Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique.
44.3K views | +2 today
Follow
 
Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique.
Le bonheur c'est comment on fait pour vivre ensemble
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by association concert urbain from The Architecture of the City
Scoop.it!

Sites de CURATION de CONCERT URBAIN + FACEBOOK + BLOG + JOURNAL

Sites de CURATION de CONCERT URBAIN + FACEBOOK + BLOG + JOURNAL | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

 

 

Des problèmes techniques perturbent l’accès à l’ensemble de nos sites.

Le transfert vers un autre hébergeur est en cours et se fera progressivement.

Merci pour votre compréhension.

 

 


BLOG

http://concerturbain.wordpress.com/


 FACEBOOK

http://www.facebook.com/pages/Concert-Urbain/216943278327209

 

JOURNAL

http://paper.li/paperliacu

 

Sites de CURATION

 

URBANmedias
“le mediation des aménagements urbains”
http://www.scoop.it/t/urbamedia

 

The Architecture of the City
“a closer look at urbanism and architecture”
http://www.scoop.it/t/urbanmedias

 

Actions de concertation citoyenne
“participation citoyenne aux prises de décision d'intérêt général”
http://www.scoop.it/t/actions-de-concertation-citoyenne

 

Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique.
Le bonheur c'est comment on fait pour vivre ensemble
http://www.scoop.it/t/le-bonheur-comme-indicateur-d-epanouissement-social-et-economique

 

Machines Pensantes
“La vie sous toutes ses formes”
http://www.scoop.it/t/machines-pensantes

 

Design participatif : méthodes, théories, approches multimédia.
“Comment impliquer le citoyen dans le design des outils de débat en-ligne.”
http://www.scoop.it/t/design-participatif-une-approche-systemique

 

Les moyens de sondage alternatif : comment "extraire" l'opinion de supports multimédias ?
“Comment cibler et ensuite représenter l'opinion de citoyens qui débattent sur des plateformes multimédia ? ”
http://www.scoop.it/t/quand-la-cartographie-devient-un-moyen-de-sondage-alternatif

 

Le contexte socio-politique de la démocratie participative : la question de "accountability", entre l’évaluation et la transparence.
“On écoute, on parle, on participe, on diffuse, on commente...et après, quoi ? Que faire de la concertation ? Que font les élus de notre parole, nos opinions, nos propositions ?”

http://www.scoop.it/t/rendre-des-comptes-entre-l-evaluation-et-la-transparence

 

Modèles et typologies du débat. La médiation de conflits
“Trouver des "modèles" de débat. Coment schématiser les lignes de tension lors d'un conflit ? Quelles méthodes de médiation pour arriver à la résolution de conflits ? ”
http://www.scoop.it/t/modeles-et-typologies-du-debat-la-mediation-de-conflits

 

Entre bonheur et bien-être : quels critères pour mesurer le progrès et la productivité ?
“We're looking for all leads that might help better understand how to define (and mesure) happiness.”
http://www.scoop.it/t/entre-bonheur-et-bien-etre-quels-criteres-pour-mesurer-le-progres-et-la-productivite

 

 

 


Via association concert urbain
more...
Documentalistes Jacques Bujault's curator insight, October 21, 2013 8:48 AM

De nombreux sites, scoop it, sur différents sujets plus ou moins liés à la ville en mutation...

Teresa M. Nash's comment, November 28, 2013 2:27 AM
Great!
François Arnal's curator insight, December 23, 2013 8:46 AM

De la curation en géographie urbaine...

 

Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Sexism, RACISM and other forms of discrimination : Artificial Intelligence’s White Guy Problem

Sexism, RACISM and other forms of discrimination : Artificial Intelligence’s White Guy Problem | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

ACCORDING to some prominent voices in the tech world, artificial intelligence presents a looming existential threat to humanity: Warnings by luminaries like Elon Musk and Nick Bostrom about “the singularity” — when machines become smarter than humans — have attracted millions of dollars and spawned a multitude of conferences.

But this hand-wringing is a distraction from the very real problems with artificial intelligence today, which may already be exacerbating inequality in the workplace, at home and in our legal and judicial systems. Sexism, racism and other forms of discrimination are being built into the machine-learning algorithms that underlie the technology behind many “intelligent” systems that shape how we are categorized and advertised to.

Take a small example from last year: Users discovered that Google’s photo app, which applies automatic labels to pictures in digital photo albums, was classifying images of black people as gorillas. Google apologized; it was unintentional.

But similar errors have emerged in Nikon’s camera software, which misread images of Asian people as blinking, and in Hewlett-Packard’s web camera software, which had difficulty recognizing people with dark skin tones.

