La Voyance par telephone consiste franco prosperite
22 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Antoniou Wilson
Scoop.it!

hypnose directe Archives - Ecole Française d'Hypnose

hypnose directe Archives - Ecole Française d'Hypnose | La Voyance par telephone consiste franco prosperite | Scoop.it
Antoniou Wilson's insight:

J'ai envoyé un email pour chercher une entreprise dans la communication en entreprises en Alternance. France Bleu m'a

more...
No comment yet.
Rescooped by Antoniou Wilson from Metaglossia: The Translation World
Scoop.it!

I Muvrini et Denez Prigent, deux langues, deux cultures, un même message d'ouverture – musique - France 3 Bretagne

I Muvrini et Denez Prigent, deux langues, deux cultures, un même message d'ouverture – musique - France 3 Bretagne | La Voyance par telephone consiste franco prosperite | Scoop.it
Alors que sortent leurs albums respectifs, les Corses de I Muvrini et le Breton Denez Prigent clament haut et fort leur attachement aux chants et musiques traditionnels qui, selon eux, renforcent la République bien plus qu'ils ne la divisent. Pour eux langues riment avec rassemblement. 
EC. avec AFPPublié le 01/04/2015 | 15:15, mis à jour le 01/04/2015 | 15:19
502

© MAXPPP - BEATRICE LE GRAND Denez Prigent, en mars 2014
502



"En France, on pense que mettre l'accent sur les langues régionales c'est diviser, se replier sur soi, or c'est l'inverse", affirme Jean-François Bernardini, le chanteur-auteur
du groupe I Muvrini, dans un entretien à l'AFP.  "La langue corse comme le breton, l'occitan ou le catalan, ce sont nos racines, et les racines c'est le contraire de la division. Plus vous avez de racines, plus vous pouvez ouvrir les bras, tendre la main", ajoute-t-il.

Depuis 1979, et son premier album "Ti Ringrazianu", la formation créée par Jean-François et son frère Alain est le porte-étendard de l'Ile de Beauté et de ses chants polyphoniques à travers le monde. Mais le groupe, né dans le petit village de Taglio-Isolaccio, s'est peu à peu ouvert aux musiques du monde et à la variété pour mieux partager les valeurs d'humanité et de tolérance qu'elle prône depuis plus de trente ans. Ils ont d'ailleurs mêlé leurs voix à celles d'une multitude d'artistes, de Véronique Sanson à Sting, de MC Solar à Jacques Dutronc. Dans les bacs depuis lundi, leur dernier opus "Invicta" ("Invaincue") est une ode à la résistance et à la rébellion non violente "face à une société qui aplanit les différences, qui déracine, où tu ne sais plus qui tu es et d'où tu viens". Une référence explicite à Nelson Mandela qui avait fait d'"Invictus" le poème de l'écrivain britannique William Ernest Henley un guide pour sa vie et pour son action. "Je suis le maître de mon destin, je suis le capitaine de mon âme..., ces vers de Henley ont permis à Mandela de rester debout pendant 27 ans de prison sans trahir celui qu'il était", raconte Jean-François Bernardini. "On demande souvent aux artistes d'être superficiels, consensuels", dénonce-t-il. Le groupe, lui, s'est toujours opposé à ce diktat "commercial", se référant avec humilité "à ces grands frères de l'humanité que sont, outre Mandela, Martin Luther King ou Ghandi". Vendredi, le groupe fera halte à l'Olympia dans le cadre de sa tournée européenne. Et sous le nom d'I Muvrini écrit en lettres rouges sur la façade, on pourra lire : "Music for non violence".

Le chant et les langues pour exorciser tensions ou peurs
Un discours qui fait écho à celui du Breton Denez Prigent, chantre de l'identité bretonne mais aussi du métissage des musiques et de l'ouverture aux cultures du monde. "Dans un monde qui s'uniformise, les gens ont besoin de repères", a dit à l'AFP l'auteur compositeur qui réfute le terme de "langue régionale". "Les langues, les cultures par définition n'ont pas de frontières de la même façon qu'il n'y a pas un ours des Pyrénées mais des ours dans les Pyrénées", nuance-t-il.

