La nouvelle réalité du travail
14.7K views | +3 today
Follow
La nouvelle réalité du travail
Il est urgent de moderniser l’organisation du travail afin de l’adapter au triomphe de l’individualité et à la société post-industrielle
Curated by Denis Pennel
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Denis Pennel from L'actu Freelance par 404Works
Scoop.it!

Chômage : les petits boulots favorisent le retour à l’emploi durable, selon une enquête

Chômage : les petits boulots favorisent le retour à l’emploi durable, selon une enquête | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

La proportion de demandeurs d’emploi en activité réduite a explosé. Selon une enquête menée par cinq laboratoires de recherche à la demande de Pôle emploi, cela aide à sortir du chômage.


Via 404Works
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Travailler autrement au 21 ème siècle
Scoop.it!

Quel avenir pour le travail ?

Quel avenir pour le travail ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Va-t-on travailler moins ? Est-ce que l’emploi est en train de disparaître ? Avec quelles implications et quelles solutions ? Regards croisés de Dominique Méda, sociologue et philosophe, et Paul Jorion, chercheur en sciences sociales.

Via Aurélien BADET, Pierre Wouters, JP Fourcade
more...
congruence-RSO's curator insight, February 26, 8:36 AM

(...) si un travail semble complexe, il est logiquement bien rémunéré : il y aura donc une incitation financière à le remplacer par une machine.

 

(... ) Les raisonnements témoignent d’un déterminisme technologique sans bornes et nous laissent entendre que nous n’avons aucune maîtrise sur le processus.

 

(...) C’est cette révolution [écologique] – plus que la révolution numérique – qu’il me paraît infiniment urgent de prendre en compte.

 

(...) Le travail et le capital sont deux contributions nécessaires. Il faut donc qu’elles soient rétribuées équitablement à ce titre.

 

(...) Face à des taux de chômage élevés, il faut en effet redistribuer le volume de travail sur l’ensemble de la population active. Ce n’est pas simple à faire et ce n’est pas du tout la piste suivie actuellement,  car il est à la mode de soutenir que les 35 heures ont été un échec. Mais cet échec est une baudruche idéologique à dégonfler : les 35 heures ont créé des emplois [1]4. Et si le processus avait été mené jusqu’au bout, il y aurait eu davantage d’emplois à la clef.

Valérie Lugon's curator insight, February 29, 5:01 AM

Points de vue intéressants !

EMATOPIE's curator insight, March 7, 1:41 PM
Dominique Meda + Paul Jorion : deux phares pour mieux nous guider.
Rescooped by Denis Pennel from La Transition sociétale inéluctable
Scoop.it!

Bientôt la fin du salariat ? L'OIT rend un rapport sur l'évolution du travail...

L'angoisse de la fin du travail...et on préfère encore croire qu'on va être indépendant et qu'il y a une mutation du monde du travail plutôt que d'admettre l'idée que le travail va tout simplement disparaître...

...Incroyable!

Via Thierry Curty
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from La Transition sociétale inéluctable
Scoop.it!

La fin de l'emploi est la meilleure chose qui soit arrivée à l'humanité depuis l'invention du feu

La fin de l'emploi est la meilleure chose qui soit arrivée à l'humanité depuis l'invention du feu | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

"L’automation aurait dû entraîner une nouvelle transition sociétale. Mais voilà deux siècles que l’homme s’est mis à produire, qu’il va au travail tous les matins, qu’il sue, il est programmé. Notre société est pathologiquement malade du travail. Celui qui ne travaille pas est montré du doigt. Les travailleurs méprisent les chômeurs. Le système de retraite est organisé et spécifiquement conçu pour que dès notre entrée définitive dans le monde du travail, tout écart soit sanctionné au moment de la retraite par des pertes décourageantes. Comme la retraite n’est déjà pas royale…on bosse, on s’astreint, on se programme, on se résigne,on baisse la tête et on passe 40 ans au boulot.

 

Les Shadocks pompent, pompent, pompent…au lieu de laisser pomper aux machines.

