La nouvelle réali...
Follow
Find
4.8K views | +43 today
 
Rescooped by Denis Pennel from Emploi
onto La nouvelle réalité du travail
Scoop.it!

Comment l'économie française s'est transformée en trente ans

Comment l'économie française s'est transformée en trente ans | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
L'Insee publie ce mercredi un dossier intitulé "Trente ans de vie économique et sociale", qui passe au crible les bouleversements majeurs de la société française. Ce qu'il faut en retenir.

Via Joël MAGNET
more...
Thierry Curty's comment, May 9, 10:14 AM
C'est curieux, parce que toute ma théorie repose sur le fait que, justement, l'économie française n'a pas changé en 30 ans, ce qui est son seul et unique problème à l'origine de la situation que nous connaissons.

Non, l'économie française n'a pas changé. Il y a bien eu l'Economie des conventions en 1980, qui a entraîné une accélération des politiques keynésiennes, mais ce n'est que le curseur de l'économie dirigée qu'on a poussé plus à fond.

Non seulement l'économie française n'a pas évolué en 30 ans, ce qui fait de cet article un propos démagogique, mettant en lumière ce qui est perçu comme un changement, alors que ce n'est qu'une évolution, un peu comme si on mettait un filtre à huile plus efficace sur une voiture à l'occasion d'une vidange, mais en plus elle va devoir changer profondément et de manière de plus en plus rapide au fur et à mesure qu'elle avance vers le mur de la transition sociétale.
La nouvelle réalité du travail
Il est urgent de moderniser l’organisation du travail afin de l’adapter au triomphe de l’individualité et à la société post-industrielle
Curated by Denis Pennel
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Contrat, temps, lieu, hiérarchie... comment le travail fait sa révolution

Contrat, temps, lieu, hiérarchie... comment le travail fait sa révolution | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

L'industriel mexicain Carlos Slim et le cofondateur de Google, Larry Page,relancent le débat mondial sur la réduction du temps de travail. Une polémique dépassée pour Denis Pennel*. Directeur général de la CIETT (Confédération mondiale des services d'emploi privé), il souligne la porosité entre vie professionnelle et vie privée. Et imagine la fin du salariat.


"On croyait le débat sur la réduction du temps de travail enterré et voici qu'il resurgit là où on ne l'attendait pas avec la proposition choc d'un industriel, Carlos Slim. Cette semaine de trois jour, c'est quelque chose de surprenant ?"

 

- L'idée n'est pas vraiment nouvelle : en France, on avait la semaine de quatre jours avec Pierre Larrouturou qui se bât toujours pour ça. C'est une question dont on peut débattre dans nos économies développées mais qui n'est pas à l'ordre du jour dans la plus grande partie du monde. 60% de la population active mondiale travaille sans contrat écrit, de façon absolument informelle.

On peut aussi se poser la question de la rationalité économique de cette réduction du temps de travail. Dans nos sociétés, la population active décline : il y a de moins en moins de personnes qui vont se trouver sur le marché. Comment assurer un maintien de la production en faisant travailler de façon réduite des gens qui sont de moins en moins nombreux ?

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Travailler autrement au 21 ème siècle
Scoop.it!

Les Français ne sont jamais contents au travail

Les Français ne sont jamais contents au travail | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Via Philippe-Didier Gauthier, JP Fourcade
more...
Philippe-Didier Gauthier's curator insight, September 17, 1:04 PM

#DémarchePortfolio #Employabilité #Contribution  Des points de référence sur la satisfaction au travail et le rapport au travail.

Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Le logiciel dévore le monde… depuis les États-Unis

Le logiciel dévore le monde… depuis les États-Unis | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Marc Andreessen, concepteur du premier navigateur graphique, Mosaic, et désormais l’un des plus influents venture capitalists du marché, a pour habitude de déclarer que « le logiciel dévore le monde ». Il a explicité sa formule dans un article paru l’année dernière dans le Wall Street Journal : l’ère du pure playing est terminée ; désormais le logiciel va s’immiscer dans tous les secteurs de l’économie, s’hybrider avec le matériel et affecter les positions et les niveaux de marge de tous les acteurs en place.

