La nouvelle réali...
Follow
Find
3.0K views | +3 today
Scooped by Denis Pennel
onto La nouvelle réalité du travail
Scoop.it!

Quand le "mercato" du travail se réveillera !

Quand le "mercato" du travail se réveillera ! | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Le livre. Denis Pennel, dans "Travailler pour soi", propose une remise à plat complète du marché du travail et de la protection sociale.

 

La crise a enfermé économistes et responsables politiques dans une analyse conjoncturelle de l'emploi et détourné leur attention des profonds changements structurels en cours. C'est le propos de l'auteur de "Travailler pour soi: Quel avenir pour le travail à l'heure de la révolution individualiste?". Denis Pennel est directeur général de la Confédération mondiale des services d'emploi privés, qui gère les intérêts des entreprises de travail temporaire dans une cinquantaine de pays, dont la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Japon et les pays émergents (Chine, Russie, Inde, Brésil, etc.). Il propose dans cet essai une remise à plat complète du marché du travail et de la protection sociale.

 

La société qu'il décrit est en pleine mutation, vers une individualisation du marché du travail. " La prochaine reprise économique va être sanglante pour les entreprises ", prédit l'auteur. " Le "mercato" du travail se réveillera (...) et l'appétit des individus pour des solutions de travail personnalisées (...) se libérera ! "

 

 

more...
No comment yet.
La nouvelle réalité du travail
Il est urgent de moderniser l’organisation du travail afin de l’adapter au triomphe de l’individualité et à la société post-industrielle
Curated by Denis Pennel
Your new post is loading...
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Livres : quand le patronat parle du travail

Livres : quand le patronat parle du travail | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Dans cet article, Denis Maillard, directeur de la communication chez Technologia, discute de la construction d'une société juste dans le prolongement du monde du travail. Pour ce faire, il articule sa pensée autour de huit grand ouvrages publiés au cours de l'année 2013. 

 

L'une des plus profondes promesses de la société démocratique réside dans la possibilité que celle-ci aurait de se doter d'un gouvernement capable de la comprendre pour l'orienter vers une maitrise d'elle-même faite de progrès et de justice. Durant une centaine d'année, c'est le marxisme qui a servi de boussole à la société industrielle et, partant, au mouvement ouvrier pour la réalisation de ce programme : si l'émancipation de l'individu était bien son projet final, celle-ci passait par l'avènement d'une société radicalement nouvelle et une méthode -l'appropriation collective des moyens de production- qui semblait pourtant nier le but ultime. Le reflux de ce mode de transformation du monde depuis les années 1970 ne laisse désormais place qu'à un économisme incapable de penser le renouveau du processus d'individualisation auquel nous assistons depuis cette époque. Tous les observateurs comprennent bien que c'est de cela dont il s'agit dans les bouleversements du monde du travail : l'irruption de l'individu et de ses droits au cœur de la subordination.

 

Pourtant, chacun semble incapable d'y faire face autrement que pour la subir ou la célébrer. Tout se passe alors comme si la pensée balbutiait et en revenait à la question initiale qui fut celle du mouvement ouvrier et du mouvement socialiste à l'aube du 19ème siècle : que faire de l'individu et de ses droits pour construire une société juste ?

 

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

France, Espagne, Italie, Bulgarie : ce que l'on sait des freelances

France, Espagne, Italie, Bulgarie : ce que l'on sait des freelances | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

L'affaire est entendue. La croyance en une généralisation du salariat comme mode exclusif d'accomplissement du travail a vécu. Désir d'autonomie des personnes, nécessité de subvenir à ses besoins essentiels, faute d'emploi salarié, émergence d'activités créatives liée à la « nouvelles économie » sont autant de facteurs qui ont conduit, non seulement à la persistance du travail indépendant « en solo », mais surtout à son renouvellement au travers d'activités allant bien au-delà des catégories classiques de l'indépendance (agriculteurs, professions libérales, artisans....).

 

 

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Entreprise Ouverte : Ressources Humaines et Marché du Travail
Scoop.it!