 

Pourtant, au cours du XXème siècle, la production de richesse engendrée par le travail a apporté de considérables capacités cognitives à l’ouvrier. Et, toujours grâce à cette production de richesse, comme il a accédé aux soins de santé, son espérance de vie a augmenté, à la fin de sa vie, il est plus expérimenté. De faire travailler bêtement un ouvrier dans un travail de robot est clairement un gaspillage."


Via Thierry Curty
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from La Transition sociétale inéluctable
Scoop.it!

Charles Sannat : La robotisation va priver la masse de travail

Charles Sannat : La robotisation va priver la masse de travail | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Charles Sannat s'est penché sur le monde du travail et l'impact de la robotisation sur la population mondiale. Selon lui cela devrait provoquer une raréfaction du travail pour la majorité de la population. Le 25 novembre dans Les Experts présenté par Nicolas Doze, sur BFM Business.

Via Thierry Curty
more...
Thierry Curty's curator insight, November 26, 2014 2:49 AM

La clairvoyance face à l'obscurantisme aveugle absurde gérontocratique. 

C'est très grave, parce que des gens comme les interlocuteurs d'Alain Sannat mettent tout simplement l'avenir en péril en refusant de voir l'évidence et donc en empêchant le système d'évoluer comme il le devrait. 

Cela dit, on notera que les mots de Charles Sannat sont très exactement les miens (disparition du travail des masses, baisse du travail humain, etc...)

Rescooped by Denis Pennel from e-recrutement, e-réputation, réseaux sociaux
Scoop.it!

Les cadres de 40-45 ans face aux mutations du travail | Changer le travail

Les cadres de 40-45 ans face aux mutations du travail | Changer le travail | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

La classe d’âge  de  40/45 ans est identifiée comme ayant un rapport dynamique à la formation, pour différentes raisons : possibilités de promotion, progression identitaire1. Néanmoins ce n’est plus le cas depuis les années 80. A la suite de réorganisations, de la pénétration massive de l’informatique et plus récemment de l’internet dans le travail les mécanismes de transmission et d’appropriation des savoirs ont été transformés radicalement.

 

En 2006, l’expérience du chômage concernait près d’un individu sur deux pour les générations nées après 1960, alors qu’elle était beaucoup moins fréquente pour les générations antérieures dont les carrières professionnelles étaient pourtant plus longues.

 

Les cadres de cette classe d’âge ne sont pas encore identifiés comme séniors par les entreprises au regard de leur âge mais le temps presse puisqu’ils entreront dans cette catégorie dès les 45 ans révolus.

 

L’âge devient une dimension anticipée par ces cadres interrogés. En effet, la prise de conscience de l’employabilité ou de la plus grande difficulté à rester attractif pour l’entreprise peut amener à reconsidérer sa vie professionnelle et à entamer des actions pour son avenir professionnel avant cette limite d’âge telle que perçue.


Via claudine pierron
more...
claudine pierron's curator insight, October 23, 2014 3:59 AM

...."Les cadres de cette classe d’âge ne sont pas encore identifiés comme séniors par les entreprises au regard de leur âge mais le temps presse puisqu’ils entreront dans cette catégorie dès les 45 ans révolus....."

Rescooped by Denis Pennel from Futur Is Good
Scoop.it!

"Les cafés et les domiciles sont les nouveaux bureaux"

"Les cafés et les domiciles sont les nouveaux bureaux" | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Le cabinet d'analyse constate que la technologie, et notamment les smartphones, permettent désormais de travailler "n'importe où, n'importe quand'. Et cette tendance devrait prendre de l'ampleur.

 

La tendance du "travailler n'importe où, n'importe quand" ne fait que commencer, prévient Forrester dans sa dernière étude. Sur les 10 000 salariés IT interrogés dans le monde par le cabinet américain, 29% sont désormais des travailleurs presque "permanents", disposant de plus de trois terminaux, de type smartphones ou tablettes, travaillant depuis de multiples lieux et utilisant pour cela de nombreuses applications. Ils n'étaient que 23% un an auparavant.

