Lazare
Follow
Find
76 views | +0 today
Scooped by Pat Lec
onto Lazare
Scoop.it!

RDC : le M23 montre ses muscles ?

RDC : le M23 montre ses muscles ? | Lazare | Scoop.it
Des affrontements, survenus lundi près de Goma, entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) ont fait 19 morts et 27...
Pat Lec's insight:

Des affrontements, survenus lundi près de Goma, entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) ont fait 19 morts et 27 blessés. Selon les médias congolais, le M23 cherche à impressionner la brigade d’intervention de l’ONU, en cours de composition.



Dix-neuf morts et vingt-sept blessés. C’est le bilan des heurts qui ont opposé lundi près de Goma, la capitale du Nord-Kivu (à l’est de la RDC), les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23).

« Le bilan des combats de ce lundi 20 mai fait état de 15 éléments tués et 21 blessés (...) parmi les pseudo-mutins du M23 tandis que les forces gouvernementales ont enregistré 4 morts et 6 blessés », a annoncé ce mardi le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, lors d’une conférence de presse, rapporte les médias locaux.

Selon la presse congolaise, les affrontements se sont poursuivis aujourd’hui entre les mutins du M23 et les FARDC. Six rebelles ont été capturés par l’armée congolaise et deux autres par la population, avant d’être transmis à la police.

A entendre Mediacongo.net, si le M23 a lancé un assaut sur Goma c’est pour intimider la brigade d’intervention de l’ONU, en cours de composition, qui doit se déployer au Nord-Kivu. « Tout cela a lieu pendant que la Monusco est en train de réussir la mise en place de la Brigade d’intervention. Celle-ci est pourtant très avancée ayant déjà sur place les contingents tanzaniens et sud-africains et ne sont attendus que les Malawites. Apparemment, le M23 est déterminé à faire barrage à cette force, comme il l’avait annoncé plusieurs fois. C’est la raison d’être de son rapprochement de Goma qui est un message de guerre à l’endroit de la Brigade », écrit le journal en ligne.

Les mutins du M23, ex-rebelles du Congrès national de défense du peuple (CNDP), affrontent depuis le mois de mai 2012 les FARDC au Nord-Kivu. Un conflit meurtrier, dont le bilan reste encore à définir, qui a provoqué le déplacement d’au moins 500.000 congolais. Un accord prévu du mardi 16 avril, qui devait être signé à Kampala, en Ouganda, entre les autorités congolaises et l’état-major de la rébellion a capoté. Et pour cause, les divergences persistent entre les deux parties. Le gouvernement propose une dissolution immédiate du M23. Qui voudrait au contraire conforter sa présence pendant cinq années, qui seraient consacrées à la lutte contre les autres groupes armés.

Le M23 a ainsi montré ses muscles mais il accuse le coup au vu du nombre de ses combattants tués. Ce nouveau combat meurtrier entre l’armée congolaise et la rébellion tombe au plus mal. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, arrive, en effet, mercredi dans la région des Grands Lacs, pour une tournée qui l’emmènera notamment à Goma et Kigali.


more...
No comment yet.
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

François Hollande commet un lapsus entre "Chinois" et "Japonais" .... PATHETIQUE

François Hollande commet un lapsus entre "Chinois" et "Japonais" .... PATHETIQUE | Lazare | Scoop.it
Quelques petits impairs de protocole ont émaillé le voyage du président au Japon.
Pat Lec's insight:

Petite erreur géographique dans un discours de François Hollande, dans le cadre de sa visite diplomatique au Japon. Alors qu'il présentait ses condoléances aux dix otages japonais abattus dans la prise d'otages d'In Amenas, en Algérie, il a parlé de "chinois" en lieu et place de "japonais". L'Elysée place cette scorie sur le compte de la fatigue. A noter que la salle ne s'en est pas émue, et pour cause : la traductrice avait immédiatement corrigé.

A noter que le protocole a aussi connu un impair du côté japonais, puisque la ministre déléguée aux PME, à l'Innovation et à l'Économie numérique Fleur Pellerin a été présentée comme étant la femme de Guillaume Garot, le ministre délégué chargé de l'Agroalimentaire...

Vu sur France TV Info


En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/pepitesvideo/francois-hollande-commet-lapsus-entre-chinois-et-japonais-749455.html#lLv6BIwtjdCujpBh.99

more...
Pat Lec's curator insight, July 29, 2013 3:21 AM

Petite erreur géographique dans un discours de François Hollande, dans le cadre de sa visite diplomatique au Japon. Alors qu'il présentait ses condoléances aux dix otages japonais abattus dans la prise d'otages d'In Amenas, en Algérie, il a parlé de "chinois" en lieu et place de "japonais". L'Elysée place cette scorie sur le compte de la fatigue. A noter que la salle ne s'en est pas émue, et pour cause : la traductrice avait immédiatement corrigé.

A noter que le protocole a aussi connu un impair du côté japonais, puisque la ministre déléguée aux PME, à l'Innovation et à l'Économie numérique Fleur Pellerin a été présentée comme étant la femme de Guillaume Garot, le ministre délégué chargé de l'Agroalimentaire...

Vu sur France TV Info


En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/pepitesvideo/francois-hollande-commet-lapsus-entre-chinois-et-japonais-749455.html#lLv6BIwtjdCujpBh.99

Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Pour Luc Chatel, baisser le plafond du quotient familial est une "triple faute"

Pour Luc Chatel, baisser le plafond du quotient familial est une "triple faute" | Lazare | Scoop.it
Le vice-président délégué de l’UMP a expliqué que la décision du gouvernement était une faute, démographique, de raisonnement économique et politique.
Pat Lec's insight:

Luc Chatel donne son avis sur la baisse du plafond du quotient familial. Il assure ainsi qu’il s’agit d’une "triple faute" précisant sur Europe 1 que c'est "d'abord c'est une faute démographique, parce que la natalité est une force de notre pays. Ensuite c'est une faute de raisonnement économique. Parce que les prestations familiales ce n'est pas une solidarité verticale des plus riches vers les plus pauvre, c'est une solidarité horizontale: en gros ce sont les familles sans enfants qui financent les familles d'un même niveau de vie avec enfants". Le vice-président délégué de l’UMP terminer enfin par dire que "la troisième faute est politique: François Hollande avait dit le 16 mai dernier qu'il veillerait à ne pas augmenter les impôts des ménages en 2014. Il a tenu 18 jours".

Le député de Haute-Marne, propose par ailleurs de fiscaliser les allocations familiales qu’il considère comme un "moyen de faire des économies tout en maintenant leur universalité".

Pour rappel, le plafond du quotient familial ainsi que l’augmentation des impôts de 12% des ménages avec enfants ont été décidé mardi par le gouvernement qui estime que cela devrait entraîner un milliard d’euros d’économies dès 2014.

Quant aux retraites, Luc Chatel a indiqué qu’"il faut relever le nombre d’années nécessaires pour prendre sa retraite et donc revoir l’organisation de notre système de retraite et aller vers une convergence des différents régimes. Il faudra évidemment aligner le public et le privé" précisant que cela "ne se fera pas du jour au lendemain". Il assure également "on a gagné quinze ans d’espérance de vie en quarante ans. Il n’y a pas de secret, pour financer ces quinze années de vie en plus, il faut du travail en plus. Il faut donc assumer le fait qu’il faut allonger la durée du travail".


En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/pepites/pour-luc-chatel-baisser-plafond-quotient-familial-est-triple-faute-751304.html#xZRRaYfPh3vJ3d29.99

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Quand les garçons portaient du rose et les filles du bleu…

Quand les garçons portaient du rose et les filles du bleu… | Lazare | Scoop.it
L’historienne américaine Jo B. Paoletti rappelle dans un livre à paraître que petites filles et petits garçons portaient les mêmes vêtements il y a quelques dizaines d’années.
Pat Lec's insight:

Bleu pour les garçons, rose pour les filles. Si les féministes dénoncent régulièrement ce code de couleurs, il est pourtant généralement appliqué par les parents. Mais cela n’a pas toujours été le cas. C’est en tout cas ce que compte montrer Jo B. Paoletti, une historienne de l’Université du Maryland aux Etats-Unis, dans son livre à paraître cette année sur les vêtements des enfants "Pink and Blue : Telling the Girls from the Boys in America" ("Rose et Bleu : Différencier les filles des garçons aux Etats-Unis").

Dans un entretien donné au Smithsonian Magazine, la chercheuse explique que les vêtements des enfants n’ont commencé à changer et devenir spécifique à un sexe qu’à partir des années 1940. Les vêtements unisexes étaient autrefois la norme : les garçons portaient en effet les mêmes robes blanches que les petites filles jusqu’à l’âge de 6 ans.

Paoletti explique ainsi que "ce qui était autrefois une question pratique – habiller son bébé d’une robe blanche et de couches ; le coton blanc peut être blanchi – est devenu un problème de ‘Oh mon dieu, si mon bébé porte la mauvaise couleur, il grandira perverti".

Alors que les couleurs comme le rose et le bleu ont été introduites dans la garde-robe des bébés au milieu du 19è siècle, il a fallu attendre la Première Guerre mondiale pour qu’elles acquièrent une spécificité à un sexe.

Des changements qui auraient très bien pu arriver de façon complètement différente selon la chercheuse qui assure que le bleu aurait très bien pu être identifié aux filles et le rose aux garçons. Un article publié en 1918 dans Eamshaw’s Infants’ Department assure d’ailleurs que le rose est plus une couleur de garçon puisqu’elle est plus ‘forte’ que le bleu, bien plus délicat.

Le bleu et le rose sont donc respectivement devenus la norme pour les garçons et les filles en 1940 avec l’explosion des détaillants et fabricants.

Certaines générations se sont toutefois rebellées contre ces normes. C’est notamment le cas lors du mouvement de libération des femmes dans les années 1960. Les vêtements unisexes refont en effet surface. La raison : "Les féministes pensaient que l’un des moyens de plonger les femmes dans leurs rôles de femmes au foyer passait par les vêtements. En habillant les filles comme des garçons et non plus comme de fragiles petites choses, on leur donnait la chance de se sentir plus libres, d’être actives" explique Paoletti.

Mais tout cela change lors de l’apparition des échographies qui permettent de connaître le sexe du bébé… et le rose redevient la couleur des petites filles, et le bleu, celle des petits garçons. Le féminisme a par ailleurs évolué : désormais, la gent féminine estime que les femmes peuvent très bien devenir chirurgien, une profession souvent perçue comme très masculine, en restant justement très féminine.

Lu sur The Daily Mail


En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/atlantico-light/quand-garcons-portaient-rose-et-filles-bleu%E2%80%A6-750590.html#TBAUijiap5gqymQo.99

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Iran : quand la volonté d'indépendance d'un Etat le conduit à l’ostracisme

Iran : quand la volonté d'indépendance d'un Etat le conduit à l’ostracisme | Lazare | Scoop.it
Ardavan Amir-Aslani aborde toutes les questions cruciales en suspens (dossier nucléaire, relation Iran-Israël, visées chinoises, etc.) et révèle la source historique d'un profond malentendu entre l'Iran et les Etats-Unis.
Pat Lec's insight:

Jusqu’à présent, la question nucléaire est le verrou qui ferme la porte à toute discussion directe entre Washington et Téhéran.

C’est à la fin des années 1960, soit dix ans avant la Révolution islamique, que le shah manifesta son ambition de faire de l’Iran une puissance nucléaire. Soutenu par les États-Unis, il s’engagea sur un premier projet qui aboutit à la construction d’une centrale à l’université de Téhéran. Ensuite, il passa un contrat avec Siemens pour la centrale de Bouchir, un port du golfe Persique, avant de signer, en 1975, un protocole d’accord avec la société francoallemande Eurodif. Ce protocole, d’un montant d’un milliard de dollars, concernait la fabrication de l’uranium enrichi. Il donnait, explicitement, à l’Iran le droit de récupérer l’uranium enrichi nécessaire à la fabrication de l’arme atomique.

Le chantier de la centrale, implantée près de Bouchir, traînera plusieurs années. Les premiers tests, avant la mise en route, auront lieu en septembre 2009 et la centrale ne sera opérationnelle qu’au printemps 2011. La phase d’achèvement des travaux a été conduite par des entreprises russes.