Douze ans après son dernier album, le chanteur finistérien revient avec "Ul liorzh vurzhudus" ("Le jardin enchanteur"), douze compositions originales où il mélange les thèmes celtiques, grecs, slaves, tziganes et yiddishs, des musiques dont il s'est imprégné au fil de ses voyages, de ses rencontres. Ses thèmes de prédilection rappellent étrangement ceux d'I Muvrini: l'attachement à la terre, la ruralité, la mer. Aux polyphonies des premiers répondent les "Guerz" du second, ces complaintes bretonnes venues du fond des âges où il parle des catastrophes, des génocides, de la mort comme pour mieux exorciser tensions ou peurs enfouies. 

Dans son dernier opus, plus intemporel, il est question d'amours malheureuses, de duplicité et de bonheur retrouvé. "La Corse et la Bretagne parlent, dans des langues différentes, le même langage", estime Jean-François Bernardini qui, avec son groupe, fut l'invité du festival Interceltique de Lorient en 2013. Pas un hasard. "C'est un peu comme si l'on jouait la même partition mais avec des instruments différents", lui répond Denez Prigent. Kenavo et pace e salute ! 

Via Charles Tiayon
more...
Michel Le Meur's curator insight, May 11, 4:52 AM
Share your insight
Rescooped by Antoniou Wilson from (Media & Trend)
Scoop.it!

F1: Canal + met en place un dispositif à plus de 10 millions

F1: Canal + met en place un dispositif à plus de 10 millions | La Voyance par telephone consiste franco prosperite | Scoop.it
La chaîne a présenté son dispositif pour la couverture de la F1, dont elle vient d'acquérir les droits. Un consultant de luxe, Alain Prost, mais surtout de gros moyens techniques, qui augmenteront la facture d'un tiers.

 

La chaîne cryptée a détaillé le dispositif qu'elle mettrait en place à partir du 17 mars prochain (pour le Grand Prix de Melbourne) pour la couverture des 19 Grands Prix de Formule 1 dont elle a acquis les droits il y a tout juste 1quinze jours. Canal+ avait annoncé mi-février avoir remporté les droits du championnat du monde de la discipline, jusqu'alors détenus par TF1. «C'est la première fois que nous avons un laps de temps si court pour mettre en place une équipe, car la négociation pour obtenir ces droits a été épique», détaille Cyril Linette, le patron des sports de Canal+. La totalité de la Formule 1 sera retransmise en intégralité et en direct: les essais libres et qualificatifs des vendredis et samedis en très large majorité sur Canal+ Sport (intégralement le vendredi), et les Grands Prix sur Canal, «quelle que soit l'heure».

 

Julien Fébreau, mis à disposition par L'Équipe pour l'occasion, et Jacques Villeneuve, champion du monde 1997, assureront les commentaires. La chaîne mise également sur les coulisses, avec une prise d'antenne quarante-cinq minutes avant le top départ. Laurie Delhostal, spécialiste hand et basket de la chaîne, et le pilote Franck Montagny feront vivre l'avant-course depuis les paddocks, accompagnés de Thomas Sénécal en plateau. Enfin, le magazine en clair, élément fort de la négociation entre Bernie Ecclestone et Canal+, sera incarné par Thomas Thouroude, le présentateur de L'Équipe du dimanche, accompagné de Margot Lafitte (ex-Eurosport) et Jean-Louis Moncet (ex-spécialiste F1 chez TF1). Baptisé Formula 1, il trouvera sa place le dimanche à 18h, juste avant le Canal Football Club.

