La revue de press...
Follow
Find
51.8K views | +24 today
 
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
onto La revue de presse des membres du SNA
Scoop.it!

La velvet Galerie au salon Design Elysées, 18-22 Octobre

La velvet Galerie au salon Design Elysées, 18-22 Octobre | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

Pour la 3 ième édition du salon Design Elysées à Paris du 18 au 22 Octobre 2012.

La Velvet Galerie présente une exposition autour de l’architecture utopique des année 70 et de l’op art.
Scénographie Marc Mineray de la Galerie 47.

La "sphère d’isolement", éditée par "Les plastiques de Bourgogne" en 1971. Designer Maurice-Claude Vidili ...

more...
No comment yet.
La revue de presse des membres du SNA
Un coup d'oeil sur l'actualité du marché de l'art
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

The Salon art&design à New York: un salon de plus en plus américain: Pierre Dumonteil (1/4) – 15/11

The Salon art&design à New York: un salon de plus en plus américain: Pierre Dumonteil (1/4) – 15/11 | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it
Pierre Dumonteil, Galerie Dumonteil s'est penché sur le déroulement de « The Salon » art&design à New York. Après le succès de l’an dernier, The Salon reprend sa place à l’Armory avec cinquante-cinq exposants de dix pays différents. Mais ce sont bien les États-Unis qui représentent la majorité des exposants. - Le Grand Journal de New York, du samedi 15 novembre, présenté par Sabrina Quagliozzi, sur BFM Business.
more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

Un hotel particulier face aux Tuileries

Un hotel particulier face aux Tuileries | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

par Laurence Mouillefarine
C’est tout près de sa galerie du faubourg Saint-Honoré, dans un hôtel particulier aux splendeurs de palais, que l’antiquaire Benjamin Steinitz a élu domicile. Superbe et chaleureux, vie de famille oblige.
Benjamin Steinitz gravit encore une marche. L’antiquaire emménage avec Marina, sa jeune épouse d’origine russe, et leurs deux petits garçons, rue Royale. « Nous qui sommes un peu bohémiens, nous nous posons. » Et pas n’importe où. Dans un bâtiment historique, façade dessinée par l’illustre Gabriel, premier architecte du roi,  avec l’hôtel de la Marine pour voisin. Avec aussi, au XIXe siècle, Madame de Staël comme locataire et, plus tard, dans les années 1880, la maison de décoration Jansen. Ici, les proportions sont palatiales. Près de six mètres de hauteur sous plafond. Benjamin Steinitz, qui affectionne les boiseries, s’en donne à cœur joie.

more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

Un chapeau de Napoléon acheté 1,8 million d'euros aux enchères

Un chapeau de Napoléon acheté 1,8 million d'euros aux enchères | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

AFP

Un chapeau de Napoléon a été acheté 1 884 000 euros par un collectionneur sud-coréen dimanche lors d’une vente aux enchères de souvenirs napoléoniens à Fontainebleau près de Paris, a-t-on appris auprès de la maison de vente Osenat.

Ce chapeau, l’un des dix-neuf bicornes authentifiés de l’Empereur existant encore dans le monde, faisait partie de la collection du Palais princier de Monaco.

more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

Adriano Pedrosa, nouveau directeur artistique du Museu de Arte de São Paulo

Adriano Pedrosa, nouveau directeur artistique du Museu de Arte de São Paulo | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

par Laura La Fata

Le commissaire d’exposition, conservateur et écrivain brésilien Adriano Pedrosa vient d’être nommé directeur artistique du Museu de Arte de São Paulo.

 

Personnalité internationale, Adriano Pedrosa a notamment été commissaire, aux côtés de Jens Hoffmann, de la 12e Biennale d'Istanbul (2011) et du pavillon São Paulo à la 9e Biennale de Shanghai (2012-2013). Sous la présidence d'Heitor Martins, nouvellement élu, et en pleine période de restructuration pour le musée, Adriano Pedrosa sera chargé des expositions, de la programmation des collections, de la recherche et de la restauration, de l'archivage et de l'éducation, de l'architecture et enfin des publications.

more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

L'Oeil : l'exposition Georges Matthieu à la galerie Applicat Prazan

L'Oeil : l'exposition Georges Matthieu à la galerie Applicat Prazan | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

Quand les ventes d'art contemporain dépassent le milliard de dollars : explications

Quand les ventes d'art contemporain dépassent le milliard de dollars : explications | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