 

Apple, Google et Amazon sont exemplaires des disruptions que le logiciel inflige à différents secteurs de l’économie. Avec l’iPod et iTunes, Apple a imposé un nouveau modèle économique à l’industrie de la musique. Avec son moteur de recherche et la régie AdWords, Google a capté une part croissante des recettes publicitaires en ligne et généralisé la mesure de la performance dans ce secteur, bouleversant au passage les modèles économiques de tous les acteurs qui dépendent de la publicité, notamment les médias. Amazon a déployé une infrastructure globale et ouverte pour la vente en ligne et, en raccourcissant sans cesse ses délais de livraison, s’apprête à s’attaquer aux positions des géants de la grande distribution. Wal-Mart l’a bien compris et a décidé de prendre les devants en cessant de vendre les terminaux Kindle, suggérant une guerre à venir entre le géant de la grande distribution et celui de la vente en ligne. Le vainqueur, heureusement ou malheureusement, est connu d’avance – après tout, Wal-Mart a, à l’époque, lui-même provoqué la faillite de la plupart de ses concurrents dans la distribution alimentaire aux Etats-Unis.

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Et si l’innovation technologique nuisait à la société humaine?

Et si l’innovation technologique nuisait à la société humaine? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

L’innovation est censée être le remède au marasme économique. Et si au contraire elle en était la cause? Plus précisément: serait-il possible que l’incessante automatisation touchant tous les secteurs, des usines au commerce de détail en passant par le journalisme, ne détruise davantage d’emplois qu’elle n’en crée?

C’est une question que se posent économistes et travailleurs au moins depuis la Révolution industrielle. Et dans le passé, la réponse était généralement un «non» franc et direct.

 

Certes, l’automatisation rend obsolètes certains emplois humains peu qualifiés, mais elle introduit aussi de nouvelles catégories d’emplois qui le sont à l’extrême, des ingénieurs aux gestionnaires d’équipement en passant par le secteur de la banque et du blogging. Son principal effet est d’augmenter la productivité, ce qui est supposé relever le niveau des revenus et stimuler la demande de nouveaux produits et services.

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Génération Y au travail
Scoop.it!

"Génération récession": des entrepreneurs jeunes, innovants... et performants!

"Génération récession": des entrepreneurs jeunes, innovants... et performants! | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

La "génération récession" identifiée par Hiscox correspond à une catégorie d'entrepreneurs qui se sont lancés à partir de 2007-2008. Plus fréquemment sans emploi que la génération précédente au moment de s'engager dans l'entrepreneuriat (12% contre 6% pour la génération "prérécession"), ces créateurs d'entreprise sont également plus jeunes (42% se sont lancés à moins de 40 ans), mais aussi particulièrement innovants: 39% d'entre eux ont développé une nouvelle offre l'an passé.

Plus performants et tenaces que leurs aînés, selon les données de l'étude portant sur le chiffre d'affaires et les bénéfices, ils misent beaucoup sur le Web et les réseaux sociaux: 52% ont lancé leurs nouvelles offres en ligne et 48% prospectent via les réseaux sociaux.


Via Groupe Ferrein
more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Génération Y : heureux au travail, malheureux sans formation ?

Génération Y : heureux au travail, malheureux sans formation ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Deux tiers des 18-24 ans seraient heureux au travail, d'après une étude britannique, un bonheur qui naît autant du salaire que des marques de reconnaissance. Caractéristique moins connue de cette fameuse génération Y : ils sont aussi 80% à souhaiter de la formation professionnelle ou continue pour s'insérer de manière durable sur le marché du travail.

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Teletravail et coworking
Scoop.it!

Les Français ne sont pas heureux au boulot

Les Français ne sont pas heureux au boulot | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Les Français vivent a priori assez mal les affres du salariat. En effet, selon une enquête sur le bien-être au travail réalisée par Ipsos et Steelcase, les salariés français seraient les plus insatisfaits par leur activité professionnelle. L'étude menée auprès de plus de 10 000 personnes travaillant dans des entreprises de plus 100 salariés, dans 14 pays (France, Pays-Bas, Belgique, Allemagne, Grande-Bretagne, États-Unis, Russie, Pologne, Turquie, Inde, Chine, Mexique, Canada et Espagne).

L'open space jugé « laid, froid et impersonnel »

Ainsi, les travailleurs français sont de loin les plus mécontents au sein de leur entreprise. 43% d'entre eux s'estiment peu ou pas du tout satisfaits par leur espace de travail, contre 31% en moyenne dans les autres pays et 23% aux Etats-Unis. Etant entendu que « l'enfer c'est les autres », il serait légitime de penser que cette colère puisse être lié au développement massif des open space au travail. Que nenni ! Seul un quart des salariés des entreprises de plus de 100 salariés travaillent dans un open space, en France (41% dans un lieu combinant bureaux fermés et open space).

