Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique.
47.1K views | +1 today
Follow
Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique.
Le bonheur c'est comment on fait pour vivre ensemble
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by association concert urbain from Quoi de neuf sur le Web en Histoire Géographie ?
Scoop.it!

Comment la théorie MARXISTE nous aide à prédire la fin de “Game of Thrones” - Courrier international

Comment la théorie MARXISTE nous aide à prédire la fin de “Game of Thrones” - Courrier international | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

La série d'HBO adaptée des livres de George R. R. Martin partage une trame très commune avec une grande partie de la littérature fantastique moderne, analyse The Guardian : si elle met bien en scène la vie à l’époque féodale – des rois, la torture, la justice par le combat –, elle illustre surtout bien la crise du féodalisme telle que la conçoit le marxisme. Ainsi, affirme le quotidien, l'Histoire et la pensée politique nous donnent alors quelques indices sur la suite de l'action à Westeros.

La plupart des histoires fantastiques, raconte le quotidien, se déroulent dans des univers crépusculaires qui marquent le passage d'un mode de production à un autre. Cela permet au téléspectateur de jouer à la lutte des classes (...).


Via HG Académie de Rennes
more...
HG Académie de Rennes's curator insight, April 10, 2015 12:50 AM

Prédire la fin de la série Game of Thrones grâce à la théorie marxiste : l'idée n'est pas si étrange qu'elle en a l'air. Les jeux de pouvoir de Westeros peuvent être expliqués par la pensée politique. A découvrir pour le plaisir...

Rescooped by association concert urbain from La Fabrique Spinoza, think tank du bonheur citoyen
Scoop.it!

Rémy Pawin : «Le sacre du BONHEUR comme valeur suprême» | La-Croix.com

Rémy Pawin : «Le sacre du BONHEUR comme valeur suprême» | La-Croix.com | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Cet historien consacre sa thèse, et un livre, à l’évolution de la notion du bonheur depuis 1945 en France.

Via la Fabrique Spinoza
more...
la Fabrique Spinoza's curator insight, December 23, 2013 4:28 PM

 

Rémy Pawin fait partie des tout premiers membres de la Fabrique Spinoza. Nous sommes plus qu'heureux qu'il soit notre "chargé d’histoire du bonheur"!
http://fabriquespinoza.fr/presentation/notre-fonctionnement/equipe/

Rescooped by association concert urbain from Expérimentation numérique & Digital Experimentation
Scoop.it!

Un réseau social consacré à l’Histoire

Un réseau social consacré à l’Histoire | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it
Bien plus qu’un simple réseau social, Histographe est surtout un site de partage de documents historiques.

Via Thot - Cursus, Sémio PUB
more...
Rescooped by association concert urbain from Leadership
Scoop.it!

Découvrez le premier réseau social dédié au passé

Découvrez le premier réseau social dédié au passé | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

Découvrez le premier réseau social dédié au passé, qui va bouleverser votre vision de la généalogie et de l'Histoire.


Via Frédéric DEBAILLEUL, Karine Sabatier
more...
No comment yet.
Rescooped by association concert urbain from Nouveaux paradigmes
Scoop.it!

Notre conception du monde nous INTERDIT le monde de demain

Pendant des siècles, l'homme a affirmé que la Terre était plate, que le soleil tournait autour de la Terre... Autant de vérités considérées comme absolues qui ont volé en éclats au XVIème siècle. Et si nous commettions, de nouveau, de telles erreurs d'appréciation ? L'humanité aurait-elle en ce début de XXIème siècle un nouveau rendez-vous historique avec ses certitudes ?
Yannick Roudaut est un « décloisonneur intellectuel ». Spécialiste des marchés financiers pendant 15 ans (journaliste à BFM, Bloomberg TV, Le Figaro...), en 2007, il a pris un virage intellectuel et professionnel en pleine crise des subprimes. Prenant conscience de « l'insoutenabilité » de notre monde, il décide alors de consacrer son énergie à la recherche d'un modèle économique durable. Aujourd'hui, conférencier, auteur (L'Alter Entreprise en 2008) et entrepreneur, Yannick crée des passerelles entre le monde de la finance et les ONG, l'économie, l'écologie, la philosophie et les questions sociales/sociétales. Son approche complexe et transversale lui permet de réfléchir à des modèles économiques alternatifs soutenables. Depuis six ans, Yannick sillonne la France, l'Europe et parfois le monde, pour sensibiliser les citoyens et les dirigeants d'entreprises à la nécessité d'envisager l'avenir sous le prisme Economie-Ecologie-Social. Ses réflexions ont récemment été présentées au Conseil Economique Social et Environnemental dans le cadre d'un travail sur « La Compétitivité de la France ». Chroniqueur au journal Le Monde, Yannick Roudaut, co-dirige le cabinet nantais Alternité, spécialisé dans la veille, la sensibilisation et l'accompagnement des entreprises dans la construction d'une stratégie d'entreprise qui soit durable et prospective.