par Judith Benhamou

Dans le New York Times la chroniqueuse du marché de l’art commençait ainsi son article : c’est la semaine de la « big money ». C’est vrai . Mercredi soir christie’s a présenté 80 lots d’art contemporain cédés pour 852,9 millions de dollars. Un jour plus tôt Sotheby’s, avec deux lots de moins réunissait 343,6 millions de dollars. Plus du milliard de dollars en deux soirs. L’écart, dans le domaine de l’art contemporain se creuse entre les deux firmes.
Sotheby’s a perdu sa tête pensante, le brillant et charismatique Tobias Meyer, le patron historique du département art contemporain au niveau international, renvoyé l’an dernier. Il ouvrira un cabinet de conseil privé en mars à New York dans le Seagram Building. Tandis que Christie’s voit son chef de guerre, roi du marketing dans le domaine de l’art contemporain, Brett Gorvy de plus en plus puissant et organisé. Le principe : une vente conçue comme une exposition, avec un espèce de liste idéale remplie de block –busters d’un art contemporain dit classique mais pimenté de jeunes branchés très désirés et très défendus par les galeries les plus puissantes du monde. Chez Christie’s pour faire acheter, dans un deuxième temps, il y a le spécialiste de la clientèle show bizz ;il y a la spécialiste des nouvelles fortunes chinoises etc…Le casting des experts est parfait.
Ajouter à cela que l’auditoire du marché de l’art contemporain est désormais planétaire...On comprend l’ampleur des résultats.
Cette année les 2 stars de la vente du mercredi soir affichant des estimations égales ( 60 millions de dollars) étaient un triple portrait d’Elvis et un portrait en quatre fois de Marlon Brando, tout deux par Andy Warhol évidemment. (...)

L'intégralité de l'article sur  sur http://blogs.lesechos.fr/judith-benhamou-huet/quand-les-ventes-d-art-contemporain-depassent-le-milliard-de-dollars-a15074.html#UUXmspi8Hw5e3xY9.99


more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

Entre 20 000 et 350 000 euros de l'Extase à la mort de Napoléon, à vendre à Paris-Tableau.

Entre 20 000 et 350 000 euros de l'Extase à la mort de Napoléon, à vendre à Paris-Tableau. | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

par Judith Benhamou

Le monde de l’art s’emballe : tandis qu’à New York les prix sont toujours plus élevés et les montants atteints astronomiques ( 852 millions de dollars en une seule vente chez Christie’s hier soir, j’y consacrerai une chronique très rapidement) à Paris se tient Paris-Photo d’un excellent niveau ( voire les Echos Patrimoine de vendredi) et juste en même temps le salon Paris-Tableau, au Palais de la Bourse. 26 marchands présentent leurs peintures anciennes dans ce salon pas encore ancien.

Manifestement la raréfaction des œuvres d’excellente qualité dans le domaine donne ici une offre sensiblement inférieure à celle de la Tefaf de Maastricht. On trouve cependant à Paris –Tableau un ensemble de surprises pour le moins bonnes dans le domaine de l’histoire de l’art.

Mon shopping virtuel commence avec un tableau très singulier sur le stand des français Talabardon & Gautier qui date de 1821. « Napoléon sur son lit de mort » a été peint par Denzil O. Ibbetson, le militaire chargé de constater la mort de l’Aigle. Il en aurait réalisé trois versions. Celle ci a été offert à Hudson Lowe le gouverneur de Sainte Hélène. La peinture ressemble plus à un dessin de BD du XXIe siècle qu’à une toile ancienne. Impossible de connaître le prix auprès de l’assistante de la galerie. Il a été vendu. On peut se consoler avec une belle et mystique « Sainte face » de l’immense Philippe de Champaigne (1602-1674) à 190 000 euros.

En revanche, la sensuelle toile de Jean-Baptiste Marie Pierre ( 1714-1789) représentant une Bacchante endormie chez Didier Aaron a elle aussi été vendu mais j’ai pu savoir que son prix était aux environs de 130 000 euros. L’artiste est aujourd’hui complétement oublié pourtant ce Pierre portait le titre prestigieux de « Premier peintre du roi ». Son style annonce déjà le XIXe siècle.

Après la sensualité il y a l’ ;extase. Elle prend le visage de Sainte Catherine d’Alexandrie peinte par Bernardino Zaganelli ( vers 1460- vers 1520). Un tableau singulier et intéressant « offert » pour 145 000 euros par Bob Haboldt. Il présentait cette œuvre déjà il y a deux ans à la foire de Maastricht. C’est le genre de peintures qui, décontextualisée pourrait intéresser les amateurs d’art contemporain.


L'intégralité de l'article sur : http://blogs.lesechos.fr/judith-benhamou-huet/entre-20-000-et-350-000-euros-de-l-extase-a-la-mort-de-napoleon-a-a15073.html#wUAuwXiOGXU1DeL6.99
more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

Connaissance des Arts French Art de Vivre #5

Numéro spécial "The salon Art + Design
more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

The Salon à New York : de plus en plus américain

The Salon à New York : de plus en plus américain | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

par Marie Maertens

Fort du succès de l’an dernier, The Salon reprend sa place à l’Armory avec cinquante-cinq exposants de dix pays différents.

 

Si 70 % d'entre eux renouvellent l'expérience, on dénombre une quinzaine de nouveaux venus de Berlin, Cologne, Turin, New York ou Londres. D'ailleurs, le Britannique Richard Nagy propose une belle collection d'expressionnistes, notamment des oeuvres d'Egon Schiele, Oskar Kokoschka, Otto Dix ou George Grosz, estimant que « New York est toujours le centre de l'art, avec les collectionneurs les plus actifs ». Si l'Italie est présente avec Mazzoleni, qui promeut l'Arte Povera, la France se distingue avec dix-neuf exposants, dont la galerie Kreo. Benoît Sapiro, directeur de la galerie Le Minotaure et co-responsable de The Salon, s'associe cette fois-ci à Philippe Jousse pour marier le mobilier des années 1950 aux oeuvres de Frantisek Kupka, Robert Delaunay ou Moholy-Nagy. Mais ce sont bien les États-Unis qui représentent la majorité des exposants, parmi lesquels figure le prestigieux marchand d'Art Déco DeLorenzo, qui n'a jamais participé à aucune foire mais s'est laissé attirer par « le professionnalisme et le standard d'excellence » de The Salon.