Alain Prost, consultant de luxe

L'arrivée d'Alexandre Delpérier, spécialiste de la discipline, n'a pas été confirmée. Mais la chaîne fait aussi un gros coup en confirmant l'intégration dans son team F1 du quadruple champion du monde Alain Prost. Régulièrement présent sur le magazine du dimanche soir, il assurera aussi les commentaires sur place sur certains Grands Prix. À chaque week-end de course, une vingtaine de journalistes et techniciens seront dépêchés sur place. Un dispositif et des consultants exceptionnels qui devraient faire grimper la facture «d'au moins un tiers» pour la chaîne cryptée, qui aurait mis sur la table 29 millions d'euros pour obtenir de Bernie Ecclestone, le patron de la structure commercialisant la F1, le droit de diffuser la compétition.

«C'est beaucoup d'argent, mais cela correspond à notre volonté de faire monter en gamme l'offre sport de Canal+. Nous avions envie depuis longtemps d'offrir ces courses à nos abonnés, et il faut maintenant assurer l'offre éditoriale la plus sexy et la plus sympa», conclut le dirigeant, qui estime que les Grands Prix n'ont pas forcément vocation à être rediffusés sur D8, la dernière arrivée dans le groupe. L'année dernière, Canal+ à perdu 80.000 abonnés. La chaîne mise aujourd'hui sur le sport pour inverser la tendance.


Via Virginie Colnel
more...
No comment yet.
Rescooped by Antoniou Wilson from Metaglossia: The Translation World
Scoop.it!

Une critique radicale de « la langue »