L'open space est pourtant la cible des principales critiques, cette disposition ouverte des bureaux – jugée « froide », « laide » et « impersonnelle » – jouerait ainsi sur la concentration des employés. Moins d'un salarié français sur deux (44%) estime qu'il a la possibilité et les conditions nécessaires pour se concentrer (contre 54% en moyenne dans les autres pays). Lesdits travailleurs ne peuvent que trop rarement le faire de chez eux en France, puisque « 79% des travailleurs français n'ont jamais accès au télétravail ». A titre de comparaison : 48 % des Britanniques interrogés ont la possibilité de travailler à domicile et 9% d'entre eux travaillent même tous les jours de chez eux.


Via Xavier de Mazenod
more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Le migrant aujourd’hui n’est plus un déraciné ?

Le migrant aujourd’hui n’est plus un déraciné ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
« Ici et maintenant », cet attribut majeur de la société globale, cette promesse des technologies de l’information et de communication (qui sont programmées pour produire une téléaction immédiate, une téléprésence instantanée,) questionne plus que jamais la figure du migrant, traditionnellement attaché au « ni ici, ni là-bas ».

 

Il s’agit d’une transformation historique et sociologique complexe, car les TIC ne touchent pas seulement à la communication qui supplée l’absence, mais également à tous les aspects de la vie du migrant.

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Numérique : c'est la nature même de l'Etat qui est remise en cause

Numérique : c'est la nature même de l'Etat qui est remise en cause | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Il a fallu des siècles à l'Etat pour devenir « empereur en son royaume ». Or voici que dans le monde entier, se dessine une toute nouvelle géographie des organisations de pouvoir. L'Etat cohabite désormais sur le sol national avec de puissants interlocuteurs, acteurs du numérique et entreprises, qui entretiennent des rapports différents à l'espace et au temps.

 

Avant le numérique, l'Etat était la seule structure administrant la vie des personnes et des groupes. Il exerçait un pouvoir inscrit dans l'Histoire, légitime et confondu avec l'idée de Nation, que nul sur le territoire n'avait l'idée de contester et chaque personne était tenue par le devoir d'obéissance civique.


Aujourd'hui, le devoir demeure, mais il ne se confond plus comme auparavant avec l'obéissance. Hier le souci du bien commun était la responsabilité spécifique de l'Etat, aujourd'hui la société intervient pour donner ses points de vue, le numérique est son allié ; la question de l'environnement en est un bon exemple.

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Les entreprises cherchent à déconnecter leurs cadres accros à leurs smartphones

Les entreprises cherchent à déconnecter leurs cadres accros à leurs smartphones | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Si les enfants sont trop connectés à leurs portables et autres consoles de jeux, ils ne sont pas les seuls. Leurs parents passent aussi de plus en plus de temps, au bureau et à la maison, à gérer leur vie professionnelle grâce à leur smartphone et à leur tablette. En un mot, ils sont incapables de décrocher, avec tous les risques de stress que cela peut impliquer. Du coup, les entreprises commencent à se pencher sérieusement sur ce problème pour trouver de nouvelles organisations du travail.


Toutes les études le confirment: les cadres font de moins en moins la distinction entre temps personnel et temps professionnel. Selon uneenquête réalisée en 2013 par l'éditeur de logiciels Roambi, 89 % d'entre eux consultent leurs mails professionnels plusieurs fois par jour sur leur temps privé, 93 % pendant leurs congés, 82 % dans leur voiture et 51 %… dans leur lit! Francis Jauréguiberry, sociologue et professeur à l'université de Pau, indique pour sa part dans une étude sur la déconnexion volontaire (Devotic) réalisée en 2012-2013 que, pour près de 80 % des cadres, «les TIC engendrent un nombre croissant de tâches à traiter en dehors des horaires et du lieu de travail». Et près de 60 % estiment que «ceux-ci contribuent à rendre leur vie professionnelle plus stressante par excès de sollicitations ou de fonctionnement dans l'urgence».

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Vers la fin du salariat traditionnel ?

Vers la fin du salariat traditionnel ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Il se passe un truc intéressant autour de moi : de plus en plus de mes connaissances quittent un emploi plutôt tranquille pour se lancer en indépendants. On ne peut pas encore parler de généralisation, mais depuis un an, une nouvelle tendance émerge chez une population dont on n’aurait pas attendu pareil changement.