Via Ucka Ludovic Ilolo, Christophe CESETTI
more...
Stéfane Grandcamp's curator insight, December 30, 2013 2:31 AM

Penser out of the box... Accepter qu il y ait des alternatives toutes aussi enchanteresses mais plus viable pour notre monde

Myriam Lafaille's curator insight, January 2, 2014 8:53 AM

Que 2014 soit l'année de la grande controverse !

Rescooped by association concert urbain from Paris Est Villages
Scoop.it!

Expo photo à Montreuil : Gitans, Tsiganes et Bohémiens au XIXe siècle

Expo photo à Montreuil : Gitans, Tsiganes et Bohémiens au XIXe siècle | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

La galerie «  Lumière des Roses  » à Montreuil (Seine-Saint-Denis) est spécialiste de la photographie anonyme et d’amateurs. Du 12 au 25 octobre, elle présente ses trouvailles sur les «  Roms  ». La plupart issues du XIXe siècle et produites par les photographes ambulants, elles témoignent de l’existence sur nos routes de Roms ou Gitans, Tsiganes, Romanichels, Bohémiens...


Via Paris Est Villages
more...
No comment yet.
Rescooped by association concert urbain from Merveilles - Marvels
Scoop.it!

Une Bellevilloise sans histoire

Une Bellevilloise sans histoire | Le BONHEUR comme indice d'épanouissement social et économique. | Scoop.it

« Ménilmontant mais oui madame ; c’est là que j’ai laissé mon cœur... » Trenet a composé la chanson juste avant la guerre de 1939, pour célébrer le quartier de son enfance. Quatre-vingts ans plus tard, la « petite église » du premier couplet, Notre-Dame-de-la-Croix, surplombe toujours la colline. Mais l’ancienne gare, qui fut en service jusqu’en 1985 (« Où chaque train passait joyeux »), a été remplacée par une barre d’immeubles modernes, aux 7 et 11 rue de la Mare. La dépose des rails qui a suivi a donné naissance à la « coulée verte » ; les temps changent. Mais restons à Ménilmontant, donc, puisque c’est là que ça se passe, Ménilmuche, et remontons la rue en pente qui part de la station de métro homonyme. On dépasse là des bistrots où la pression mousse à deux euros au comptoir, et des traiteurs asiatiques ; XXe arrondissement, entre Belleville et l’Asie majeure. En haut de la bosse et en sueur, la rue Boyer dévoile sur sa droite, du 19 au 25, les édifices imposants, mais à la simplicité art déco manifeste, de feue la Bellevilloise : façades de briques et de béton armé, baies vitrées. Une plaque de la mairie de Paris rappelle que se déploya là l’une des plus belles aventures coopératives de la IIIe République : « Achat direct au producteur, vente directe au consommateur. » Dans le mur et en vis-à-vis se découpent en mosaïque les mots « Science » et « Travail », et puis : « La Bellevilloise, 1877-1927 ». Noces d’or de la coopérative avec le petit peuple parisien - justement la couleur des carreaux de faïence. Demeure l’air entêtant de Trenet : autre époque. Ou douce France....


Via Alcofribas
association concert urbain's insight:

 

Aujourd’hui, l’endroit est devenu « un lieu branché et arty » (Art actuel), « le dernier salon de gauche où l’on cause » (Les Influences), etc., 2000 m⊃2; à « l’ambiance berlinoise » (Elle) fragmentés en un loft, un club, un forum, un café-terrasse, dans une architecture de grands volumes et d’art brut, et qui ne laisse de séduire... autant le supplément « Sortir » de Télérama que les guides touristiques anglo-saxons ; autant d’avant-gardistes stylistes qui y organisent leurs défilés qu’Arnaud Montebourg qui y tint convention en octobre dernier pour y faire de la retape pour sa VIe République : comme si la Bellevilloise était devenue la dernière frontière. Un tel unanimisme cependant finit par interroger, et demande que l’on aille voir ce qu’il y a derrière la façade (décrite plus haut, mais en trompe-l’œil ?). Façade verbale d’abord. À la tête du lieu en effet, un « trio d’agitateurs issu du spectacle vivant, de la production et des médias » (ainsi qu’ils se présentent) qui manie assez bien la novlangue survitaminée de « My little Paris » : « workshop », « nouvelle cuisine bistro », « installations » - et bien sûr l’ineffable « jazz brunch » (deux sessions le dimanche : midi, puis 15h).

more...
No comment yet.