La nouvelle réali...
Follow
Find
5.9K views | +4 today
La nouvelle réalité du travail
Il est urgent de moderniser l’organisation du travail afin de l’adapter au triomphe de l’individualité et à la société post-industrielle
Curated by Denis Pennel
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Denis Pennel from Comment on travaille ensemble ?!
Scoop.it!

25 mesures pour améliorer le bien-être des salariés...

25 mesures pour améliorer le bien-être des salariés... | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Regagner la motivation des salariés, c'est possible en instaurant une relation de respect et de confiance, mais aussi en changeant les modes de management et en laissant plus de latitude aux collaborateurs.

 

 


Via Claire Boutin
more...
Claire Boutin's curator insight, August 6, 2013 2:56 AM

Conseil de lecture pour tous !

Rescooped by Denis Pennel from Innovation sociale
Scoop.it!

L'auto au coeur de la consommation collaborative

L'auto au coeur de la consommation collaborative | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

L'automobile est au cœur d'un nouveau système de consommation : la consommation collaborative. Aujourd'hui, pour dépenser moins et préserver la planète, on prête ou on loue aussi son auto entre particuliers.

 

"Ces pratiques d'échanges, de gratuité ou de prêt, regroupées sous le terme de " consommation collaborative" commencent à se propager dans tous les pays Occidentaux, notamment en France explique Guylaine Bouvÿ, ethnologue. Porteuses de nouvelles valeurs, elles visent à dépenser moins, tout en faisant du bien à la planète".

 

--> Une nouvelle ère automobile

--> Les constructeurs automobiles jouent le jeu

--> De la voiture objet à la voiture service

--> Citroën : un acteur de cette nouvelle mobilité

--> C-Zéro à 90 euros par mois : l'ère de rupture

 

--> Quel avenir pour la voiture "solo" ?

"Si la voiture est toujours très investie sur le plan identitaire, des changements symboliques apparaissent. Cela est très perceptible chez les jeunes générations pour lesquelles posséder sa propre voiture est loin d'être une nécessité. La volonté de consommer autrement, le souci de réduire ses dépenses et son empreinte écologique pourraient bien mettre à mal le statut de la voiture individuelle"... conclut Guylaine Bouvÿ.


Via Covivo, Bernard BRUNET
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Entreprise Ouverte : Ressources Humaines et Marché du Travail
Scoop.it!

La maîtrise insuffisante des savoirs de base : un obstacle pour s'intégrer au marché du travail ?

La maîtrise insuffisante des savoirs de base : un obstacle pour s'intégrer au marché du travail ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Ces difficultés sont plus courantes chez les personnes sans emploi. 21 % des personnes qui se déclarent au chômage et 37 % des personnes inactives maîtrisent mal l’écrit, contre 13 % parmi celles en emploi. « Toutes choses égales par ailleurs », une mauvaise maîtrise de l’écrit multiplie par 1,7 la probabilité d’être inactif plutôt qu’actif.


Via Franck Rykaczewski
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Flexisécurité
Scoop.it!

Et si le nouveau CDI intérimaires était étendu aux intermittents du spectacle?

Et si le nouveau CDI intérimaires était étendu aux intermittents du spectacle? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Et si les intermittents du spectacle avaient aussi leur CDI ? Le patronat du secteur de l'intérim et trois syndicats viennent de conclure un accord instituant pour une minorité d'intérimaire une forme de contrat à durée indéterminée leur garantissant une rémunération minimum entre deux missions. Ce dispositif est financé par un "fonds de sécurisatiion des parcours" interne à la profession.

 

Alors que le régime d'assurance chômage particulier des intermittents du spectacle et de la production connaît un trou annuel de 1 milliard d'euros, largement financé par le régime général, pourquoi ne pas imaginer que les entreprises de ces secteurs créent à leur tour un fonds pour assurer un revenu minimum aux techniciens et artistes entre deux "cachets" ?


Via L'Atelier de l'Emploi - ManpowerGroup
more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

L’entreprise idéale de demain

L’entreprise idéale de demain | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Cette édition, réalisée auprès d’étudiants en partenariat avec JobTeaser, permet de dessiner le portrait de l’entreprise telle que les jeunes collaborateurs de demain l’imaginent. Il est notable que pour 9 personnes sur 10, l’entreprise reste un lieu d’épanouissement personnel.