This is fundamentally a data problem. Algorithms learn by being fed certain images, often chosen by engineers, and the system builds a model of the world based on those images. If a system is trained on photos of people who are overwhelmingly white, it will have a harder time recognizing nonwhite faces.

association concert urbain's insight:

 

more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Comment lutter contre la CYBER_HAINE ?

Comment lutter contre la CYBER_HAINE ? | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Réelle avancée ou miroir aux alouettes ? Le 31 mai, Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft ont signé avec la Commission européenne un « code de conduite » contre la haine en ligne. Les géants du Net s’engagent à examiner, en moins de vingt-quatre heures, « la majorité des signalements valides » rapportés par les internautes et à « supprimer ou rendre inaccessibles » les propos haineux illégaux.

Mais la promesse n’est pas vraiment nouvelle, et cet accord moral, dont le non-respect ­n’entraîne aucune poursuite judiciaire, ne ­convainc pas grand-monde. Les associations SOS-Racisme, SOS-Homophobie et l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) estiment que cette charte va « dans la bonne direction », mais qu’elle comporte de « nombreuses zones d’ombre ». De leur côté, les associations de défense des libertés soulignent que ce n’est pas à des acteurs privés comme ­Twitter et Facebook qu’il revient de décider ce qu’il faut censurer sur le Web.
more...
No comment yet.
Rescooped by association concert urbain from Faire société à l'ère numérique
Scoop.it!

Un état de la création numérique: “Imagine, le week end de la CRÉATION et des IDÉES”

Un état de la création numérique: “Imagine, le week end de la CRÉATION et des IDÉES” | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

Cet article est le “compagnon” de l’émission spéciale diffusée le 5 juin de 19h à 20h sur France Culture consacrée à la création numérique live dans le cadre de “Imagine, le week end de la création et des idées” organisé au Centre Pompidou


Via DigitalSocietyForum
more...
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

[’Assemblée Générale annuelle du PEROU] La Jungle de Calais, laboratoire de la ville du XXI° siècle

[’Assemblée Générale annuelle du PEROU] La Jungle de Calais, laboratoire de la ville du XXI° siècle | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

 

Le camp de migrants est plus qu’un bidonville,

il est plus qu’une ville, il est le laboratoire

de la ville du XXIe siècle.

 
Multiculturelle, solidaire, écologique, dynamique, sympathique mais aussi sale, chaotique et mal équipée, la «jungle» de Calais n’est pas née d’un idéal utopique, mais de ce mélange de hasard et de nécessité qui fit naître toutes les grandes villes de l’Histoire. La jungle est le village du monde, le quartier de l’humanité, le forum des sociétés.
 
Autorisée sans limitation de temps il y a un an par le gouvernement et la mairie de Calais, elle s’est inventée depuis à la croisée des peuples qui l’ont investie. Qu’ils soient originaires du Soudan, d’Erythrée, de Syrie, d’Afghanistan, aussi bien que du Royaume-Uni, de France ou de Belgique, ils sont des milliers à la concevoir et à la construire depuis un an.
 
Il est important de comprendre qu’elle n’est pas habitée que par des migrants dans l’urgence de passer la Manche, mais qu’il y a aussi d’autres réfugiés qui sont venus s’y installer, car ils bénéficient là d’un tissu d’entraide social, économique et bienveillant qu’ils ne trouvent nulle part ailleurs en France. Dans l’attente de l’instruction du dossier de demande d’asile, qui peut durer un an et qui interdit de travailler, on se retrouve à Calais avec des gens ayant les mêmes problématiques, qui ont connu les mêmes chemins et des cultures partagées. Des tuyaux y sont échangés, une activité économique minimale existe, le dynamisme et l’énergie de tous sont palpables – toutes choses qu’on ne trouve pas dans des centres d’accueil et d’orientation (CAO) éparpillés dans le territoire rural français.
 
Le théoricien italien Aldo Rossi définissait «l’architecture de la ville» par ses trois permanences : le viaire, les monuments et les typologies d’habitat. Ces trois éléments se sont fixés dans la jungle dès le début de son existence. Les sentes sont devenues des chemins, puis des rues définissant un plan qui n’a jamais changé dans son tracé. Les églises et les mosquées ont grandi, se sont solidifiées et embellies. Sont apparus les écoles, le théâtre, les bibliothèques, les restaurants et les boutiques, et la fameuse boîte de nuit. Quant aux habitats, ils se sont définis au cours du temps, au croisement des cultures d’origine des habitants, des matériaux disponibles et des apports de différents groupes de bénévoles et des associations du monde entier.
 