 

On est loin du cliché du jeune diplômé qui va vendre ses talents de codeur à distance le temps d’effectuer un tour du monde, ni du trentenaire parisien, hipster jusqu’au bout des ongles qui pose chaque matin son Macbook Air sur une table du Starbucks. Ceux là ont 40 ans ou plus, une famille, et souvent 3 ou 4 enfants. Ils ont été employés depuis leur sortie de l’école, souvent dans des grands groupes, plus rarement dans les PME, et ont connu jusque là un taux de migration professionnelle proche de zéro.

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Quels métiers pour la génération Z ?

Quels métiers pour la génération Z ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

La génération Y est à l’œuvre. Sur le pont. Si ses métiers sont connus, il est difficile de savoir sur quoi va travailler sa descendance, en l’occurrence la génération Z. Pour cette tranche de la société née avec la souris informatique à la main et le Smartphone collé à l’oreille, de nouveaux jobs vont certainement voir le jour, adaptation au digital oblige. Comment vont-ils se comporter dans l’entreprise ? Réflexions sur une problématique qui occupe de plus en plus une place importante dans la doxa.

 

Le travail étant une des valeurs centrales de notre société, il est important et même incontournable de réfléchir sur l’entrée de nos héritiers dans la vie active. Si nous leur léguons un monde où le chômage est omniprésent, planchons, à tout le moins, sur quels métiers ils travailleront demain et comment ils se comporteront dans la vie active. Cela est d’autant plus important qu’il s’agit d’une population spécifique, avec ses codes, ses usages et ses pratiques. Déjà, avant elle, la génération Y nous a, en guise d’avant-goût, poussé à nous intéresser à son modus operandi. Où l’on apprend qu’elle a son approche particulière du travail, différente de celle de ses ascendants. Des études conduites ici et là ont montré que ces jeunes s’adaptaient facilement aux métiers de leurs aînés tout en ayant une préférence pour de nouvelles tâches : responsable marketing digital, web master, etc. Quand ils ne tournent pas radicalement le dos à ces fonctions conventionnelles pour e mbrasser l’inattendu, et passer d’un métier à un autre à différentes périodes de leurs vies.

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Entretiens Professionnels
Scoop.it!

L'entreprise à l'écoute: pourquoi rien n'a changé depuis 20 ans?

L'entreprise à l'écoute: pourquoi rien n'a changé depuis 20 ans? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Extraits du livre de Michel Crozier paru en 1994:


"Outils de management, outils de gestion du macro-économique et du social se fondent... sur la même conception à la fois productiviste et sociale de la société industrielle... En revanche la faiblesse conceptuelle du système et de la politique qu'il engendre, c'est l'incapacité dans laquelle il se trouve de comprendre vraiment l'homme comme acteur libre et autonome (et finalement essentiel de la production)... Ce que l'on sait trop bien faire, la rationalisation et le calcul,... ce que l'on ne sait pas trop bien faire, la mobilisation des Ressources Humaines pour l'élaboration et la mise en œuvre des innovations indispensables à la survie..."


Via Pascale_Masson
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Travailler autrement au 21 ème siècle
Scoop.it!

Les frontières s’estomperaient-elles entre travail et loisir ?

Les frontières s’estomperaient-elles entre travail et loisir ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Nouvelles technologies obligent, teneur et environnement de travail promettent de subir des bouleversements incommensurables dans les prochaines années.

 

A quoi ressemblera le travail du futur ? Cette notion de travail est amenée à changer tant dans le fond que dans la forme. Les nouvelles technologies en sont à la fois la cause et la conséquence. Elles remettent également en cause les espaces de travail. C'est sur ces changements que porte lerapport livré par l'équipementier Aruba network en collaboration avec le cabinet The Future Laboratory. Dans un premier temps, les nouvelles technologies et leur dimension mobile facilitent la flexibilité au travail. En effet, les frontières entre vie privée et professionnelle sont de moins en moins visibles, puisque les travailleurs reçoivent leurs mails professionnels pendant leur temps libre et inversement.