Découvrez les points majeurs de l’étude :

les futurs actifs souhaitent intégrer une entreprise de taille moyenne proposant un environnement résolument international,la crise de confiance du secteur financier diminue son attractivité au profit des secteurs high-tech et services.si seuls 4% des répondants plébiscitent le pur télétravail (comme en 2012), 96% aimeraient bénéficier d’une flexibilité entreprise/domicile,38% des étudiants souhaitent une prise en compte forte de leurs compétences dans le niveau de rémunération. Dans les critères de choix du recrutement, ils privilégient massivement leur personnalité (52%) par rapport à leur formation (20%).67% des étudiants considèrent que les qualités du manager devraient être avant tout relationnelles plutôt qu’organisationnelles. Néanmoins les répondants attendent de leur manager qu’il soit « organisé et structuré » (29%), et « enthousiaste et communicatif » (21%). L’expertise ne recueille que 5% des attentes.
more...
Verica Markovic's curator insight, August 4, 2013 7:11 AM

Quelle est Votre Entreprise Ideale?

Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Le futur du travail dans l’entreprise: l’agilité… ou le néant ?

Le futur du travail dans l’entreprise: l’agilité… ou le néant ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Comment les entreprises pourront-elles survivre dans leur forme actuelle, alors que tous les fondements de leur existence moderne sont sapés par la tendance à l'individualisation des rapports de travail portée par le numérique ?
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Transformations numériques
Scoop.it!

Les DSI face à la rébellion des salariés connectés

Les DSI face à la rébellion des salariés connectés | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Côté sécurité, les DSI sous-estimeraient les menaces

Si 50% des DSI pensent que les salariés font attention à la sécurité de leurs données professionnelles, 44% des salariés français déclarent en être peu soucieux. Ainsi, 30% des salariés français n’hésiteraient pas à consulter, stocker, transmettre ou même modifier des documents pros sur leur mobile privé ou tablette personnelle et 26% des salariés français auraient déjà téléchargé un fichier en dehors du SI de l’entreprise. 32% des salariés seraient même prêts à contourner la DSI afin d’être plus efficaces avec leur smartphone ou tablette.

 

BYOD : plus de mobilité pour plus de productivité ?

Seulement 23% des entreprises auraient mis en place une politique BYOD dont 58% pour permettre aux salariés d’être plus productifs, et d’autres pour attirer les talents (DRH, DSI, même combat ?). D’ailleurs, 40% des DSI admettent que leur politique de mobilité freine la productivité des employés.

 

Des salariés français stressés sans mobilité

En France, 1 salarié sur 3 serait prêt à quitter son entreprise s’il ne pouvait pas utiliser ses devices mobiles pour travailler. En effet, le manque de mobilité serait une cause de stress pour les salariés français : sans accès à ses données pro en dehors du bureau,1 salarié sur 5 ressentirait de l’anxiété.


Via L'Atelier de l'Emploi - ManpowerGroup
more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Syndicats, encore un effort pour être pragmatiques!

Syndicats, encore un effort pour être pragmatiques! | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Si les dirigeants syndicaux sont en quête de devoirs de vacances, ils devraient emporter avec eux, pour le méditer, le sondage TNS Sofres sur l'image des syndicats. Réalisé du 24 au 27 avril auprès d'un échantillon représentatif de 1 014 Français pour l'association Dialogues - qui, présidée par Claude Tendil, PDG de Generali France, et animée par Jean-Dominique Simonpoli, ancien syndicaliste de la CGT, réunit des directeurs de ressources humaines -, il offre une vision du syndicalisme où les ombres l'emportent sur les lumières.
Dans un pays où le taux de syndicalisation est au mieux de 8 % - 5 % dans le secteur privé -, la cote de confiance du syndicalisme reste élevée : 45 % des Français font tout à fait ou plutôt confiance à l'action des syndicats, contre 46 % en 2010 et 50 % en 2008. Chez les seuls salariés, ce pourcentage, en légère hausse sur 2010, monte à 55 %. Autre signal positif : 65 % des sondés jugent que, " pour déterminer les règles sociales ", le mieux est de s'en remettre à la négociation entre les syndicats et les entreprises, alors que seuls 15 % préfèrent se tourner vers l'Etat.
A l'heure où le nouveau président du Medef, Pierre Gattaz, élu mercredi 3 juillet avec 95 % des voix, veut privilégier le dialogue social dans l'entreprise, ce sondage est corroboré par le bilan 2012 de la négociation collective établi par le ministère du travail. En 2012, 38 799 accords d'entreprise ont été signés, soit 4 930 de plus qu'en 2011. La CFDT est le premier signataire (94 %), devant la CFE-CGC (92 %), la CFTC et FO (90 %) et la CGT, qui en signe quand même 85 %.
Mais les autres résultats du sondage font émerger beaucoup d'attentes et d'insatisfactions envers les syndicats. Ainsi, pour défendre leurs intérêts, 57 % des salariés choisissent de " discuter individuellement avec leur hiérarchie ", tandis que seulement 19 % s'adressent aux syndicats. 38 % des Français et des salariés les jugent " inefficaces ". Interrogés sur les raisons pour lesquelles ils ne se syndiquent pas davantage, 43 % des salariés mettent en avant le sentiment que leurs préoccupations ne sont pas bien comprises, 36 % " la peur des représailles " - de la part de leur patron - et 31 % le fait qu'ils ne leur apparaissent pas assez efficaces.

