La lettre de Toulouse
36.8K views | +7 today
Follow
La lettre de Toulouse
Quelques informations sur l'entreprise et l'immobilier à Toulouse
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La compagnie low-cost Ryanair lance 7 lignes au départ de Toulouse

La compagnie low-cost Ryanair lance 7 lignes au départ de Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Ryanair vise 600 000 passagers en 2017. 

 

Ryanair a inauguré ce mercredi 7 septembre sa première ligne au départ de Toulouse, pour rallier Berlin. Dans la foulée, six lignes à destination de Bruxelles, Fès, Londres, Madrid, Malte et Varsovie seront lancées au mois de novembre. La compagnie low-cost britannique vise 600 000 passagers en 2017.

 

Déjà implantée à Carcassonne et Tarbes, Ryanair propose désormais des vols au départ de l'aéroport Toulouse-Blagnac. Ce mercredi 7 septembre, la compagnie low-cost britannique a inauguré la ligne Toulouse-Berlin, dotée de quatre vols par semaine. Dans un second temps, à compter du 1er novembre, six nouvelles lignes vers Bruxelles, Fès, Londres, Madrid, Malte et Varsovie seront commercialisées.

"Nous visons 600 000 passagers en 2017, assure Yann Delomez, manager des ventes et du marketing au sein de Ryanair. Berlin et Londres sont des destinations très prisées, nous avons donc programmé un vol par jour. Madrid aura deux vols quotidiens. Par ailleurs, deux vols hebdomadaires à destination de Fès, Malte et Varsovie sont prévus".

L'arrivée de Ryanair a été célébrée en grande pompe par l'aéroport, devant une délégation d'élus qui a été sollicitée pour découper un gâteau en forme d'avion et rompre le ruban inaugural disposé sur les pistes.

 

Didier Cujives, président du Comité départemental du tourisme de la Haute-Garonne, Jean-Claude Dardelet, vice-président de Toulouse Métropole, Yann Delomez manager des ventes de Ryanair France, Jean-Michel Vernhes, président du directoire de l'aéroport de Toulouse-Blagnac et Bernard Keller maire de Blagnac coupent le gâteau inaugural représentant un avion Ryanair (Crédit : Rémi Benoit).

 

Quelle stratégie face à la concurrence ?

L'aéroport de Toulouse a été le premier en France à accueillir une compagnie low-cost. Easyjet, Hop ou plus récemment Volotea s'y sont implantées. Quelle est donc la stratégie de Ryanair pour se différencier de la concurrence ?

"Nous avons déjà une politique tarifaire plus avantageuse qu'Easyjet avec un prix d'appel à 19,99 euros et un ticket moyen à 45 euros, avance Yann Delomez. Ensuite, nous serons en concurrence frontale avec d'autres compagnies low-cost uniquement pour les lignes à destination de Berlin et Londres. Les autres destinations sont totalement inédites au départ de Toulouse."

Ryanair est désormais implantée sur 32 aéroports en France et transporte 117 millions de passagers dans le monde.

"Ryanair a quelque peu modifié sa stratégie. Initialement, la compagnie s'implantait dans de petits aéroports où aucune autre compagnie low-cost n'était présente. Désormais, elle vient en concurrence frontale sur de grands aéroports. Mais ce n'est pas gênant car les offres sont complémentaires et ne ciblent pas exactement le même public, ni les mêmes destinations", remarque Jean-Michel Vernhes.

À terme, Ryanair envisage de lancer de nouvelles lignes au départ de Toulouse vers de nouvelles capitales en Europe du Nord.

 

Une nouvelle compagnie low-cost pour doper la fréquentation de l'aéroport

Pour Jean-Michel Vernhes, le président du directoire de l'aéroport Toulouse-Blagnac, l'arrivée de Ryanair va permettre de booster la fréquentation :

"Nous tablons sur 8 millions de passagers en 2016 et 10 millions en 2017. La majeure partie de cette croissance sera liée aux compagnies low-cost."

Pour rappel, à son arrivée, le nouvel actionnaire chinois de l'aéroport, Casil Europe, a fixé l'objectif de 12 millions de passagers d'ici à 2030 et 18 millions de passagers en 2046. Pour y parvenir, l'aéroport a déjà lancé un projet d'extension qui prévoit la construction d'ici 2018 d'une jetée pour l'embarquement direct des passagers des compagnies low-cost.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

3e ligne de métro : Moudenc pied au plancher

3e ligne de métro : Moudenc pied au plancher | La lettre de Toulouse | Scoop.it

La 3e ligne de métro est sur les rails. Ce mardi 7 juillet, le maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc rassemble le premier «comité de pilotage partenarial» sur le projet Toulouse Aerospace Express.