 

La technologie a rendu plus floue la frontière entre vie privée et professionnelle. Lorsque Forrester demande aux sondés où ils utilisent leur smartphone, 64% répondent au travail. C'est à peine moins que ceux qui disent l'utiliser à la maison (69%), et exactement autant que ceux qui indiquent l'utiliser pendant leur trajet.

(...)


Via MGM Your French Team, futurisgood.org
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from La Transition sociétale inéluctable
Scoop.it!

Déconnecter la valeur du travail du temps passé sur le lieu de travail

Déconnecter la valeur du travail du temps passé sur le lieu de travail | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Le monde du travail a subi, au cours du XXe siècle, une évolution majeure : la disparition - au moins en France - du paiement à la tâche, remplacé par le financement du temps passé sur le lieu de travail. Mais ce modèle est-il encore réaliste ? Dans mon métier, j'utilise quotidiennement tous les moyens électroniques de communication (Internet, visioconférence, téléphone portable) et, quel que soit l'endroit où je me trouve, je reste en permanence en lien avec mon laboratoire et mon service. Ainsi, le temps de présence sur mon lieu de travail ne mesure plus toute mon activité. Il en est de même actuellement pour nombre de personnes. D'ailleurs, et à l'inverse, les mêmes outils sont désormais assez communément détournés sur le lieu de travail - comme en ont témoigné plusieurs procès - pour devenir des objets de divertissement : on joue, on fait ses courses, on se rencontre en ligne.

 

Il est temps de déconnecter la valeur du travail du temps passé sur son lieu de travail. Dans un certain nombre de domaines, la présence physique n'est absolument plus un élément déterminant. Pendant longtemps, le besoin de cette présence physique a pénalisé les femmes qui avaient des enfants jeunes, leur disponibilité au travail - en particulier pour les cadres- était moindre que celle des hommes du même âge. Désormais, avec Internet, la possibilité de travailler à la maison peut être valorisée, à condition d'identifier les tâches et leurs coûts. Signe qui ne trompe pas, ce sont de jeunes femmes médecins, avec des enfants en bas âge, qui, en travaillant de chez elles, sont à l'origine du plus grand succès de l'édition médicale de ces dernières années : le dictionnaire "UpToDate". Régulièrement actualisé, précisément tous les six mois en contactant les meilleurs experts mondiaux, il est devenu la référence mondiale dans le domaine. Le triomphe du travail à distance !


Via Thierry Curty
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from La Transition sociétale inéluctable
Scoop.it!

D'où viendra notre argent quand les robots occuperont nos emplois ? (2/2)

D'où viendra notre argent quand les robots occuperont nos emplois ? (2/2) | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Alors que les robots s'apprêtent à débarquer dans nos vies, faut-il avoir peur d’un âge entièrement mécanisé où tout le monde serait mis au chômage ? Alors qu'une étude récente montre que 47% des emplois pourront être confiés à des ordinateurs d’ici vingt ans, c'est la question que nous posions dans notre précédent billet, avec - entre autres - le regard d'Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, auteurs du « Second âge des machines » paru ce mois-ci. 


Via Lockall, JP Fourcade, Thierry Curty
more...
Thierry Curty's comment, February 9, 2014 1:41 PM
Pas mal, mais toujours une vision un peu courte. L'article parle de Pierre Larrouturou qui propose le partage du travail, ce qui serait ce qui pourrait arriver de pire à notre société. Ne serait-ce que du point de vue énergétique. Parce qu'un salarié qui se déplace pour travailler 8h consomme la même énergie que pour travailler 4h, mais il ne produit évidemment pas la même chose en 4h. Le rendement au kW est donc indiscutablement désastreux, c'est une augmentation phénoménale, artificielle, inutile et inconfortable, de la consommation d'énergie, sans résoudre le moindre des problèmes sociétaux. Bien au contraire, cette épouvantable solution conforte le système dans ses désagréments et ses inconvénients. DE plus, si l'article s'approche de l'économie contributive, brièvement, en parlant d'associatif, de création de start-ups, etc...il ne parle pas une seule fois de la formidable création de richesse qu'une telle fonction sociétale représente.
Thierry Curty's curator insight, February 9, 2014 1:43 PM

Pas mal, mais toujours une vision un peu courte.