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Un patron dans le monde du numérique : le choc du réel et du virtuel

Un patron dans le monde du numérique : le choc du réel et du virtuel | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Il n'a sur son agenda ni déjeuner d'affaire, ni réunion à rallonge. Même les rendez-vous chez des clients sont pour Rod Simeon, créateur de Bold is Beautiful, une exception. Pourquoi se déplacer lorsqu'on peut communiquer d'un simple clic ?

 

Son entreprise est domiciliée dans un espace de co-working d'où il traite avec le monde entier, depuis son ordinateur et son smartphone, seul ou en équipe, virtuelles forcément les équipes, selon les besoins du client. Il se déplace peu, « une perte de temps » préférant appeler, rappeler, mailer à longueur de journée, de même qu'il ne s'encombre pas de choses inutiles, cultivant l'art de ne rien posséder, pas même un site internet, une infrastructure informatique. Le bouche à oreille suffit à le faire travailler. Sa réputation de super communicant, doué en design, au profil international et aux références solides lui sert de carte de visite. L'époque lui sourit. La crise a doublé les exigences de ses clients, raccourci les délais, réduit les budgets... et lui en profite à plein.

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Une autre vision du marché du travail

Une autre vision du marché du travail | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Voici quarante ans environ que le chômage de masse a commencé son ascension ; et quarante ans qu'économistes et politiques s'échinent à le faire reculer. En vain. Au lieu de chercher encore à produire une nouvelle alchimie entre les politiques de la demande et celles de l'offre, examinons les conditions de la forte croissance des "trente glorieuses" et du chômage très faible qui les accompagnait.

Pour quelles raisons cette période a-t-elle été si exceptionnelle ? La reconstruction d'après-guerre ? Dès 1949, la France dépassait le plus haut niveau de production qu'elle avait atteint antérieurement, en 1929. Or, la croissance s'est poursuivie à un rythme soutenu pendant encore vingt-cinq ans. A contrario, tous les prétendus obstacles à la croissance, dénoncés aujourd'hui par les économistes de l'offre, ont été mis en place au début des "trente glorieuses". A l'évidence, ceux-ci n'ont alors pas entravé la dynamique alors observée.

 

Dès lors, comment auraient-ils pu, soudainement, trente ans plus tard, devenir un handicap à la croissance ? La mondialisation ? Mais c'est précisément au début des "trente glorieuses" que le démantèlement des frontières douanières fut le plus intense. Que s'est-il donc passé à cette époque ? Une vérité d'évidence : on a beaucoup produit mais aussi beaucoup consommé ! En particulier, les ménages se sont mis à acheter une série de biens nouveaux dont la diffusion avait été différée par la guerre, mais qui avaient bénéficié durant ce temps de perfectionnements continuels. Il y a tout l'équipement électroménager (lave-linge, réfrigérateur, aspirateur, etc.), la télévision et surtout l'automobile.

Ces nouveaux biens ont suscité un véritable engouement. Conjointement, de nouvelles activités se sont développées : carburants, réparations, tourisme, etc. La voirie a dû être refaite et étendue. A cela s'est ajouté le rôle de l'Etat, qui a stimulé fortement l'offre et la consommation de services publics et privés de santé, d'éducation et de formation.