Dans la continuité du régime impérial, la République islamique a poursuivi le programme nucléaire. Malgré les avertissements de la communauté internationale et la présence d’inspecteurs de l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique), le gouvernement a révélé l’existence d’une usine souterraine d’enrichissement de l’uranium située à Qom-Fordow, en plus de l’usine de Natanz. Il ne reculera plus et a su transformer la question nucléaire en cause nationale, garante de l’indépendance du pays.

On ne peut pas séparer le programme nucléaire iranien de sa volonté farouche d’indépendance. Je vais même plus loin : à l’origine de l’ostracisation de l’Iran par les États-Unis, il y a cette volonté d’indépendance sur laquelle est venu se greffer le défi nucléaire.

Les gouvernements occidentaux, sans le dire explicitement, n’ont toujours pas accepté que les autorités séculières ou religieuses de l’Iran revendiquent haut et fort leur indépendance, laquelle est pourtant l’apanage naturel de tout pays souverain.

Jusqu’aux révolutions arabes de janvier 2011, pratiquement tous les États de la région – de l’Égypte à la Tunisie, de l’Arabie saoudite au Bahreïn – étaient sous la tutelle, voire la mainmise de puissances étrangères au premier rang desquelles figuraient les États-Unis. En revanche, l’Iran, depuis la chute du shah en 1979, affiche son indépendance avec une vigueur qui ne s’est jamais relâchée en dépit du boycott politique et économique dont il est victime.

Ce que Washington, Londres, Paris ou Berlin ne pardonnent pas au pouvoir iranien, c’est, avant tout autre chose, cette intransigeante volonté d’indépendance. Les condamnations contre le régime islamique, contre les atteintes aux droits de l’homme ou contre le programme nucléaire ne sont, principalement, que des arguments tactiques dont le seul objectif est de défier cette indépendance.

Or, l’Iran veut, quoi qu’il lui en coûte, être un État souverain, pleinement indépendant : c’est la véritable clé de l’ostracisme qui le frappe.

 Extrait de "Iran - Etat-Unis, les amis de demain ou l'après Ahmadinejad" (Éditions Pierre-Guillaume de Roux), 2013.


En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/decryptage/iran-quand-volonte-independance-etat-conduit-ostracisme-ardavan-amir-aslani-748666.html#hTPg2Wp48x2t18zb.99

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Faut-il craindre les conséquences de la tentative d’harmonisation européenne en matière de GPA ?

Faut-il craindre les conséquences de la tentative d’harmonisation européenne en matière de GPA ? | Lazare | Scoop.it
Considérant que la gestation pour autrui est une pratique "en plein essor", le Parlement européen vient de commander un rapport à une quinzaine d'experts français et étrangers, afin de faire le point sur les différentes politiques.
Pat Lec's insight:
Atlantico : Considérant que la gestation pour autrui (GPA) est une pratique « en plein essor », le Parlement européen vient de commander un rapport à une quinzaine d'experts français et étrangers, afin de faire le point sur les différentes politiques. En France, la GPA demeure interdite malgré la circulaire Taubira invitant les tribunaux de ne plus refuser la délivrance de certificats de nationalité française aux enfants nés de mères porteuses à l’étranger. Qu’en est-il dans les autres pays européens ?

Nicolas Hervieu : A ce sujet, il existe une grande diversité des législations en Europe. C’est d’ailleurs ce que souligne le rapport qui sera présenté aux députés européens le 8 juillet. Certains Etats interdisent cette pratique, tels que la Suisse, l’Autriche, l’Allemagne, Espagne, Italie. D’autres l’ont autorisé (Royaume-Uni) ou le tolèrent dans une certaine mesure (Pays-Bas, Irlande ou Belgique). Cette diversité est renforcée par le caractère très nuancé des solutions retenues par certains pays. Ainsi, et par exemple, l’Espagne a certes interdit la pratique de gestation pour autrui. Mais sous certaines conditions, l’enregistrement de la filiation des enfants nés d’une GPA a finalement été autorisé, afin de les protéger.

La France, quant à elle, n’a pas encore suivi cette voie nuancée. Le droit français prohibe toujours la gestation pour autrui. Et dans une série d’arrêts d’avril 2011, la Cour de cassation a refusé la transcription en France de l’acte de naissance d’un enfant né via une convention de mère porteuse à l’étranger (en l’occurrence, en Californie). Car pour les juges, cette transcription heurterait les principes essentiels du droit français. La circulaire Taubira du 25 janvier 2013 n’a pas renversé cette solution et n’a fait que rappeler un point du Code civil : « est français l'enfant dont l'un des parents au moins est français ». Mais certaines de ces affaires tranchées en 2011 ont été portées devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), juridiction qui relève du Conseil de l’Europe composé de 47 États membres (dont les 27 de l’Union européenne). Les requérants ont notamment invoqué contre la France une violation du droit au respect de leur vie familiale (Article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme).

Ces affaires sont encore en cours d’examen et ne seront pas tranchées avant plusieurs mois. Et il est difficile d’esquisser un pronostic, car la Cour européenne des droits de l’homme est souvent prudente dans ce genre d’affaire sensible. Tout le débat se concentrera certainement sur la question de savoir si le refus de reconnaître juridiquement la filiation a des incidences concrètes et négatives sur la vie familiale du couple et de leur enfant.


Le Parlement européen a pour le moment refusé de se prononcer sur les suites qui seront données à ce rapport. Mais nombreux sont ceux qui estiment que l’objectif à terme viserait l’harmonisation des règles dans les différents pays. Quels sont les outils juridiques à disposition de l’Europe pour une harmonisation ?

Avant toute chose, il faut bien préciser la portée et la valeur exactes de ce rapport. Car il a donné lieu à beaucoup de réactions exagérées. Bien sûr, ce document est important car il marque le souhait du Parlement européen de s’intéresser à la question de la gestation pour autrui. Mais il est surtout un rapport établi par des chercheurs, dans le but de fournir des informations aux députés européens sur l’état des législations nationales en matière de GPA.

A ce stade, il ne s’agit donc aucunement de légiférer, comme cela pu être dit ou écrit ça et là. Tout au plus les chercheurs ont-ils formulés des pistes de réflexion et des recommandations pour faire face aux difficultés éprouvées par les Etats face à la GPA.

Il faut aussi rappeler que l’Union européenne dispose d’une compétence limitée en droit de la famille. Cette matière relève essentiellement de la compétence de chaque Etat partie. Le droit européen ne peut donc pas intervenir subitement pour harmoniser, et encore moins uniformiser, les législations nationales en ce domaine. Il est toutefois possible que l’Union invoque, par exemple, la libre circulation dans l’espace européen pour agir et réduire les entraves à la circulation des familles. Et il est vrai que les législations sur la GPA peuvent éventuellement constituer une limite à cette libre circulation. 

Peut-on néanmoins imaginer que ce rapport débouche finalement sur un texte juridique qui engendrerait une grande évolution ?

C’est très peu probable. Le Parlement européen n’est pas seul à décider. Pour adopter un texte en droit de l’Union européenne – tel qu’un règlement (comparable à une loi) ou une directive (qui fixe “seulement“ aux Etats un objectif à atteindre) –, l’accord d’autres institutions est indispensable. En particulier, les textes européens sont adoptés, pour l’essentiel, selon un processus de codécision entre le Parlement et le Conseil de l’Union européenne, composé des représentants des gouvernements des 27 Etats membres.

Du fait des modalités de vote au sein de cette dernière institution, toute décision en matière familiale exigerait une forte majorité voire un certain consensus entre les Etats. Or, ainsi que nous l’avons souligné tout à l’heure, il existe en Europe une grande diversité des positions nationales sur la gestation pour autrui. Dès lors, à supposer même que les Etats arrivent à s’accorder sur un texte, il y a fort peu de chance pour qu’il soit très contraignant ou, comme le craignent certains, qu’il force les Etats à autoriser la GPA.

L’enjeu principal actuel ne concerne d’ailleurs pas l’autorisation ou l’interdiction de la GPA. Mais la reconnaissance des situations familiale irrémédiablement créée – notamment à l’étranger et hors de l’Union européenne – via une mère porteuse. C’est sur cette question que le rapport remis au Parlement européen s’arrête surtout. Bien sûr, d’aucuns affirmeront – et sans doute à raison – que le simple fait de reconnaître juridiquement une situation factuelle préexistante revient à l’encourager, et donc à la légaliser implicitement. Mais c’est l’éternel dilemme : faut-il encadrer une cellule familiale issue de la GPA, notamment pour protéger au mieux les enfants ? Ou faut-il ignorer ces familles, dans l’espoir de décourager la pratique ?

Quoiqu’il en soit, l’une des pistes les plus intéressantes du rapport consiste à rédiger une convention internationale pour tenter d’encadrer la pratique de la GPA (et donc éviter les dérives) au-delà même des frontières de l’Union européenne. Et ce, sur le modèle d’autres textes comme la convention internationale de La Haye de 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d'adoption internationale.


En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/decryptage/faut-craindre-consequences-tentative-harmonisation-europeenne-en-matiere-gpa-nicolas-hervieu-750521.html#s2EmWDxhQ0l5Sboe.99

 

Mais disons-le clairement : ni la Cour européenne des droits de l’homme, ni l’Union européenne n’ont vocation demain à obliger brutalement les Etats (dont la France) à autoriser la gestation pour autrui. Du moins tant que la diversité des législations reste importante. Affirmer le contraire relève du pur fantasme.



Nombreux sont les opposants au mariage pour tous, des juristes notamment, qui ont estimé que si le mariage et l'adoption sont ouverts aux couples de même sexe, alors la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) obligera forcément la France à légaliser la procréation médicalement assistée (PMA) et la gestation pour autrui (GPA), au nom du principe de non-discrimination entre les couples. Partagez-vous ce raisonnement ?

Non. S’agissant d’abord de la GPA, cela n’a pas de sens. En effet, l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe ne peut avoir de conséquence sous l’angle de la discrimination puisqu’en France cette technique est interdite à tous les couples : mariés ou non, hétérosexuels ou homosexuels.

Pour ce qui est ensuite de la PMA, en l’état actuel, il est impossible de déduire de la jurisprudence européenne que l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe (et du droit à l’adoption qui s’ensuit) permet aux couples homosexuels de revendiquer en France l’accès à la PMA. Là encore, la loi Taubira qui étend le droit au mariage à tous les couples n’a pas d’incidence directe sur la PMA, puisque l’accès à cette technique de procréation n’est pas conditionné par le statut marital du couple. Pour le dire simplement, modifier la législation sur le mariage ne rend pas discriminatoire la loi française sur la PMA. Les deux questions sont tout simplement déconnectées.

La vraie question est ailleurs : à terme, et indépendamment du « mariage pour tous », les couples homosexuels pourront-ils invoquer le droit européen pour contester le fait que le droit français réserve la PMA aux couples formés de « l'homme et la femme » ? Aujourd’hui, la réponse est négative. Car dans un arrêt de 2011, la Cour européenne des droits de l’homme a laissé une très grande liberté aux États pour fixer les conditions d’accès à la PMA. Mais cette jurisprudence n’est pas figée pour l’éternité. Les législations nationales elles-mêmes risquent d’évoluer au fil du temps. Si jamais un certain consensus finit par émerger en Europe pour accorder aux couples de même sexe l’accès à la PMA, il n’est pas exclu qu’à ce moment, la Cour européenne des droits de l’homme fasse aussi évoluer sa jurisprudence en ce sens.

  
more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Mort de Clément Méric : le juge d’instruction écarte la qualification d’homicide volontaire

Mort de Clément Méric : le juge d’instruction écarte la qualification d’homicide volontaire | Lazare | Scoop.it
Contrairement à l’avis du parquet, le juge d'instruction qui a mis en examen Esteban Morillo a estimé qu'il n'avait pas eu l'intention de tuer Clément Méric mercredi lors de la rixe mortelle.
Pat Lec's insight:

Le juge d’instruction et le parquet ne sont pas du même avis. Alors que le parquet a ouvert samedi une information judiciaire pour "homicide volontaire" contre Esteban Morillo, auteur présumé des coups mortels portés au jeune Clément Méric, le juge d’instruction a mis le skinhead en examen pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Le jeune homme âgé de 20 ans soupçonné d’avoir tué le jeune militant d’extrême gauche a donc été placé en détention provisoire samedi.

