Le BONHEUR comme ...
Follow
Find tag "capitalisme"
38.7K views | +9 today
Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique.
Le bonheur c'est comment on fait pour vivre ensemble
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by association concert urbain from Archivance - Philosophiques
Scoop.it!

Isabelle Stengers: SORCELLERIE capitaliste

Pourquoi sommes-nous tétanisés face à la redéfinition capitaliste en cours ? Et comment sortir de cette domestication des esprits ? La philosophe et historienne des sciences Isabelle Stengers, lors d’un entretien qu’elle a accordé à la réalisatrice Béatrice Pignède dans le cadre de son prochain film « Chemins de guérison » , nous propose des modes opératoires (et jubilatoires) de sortir de notre « envoûtement », en questionnant notamment notre croyance au « progrès », notre allégeance aux vérités de laboratoire de la méthode scientifique et notre asservissement au tout économique, et en y opposant une restauration des puissances d’agir, de sentir, d’imaginer et de penser, un renouvellement des capacités de faire. (www.clap36.net)

Via René Z.
more...
Véronique Calvet's curator insight, April 3, 1:27 PM

"Sorcellerie capitaliste"... un" envoutement de masse"


Rescooped by association concert urbain from Nouveaux paradigmes
Scoop.it!

« Le CAPITALISME est entré dans des logiques de DESTRUCTION »

« Le CAPITALISME est entré dans des logiques de DESTRUCTION » | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

Pour Saskia SASSEN, sociologue à Harvard, les chômeurs radiés, les classes moyennes chassées des centres-villes et les écosystèmes dévastés subissent un même phénomène : l’ « expulsion »


A lire :  « Expulsions. Brutality and Complexity in the Global Economy » Non traduit. de Saskia Sassen (Harvard University Press, 280 p.) A paraître le 5 mai 2014.


Via Christophe CESETTI
more...
No comment yet.
Rescooped by association concert urbain from Société
Scoop.it!

Pourquoi le CAPITALISME aura disparu dans... moins de 40 ans

Pourquoi le CAPITALISME aura disparu dans... moins de 40 ans | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

Remettre au goût du jour la théorie de Marx pour prévoir un effondrement inéluctable du capitalisme. Les universitaires Immanuel Wallerstein, Randall Collins et dans une moindre mesure, Craig Calhoun, s'y sont attelés dans l'ouvrage "Le capitalisme a-t-il un avenir ?". En s'appuyant sur les sciences sociales et en analysant les ressorts de l'histoire économique du XXe siècle, ces trois Américains considèrent que les limites de ce "système-monde" seront atteintes dans quelques décennies. Un déclin qui serait "accéléré et multidimensionnel". Revue de détails des arguments de chacun.


Via Thierry Curty, Denis Pennel, La Métropole de Lyon- M3
more...
Thierry Curty's curator insight, November 24, 2014 9:59 AM

Pas très visionnaire, mais indicateur d'une prise de conscience du changement qui nous arrive dessus, même s'il est encore mal compris. 

Thierry Curty's comment, November 25, 2014 6:52 AM
En réalité, le capitalisme ne va pas disparaître, il va évoluer, se démocratiser. Il va atteindre son optimum théorique.

C'est toujours pareil, le problème relève d'une erreur d'interprétation du capitalisme qui ne consiste pas en la fonction d'accumuler de l'argent, mais simplement à ce que l'outil de production appartienne à des privés et donc, conséquemment, qu'il ne soit pas dépendant de la volonté du pouvoir.

A partir de là, forcément, si on considère que l'esprit du capitalisme est purement chrématistique, puisque cette fonction sociale va disparaître, on ne peut que considérer que le capitalisme va disparaître. Mais en réalité ce n'est qu'une fonction aberrée d'une économie encore peu distributive.

Rescooped by association concert urbain from Archivance - Miscellanées
Scoop.it!

Éc(h)o-logie du refus: l’appropriation critique à l’ère du capitalisme culturel | Philopolis Montréal

Éc(h)o-logie du refus: l’appropriation critique à l’ère du capitalisme culturel | Philopolis Montréal | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

Si l’écologie est la science des relations d’êtres vivants à leur milieu, de leur manière d’habiter (« oïkos »), voire de demeurer les uns auprès des autres, alors la question qu’elle engage est celle de savoir ce que c’est que d’habiter un mondelorsque la constitution de nous-mêmes, autrement dit notre individuation psychique, esthétique et politique, se trouve remise en cause par les données d’une nouvelle révolution industrielle : celle d’un capitalisme culturel reposant sur de nouvelles technologies du savoir et de la bêtise. Technologies qui, fonctionnalisées par un appareil capitaliste, peuvent limiter, voire enserrer l’objectivation des rapports sociaux en différents lieux et temps en ce qu’elles permettent de les rapporter à des schémas représentatifs prédéfinis et valorisables (sensationnalisme des médias privés et publics, espaces numériques de commentaires et d’échanges d’opinions, sondages et méthodes statistiques, etc.) dont les positions et dispositions sont préalablement déterminées et où chacune et chacun est sommé-e de rester à sa place. Technologies qui, cependant, constituent tout aussi bien un des moyens de dissoudre les repères de la certitude établie (established) sur l’objectivité sociale, de par des usages critiques (humanités numériques, usages politiques et esthétiques des nouveaux moyens de partages et de création de données) dont nous ne savons pas encore tout ce qu’ils peuvent, dans la perspective d’un questionnement de type pharmacologique.


Via René Z.
more...
No comment yet.