 

L'article parle de Pierre Larrouturou qui propose le partage du travail, ce qui serait ce qui pourrait arriver de pire à notre société. Ne serait-ce que du point de vue énergétique. Parce qu'un salarié qui se déplace pour travailler 8h consomme la même énergie que pour travailler 4h, mais il ne produit évidemment pas la même chose en 4h. Le rendement au kW est donc indiscutablement désastreux. C'est une augmentation phénoménale, artificielle, inutile et inconfortable, de la consommation d'énergie, sans résoudre le moindre des problèmes sociétaux.

 

Bien au contraire, cette épouvantable solution conforte le système dans ses désagréments et ses inconvénients.

 

De plus, si l'article s'approche de l'économie contributive, brièvement, en parlant d'associatif, de création de start-ups, etc...il ne parle pas une seule fois de la formidable création de richesse qu'une telle fonction sociétale représente.

Thierry Curty's comment, February 10, 2014 7:06 AM
Cher Monsieur Pennel, si vous vouliez m'écrire à curmess[at]gmail.com, svp xD
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

"Nous évoluons vers le 'travail à la carte"

"Nous évoluons vers le 'travail à la carte" | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Power to the People, c'est le défi de demain, selon Denis Pennel, Managing Director de l'International Federation of Private Employment Agencies. Il est venu présenter, en avant-première, ses idées et son livre "Travailler pour soi" en ouverture de The Great Escape, le congrès annuel de Peoplesphere, organisé à Bilbao ces 11, 12 et 13 septembre.

 

Power to the People: pour Denis Pennel, cela veut dire que, plus que jamais, ce sont les collaborateurs qui ont le 'pouvoir'. "Nous assistons à une révolution et évoluons vers une nouvelle réalité du travail, explique-t-il. Nous en sommes à la fin du travail tel que nous l'avons toujours connu. Le travail de demain est déjà là, même s'il apparaît encore assez vague aujourd'hui." Ce qui n'est pas sans impact important pour le management en entreprise. 

 

Denis Pennel évoque sept facteurs clés en la matière: la mondialisation, l'évolution démographique et la nécessité de travailler plus longtemps, de nouvelles attitudes en matière de travail, l'IT et l'infobésité qui l'accompagne, une forme de défiance à l'égard de l'entreprise, la multiplication des types de contrats de travail et un déplacement vers une économie de services. "Mais une des tendances les plus marquantes, poursuit-il, c'est l'individualisme généralisé, et en particulier dans le travail. Plus que jamais, les individus peuvent choisir."

 

Comment cela se traduit-il pour l'entreprise du vingt-et-unième siècle? Denis Pennel évoque plusieurs aspects. Ainsi, une évolution se marque vers plus de conglomérats mondiaux. Les organisations mettent sur pied des réseaux là où il y a une valeur ajoutée à travailler ensemble sur des projets. Les organisations deviennent des 'flexible firms' et les collaborateurs sont plus 'éclatés'. "Nous évoluons donc vers un 'travail à la carte' afin de pouvoir apporter réponse à cette individualisation croissante." 

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Transformations numériques
Scoop.it!

Le futur du travail dans l’entreprise : … sans l’entreprise ?

Le futur du travail dans l’entreprise : … sans l’entreprise ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

"Le numérique sape les fondements historiques de “l’entreprise”. Hors de celle-ci, point de travail ? L’entreprise n’a pourtant pas toujours existé en tant que telle ni dans sa forme actuelle, c’est une construction sociale… dont le numérique déstabilise les fondations. Car, aujourd’hui, les “nouvelles technologies” ne sont plus seulement des outils à son service, elles constituent aussi de nouveaux moyens de production, de mesure de la valeur et de rétribution. Est-ce au point de déconnecter radicalement le travail de l’entité “entreprise” ? Cette question était au coeur des échanges sur l’avenir du travail, lors du dernier festival Futur en Seine.