Face à la crise, le fossé se creuse entre niveaux de diplômes

Face à la crise, le fossé se creuse entre niveaux de diplômes | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Au printemps 2013 dans le cadre des enquêtes Génération, le Céreq a interrogé un échantillon de 33 000 sortants de tous niveaux de formation parmi les 700 000 jeunes ayant arrêté leurs études en 2010. Cette génération aborde un marché du travail qui se détériore lourdement sur la période 2011-2013. En 2013, trois ans après leur sortie du système éducatif,  22% des jeunes actifs sont en recherche d’emploi.  Il s’agit du niveau le plus haut jamais observé dans les enquêtes d’insertion du Céreq. Toutefois, la hausse du chômage ne s’est pas accompagnée d’une dégradation de la qualité des premiers emplois. Et ce constat général masque en réalité des évolutions disparates entre les jeunes selon le niveau de diplôme. A la forte dégradation de l’insertion des non-diplômés, s’ajoute celle des CAP-BEP. A l’autre extrémité, même s’ils ne sont pas épargnés, les diplômés du supérieur long accentuent leur avantage en matière d’accès à l’emploi et de conditions d’emploi.

Via Franck Rykaczewski
more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

L'intrapreneuriat : entre mode organisationnelle et crise de l'entreprise

L'intrapreneuriat : entre mode organisationnelle et crise de l'entreprise | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
L'intrapreneuriat s'est beaucoup développé depuis les années 90. Ce développement révèle une soif d'entreprendre inassouvie et l'incapacité persistante de la grande entreprise à susciter et faire prospérer l'innovation en son sein. Il préfigure des évolutions fondamentales du salariat, la crise du modèle fordiste de la grande entreprise intégrée, la nécessaire réinvention de la GRH et du management.
more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

A quoi ressemblera le travail demain ?

A quoi ressemblera le travail demain ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

 

Nous vivons une véritable révolution qui change notre façon de travailler. Notre modèle social doit s’y adapter. Place à l’individualisation !  Quelle est donc cette révolution ?, demande Denis Pennel dans son ouvrage ’Travailler pour soi’ (paru au Seuil).

 

Elle a plusieurs facettes.

 

1- ’On assiste à la fin de l’unité de lieu, de temps et d’action du travail’, note Denis Pennel. ’Avec les nouvelles technologies, le travail ne se fait plus nécessairement à un endroit précis. On peut travailler de n’importe où. Les horaires aussi sont devenus plus variables. De plus, la porosité entre la vie privée et la vie professionnelle augmente.’

2- En outre, avec l’ordinateur portable, l’individu se réapproprie son mode de production : ’Aujourd’hui, les gens n’ont pas besoin de grand-chose pour travailler seuls dans leur coin.’ J’ajoute que cela va de pair avec des moyens de connexions, donc de travail collaboratif, inimaginables quelques décennies plus tôt.

3- Autre évolution : c’est la personne, en tant qu’individu, qui devient le centre du monde du travail. ’Avant, le travailleur s’adaptait au travail, maintenant, les travailleurs veulent que le travail s’adapte à eux : télétravail, rémunération variable…

Les jeunes, notamment, veulent des packages adaptés à leurs besoins. Ils n’ont pas nécessairement besoin de la voiture qu’on leur propose, mais veulent autre chose en échange’.

’Nous sommes désormais dans une économie où chacun veut des produits - il n’y a, par exemple, pas deux iPhone les mêmes suivant les applications qu’on a téléchargées - et des services individualisés -, chacun veut pouvoir, par exemple, joindre une assistance informatique quand cela l’arrange. On a l’habitude d’avoir le choix. Dans le travail également, nous voulons avoir le choix.’

 

Alors que l’individualisation avait déjà conquis l’art, la politique ou la religion, l’le marché du travail y avait résisté. ’Depuis la Seconde Guerre mondiale, c’est l’emploi salarié qui prévaut. Ce qui implique la subordination à un chef. Tout le monde - ou presque - veut un contrat à durée indéterminée à temps plein. En échange du renoncement à une certaine liberté individuelle, le travailleur obtenait une rémunération et de la stabilité, de la sécurité. Aujourd’hui, il y a toujours cette subordination, mais la stabilité n’existe plus. Le salariat n’a donc plus d’avantage. On en a atteint le point culminant.

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from RH nouveaux paradigmes
Scoop.it!