L'émergence d'un nouveau concept, le "Bleisure"

Les auteurs de l’étude estiment que l'IoT, l’Internet des objets, bouleversera le quotidien au travail tout autant que dans la sphère privée. Outre l’exemple d'outils aptes à faciliter des tâches de la vie professionnelle tels que des salles de réunion intuitives où il suffirait d'appuyer sur un bouton pour lancer une vidéo conférence ou une présentation, il est fait état d'un changement total dans la conception du travail. Il est question de "Bleisure", sorte d’oxymore, résultat de la contraction entre business et loisir. Ce terme transmet l’idée qu'à terme le travail pourrait perdre sa finalité de gain d'argent pour payer ses loisirs, et devenir un plaisir en soi. Si les actifs ne voient plus leur métier comme une activité à laquelle se cantonner toute leur vie, ils se montreront prêts à rebondir sur les opportunités qui s'offrent à eux. Leur démarche relève plus de la cohérence globale d'un projet qu’à l'objectif pur et dur de gagner sa vie.

Des espaces repensés

Notre comportement au travail change également; que ce soit à titre individuel ou dans notre manière de collaborer. La position hiérarchique, très visible dans l'aménagement des espaces des entreprises traditionnelles, pourrait se faire plus discrète en vue de privilégier la collaboration et la fédération des équipes, sans pour autant négliger les vertus créatrices de l'introversion. Les solutions éprouvées évoquées dans l'étude consistent en la juxtaposition d'espaces spécialisés où le travailleur s'installe selon les besoins. Le propos va jusqu'à dire que le mot bureau va devenir obsolète. C'est dans cette idée que les analystes mettent en valeur les changements en matière de propriété des biens, et l'importance que prendront dans le futur les modèles collaboratifs et l'économie de partage. On voit notamment s'exporter des États-Unis ou de Russie des lieux comme l'AntiCafé à Paris, où l'on paie à l'heure pour bénéficier de boissons et collations à volonté dans un intérieur design où l'on peut travailler au milieu d'autres entrepreneurs...


Via JP Fourcade
more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Les Français au travail

Les Français au travail | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Capgemini Consulting, l’entité de conseil en stratégie et transformation du Groupe Capgemini, en partenariat avec TNS Sofres, référence des études marketing et d’opinion, publie la seconde édition de son enquête sur les Français au travail, neuf ans après la parution d’une première édition. Objectif : se pencher sur la relation des salariés à leur entreprise, et l’évolution de leur représentation du travail depuis 2005.A partir des données recueillies auprès de plus de 7800 salariés de sept pays, l’enquête dessine les nouveaux défis pour le management français à l’heure du numérique.Un mouvement de défiance profond, qui atteint à la fois dirigeants et syndicatsFragilisé depuis les années 1970, ce modèle social français semble aujourd’hui à bout de souffle. Et il ne paraît plus répondre aujourd’hui aux attentes de nombre de salariés ou de cadres.


L’étude montre que plus de 40% des salariés français sont en situation de désengagement, désenchantement ou d’angoisse ;
Dans les plus grandes entreprises (> 1000 salariés), seul un manager sur deux dit avoir confiance dans son équipe dirigeante ;
Moins d’un salarié non-manager sur deux dit avoir confiance dans les représentants du personnel ou les syndicats.


Mais si ce modèle est fragilisé, c’est aussi qu’il ne répond pas non plus à l’évolution des attentes d’une jeune génération française dont la représentation du travail évolue fortement au regard des générations précédentes : Un travail plus « gagne pain » (+ 15pts entre 2007 et 2014), moins « contacts humains » (-30 pts) : la jeune génération ne fait plus de l’entreprise un lieu durable de constitution de son insertion sociale.2007 - 2014 : satisfaction d’avoir un emploi... mais des frustrations qui augmententLa période allant de 2007 à 2014 voit la satisfaction au travail augmenter dans la plupart des pays, y compris en France (+9%). Mais cette progression de la satisfaction apparente en France, probablement liée à l’augmentation de la « valeur d’avoir un emploi » dans une période de crise qui dure, cache deux mouvements plus profonds :

 

La montée des oppositions et des crispations : la moitié seulement des salariés interrogés pense que les « changements dans l’entreprise sont plutôt bien gérés » ; par ailleurs, « changement va dans la mauvaise direction » et « changement perçu comme un risque » s’accroissent (respectivement, +8 pts et +7 pts).