 

Avec le numérique, tout s’automatise progressivement, ou presque : les caissières de supermarché s’effacent, les ouvriers se font rares, les voitures sans conducteurs et articles écrits par des robotsdeviennent une réalité… Cette rapidité du progrès technologique nous conduit à repenser en profondeur les notions de “travail” et de “salaire”…"


Via L'Atelier de l'Emploi - ManpowerGroup
more...
FCBA - Pôle Ameublement's curator insight, June 18, 2015 9:59 AM

pas sûr que la lecture de cet article vous redonne de l'optimisme mais à lire quand même pour la réflexion

 

Rescooped by Denis Pennel from La Transition sociétale inéluctable
Scoop.it!

Pourquoi il faut renoncer aux open spaces (et vite !)

Pourquoi il faut renoncer aux open spaces (et vite !) | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Bureau paysager, espace partagé, ou encore "open-space", peu importe son nom, on le trouve partout. Les entreprises de toute taille s'en emparent, et il concerne, en France, plus de la moitié des salariés. On le dit "efficace" et "bon marché", mais qu'en est-il réellement ?

Via Thierry Curty
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from La Transition sociétale inéluctable
Scoop.it!

L'homme et le robot au travail, quelle relation inventer?

L'homme et le robot au travail, quelle relation inventer? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Chômage, crise du lien social ou asservissement de l’homme, le robot est accusé de tous les maux. Pourtant dans les années 1960, c’est lui qui « libérait la femme » (dixit Moulinex), lui qui soutenait la production et la croissance, et encore lui qui soulageait les ouvriers des travaux les plus pénibles. Dans ce cas, pourquoi tant de désaveu aujourd’hui ? Quels impacts concrets ont les robots sur le niveau de l’emploi et l’organisation du travail ? Les Mardis des Bernardins nous invitent, en cette fête de la science, à repenser notre approche du travail à l’aube d’un monde toujours plus robotisé.
Via Thierry Curty
more...
Thierry Curty's curator insight, October 10, 2015 6:10 PM

Le robot va abolir l'emploi et permettre l'élévation de l'homme au niveau supérieur de l'évolution. 

La première période de la première révolution industrielle de la vapeur, dite de l'Industrialisation, à fait du paysan inculte un ouvrier. La seconde période de la première révolution industrielle de la vapeur, dite du Productivisme a éduqué et apporté des droits à cet ouvrier grâce au Paternalisme. 

La seconde révolution industrielle du pétrole et de l'électricité, avec le Consumérisme, a fait de ce paysan devenu ouvrier un citoyen éduqué, soigné, qui accède à l'autonomie, la démocratie, la culture. 

La troisième révolution industrielle du numérique, qui induit l'automation avancée, fera de ce paysan devenu ouvrier devenu citoyen, un acteur du développement sociétal dans une économie plus contributive reposant sur l'exploitation du capital cognitif des masses grâce à l'intelligence collective. 

Une évolution parfaitement logique et naturelle qui, pour qu'elle se produise, doit d'abord voir le travail humain disparaître. 

Le travail humain, ce n'est rien d'autre que des robots vivants qui confient à d'autres leurs responsabilités pendant qu'ils sont affairés à enrichir ceux qui les gèreront à leur place à leur propre avantage avant l'avantage commun.

http://transition-societale.thierrycurty.fr  

Rescooped by Denis Pennel from La Transition sociétale inéluctable
Scoop.it!

La fin de l'emploi est la meilleure chose qui soit arrivée à l'humanité depuis l'invention du feu

La fin de l'emploi est la meilleure chose qui soit arrivée à l'humanité depuis l'invention du feu | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

"L’automation aurait dû entraîner une nouvelle transition sociétale. Mais voilà deux siècles que l’homme s’est mis à produire, qu’il va au travail tous les matins, qu’il sue, il est programmé. Notre société est pathologiquement malade du travail. Celui qui ne travaille pas est montré du doigt. Les travailleurs méprisent les chômeurs. Le système de retraite est organisé et spécifiquement conçu pour que dès notre entrée définitive dans le monde du travail, tout écart soit sanctionné au moment de la retraite par des pertes décourageantes. Comme la retraite n’est déjà pas royale…on bosse, on s’astreint, on se programme, on se résigne,on baisse la tête et on passe 40 ans au boulot.