Nouvelles conceptions du travail : vision futuriste et réalité ?

Nouvelles conceptions du travail : vision futuriste et réalité ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

 

Même s’ils ne sont pas encore pour demain en raison de la crise et de la culture française bien ancrée, des partenaires sociaux et du Gouvernement actuel, les contrats uniques, en remplacement des CDI et CDD, devraient un jour revenir en pôle position des discussions sous la pression des autres pays. Principal argument évoqué, permettre aux entreprises de gagner en flexibilité et donc en compétitivité.

 

Parmi les autres formes de contrats de travail dits hybrides ou atypiques peuvent être cités le portage salarial, le travail à temps partagé ou encore les coopératives d’emplois et d’activités. Particulièrement développés en France par rapport à d’autres pays de l’Union Européenne, ils concernent environ 50 000 travailleurs et continuent d’attirer de plus en plus de monde, car ils représentent entre autre un moyen de sortir du chômage.


Via Jean Luc Mainguy, Geemik Maria Açucena Da Silva
more...
Jean Luc Mainguy's curator insight, March 14, 1:13 AM

Les notions évoquées dans cet article ne relèvent pas directement du management. Pour autant, les évolutions envisagées - voire déjà en cours - vont avoir un impact direct sur la motivation des salariés et, évidemment, sur les managers...

Geemik Maria Açucena Da Silva's curator insight, March 14, 1:21 AM

"Nouveau venu dans l’univers du salariat, le tout premier CDI intérimaire était signé début mars. Contrats de travail uniques ou hybrides, (r)évolution en profondeur du marché du travail, beaucoup réclament de nouvelles formes de relations entre employeurs et salariés pour rester compétitifs. A quoi pouvons-nous nous attendre demain ? Qu’en est-il du côté de l’Outre-Atlantique qui a généralement un temps d’avance sur le vieux continent ?"

Nathalie Olivier's curator insight, March 18, 4:55 AM

Le CDI intérimaire ou une loi à la petite semaine sans intérêt qui reste un épiphénomène et rigidifie encore le travail....

Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Emploi des jeunes diplômés : les nouvelles voies du recrutement et des relations entreprises

Emploi des jeunes diplômés : les nouvelles voies du recrutement et des relations entreprises | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Crise ou pas le recrutement des jeunes talents reste pour elles un enjeu considérable, notamment pour recruter les étudiants des écoles d'ingénieurs et de commerce les plus réputées mais aussi de masters universitaires de plus en plus côtés.


Stages, apprentissage, salons de recrutement, chaires d’entreprise, parrainage de promotions… les voies qui conduisent entreprises, étudiants et établissements d’enseignement supérieur à se recruter sont de plus en plus nombreuses. Une entreprises comme Sopra, l’une des grandes entreprises françaises de services du numérique (ESN), qui recrute chaque année 1500 à 1600 collaborateurs (dont 70 à 80% de jeunes diplômés), mène « pas moins de 400 actions différentes de recrutement par an », explique Fabrice Losson, son directeur du recrutement, qui dirige une équipe de douze personnes.


Car les sollicitations numériques se multiplient à l’ère numérique. Ace Manager, le serious game que produit TBWA pour la BNP, devrait ainsi réunir cette année 25 000 étudiants issus de 136 pays. Devenu largement leader devant Viadeo, Linkedin propose aux entreprises de nombreuses fonctionnalités de recrutement comme sonWork with Us : tous les candidats ayant visualisé une offre d’emploi se voient ensuite positionnés dans la colonne de droite de leur page personnelle comme de futurs employés de l’entreprise consultée. Sur Facebook il est possible à chaque collaborateur d’activer les offres d’emploi de son entreprise pour toucher son réseau.

«C’est un vrai bouleversement pour les recruteurs qui doivent acquérir des techniques dans le numérique», explique Olivier Dusserre, le directeur de l’IGS Paris, l’une des écoles qui forme le plus de spécialistes des ressources humaines en France qui crée à cet effet un Laboratoire d’innovation sociale et de performance de l’entreprise.


more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Osez le management sans managers !

