C'est une avant-première du labo français de cryptologie et de virologie de l’ESIEA : il est possible de prendre le contrôle du réseau TOR pourtant censé garantir des communications chiffrées et anonymisées.