Trois autres hommes âgés de 19, 23 et 25 ans ont également été mis en examen mais pour violences volontaires en réunion. Une femme âgée de 32 ans a quant à elle été mis en examen pour complicité de violences en réunion. Katia a en effet appelé des amis en renforts, dont son compagnon Esteban, après que le groupe de la victime ait selon certains témoins  "objectifs", dont un vigile de magasin, prévenu les skinheads qu’ils seraient attendus à la sortie de la vente privée Fred Perry dans le quartier Saint-Lazare à Paris. La bagarre éclate alors lorsque les skinheads sortent dans la rue. Le procureur de Paris assure ne pas avoir d’éléments pour déterminer lequel des deux camps a porté les premiers coups. Point crucial de l’enquête puisque les jeunes d’extrême droite assure avoir agi en légitime défense.

Le procureur de Paris a par ailleurs indiqué lors d’une conférence de presse samedi qu’il existait plusieurs éléments concordants pour suspecter Esteban Morillo d’avoir voulu donner la mort à Clément Méric. Parmi ces éléments : le témoignage de témoins assurant l’utilisation d’un poing américain lors de la bagarre par le skinhead et la perquisition chez le jeune homme de deux poings américains. S’il reconnaît avoir porté deux coups à Clément Méric, l’accusé nie avoir utilisé un poing américain. L’autopsie n’a d’ailleurs pas pu confirmer que Clément Méric était décédé suite à des coups portés avec un poing américain et révèle seulement que la mort du jeune homme est due "aux traumatismes crâniens faciaux qui ont été occasionnés par les coups de poings".

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblés samedi à Paris, Toulouse, Limoges mais également Nantes pour rendre hommage à la victime. En marge de la manifestation à Nantes, trois policiers ont été légèrement blessés tandis que deux hommes ont été interpellés.


En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/pepites/mort-clement-meric-juge-instruction-ecarte-qualification-homicide-volontaire-751161.html#Ug4zhkxfpg9iLtCk.99

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Convertis au libéralisme ? Et si la crise était en train de changer la vision que les Français ont de l’Etat...

Convertis au libéralisme ? Et si la crise était en train de changer la vision que les Français ont de l’Etat... | Lazare | Scoop.it
Selon un sondage BVA réalisé pour le Forum "changer d'ère", qui s'est tenu à la Cité des sciences à Paris ce mercredi, les Français seraient en demande de réformes.
Pat Lec's insight:

Mathieu Laine : Ce sondage tord le cou aux idées reçues et à tous ces politiques qui adhèrent totalement au discours réformiste dès qu'ils discutent en off, mais ajoutent aussitôt que les Français n'en veulent pas pour justifier leur manque d'action dans ce sens. Il met aussi des chiffres sur une réalité silencieuse que nous sommes nombreux à avoir perçue et invoquée depuis longtemps. Et comme les politiques ne réagissent quasiment qu'aux sondages, il nous offre enfin l'occasion d'espérer l'avènement d'un discours alternatif.

Nos dirigeants ne sont pas des surhommes. Comme l'ont démontré les universitaires de l'école de Chicago, Buchanan et Tullock en tête, ils poursuivent, comme tout un chacun, leur intérêt personnel. Ils sont donc en quête de clientèles électorales et prêts à faire évoluer leurs discours et leurs actes pour épouser l'air du temps. Tout ce qui permettra de mesurer la montée en puissance des désirs réformistes de la société civile ira dans le bon sens et incitera les politiques à porter et incarner un authentique changement de cap. Les vertus de la solidarité privée et l'échec de l'Etat providence sont désormais pleinement intégrés par des Français désireux de retrouver une véritable société de confiance. Plus que jamais, la révolution, c'est nous.

William Genieys : Les résultats de ce sondage sont certainement le plus bel hommage posthume qui pouvait être rendu au grand sociologue français théoricien de l’Etat modeste, Michel Crozier. Toutefois prendre au sérieux les résultats de ce sondage et en conclure que les Français sont convertis à la valeur de l’individu-citoyen, de l’entreprise et de la famille est aussi stupide que de croire que ces mêmes Français s’étaient convertis sous Vichy aux vertus du célèbre triptyque : "Travail, famille, patrie".

Au mieux, on doit comprendre ce sondage comme une déception des Français face à une de leur passion préféré, leur Etat. Ce n’est pas l’Etat en tant que tel qui est rejeté, car depuis le jeune Louis XIV qui prétendrait "l’être", la révolution de 89 et ses jacobins, les bonapartes et enfin les élites républicaines, il n’a cessé d’être considéré sur le mode de l’attraction et de la répulsion. Il est toujours sorti plus présent voire renforcé. Ne sommes-nous pas un des rares pays à avoir un Chef de l’Etat qui a plus de pouvoir que le chef de gouvernement tout en étant une démocratie ? L’Etat est le miroir réfléchissant notre identité nationale et malgré tous ce que l’on peut dire ou penser c’est certainement la dernière chose avec laquelle les Français souhaitent rompre. Par contre, il est clair que l’action de l’Etat, le volume des personnels de l’Etat font aujourd’hui l’objet d’une critique plus forte que par le passé.

Alexandre Melnik : En ce début du nouveau millénaire, l’Humanité toute entière, dans son indissociable ensemble, vit un véritable changement DE monde qui explose les notions de temps, d’espace et de relations humaines (à ne pas confondre avec un changement DU monde qui se produit assez régulièrement au cours de l’Histoire). L’ampleur de cette métamorphose civilisationnelle n’est comparable, sans doute, qu’avec la Renaissance de la fin du XV siècle, préfigurée par l’invention de l’imprimerie.

C’est dans ce contexte transversal, global qu’il faut inscrire les résultats du sondage BVA réalisé pour le Forum "Changer d’ère"  – une magnifique et audacieuse initiative qui je soutiens entièrement, car elle ouvre l’avenir et trace les premiers traits, émergents, encore flous, du portrait - robot d’une France de demain. Une France qui rejette le statu quo que lui imposent d’en haut les fonctionnaires qui se prennent pour des politiques – éclaireurs du futur, alors que, cloîtrés dans leur vase clos, ils ne comprennent plus le monde dans lequel ils vivent, après avoir perdu leur boussole, celle du socialisme idéologique sorti des tréfonds du "Capital" de Karl Marx.

Ce sondage révèle le bouillonnement (hélas, trop souvent latent, pour le moment) d’une France volontariste, portée par une forte motivation individuelle des Français qui la composent. Une France dynamique, généreuse et génératrice d’idées, "hungry for success", farouchement désireuse de sortir de la posture d’un "loser" de la globalisation du XXI siècle – dans laquelle l’enfonce son establishment actuel, en retard d’une époque. Une France jeune (bien naturellement, ma vision de la jeunesse n’est pas fonction de l’âge, mais de l’état d’esprit), celle qui a compris que le monde nouveau peut rendre possible, voire banal ce qui était inimaginable, inconcevable il y encore quelques années.

Pour sortir de la crise, les Français appellent de leurs vœux en priorité une grande réforme de l’État, avec une réduction drastique de la dépense publique (59 %), et une valorisation de l'innovation et de l'esprit d'entreprise (46 %). La crise est-elle en train de modifier le regard des Français sur l’Etat ? Comment et dans quel sens ? 

Mathieu Laine : Les Français en appelaient déjà à la rupture avant la crise. C'est ainsi que l'on comprend les 53% d'un Nicolas Sarkozy portant, en 2007, un discours alliant sécurité et récompense du travail, du mérite et de l'effort. Si de mauvaises idées, d'inspiration keynésienne, ont émergé d'une lecture tronquée de la crise (plans de relance et creusement magistral de la dette), le désir de rupture est à nouveau très fort chez une majorité de Français.

Ils ont compris les effets pervers et désincitatifs de la double peine fiscale de Nicolas Sarkozy puis de François Hollande, de leur incapacité à tous deux à couper audacieusement dans les dépenses publiques comme dans le magma réglementaire, et des dégâts causés aux entrepreneurs comme aux auto-entrepreneurs (des pigeons aux poussins).  Nombreux sont ceux, souvent orphelins politiques, qui aspirent à une autre politique, que personne, pour l'heure, ne leur propose. La nouvelle génération politique a un boulevard devant elle. Ce sondage assez contre-intuitif, mais allant clairement dans le bon sens, ne sera sans doute pas sans effet.

William Genieys : Certes, le fait que les Français perçoivent que l’Etat a un coût relativement élevée en période de crise est plutôt rassurant. D'autant que l'on a toujours eu tendance collectivement en France à oublier qu’il est financé par l’impôt et que nous n'avons aucune idée de ce qui est financé concrètement avec celui-ci contrairement à d’autres pays. Par exemple aux Etats-Unis, où certes l’impôt est historiquement moins bien "consenti" qu’en France, les contribuables reçoivent en même temps que leur feuille d’impôts le détail de ce à quoi il est utilisé, ce qui permet quasiment en tant annuel de se rendre compte vers quelles politiques publiques il est affecté.

Actuellement, étant donné que la pression fiscale augmente fortement, les Français ont une prise de conscience plus forte du coût de l’action publique étatique. Mais il ne faut pas oublier que c’est le même Etat, donc couteux, qui a permis à la France et aux Français de vivre moins mal collectivement la crise de 2008. Il ne faut pas oublier également que l’argent public collecté par l’impôt est réinjecté dans la société de façon directe en matière pouvoir d’achat, mais également à travers de multiples dispositifs qui affectent tous les secteurs et les niveaux du tissu économique.

Alexandre Melnik : A la lumière de ce sondage, on comprend mieux que la France est un pays intrinsèquement créatif, innovant, mais trop souvent bridé par une gouvernance politique qui a tendance à se rigidifier, à fonctionner dans le vide, en perdant ainsi sa raison d’être, à savoir – être au service de ses citoyens. Servir, au lieu de se servir. D’où le désenchantement, toujours croissant, confirmé par quasiment tous les derniers sondages, des Français par rapport à leur Etat qui est, à cause de ses lourdeurs, est de plus en plus souvent considéré par l’opinion publique comme un problème, presque un fardeau à supporter, au lieu d’être une part de la solution.

Dans ces conditions, le meilleur – je dirais même le seul – vecteur du changement devient un individu lui-même, en osmose avec sa société, en d’autres termes, un citoyen qui se prend en charge, en réalisant qu’il ne peut compter, en dernier ressort, que sur lui-même. Ce phénomène d’individualisation, d’atomisation de la société française est irréversible. Il a vocation à s’accélérer dans le monde global en devenir, aplati par les réseaux sociaux, qui balisent le basculement de "nous" (un projet collectif) vers "moi" ("race to the top" individuelle, celle-ci n’étant pas forcément une démarche égoïste, ni un jeu à somme nulle, car elle peut tirer vers le haut l’ensemble de la société et devenir par conséquent bénéfique pour l’Autre ; les exemples de la plupart des récentes innovations, issues au départ d’une initiative privée mais qui changent in fine la face du monde, vont dans ce sens-là). 

Ce n’est donc pas une crise, mais un véritable changement de monde, qui oblige les Français à modifier en profondeur leur perception de l’Etat, tel qu’il existe actuellement – inopérant, aboulique, gangrené par l’obésité bureaucratique. Un Etat qui n’est plus un allié des Français, mais une entrave pour leur évolution.


En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/decryptage/convertis-au-liberalisme-et-crise-etait-en-train-changer-vision-que-francais-ont-etat-mathieu-laine-alexandre-melnik-william-gen-747480.html#0IVwVQad7moCFxUV.99

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Nelly Quemard (NellyQuemard) on Twitter

Nelly Quemard (NellyQuemard) on Twitter | Lazare | Scoop.it
The latest from Nelly Quemard (@NellyQuemard). Semper Fidelis 'Plutôt mourir que trahir'
Montjoie Saint Denis. Royaume de France
more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Togo : le journaliste Bonéro Lawson libéré - Afrik.com

Togo : le journaliste Bonéro Lawson libéré - Afrik.com | Lazare | Scoop.it
Après avoir été interpellé vendredi matin 10 mai à son domicile et incarcéré à la prison de Lomé, Bonero Lawson, directeur de publication du journal La Nouvelle, a été libéré ce jeudi après-midi....
Pat Lec's insight:
Après avoir été interpellé vendredi matin 10 mai à son domicile et incarcéré à la prison de Lomé, Bonero Lawson, directeur de publication du journal La Nouvelle, a été libéré ce jeudi après-midi. Il avait été placé en détention suite à la plainte du caméraman Tony Sodji après l’agression d’un de ses assistants. 