Osez le management sans managers ! | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Développer une société sans la moindre hiérarchie? C'est le pari que s'est fixé Christophe Baillon, fondateur de Sogilis, une entreprise lyonnaise de 20 personnes passionnées qui produit des logiciels sur mesure. En 2008, alors qu'il n'y a à l'époque que 3 salariés. «À ce moment précis, nous aurions pu nous laisser tenter par la croissance et embaucher à tour de bras. Mais nous voulions éviter le modèle de société de services qui fait de la quantité au détriment de la qualité. Je suis persuadé que le recrutement de masse est une mauvaise chose», explique Christophe Baillon.

 

Comment «bien» recruter alors? Au sens du PDG de Sogilis, cela consiste à n'attirer que les meilleurs dont le principal moteur est la passion pour le développement de logiciels. «Il faut se forcer à ne pas embaucher un profil type pour un projet, sans trop se poser de questions, comme on a tendance vouloir le faire lorsqu'il y a un besoin inopiné», souligne Christophe Baillon.

 

Pour le moment, cette approche du management n'a pas trouvé sa limite. «Chez Wi-gore, aux USA, ils ont mis en place exactement ce même système, et l'entreprise compte aujourd'hui plus de 8000 salariés.» Preuve que cette pratique managériale ne se limite pas aux petites structures.

more...
Catherine Pascal's curator insight, March 2, 5:42 AM

co création et co managers : utopie ou  !!!

Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Le futur du travail, c'était pas mieux avant ?

Le futur du travail, c'était pas mieux avant ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Depuis le début de la révolution numérique, jamais nous n'avions inventé autant d'appareils et de dispositifs techniques pour nous faire gagner du temps. Et pourtant, jamais nous n'avons autant eu l'impression d'en manquer ! Un paradoxe ? Pas tant que ça. Explications.

 

"Une société plus technicisée, c'est une société libérée du travail". Voici en substance le message délivré dès 1997 par Jeremy Rifkin, l'un des plus éminents penseurs du numérique, dans son ouvrage "La fin du travail". L'économiste américain rejoignait ainsi la vision de Keynes, qui estimait en 1938 qu'avant l'an 2000, il suffirait que chacun s'astreigne à trois heures de travail productif par jour pour que l'Humanité subvienne à ses besoins. Aujourd'hui, force est de constater que la prophétie n'a pas eu lieu. Pourtant, l'hypothèse était légitime : la productivité n'a cessé d'augmenter sur toute la période, réclamant toujours moins de travail pour produire davantage. La mécanisation, la robotisation et l'informatisation semblaient préparer une société dans laquelle les machines s'occuperaient des tâches rébarbatives, laissant à l'homme le loisir de vaquer à de plus nobles occupations. Et on comprend Rifkin, tant Internet paraît perpétuer cette promesse : quand envoyer un courrier prenait trois jours et beaucoup d'efforts, comment ne pas s'emballer par exemple face à l'arrivée de l'email instantané ? 

 

"Sauf que", lui répond Hartmut Rosa dans "Aliénation et accélération" paru en français en 2012. Envoyer des messages plus vite ne fait que raccourcir le temps nécessaire pour recevoir une réponse qui en "exigera" une autre tout aussi rapide... et enclenche ainsi une spirale d'accélération. Autrement dit, nous sommes tentés souvent - mais nous nous contraignons aussi - à utiliser le temps gagné pour faire toujours plus de choses. Jusqu'à employer nos smartphones à vaincre notre angoisse de l'ennui et des temps morts pourtant si constructifs.

Des sources d'accélération, le philosophe en dénombre ainsi trois :l'accélération technique, mais aussi l'accélération de nos rythmes de vie et celle du changement social, qui découlent les unes des autres et s'alimentent mutuellement, réglant la marche de toute la société au rythme d'un pas de charge.

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Pourquoi il faut rebâtir la "maison travail"

Pourquoi il faut rebâtir la "maison travail" | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Les carrières changent, les individualités se libèrent, et il est temps que les codes du travail changent avec lui... Radicalement!

 

Parce que la révolution individualiste est en train de bouleverser le monde du travail et avec elle une économie de plus en plus aléatoire, il est nécessaire de repenser notre modèle social et notre façon d'appréhender nos carrières.