 

ACCROISSEMENT DE LA PRODUCTIVITÉ

Or, dès la fin des années 1960, les statistiques indiquent que le degré d'équipement des ménages dans ces biens durables est saturé. On passe alors d'un marché d'équipement (croissant) à un marché de renouvellement (stagnant). En même temps, il n'apparaît pas que le relais soit pris par d'autres biens ou services susceptibles d'entraîner le même empressement d'acquisition que ceux apparus dans les années 1950, ni, surtout, qu'ils nécessitent un volume de travail aussi important pour être produits. Parallèlement, l'accroissement de la productivité se poursuit à un rythme soutenu dans l'agriculture et l'industrie. Illustration de ce décalage : le taux d'épargne financière des ménages (c'est-à-dire le revenu mis de côté) progresse sensiblement entre 1969 et 1981, alors que les taux d'intérêt réels servis sont devenus fortement négatifs avec l'inflation des prix.

De même, à partir de 1966, le volume des heures supplémentaires travaillées se réduit peu à peu au point que, à la fin des années 1970, la durée effective du travail, qui était de 46 heures par semaine en 1965, rejoint la durée légale (40 heures). Au cours des décennies 1980 et 1990, les revendications syndicales pour l'abaissement de cette barrière de la durée légale du travail hebdomadaire se font de plus en plus pressantes. Et, en 2000, elles sont satisfaites grâce à l'obtention de la semaine de 35 heures.

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from RH et Talents : recrutement, formation, management, diversité
Scoop.it!

La GPEC vue par François Geuze, président de Référence RH

La GPEC vue par François Geuze, président de Référence RH | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Nous avons rencontré François Geuze, Président de Référence RH, le réseau des 3èmes cycles RH français qui regroupe 40 établissements (universités ou grandes écoles) accueillant chaque année environ 1400 étudiants. Il a accepté de partager sa vision de la GPEC et son enseignement auprès des étudiants, futurs DRH.


Via L'Atelier de l'Emploi - ManpowerGroup
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Management de demain
Scoop.it!

Le fab lab est un outil pour faire bouger le management

Le fab lab est un outil pour faire bouger le management | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Chef de projet à la FING (fondation Internet nouvelle génération), Fabien Eychenne est l’auteur de Fab Lab, "l’avant-garde de la nouvelle révolution industrielle" aux Editions Fyp. Il nous explique en quoi ces nouveaux modes de fabrication inventent aussi le management de demain. D’ores et déjà, de grandes entreprises industrielles s’en inspirent."


Via Denis Cristol, michel verstrepen, JP Fourcade, Anne-Laure Delpech, Geemik Maria Açucena Da Silva
more...
Deborah Potelle's curator insight, July 28, 2013 5:14 PM

"Chef de projet à la FING (fondation Internet nouvelle génération), Fabien Eychenne est l’auteur de Fab Lab, "l’avant-garde de la nouvelle révolution industrielle" aux Editions Fyp. Il nous explique en quoi ces nouveaux modes de fabrication inventent aussi le management de demain. D’ores et déjà, de grandes entreprises industrielles s’en inspirent."

Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Le numérique bouleverse la subordination et le droit du travail

Le numérique bouleverse la subordination et le droit du travail | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Le numérique au travail se développe et se transforme en permanence et à grande vitesse, remettant notamment en cause la subordination salariale.


Les questions posées aux juges ont beaucoup évolué depuis 15 ans. Entre 2001 et 2011, c'était le contrôle des courriels ou des dossiels des salariés, avec beaucoup d'incertitudes.


En 2013, les questions posées au juge sont plutôt liées au Web 2.0, en externe puis en interne. Avec un beau conflit des logiques car, en nos temps de guerre économique et de nécessaire confidentialité, la très large liberté d'expression des jeunes collaborateurs sur les réseaux sociaux posent quelques problèmes. 

Le rapides développement des réseaux sociaux internes, donc privés, a fait craindre les mêmes dérapages. Cela n'a évidemment pas été le cas : l'anonymat ou les pseudos y sont interdits, et le collaborateur ne sait pas exactement qui va prendre connaissance de ce qu'il écrit : le risque est donc aujourd'hui moins ces dérapages qu'un discours très prudent. Les réseaux sociaux internes comme lieux de libre expression (la renaissance du droit d'expression direct et collectif de 1982) et de partage du savoir ? C'est extrêmement optimiste ; mais ils servent aussi à ré-internaliser les débats et vives polémiques fleurissant sur les réseaux sociaux externes.