 

Le renforcement de la fragmentation de « l’entreprise biologique » et des attentes :
Des femmes toujours en attente d’égalité sur les chances d’évolution (10 pts d’écarts de perception avec les hommes sur ce point) ;
Des jeunes beaucoup plus confiants en 2014 qu’en 2007 (« confiance dans l’équipe dirigeante » : + 8 pts) au contraire des « quadragénaires » en décrochage accentué (« confiance dans l’équipe dirigeante », -9 pts).

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Assiste-t-on à la fin de l'innovation ?

Assiste-t-on à la fin de l'innovation ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Le prix Nobel d'économie, Edmund Phelps, en tirait un livre l'an dernier, expliquant que toute la crise depuis la fin des Trente glorieuses provenait de l'incapacité à innover de l'Occident (thèse que je ne conteste pas complètement d'ailleurs). Surfant sur la vague, pas toujours avec la même érudition, d'autres économistes ont tenté, récemment, de prouver que la révolution numérique n'avait pas été si importante que cela, finalement. D'autres encore reconnaissent son impact, tout en la considérant comme désormais épuisée.

 

D'après Le Monde du 1er septembre, cette thématique sera au coeur d'un prochain rapport du Conseil d'analyse économique. Un consensus émergerait chez les économistes : la croissance serait durablement affectée par le manque de gains de productivité de notre économie, lui-même imputable à la faible puissance d'innovation actuelle, et au caractère trop faiblement disruptif des technologies numériques.

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

L'emploi demain ? attendez-vous à changer ! (métiers, d'entreprises, de statuts...)

L'emploi demain ? attendez-vous à changer !  (métiers, d'entreprises, de statuts...) | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Le marché du travail est en pleine révolution. Mais à quoi va-t-il ressembler dans les années à venir ? Selon Denis Pennel, Directeur Général de la confédération mondiale des services privés pour l’emploi (Ciett) et expert reconnu du marché du travail, dans un futur très proche nous changerons plus souvent de métier, d’employeur, nous cumulerons les statuts et nous nous comporterons un peu comme des mercenaires au service d’entreprises à l’organisation « liquide ».


Une mutation qui est déjà en marche. Elle est aussi accélérée par la révolution individualiste décrite dans le livre « Travailler pour soi », paru aux Editions du Seuil. Interview.

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

TaskRabbit ou l’emploi à la demande : les promesses (déçues) du futur du travail ?

TaskRabbit ou l’emploi à la demande : les promesses (déçues) du futur du travail ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Site d’emploi à la demande, plateforme peer-to-peer de services à la personne, start-up de micro-jobbing ? L'OVNI TaskRabbit s'essaie, aux États-Unis, à un service web encore insaisissable...

 

Dans la lignée d’Uber, AirBnb, BlaBlaCar ou GetAround,  TaskRabbit compte remettre l’humain, les contacts de personne à personne et la confiance au cœur des processus commerciaux. Cette start-up de l’économie du partage s’attelle cette fois-ci au monde du travail, avec un principe simple : faciliter le lien entre des employeurs – souvent des particuliers – en manque de temps et d’autres personnes disponibles, en quête d’activités rémunératrices.

Ce que TaskRabbit promet ? Plus de souplesse et désintermédiation dans la mise en relation entre besoins ponctuels de “tâches” et main-d’œuvre souhaitant les accomplir.

 

Cependant, la mission que se donne TaskRabbit pourrait bel et bien être un signe avant-coureur des défis attenant à un monde du travail, tel qu’il tendrait à se dessiner, dans lequel l’emploi salarié devient minoritaire.

 

> Lire aussi Denis Pennel « Nous vivons moins une crise de l’emploi qu’une mutation du travail »

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

L'évolution de notre bureau de 1980 à nos jours

L'évolution de notre bureau de 1980 à nos jours | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

C’est peu dire que les nouvelles technologies ont changé radicalement nos manières de travailler. Internet, les applications smartphones, le cloud et les mégadonnées qui vont avec révolutionnent notre quotidien et remplacent bon nombre d’outils en les dématérialisant progressivement. Résultat, en seulement 35 ans, notre bureau de travail s’est transformé. On pourrait même dire, en regardant cette animation « Evolution of the desk » qui résume en une minute les évolutions technologiques arrivées entre 1980 et 2014, que nous avons fait table rase du passé…

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from La Nouvelle Économie 2.0
Scoop.it!

Le management à l'ancienne, c'est terminé!