Syndicat National des Antiquaires 's insight:

Le SNA est partenaire de The Salon Art + Design.

Cette année, 22 de ses membres y exposent :

A2 Galerie L’Arc en Seine
B5 Galerie Beres
D19 Jean-David Botella
C2 Galerie Boulakia
B4 Carpenters Workshop Gallery
B6 Galerie Chastel-Maréchal
A1 Galerie Downtown François Laffanour
D6 Galerie Dumonteil
A8 Galerie Jean-Jacques Dutko
A5 Oscar Graf
D4 Jason Jacques
B2 Jousse Entreprise
B7 Kraemer Gallery
C1 Yves Macaux
D7 Galerie Marcilhac
B2 Galerie Le Minotaure
C5 Galerie Du Passage
C9 Galerie Diane de Polignac
D5 Robilant + Voena
D5 M.F. Toninelli Art Moderne
B3 Galerie Vallois
A4 Axel Vervoordt


www.thesalonny.com

more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

Un record de vente pour « Le Printemps » de Manet

Un record de vente pour « Le Printemps » de Manet | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it
Le Printemps, toile peinte par Edouard Manet en 1881, a été adjugé aux enchères 65 millions de dollars (52 millions d'euros), mercredi 5 novembre, Christie's à New York. Il s'agit d'une somme record pour l'artiste impressionniste français.L'œuvre, évaluée entre 25 et 30 millions de dollars (entre 20 et 24 millions d'euros), représente une actrice célèbre de l'époque, de profil, tenant une ombrelle légèrement posée sur son épaule.


Exposée en 1882, elle avait été encensée par la critique alors que Manet était l'un des plus célèbres artistes de son temps. La toile appartenait à la même famille depuis plus d'un siècle et était prêtée ces 20 dernières années à la National Gallery of Art de Washington. Le précédent record pour une toile de Manet était de 33 millions de dollars (plus de 26 millions de dollars).


L'intégralité de l'article : http://www.lemonde.fr/culture/breve/2014/11/06/un-record-de-vente-pour-le-printemps-de-manet_4518916_3246.html

more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

Sa majesté le meuble

Sa majesté le meuble | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

par Judith Benhamou

Alors que notre époque glorifie le design épuré, Versailles en son château expose un mobilier surprenant pour notre oeil du XXIe siècle : celui conçu entre 1650 et 1790. Mais contrairement aux salles peu didactiques des arts décoratifs XVIIIe du Louvre, rouvertes en juin dernier, l'exposition versaillaise « 18e, aux sources du design » apparaît davantage pédagogique et limpide. Une centaine de tables, de commodes, de fauteuils, de bureaux, plus riches et sophistiqués les uns que les autres illustrent l'excellence de l'époque. Chaque meuble est présenté individuellement dans une mise en scène de néons, de miroirs, de films documentaires qui soulignent le dessin, le soin apporté aux détails et à la fabrication. L'architecte Jean Nouvel, invité comme un spécialiste des formes à faire des commentaires sur les points clefs qui président à la conception des meubles, a conçu un abécédaire en 18 mots qui jalonnent le parcours.

Tout commence avec l'invention de l'ébénisterie ou comment des artisans d'origine allemande et flamande importent au XVIIe siècle un savoir faire consistant à recouvrir le bâti d'un meuble d'une autre essence de bois ou de matières précieuses (porcelaines, métaux, pierres)… Cette pratique va se généraliser à tout le mobilier parisien haut de gamme au XVIIIe siècle. Le sommet de l'exercice est pratiqué par André-Charles Boulle (1642-1732) qui travaillait comme « Ebéniste, doreur, sculpteur et ciseleur du roi ». Il a donné son nom à un type de marqueterie en écaille de tortue et cuivre. De lui, on peut voir une des premières commodes qui ait jamais existées, construction hybride entre un coffre et une table, conçue pour la chambre de Louis XIV à Trianon.

Apothéose et excès

Le XVIIIe siècle est une période d'apothéose et d'excès dans les arts décoratifs. On veut du grand, telle cette commode de 1730 de 2,80 mètres de long ou ce fauteuil de la fille de Louis XV dont l'assise mesure 75 cm de large. On veut du lointain, telles ces commodes recouvertes de laques de Chine et du Japon. On veut des formes de plus en plus cambrées, obligeant à des prouesses pour courber le bois. Enfin, on invente des fonctionnalités qui transforment par un mécanisme savant une table de toilette en table à écrire et le bureau du roi en bureau à cylindre, pour cacher sa correspondance. Patrick Hourcade, co-commissaire de l'expo, conclut malicieusement que le mot design, mix de « dessein » et « dessin », a été inventé en 1712 en plein épanouissement des arts décoratifs. On le vérifie à Versailles.