Les TIC et le Web 2.0 remettent en cause des fondements de la subordination salariale

Notre droit du travail conçu pour la manu-facture « militaro-industrielle » avec son unité de lieu de temps et d'action, par ailleurs reflet de l'autorité structurant alors la Famille, l'École comme la Société, est-il adapté au monde d'aujourd'hui ? A fortiori au monde qui vient ? 
Ce modèle hiérarchique, que l'on retrouvait dans le système juridique avec la suprématie naturelle de l'incontestable Loi, a permis une croissance économique qui fait aujourd'hui rêver. Mais il est contreproductif dans le secteur quaternaire : on ne fait ni travailler, ni reposer les neurones comme des bras. Cela tombe bien car les jeunes collaborateurs se sentent aujourd'hui pleinement citoyens : leur « N+1 » ne devient leur « supérieur » que lorsqu'il a fait la preuve de son expertise et de son exemplarité.


Un siècle après la révolution industrielle, la révolution numérique et l'irruption du Web 2 horizontal déstabilisent les corps intermédiaires : managers, mais aussi syndicats et représentants du personnel littéralement court-circuités. Et génèrent deux mondes du travail aux exigences opposées. 
Autonomie et pro-activité pour les travailleurs du savoir. Exemple : l'obligation de résultat confiée au « leader » d'une équipe-projet internationale, où c'est la co-labeuration hors rang hiérarchique et fuseaux horaires qui est source de productivité. Avec des problématiques nouvelles : sub/organisation au collectif parfois très contraignante, surcharge communicationnelle et cognitive dont la mesure et le suivi sont plus délicats que les « 40 kgs maximum, brouette comprise »

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Comment on travaille ensemble ?!
Scoop.it!

Les 7 pratiques managériales les plus innovantes du Monde

Les 7 pratiques managériales les plus innovantes du Monde | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Pour garantir leur pérennité, les entreprises doivent se montrer plus agiles, innovantes et se démarquer de leurs concurrents. Si le management de l'innovation est une des clefs, il ne peut se concrétiser qu'en innovant le management. S'il est une certitude, c'est que les business plans à 5 ans ne veulent plus rien dire, que les procédures deviennent un frein... Mais comment faire autrement ?


Via Claire Boutin
more...
J-Philippe Déranlot's curator insight, August 6, 2013 9:31 AM

lire l'article et le 2e commentaire du dénommé "1503"

Frédéric Rochet's curator insight, August 14, 2013 4:42 AM

Des exemples d'innovation managériales sous forme de réponses à des questions que bon nombre de dirigeants se posent...Intéressant mais à condition de faire un travail de fond sur la "philosphie managériale" que l'on souhaite promouvoir dans son entreprise.  

Bastien Gerland's curator insight, October 4, 2013 8:02 AM

Extrait : "Cet article n'est qu'un petit aperçu de la somme des innovations managériales que nous observons à travers le monde.

Petit détail, toutes ces entreprises augmentent leur CA chaque année alors que d'autres s'effondrent, victimes de la crise."

Rescooped by Denis Pennel from Travail : Ton Monde Cruel "AutreMent"
Scoop.it!

Le marché du particulier employeur en 2010 : 1,8 million de salariés

Le marché du particulier employeur en 2010 : 1,8 million de salariés | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Si les services à la personne ont un fort potentiel d'emploi, celui-ci pourrait toutefois se réduire sous l'effet de la crise.

 

Tirant le bilan des services à la personne (garde d'enfants, assistance aux personnes âgées ou dépendantes, entretien ménager, soutien scolaire, livraison de courses ou de repas, assistance informatique, etc.), la Dares indique que le particulier employeur a nettement moins eu recours à un salarié en 2011, qu'en 2010. En effet, en 2010 1,8 million de salariés, hors assistantes maternelles, ont travaillé au domicile de particuliers pour des services à la personne, contre 1,05 million en moyenne en 2011. La baisse globale de l'activité s'explique notamment par l'effet de la crise.

 

En 2010, le marché représentait près de 5% du salariat en France. Il ressort de l'étude que les services à la personne sont davantage sollicités dans le Sud-Ouest, dans les zones rurales, âgées et dans celles où la proportion de cadres est élevée. Près de 9 salariés des services à la personne sur 10 étaient des femmes et 24% ont plus de 55 ans.


Via L'Info Autrement
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Richesses Humaines
Scoop.it!

Les vertus de l’Employee Life Cycle Management

Les vertus de l’Employee Life Cycle Management | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Le temps et la géométrie au service des RH : un cycle dont on tient compte dans son entier pour enclencher un cercle vertueux. Tel est le but de l’Employee Life Cycle Management, une approche systémique qui envisage l’attraction, le recrutement, l’intégration, le développement, la fidélisation et le repositionnement des collaborateurs comme un tout.