FR ENG
Mathieu Simard
Une critique radicale de « la langue »
Myriam Suchet, L’Imaginaire hétérolingue. Ce que nous apprennent les textes à la croisée des langues, Paris : Classiques Garnier, coll. « Perspectives comparatistes », série « Littérature et mondialisation », 2014, 349 p., EAN 9782812421044.
1On tend à se représenter les langues comme des entités relativement homogènes en opposition — pour ne pas dire en conflit — les unes avec les autres. On considère ainsi généralement comme une faute toute intrusion d’un idiome dit étranger au‑delà des frontières de la langue. On oublie toutefois que ces termes (« faute », « intrusion », « étranger », « frontières », etc.) sont des constructions. Loin de décrire objectivement une réalité, ils mettent de l’avant un discours sur la langue qui (se) représente cette dernière en fonction d’une norme.
2Dans L’Imaginaire hétérolingue, Myriam Suchet choisit de placer entre guillemets l’expression « la langue » afin de signaler que cette dernière ne désigne pas tant un fait objectif qu’une idée régulatrice.Pour démontrer cette hypothèse, M. Suchet se penche sur quatre textes « hétérolingues ». Le concept d’hétérolinguisme est emprunté à Rainier Grutman, qui le définit comme « la présence dans un texte d’idiomes étrangers, sous quelque forme que ce soit, aussi bien que de variétés (sociales, régionales ou chronologiques) de la langue principale1 ». Les œuvres hétérolingues étudiées par M. Suchet sont Juan sin Tierra de Goytisolo, Die Niemandsrose de Paul Celan, The Voice de Gabriel Okara et Sozaboy de Ken Saro-Wiwa. La chercheure s’intéresse également, selon le cas, aux traductions française, allemande, anglaise et espagnole de ces textes, et ce dans une perspective déhiérarchisée, où la traduction est davantage qu’une copie trompeuse de l’original.
3Dans les deux premiers chapitres de son ouvrage, M. Suchet explique comment le texte hétérolingue dénaturalise les frontières de « la langue » et construitcomme étrangers les multiples idiomes qu’il intègre. Elle montre ensuite que l’hétérolinguisme, en plus de constituer un imaginaire alternatif aux représentations dominantes de « la langue », laisse entendre une « voix » qui serait celle du sujet d’énonciation. Enfin, dans son cinquième et dernier chapitre, la chercheure aborde la question de la traduction. En postposant l’étude de ce sujet à celle de l’hétérolinguisme, M. Suchet évite le piège qui aurait consisté à se servir de la traduction comme « base métaphorique » (p. 32) de l’ensemble du travail. Les résultats auxquels elle parvient sont étonnants, la chercheure en venant entre autres à esquisser un « portrait du traducteur en porte-parole » (p. 217).
La fabrique des langues « étrangères »
4Le discours dominant sur « la langue » s’appuie sur une norme monolingue qui la représente comme homogène et indivisible. Cette représentation est souvent vue comme naturelle, mais elle résulte à vrai dire d’une construction. Se situant à la croisée des langues, les œuvres hétérolingues dénaturalisent la conception monolingue de « la langue ». À ce propos, M. Suchet parle de « la puissance critique de l’hétérolinguisme, qui fait entrer les linguistiques dans l’ère du soupçon » :
On voit en effet apparaître, en contre-point de l’anamorphose hétérolingue, les contours d’un discours « monolingue » qui, par effet de contraste révélateur, perd de son innocence. On s’aperçoit peu à peu qu’il relève d’une logique — et non d’une réalité ou d’une vérité de « la langue ». (p. 31)
5M. Suchet montre que si la littérature peut participer (et participe effectivement) à l’institutionnalisation des langues et à la reproduction du discours monolingue, elle peut également, lorsqu’elle adopte une facture hétérolingue, mettre de l’avant un imaginaire renouvelé de « la langue » et une conception inédite des rapports entre les communautés linguistiques.
6L’hétérolinguisme a le mérite de rendre observable à‑même le texte littéraire la construction des langues qui se produit dans l’ensemble d’une formation socio-discursive donnée. Dans l’œuvre hétérolingue, la différenciation des langues n’est pas dichotomique : elle est graduée. M. Suchet propose en effet de se représenter l’« étrangement » (p. 75) des langues sous la forme d’un continuum. Ainsi, les idiomes peuvent être, selon le cas, plus ou moins étrangers les uns aux autres.
7La chercheure repère également deux « seuils » au sein de ce continuum. Le premier est celui de « lisibilité » (p. 78). Ce seuil est franchi par exemple à la fin de Juan sin Tierra : Goytisolo passe alors de l’alphabet latin à l’alphabet arabe, ce qui pourrait bien rendre cette dernière partie complètement illisible pour certains lecteurs. Le second seuil est celui de « visibilité » (p. 91). On pensera à titre d’exemple au phénomène du calque, où une expression est traduite littéralement et transportée dans une autre langue. La langue « étrangère », cachée sous des mots familiers, devient alors invisible.
Imaginaire & ethos hétérolingues