L’église copte érythréenne est un des plus beaux symboles des monuments de la jungle : présente dès les premiers jours, en mars 2015, isolée au milieu de la lande, elle était d’abord bicolore bleu et rouge, avec une simple nef qui faisait un peu moins de dix mètres de long. Victime d’un incendie, elle fut reconstruite exactement sur le même site, mais cette fois blanche avec des liserés bleus, deux fois plus grande, plus large, plus haute, plus belle.
 

association concert urbain's insight:

 

Ce mercredi 22 juin, à 18h30, le très singulier DOC, sis 26 rue du Docteur Potain à Paris 19e, accueille l’Assemblée Générale annuelle du PEROU. L’entrée se fera de 18h30 à 19h, et l’assemblée proprement dite débutera à 19h avec, au programme : 

- Bilans moraux et financiers de l’année 2015, suivi des adhésions 2016 ; 

- Débat sur les actions à venir à Calais (programme d’actions et de constructions dans le cadre de l’appel à projets « Réinventer Calais »), Paris (création de « l’Ecole des Situations ») et Avignon (activation du projet de réhabilitation de l’ancien Tri Postal). 

 

… merci de nous confirmer votre présence par retour de cet email, afin que nous anticipions en termes de places assises et de verres à boire. 

 

Pour celles et ceux qui ne pourraient en être, il est possible de : 

- faire parvenir un bulletin d’adhésion (ci-joint) et 10 euros, par voie postale au PEROU, 20 Passage Saint-Sébastien, Cour 2, Escalier I, 75011 Paris. 

- prendre part à la soirée de soutien au Tri Porteur à Avignon, le 1e juillet (informations ici)

- lire l’entretien avec Sébastien Thiéry paru ce jour sur l’excellent Lumières de la Ville au sujet de Calais, Grande-Synthe et Paris (ici)

more...
No comment yet.
Rescooped by association concert urbain from Persea, Pour une Terre Vivante
Scoop.it!

« Changeons NOTRE rapport au temps » Patrick Viveret

« Changeons NOTRE rapport au temps » Patrick Viveret | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

Selon le philosophe Patrick Viveret, changer de posture dans notre rapport au temps est indispensable si nous souhaitons construire une société porteuse de sens. Cette nouvelle appréhension de la vie, plus lente, plus saine, plus inventive aussi, nous permettrait d’éviter les syndromes provoqués par la société de la vitesse – burn out, addictions en tous genres –, et d’anticiper un nouveau pacte social :

« Nous n’avons pas la possibilité de tout vivre. Si j’accepte de ne pas tout vivre, mais que je vis intensément ce que je vis, les autres deviennent des compagnons de route en humanité. »


Via PerseaSia
more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Quand le numérique RECULE devant l'Histoire

Quand le numérique RECULE devant l'Histoire | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
C’était il y a quelques années. C’était l’époque de Wikileaks, celle des révolutions arabes, d’Anonymous et d’OWNI. C’était l’époque où Twitter explosait, l’époque où Couchsurfing concernait plus de gens qu’Airbnb. C’était l’époque où l’économie collaborative sortait le bout de son nez. C’était le temps où l’on pensait que le numérique allait résoudre mécaniquement les problèmes politiques…

C’était il y a bien longtemps.

Wikileaks n’a pas mis fin aux méthodes des gouvernements douteuses, les révolutions arabes ont souvent tourné au vinaigre, l’économie collaborative a été largement associée aux pratiques d’Uber ou Airbnb, Couchsurfing n’a pas explosé, OWNI a disparu… Le réel est passé par là et la naïveté numérique a pris fin.

LA FIN DE L’ILLUSION TECHNOPHILE

Bien sûr, les innovations numériques ont transformé notre monde et nous ont permis de résoudre bon nombre de problèmes; souvent, elles nous ont rendu la vie plus facile. Mais nous commençons à réaliser qu’elles ne règleront pas par comme par magie les grands questions de société, qu’elles ne nous rendent pas forcément plus de puissance citoyenne ni ne facilitent forcément nos choix et nos décisions.

L’information ne suffit pas. Les lanceurs d’alerte ne suffisent pas. On l’avait vu avec Wikileaks, on le voit avec les Panama Papers. Quand l’affaire est sortie, les médias et les réseaux sociaux se sont enflammés, tout le monde s’est indigné, sur le papier et puis… plus rien. Dès que la vague est passée, tout a repris sa place.
association concert urbain's insight:

via @jerome_guilmain

RT @OpenLoge

more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Artificial Microclimates: INCA Experimental Agriculture Station at...

Artificial Microclimates: INCA Experimental Agriculture Station at... | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
After reading our post about artificial microclimates landscaping in Montreuil and Pantelleria, our friend and artist Bernard Perroud suggested us to continue our research in early microclimate agricultural experiments, by writing about the archaeological site of Moray (Cusco) in Peru.