Selon des sources d’Afrik.com, Bonéro Lawson est un homme libre ! Le directeur de publication du journal La Nouvelle avait été incarcéré mercredi dernier, dans la prison de Lomé, après avoir été interpellé vendredi 10 mai, à son domicile par les Services de recherche et d’investigation (SRI), pour "violence". Une incarcération qui fait suite à la plainte déposée par le caméraman Tony Sodji après l’agression d’un de ses assistants. Bonero Lawson a également été interrogé sur certains de ses articles, qui n’ont pas été au gout du pouvoir, notamment celui sur les femmes du président Faure Gnassingbé, Selon Togosite. Mais les plaignants ont finalement retiré leur plainte.

Rien ne justifiait donc que Bonero Lawson soit restée en détention après le retrait de la plainte déposée à son encontre, ont dénoncé les professionnels des médias togolais, qui ont soutenu le journaliste. L’Union des journalistes indépendants du Togo (UJIT) et du Conseil national des patrons de presse ont milité pour sa libération. Toutefois, Togosite soutient que ce sont les mêmes qui ont soutenu le journaliste, qui œuvraient aussi dans l’ombre pour qu’il soit placé en détention, afin de régler leurs comptes avec ce dernier, qui n’avait pas été tendre avec eux dans les colonnes de son journal.

« Une liberté d’expression de façade »

Selon le journaliste togolais Augustin Koffi Améga, ancien Secrétaire général de l’Union des Journalistes indépendants du Togo (UJIT) et actuellement conseiller au sein du bureau exécutif de SOS Journaliste en Danger, quirépondait début mai aux questions de l’agence de presse Datas, « la liberté de la presse au Togo est une façade ». Même si le pays dispose de plus de journaux, et d’une ouverture sur internet et les réseaux sociaux, qu’il y a quelques années en arrière, les intimidations et menaces à l’encontre des journalistes perdurent.

Pis, selon Augustin Koffi Améga, « le gouvernement laisse faire des brebis galeuses, entretenues par certains milieux du pouvoir, afin de dénigrer l’ensemble de la profession. Les médias sont en partie responsables - certains acteurs n’ont pas de formation qualifiée. Les insuffisances sont surtout la conséquence d’un manque de volonté politique d’aider à la promotion de l’indépendance et de l’excellence dans le secteur ».

Pas plus tard qu’en février et mars derniers, les journalistes avaient à nouveau manifesté contre une nouvelle loi restreignant la liberté d’expression. Augustin Koffi Améga, qui est aussi descendu dans la rue avec son organisation, estime pour sa part qu’il « s’agit d’une nouvelle loi, qui érige la Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication (HAAC) en organe juridictionnel. Elle lui confère des pouvoirs de sanction que l’article 26 de la Constitution de la IVe République togolaise réservait jusque-là exclusivement à la justice. »

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

RDC : le M23 montre ses muscles ?

RDC : le M23 montre ses muscles ? | Lazare | Scoop.it
Des affrontements, survenus lundi près de Goma, entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) ont fait 19 morts et 27...
Pat Lec's insight:

Des affrontements, survenus lundi près de Goma, entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) ont fait 19 morts et 27 blessés. Selon les médias congolais, le M23 cherche à impressionner la brigade d’intervention de l’ONU, en cours de composition.



Dix-neuf morts et vingt-sept blessés. C’est le bilan des heurts qui ont opposé lundi près de Goma, la capitale du Nord-Kivu (à l’est de la RDC), les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23).

« Le bilan des combats de ce lundi 20 mai fait état de 15 éléments tués et 21 blessés (...) parmi les pseudo-mutins du M23 tandis que les forces gouvernementales ont enregistré 4 morts et 6 blessés », a annoncé ce mardi le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, lors d’une conférence de presse, rapporte les médias locaux.

Selon la presse congolaise, les affrontements se sont poursuivis aujourd’hui entre les mutins du M23 et les FARDC. Six rebelles ont été capturés par l’armée congolaise et deux autres par la population, avant d’être transmis à la police.

A entendre Mediacongo.net, si le M23 a lancé un assaut sur Goma c’est pour intimider la brigade d’intervention de l’ONU, en cours de composition, qui doit se déployer au Nord-Kivu. « Tout cela a lieu pendant que la Monusco est en train de réussir la mise en place de la Brigade d’intervention. Celle-ci est pourtant très avancée ayant déjà sur place les contingents tanzaniens et sud-africains et ne sont attendus que les Malawites. Apparemment, le M23 est déterminé à faire barrage à cette force, comme il l’avait annoncé plusieurs fois. C’est la raison d’être de son rapprochement de Goma qui est un message de guerre à l’endroit de la Brigade », écrit le journal en ligne.

Les mutins du M23, ex-rebelles du Congrès national de défense du peuple (CNDP), affrontent depuis le mois de mai 2012 les FARDC au Nord-Kivu. Un conflit meurtrier, dont le bilan reste encore à définir, qui a provoqué le déplacement d’au moins 500.000 congolais. Un accord prévu du mardi 16 avril, qui devait être signé à Kampala, en Ouganda, entre les autorités congolaises et l’état-major de la rébellion a capoté. Et pour cause, les divergences persistent entre les deux parties. Le gouvernement propose une dissolution immédiate du M23. Qui voudrait au contraire conforter sa présence pendant cinq années, qui seraient consacrées à la lutte contre les autres groupes armés.

Le M23 a ainsi montré ses muscles mais il accuse le coup au vu du nombre de ses combattants tués. Ce nouveau combat meurtrier entre l’armée congolaise et la rébellion tombe au plus mal. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, arrive, en effet, mercredi dans la région des Grands Lacs, pour une tournée qui l’emmènera notamment à Goma et Kigali.


more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Mobilisons-nous ce dimanche 26 MAI !

Mobilisons-nous ce dimanche 26 MAI ! | Lazare | Scoop.it

J-5. Le 26 mai TOUS à Paris pour défendre la FAMILLE !

Pat Lec's insight:

Dimanche, nous serons des centaines de milliers à manifester, une nouvelle fois, pour dire STOP aux attaques menées par François Hollande et son gouvernement contre la famille (mariage et adoption pour les couples homosexuels, PMA, GPA, développement de la théorie du genre dans l'éducation, baisse des allocations familiales, …). Selon les premières estimations, nous devrions être encore plus nombreux que lors des précédents rassemblements.

Face à cette extraordinaire mobilisation, le gouvernement n'affiche que du mépris. La police est obligée d'obéir à des ordres indignes : laxistes avec les délinquants et les casseurs et extrêmement sévères avec les opposants au projet de loi Taubira. Et, certains élus socialistes, comme le maire de Noyon, interdisent, de façon scandaleuse, toute diffusion de tracts hostiles au projet de loi sur le mariage homo. Nous avons décidé de déposer un recours contre ce maire afin de faire respecter la liberté d'expression dans notre pays.

 

Face au mépris du gouvernement, et pour défendre la famille, le 26 mai, tous à Paris

Prenez vos places dans les bus, vos billets de train ou d'avion, usez du co-voiturage...

 Faites un donVia PAYPAL(paiement sécurisé)Appel à la mobilisation

 

Voir et Télécharger le tract

 

 

Nous avons besoin de Vous !

Si vous le pouvez, merci de nous adresser un don via paypal, même modeste, pour nous aider à financer toutes nos opérations de mobilisation, ainsi que les nombreuses impressions. Vous pouvez également nous envoyer vos dons à l'ordre de l'UNI à l'adresse suivante :

UNI - 34 rue Emile Landrin
92100 Boulogne-Billancourt. 

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Poussée d’islamophobie en Europe

Poussée d’islamophobie en Europe | Lazare | Scoop.it

L’islamophobie gagne du terrain et prend un tour inquiétant sur le vieux continent. C’est ce que constate le département d’État américain sur les libertés religieuses dans le monde.

Pat Lec's insight:

Selon le rapport annuel du département d’État américain sur les libertés religieuses dans le monde, « la rhétorique et les actes antimusulmans ont clairement augmenté, particulièrement en Europe et en Asie« . « Les restrictions gouvernementales, qui correspondent souvent à une animosité au sein de la société, ont débouché sur des actions antimusulmanes qui ont affecté la vie quotidienne de bon nombre de fidèles« , peut-on y lire. Le département d’Etat s’en prend aussi à l’Inde qui interdit aux écolières de porter le voile dans les Etats où les hindous sont majoritaires.

Comme l’an dernier, les Etats-Unis épinglent « les gouvernements imposant des restrictions au port de vêtements religieux, notamment le voile pour les femmes dans les écoles, la fonction publique et les espaces publics« , citant une nouvelle fois la Belgique pour sa législation contre la burqa.

L’influence des politiciens

Ce constat est également partagé par le Réseau européen contre le racisme (ENAR), dans son rapport couvrant la période allant de mars 2011 à mars 2012. « La discrimination envers les musulmans est largement répandue dans de nombreux pays européens« , peut-on lire dans le document, dont un chapitre entier est consacré à l’islamophobie. Elle se traduit sous différentes formes, allant de l’interdiction de construire des mosquées aux actes de violence et de vandalisme, et touche plus particulièrement les femmes.

Diverses raisons peuvent expliquer ce regain de discrimination. Parmi elles, les attentats du 11 septembre 2001, la crise économique et l’influence des politiciens. En effet, explique Michaël Privot, directeur d’ENAR, les partis politiques, aussi bien extrémistes que traditionnels, tiennent de plus en plus souvent des discours « antimusulman et anti-immigration« .

Atteintes à la liberté religieuse

Le département d’Etat américain dénonce également la « répression » contre des branches minoritaires de l’islam dans des pays musulmans à « majorité sunnite ou chiite« , citant l’Arabie saoudite, le Pakistan, l’Indonésie, Bahreïn ou encore l’Iran. Comme les années précédentes, le rapport sur les libertés religieuses dans le monde accorde aussi une large place à la Chine, où le gouvernement a « harcelé, interpellé, détenu, condamné à la prison un certain nombre de fidèles« . Enfin, Washington s’en prend à la Corée du Nord, auVietnam et à la Birmanie, notamment pour des actions visant les minorités non bouddhiques, comme les musulmans rohingyas.

« La liberté religieuse n’est pas une invention américaine. C’est une valeur universelle garantie par notre Constitution et enracinée dans tous les cœurs« , a lancé le secrétaire d’Etat John Kerry, en présentant à la presse le rapport de son ministère. « La liberté de professer et de pratiquer sa foi, de croire ou de ne pas croire ou de changer de religion, c’est un droit naturel pour tous les êtres humains et c’est ce en quoi nous croyons« , a-t-il martelé, avant d’exhorter tous les pays à « agir pour protéger cette liberté fondamentale«

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

dernier Titre de D. Venner

dernier Titre de D. Venner | Lazare | Scoop.it
Pat Lec's insight:

La manif du 26 mai et Heidegger

 

Posted: 21 May 2013 06:20 AM PDT

 

Les manifestants du 26 mai auront raison de crier leur impatience et leur colère. Une loi infâme, une fois votée, peut toujours être abrogée.

Je viens d’écouter un blogueur algérien : « De tout façon, disait-il, dans quinze ans les islamistes seront au pouvoir en France et il supprimeront cette loi ». Non pour nous faire plaisir, on s’en doute, mais parce qu’elle est contraire à la charia (loi islamique).

C’est bien le seul point commun, superficiellement, entre la tradition européenne (qui respecte la femme) et l’islam (qui ne la respecte pas). Mais l’affirmation péremptoire de cet Algérien fait froid dans le dos. Ses conséquences serraient autrement géantes et catastrophiques que la détestable loi Taubira.

Il faut bien voir qu’une France tombée au pouvoir des islamistes fait partie des probabilités. Depuis 40 ans, les politiciens et gouvernements de tous les partis (sauf le FN), ainsi que le patronat et l’Église, y ont travaillé activement, en accélérant par tous les moyens l’immigration afro-maghrébine.