8Les textes hétérolingues instaurent un imaginaire alternatif aux représentations monolingues de « la langue ». M. Suchet précise que « la pensée hétérolingue est une anamorphose » (p. 128) : elle apparaît uniquement en déformant et en subvertissant de l’intérieur le discours monolingue. L’imaginaire hétérolingue contredit notamment la croyance en la transparence de « la langue » et de la communication. L’opacité constitutive de l’acte de langage ne l’empêche toutefois pas d’être « adressé » : le discours hétérolingue est comme une « bouteille à la mer » (p. 148), un message est envoyé, mais l’énonciateur ignore s’il atteindra un destinataire. « Contrairement à la communication, l’adresse n’implique pas la réussite de la transmission du message : c’est un pur geste tendu », écrit M. Suchet (p. 129). Par ailleurs, l’œuvre qui se situe à la croisée des langues est « [c]omme une maculature, elle a bu l’encre de tous les intertextes et elle est tachée par les interdiscours » (p. 129). La pensée hétérolingue prend donc résolument position en faveur d’une perspective pragmatique où les actes de langage sont nécessairement contextualisés.
9Une telle contextualisation implique, entre autres choses, la présence d’un co-énonciateur. L’adresse au « tu » dans le texte hétérolingue conduit M. Suchet à affirmer que ce dernier dispose d’une « vocalité spécifique2 ». Cette vocalité contribue à dessiner les contours d’un sujet qui serait responsable de l’énonciation du texte hétérolingue. Afin de cerner la figure de ce sujet énonciateur, l’auteure convoque et actualise la notion d’ethos. À ses yeux, cette notion permet de contourner le mythe de l’unicité du sujet parlant : l’ethos « [cherche] à caractériser une instance d’énonciation y compris là où elle ne se singularise pas en un “je” » (p. 183). L’ethos renseigne autant sur la cohésion du sujet hétérolingue que sur son rapport au co-énonciateur et au monde. Or, ce qui ressort particulièrement de l’analyse de M. Suchet, c’est que le sujet d’énonciation de l’œuvre hétérolingue s’avère généralement « incapable de tracer des frontières stables entre lui‑même et les autres » (p. 193).
Traduction & hétérolinguisme
10Dans le dernier chapitre de son ouvrage, M. Suchet montre que les textes hétérolingues peuvent nous permettre d’envisager l’activité de traduction à partir d’un point de vue inédit :
Aborder la traduction après avoir établi que « la langue » n’existe pas, c’est un peu comme faire s’écrouler un pont : il ne reste plus de langue assez stable pour constituer une berge. L’hétérolinguisme modifie donc la représentation de la traduction, qui ne sera plus pensée comme un passage, transfert ou transport, mais comme rapport. (p. 32)
11Pour exemplifier son propos, l’auteur réfère à la dédicace au début du Sozaboy de Ken Saro-Wiwa. Dans la version originale, le « je » de la dédicace correspond simultanément à l’auteur et à l’énonciateur. Toutefois, dans la traduction, l’auteur et l’énonciateur ne correspondent plus : si le « je » de la dédicace de la traduction de Sozaboy est toujours l’auteur (Saro-Wiwa), l’énonciateur, lui, est dorénavant le traducteur.
12Il appert que le traducteur est moins un passeur, comme on le prétend souvent, qu’un « porte-parole » : « traduire est un acte d’énonciation par lequel “je” me substitue à un(e) autre au nom de qui “je” parle » (p. 221). Autrement dit, la traduction est
une opération de ré-énonciation par laquelle un énonciateur se substitue à une instance d’énonciation antérieure pour parler ou écrire en son nom dans une langue considérée comme différente. (p. 28)
13Cette conception originale de la traduction permet à M. Suchet d’esquisser une « éthique du traducteur en porte-parole » (p. 223). En effet, autant la traduction de l’œuvre hétérolingue met à mal la prétendue transparence de la traduction, autant elle « révèle la présence d’une instance d’énonciation qui lui est spécifique » (ibid.).
14Cette instance d’énonciation ne se caractérise toutefois pas de la même façon que celle du sujet hétérolingue, définit en termes d’ethos. Plutôt que d’être considéré dans son rapport au co-énonciateur, le sujet est caractérisé par son rapport à l’instance d’énonciation antérieure. M. Suchet énumère d’ailleurs divers rapports éthiques à la traduction, sans prétendre à l’exhaustivité. L’énumération permet de montrer que l’effacement du traducteur — souvent vu comme la posture idéale — n’est que l’un des multiples rapports éthiques possibles du traducteur à l’instance d’énonciation originale.
***
15L’Imaginaire hétérolingue de Myriam Suchet s’impose comme un incontournable de la réflexion sur le plurilinguisme littéraire et sur la traduction. Embrassant la pragmatique textuelle et les théories de l’énonciation, il renouvèle autant qu’il prolonge la tradition de recherche à laquelle participent des penseurs tels que Lise Gauvin, Rainier Grutman, Catherine Leclerc et Sherry Simon. La critique radicale de « la langue » formulée par M. Suchet permettra certainement d’ouvrir de nouvelles voies théoriques, lesquelles concevront dorénavant la différence linguistique comme une construction discursive résultant d’un processus d’« étrangement ». Bien qu’elle gagnera certainement à être adaptée en fonction de la problématique de l’autotraduction, la conception du traducteur comme « porte-parole » s’avère elle aussi prometteuse. Enfin, la bibliographie présente à la fin de l’ouvrage, complète et structurée, pourra servir de point de départ au néophyte ou bien de point de repère au chercheur rompu à l’étude du plurilinguisme en littérature.
notes
1  Rainier Grutman, Des langues qui résonnent. L’hétérolinguisme au XIXe siècle québécois, Québec : Fides, 1997, p. 37.