The weather bowl at Moray, Peru; photo by Ian Wood/Alamy, courtesy of National Geographic
What might be called, in National Geographic magazine’s own words, an example of “extreme Inca landscaping“, is an early experimental agriculture station the Inca created on a high plateau at about 3500 m and consisting of several enormous terraced circular depressions, the largest of which is about 30 m deep. These gigantic bowls recall Indian stepwells, but their purpose, scholars say, was to concentrate thermal gradients and affect the local weather. The temperature varies substantially (up to 15° – 20° C) between the center (warmer) and the exterior (colder) and the site reproduces more than 20 ecological areas.
association concert urbain's insight:

 

via @Oniropolis

RT @socks_studio

more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Le SYNDROME du bien-être.: Pour être heureux, oubliez-vous!

Le SYNDROME du bien-être.: Pour être heureux, oubliez-vous! | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

Plusieurs essais récents tentent de détruire la croyance la plus partagée de ce début de siècle: celle selon laquelle la voie vers le bonheur serait introspective et individuelle.

De nos états de conscience les plus troubles à la régulation de l'écosystème bactérien de nos intestins, la quête du bien-être qui nous obnubile est-elle en train de tourner au cauchemar? C’est l’hypothèse avancée par Carl Cedeström et André Spicer, deux professeurs d’économie, l’un Suédois et l’autre Néo-zélandais –ce qui leur donne une certaine autorité en la matière– dans un essai sarcastique paru en avril, Le syndrome du bien-être.
Les deux auteurs se demandent pourquoi «bien se nourrir est devenu une activité qui confine à la paranoïa», pourquoi la méditation pleine conscience et la gym sont prescrits aux cadres dirigeants sur encouragement (voire injonction) des DRH, ce qui motive les adeptes de la quantification de soi qui mesurent et enregistrent leurs moindres activités physiques, ou encore comment la pratique du sport amateur s’est transformée en une gestion de l’hygiène de vie jadis réservée aux athlètes olympiques. Derrière ces nouvelles obsessions, il y a autant de méthodes diverses que de modes, et un rayon de librairie qui s'étoffe de jour en jour, mais une même aspiration fondamentale: se conformer à la nouvelle «obligation d’être heureux» et de s’occuper de soi

association concert urbain's insight:

 

via @athanorster @jppastor @tariqkrim

RT @Slatefr

more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Pauchi Sasaki, an artist "UNAFRAID of working within different disciplines and stylistic constraints"

Pauchi Sasaki, an artist "UNAFRAID of working within different disciplines and stylistic constraints" | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

Described by The Wire as an artist "unafraid of working within different disciplines and stylistic constraints" (2015), Pauchi Sasaki's interdisciplinary approach integrates musical composition with the design of multimedia performances and the application of new technologies. A composer, performer and improvisor that collaborates actively with projects linked to film, dance, theater, installation, site specific and interdisciplinary performances; Pauchi has performed internationally in Peru, USA, Japan, Spain, Chile, Colombia and Switzerland.

Her music recreates intimate subjective landscapes through electro-acoustic sonorities mixed with field recordings and synthesis. Her compositions involve acoustic, amplified and electronic instrumentation performed through ensemble formats influenced by improvisational aesthetics and ethnic musical traditions. Her work also focuses on the development of real time interactive music and self designed instruments using Max Msp and circuit bending. This branch of her work seeks the embodiment of electronic music performance integrating the emission of electronic sounds with corporal expressivity.

 
more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Congrès du Futur... une cartographie des ÉMERGENCES…

Congrès du Futur... une cartographie des ÉMERGENCES… | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

« Écoutons le bruit de la forêt qui pousse plutôt que celui de l’arbre qui tombe ». Le Congrès du Futur est une cartographie des émergences… multiples germinations d’une France qui pousse, optimiste et créative. Des actrices et acteurs de changement audacieux, qui chacun dans leurs territoires de réinvention montrent que demain est déjà là.

more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

ESCLAVAGE : 15 ans après la loi Taubira, quels changements à l'école?... - le blog profencampagne

ESCLAVAGE : 15 ans après la loi Taubira, quels changements à l'école?... -   le blog profencampagne | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
En 2001, la loi pour la  reconnaissance de la traite et de l’esclavage imposait une mise à jour  des programmes scolaires. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Le 21 mai 2001, la première loi "tendant à la reconnaissance de la traite et de l'esclavage en tant que crime contre l'humanité" est portée par la députée de Guyane Christiane Taubira. Ce texte hautement symbolique comporte une série de mesures visant à encourager le devoir de mémoire.

