

D’abord, je vais vous dire de quelle origine conceptuelle je suis. J’ai été formé, moi, dans l’extrème gauche française, puis au parti communiste français où j’ai passé quelques années. J’ai grandi dans les années 60 en France, les années 50/60, à une époque où a peu près tout le monde lisait Karl Marx – les gens qui ne lisaient pas Karl Marx on les trouvait bizarres, voilà, ça semblait un peu étrange de ne pas connaitre Karl Marx. J’ai toujours gardé une relation très étroite à Marx, sur lequel d’ailleurs j’ai publié, mes deux derniers livres parlent de Marx, de deux textes différents de Marx. Donc je suis d’une tradition disons typiquement française, le marxisme d’après la deuxième guerre mondiale. Plus ou moins lié au PC, peut-être moins mais un peu quand même.


Et puis, pour des raisons tout à fait professionnelles, j’ai un jour rencontré des gens qui étaient des développeurs de logiciels libres. Je les ai rencontré dans des fonctions de direction puisque, par un concours de circonstance varié, j’ai dirigé d’abord l’Institut National de l’Audiovisuel, c’était il y a 15 ans à peu près, un petit peu plus, 18 ans, où j’ai rencontré pour la première fois des développeurs qui travaillaient dans le modèle du libre. Puis j’en ai retrouvé 5 ans plus tard à l’IRCAM, puisque j’ai été directeur de l’IRCAM également. Et puis ensuite j’ai créé un Institut qui développe en libre lui-même, et aujourd’hui je suis directeur d’un truc qui s’appelle l’Institut de Recherche et d’Innovation où nous faisons des logiciels en Open Source et en libre.


Via Bernard BRUNET, michel verstrepen, JP Fourcade
more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Extrême droite : une OMBRE sur l’Europe

Extrême droite : une OMBRE sur l’Europe | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Le 13 mars, l’extrême droite a bousculé le paysage politique allemand. Le parti populiste AfD (Alternative für Deutschland) s’est installé dans trois parlements régionaux, avec des scores entre 12% et 24%. En Slovaquie, l’extrême droite vient d’entrer au gouvernement. Ce pays va prendre la présidence tournante de l’Union européenne le 1er juillet prochain. 
 
Fascistes, néonazis, xénophobes, nationalistes et anti-européens : THEMA s’intéresse à ces différentes extrêmes droites européennes de plus en plus présentes. Voici les deux films de la soirée : "A droite toute", une enquête sur les particularités nationales des partis d’extrême droite et "Les Aryens", dans lequel Mo Asumang part à la rencontre de néonazis et les confronte à leurs incohérences. 
 
Retrouvez également dans notre dossier une carte interactive des partis d’extrême droite en Europe et la série de reportages photos "L’extrême-droite dans l’objectif", qui rassemble des clichés de photographes témoignant de la montée de l’extrémisme dans leur pays. 
association concert urbain's insight:

 

via @LucileWozniak

RT @ARTEfr

more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Détournements d'artistes, pour donner une image à l'IMMIGRATION

Détournements d'artistes, pour donner une image à l'IMMIGRATION | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Au sein de "Repères", parcours fondateur du projet du musée de l'histoire de l'immigration, les œuvres d'artistes contemporains font surgir les non dits de l'exil et des mutations. Autant de détournements qui permettent au visiteur d'affronter une réalité dérangeante.


Parmi les documents composant la collecte scientifique de l’exposition Repères, des travaux d’artistes contemporains qui ont su porter leur imaginaire sur une réalité ignorée. Leurs œuvres apportent dans ce contexte un éclairage singulier, irrévocable, empli d’humanité, suscitant nos interrogations. Les gigantesques tampons encreurs que Barthélémy Toguo a fabriqués en bois, gravant Carte de séjour, Mamadou, France, Clandestin symbolisent le poids de l’autorisation administrative ; pour évoquer les foyers d'immigrants, l'artiste a imaginé six lits superposés auxquels sont accrochés des sacs multicolores, une installation intitulée Climbing down. Kader Attia a suspendu des photos de sa famille à une corde à l’aide de pinces à linge pour une œuvre très intime, intitulée Correspondance, mémoire d'une vie passée entre la France et l’Algérie. Dans une autre salle, son installation La machine à rêve, dont il avait présenté une autre version en 2003 à la Biennale de Venise, intrigue le visiteur par le réalisme grandeur nature d'un mannequin portant foulard et sweat marqué "Hallal" posté devant un distributeur proposant des sachets de "Chorba" ou des guides pratiques pour "perdre son accent de banlieue en trois jours".