Depuis longtemps, de grands écrivains ont sonné l’alarme, à commencer par Jean Raspail dans son prophétique Camp des Saints (Robert Laffont), dont la nouvelle édition connait des tirages record.

Les manifestants du 26 mai ne peuvent ignorer cette réalité. Leur combat ne peut se limiter au refus du mariage gay. Le « grand remplacement » de population de la France et de l’Europe, dénoncé par l’écrivain Renaud Camus, est un péril autrement catastrophique pour l’avenir.

Il ne suffira pas d’organiser de gentilles manifestations de rue pour l’empêcher. C’est à une véritable « réforme intellectuelle et morale », comme disait Renan, qu’il faudrait d’abord procéder. Elle devrait permettre une reconquête de la mémoire identitaire française et européenne, dont le besoin n’est pas encore nettement perçu.

Il faudra certainement des geste nouveaux, spectaculaires et symboliques pour ébranler les somnolences, secouer les consciences anesthésiées et réveiller la mémoire de nos origines. Nous entrons dans un temps où les paroles doivent être authentifiées par des actes.

Il faudrait nous souvenir aussi, comme l’a génialement formulé Heidegger (Être et Temps) que l’essence de l’homme est dans son existence et non dans un « autre monde ». C’est ici et maintenant que se joue notre destin jusqu’à la dernière seconde. Et cette seconde ultime a autant d’importance que le reste d’une vie. C’est pourquoi il faut être soi-même jusqu’au dernier instant. C’est en décidant soi-même, en voulant vraiment son destin que l’on est vainqueur du néant. Et il n’y a pas d’échappatoire à cette exigence puisque nous n’avons que cette vie dans laquelle il nous appartient d’être entièrement nous-mêmes ou de n’être rien.

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Patrick Buisson : "Aujourd’hui, il n'y a en France qu'un homme d'Etat, Nicolas Sarkozy"

Patrick Buisson : "Aujourd’hui, il n'y a en France qu'un homme d'Etat, Nicolas Sarkozy" | Lazare | Scoop.it
Le conseiller de l’ancien président explique dans un entretien donné au journal Le Monde que Nicolas Sarkozy "s’imposera comme l’unique recours".
Pat Lec's insight:

Nicolas Sarkozy, "unique recours" ? C’est en tout cas ce qu’assure Patrick Buisson dans un entretien donné au quotidien Le Monde. Le conseiller de Nicolas Sarkozy, très critiqué pour sa stratégie lors de la dernière campagne présidentielle, assure ainsi qu’"aujourd’hui, il n'y a en France qu'un homme d'Etat, c'est Nicolas Sarkozy" ajoutant que "face à la dynamique du FN, toute autre candidature que la sienne exposerait la droite au risque d'une élimination au premier tour" et qu’"il est le seul en capacité de rassembler".

L’ex-directeur de ma rédaction du journal Minute puis du magazine Valeurs actuelles assure par ailleurs qu’"il y a un continuum parfait entre la campagne de Nicolas Sarkozy engagée en février 2012 sous la bannière des valeurs et la mobilisation, un an plus tard, de centaines de milliers de Français sur des questions sociétales dont on disait qu'elles ne passionnaient personne". Le politologue estime donc que c’est "la synergie dialectique créée par le candidat Sarkozy qui a rendu à ce peuple la fierté de se battre pour autre chose que des intérêts catégoriels " et notamment pour s’opposer au mariage pour tous.

Lorsqu’on lui demande si la droite ne court pas après le Front national, Patrick Buisson explique que "c'est à cette France du travail et de la relégation, sous-consommatrice de prestations sociales, que la droite doit s’adresser en priorité. Sans se laisser intimider par ceux qui voudraient faire des légitimes aspirations des catégories populaires la propriété du seul Front national afin de les disqualifier".

Le politologue réagit également à la mort de Clément Méric et assure que s’il s’agit bien d’"un acte abominable", cela reste toutefois "isolé" assurant "qu’on ne peut pas le rattacher à un contexte de violence globale" précisant que "le climat de tension que la gauche dénonçait sous Sarkozy n’a pas disparu […] avec l’élection de François Hollande".


En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/pepites/patrick-buisson-aujourd-hui-en-france-qu-homme-etat-nicolas-sarkozy-750625.html#bUfg2zivoYXYuoUc.99

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Mars : de l'eau propice à la vie découverte par le robot Opportunity

Mars : de l'eau propice à la vie découverte par le robot Opportunity | Lazare | Scoop.it
Le robot Opportunity envoyé par la Nasa a découvert des traces d’eau propice au développement de la vie an analysant une roche baptisée Esperance 6.
Pat Lec's insight:

De la vie sur la planète rouge ? Ce serait bien possible, oui. L’Agence spatiale américaine a en effet annoncé vendredi que le robot Opportunity a découvert, dix ans après son lancement vers Mars, des traces d’eau propice au développement de la vie.

La roche, baptisée Esperance 6 et qui se présente comme la plus vieille roche jamais étudiée par le véhicule envoyé sur la planète rouge, présente des traces d’une eau propice au développement de la vie qui a coulé en abondance sur Mars. Cette eau a notamment laissé des minéraux argileux.

L’un des responsables du programme, Steve Squyres, qualifie cette découverte de l’ "une des plus importantes" jamais réalisées pendant la mission d’Opportunity. Les éléments chimiques retrouvés dans la pierre analysée par le robot s’avèrent en effet bien différents de ceux qui avaient auparavant été trouvés dans des traces d’eau de la planète rouge. Et le scientifique de préciser que le pH neutre d’une roche comme Esperance 6 montre que l’eau au début de l’histoire de Mars "était bien plus propice, dans ses éléments chimiques, son pH, son niveau d'acidité, au développement d'éléments chimiques pouvant aboutir à la naissance d'une forme de vie".

Malgré cette découverte, la Nasa n’en a pas terminé avec Opportunity qui continue sa route sur Mars et devrait revenir vers son ancien emplacement où les couches géologiques sont bien plus conséquentes.

Lu sur 20 Minutes


En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/atlantico-light/mars-eau-propice-vie-decouverte-robot-opportunity-750693.html#iVH68DCM4v0l6mip.99

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Médicaments à base de cannabis : un décret du gouvernement les autorise

Médicaments à base de cannabis : un décret du gouvernement les autorise | Lazare | Scoop.it
Le gouvernement a pris un décret vendredi qui autorise la mise sur le marché de médicaments contenant du cannabis ou ses dérivés.
Pat Lec's insight:

Alors que la dépénalisation du cannabis fait toujours débat en France, le gouvernement a pris un décret vendredi qui autorise la mise sur le marché de médicaments contenant du cannabis ou ses dérivés. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) peut donc désormais examiner les demandes de mise sur le marché de ce type de médicaments.

Le texte, qui a été signé par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et la ministre de la Santé Marisol Touraine, entre donc en vigueur dès ce samedi. Cette nouvelle n’est pas vraiment une surprise puisque déjà au mois de février dernier, Marisol Touraine s’était prononcée en faveur de l’examen du dossier du Sativex, un spray buccal composé de dérivés du cannabis et déjà vendu dans de nombreux pays membres de l’Union européenne.

Le texte permet également au directeur général de l'ANSM "d'octroyer une autorisation de mise sur le marché à des spécialités pharmaceutiques à base de cannabis ou ses dérivés" et "d'autoriser les opérations de fabrication, de transport, d'importation, d'exportation, de détention, d'offre, de cession, d'acquisition".

Les médicaments à base de cannabis ou de ses dérivés, qui se présentent avant tout sous la forme de gélules, d’infusions, devraient donc être autorisés dès ce samedi dans les pharmacies. Ils seront toutefois bien évidemment uniquement prescrits sur ordonnance.

La France rejoint donc le Canada, l’Australie, l’Espagne, les Pays-Bas, mais aussi l’Allemagne et le Royaume-Uni au rang des pays qui légalise les médicaments à base de cannabis.

Cette autorisation va changer la vie de beaucoup de patients, et plus particulièrement de personnes atteintes de maladies graves comme des cancers ou la sclérose en plaques qui devaient se procurer ce type de médicaments à l’étranger ou fumer de l’herbe en toute illégalité. Ces médicaments permettent en effet notamment de diminuer les nausées et les vomissements de patients qui suivent des chimiothérapies.

Lu sur Le Parisien


En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/atlantico-light/medicaments-base-cannabis-decret-gouvernement-autorise-750522.html#CzU5XXJIlx8vPBoT.99

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Souveraineté, identité, démocratie : pourquoi la droite doit mettre à profit sa période d’opposition pour refuser la domination culturelle de la gauche

Souveraineté, identité, démocratie : pourquoi la droite doit mettre à profit sa période d’opposition pour refuser la domination culturelle de la gauche | Lazare | Scoop.it
La droite doit profiter de la période d’opposition qui s’ouvre pour se reconstruire intellectuellement et balayer certains tabous que la domination culturelle de la gauche et un défaut d’esprit critique l’ont conduite à faire siens.
Pat Lec's insight:

Les vicissitudes de l'élection du Président de l'UMP ou de la désignation de son candidat aux prochaines municipales à Paris, ainsi que les dissensions nées de la suite à donner au vaste mouvement populaire d'opposition au mariage dit « pour tous », attestent de la persistance du malaise idéologique et politique né de la défaite électorale que la droite a connue en 2012.

François Hollande et la gauche n’ont pas gagné les élections présidentielle et législatives ; ce sont d'abord Nicolas Sarkozy et l’UMP qui les ont perdues.

La désacralisation de l’incarnation de la fonction présidentielle, la fascination constante pour les modèles étrangers (américain au début du quinquennat, allemand par la suite) et la rupture avec l’électorat populaire, dont la forte mobilisation avait permis la nette victoire de Nicolas Sarkozy en 2007, ont été autant de causes d’une défaite devenue inéluctable. Trois éléments qui avaient déjà causé de la même manière l’échec de Valéry Giscard d’Estaing en 1981.

Pour certains, la prétendue « droitisation » de Nicolas Sarkozy orchestrée par Patrick Buisson, expliquerait la défaite de la droite. Il n’en est rien. C’est cette stratégie, et elle seule, qui a permis à Nicolas Sarkozy d’atteindre un score qui a fait de cette élection promise à la gauche depuis le début de son quinquennat, le scrutin le plus serré de la Cinquième République, après celui de 1974. Beau joueur, Alain Minc en convenait volontiers : « Quand Nicolas Sarkozy fait la campagne qui me plaît à moi, il ne gagne pas un point dans les sondages ; quand il commence à faire la campagne Buisson, il gagne 6 points. »

Une analyse tout aussi erronée consisterait à croire que la victoire politique par défaut de la gauche serait la traduction concrète de la réussite de la stratégie de Terra Nova. Celle-ci s’adresse à la France visible : aux diplômés, aux activistes de la nébuleuse associative, aux Français issus de l’immigration. Engoncée dans les certitudes de son tropisme parisien, la gauche ne voit le pays qu’à travers un prisme télévisuel. Or cette alliance de façade, dont l’antisarkozysme était le seul dénominateur commun est des plus artificielles : entre la gauche libertaire animée notamment par les activistes LGBT et certaines banlieues peu réputées pour leur tolérance en matière de mœurs, c’est la question sociétale qui s’avèrera la ligne de fracture majeure de cette coalition. Or c’est justement sur le seul plan sociétal que la gauche entend se démarquer véritablement de la droite, d'où l'obstination de François Hollande sur la question du mariage homosexuel, sur laquelle il fit preuve d'une inhabituelle fermeté.  Son européisme fondamentaliste l’empêche en effet de s’opposer réellement à l’austérité généralisée mise en œuvre par Bruxelles et par l’Allemagne. Comme en 1983, lorsque la gauche renonça à l’égalité et à la justice sociale au nom de l’idéal européen, scellant ainsi le triomphe de la deuxième gauche et du « cercle de la raison » inspirés par la Fondation Saint-Simon.