En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/week-end/culture/0203911732707-sa-majeste-le-meuble-1062067.php?001vZpMJ4vIOriFk.99
more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

Le Louvre d'Abu Dhabi prend forme

Le Louvre d'Abu Dhabi prend forme | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

par Martine Robert

Le musée, sorti des sables, ouvrira fin 2015.
Une opportunité unique de valoriser les savoir-faire français et les collections nationales.

Cette fois, c'est fait : l'énorme dôme de 180 mètres de diamètre coiffant le futur Louvre d'Abu Dhabi est installé. Une prouesse technique que l'assemblage de ce puzzle de 85 éléments en acier pesant 7.000 tonnes, presque autant que la structure de la tour Eiffel ! La coupole, perforée d'entrelacs, est le clou du musée dessiné par Jean Nouvel. Elle laissera filtrer une lumière subtile évoquant les ombres mouvantes des palmeraies. Pour l'événement, l'architecte, prix Pritzker, a guidé la ministre de la Culture, Fleur Pellerin et le président du Louvre, Jean-Luc Martinez, à travers les 9.200 mètres de galeries d'exposition.

Fini, l'équipement sera plus ambitieux encore, puisque sur 64.000 mètres carrés avec pavillons, places, allées, canaux, commerces (notamment une boutique qui pourrait être confiée à la RMN-Grand Palais), il évoquera une ville flottant sur la mer. Le tout pour un investissement de 500 millions d'euros. Manuel Rabaté, directeur de l'Agence France Muséums chargée de piloter le Louvre Abu Dhabi, se félicite que le bâtiment « ait été construit en un temps record ». Sur le site, où près de 5.000 ouvriers travaillent, il y a un an, seules les fondations étaient réalisées. Pour l'ouverture du musée, prévue fin 2015, Jean-Luc Martinez imagine déjà l'installation des collections en fonction des possibles mises en scène offertes par chaque pièce.

Valoriser notre expertise

Naissance des civilisations, premiers grands empires, religions universelles, routes orientales de l'échange… : les thèmes des différentes galeries témoignent de l'universalité du musée. « C'est un projet inouï par son ampleur », jubile Fleur Pellerin. La ministre de la Culture y voit une opportunité unique d'accroître le rayonnement de la France. « Nous devons de manière proactive valoriser notre expertise dans la définition d'un projet scientifique, l'assistance à la maîtrise d'ouvrage, l'organisation de prêts et d'expositions ou encore la muséographie », explique-t-elle alors même que les projets de musées se multiplient à travers le monde, en Chine, en Amérique du Sud, dans le Caucase, etc . Fleur Pellerin entend d'ailleurs renforcer « la fonction internationale du ministère de la Culture ».


En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/journal20141106/lec2_industrie_et_services/0203914975843-le-louvre-dabu-dhabi-prend-forme-1061476.php?tJWAMse22QSfJQQo.99
more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

Les portes de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg s’ouvrent pour Jan Fabre

Les portes de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg s’ouvrent pour Jan Fabre | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

par Laura La Fata
Le plasticien et metteur en scène belge Jan Fabre, représenté par la galerie Daniel Templon, sera le premier artiste vivant à pénétrer le musée saint-pétersbourgeois de l’Ermitage, qui lui consacrera une grande exposition monographique à l’automne 2016.
À l'initiative du directeur de l'Ermitage Mikhail Borisovich Piotrovski, cette invitation est, de la part du musée qui possède la plus importante collection au monde de pièces de l'Antiquité et de la période classique européenne, le signe d'une ouverture à un art contemporain plutôt subversif. L'artiste, qui a déjà bénéficié de nombreuses expositions en Europe et qui a fait l'objet, en 2008, de la monographie « Jan Fabre. L'ange de la métamorphose » au musée du Louvre, présentera ses oeuvres dans les espaces du Nouvel Ermitage, du Palais d'Hiver et du General Staff Building. Le commissariat de l'exposition sera assuré par Dimitri Ozerkov.

more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

Chercheurs d'Art: Le Paris Tableau au Palais de la Bourse (1/2) – 14/11

Chercheurs d'Art: Le Paris Tableau au Palais de la Bourse (1/2) – 14/11 | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it
Chaque vendredi, Olivier de Rincquesen met en lumière les nouveaux acteurs du marché de l'art. Cette semaine: Paris Tableau, le salon international de la peinture ancienne au Palais de la Bourse, avec Eric Coatalem, et Giovanni Sarti, galeristes, le salon international de la peinture ancienne au Palais de la Bourse. Portrait du galeriste Franck Baulme, spécialiste du tableau ancien. Le Musée d'Orsay lance une opération de financement participatif avec Ulule, avec Olivier Simmat, conseiller du président du Musée d’Orsay. - Paris est à vous, du 14 novembre, présenté par Karine Vergniol, sur BFM Business.
more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

The Art Newspaper /Paris Photo takes the medium out of the frame

The Art Newspaper /Paris Photo takes the medium out of the frame | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

by Roxana Azimi

 The fair Paris Photo at the Grand Palais in Paris, which opened its doors to the public yesterday and runs until 16 November, presents a remarkable quality of photographic works, from Black Canyon by Edward Steichen, 1907, offered for $850,000 by Hans P. Kraus, New York, to a 1979 portrait of Francis Bacon by Richard Avedon at Gagosian. The event’s strength is this historic solidity, as well as the chances to discover new talent, including Cristina de Middel, Shirley Wegner.