Que dit-il ? Que "les programmes scolaires et les programmes de recherche en histoire et en sciences humaines accorderont à la traite négrière et à l'esclavage la place conséquente qu'ils méritent". Quinze ans après la loi, cette question a-t-elle été mieux intégrée dans les programmes scolaires ?
association concert urbain's insight:

 

via @christian300658

more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Des nouvelles du PEROU: www.reinventercalais.org

Des nouvelles du PEROU: www.reinventercalais.org | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Considérant que la couverture médiatique de la Jungle fait aussi écran et ne saurait témoigner du soin porté aux constructions comme aux intérieurs habités. Considérant qu\'échappe alors aux représentations communes qu\'ici même l\'on s\'abrite certes, mais aussi vit, reçoit des amis, dort et rêve.

 

Nous connaissons très précisément la violence des expulsions, les impasses qu'elles dessinent, la peur panique qui les anime, la déraison des politiques publiques dont elles relèvent.

Nous ne mesurerons pas encore la brutalité des prétendues solutions d'humanité qui s'inventent en contre feu. Leur programme est aujourd'hui publié : il est annoncé à Paris comme à Grande-Synthe que l'hospitalité au 21e siècle s'administrera, que l'encampement sera sa norme ; il est acquis que l'architecte engagé se fera designer de camps, expert en innovations "modulaires", producteur d'espaces anti-urbains mais "dignes" parce que techniques et conviviaux, promoteur de dystopies frappées d'incontestabilité morale.

 

Toujours, il s'agit de traiter des corps en trop : au moyen, d'un côté, d'opérations militaires d'évacuation et de neutalisation du territoire ; à la force, de l'autre, du déploiement massif de niches à la propreté clinique. Jamais nous ne considérons ces femmes, ces hommes, ces enfants comme des citoyens en plus. Jamais nous ne prêtons attention aux relations fragiles mais cruciales qu'ils ont tissées avec les riverains que nous sommes. Jamais nous n'imaginons cultiver les constructions infimes peut-être, mais vivantes assurément, qu'ici mêmes ils ont risquées.

Alors poursuivons-nous au PEROU notre travail systématique et appliqué de consigne de ce qui s'invente, s'affirme, se construit aujourd'hui à Calais. Tel est le sens de cet "Atlas d'une ville potentielle" que constitue la plateforme 

www.reinventercalais.org.

 

Ainsi nous efforçons-nous de tracer un chemin en dissidence, de donner forme et pensée à une autre politique de l'hospitalité, de "Réinventer Calais" enfin. A Arc-en-Rêve à Bordeaux, à la Biennale d’architecture de Venise comme à la Cité de l'Architecture et du Patrimoine de Paris, nous avons initié le processus de cet appel à idées. Ce mardi 7 juin à partir de 18h30 aux Caves Dupetit Thouars (12 rue Dupetit Thouars, M° République) nous tâcherons d'en débattre, et de le préciser encore.

 

A bientôt, ici ou ailleurs. 

more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Notre futur économique entre TECHNO-miracle et TECHNO-déprime

Notre futur économique entre TECHNO-miracle et TECHNO-déprime | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

Répondant aux questions du public, Daniel Cohen appuie encore là où c’est douloureux. La société de l’information promet une société profondément inégalitaire. Et nous sommes confrontés à une difficulté inédite. Nous ne pouvons plus dire aux gens non qualifiés qu’ils doivent se former pour se hisser dans la société, puisque l’essentiel du travail auquel la formation permet d’accéder est appelé à disparaître. Comment réenchanter les classes moyennes ? C’est le modèle même de la méritocratie qui semble mis en danger. Pouvons-nous accepter un futur qui prévoit la disparition de la classe moyenne, celle-là même qui a fondé la démocratie ?

Comment faire monter d’autres indicateurs que ceux de la croissance, et notamment des indicateurs de bien-être ? Nous sommes sensibles à des choses peu mesurables, économiquement. Un jour de soleil a autant de valeur qu’un demi-point de PIB. Notre bien-être dépend plus de l’état de nos relations amicales que de bien d’autres choses. Le bien-être dépend aussi du sentiment d’être maître de sa vie, du sens qu’elle porte. Et ce sens renvoie aussi directement à la question du travail. Le travail ne sert pas seulement à gagner de l’argent. Il est aussi au coeur de notre besoin d’accomplissement. Si la promesse d’augmenter les salaires n’est plus là, il sera peut-être nécessaire de s’intéresser plus avant à la question de la satisfaction au travail.