 

Les Shadocks pompent, pompent, pompent…au lieu de laisser pomper aux machines.

 

Pourtant, au cours du XXème siècle, la production de richesse engendrée par le travail a apporté de considérables capacités cognitives à l’ouvrier. Et, toujours grâce à cette production de richesse, comme il a accédé aux soins de santé, son espérance de vie a augmenté, à la fin de sa vie, il est plus expérimenté. De faire travailler bêtement un ouvrier dans un travail de robot est clairement un gaspillage."


Via Thierry Curty
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Futur Is Good
Scoop.it!

L'économie du partage vient d'être transposée au marché du travail: devez-vous vous inquiéter?

L'économie du partage vient d'être transposée au marché du travail: devez-vous vous inquiéter? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
L’économie du partage vient d’être transposée sur un nouveau domaine : le marché du travail. Noam Scheiber du site New Republic observe avec inquiétude les débuts d’une nouvelle app, « Wonolo &ra...

Via Koter Info, futurisgood.org
more...
futurisgood.org's curator insight, November 27, 2014 5:01 AM

40% des travailleurs seront des indépendants en 2020 aux USA. Avec des solutions technologiques qui favorisent leur accès aux missions courtes qui sont principalement offertes par les entreprises clientes, on assiste à une révolution:

dominique turcq's curator insight, November 28, 2014 4:54 AM

Le marché du travail devient de plus en plus un marché plus transparent, plus efficace. Chacun à sa manière y devient une commodité. Nous l'étions tous déjà mais nous pensions que aussi que nous étions uniques... La transparence c'est aussi cela.

Rescooped by Denis Pennel from Futur Is Good
Scoop.it!

D'ici à 2025, les robots pourraient tuer trois millions d'emplois

D'ici à 2025, les robots pourraient tuer trois millions d'emplois | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

L'ère des robots approche. Une étude exclusive du cabinet Roland Berger, relayée par Le Journal du dimanche, révèle que les automates pourraient supprimer trois millions d'emplois en Franced'ici les dix prochaines années. Près de 20 % des tâches seraient en effet automatisées d'ici à 2025. Si quelques secteurs seraient épargnés - l'éducation, la santé et la culture -, l'étude révèle que l'agriculture, le bâtiment, l'industrie, l'hôtellerie, l'administration publique, mais aussi l'armée, la police, ou encore l'hôtellerie, les services aux entreprises et aux particuliers seraient touchés par l'automatisation des tâches.

Alors que les chiffres des demandeurs d'emploi ont enregistré un nouveau record au mois de septembre, l'étude du cabinet Roland Berger a de quoi inquiéter. D'autant plus qu'elle précise qu'en pertes brutes, le taux de chômage s'élèverait à 18 %.

 

Si l'arrivée de robots à divers postes va supprimer de nombreux emplois, certains seront toutefois créés, notamment dans le domaine des nouvelles technologies ou encore de la relation clients. Problème : cela ne représenterait au total que 500 000 postes. Comme le précise le JDD, "les tâches restantes seraient très polarisées : d'une part de la maintenance de robots, à faible valeur ajoutée. D'autre part, des métiers très pointus, avec une forte compétition au niveau mondial."


Via Rushes Infos, futurisgood.org
more...
futurisgood.org's curator insight, October 27, 2014 5:06 AM

Les robots? Oui, ils vont changer le monde du travail, autant savoir quoi en attendre:

Rescooped by Denis Pennel from Futur Is Good
Scoop.it!

Top 10 des nouveaux métiers les plus populaires au monde

Top 10 des nouveaux métiers les plus populaires au monde | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Le réseau social professionnel LinkedIn, qui est coutumier des sondages et des enquêtes en tous genres, a cherché à savoir quels étaient les métiers populaires et qui n’avaient pas encore vu le jour il y a encore quelques années.
Certains métiers disparaissent, d'autres au contraire apparaissent chaque jour. Le réseau social professionnel LinkedIn vient ainsi de dévoiler les dix métiers les plus populaires qui n'existaient pas en 2008. Pas étonnant dans de telles conditions que des parents soient incapables d'expliquer les professions qu'occupent leurs enfants…

 

 


Via Pierre Antoine, futurisgood.org
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from La Transition sociétale inéluctable
Scoop.it!