 


En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/decryptage/souverainete-identite-democratie-pourquoi-droite-doit-mettre-profit-periode-opposition-pour-refuser-domination-culturelle-gauche-749897.html#DAu1DzsjBAFjPert.99

 

Terra Nova est aujourd’hui l’inspiratrice d’une troisième gauche post-nationale et communautariste dont le refus absolu du conflit est la pierre de touche politique : faible face à l’Europe et aux marchés, faible face aux identités de substitution (sexuelles, culturelles, religieuses…) qui minent la cohésion nationale, encline au masochisme national et au culte de la repentance. Mais intransigeante face aux pourfendeurs de l’ordre moral qu’elle prétend imposer : les poursuites pour discrimination ou pour incitation à la haine raciale sont les bulles d’excommunication modernes et les associations dites anti-racistes les inquisiteurs de cette gauche qui surveille et qui punit. La gauche est devenu l’empire du bien, victorieux électoralement mais démuni politiquement et délabré intellectuellement.

La droite doit profiter de la période d’opposition qui s’ouvre pour se reconstruire intellectuellement et balayer certains tabous que la domination culturelle de la gauche et un défaut d’esprit critique l’ont conduite à faire siens.

Le premier de ces tabous, c’est évidemment l’Europe : depuis 1992 et le débat relatif au Traité de Maastricht, les élites françaises présentent l’Union Européenne comme un bouclier protecteur, rendu nécessaire par la globalisation. L’UE protègerait les français dans le monde, comme l’Etat protège ses citoyens. Or, l’Union Européenne n’est pas la France en grand : c’est au contraire le modèle réduit le plus abouti de la mondialisation. Europe passoire, incapable de se protéger commercialement et de défendre ses intérêts stratégiques, voilà la réalité actuelle de l’UE. Et les deux juridictions suprêmes du système européen, la Cour de Justice de l’UE et la Cour Européenne des Droits de l’Homme, le juge libéral et le juge libertaire, n’ont de cesse de saper les fondements du modèle français, caractérisé par le primat absolu du politique et le rôle central de l’État dans la vie publique. Appliquée avec empressement et délectation par certains magistrats français, cette jurisprudence européenne obère la capacité de l’Etat à exercer souverainement et démocratiquement ses missions régaliennes. Il faudra, comme Nicolas Sarkozy l’avait laissé entendre pendant la campagne, opposer à certains de ces oukases européens une désobéissance nationale qui est seule à même de répondre aux besoins de protections physiques, économiques et sociales de nos compatriotes.

Il s’agira aussi de tirer toutes les conclusions du débat sur l’identité nationale organisé en 2010 : l’enjeu de l’accès à la nationalité française, bien que crucial, a été sous-estimé par l’UMP, qui en a payé le prix électoral. Il faut rétablir la manifestation de volonté d’acquérir la nationalité française pour les enfants nés en France de parents étrangers et s’engager avec détermination dans une politique de naturalisations choisies, à rebours de la démarche cynique de Manuel Valls, qui, sous couvert d'une générosité factice, ordonne aux Préfets de naturaliser à tour de bras, afin que la gauche se constitue un électorat de substitution. Rappelons à ce titre que la naturalisation est une faveur, et non un droit (CE, 30 mars 1984, Min. des affaires sociales c/ M Abecassis).


En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/decryptage/souverainete-identite-democratie-pourquoi-droite-doit-mettre-profit-periode-opposition-pour-refuser-domination-culturelle-gauche-749897.html#i8RvGPTfKCQCHo86.99

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Réforme des retraites : pour Marisol Touraine, "des efforts sont nécessaires, chacun devra y participer"

Réforme des retraites : pour Marisol Touraine, "des efforts sont nécessaires, chacun devra y participer" | Lazare | Scoop.it
La ministre des Affaires sociales déclare dans un entretien au Parisien que "quand on vit plus longtemps, on peut travailler plus longtemps".
Pat Lec's insight:

A quelques jours de la remise du rapport de la commission sur les retraites présidée par la haut-fonctionnaire Yannick Moreau, Marisol Touraine s’exprime sur le sujet dans un entretien accordé au journal Le Parisien/Aujourd’hui en France. La ministre de la Santé et des Affaires sociales assure ainsi que "quand on vit plus longtemps, on peut travailler plus longtemps".

Elle précise quant aux informations données par des sources syndicales qui assurent que le rapport remis vendredi prochain au Premier ministre Jean-Marc Ayrault  pourrait proposer d’allonger la durée de cotisation que "cette option sera sur la table de la concertation avec les partenaires sociaux, tout comme sera sur la table la situation des femmes, de ceux qui ont eu des métiers plus pénibles ou des carrières hachées".

Quand on lui parle d’une modification du mode de calcul des pensions des fonctionnaires, Marisol Touraine répond par ailleurs que "les fonctionnaires ne sont pas des privilégiés" ajoutant qu'"il faut faire tomber les idées reçues" sur le sujet. Elle explique toutefois qu’il ne faut pas opposer "les uns aux autres. Mais disons-le clairement: pour sauver la système des retraites, des efforts seront nécessaires et chacun devra y participer ".

Pour rappel, la durée de cotisations pourrait être allongée à 44 annuités dans le rapport Moreau selon certaines sources syndicales qui ajoutent que le rapport pourrait également proposer de revaloriser les pensions en dessous de l'inflation, mais également aligner le taux de Contribution sociale généralisée (CSG) des retraités imposables sur celui appliqué aux actifs et durcir le mode de calcul des pensions des fonctionnaires.


En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/pepites/reforme-retraites-pour-marisol-touraine-efforts-sont-necessaires-chacun-devra-participer-751270.html#UDugZUSB4OyjK1E2.99

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

La fonte des glaces en Arctique est riche de conséquences

La fonte des glaces en Arctique est riche de conséquences | Lazare | Scoop.it
Le réchauffement climatique contribue à la fonte des glaces et notamment au Pôle Nord qui subit d'importantes transformations. Nombre d'entre elles sont loin d'être sans conséquence sur l'avenir de la planète.
Pat Lec's insight:
Une plante disparue depuis 400 ans revient à la vie

Selon les scientifiques, la glace fond d’environ trois à quatre mètres par an sur ce glacier depuis 2004. C’est ainsi que cette plante, qui était conservée sous la glace depuis environ 400 ans, à l’époque dite de petit âge de glace où le sol sur lequel elle poussait a été recouvert progressivement de glace, a pu refaire surface.

Les chercheurs ont ainsi découvert quelque chose qui était vert à la surface du sol. Il s’agissait tout simplement d’anciennes bryophytes retrouvant un processus de croissance après 400 ans de sommeil forcé. Désormais cultivées en laboratoire, les bryophytes se portent très bien et sont en passe de retrouver leur cycle naturel. Leur structure est néanmoins très différente des plantes que nous connaissons aujourd’hui, ce qui va sans doute passionner les scientifiques.

L’hypothèse qui avait été récemment avancée selon laquelle la fonte des glaciers pourrait permettre à une certaine flore de reprendre vie est donc officiellement validée.

 (Lire la suite sur zegreenweb.com)

L’Arctique serait à l’origine d’importantes émissions de gaz à effet de serre

Une étude menée par Eric Kort, membre de l’Institut de Technologie de Californie(Caltech), et relayée par la revue Nature Geoscience, met en particulier l’accent sur la fonte des glaciers de l’Arctique, à l’origine d’un important relâchement de méthane (CH4) dans l’atmosphère.

A l’occasion de plusieurs survols du Grand Nord, avec des trajets pouvant aller jusqu’à 82 degrés de latitude nord, les chercheurs ont constaté une forte présence de ce gaz à effet de serre une vingtaine de fois plus puissant que le dioxyde de carbone (CO2), notamment près des morceaux de glace flottant dans l’Arctique.

Si on ignore encore les causes de ce phénomène, il semblerait aujourd’hui que les eaux glacées de l’océan Arctique contiendraient une source importante du gaz « potentiellement sensible aux changements dans la couverture glacée de la mer », résument les auteurs. Ainsi la hausse du thermomètre mondial, en très grande partie responsable de la fonte des glaces dans l’océan, serait à l’origine d’un cercle vicieux : plus la température monte, plus la banquise s’érode, plus la glace relâche du méthane, d’où au bout du compte une aggravation du réchauffement climatique.

 (Lire la suite sur zegreenweb.com)

Forages en Arctique : le PNUE appelle à la prudence

Des risques bien réels pour une biodiversité déjà « chahutée » par le réchauffement climatique, qui détruit les habitats naturels, et la pollution. La donne est plus complexe pour les populations, lesquelles ne voient pas forcément d’un si mauvais oeil une exploitation des ressources en hydrocarbures qui doperait l’économie locale.

Il reste que le jeu n’en vaut pas la chandelle aux yeux de Greenpeace et consorts. Que les conditions de sécurité ne sont pas réunies pour des extractions d’or noir en toute sécurité, malgré les allégations rassurantes de Shell. Qu’un accident aurait un impact colossal, quoiqu’impossible à évaluer à l’heure actuelle. Que nous ne sommes pas à l’abri d’un « Deepwater Horizon bis ».

Ainsi, le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement) a pris position pour la présence de garde-fous autour de l’Arctique. Un bon moyen de son point de vue de mieux encadrer l’exploitation des ressources de la zone, qui semble inéluctable étant donné la détermination des pouvoirs publics et des industriels, conjuguée à l’épuisement du potentiel mondial en hydrocarbures et dans le même temps à l’augmentation continue de la demande énergétique. L’objectif est bien sûr de protéger autant que possible une région touchée de plein fouet par la hausse des températures qui pourrait, si l’on en croit les calculs de laNASA, entraîner la disparition pure et simple de la banquise en période estivale dès 2016.

« Aucune mesure ne devrait être prise pour exploiter le nouvel état environnemental de l’Arctique sans évaluer d’abord la façon dont l’exploitation affecterait les écosystèmes, les populations et le reste du monde, étant donné que le risque environnemental est élevé », estime le PNUE, cité par nos confrères de l’AFP. Un point de vue que son directeur Achim Steiner justifie également par le fait que,« durant les cinq dernières années, les glaces de l’Arctique ont fondu plus rapidement que ce qui était envisagé par les modèles » de prévisions des climatologues.

 (Lire la suite sur zegreenweb.com)


En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/rdv/atlantico-green/fonte-glaces-en-arctique-est-riche-consequences-zegreenweb-749899.html#L1oD1pABsge3F7rX.99

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

La Belle Poule, star de 80 ans, prise d'assaut par les visiteurs de l'Armada - France 3 Basse-Normandie

La Belle Poule, star de 80 ans, prise d'assaut par les visiteurs de l'Armada - France 3 Basse-Normandie | Lazare | Scoop.it
Seul navire de l'Armada à arborer fièrement une croix de Lorraine à sa proue, la goélette, capable de filer par grand vent à plus de 11 noeuds, a attisé la curiosité des visiteurs sur les quais de Rouen.
Pat Lec's insight:

"La croix de Lorraine, c'est historique. C'est une richesse. C'est l'héritage de mes prédécesseurs", explique à bord le commandant, Olivier Linke, un barbu discret de 47 ans.

Le voilier - 21 mètres de coque en bois de chêne doublée de cuivre et arborant de confortables boiseries dans son carré des officiers - a été construit par les Chantiers de Normandie de Fécamp en 1932. Parti de son port d'attache de Brest, il a servi en Angleterre de navire d'instruction durant la Seconde Guerre mondiale dans les Forces Navales Françaises Libres (FNFL), ce qui lui vaut l'honneur d'arborer le pavillon de beaupré frappé de la croix de Lorraine.

Si un autre cotre de la Marine Nationale, le Mutin, également présent sur l'Armada, a participé durant le dernier conflit mondial à des missions d'infiltrations en mer de Norvège, il le fit sous commandement anglais, "ce qui l'exclut encore aujourd'hui de l'emblématique bannière", explique le commandant.

Après la guerre, La Belle Poule est devenue un navire d'instruction, de découverte, pour les jeunes marins.

Tout s'y passe sur le pont. "Naviguer sous les voiles vous place en direct avec les éléments, en direct avec les gréements", raconte le commandant Linke, en poste sur la goélette depuis deux ans. "Ici, tout se fait à la main : cela développe l'esprit de cohésion", souligne-t-il, en se réjouissant de la "consécration" qu'a constituée son affectation qu'il n'échangerait contre rien au monde. "Je garde un souvenir extraordinaire de notre transatlantique l'année dernière", ajoute-t-il, ému. "C'était la seconde pour La Belle Poule depuis la Résistance et "la première pour moi à la voile".