Ce comité de pilotage rassemblera tous les acteurs, publics et privés, susceptibles de participer au tour de table nécessaire à la construction de la 3e ligne de métro, dont le coût est estimé à 1,7 milliard d'euros : l'État, le conseil départemental, le conseil régional, la Métropole, Tisséo SMTC, la Chambre de commerce et d'industrie, l'aéroport Toulouse Blagnac, et Airbus seront autour de la table.

Lors de ce «sommet» des transports de l'agglomération, Jean-Luc Moudenc devrait annoncer les grandes étapes de réalisation de la ligne, et la méthode employée pour réunir son financement.

Par ce grand «coup» médiatique et politique, le maire président souhaite faire taire les sceptiques, et entrer dans le concret sur cette 3e ligne de métro.

Il n'aura cependant pas en face de lui que des convaincus. Ainsi dans l'entourage du président du conseil départemental, Georges Méric, on explique que ce dernier «écoutera» ce que M. Moudenc a à dire, mais que sa position ne changera pas : tant que des garanties solides sur la réalisation du prolongement de la ligne B vers Labège ne seront pas données, le Département ne s'engagera financièrement sur aucun autre projet. Le nouveau président du Sicoval, communauté de communes du sud-est toulousain, se situe sur la même ligne.

La 3e ligne de métro doit relier le sud-est de l'agglomération (Montaudran) au pôle aéronautique de l'ouest, à horizon 2025. Son tracé définitif sera annoncé fin 2015.

C. Dm.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Ligne T2. Près de 250 entreprises desservies par le nouveau tramway toulousain

Ligne T2. Près de 250 entreprises desservies par le nouveau tramway toulousain | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Le lancement commercial du prolongement du tram jusqu'à l'aéroport de Toulouse-Blagnac inaugure une nouvelle forme de mobilité pour les salariés des entreprises implantées dans sa proximité ainsi que pour les passagers. A voir si le trafic routier gagnera en fluidité.

 

C’est à l’issue des vacances de printemps que l’on pourra véritablement jauger le succès du prolongement du tramway toulousain vers la zone aéroportuaire. Quand tous les salariés seront de retour dans leurs entreprises, en voiture, ou en transport en commun. Prolongé sur 2,4 kilomètres, le tramway file désormais depuis le centre-ville de Toulouse vers l’aéroport en desservant quelque 250 entreprises. 15 000 salariés sont ainsi concernés. Un argument qui avait aussi porté le projet de cette ligne Envol. Les autorités espérant désengorger quelque peu aux heures de pointes les accès routiers menant à cette zone. Voire, sécuriser le trajet des usagers de l’aéroport quand il ne faut plus désormais que trente-deux minutes pour le rejoindre depuis la station Palais de justice.

74 millions d’euros ont été investis pour cette nouvelle infrastructure mise en service ce samedi 11 avril. Sans heurt. Lemouvement social entamé le 30 mars dernier par une partie des salariés de la régie Tisséo faisait craindre des perturbations lors de ce lancement commercial. Il n’en a rien été. L’inauguration officielle prévue la veille au soir a été annulée « par souci d’apaisement », a indiqué dans un communiqué Jean-Michel Lattes, président de Tisséo-SMTC, l’autorité organisatrice des transports dans l’agglomération. « Le contexte social n’est pas propice au moment de valorisation institutionnelle », expliquait-il également.

Un parcours sécurisé en temps vers l’aéroport

Ce qui tombe bien quelque part. Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, et son équipe ne trouvent aucun attrait au tramway, estimé trop coûteux à implanter au regard du nombre de passagers transportés. Au contraire du métro que l’actuelle municipalité lui préfère.

Toutefois, Jean-Michel Lattes a souligné dans son communiqué l’intérêt économique de cette liaison en faisant le lien entre « une mobilité améliorée » et un « facteur-clé du développement ». En effet, la cadence du tram est dorénavant accélérée et le maillage du réseau intensifié avec les lignes A et B du métro. Salariés de la zone aéroportuaire, riverains de la ligne T2 et passagers aériens devraient constituer les 9000 voyageurs quotidiens attendus à bord du tramway jalonné de trois stations.