Le management à l'ancienne, c'est terminé! | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

La transformation du travail à l’ère de la mondialisation numérique s’accélère. On choisit de plus en plus d’être son propre patron, et un nombre croissant d’entreprises et de travailleurs indépendants traitent par le biais de plateformes en ligne. Dans certains secteurs du monde des affaires, des stratégies innovantes sont en train d’émerger et misent sur une plus grande liberté et un plus grand choix accordés à tous les employés quant à leur lieu et leurs méthodes de travail.

 

Des forces majeures sous-tendent cette mutation du travail, comme les rapides avancées que connaît le domaine des technologies de la communication, la mondialisation, les changements démographiques en matière de main-d’œuvre et le besoin urgent de lutter contre le changement climatique. Dans le cadre de nos recherches pour la rédaction de mon livre, Future Work, nous avons découvert que les entreprises qui parviennent à implanter de nouvelles pratiques de travail ont beaucoup à y gagner. Elles bénéficient notamment d’un accroissement de la productivité, d’économies de coûts, d’un accès plus rapide à de nouveaux marchés, d’un service à la clientèle élargi, d’un accès à un plus grand bassin de talents et de la poursuite des activités, même en cas de perturbations causées par des évènements majeurs, tels que des ouragans et des tremblements de terre.

 

Le fossé se creuse pourtant entre les dirigeants qui se tournent vers la flexibilité offerte par le travail du futur et les entreprises qui peinent à se défaire des pratiques de travail rigides de l’ère industrielle, caractérisées par un temps et un lieu de travail fixes et un style de management fondé sur le contrôle (ou, tout du moins, l’illusion du contrôle).

Pour réussir la transition vers un modèle de travail du XXIe siècle, il faut avant tout reconnaître la nécessité de modifier la culture organisationnelle, les styles d’encadrement et les attitudes en matière de management. Vous aurez beau réaménager les espaces de travail et moderniser la technologie, la véritable clé du succès n’en restera pas moins le changement des comportements.


Via Thierry Curty
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from RH nouveaux paradigmes
Scoop.it!

Par qui serez-vous recruté en 2025 ?

Par qui serez-vous recruté en 2025 ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

"D’ici 2025, le recrutement sera affaire de professionnels de la technologie, des données ou de la psychologie. Compétences et bonne entente avec ses collègues seront toujours recherchées. Portrait-type de sept recruteurs du futur"


Via Julien Coualan, Geemik Maria Açucena Da Silva
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Travail et Syndicats "AutreMent"
Scoop.it!

Les nomades numériques ou l’adieu à un mode de travail archaique

Les nomades numériques ou l’adieu à un mode de travail archaique | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Le concept du travail évolue sans cesse et même qu’on le remet en cause. La vieille idée selon laquelle, vous deviez étudier pour avoir un diplôme et ensuite suivre une carrière bien carrée est révolue. Le travail est remis en cause, mais également le mode de richesse.

 

De nombreux articles parlent de se débarrasser du travail tel qu’il existe. Supprimer la notion de réussite et d’acceptation sociale par rapport à la masse de travail. D’être plus libre et d’être plus créatif en instaurant des concepts tels que le revenu universel qui est considéré comme une utopie.

Dans cette optique de changement, on a également le mouvement des nomades numériques. Pieter Levels est un jeune entrepreneur de 28 ans qui ambitionne de lancer 12 Start-Ups en 12 mois.

 

Il a déjà lancé Gifbook, Play My Box ou Go Fucking Do It et il prévoit de rester sur cette lancée dans les prochains mois. La plupart de ses idées pourraient ressembler à une blague, mais le fait est que ça marche puisqu’il gagne plutôt bien sa vie.


Via L'Info Autrement
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Travailler autrement au 21 ème siècle
Scoop.it!

Génération Z, qui sont-ils ?

Génération Z, qui sont-ils ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
l'infographie de Knoll, fabriquant du mobilier et matériel de bureau américain sur les futurs espaces de travail de la génération Z

Via Deborah Potelle, Corinne Chauffrut Werner , JP Fourcade
more...
Deborah Potelle's curator insight, September 3, 5:26 AM

"Knoll, le fabriquant du mobilier et matériel de bureau américain ne sera pas en retard… il commence à les attendre pour mettre en place les espaces de travail qui leurs seront nécessaires N’est ce pas leur conclusion dans l’infographie : anticipé les besoins au travail de la génération Z et leur style !"

KCenter SKEMA's curator insight, September 10, 1:41 AM

Une vision de nos étudiants

Rescooped by Denis Pennel from La Gestion du Temps
Scoop.it!