2  Suchet cite ici Dominique Maingueneau, Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris : Armand Colin, 2004, p. 207.

plan
La fabrique des langues « étrangères »
Imaginaire & ethos hétérolingues
Traduction & hétérolinguisme
mots clés
Hétérolinguisme, Langue, Littérature comparée, Plurilinguisme, Traduction

auteur
Mathieu Simard

Voir ses autres contributions

Courriel : msima050@uottawa.ca

pour citer cet article
Mathieu Simard, « Une critique radicale de « la langue » », Acta fabula, vol. 16, n° 1, « La langue française n'est pas la langue française », Janvier 2015, URL : http://www.fabula.org/revue/document9123.php, page consultée le 02 février 2015.

Via Charles Tiayon
more...
No comment yet.
Rescooped by Antoniou Wilson from Aquaculture
Scoop.it!

FRANCE: Aquaculture - Nourriture 100 % poisson, pas de farines animales

FRANCE: Aquaculture - Nourriture 100 % poisson, pas de farines animales | La Voyance par telephone consiste franco prosperite | Scoop.it

En décidant de lever l’interdiction sur l’utilisation des protéines animales transformées (PAT), la Commission européenne a provoqué l’émoi chez les consommateurs et troublé les professionnels de l’aquaculture. En nourrissant à nouveau leurs poissons avec des « farines » de porc, de poulet ou de bœuf, les pisciculteurs économiseraient 20 % de leur budget alimentation. D’où une certaine hésitation à clarifier rapidement leur position.

 

Après quelques jours de flottement et de nombreuses réunions, la profession s’est clairement prononcée contre le recours à ces protéines. « Notre charte qualité « Aquaculture de nos régions » apporte la certitude que nos poissons sont nourris à 100 % avec du poisson et des végétaux », indique Jean-Yves Colleter, président de la Fédération française aquacole et vice-président du Cipa (Comité interprofessionnel des produits de l’aquaculture).

 

Lors de son déplacement au Salon de l’Agriculture, le président de la République a lui même repoussé l’idée que la France utilise ces PAT.

 

Un appel à la grande distribution

 

Bonne nouvelle pour les consommateurs. Reste à bien les informer pour qu’ils acceptent de payer un peu plus cher des poissons « nourri à l’ancienne » dont la qualité est reconnue. « Au salon de l’Agriculture, Le Turbot label rouge et la Truite de Bretagne ont enlevé les médailles d’or et d’argent, souligne Jean-Yves Colleter. Et ce ne sont pas des médailles en chocolat. L’an dernier, aucun produit ne répondant aux critères, aucune médaille d’or n’avait été décernée. »

 

Pour valoriser leurs « produits du terroir » auprès du grand public, les pisciculteurs comptent donc sur l’appui de FranceAgrimer et de France Filière pêche. Ils espèrent surtout un engagement fort de la grande distribution qui assure la commercialisation de la majorité de leurs productions.

 

« Il nous manque encore des poids lourds comme Carrefour et Leclerc », signale Jean-Yves Colleter. Par ailleurs, une commission « aquaculture durable » a été créée au sein du Cipa.

 

Avec un peu moins de 500 sites, la France est aujourd’hui le troisième producteur européen de truites élevées en eau douce (36 000 tonnes par an). En mer, c’est plus modeste. Elle ne produit que 6 200 tonnes (bar, daurade, turbot…) tandis que la Norvège affiche 900 000 tonnes de saumon.

 

À travers les schémas régionaux maritimes, les aquaculteurs espèrent obtenir plus d’espace pour se développer. « L’aquaculture marine ne représente que 15 ha », regrette Jean-Yves Colleter.

 

Jean-Pierre BUISSON.

 


Via Dorize REMY, morange luc
more...
No comment yet.
Rescooped by Antoniou Wilson from Mapping Fine Wine Heritage
Scoop.it!