Selon la légende, qui perdure sur les quais de Rouen, La Belle Poule tire son patronyme du bateau corsaire la Belle Paule, célèbre sous François Ier.

Ce navire racé à la mature en pin d'Oregon est l'héritier d'une tradition de frégates de la Marine Royale puis Nationale. "Honneur", "Patrie", "Valeur" et "Discipline" en lettres de bronze encerclent le château de la capitainerie.

Fidèle à l'Armada, La Belle Poule était déjà présente à Rouen lors des éditions de 1989, 1994, 1999 et 2003. Passée la grande parade en Seine dimanche prochain, La Belle Poule rejoindra la ville de Den Helder en Hollande pour un autre rassemblement de vieux gréements.

Avec AFP

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Tornade de Moore: appel du pape à la prière

Tornade de Moore: appel du pape à la prière | Lazare | Scoop.it
Le pape François invite à prier pour les victimes de la tornade meurtrière qui a frappé une banlieue d'Oklahoma City - Moore -, aux Etats-Unis, hier, lundi 20 mai.
Pat Lec's insight:
Rome, 21 mai 2013 (Zenit.org) | 142 clics

 

Le pape François invite à prier pour les victimes de la tornade meurtrière qui a frappé une banlieue d'Oklahoma City - Moore -, aux Etats-Unis, hier, lundi 20 mai.

Un bilan provisoire fait état de plus de 90 morts dont 20 enfants ensevelis dans l'écroulement d'une école: les vents soufflaient jusqu'à 320 km/h.

 

Le pape s'est exprimé, ce 21 mai, à la mi-journée, dans deux "tweets" en anglais et en espagnol, disant: "Je suis proche des familles de tous ceux qui sont morts dans la tornade d'Oklahoma, en particulier de celles qui ont perdu de jeunes enfants. Priez avec moi pour eux". 

Dès la messe de 7h, en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe du Vatican, le pape a invité à la prière en disant: "Prions pour les victimes et les personnes disparues, spécialement les enfants, frappés par la violente tornade qui s'est abattue sur Oklahoma City lundi. Ecoute-nous, Seigneur!". 

Par son secrétaire d'Etat, le cardinal Tarcisio Bertone, et le nonciature à Washington, le pape a fait parvenir un message de solidarité à Mgr Paul S. Coakley, archevêque d'Oklahoma City. 

"Le Saint-Père a suivi avec une profonde préoccupation les conséquences de la tornade dévastatrice qui a frappé Oklahoma et il vous demande de transmettre à toute la communauté l'assurance de sa solidarité et de sa proximité dans la prière", dit le télégramme.

"Conscient de la perte tragique de vies humaines et de l'immense travail de reconstruction qui reste à faire, il demande au Tout-Puissant d'accorder le repos éternel aux défunts, le réconfort aux affligés, et la force et l'espérance aux sans-abri et aux blessés", ajoute le message. 

Il assure aussi de la prière particulière du pape pour les jeunes enfants victimes de la catatrophes et leurs familles en deuil. 

Et il invoque sur les responsables civils et religieux et tous ceux qui sont engagés dans l'aide aux victimes "les dons du Seigneur ressuscité: consolation, force, et persévérance dans toute sorte de bien".

Cardinal Tarcisio Bertone

Secretary of State

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Côte d'Ivoire deux ans après : « Le bilan d'Alassane Ouattara est globalement positif » - Afrik.com

Le président ivoirien Alassane Ouattara vient de célébrer ce mardi 21 mai son deuxième anniversaire à la tête du pays. Après une accession au pouvoir très difficile à la suite de violents...
Pat Lec's insight:
Le président ivoirien Alassane Ouattara vient de célébrer ce mardi 21 mai son deuxième anniversaire à la tête du pays. Après une accession au pouvoir très difficile à la suite de violents affrontements post-électoraux en 2010, l’actuel président de la Côte d’Ivoire garde toujours espoir et se propose de sortir son pays de l’ornière dans laquelle il s’est engouffré depuis bon nombre d’années. 

Aujourd’hui, à la célébration du deuxième anniversaire de son arrivée au pouvoir, c’est surtout le bilan de ses réalisations qui intéressent les Ivoiriens. Lydie Boka, directrice de l’agence d’analyse StrategiCo et spécialiste de la Côte d’Ivoire, nous donne son opinion sur les deux ans de la présidence d’Alassane Ouattara.

Afrik.com : Alassane Ouattara célèbre ce 21 mai ses deux ans au pouvoir, quel bilan économique et politique peut-on tirer de ces deux ans de présidence ? 
Lydie Boka : Le bilan est globalement positif. On sent bien que son gouvernement est au travail. Cependant, il doit faire des efforts surtout sur le plan de la réconciliation. Sa gestion du pouvoir doit être un peu plus inclusive. Il est accusé d’avoir fait du rattrapage ethnique. Et il doit aussi lutter contre le cumul de mandat de la plupart des personnalités politiques ivoiriennes. Sur le plan économique, il n’y a pas photo. La croissance de la Côte d’Ivoire était à -5% pendant la période post-crise de 2010. Elle est passée, en un an, à +6%. En 2013, elle atteindra 10%. Cependant, le président Ouattara doit veiller à une bonne répartition de la richesse. Le PIB doit être augmenté. Il doit accélérer la cadence et fournir de l’électricité dans certaines zones du pays.

Afrik.com : Justement en parlant d’économie, la directrice du FMI (Fonds Monétaire International), Christine Lagarde déclarait le 7 janvier dernier que « l’heure d’un nouveau miracle ivoirien est venu ». Fin mars, le FMI révise à la hausse la croissance économique du pays. Est-il permis sous la présidence d’Alassane Ouattara de croire à un « nouveau miracle de l’économie ivoirienne » ? 
Lydie Boka : Pas encore. Le délai est trop court. La Côte d’Ivoire vient tout juste de sortir d’une crise politique. Le pays doit pour le moment attirer les investissements étrangers. Le pays ne va pas se baser sur une seule matière première (le Cacao) pour se développer. Le miracle du pays passe par sa gestion. Même si le miracle est réalisable, Il faut qu’il y ait d’abord une paix durable.

Afrik.com : Vous venez de souligner que la Côte d’Ivoire ne peut pas se baser uniquement sur le Cacao pour assurer son développement. Pourtant, le pays est très riche en ressources naturelles : or, manganèse, fer, bauxite, argent, cuivre…qu’est-ce qui bloque le développement de ce pays alors ? 
Lydie Boka : C’est un pays avant tout en développement. Dès les premières années après l’indépendance, le pays a plus misé sur l’exportation du Cacao. A cette époque, chaque pays colonisé devait exporter vers la France. Pour le Sénégal et le Burkina, c’était le coton. Pour la Côte d’Ivoire, c’était le Cacao. A cause d’un manque d’expertise local, tous ces pays (la Côte d’Ivoire y comprise) se sont cassés la figure quand les cours se sont effondrés. Mais le pays est en train de miser sur d’autres ressources naturelles, telles que l’or. La Côte d’Ivoire produit environ 12 tonnes d’or par an. Les chiffres sont illustrateurs : 2800 tonnes en 2008, 6943 tonnes en 2009, 7937 tonnes en 2010, 9000 tonnes en 2011 et 12 000 en 2012.

Afrik.com : Parlons un peu de politique. Un rapport de l’ONU rendu publique, il y a un mois, accable le gouvernement d’Alassane Ouattara qui est accusé d’appliquer « une justice à deux vitesses », pourquoi le président Ouattara peine-t-il à rétablir la stabilité politique et sociale en Côte d’Ivoire ? 
Lydie Boka : C’est la réalité de la politique africaine. Quand vous venez au pouvoir, vous avez besoin de vous appuyer sur des personnes. C’est important la publication de ce rapport car on va assister à moins d’impunité. D’ailleurs, il a même commencé à sanctionner certains de ses partisans accusés de commettre des exactions. Alassane Ouattara ne pouvait pas le faire dès le début de son mandat parce qu’il devait consolider son pouvoir. Le processus de changement est en cours. Mais c’est très timide. Il peut mieux faire. Et il doit tendre la main à son camp adverse.

 
more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Les receleurs en politique

Les receleurs en politique | Lazare | Scoop.it
La transparence n'est pas encore l'évidence. Quand en effet on aura tout dévoilé, il faudra encore tout justifier. Ce que la transparence montre, c'est que tout a priori est...
Pat Lec's insight:

La transparence n’est pas encore l’évidence. Quand en effet on aura tout dévoilé, il faudra encore tout justifier. Ce que la transparence montre, c’est que tout a priori est légal, « normal », propre ; ce qu’elle ne dit pas, c’est si certaines pratiques sont morales, si elles sont seulement exemplaires. Les hommes politiques reçoivent trop de « cadeaux » :voyages tous frais payés au soleil, en première classe ou dans des avions nolisés (non commercial ou privé), conférences grassement payées, déjeuners d’affaires, objets d’art, plaquettes de diamants, pierres précieuses... bref des cadeaux diplomatiques de grande valeur, chargés de très très beaux symboles(£, $, €, XAF).


C’est trop de bizarreries dans les relations diplomatiques des chefs d’État africains avec la classe politique française ! Dans une grande une et un gros dossier, L’Express qualifiait récemment les ténors de la politique française d’hypocrites (N° 3228 du 15 Mai). De plus en plus, du côté de l’Afrique qui n’en finit pas d’ouvrir les yeux sur le fonctionnement du monde, ils sont vus comme des receleurs. Tout se tient, ils sont hypocrites parce qu’ils ont des choses, en recel, à ne pas déclarer, voilà tout.

Au Canada, tout cadeau à un titulaire de charge publique, d’une valeur supérieure à 1000 dollars est « confisqué » au bénéfice de la collectivité. Quant à la valeur du cadeau, il fait l’objet d’une expertise d’un commissaire aux conflits d’intérêt et à l’éthique. Dans la surenchère de courtoisie et les exigences du protocole à la fin des rencontres au sommet qui ont lieu dans les capitales africaines, les cadeaux doivent être purement et simplement interdits, c’est-à-dire, au minimum, refusés ou assortis de déclarations publiques concernant la contrepartie de ces cadeaux ou les services dont ces cadeaux sont la contrepartie.

La mystique du Cadeau en politique françafricaine

Le Gouvernement français lui est tout à fait en faveur de la perpétuation du système des « petits » cadeaux, il les apprécie particulièrement pour tout dire. Puisque la circulaire souvent citée de François Fillon, du 18 mai 2007, a pour objet « gestion des cadeaux offerts aux membres du Gouvernement et à leur conjoint ». Voilà ce qui au pays de la transparence et de la normalité, encore aujourd’hui, tient lieu de référence : « les cadeaux offerts aux membres du Gouvernement(…) sont, pour leur auteur, la manifestation de la volonté d’honorer la France ». Il se lit ici comme une manifestation de la volonté, chez l’ancien premier ministre français, d’ignorer (c’est une honte) ou de taire (c’est un crime) les vraies intentions des auteurs de ces cadeaux.

Quant à l’argument qui consiste à invoquer la tradition et l’hospitalité africaines pour justifier les mallettes pleines d’argent ou le pillage de notre patrimoine artistique au bénéfice de personnalités étrangères, il ne vaut rien. Il s’agit d’une tradition qui est en train de se créer, les États africains n’étant pas une histoire millénaire de rapports diplomatiques avec l’Occident... Et cette « tradition » en train de se créer est mauvaise, cette formule d’hospitalité malsaine.

En 2009, le président Abdoulaye Wade, au lieu d’offrir une valise contenant 133.000 euros en liquide à Alex Segura, aurait pu arroser de cette manne les jeunes poètes dakarois pour qu’ils composent des odes au banquier du FMI qui méritait à ce point des cadeaux ! Pourquoi le président Biya n’offrirait-il pas à ses distingués hôtes l’œuvre complète de Calixthe Beyala, qu’il va décorer cette année de l’ordre national suprême ? Un livre, c’est une attention inestimable. Un livre d’un auteur « national » plutôt qu’un objet d’art, dont la valeur n’est jamais sue au moment du don, c’est plus transparent et plus juste. Don ? Prenons à notre compte ce lapsus, parce qu’il s’agit bien de dons.