Mais dans un monde où les machines se substituent à nous, nous restera-t-il de quoi nous satisfaire ? Dans un monde aux ressources finies, quelles sont nos perspectives ? Daniel Cohen a beau s’être rallié à l’idée du revenu de base, l’idée d’un plancher universel est-elle suffisante pour réenchanter nos perspectives ?

association concert urbain's insight:

 

via @Yonnescaut

more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Après le BREXIT, paroles d'intellectuels

Après le BREXIT, paroles d'intellectuels | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Les réactions d'Anish Kapoor, Hanif Kureishi, Julia Kristeva et Erri de Luca suite au vote britannique en faveur d'une sortie de l'Union Européenne.
more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Le TOURNANT de Stiegler | Chatonsky

Le TOURNANT de Stiegler | Chatonsky | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Bernard Stiegler intervient régulièrement dans les médias de masse, écrit des ouvrages théoriques et entreprend des activités politiques fondées sur les résultats de ses recherches. Son discours semble laisser peu de place au doute et il regarde parfois avec condescendance ses interlocuteurs. Il sait de quoi est faite notre époque et dans quelle direction il faut aller. Il se propose d’ailleurs de nous y emmener. Sa volonté sincère d’intervenir sur le « réel » et de ne pas limiter sa sphère d’action à la production textuelle et académique, en fait un cas singulier dans le paysage intellectuel.

Au fil du temps, j’ai remarqué qu’il est difficile de discuter de façon critique de ses hypothèses. Tout se passe comme s’il fallait adhérer sans reste à celles-ci. On a beau reconnaître l’intérêt de certains de ses ouvrages et l’intelligence du propos, la discussion suit souvent le même parcours avec ses adeptes :

– On vous accuse de ne pas l’avoir lu ses livres et de limiter votre lecture à quelques articles de presse et interventions médiatiques. La réponse à cette objection est aisée.
– On estime ensuite que si vous l’avez lu, vous ne l’avez pas compris. Objection plus malaisée à contrer puisqu’elle présuppose sa preuve. En effet, si vous le critiquez c’est que vous l’avez mal compris. De plus, il est très difficile de s’accorder sur ce que serait la bonne lecture de tel ou tel texte, surtout lorsqu’on n’est pas d’accord sur l’interprétation des textes. La réponse consiste à souligner le caractère circulaire de cette objection et le fait qu’il n’y a pas une bonne lecture d’un texte, mais une multiplicité qui ouvre la possibilité du débat.
– À court d’arguments, votre interlocuteur estime que la critique que vous portez n’est qu’en apparence conceptuelle. En fait, il s’agit d’une attaque contre la personne même de Stiegler dont les motivations seraient psychologiques. On a beau expliquer que ce n’est nullement le cas et qu’on s’intéresse moins à la personne qu’à sa production conceptuelle, rien ne semble y faire. Entre temps, on a proposé certaines réfutations, mais aucune de celles-ci ne sont prises en compte.

Le dialogue s’arrête immanquablement sur une incompréhension : il a été impossible de discuter de façon discursive parce que la possibilité même d’un dialogue critique a été refusée. Chacun repart de son côté, sûr de son fait
association concert urbain's insight:

 

Gregory Chatonsky@chatonsky

Artist

Montreal & Paris

 

more...
No comment yet.
Rescooped by association concert urbain from URBANmedias
Scoop.it!

[PEROU: les villes informelles] Ces chercheurs qui développent l’hypothèse que les réfugiés « augmentent notre réalité urbaine »

[PEROU: les villes informelles] Ces chercheurs qui développent l’hypothèse que les réfugiés « augmentent notre réalité urbaine » | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

C’est aujourd’hui la journée mondiale des réfugiés. A cette occasion Lumières de la ville a questionné Sébastien Thiery, le directeur du Pôle d’exploration des ressources urbaines (PEROU), sur trois formes d’habitats construits par et pour la migrance et le transit : La Jungle de Calais, le camp humanitaire de Grande Synthe et les campements parisiens.

Ldlv : Parlez-nous de vos actions avec le PEROU, en particulier sur les villes informelles

S.T : Le PEROU est un groupe de recherche qui œuvre sur des situations de vie caractérisées par la violence et l’hostilité, que collectivement, nous entretenons.
Qu’il s’agisse d’individus isolés comme les SDF, de populations dites « Roms » vivant en bidonville ou de migrants fuyant l’inhabitable, le PEROU travaille sur les formes d’urbanité que ceux qui n’ont pas droit au chapitre urbain inventent malgré tout, au mépris de l’hostilité qui prévaut.
 