The vernissage on Wednesday, 12 November, attracted collectors such Maja Hoffman and Leticia and Stanislas Poniatowski, but also artists such as Andreas Gursky. No less than 52 groups from international museums also attended. “The fair keeps its quality very high,” said Simon Baker, the curator of photography and international art at the Tate. “The exhibition of MoMA’s recent acquisitions is sensational. And we saw great things from Latin America.” The opportunity to meet discerning collectors and curators has had galleries that normally focus more on contemporary art scrambling to take part in the fair, with the arrival this year of Thaddaeus Ropac and Kamel Mennour.

Despite a few stands that were perhaps too flashy, the general level of work on offer was fairly even. Gone are the works that are a little too decorative, the cookie-cutter misty landscapes, the pretty images. Instead, emphasis is given to experimentation and to the expansion of the field of photography. It is no longer a matter of capturing or staging reality, but going beyond the image, moving past film and the print. This trend traverses the entire exhibition hall, with a photographic reproduction on a pair of shoes by Keith Smith at Bruce Silverstein of New York, or a photo sculpture by Hanno Otten at Priska Pasquer of Cologne.

The New York gallerist Yossi Milo is showing embroidery on photographs by Yoon Ji Seon and prints folded and burned by Marco Breuer. A risky choice? “The photo public takes more and more risks,” says Milo, who in one morning sold a half-dozen such “desecrated” pieces. “I sell to people who normally buy black and white photos by artists such as Diane Arbus or Malick Sidibé.”

This new wave has not drowned out more classic dealers, although they are a minority. “Artists as well as collectors are interested in understanding the origins of photography,” says Hans P. Kraus, New York. “I sell more and more to contemporary art collectors.”

more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

Paris Photo, une foire moins fourre-tout

Paris Photo, une foire moins fourre-tout | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

par Claire Guillot

Le succès de Paris Photo, qui s’est achevée dimanche 16 novembre avec près de 60000 visiteurs, ne s’est pas démenti. Dès vendredi 14, malgré l’entrée fixée à la douloureuse somme de 30 euros, l’afflux du public était tel que le Grand Palais, sa jauge atteinte, a dû fermer ses accès pendant une heure – au grand désespoir des galeristes, qui virent plusieurs collectionneurs patienter à l’extérieur.

Et les événements organisés en marge de la foire de l’image fixe n’ont jamais été aussi nombreux. Il y avait en particulier deux salons off (Polycopies, sur une péniche, et Off Print) autour de l’édition de livres de photographie, qui témoignent du dynamisme de ce secteur de niche en pleine ébullition. La foire elle-même n’est pas passée à côté du phénomène : outre une exposition consacrée à des ouvrages, elle a couronné trois livres de photographie. Sur les stands – c’est aussi sans doute aussi ce qui contribue à sa popularité – près de 200 photographes sont venus pendant ces quatre jours signer leur dernier ouvrage, de Martin Parr à William Klein, en passant par Raymond Depardon et Richard Prince.

Malgré la foule et la surabondance de propositions, la promenade, cette année, était des plus agréable. Soucieux de se démarquer dans cet océan d’images, plusieurs galeristes avaient fait le choix de proposer un stand organisé autour d’un thème, ou bien d’un artiste. « Comme tout le monde fait dans le contemporain, le grand format et la couleur, j’ai fait du petit format noir et blanc », explique ainsi le galeriste Klaus Kleinschmidt. Face à la gale...(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

Décès du collectionneur Sheikh Saud bin Mohammed Al-Thani

Décès du collectionneur Sheikh Saud bin Mohammed Al-Thani | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

par Laura La Fata

Considéré comme l’un des plus puissants collectionneurs au monde, Sheikh Saud bin Mohammed Al-Thani est décédé dimanche dernier, à l’âge de 48 ans, dans son domicile londonien.

 

Sheikh Saud bin Mohammed Al-Thani, cousin de l'émir actuel du Qatar, a présidé pendant 8 ans, de 1997 à 2005, le Conseil national pour la Culture, les Arts et l'Héritage de son État. Durant son mandat, il a participé à la mise en place d'un vaste réseau d'écoles, de bibliothèques et de musées au Qatar. Soupçonné de détournement de fonds publics, il a été démis de ses fonctions en 2005, avant d'être innocenté. Capable de débourser plus d'un milliard de dollars pour des oeuvres d'art, il a amassé, au cours des deux dernières décennies, une impressionnante collection d'antiquités islamiques et chinoises, de céramiques islamiques, de photographies, de meubles, de voitures, d'objets d'histoire naturelle et de bijoux. En 2012, il s'offrait le tableau Les joueurs de cartes de Cézanne, pour 191 millions d'euros. Sa collection sera conservée dans cinq institutions nationales : le musée d'Art islamique, la National Library, le Natural History Museum ainsi que deux futurs musées, un dédié à la photographie et un consacré aux textiles et vêtements traditionnels. Les causes du décès précoce de Sheikh Saud bin Mohammed Al-Thani ne sont pas encore connues.