Alassane Ouattara remercie Claude Guéant d’avoir pilonné à basse altitude le palais présidentiel d’un État souverain, il lui offre en conséquence un cadeau. La valeur du cadeau, forcément, devait être à la hauteur de l’audace française. La France doit plutôt se réjouir qu’un tel cadeau soit retrouvé dans les affaires personnelles de Guéant plutôt que dans le mobilier national. Cela dit...

Vu d’Afrique, Claude Guéant est victime d’un acharnement judiciaire...bien mérité !

Le Canard Enchaîné est coutumier de la révélation des cadeaux de dictateurs ou des plus acceptables chefs d’Etat africains aux dirigeants français. Que l’on se souvienne de ses articles sur les cadeaux de Bokassa à Valery Giscard d’Estaing. Le très controversé Robert Bourgi, présenté comme un « avocat et pilier de la Françafrique » a lui aussi fait suffisamment de déclarations tendant à établir que plusieurs dirigeants français successifs ont reçu des fonds occultes de la part de leurs homologues africains.

Claude Guéant, croyait-on, était visé dans le cadre des enquêtes visant le financement par la Libye de la campagne de Nicolas Sarkozy... D’abord il y a eu ces sommes faramineuses thésaurisées et découvertes chez lui, l’explication plausible mais manifestement fausse d’une vente d’un tableau, sans être acceptable était presque acceptée. C’est exactement le genre de choses qui tout en étant blâmables sont vite pardonnées parce qu’elles constituent un sport national français. Ensuite, et maintenant, les sommes incriminées sont de plus en plus ridicules : 25,000 euros suspects en provenance de Jordanie.

Qu’est-ce que c’est que donc 25.000 euros (F.CFA 16,000,000) pour un ministre français ? Assez pour traîner l’honneur d’un ancien représentant français dans la boue ? Qu’est-ce que c’est 25,000 euros à l’échelle d’une campagne présidentielle ? Un indice peut-être, mais si on se met à révéler des sommes de 25,000 euros, c’est peut qu’il n’y a plus rien à se mettre sous la dent.

On s’attarde, en France, sur les personnes, alors que le système est en cause, et que la justice de la république devrait carrément attaquer l’État français au lieu de dissocier les fautes personnelles des ministres des gouvernements auxquels ils sont solidairement liés. Quand il s’agit de défendre des idées qu’ils ne partagent pas personnellement, les ministres sont tenus à ce devoir de solidarité, au moment de leur chute, la solidarité ne joue plus, c’est pour les juristes un vrai défaut de parallélisme des formes.

 


more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Essais cliniques : un encadrement éthique indispensable

Essais cliniques : un encadrement éthique indispensable | Lazare | Scoop.it

Des essais cliniques sont nécessaires à toute mise sur le marché de nouveaux médicaments. Or les personnes incapables d’y consentir et des ressortissants de pays moins développés y participent souvent. Comment, dès lors, protéger ces populations vulnérables contre les abus ? Avant le vote du 29 mai au parlement européen, les experts en bioéthique de laCOMECE en appellent à un renforcement de la protection des personnes concernées.

Pat Lec's insight:

La Commission européenne a publié en 17 juillet 2012 une proposition de «Règlement sur les essais cliniques de médicaments à usage humain» qui vise à relancer la recherche clinique dans l’UE tout en assurant un niveau de protection optimal des participants, ainsi que la fiabilité des données obtenues. Ce projet sera soumis au vote des députés de la commission parlementaire à la fin du mois de mai.

La COMECE s’est félicitée de cette proposition de régulation, qui va dans le bon sens. Les experts du groupe de réflexion bioéthique, qui suivent ce dossier depuis la consultation publique, soulignent toutefois quelques principes primordiaux.

Il est nécessaire de valoriser une participation volontaire à des projets de recherche pour le bien de la communauté. Or le fait d’accorder des avantages financiers aux personnes qui se prêtent à une recherche médicale pose un problème éthique important.

Un autre aspect éthique essentiel consiste au respect et à la protection des personnes et des populations spécialement vulnérables qui pourraient être utilisées indûment comme objets d’expérimentation facilement exploitables. La recherche médicale qui implique une population ou une communauté défavorisée ou vulnérable est justifiée pour autant que deux conditions soient respectées : la recherche doit répondre aux besoins et priorités sanitaires de cette population et les résultats de la recherche doivent être potentiellement bénéfiques à cette même population.

Le sujet d’une recherche médicale peut s’engager dans un protocole de recherche pour le bien d’autrui, « dans l’intérêt médical de la communauté », et par conséquent pour le « bien commun », dans la mesure où son intégrité physique ou psychique n’est pas mise en danger.

Les médicaments à tester ne peuvent être administrés à ces personnes incapables d’apporter un consentement que si ces mêmes résultats ne peuvent pas être obtenus en recourant à des personnes capables de donner leur consentement, et si le rapport bénéfices attendus – risques prévisibles leur est favorable.

En ce qui concerne les essais cliniques en situation d’urgence, seules les recherches qui concernent des personnes placées dans une telle situation et qui ne comportent qu’un risque minimal et n’imposent qu’une contrainte minimale sont acceptables. Il importe aussi de préciser les termes de « risque minimal » et « contrainte minimale ».

 

 

COMECE/at

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Pape-Francois-Pentecote-

Pape-Francois-Pentecote- | Lazare | Scoop.it
François demande aux catholiques d’avoir le courage de s’ouvrir aux pauvres
Pat Lec's insight:

Le pape François a demandé aux catholiques d’être « courageux » et de s’ouvrir aux pauvres le 18 mai, dimanche de la Pentecôte. Dans un long discours improvisé, il a également déploré la crise éthique du monde. Le pontife s’est exprimé devant quelque 200.000 personnes, lors d’unerencontre avec les mouvements, communautés nouvelles et associations laïques de l’Eglise.

« Quand l’Eglise se referme, elle devient malade », a lancé le pape aux membres des mouvements d’Eglise venus de nombreux pays à l’initiative du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, dans le cadre de l’Année de la foi. Entre exhortations et confidences, le Saint-Père a répondu pendant près de 40 minutes, debout, aux questions qui venaient de lui être posées sur la façon de « vaincre la fragilité de la foi », de communiquer cette foi de façon efficace, mais aussi de faire face à la crise qui touche l’éthique publique. Le pape a également évoqué la figure des chrétiens persécutés ou victimes de discrimination, qu’il a présenté comme « l’Eglise de la patience ».

« Aujourd’hui, cela fait mal au cœur de le dire, mais trouver un clochard mort de froid ne fait pas l’information, mais un scandale, ah oui, ça c’est de l’info. Penser que de nombreux enfants n’ont rien à manger, cela n’est pas de l’info, et ça c’est grave », a déploré le pape. Il a lancé ensuite avec force : « Nous ne pouvons pas devenir des chrétiens trop éduqués, qui parlent de théologie alors qu’ils prennent tranquillement le thé…Nous devons devenir des chrétiens courageux, qui vont vers ceux qui sont la chair du Christ…vers les pauvres ». L’Eglise n’est pas un mouvement politique ou une structure bien organisée,« nous ne sommes pas une ONG », a rappelé le pape. « L’esprit mondain ne fait pas de bien aux chrétiens ». Le pontife a aussi évoqué la crise qui aujourd’hui « détruit l’homme ». Il a déploré que le manque d’éthique dans la vie publique fasse tant de mal à toute l’humanité.

« Aujourd’hui, si l’investissement des banques est en baisse, alors c’est une tragédie, mais si des gens meurent de faim, s’ils n’ont rien à manger ou n’ont pas la santé, alors il ne se passe rien, voilà notre crise d’aujourd’hui ! », a souligné le pape. « Et le témoignage d’une Eglise pauvre pour les pauvres va contre cette mentalité ». Il a une nouvelle fois invité l’Eglise à s’ouvrir et à se rendre « vers les périphéries de l’existence », à aller à la rencontre de ceux qui n’ont pas la même foi, sans pour autant négocier son appartenance. « Jésus est le plus important », a rappelé le pontife. Avant de lancer avec un sourire :« Je voudrais vous faire un petit reproche, fraternellement, entre nous… Vous tous, sur la place, vous avez crié, ‘François, François, pape François’, mais Jésus, où était-il ? J’aurais voulu vous entendre crier ‘Jésus’. Alors, désormais, plus de François, ok, Jésus ! ». La foule a alors commencé à scander :« Jésus, Jésus, Jésus ».

Au fil de son intervention, le pape François a fait un certain nombre de confidences. Il a par exemple parlé avec affection de la figure de sa grand-mère paternelle qui avait marqué son chemin de foi. Il a alors insisté sur le rôle des femmes, des mères et des grand-mères en particulier, dans la transmission de cette foi. Il a aussi raconté comment, à 17 ans, après s’être confessé, il avait« trouvé quelqu’un qui l’attendait, depuis longtemps », en la personne de Jésus. Il avait alors compris qu’il devait devenir prêtre. Le pape a alors insisté sur l’importance de la rencontre personnelle avec Jésus. « C’est important d’étudier la foi dans les livres, mais cela ne suffit pas, ce qui est important c’est la rencontre avec Jésus, et c’est cela qui te donne la foi ». Le pontife a également confié qu’il était « plus fort » grâce à la prière quotidienne du chapelet, et qu’il lui arrivait certaines fois de s’endormir le soir devant le Saint-Sacrement, assurant cependant qu’il ressentait « beaucoup de réconfort » à être face au Seigneur.

Avant son intervention, le pape avait notamment écouté deux témoignages. Le premier était celui de l’Irlandais John Waters, éditorialiste du journal de centre-gauche « Irish Times », qui a fait le récit de sa conversion. Est venu ensuite le témoignage de Paul Batthi, le frère du ministre pakistanais Shahbaz Batthi, assassiné en 2011. Paul lui a succédé comme conseiller du premier ministre en charge des minorités religieuses. Il a évoqué le travail de son frère, « en dépit de l’adversité et des menaces », pour l’harmonie, la tolérance et l’égalité dans une société libre. Le Pakistanais a assuré que l’œuvre de son frère avait donné du courage aux chrétiens du pays.

La foule des grands jours La place Saint-Pierre s’était remplie dès le matin pour cette rencontre du pape avec les mouvements ecclésiaux, à la veille de la fête de la Pentecôte. Parmi les quelque 120 mouvements, figuraient notamment Communion et Libération, le Chemin néocatéchuménal, Sant’Egidio, la Communauté de l’Emmanuel, les Focolari ou encore le Chemin neuf, venu fêter à Rome ses 40 ans.

 

 

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=29oZQz-mKoQ

 

 

apic/imedia/ami/rz/RV

 

 

 

 

    Exorcisme ou non ?

Le pape François a-t-il pratiqué un exorcisme? La question fait grand bruit, notamment sur les réseaux sociaux depuis ce dimanche de Pentecôte.

Dimanche de Pentecôte. Le Saint-Père François salue les malades un à un, comme il le fait depuis le début de son pontificat, à la fin des messes et surtout le mercredi lors des audiences générales. Il ne regarde pas l'heure qu'il passe avec les malades, qui sont, pour lui, "le passeport du Paradis". Passant d'une personne malade à l'autre, voici que le Pape s'approche d'un jeune assis dans un fauteuil roulant. Le prêtre qui accompagne ce jeune parle au Pape. Son visage devient alors grave. Le Pape impose ses mains sur la tête de ce jeune et semble appuyer avec force. Le pape, qui dans ses interventions parle souvent de Satan, vient-il d'effectuer son premier exorcisme "comme Pape"? Pour la télévision des évêques italiens, TV 2000, qui diffuse ces images dans le cadre de son émission «vade retro», il s'est agi d'un exorcisme.

Face à l'afflux massif de commentaires sur le sujet, le Père Federico Lombardi, directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, a réagi lundi soir. « Dimanche Place Saint-Pierre, le Pape François n’a pas eu l’intention d’accomplir un exorcisme, mais a simplement voulu prier pour une personne souffrante qui lui a été présentée ».

Vendredi prochain, la télévision de la conférence épiscopale italienne TV2000 consacrera une émission spéciale sur le thème: «la lutte du pape contre le démon et ses séductions».

 

MVL, d'après Radio Vatican

 
more...
No comment yet.