Votre présence au bureau n'est plus obligatoire

Votre présence au bureau n'est plus obligatoire | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Quand les entreprises permettent à leurs employés de faire tout ce qu’ils le veulent, du moment que le travail est fait

 

En 2003, alors qu’elles planchaient sur de nouvelles directives de gestion des ressources humaines pour Best Buy, un important distributeur de matériel électronique américain, Cali Ressler et Jody Thompson eurent une idée révolutionnaire. Elles se demandèrent ce qui arriverait si l’on accordait aux employés une autonomie totale en échange d’une responsabilité totale. Qu’adviendrait-il si le personnel était jugé uniquement sur le travail fourni et non plus sur sa manière de l’accomplir?

 

Cali Ressler et Jody Thompson baptisèrent leur projet ROWE, pour «Results-Only Work Environment» (Environnement de travail axé uniquement sur les résultats). Il comportait plusieurs propositions radicales. Les employés avaient le droit de travailler de chez eux quand bon leur semblait, sans avoir à se justifier ni à s’excuser.

Les congés maladie et les jours de vacances à poser devenaient obsolètes, les employés pouvant prendre autant de journées qu’ils le souhaitaient, aux dates qui les arrangeaient. Une idée peut-être encore plus provocante: toutes les réunions devenaient facultatives. Et ce, même si l’employeur avait convié personnellement le salarié. Si ce dernier considérait que sa présence n’était pas nécessaire, il pouvait ne pas s’y rendre.

 

En contrepartie de cette liberté totale, les salariés devaient se montrer efficaces. Les employeurs devaient établir des objectifs globaux (par exemple, augmenter les ventes de 10%) puis évaluer les résultats sans faire de microgestion (comme noter les premiers arrivés au bureau le matin et les derniers partis le soir). Tant que les objectifs étaient atteints, votre employeur n’avait aucune réflexion à vous faire sur votre demi-journée d’absence prise pour assister au match de foot de votre petit dernier.


Via La Cantine Toulouse, Thierry Curty
more...
La Cantine Toulouse's curator insight, July 21, 2014 1:29 PM

Voici un autre point de vue venant mettre à mal les vertus du présentiel. #Commissionteletravail

Thierry Curty's curator insight, July 22, 2014 3:10 AM

Encore un problème de législation...comment voulez-vous respecter des horaires, des pauses obligatoires, calculer des avantages en nature, dans des conditions de travail aussi idylliques?  

Rescooped by Denis Pennel from La Transition sociétale inéluctable
Scoop.it!

Patricia Vendramin (sociologue): "Le travail reste une valeur importante mais n'est plus la valeur dominante"

Patricia Vendramin (sociologue): "Le travail reste une valeur importante mais n'est plus la valeur dominante" | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Sociologue à l'université de Louvain en Belgique, Patricia Vendramin soutient que la jeune génération cherche avant tout à se réaliser dans le travail. Une analyse qui met en perspective les résultats d'une récente étude mondiale sur les attentes de la "génération Y". Le regard critique des jeunes vis-à-vis des entreprises ne doit pas faire oublier qu'ils sou­haitent travailler et que nombre d'entre eux ont du mal à trouver un contrat. Nous avons affaire à une génération très qualifiée, avec des attentes élevées vis-à-vis du travail, et ce dans plusieurs dimensions. La dimension instrumentale, car ils attendent un salaire juste et une sécurité de l'emploi. La dimension sociale, au sens où le travail doit apporter des relations sociales de qualité. La dimension expressive, enfin, puisque le travail doit être synonyme d'épanouissement de soi.
Via Michelle Laurissergues, CECI Jean-François, Thierry Curty
more...
Thierry Curty's curator insight, April 27, 2014 5:55 AM

C'est une étape de la disparition du travail.