more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

Paris Tableau tient ses promesses

Paris Tableau tient ses promesses | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it
Lancé en 2011, le salon Paris Tableau a réussi son pari : tenir dans la durée et faire découvrir une spécialité réputée difficile, la peinture ancienne.

par Valérie de Maulmin
Voici déjà la 4e édition de Paris Tableau, qui a pour vocation de montrer les multiples facettes des maîtres anciens du XVe au XIXe siècle, à travers les écoles italienne, nordique, française, laissant la part belle aux natures mortes et aux portraits, car trop souvent la peinture ancienne est associée aux sujets difficiles qui rebutent les non-initiés... Pour contourner l'obstacle, Paris Tableau propose d'éveiller le spectateur en stimulant sa manière de regarder les choses.
Avec une philosophie proche de celle du Salon du dessin et beaucoup de participants en commun, Paris Tableau s'est constitué autour de dix membres fondateurs, cénacle de marchands de tableaux anciens alors tous installés à Paris. Ce cercle choisi est profondément attaché au palais de la Bourse, cadre intime et feutré, où les stands sont attribués par tirage au sort par souci d'équité... Et il cultive l'amitié et la synergie entre marchands réputés et conservateurs de musée, dans une optique très qualitative.
Ce cercle fondateur resté stable réunit Maurizio Canesso, Hervé Aaron (avec Bruno Desmarest), Éric Coatalem, Bertrand Gautier (galerie Gautier-Talabardon), Bob Haboldt, Jean-François Heim, Georges De Jonckheere, Jacques Leegenhoek, Giovanni Sarti, Claude Vittet. Cette année, il y a vingt-six exposants dont quatre nouveaux venus : Thomas Agnew & Sons (Londres), Matteo Grassi (New York), Maurizio Nobile (Bologne et paris) et Porcini (Naples). Convaincu que Paris reste une « plateforme idéale », Bob Haboldt formule un souhait : « Que notre petit salon devienne un salon international ». Certains marchands, à mots couverts, souhaiteraient même que Paris Tableau intègre un jour la Biennale des antiquaires...
L'art de la collection est le thème de cette année, avec trois tableaux de la collection d'AXA ART : une huile de Philippe de Champaigne, Céphale et Procris, et deux compositions florales et mythologiques de Juan de Arellano. La Fondation Custodia dévoile une partie de la collection de Boer, dont huit Van Gogh. Enfin, sous l'égide du Centraal Museum d'Utrecht, le 13 novembre un colloque sur le thème « Utrecht et le mouvement caravagesque international », posera la question : « Est-il possible de s'affranchir de ses racines ? ».

more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

La peinture de l'âme chez Philippe Mendes

La peinture de l'âme chez Philippe Mendes | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

par Valérie de Maulmin

Fidèle à l’esprit exigeant de ses expositions thématiques, Philippe Mendes lève le voile sur les représentations de l’onirisme à travers une vingtaine d’œuvres de 15 000 € à 300 000 €.

 

Le surnaturel est omniprésent dans cette « peinture de l'âme », incarnée par le Symbolisme, qui prend sa source dans l'art du XVIIIe, avec son goût pour le sublime, et dans le Romantisme. Un univers animé d'apparitions, de spectres et de créatures merveilleuses ou maléfiques, avec des oeuvres envoûtantes de Fernand Khnopff, Lucien Lévy-Dhurmer, Valère Bernard, Ary Renan, et même une surprenante incursion dans le XXe avec un Atlan très inhabituel.

more...
No comment yet.
Rescooped by Syndicat National des Antiquaires from The Salon Art+Design
Scoop.it!

Art déco : match serré entre New York et Paris

Art déco : match serré entre New York et Paris | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

par Béatrice de Rochebouët
Sotheby's disperse des deux côtés de l'Atlantique deux célèbres collections de cette période. La maison adapte ses stratégies aux marchés. (...)


(...)

Las de la morosité parisienne, les Français sont près de la moitié des quelque cinquante exposants à avoir dit oui à Sanford L. Smith, organisateur de ce salon new-yorkais, en collaboration avec le Syndicat national des antiquaires. Dès ce soir, pour le vernissage où l'on attend le gratin new-yorkais des collectionneurs accompagnés de leurs décorateurs, Peter Marino et Jacques Grange en tête, ils montreront quelques pépites: le trio Frank, Dupré-Lafon, Giacometti pour la galerie l'Arc en Seine dans une ambiance feutrée couleur crème d'un appartement cosy, un impressionnant bureau de l'Américain Gustav Stickley chez le jeune Oscar Graf ou une table d'Otto Wagner commandée par l'empereur François-Joseph d'Autriche pour son relais sur la route du château de Schönbrunn. Elle sera proposée par Yves Macaux à un peu moins de un million de dollars. Et pour la première fois, le célèbre New-Yorkais Di Lorenzo, grand spécialiste de l'Art déco qui a développé le marché outre-Atlantique, fait son entrée au Salon.