 

« La majorité des réflexions portent sur le recrutement, or, quand on fait appel à un prestataire pour recruter c’est que l’on a potentiellement raté une partie de l’attraction, du développement ou de la fidélisation », pointe Vincent Rostaing, fondateur de Le Cairn 4 IT, spécialiste de l’optimisation du cycle de vie professionnel. Pour réussir à être attractif, à développer ses collaborateurs, à les fidéliser, une approche parcellaire est insuffisante – une affirmation qui concerne d’ailleurs toute démarche de marque employeur qui, pour avoir une portée, doit prendre en compte des aspects qui dépassent la sphère RH. Lorsque l’entreprise  pense recrutement, si une certaine logique voudrait qu’elle débute par un travail sur son attractivité, elle peut aussi partir de la fin du cycle et se demander comment elle aimerait que les collaborateurs la quittent « pour optimiser leur expérience à chaque étape », précise-t-il.


Via Isabel Bornet
more...
Isabel Bornet's curator insight, July 29, 2013 11:05 AM

Trop souvent mal organisée et que de perte de talents dans certaines organisations...

Rescooped by Denis Pennel from Transformations numériques
Scoop.it!

Le futur du travail dans l’entreprise : … sans l’entreprise ?

Le futur du travail dans l’entreprise : … sans l’entreprise ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

"Le numérique sape les fondements historiques de “l’entreprise”. Hors de celle-ci, point de travail ? L’entreprise n’a pourtant pas toujours existé en tant que telle ni dans sa forme actuelle, c’est une construction sociale… dont le numérique déstabilise les fondations. Car, aujourd’hui, les “nouvelles technologies” ne sont plus seulement des outils à son service, elles constituent aussi de nouveaux moyens de production, de mesure de la valeur et de rétribution. Est-ce au point de déconnecter radicalement le travail de l’entité “entreprise” ? Cette question était au coeur des échanges sur l’avenir du travail, lors du dernier festival Futur en Seine.

 

Avec le numérique, tout s’automatise progressivement, ou presque : les caissières de supermarché s’effacent, les ouvriers se font rares, les voitures sans conducteurs et articles écrits par des robotsdeviennent une réalité… Cette rapidité du progrès technologique nous conduit à repenser en profondeur les notions de “travail” et de “salaire”…"


Via L'Atelier de l'Emploi - ManpowerGroup
more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Les centres de services partagés (CSP) gagnent du terrain

Les centres de services partagés (CSP) gagnent du terrain | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Longtemps perçus comme un « mal nécessaire », les regroupements d’activités non stratégiques en centres de Services Partagés semblent avoir meilleure presse. C’est l’un des enseignements majeurs de la 7e édition de l’enquête internationale bisannuelle sur les centres de Services Partagés (CSP), menée par le cabinet Deloitte.

 

Principaux résultats :

34% des répondants à l’enquête ont isolé les CSP dans l’organigramme du groupe et leur ont accordé le statut d’unité de gestion à part entière,22% des groupes interrogées laissent le choix à leurs filiales et business units de transférer ou non des activités vers leurs CSP,si en 2013, le coût est toujours la première raison pour laquelle les entreprises se tournent vers les CSP, la qualité des services fournis est également invoquée par 45% des répondants,la dispersion des centres sur la planète est une autre tendance émergente : 6% des centres créés depuis moins de 3 ans l’ont été en Chine, alors qu’il y a peu le pays n’était même pas dans le radar des localisations possibles,de plus en plus d’entreprises déploient des solutions visant à améliorer l’expérience client : les répondants sont en effet nombreux (39%) à déployer des solutions de « data analytics » ou des applications self-service
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Transformations numériques
Scoop.it!

Près d’un Français sur deux ne se déconnectera pas durant les vacances

Près d’un Français sur deux ne se déconnectera pas durant les vacances | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Tous workaholics? 45 % des Français projettent de travailler pendant leurs vacances.

Via L'Atelier de l'Emploi - ManpowerGroup
more...
L'Atelier de l'Emploi - ManpowerGroup's curator insight, July 15, 2013 3:27 AM

Emploi & vacances : le sujet de la dernière "Semaine de l'emploi" sur l'Atelier de l'emploi >> http://www.manpowergroup.fr/lemploi-aussi-part-en-vacances-semaine-de-lemploi-39/

Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Carrières : pourquoi la fidélité est une valeur en hausse

Carrières : pourquoi la fidélité est une valeur en hausse | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Pour la majorité des cadres, seule la mobilité externe permettrait une progression professionnelle. Pourtant, la réalité montre que la fidélité peut se révéler aussi efficace pour faire évoluer sa carrière.

