Lobby agroalimentaire: pourquoi ils tiennent le manche | La Spiruline : une algue très douée... pour 1 kg de protéines | Scoop.it

 

«Avec près de 13.500 entreprises et plus de 400.000 salariés, les industries agroalimentaires restent le premier employeur en France.» Mieux, c’est-à-dire pire pour nous: ces boîtes ne sont pas, pour l’essentiel, délocalisables.

 

Qui est le président en titre de la FAO, l’agence de l’ONU pour l’agriculture et l’alimentation, cœur nucléaire de l’agriculture industrielle ? Luc Guyau, ancien éleveur industriel de Vendée, mais surtout ancien président de la FNSEA, bien entendu membre éminent de l’UMP. À l’automne 2009, Sarkozy, alors président, pousse sa candidature, et emporte le morceau.

 

Qui est aujourd’hui président de la FNSEA ? Xavier Beulin, gros céréalier de la Beauce, mais aussi patron d’une holding invraisemblable appelée Sofiproteol, bras «financier et industriel de la filière française des huiles et protéines végétales». Chiffre d’affaires de ce monstre méconnu: 7,3 milliards d’euros en 2012. Sofiproteol, c’est l’industrie des biocarburants, qui transforme des plantes alimentaires en carburant automobile, dans un monde qui compte près d’un milliard d’affamés chroniques. Encore bravo.

 

Mais il serait injuste d’en rester là. Sofiproteol est dans le capital de la coopérative agricole In Vivo, géant de 5,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Le temps des coopératives agricoles à l’échelle du canton, amis naïfs, c’est fini. Aujourd’hui, les coopératives agricoles sont des acteurs transnationaux, pardi. Donc, Sofiproteol est dans In Vivo.

 

Mais qui a créé Sofiproteol? La Fédération française des producteurs d’oléagineux et de protéagineux ou FOP, qui est une branche du… syndicat FNSEA. William Saurin, groupe industriel de la bouffe qu’on ne présente plus, a été vendu à Lesieur en 1979, mais Lesieur appartient aujourd’hui à Sofiproteol, dirigé par le grand syndicaliste de la FNSEA Xavier Beulin. On pourrait continuer de la sorte jusqu’en 2050: tout est dans tout et inversement. Et c’est pourquoi votre fille est muette. Il n’y a en effet rien à dire. Sans sursaut historique de la société, sans bataille au couteau contre ceux qui tiennent l’industrie de l’alimentation, rien ne changera.

 

 

 

 


Via Cyrille