Aujourd'hui, tout le monde ne jure que par ça. Les gouvernements dépensent des milliards par centaines empruntés sur les marchés et légifèrent pour créer des usines à gaz et des normes juste dans le but de créer de l'emploi...mais la société prend conscience que le travail, c'est le mal.


Désormais, la jeunesse ne veut plus juste "travailler", non, elle veut produire du sens. C'est crucial, ça signifie que dans la génération Y le travail n'est déjà plus au centre de la société. Dans la génération Z, il ne sera plus qu'une préoccupation secondaire, vu comme une nécessité dans une société pas encore évoluée et pour la génération Alpha, il ne sera plus qu'un signe du passé.

Michelle Laurissergues's comment, April 27, 2014 11:59 AM
Je ne crois pas à la disparition du travail mais à un équilibre vie privée/travail, gestion des temps différents...
Thierry Curty's comment, April 27, 2014 12:21 PM
Ca impliquerait un partage du travail, ce qui pourrait arriver de pire à notre société. Les mêmes déplacements, la même consommation d'énergie, une soumission encore plus grande au travail en raison de la rémunération plus faible et un système organisé autour nécessitant des moyens considérables donc une surproduction nécessaire de richesse tout en étant un gigantesque gaspillage de ressources cognitives avec une productivité ridicule.

Après, le mot "disparition" est un peu fort. D'ici 30 ans, un tiers de la population active ne travaillera plus du tout, un tiers ne travaillera que ponctuellement, au gré de ses besoins supérieurs (acquisition d'un véhicule, achat du logement ou agrandissement de la maison en vue de l'arrivée d'un enfant, etc...) et un tiers travaillera normalement, les patrons, quelques cadres, quelques techniciens.

Là, le nombre d'heures de travail humain diminue d'environ 2%/an, mais ça va s'accélérer brutalement dans les prochaines années.
Rescooped by Denis Pennel from La Transition sociétale inéluctable
Scoop.it!

'Nous sommes confrontés au plus grand bouleversement du marché du travail depuis 1800 et personne n'est prêt'

'Nous sommes confrontés au plus grand bouleversement du marché du travail depuis 1800 et personne n'est prêt' | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

La généralisation de l’automatisation dans tous les secteurs de l’économie va se poursuivre au cours de la prochaine décennie. Cette automatisation va nous enrichir sur le long terme, mais à court terme, le remplacement du travail humain va créer beaucoup de problèmes, notamment parce qu’aucun gouvernement ne se prépare à cette révolution, affirme The Economist.


L’innovation, et en particulier l’automatisation, a révolutionné notre façon de travailler. Elle a détruit des emplois, et en a créé de meilleurs. Une société plus productive est une société plus riche, et l’augmentation de la richesse provoque une hausse de la demande pour des biens et des services de plus en plus sophistiqués. Aujourd’hui, on ne voit plus de pool de secrétaires, mais il y a de plus en plus de programmeurs et de designers web.

 

Pour les travailleurs, ce seront d’abord les inconvénients de cette évolution qui se feront sentir. Même si elle suscite la création de nouveaux emplois plus intéressants sur le long terme, à court terme, la tornade technologique provoquera un élargissement des écarts de salaires, et ce phénomène est susceptible de créer des tensions sociales et peut-être même politiques. Or, aucun gouvernement ne s’y est préparé.



Via Thierry Curty
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Economie Responsable et Consommation Collaborative
Scoop.it!

Travailler aujourd’hui : Nouvelles compétences requises!

Travailler aujourd’hui : Nouvelles compétences requises! | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

En mai dernier, nous vous avons partagé un article concernant les habitudes de travail de la génération Y. Nous sentions toutefois que nous n’avions pas tout dit à ce sujet : qu’est-ce que les prochaines décennies apporteront de nouveau dans notre routine professionnelle, de façon globale? Quels types d’emplois seront les mieux adaptés aux nouvelles réalités? Coup d’œil sur un monde en transformation!

 

 


Via Aurélien BADET
more...