L'entreprise à l'ère du trop d'informations

L'entreprise à l'ère du trop d'informations | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Une étude menée par l’Institut de Recherche et d’Études Publicitaires (IREP) montre que la diffusion des technologies modernes au sein des entreprises est vécue à la fois comme une élévation de notre productivité (innovation, transparence, partage, ouverture, responsabilité, progrès, collectif, agilité), mais avec moins de bonheur (addiction, inconnu, stress, effort, repli, exclusion, tension, retard). Comme pour toute transformation organisationnelle, surtout quand celui-ci est le résultat d’un changement technologique, elle vient avec son lot de questions souvent existentielles… Pourrais-je m’adapter à cette nouvelle donne ? Ai-je les capacités d’évoluer au même rythme ? Suis-je en avance ou en retard par rapport à mes collègues, mes collaborateurs, mon manager ?

 

Une autre étude menée par l’Institut de Médecine Environnementale (IME) a abordé le lien que pourrait avoir la croissance exponentielle des technologies de l’information et de communication avec l’augmentation des risques psychologiques parmi les utilisateurs, surtout les hyper-connectés de ces nouvelles technologies dont la liste ne cesse de croître : courriels, web-conférences, blogs, réseaux sociaux… Résultats : frontière de plus en plus poreuse entre la vie professionnelle et la vie privée, instantanéité et réactivé aux dépens de la prise du temps et de la réflexion, perte de repères et sentiment d’exclusion au moindre changement tel qu’une diminution de nombres d’appels et/ou courriels reçus par semaine, voire par jour.

 


Via Denis DESVIGNES
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from La Gestion du Temps
Scoop.it!

La flexibilité des horaires de travail deviendra-t-elle la norme?

La flexibilité des horaires de travail deviendra-t-elle la norme? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Les Québécois travaillent moins que les autres Canadiens, quoiqu’ils passent 10 % plus de temps au travail qu’il y a trente ans. Ils sont des milliers à réclamer un horaire flexible qui inclut la possibilité de travailler de leur résidence. À la veille de la rentrée d’automne, assistons-nous à l’émergence d’une nouvelle ère des loisirs?


En effet, selon Statistique Canada, entre 1976 et 2012, le nombre d'heures travaillées par les Canadiens a diminué de manière significative pour les hommes, passant à une moyenne de 36,6 heures par semaine, soit environ une heure et demie de moins qu’il y a 36 ans. Quant aux femmes, elles travaillent toujours autour de 33,2 h/semaine.

 

Ce sont les salariés de l’Alberta qui sont les plus travaillants, avec 39 h par semaine, comparativement à ceux du Québec qui bossent en moyenne 35,4 heures. Quant aux jeunes de 15 à 24 ans, ils sont au boulot en moyenne 28,3 heures par semaine, soit environ dix heures de moins que leurs aînés de 25 à 54 ans. Enfin, les personnes âgées de 65 ans et plus consacrent encore 31 heures par semaine au travail.

«Le nombre d’heures travaillées augmente en effet, cependant la flexibilité du travail dans le temps se développe beaucoup», a observé Ariane Ollier-Malaterre, professeure au département d’Organisation et de Ressources humaines, à l’École des sciences de la gestion de l’UQÀM


Via Denis DESVIGNES
more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Intrapreneurs : une piste féconde

Intrapreneurs : une piste féconde | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it


Le changement progressif de civilisation qui se déroule sous nos yeux, le développement de différentes formes salariales sont des faits d'importance. À la montée inexorable du salariat vient se cumuler la notion confidentielle d'intrapreneuriat qui pourrait être une piste féconde.

 

Le regain récent des indépendants est dans un certain nombre de cas un signe d’adaptation à la crise, le travail non salarié pouvant être, pour des salariés menacés, la seule solution pour échapper au chômage. Mais ce regain est en même temps susceptible de jouer un rôle important dans la création d’emplois : par exemple lorsque certaines grandes entreprises ont réduit leurs effectifs pour se recentrer sur leur métier de base et externaliser leurs activités périphériques en recourant à la sous-traitance.

 

La moindre étanchéité entre travail salarié et activité indépendante est révélatrice de la transformation de la société salariale. Celle-ci tient tout à la fois au développement de nouvelles modalités du travail indépendant ou d’exercice de la sous-traitance et à l’émergence de formes d’emploi salarié moins stables et moins pérennes."

more...
No comment yet.