Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique.
47.2K views | +1 today
Follow
Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique.
Le bonheur c'est comment on fait pour vivre ensemble
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by association concert urbain from Connectivism
Scoop.it!

BRAINSTORM in Progress: Connectivism, Neuroscience, and Education

BRAINSTORM in Progress: Connectivism, Neuroscience, and Education | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

I have never been comfortable with proclamations by educators or scientists (and yes, there is a difference) about how the brain works. The logical fallacy goes something like this: "we have isolated a mechanism in the brain, learning takes place in the brain; therefore, we now know how learning works." Whenever a psychologist says something smug like "the brain doesn't work that way" (around 1:21), I want to pull my hair out. The latest theories about how the brain supposedly works also include huge gaps in our understanding of how the brain supposedly works and plenty of lines of research that may one day soon give us a more complete picture of how the brain supposedly works. The idea is that if we know how the brain is supposed to work, then we will somehow know how we learn. There are so many layers here though that it seems to be an impossible task. First, it assumes a purely mechanistic view of the mind and learning. Not that we have to get metaphysical, but this could be something that is so complicated that thinking of the mind as a flow chart or a network may not even scratch the surface of what is really happening. When educators talk about what neuroscience has to say about learning, we have to remember that neuroscientists aren't even sure what neuroscience has to say about neuroscience. It is a difficult field because each year brings in a new raft of technologies that reveals more and more about the physical properties, chemical reactions, and neural connections in the brain. But I think there is some promising work in neuroscience that we should be keeping an eye on as educators. One of the more interesting lines of research includes the mathematical models around "deep learning." I think this is finally getting at the complexity necessary to account for the complexity of thinking, language, and learning. 


Via Dr. Susan Bainbridge
more...
Dany Malaver's curator insight, April 12, 2014 12:13 PM

es interesante conocer acerca del cerebro humano y sus funciones a profundidad, el conocimiento humano no tiene limites y menos en el campo de la ciencia y los avances 

Connie Anderson's curator insight, April 13, 2014 2:59 PM

Music, music, music!! I will trust the current researchers at two well-known universities. www.brainvolts.northwestern.edu/‎

Just look at all the most recent findings ranging all the way from pre-schoolers to the elderly. Let's read about their research, their conclusions, and then go practice our instruments of choice! :-)

Philippe-Didier Gauthier's curator insight, April 13, 2014 3:09 PM
#Apprenance Connectivism, Neuroscience, and EducationI have never been comfortable with proclamations by educators or scientists (and yes, there is a difference) about how the brain works..... (suite à lire sur le site..)
Rescooped by association concert urbain from Vers les hauteurs
Scoop.it!

L’art numérique – comment la technologie vient au monde de l’art

L’art numérique – comment la technologie vient au monde de l’art | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

Les deux auteurs établissent un constat à propos de la difficulté d’établir un état de l’art numérique : où en est-il, c’est difficile à dire vue la prolifération d’œuvres d’une part, et la diffusion culturelle très réduite dont elles disposent d’autre part. D’un autre côté sur la toile, le rythme de la culture numérique semble effréné, passant d’apparition à disparition en très peu de temps, un temps propre au monde en ligne et totalement hors du temps réel. Nos rapports à ce temps sont bouleversés, on consomme toujours plus et toujours plus vite, et on consomme de tout, aussi bien du matériel que de l’immatériel. Cet immatériel, l’art numérique en fait partie. S’il se développe et à la fois se perd rapidement, c’est aussi du fait de son accessibilité.

 

Aujourd’hui l’art est partout, l’image est partout : la publicité par exemple, emprunte parfois aux codes de l’art, et ce dernier emprunte, comme il l’a toujours fait par ailleurs, au monde sensible qui l’entoure, et tente de faire passer son message au monde intelligible. Seulement ce dernier rapport évolue et aujourd’hui c’est depuis et à propos d’un monde tout autre que l’art veut communiquer.


Via Jacques Urbanska, yves deligne
more...
No comment yet.
Rescooped by association concert urbain from Pralines
Scoop.it!

"Industries Culturelles et Arts Technologiques : du vide trop plein comme alibi" par Philippe Baudelot - M4m 2013

"Industries Culturelles et Arts Technologiques : du vide trop plein comme alibi" par Philippe Baudelot - M4m 2013 | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

 

Quel sens, quelle valeur pour les Arts Contemporains

 

l s’agit avec ce texte de proposer/provoquer une démarche réflexive de type théorique destinée à servir de base à une approche systématique du « positionnement » des arts contemporains (et de la place qu’y prennent les arts dits technologiques) et plus largement du « culturel » (qu’il s’agit de distinguer des arts), ceci dans le cadre général de ce que l’on appelle depuis les années 1970 industries culturelles.
Philippe Baudelot - janvier 2013 - dans le cadre du projet M4m (M for mobility - http://www.m4mobility.eu)

Par industries culturelles, on entendra le secteur d’activité économique et financière généré par le regroupement de l'ensemble des entreprises et des opérateurs produisant selon des démarches industrielles des biens dont l'essentiel de la valeur tient dans leur contenu symbolique : livre, musique, cinéma, télévision, radio, jeux vidéo, tourisme de masse et par extension les activités et productions liées à la création artistique en général. Pour autant, on n’oubliera pas, ce qui est trop souvent la cas, que la notion d'industrie culturelle, traduction française de l'expression allemande Kulturindustrie introduite par Theodor W. Adorno et Max Horkheimer, avait à l’origine une dimension critique concernant l'instrumentalisation de la culture populaire par l’industrie. ...



Via Jacques Urbanska, gawlab
more...
No comment yet.