The Salon: Art + Design, New York, du 13 au 17 novembre.

more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

Avec Paris Tableau, la peinture ancienne reprend des couleurs

Avec Paris Tableau, la peinture ancienne reprend des couleurs | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

par Valérie Sasportas
Ce salon international ouvre les portes de sa 4e édition au Palais Brongniart. Avec des prix moins spectaculaires que l'art contemporain.

Après la Fiac, qui a comptabilisé 74.567 entrées en cinq jours, l'intimiste salon Paris Tableau prend ses quartiers au Palais Brongniart, autour de 26 exposants de Paris, Londres, Vienne, New York, Amsterdam, Bâle, dont quatre nouveaux: Maurizio Nobile (Bologne), Thomas Agnew & Sons (Londres), Porcini (Naples) et Grassi Studio (New York). La crème des spécialistes de la peinture ancienne, du Moyen Âge à 1870, sélectionnés par les dix meilleurs marchands de Paris, fondateurs de l'événement. «Paris Tableau met un point d'honneur à présenter le top niveau du marché», souligne son président, Maurizio Canesso. «Nous montrons des œuvres d'exception, à contre-courant des grandes manifestations qui misent sur le nombre, affirme Claude Vittet, membre fondateur. Pour dix tableaux d'un même artiste, peut-être un seul sera digne d'intérêt, et c'est précisément le rôle de notre salon de présenter le meilleur du marché.»

Pou lire l'intégralité de l'article : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2014/11/13/03015-20141113ARTFIG00039-avec-paris-tableau-la-peinture-ancienne-reprend-des-couleurs.php

more...
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

18e, aux sources du design, chefs-d’œuvre du mobilier 1650-1790 - La Tribune de l'Art

18e, aux sources du design, chefs-d’œuvre du mobilier 1650-1790 - La Tribune de l'Art | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

par Moana Weil-Curiel,

Pour la deuxième fois en deux ans, Versailles organise une exposition de qualité, loin des sujets attendus ou rebattus qui « riment » avec le lieu ; mais, comme pour la précédente1, on doit malheureusement craindre qu’elle ne rencontre pas le grand public.

Pourtant, nous ne pouvons qu’encourager à faire le voyage car les organisateurs sont parvenus à réunir un ensemble de très beaux meubles2 voire de chefs-d’œuvre venant souvent de collections privées, ou de collections publiques parfois méconnues3 (ill. 1 et 2), et que beaucoup d’entre nous ne connaissent souvent que sur des photos parfois anciennes. On a notamment plaisir à revoir l’armoire à folios de BVRB commandée par Machault d’Arnouville (cat. 40) dont la vente avait défrayé la chronique dans les années 1980, et qui retrouve ici la magnifique armoire en laque rouge de la collection Patino (cat. 41) déposée à Versailles depuis 1976, comme de pouvoir admirer la commode de BVRB aux 90 plaques de porcelaine de Sèvres (cat. 46), souvent reproduite mais rarement montrée4.

Paradoxalement, les quelques très belles pièces présentées à Versailles font aussi regretter un possible manque de moyens ou de soutiens financiers car si Chantilly ou la Wallace Collection ne peuvent prêter, le Victoria & Albert Museum, le Getty Museum et, surtout, les Wrightsman Galleries du Metropolitan Museum of Art possèdent plusieurs chefs-d’œuvre du mobilier français dont la présence aurait été bien venue.

Malgré les limites chronologiques annoncées par l’intitulé (« Chefs-d’œuvre du mobilier 1650-1790 »5), ce sont bien évidemment les productions de l’ébénisterie et de la menuiserie parisienne du XVIIIe siècle - elles sont alors les premières du monde et fixent ou créent souvent la mode dans le reste de l’Europe - qui occupent l’essentiel des salles. Mais ce très joli panorama pâtit certainement du titre choisi6 pour l’exposition et d’un visuel (affiche et couverture du catalogue) qui en constituent, peut-être, les seules véritables fautes de goût. En effet la perfection technique, le raffinement des matières, de la marqueterie ou des placages utilisés, compensent souvent ce que certains meubles peuvent avoir d’extravagant ou de ce qui nous apparaît même « kitsch »7. Mais l’un des points forts de cette exposition, qui constitue aussi un hommage au goût des collectionneurs-prêteurs8, est justement de souligner la beauté, le modernisme intemporel de ces meubles.

L’association avec Jean Nouvel, qui pourrait entraîner des réserves, est une autre belle surprise car il a su se montrer bien plus sobre que beaucoup de ses confrères « invités » ici ou là. Sauf un parti-pris plutôt étonnant (un plafond translucide éclairé par des néons qui ne diffuse qu’une lumière blafarde) dans une pièce où sont pourtant réunis des chefs-d’œuvre qui ont pour point commun l’usage de la couleur, l’accent est plutôt mis sur le meuble que sur le dispositif d’exposition9.


L'intégralité de l'article ici : http://www.latribunedelart.com/18e-aux-sources-du-design-chefs-d-oeuvre-du-mobilier-1650-1790

more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

Pour qui sont ces Picasso ?

Pour qui sont ces Picasso ? | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

pat Vincent Noce

JUSTICE En 2010, la découverte de 271 œuvres du peintre avait fait grand bruit. Accusé de recel, le couple de retraités, qui dit les tenir de l’artiste ou de sa dernière épouse, comparaîtra en février devant le tribunal correctionnel de Grasse.