Dans l'ouvrage  Travailler pour soi », l'auteur Denis Pennel nous invite à en comprendre les tenants et les aboutissants et propose des recommandations concrètes pour adapter nos acquis sociaux à ces nouveaux paradigmes du travail. A condition que chacun prenne aussi sa carrière en main.

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Externalisation : Où en est le marché français?

Externalisation : Où en est le marché français? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

En matière de recrutement, l’externalisation est majoritairement le fait des moyennes et grandes entreprises en France montre une étude d’Adecco. Les cadres sont particulièrement concernés, parmi les sociétés qui y ont recours 93 % le font pour ces profils.

L’externalisation du recrutement reste majoritairement le fait de moyennes et grandes entreprises pour le recrutement de leurs salariés cadres, montre une étude réalisée par Adecco.

Industrie, construction et banque-assurance
Au total, 76 % des entreprises interrogées déclarent avoir recours à l’externalisation de leur recrutement. Cela concerne plus fortement les secteurs de l’industrie (90 %), de la construction (79 %) ou de la banque et assurance (78 %). Alors que les activités de service sont en retrait.

Pour les profils pénuriques
Si ces sociétés l’utilisent particulièrement pour les profils cadres, c’est aussi le cas pour les profils difficiles à recruter dits “pénuriques” (68 %), notamment dans l’industrie, l’IT et les télécoms.
À noter que d’après l’étude, dans la pratique une minorité d’entreprises externalise l’ensemble du process de recrutement. En effet, elles concentrent leurs prestataires sur les activités de sourcing et de communication média, à l’exception notoire des cadres supérieurs et les cadres dirigeants. 

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Innovation sociale
Scoop.it!

Le numérique, début d'une nouvelle ère pour Gilles Babinet

Le numérique, début d'une nouvelle ère pour Gilles Babinet | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Santé, éducation, activité économique, organisation sociétale, science... Pour Gilles Babinet, spécialiste des enjeux du numérique auprès de la Commission européenne et auteur de L'ère numérique, un nouvel âge de l'humanité, tout ce qui fonde la société humaine est affecté par la mise en réseau des données à toutes les échelles. Pour nous, il revient point par point sur sa démonstration que l'humanité est à l'aube d'un profond changement.


Via Michel Briand, Bernard BRUNET
more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Les entreprises externalisent le recrutement des cadres

Les entreprises externalisent le recrutement des cadres | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Les entreprises françaises pratiquent moins l'externalisation que les sociétés des pays anglo-saxons et d'Europe du Nord. Selon une étude réalisée par le pôle executive du groupe Adecco sur le marché français de l'externalisation du recrutement et des prestations de conseils en informatique et en ingénierie, près de huit sociétés sur dix se sont déjà fait accompagner en matière de recrutement.

 

Mais tous les secteurs n'ont pas la même démarche. L'industrie utilise le plus cette pratique. Elle devance la construction, la banque et l'assurance alors que le commerce adopte une attitude très réservée.

L'externalisation est utilisée à 93 % pour embaucher des cadres loin devant la recherche d'employés (70 %) et d'ouvriers (38 %). La chasse aux talents difficiles à trouver parce qu'un nombre insuffisant de personnes possède l'expertise demandée pousse également les entreprises à travailler avec un prestataire externe dans l'industrie, les technologies de l'information et les télécommunications.

 

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Vers une nouvelle société 2.0
Scoop.it!

Michel Bauwens : « Un mode de production postcapitaliste émerge »

Michel Bauwens : « Un mode de production postcapitaliste émerge » | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Dans le cadre du nouveau numéro d’Usbek & Rica, consacré à l’avenir du capitalisme, nous avons interviewé Michel Bauwens. Théoricien belge du modèle peer-to-peer, créateur de la Fondation P2P, il travaille aujourd’hui avec le gouvernement équatorien pour mettre en place une politique de transition vers ce qu’il appelle une« social knowledge society ». Depuis Quito, il a pris le temps de nous répondre par Skype.
Via Lockall, JP Fourcade
more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Après la génération Y, les entreprises vont devoir intégrer la génération Z

Après la génération Y, les entreprises vont devoir intégrer la génération Z | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

«Le monde professionnel est comme jamais impacté, influencé par des causes exogènes à l'entreprise et voit tous les modèles évoluer, être parfois remis en cause: management, autorité, communication, constate Didier Pitelet. Les entreprises vont devoir renouer avec l'enthousiasme, l'énergie et faire preuve d'imagination pour attirer et retenir les jeunes.»