En prêtant attention aux lieux de vie qui s’inventent à l’ombre de la ville légale, en documentant les constructions qui s’y déploient, les rêves qui s’y affirment, les interactions avec la ville qui s’y jouent, nous cartographions des formes d’habitat non repérées comme telles. En prenant soin de celles-ci, en travaillant à leur accompagnement, à leur amplification, nous suivons l’hypothèse que construire vaut mieux que détruire pour répondre aux questions que ces situations de crise nous posent.

more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

TRIBUNE « La culture américaine est source de BLOCAGES majeurs »

TRIBUNE « La culture américaine est source de BLOCAGES majeurs » | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
L’une des grandes sources de blocage, dans le cadre du débat sur les armes à feu aux États-Unis, est sa très forte dimension culturelle. Trois éléments importants de la culture américaine plaident en faveur du statu quo. Il y a d’abord le mythe du pionnier. Très ancré, il continue à être mobilisé dans le discours politique pour fédérer.

Un autre élément tout aussi tangible est la virilité, et plus largement le rapport à la masculinité aux États-Unis. Le poids de la virilité est nourri sans cesse par l’industrie culturelle américaine et les productions hollywoodiennes. C’est d’ailleurs un élément toujours présent dans les massacres de masse et la mise en scène des tueurs.

Il y a enfin l’attachement américain à la liberté. Nous avons beau partager les mêmes principes d’égalité et de liberté, les Américains mettent clairement l’accent sur la liberté, quand nous, Français, privilégions l’égalité.

De là découle une série d’imbrications très fortes, à commencer par le Second Amendement. L’enjeu fondamental est qu’il est hors de question de toucher à la liberté, surtout quand le gouvernement, qui est perçu comme une menace, s’en mêle.

Ces blocages expliquent pourquoi, en dépit des massacres, y compris dans une école primaire, en 2012 à Sandy Hook, le dossier n’avance pas. Pourtant, des initiatives ont lieu dans la société civile. En 2015, après une nouvelle tuerie, et pour la première fois depuis 1920, le New York Times avait consacré un éditorial à la question, pour jeter un pavé dans la mare.
more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

"Les Morts de la rue" : honorer la MORT des SDF, c'est reconnaître leur vie

"Les Morts de la rue" : honorer la MORT des SDF, c'est reconnaître leur vie | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
LE PLUS. Ils sont plusieurs milliers à mourir chaque année dans la rue en France. Parmi les 2.800 sans domicile fixe décédés dans la rue en 2015, le collectif "Les Morts de la rue" en a retrouvé 497. Pour leur rendre hommage mais aussi pour alerter les Français, celui-ci sera ce samedi 18 juin à la Fontaine des Innocents à Paris. Témoignage de Christelle E., membre du collectif depuis un an.
more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Quelle sera la MÉMOIRE du 13 novembre ?

Quelle sera la MÉMOIRE du 13 novembre ? | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Un vaste programme de recherche sur le thème de la construction de la mémoire vient tout juste de démarrer. Baptisée « 13-Novembre », cette étude vise à recueillir et analyser les témoignages de 1 000 personnes touchées de près ou de loin par les attentats de Paris, à plusieurs années d’intervalle. L’historien Denis Peschanski et le neuropsychologue Francis Eustache nous expliquent les objectifs de ce programme.
association concert urbain's insight:

 via @kleszewski1 @RousseauAgnes

RT @CNRS

more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Pauchi Sasaki of Peru, a violinist, composer and performance artist,

Pauchi Sasaki of Peru, a violinist, composer and performance artist, | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

Pauchi Sasaki of Peru, a violinist, composer and performance artist, is one of seven emerging artists selected to take part in the Rolex Mentor and Protégé Arts Initiative. Credit Bary Michiels/Rolex
The Rolex Mentor and Protégé Arts Initiative, a program that pairs major figures in seven disciplines with emerging artists, has announced those chosen for the 2016-17 cycle of the program, which began in 2002.

The pairings are intended to help foster a new generation of exceptional talent and expose the protégés to the experience and work practices of the mentors. The protégés must be professionals in their fields, and each receives a stipend of 25,000 Swiss francs (about $26,000) and is eligible for an equivalent amount at the end of the year to support the creation of new work.

The chosen protégés are Simon Kretz, a Swiss architect and urbanist, for architecture; Londiwe Khoza, of South Africa, for dance; the Indian director Chaitanya Tamhane, for film; Julián Fuks, a Brazilian writer and translator, for literature; Pauchi Sasaki, a Peruvian violinist, composer and performance artist, for music; Matías Umpierrez, an Argentine experimental director, for theater; and the Vietnamese painter and performance artist Thao-Nguyen Phan, for visual arts.

more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

Dans la DISRUPTION par Bernard Stiegler

Dans la DISRUPTION par Bernard Stiegler | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Depuis le 11 Septembre, les actes de folie barbare ne cessent de se multiplier. Pourquoi ? Pour Bernard Stiegler, c'est un symptôme de notre époque, qui réalise le rêve de la modernité. A travers la conquête du monde s'opère une désinhibition. Alors, comment en sortir ? La réponse se trouve ici.
more...
No comment yet.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