Il y a quatre ans, Libération révélait la plus importante découverte d’œuvres de Pablo Picasso depuis sa mort, réalisée dans des conditions rocambolesques (lireLibérationdu 29 novembre 2010). La nouvelle fit le tour du monde. «Jamais n’a été trouvé en mains privées d’ensemble aussi important dont personne n’a eu connaissance», avait indiqué au journal Anne Baldassari, spécialiste du peintre, qui présidait le musée Picasso. Le tout pourrait désormais valoir 70 millions d’euros.

Aujourd’hui, il revient à la justice d’en écrire l’épilogue. L’électricien retraité de 75 ans et son épouse de 71 ans, Pierre et Danielle Le Guennec, retrouvés en possession de ce trésor, sont en effet renvoyés le 10 février pour trois jours devant le tribunal correctionnel de Grasse où ils auront à répondre de l’accusation de recel. Ainsi en a conclu la juge Catherine Bonnici, dans une ordonnance de quinze pages résumant les incroyables développements de l’affaire. Parallèlement, Me Anne-Sophie Nardon, représentant la fille de Jacqueline Picasso, a ouvert une procédure en revendication des œuvres, que la famille estime volées. (...)


L'intégralité de l'article ici : http://next.liberation.fr/arts/2014/11/03/pour-qui-sont-ces-picasso_1135297




more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

Le Centre Pompidou ouvre un espace permanent consacré à la photographie

Le Centre Pompidou ouvre un espace permanent consacré à la photographie | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it
La galerie gratuite, en sous-sol, vise à mieux présenter les riches collections du musée.
Syndicat National des Antiquaires 's insight:

par Claire Guillot

Les conservateurs de la photographie au Centre Pompidou le réclamaient depuis des années, les directeurs successifs du musée l’avaient maintes fois promis, sans succès : un espace permanent consacré à la photographie doit finalement être ouvert, le 5 novembre, au Musée national d’art moderne. De quoi déployer la très riche collection du Centre, l’une des plus prestigieuses d’Europe : 40 000 photographies qui couvrent toute l’histoire du médium, avec, entre autres un ensemble exceptionnel signé par des artistes des années 1920-1930 (Brassaï, Man Ray…).

Des trésors qui, dans leur grande majorité, dorment dans les réserves. « Trois cents à quatre cents photographies sont montrées dans les espaces des collections permanentes, précise Clément Chéroux, conservateur en chef pour la photographie au Centre Pompidou. Mais c’est vrai que les visiteurs ne les remarquent pas, car, dans cet endroit, ils viennent voir des œuvres, pas des photographies. »


Intégralité de l'article : http://www.lemonde.fr/arts/article/2014/11/05/le-centre-pompidou-ouvre-un-espace-permanent-consacre-a-la-photographie_4518386_1655012.html

more...
No comment yet.
Scooped by Syndicat National des Antiquaires
Scoop.it!

Ventes modernes à New York : Les 101 millions de dollars pour un Giacometti peu demandé

Ventes modernes à New York : Les 101 millions de dollars pour un Giacometti peu demandé | La revue de presse des membres du SNA | Scoop.it

par Judith Benhamou

Cette semaine se tiennent à New York les ventes aux enchères consacrées à l’art impressionniste et moderne qui donnent le ton du marché pour les six mois à venir. Après la vente mardi soir de Sotheby’s et celle mercredi soir de Christie’s la première conclusion est que le marché se porte bien : Chez Sotheby’s 15 lots invendus sur 75 . Chez Christie’s 4 lots invendus sur 35. Produit de vente chez Sotheby’s : 422,1 millions de dollars très sensiblement supérieur à celui de Christie’s : 165,6 millions de dollars.

La deuxième conclusion c’est que le marché impressionniste qui était inexistant , faute de tableaux de qualité reprend vie. Hier soir Christie’s a cédé au Getty museum de Los Angeles une « délicieuse » toile de Manet « Le printemps » pour 65,1millions de dollars. Elle était estimée 35 millions de dollars . C’est un portrait sur fond verdoyant de la comédienne Jeanne Demasy. Tout ce qu’on attend d’une œuvre impressionniste. Grâce féminine et sentiment de la nature. Elle date de 1881 l’année même ou le marchand Paul Durand-Ruel prenait contact avec les impressionnistes justement.

La troisième conclusion et celle qui est la plus inquiétante et que les maisons de ventes, mais cette saison manifestement surtout Sotheby’s, poussent de manière forcenée pour obtenir des prix toujours plus élevés qui certainement ne correspondent plus à cette notion idéale du « marché de l’offre et de la demande ».
l s’est donc passé des choses peu habituelles dans la salle mardi soir selon plusieurs témoignages comme le fait que pour une extraordinaire sculpture de Giacometti en bronze, un « Chariot » de 1950, les enchères montaient toute seules, sans enchérisseur, jusqu’à 101 millions de dollars ( avec les frais).


En savoir plus sur http://blogs.lesechos.fr/judith-benhamou-huet/ventes-modernes-a-new-york-les-101-millions-de-dollars-pour-un-a15065.html#Xd1FQwForx56VE4J.99
more...
No comment yet.