Après la génération Y, une nouvelle génération baptisée «génération Z», les mutants, va bousculer les habitudes et les codes du travail.

 

«Ces jeunes gens sont nés après 1995. Ils seront sur le marché du travail dans quatre à cinq ans. La crise économique n'est pas un sujet pour eux dans la mesure où c'est leur cadre de vie depuis toujours. Ils en sont les enfants comme ils sont les enfants du monde numérique. Ils sont nourris de la culture Internet. Les entreprises vont vivre une véritable révolution sociologique», poursuit Didier Pitelet.

Pianotant sur leur mobile, jonglant avec leur tablette, ces jeunes hommes et femmes ne font pas la différence entre vie privée et vie professionnelle. Ils ont passé des heures sur les réseaux sociaux. Ils sont à la fois pragmatiques et sans tabou.

 

«Ils souhaitent avoir un contact direct avec les managers, y compris ayant les plus importantes responsabilités dans l'entreprise. Ils auront une attitude plus créative que leurs aînés», affirme Didier Pitelet. Refusant les rapports d'autorité qui fonctionnent aujourd'hui dans les entreprises, ils souhaitent entretenir des relations plus personnelles et plus directes avec les dirigeants. «Les employeurs vont devoir gagner leur confiance et faire l'effort de décoder leurs codes sans a priori», résume Didier Pitelet. Le temps où le ­salarié s'engageait en faveur d'une entreprise qui lui offrait un emploi permanent et une réelle sécurité est définitivement révolu. Le ­besoin irrésistible d'affirmer ses envies personnelles va devenir la règle. Les nouveaux salariés se ­rêvent en stratèges de leur vie ­professionnelle.

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Et si on changeait de paradigme managérial?
Scoop.it!

Le management par projet, vecteur d'agilité, d'innovation et de fidélisation des talents

Le management par projet, vecteur d'agilité, d'innovation et de fidélisation des talents | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
VIE DE BUREAU - Comment rester compétitif dans un monde en constante mutation? En innovant toujours plus, plus vite et au meilleur coût. Pour y parvenir, les entreprises doivent opter pour une organisation transversale, plus agile et plus productive: le management par projet.

Via MarionBx
more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

"Le futur du travail est déjà là ! "

"Le futur du travail est déjà là ! " | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Le marché du travail est en pleine révolution. Mais à quoi va-t-il ressembler dans les années à venir ? Selon Denis Pennel, Directeur Général de la confédération mondiale des services privés pour l’emploi (Ciett) et expert reconnu du marché du travail, dans un futur très proche nous changerons plus souvent de métier, d’employeur, nous cumulerons les statuts et nous nous comporterons un peu comme des mercenaires au service d’entreprises à l’organisation « liquide ».

 

Une mutation qui est déjà en marche. Elle est aussi accélérée par la révolution individualiste décrite dans le livre « Travailler pour soi », paru aux Editions du Seuil. Interview.

 

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Management de demain
Scoop.it!

L'innovation collaborative

L'innovation collaborative | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Qu'il soit client ou fournisseur, consommateur ou producteur, salarié ou fonctionnaire, décisionnaire ou exécutant l'humain est au cœur de l'architecture d'entreprise collaborative (AEC). Cette dernière vise à élargir la création de valeur économique et à structurer la gestion de groupe pour mieux collaborer, échanger et créer. 

 Elle valorise le capital humain et social en s’appuyant sur trois piliers fondamentaux que sont la compétence, la créativité et l'intelligence collaborative. L'intelligence collaborative résulte de l’association des talents, du capital humain, du capital sociale et du capital créatif de chaque membre du groupe. L'architecture d'entreprise collaborative met en œuvre des méthodes de management favorisant l'autonomie, la responsabilité et l'expression de soi en opposition au contrôle, au processus figés ou à la pression psychologique. Le manager devient un médiateur au service des créateurs de valeur en faisant partager les objectifs stratégiques proposés au groupe.
Via Geemik Maria Açucena Da Silva
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Mutations industrielles
Scoop.it!