Louis Roederer Wine Writers Awards | finalists

Louis Roederer Wine Writers Awards | finalists | La Voyance par telephone consiste franco prosperite | Scoop.it

Shortlist 2013The Artistry of Wine Award 2013

Rocco Ceselin

David Eley

Michel Joly

Alisdair Nicol

Alain Proust

Matt Wilson

Jon Wyand


Via A Good Nose
more...
No comment yet.
Scooped by Antoniou Wilson
Scoop.it!

Explications du Page Rank (PR)

Explications du Page Rank (PR) | La Voyance par telephone consiste franco prosperite | Scoop.it
Explication du Page Rank, cet indice Google définissant votre notoriété.
Antoniou Wilson's insight:

Explications du Page Rank (PR)

more...
No comment yet.
Scooped by Antoniou Wilson
Scoop.it!

Explications du Page Rank (PR)

Explications du Page Rank (PR) | La Voyance par telephone consiste franco prosperite | Scoop.it
Explication du Page Rank, cet indice Google définissant votre notoriété.
Antoniou Wilson's insight:

Explications du Page Rank (PR)

more...
No comment yet.
Scooped by Antoniou Wilson
Scoop.it!

referencement jeux google gratuit

referencement jeux google gratuit | La Voyance par telephone consiste franco prosperite | Scoop.it
referencement jeux google gratuit referencement jeux google gratuitPlus vous vieillis, il est referencement jeux google gratuit plus difficile referencement
Antoniou Wilson's insight:

donpedrospanishschool

more...
No comment yet.
Scooped by Antoniou Wilson
Scoop.it!

site internet referencement gratuit

site internet referencement gratuit | La Voyance par telephone consiste franco prosperite | Scoop.it
site internet referencement gratuit site internet referencement gratuitDans mes séminaires sur la commercialisation loca site internet referencement
Antoniou Wilson's insight:

Qui utilise le navigateur de google ? Est-il efficace et rapide ? sécurisé ?

more...
No comment yet.
Scooped by Antoniou Wilson
Scoop.it!

pnl communication Archives - Ecole Française d'Hypnose

pnl communication Archives - Ecole Française d'Hypnose | La Voyance par telephone consiste franco prosperite | Scoop.it
Antoniou Wilson's insight:

 Mincir par hypnose est possible ? Comment fait-on pour mincir par hypnose ?

more...
No comment yet.
Scooped by Antoniou Wilson
Scoop.it!

1ere position telechargement google gratuitement

1ere position telechargement google gratuitement | La Voyance par telephone consiste franco prosperite | Scoop.it
1ere position telechargement google gratuitement 1ere position telechargement google gratuitementIl 1ere position telechargement google gratuitement n'est
Antoniou Wilson's insight:

Salut,

more...
No comment yet.
Scooped by Antoniou Wilson
Scoop.it!

referencement payant google adwords

referencement payant google adwords | La Voyance par telephone consiste franco prosperite | Scoop.it
referencement payant google adwords referencement payant google adwordsVous reconnaissez referencement payant google adwords que vous pouvez referencement
Antoniou Wilson's insight:

Je vois que plusieurs sites utilise

more...
No comment yet.
Scooped by Antoniou Wilson
Scoop.it!

Qu’est ce que le BLACK HAT ?

Qu’est ce que le BLACK HAT ? | La Voyance par telephone consiste franco prosperite | Scoop.it
Qu’est ce que le BLACK HAT ? Le référencement BLACK HAT est la technique qui consiste à référencer un site internet en employant des moyens peu scrupu
Antoniou Wilson's insight:

Qu’est ce que le BLACK HAT ?

more...
No comment yet.
Scooped by Antoniou Wilson
Scoop.it!

L'optimisation pour le referencement

L'optimisation pour le referencement | La Voyance par telephone consiste franco prosperite | Scoop.it
C'est quoi l'optimisation ? L'optimisation est un procédé largement répandu dans le monde du SEO et qui permet par l'intermédiaire de diverses opé
Antoniou Wilson's insight:

L'optimisation pour le referencement

more...
No comment yet.