 

La réalité des pratiques est bien différente des représentations des cadres. La fidélité paie bien au-delà du cercle des « compagnons du Minorange », l’élite du groupe Bouygues. Selon une étude menée par la Chaire Nouvelles Carrières de Rouen Business School, la mobilité interne est toujours le meilleur moyen de réussir. Les rebonds permettent de gagner du temps jusqu’à 35 ans, mais ce n’est plus le cas ensuite. Sur ces sujets, comme sur tant d’autres, un décalage entre les discours et les pratiques est patent.

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Changement de monde : Michel Serres et la Petite Poucette

Changement de monde : Michel Serres et la Petite Poucette | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Signe des temps ou paradoxe ; faut-il être octogénaire pour se permettre l'optimisme ? Après Stéphane Hessel et son best seller « Indignez vous », voici Michel Serres et sa « Petite Poucette ».

 

Au travail, Petite Poucette s'ennuie. Elle sait que la société ne s'organise qu'autour du travail, elle s'y ennuie. « Le travail ne disparaîtra-t-il pas aussi de ce que ses produits, faisant inondation sur les marchés, nuisent souvent à l'environnement, souillé par l'action des machines(...). Elle rêve d'une œuvre nouvelle dont la finalité serait de réparer ces méfaits et d'être bénéfique -elle ne parle pas du salaire, elle aurait bénéficiaire, mais du bonheur aussi- à ceux qui œuvrent. Elle fait, en somme, la liste des actions qui ne produiraient pas ces deux pollutions, sur la planète et les humains » (page 55).


Loin d'interroger l'avènement d'un « miroir numérique », des conditions des collectifs, d'une déréalisation des systèmes de gestion ou d'une quête de siège dans des villes héritées d'urbanistes fonctionnels, Michel Serres se réjouit du renversement de la présomption d'incompétence qui fait tant pour imposer la puissance des grandes machines publiques ou privées s'adressant (cela vaut pour les universités) à des imbéciles supposés, nommé grand public. « Si elle a consulté au préalable un bon site, sur la Toile, Petite Poucette, nom de code pour l'étudiante, le patient, l'ouvrier l'employé, l'administré, le voyageur, l'électrice, le sénior ou l'ado, que dis-je, l'enfant, le consommateur, bref, l'anonyme de la place publique, celui que l'on nommait citoyenne ou citoyen peut en savoir autant ou plus, sur le sujet traité, la décision à prendre, l'information annoncée, le soin de soi... qu'un maitre, un directeur, un journaliste, un responsable, un grand patron, un élu, un président même, tous emportés au pinacle du spectacle et préoccupés de gloire » (page 65).

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Le marché du travail déclasse ses jeunes diplômés

Le marché du travail déclasse ses jeunes diplômés | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Les jeunes qui font cinq années d'études après le baccalauréat en font-ils trois de trop ? Provocation, bien sûr. Pourtant, le Centre d'études et de recherches sur les qualifications (Céreq) le montre : à bac +5, les jeunes sont de plus en plus nombreux, depuis quelques années, à ne plus pouvoir obtenir un emploi correspondant à leur niveau de diplôme. Ce "déclassement", pointé par des sociologues comme Eric Maurin ou Camille Peugny, frappe un peu moins les bac +2.

 

C'est l'une des grandes tendances qui se dégagent de vingt années d'études du Céreq sur l'insertion des jeunes en France. Le centre, qui publie le dernier opus de ses travaux le 4 juillet, a suivi, depuis 1992, six générations de jeunes entrant sur le marché du travail : ceux sortis du système éducatif en 1992 ; puis 1998, 2001, 2004, 2007 et 2010. Les cohortes ont été interrogées trois ans après leur entrée dans la vie active, parfois également cinq et sept, voire dix ans.

 

La fresque ainsi tracée montre qu'il existe une manière française d'intégrer les jeunes au monde du travail. Notamment, donc, en déclassant les plus diplômés. "Il y a vingt ou trente ans, constate Isabelle Recotillet, responsable de ces enquêtes au Céreq, le titulaire d'une licence pouvait exercer un poste de cadre. Aujourd'hui, ce n'est plus vrai. C'est en tout cas ce que nous constatons chez les générations 2004 et 2007. Avec une licence, on occupe de moins en moins souvent un poste de cadre."