Gouverner c’est prévoir : à quoi ressembleront les métiers de demain ?

Gouverner c’est prévoir : à quoi ressembleront les métiers de demain ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Parfois, comme ce matin, alors que j’entends vos invités défendre leur vision de Strasbourg (la Matinale de France Culture était en déplacement à Strasbourg) et de la vie politique, alors que le gouvernement et le président de la République n’ont plus la confiance de personne, et même, quelques jours après la nomination d’un président de Radio France qui va devoir faire avec les bouleversements que nous vivons, parfois, comme ce matin je me demande comment on peut désirer le pouvoir. Je me demande comment on peut désirer le pouvoir dans un monde où règne l’incertitude et où celui qui prétend tout comprendre est soit aveugle, soit visionnaire, dans les deux cas suspects.


Via Zones Mutantes
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Travail et Syndicats "AutreMent"
Scoop.it!

Pour un prix de 18.000 euros, le robot Baxter signe la mort de l'ouvrier

Pour un prix de 18.000 euros, le robot Baxter signe la mort de l'ouvrier | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Des robots sophistiqués destinés à travailler menacent de rendre superflus de nombreux métiers de travailleurs ayant peu de formation.


C'est ce qu’affirme l'entrepreneur en technologie Jerry Kaplan. Selon lui, des inventions comme le robot Baxter de l'entreprise américaine Rethink Robotics offrent en effet aux machines la possibilité de se déplacer librement et d'exécuter une combinaison de différentes opérations. De ce fait, les tâches d'un travailleur peuvent être totalement effectuées grâce à la technologie et selon Kaplan, à terme, certains métiers disparaîtront complètement. Notamment, on sait que le centre de technologie Sirris à Diepenbeek expérimente un robot Baxter. 


Via L'Info Autrement
more...
No comment yet.
Suggested by M Michel
Scoop.it!

Equipes virtuelles, défis réels : comment manager à distance ?

Equipes virtuelles, défis réels : comment manager à distance ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Lorsque la collaboration se fait à distance, le socle commun est très difficile à construire. Ignorant le contexte dans lequel évolue l’interlocuteur, on émet des hypothèses – souvent fausses – sur le sens de certains de ses propos ou de ses actes. Un exemple classique est le calendrier des jours fériés, qui varie énormément si les différents partenaires opèrent dans des pays différents.

more...
Annie Longeot's curator insight, February 26, 9:42 AM

Un bon résumé des problématiques posées par la collaboration à distance et quelques pistes. Un article vif et clair.

Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

D'où viendra notre argent quand les robots occuperont nos emplois ?

D'où viendra notre argent quand les robots occuperont nos emplois ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

On vous voit venir : un robot à ma place au bureau, c’est pas demain la veille ! Et pourtant les robots sont déjà partout, tout autour de nous : c’est ce que rappelle Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, co-auteurs du « Second âge des machines : travail, progrès et prospérité dans une ère de technologies lumineuses ».


Les intelligences artificielles expulsent le spam de nos boites de réception, traduisent nos pages web, font voler nos avions et conduiront bientôt nos voitures. Principal outil de travail de 60% des français, l’ordinateur est déjà le plus fidèle des automates : un parfait ensemble de millions de micro-tâches mécanisées au service d’un véritable cerveau humain ! Et on vous parle chaque jour des nouvelles prouesses des algorithmes,de plus en plus intelligents... 

Récemment, une étude réalisée par deux chercheurs d’Harvard a même montré que 47% de nos emplois pourront être confiés à des ordinateurs d’ici vingt ans.

 

Alors, faut-il avoir peur d’un âge entièrement mécanisé, où tout le monde serait mis au chômage ? Pas forcément. Ce serait certainement un monde d'opportunités, même si Brynjolfsson et McAfee - qui nous prédisent une "économie post-travail" pour bientôt - nous alertent sur un certain nombre d'effet pervers de l'automatisation du travail... dont il va certainement falloir s'occuper.

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Entreprise Ouverte : Management et Organisations de travail
Scoop.it!