 

Depuis 1999, Guillaume Collanges plante l'objectif de son appareil dans les chambres des hôtels meublés dans lesquels clandestins et précaires trouvent un sordide refuge. Le titre de sa série, Si tu payes pas t’en vas… fait défiler des clichés aux couleur délavées laissant percevoir le sordide du taudis et la solitude des laisser pour compte. Les photographies de Mathieu Pernot renvoient en grands formats les conditions des migrants venus échouer clandestinement à Paris entre 2009 et 2011. Avec son autre série, intitulée Le grand ensemble, il a immortalisé en noir et blanc les spectaculaires implosions des habitats sociaux fièrement érigés en périphérie des grandes villes dans les années 1960-70. Il leur a apposé des agrandissements couleur de cartes postales réalisées à l'époque de leur construction…

Plus loin, une œuvre d’Eduardo Arroyo provenant de sa série Tapis d’Anatolie évoque la communauté turque du quartier de Kreuzberg qu'il avait fréquentée lors d'une résidence d'artiste à Berlin dans les années 70. L’artiste espagnol, lui-même exilé à Paris pour échapper au franquisme, s'est inspiré des kilims, dont ces immigrés n'avaient pas voulu se séparer, en appliquant leurs motifs sur des tapis roulants d’aéroport.

Autant d'œuvres de détournements qui recèlent, chacun à sa manière, mille et un récits que les artistes ont fait émerger du silence et du refus de voir.

 

 

Palais de la Porte Dorée - Musée national de l'histoire de l'immigration -  293, avenue Daumesnil - 75012 Paris

 

association concert urbain's insight:

 

Musée immigration@citeimmigration

Musée national consacré à l'histoire et aux cultures de l'immigration en France.#MuseeImmigration #ExpoRepères#GaleriedesDons #MédiathèqueSayad#UniverCité

Paris, France
more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

« La numérisation facteur d'EXCLUSION pour ceux qui cumulent précarité sociale et numérique »

« La numérisation facteur d'EXCLUSION pour ceux qui cumulent précarité sociale et numérique » | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Inscription à Pôle emploi depuis mars, prime d’activité lancée par la Caisse nationale d’allocation familiale depuis janvier, déclaration de revenus au mois de mai… Avec la dématérialisation totale de nombreux services publics essentiels, la République numérique se modernise.

Mais elle prend le risque de se construire sur un terrain inégalitaire. Car ces services 100 % en ligne, qui s’installent sans vraiment s’annoncer, font vaciller le pacte républicain pour tous ceux qui sont éloignés d’Internet. Nous, acteurs de la solidarité, entreprises privées, entrepreneurs du Web, réunis pour la première fois, faisons un seul et même constat : plus que jamais, l’autonomie numérique (ou littératie numérique) de tous devient une condition nécessaire de notre cohésion sociale. Chacun le devine, sans en mesurer l’importance.
more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

De l'ÉTHIQUE des systèmes… à celle des organisations « InternetActu.net

De l'ÉTHIQUE des systèmes… à celle des organisations « InternetActu.net | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Sur Medium, danah boyd de Microsoft Research et du collectif de recherche Data & Society s’interroge sur la place de l’éthique dans les systèmes complexes, notamment ceux de prise de décision distribuée. Elle se prépare d’ailleurs à remettre les conclusions d’un important travail sur les Big Data, l’éthique et la société.

Dans son billet, elle revient sur l’explosion de la navette Challenger en 1986 (Wikipédia) et notamment sur l’ingénieur Bob Ebeling, qui s’est reproché durant 30 ans de n’avoir pas réussi à convaincre ses supérieurs des problèmes techniques qu’il avait détectés. Ebeling avait alerté sa hiérarchie sur les défauts des joints des propulseurs d’appoint et leur réaction au froid. Malgré ses alertes, il n’a pas eu la “puissance organisationnelle” pour arrêter le lancement. Pire, la NASA et ses responsables ont décidé, conscients du risque, que le risque politique de reporter le lancement était plus grand que le risque d’ingénierie… Les conclusions de la Commission d’enquête ont montré combien la culture d’entreprise de la Nasa et les processus de décision avaient été l’un des principaux facteurs ayant conduit à l’accident.
more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

How Complex Systems And CHAOS THEORY Work, According To Emoji

How Complex Systems And CHAOS THEORY Work, According To Emoji | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Emoji are a great way to express yourself. Through Simulating the World, the latest interactive web toy by artist Nicky Case, they're more than just cute stickers. They become a tool for thinking about systems, illuminating how everything from forest fires to flu pandemics start, or spread out of control.

Simulating the World is a time-lapsed grid that is semi-randomly populated with whatever emoji you choose, according to certain user-defined rules: what happens when an emoji spawns to another emoji that is different, for example. It doesn't sound like much, but used intelligently, this emoji grid is enough to simulate, if not predict, how all sorts of systems work: how a bolt of lightning can decimate a forest during a drought year, for example, or how neighborhoods can desegregate over time.
association concert urbain's insight:

 

manovich

@manovich

Cultural data analysis, media theory, digital humanities. Professor, The Graduate Center, CUNY.

New York

 

manovich.net

more...
No comment yet.