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

DRH : make it simple…

DRH : make it simple… | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Tous les nouveaux outils de communication et réseaux professionnels bruissent actuellement sous l’effet d’un vent nouveau ou du moins d’un terme habillement marqueté : le « Big Data ». Nous avons tous conscience de la richesse des informations et des données qui dorment tant sur le net qu’au sein de nos DRH. Certaines méthodes d’analyses prédictives développées pour la gestion des talents, l’absentéisme ou le recrutement ouvrent l’ère du « HR Analytics ». Oui, mais…

 

Et si la vraie révolution numérique résidait dans la simplification numérique ? 

Avant de parler de « Big Data », ne devrions-nous pas nous intéresser au « Little Data ». Tant d’informations RH sont déjà disponibles et non exploitées, qu’il nous semble bien inefficace de vouloir monter des usines à gaz alors que parfois on peine déjà à sortir un reporting RH basique. 

Les promoteurs de ce Big Data ont-ils déjà fait l’expérience de demander en comité de direction l’effectif de l’entreprise ? Nous vous invitions à le faire et à constater les écarts. Il devrait y avoir autant d’indicateurs d’effectif que de personnes présentes au Comex. Dans ce contexte, inutile alors de prédire l’avenir RH, si on ne sait d’où l’on vient et où l’on est. Avant « d’intuiter » les RH de demain, occupons-nous des RH d’aujourd’hui. 

Certes le marketing « manipule » de nombreuses données pour déterminer des algorithmes de promotion individuelle et personnelle mais, d’une part, cette pratique est pour l’instant cantonnée aux entreprises BtoC qui adressent un large panel de clients potentiels et, d’autre part, les DRH ne nous semblent pas aujourd’hui vraiment sensibilisées à une approche arithmétique des relations sociales. Veut-on vraiment faire boire un âne qui n’a pas soif et qui a tant d’autres chats à fouetter que de définir la martingale d’évaluation du haut potentiel, le chiffre d’or du talent ? 

Face à la complexité croissante de notre environnement, ne devrions-nous pas travailler à de nouvelles approches du système d’information RH visant à : 

1. utiliser réellement les données dont nous disposons et que nous laissons dormir, 
2. disposer d’un nombre limité d’indicateurs ayant une réelle valeur ajoutée pour relever les défis RH auxquels nous sommes confrontés, 
3. simplifier les processus RH. 

Ces trois enjeux remettent singulièrement en question la manière dont nous abordons la gestion de projet et la mise en œuvre des SIRH ainsi que l’ergonomie des logiciels que nous utilisons.

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

L'entreprise a besoin de tout l'homme

L'entreprise a besoin de tout l'homme | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

 

Pour Louis Gallois, l'entreprise a de plus en plus besoin de tout l'homme, c'est-à-dire de la totalité des capacités de l'homme, le maximum de ses capacités. Selon lui, le taylorisme ne prenait qu'une partie de l'homme, celle qui en faisait l'adjoint, voire le prolongement de la machine. Aujourd'hui, les entreprises recherchent l'intelligence et la créativité de l'homme.

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from RH nouveaux paradigmes
Scoop.it!

Cinq tendances-clés du futur du travail qu'il vaut mieux prendre en compte !

Cinq tendances-clés du futur du travail qu'il vaut mieux prendre en compte ! | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

"La compréhension de ces 5 tendances-clés qui vont profondément modifier la façon dont nous travaillons dans le futur permettra aux organisations de mieux se préparer et de s’adapter aux changements.

 

Dans cet article de prospective du magazine Forbes, Jacob Morgan expose cinq tendances du futur du travail:

la modification des comportements façonnées par les médias sociauxl’impact des nouvelles technologies collaborativesle basculement dans le cloudla génération Y qui va bientôt devenir la population salariée majoritairela mobilité et la « connexion au travail ».


Via Xavier de Mazenod, Geemik Maria Açucena Da Silva
more...
claudine pierron's curator insight, June 29, 2013 10:49 AM

De belle clés de lecture pour comprendre notre socièté 2.0 

L'Atelier de l'Emploi - ManpowerGroup's curator insight, July 1, 2013 9:23 AM

Dans cet article de prospective du magazine ForbesJacob Morgan expose cinq tendances du futur du travail:

  • la modification des comportements façonnées par les médias sociaux
  • l’impact des nouvelles technologies collaboratives
  • le basculement dans le cloud
  • la génération Y qui va bientôt devenir la population salariée majoritaire
  • la mobilité et la « connexion au travail ».