Métiers de demain : comment le numérique transforme l’entreprise

Métiers de demain : comment le numérique transforme l’entreprise | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Le numérique transforme radicalement le visage de l’économie et des entreprises. Le monde du travail est profondément impacté par ces changements technologiques. Microsoft et le cabinet IDC se sont penchés sur l’évolution des métiers liés à la transformation numérique. L’étude a été réalisée en janvier 2014 auprès de 255 décideurs...

Via Franck Rykaczewski
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from innovation_recrutement
Scoop.it!

L'app economy va créer 4,8 millions d'emplois en Europe d'ici 2018

L'app economy va créer 4,8 millions d'emplois en Europe d'ici 2018 | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Les applications pour smartphones sont un bon filon pour l’emploi. L’app economy devrait créer 4,8 millions d’emplois en Europe d’ici 2018. Et pas uniquement des postes de développeurs.

 

L’économie des applications est née avec le lancement en 2008 de l’App Store d’Apple. Depuis ce big bang, l’écosystème qui gravite autour s’est considérablement étoffé et l’Europe a su se faire une place dans le marché des applications. Un business encore naissant qui emploie actuellement dans l’Union européenne 1 million de développeurs et près de 2 millions de professionnels du marketing et du support mobile.

 

Selon le rapport « Sizing th EU app economy », réalisé par les sociétés Gigaom et Galway, dans le cadre de l’initiative « Start Up Europe », le nombre d’emplois générés par l’économie des applications devrait ainsi exploser. Au total, 4,8 millions de nouveaux emplois verront le jour d’ici 4 ans, dont 1,8 million pour des profils de développeurs et 3 millions pour les fonctions support et marketing. Car il n’y a pas que les sociétés qui vendent des applis qui font des bénéfices, les applications génèrent tout un business, y compris dans les services aux entreprises. Et de la même manière, les nouveaux emplois générés ne se limitent pas aux sociétés qui développent des applications. Les sous-traitants, les indépendants et les petites agences vont bénéficier des retombées de cette manne. Comme le résume le rapport « le pari le plus sûr dans une ruée vers l’or, c’est de vendre des pelles ».


Via BOUTELOUP Jean-Paul
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Management de demain
Scoop.it!

Agencement des bureaux : quelle organisation de l’espace de travail chez nos voisins européens ?

Agencement des bureaux : quelle organisation de l’espace de travail chez nos voisins européens ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Catherine Gall, directrice de la Recherche et Prospective chez Steelcase Europe et Beatriz Arantes, sociologue dans la même entreprise, ont mené une enquête portant sur l’organisation de l’espace de travail en France et dans cinq autres pays européens. 

 

En France

L’agencement des bureaux français permet généralement d’identifier facilement l’endroit où se trouve la hiérarchie. Concernant l’organisation des bureaux, les travailleurs français ont besoin de manière générale d’avoir un espace qui leur est propre et qui ne sera pas partagé. Il y a donc peu de mobilité et un bureau est souvent attribué à une seule personne. Le fait de travailler en open space ne modifie pas cette volonté de délimiter son espace.

Comme les allemands, les Français aiment aussi personnaliser l’espace qui leur est dévolu, par exemple avec des photos ou des éléments de décoration. En matière de vie d’entreprise, la France se démarque par ses rituels, notamment celui de la pause café matinale. Cette première étape de la journée est souvent incontournable alors que dans d’autres pays européens, les salariés arrivent prêts à travailler et boivent leur café seul. Le lieu de travail possède généralement un lieu dédié à ces moments collectifs. On notera enfin une certaine propension au présentéisme dans les entreprises françaises. Les salariés n’excluent pas de rester à leur poste de travail pour terminer leur travail ou rattraper un retard.

En Allemagne : ordre et rigueur

L’espace de travail allemand est généralement bien organisé et il est pensé en tant que levier de performance. Il n’est pas rare d’observer une organisation géométrique de l’environnement de travail.

En termes de confort et de bien-être des salariés, il est prêté une attention particulière à la présence la lumière naturelle dans les locaux.
Par ailleurs, la notion d’intimité est très importance dans la vie au bureau allemande, que cela soit d’un point de vue acoustique ou spatial. Cette volonté d’intimité se manifeste par un net espacement des bureaux entre eux. Comme les travailleurs français, les allemands aiment aussi personnaliser leur espace de travail.


Via Geemik Maria Açucena Da Silva
more...
No comment yet.