[Pauchi Sasaki] Article on UNDERGROUND Music in Lima Published in The Wire

[Pauchi Sasaki] Article on UNDERGROUND Music in Lima Published in The Wire | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
An article I wrote for The Wire’s regular Global Ear column, focusing on the underground music scene in Lima, has been published in this month’s issue (#379). The piece looked at the reissuing of albums from Peru’s avant-garde in the 70s (namely Miguel Flores, César Bolaños, Arturo Ruiz del Pozo and Édgar Válcarcel) as well as new artists including Pauchi Sasaki and Liquidarlo Celuloide.
 

 

more...
No comment yet.
Rescooped by association concert urbain from Innovation sociale
Scoop.it!

Rencontre avec Nicolas Bard, un «FABRIQUEUR made in Montreuil»

Rencontre avec Nicolas Bard, un «FABRIQUEUR made in Montreuil» | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Nicolas Bard, cofondateur du makerspace ICI Montreuil, est en croisade pour réintroduire la production au cœur des villes et défendre les savoir-faire français. Interview.
Pourquoi un makerspace plutôt que des ateliers d’artistes ou une coopérative artisanale?

Quand on a développé le concept, nous n’avions jamais entendu parler des fablabs ou des espaces de coworking. Notre inspiration n’a jamais jamais été le MIT, même si nous sommes labellisés. Dans le milieu, certaines personnes s’autorisent à dire “Celui-ci est un fablab, celui-là, non”. Mais les seuls légitimes pour le décréter, c’est la Fabfoundation.

Sur le même sujetMakerTour (6): il était une fois avant les fablabs

Nous avons voulu créer un lieu comme il en existait en France au début du XXème siècle. Nous nous sommes inspirés du Bateau-Lavoir à Montmartre, où Picasso a peint ses Demoiselles d’Avignon, et de la Ruche à Montparnasse. Les artistes se regroupaient dans ces lieux collectifs pour mutualiser un loyer, du chauffage, de l’espace. La Factory de Warhol s’est inspirée de ça. On a rien inventé…

De l’autre côté, le mouvement maker trouve certaines de ses origines dans la révolution industrielle en Angleterre, entre autres avec les Shakers qui ont persisté à faire du sur-mesure pour lutter contre l’uniformisation des produits manufacturés. Toutes ces sources nous ont inspirés.


Via Bernard BRUNET
association concert urbain's insight:

 

Makery France

@makeryfr

Média de tous les labs et de la culture maker #fablab #hackerspace #makerspace #maker

Paris, France

 

makery.info

3 518 Boucles Vine

more...
No comment yet.
Rescooped by association concert urbain from Le bonheur aujourd'hui
Scoop.it!

Qu'est-ce qui fait une vie réussie ? Leçons de la plus longue étude sur le BONHEUR

Qu'est-ce qui fait une vie réussie ? Leçons de la plus longue étude sur le BONHEUR | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Qu'est-ce qui nous garde heureux et en bonne santé tout au long de la vie ? Si vous pensez que c'est la célébrité et l'argent, vous n'êtes pas les seuls - mais, d'après le psychiatre Robert Waldinger, vous vous trompez.
Via Nicolas Calvo, François Pellerin, Gaëlle Weiss
more...
François Pellerin's curator insight, June 6, 3:01 AM

A ne pas manquer!

Une étude de Harvard menée sur 75 ans qui montre que la qualité des relations assure bonheur et santé

Philippe-Didier Gauthier's curator insight, June 7, 2:31 PM
#Socialisation Une belle leçon de simplicité et de bonheur. A regarder absolument.
Scooped by association concert urbain
Scoop.it!

[L'exemple Cherokee] : le REVENU UNIVERSEL et ses expérimentations dans le monde

[L'exemple Cherokee] : le REVENU UNIVERSEL et ses expérimentations dans le monde | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

C’est l’une des innombrables ironies de l’histoire : l’un des seuls exemples viables, actuellement, du principe du « revenu universel » vient d’une tribu indienne aux Etats-Unis, les Cherokees.

Or, ce sont des Indiens qui ont inspiré, trois siècles plus tôt, le père spirituel de ce concept : l’un des premiers à théoriser le revenu universel, Thomas Paine, s’était notamment basé sur l’observation d’un accès égal à l’usage de la terre chez les Indiens au XVIIIe siècle, pour en déduire la nécessité d’une dotation (chaque adulte recevant un lopin de terre à sa majorité) afin de corriger la dérive historique  qu’est l’appropriation de la rente foncière.

more...
No comment yet.