Tout a été aménagé pour inciter à renoncer au trajet automobile : les rames ont leur terminus à proximité du hall C, niveau des arrivées de l’aéroport, et chaque station est équipée d’une borne d’information indiquant en temps réel la durée d’attente du prochain tram. Avec une cadence d’un quart d’heure maximum, renforcée le samedi matin pour les départs en week-end. La ligne désormais baptisée T2 a été financée à hauteur de 39% par l’emprunt, de 25% par le conseil général de la Haute-Garonne et de 17,5% sur fonds propres par Tisséo. La Région et l’État ont participé pour 18,5%. 
N.M.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Métro à Labège : EE-LV veut réconcilier Toulouse Métropole et le Sicoval

Métro à Labège : EE-LV veut réconcilier Toulouse Métropole et le Sicoval | La lettre de Toulouse | Scoop.it

La ligne B du métro pourrait-elle s'arrêter à Diagora-Labège ?


Michèle Bleuse et Henri Arévalo, candidats EE-LV aux départementales sur le canton de Ramonville, proposent une solution qui permettrait de réaliser le prolongement de la ligne B du métro jusqu’à Labège, sans pour autant remettre en cause la 3e ligne souhaitée par Jean-Luc Moudenc. Jean-Michel Lattes, 1er adjoint en charge des Transports à Toulouse, annonce qu'il va prendre en compte ces propositions.

Le prolongement de la ligne B du métro jusqu'à Labège (PLB) et la 3e ligne de métro souhaitée par le maire de Toulouse ne seraient pas incompatibles. Dans le dossier qui oppose depuis début février Jean-Luc Moudenc (président de Toulouse Métropole) et Claude Ducert (président du Sicoval), deux élus EE-LV se posent en médiateurs. En effet, Michèle Bleuse et Henri Arévalo, candidats aux départementales sur le canton de Ramonville (à cheval sur les deux agglomérations) estiment qu'une solution existe à mi-chemin entre le tout et le rien.

"Nous estimons qu'il est indispensable et non négociable que le PLB se réalise. Mais compte tenu que la majorité à Toulouse Métropole et à Tisséo souhaite une 3e ligne de métro, nous ouvrons le dialogue et proposons une autre solution", explique Michèle Bleuse, présidente du groupe EE-LV à Toulouse Métropole.

Ainsi, les deux élus suggèrent de raccourcir le PLB en positionnant le terminus à Diagora-Labège (au lieu de La Cadène), une économie qu'ils chiffrent à 50 M€. Dans un second temps, si la 3e ligne de métro devait se concrétiser, "ce à quoi je ne crois pas car elle n'aura pas les financements", précise l'élue, son trajet serait également raccourci et modifié, afin qu'une connexion s'opère avec la ligne B à Ramonville.

"Il ne faut pas remettre en cause le PLB qui est déjà financé. Les citoyens qui habitent et travaillent à Labège ne supporteront pas d'attendre 10 ou 15 ans pour voir arriver une hypothétique 3e ligne."

Toulouse Métropole ne dit pas non

Le débat est ouvert. "Nous n'avons pas les moyens, en tant qu'élus d'opposition, de mener des enquêtes de faisabilité, et ce n'est pas notre rôle", précise Henri Aravélo. "Nous apportons une contribution au débat. C'est au Sicoval et à Toulouse Métropole de se l'approprier et d'en débattre s'ils le souhaitent."

Il semble que ce soit chose faite : Jean-Michel Lattes, président de Tisséo et adjoint en charge des Transports à la mairie de Toulouse, prend très au sérieux ces propositions.

" Le 4 février lors du Comité syndical de Tisséo, nous avons voté le lancement des études de faisabilité pour la ligne 3. Je vais introduire ces propositions dans les études menées. Je trouve ce positionnement intéressant, et c'est la première fois que les Verts ne sont pas dans le 'anti-ligne 3' à tout prix."

Jean-Michel Lattes émet néanmoins quelques réserves :

" Si le terminus est positionné à Diagora-Labège, les terrains situés à La Cadène vont perdre de la valeur et le projet d'aménagement urbain sera moins intéressant. Par ailleurs, la ligne 3 a pour objectif de relier directement la gare, l'aéroport et Labège en peu de temps. S'il faut faire un changement à Ramonville, cela perd de son sens".

À noter que si le projet de PLB est modifié, l'enquête publique qui doit être lancée en avril prochain sera repoussée.

Le président du Sicoval Claude Ducert n'as pas souhaité s'exprimer dans le cadre de cet article.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le YikeBike arrive en Midi-Pyrénées

Le YikeBike arrive en Midi-Pyrénées | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Lola Roboam, chargée de la commercialisation chez Yike31.



Il est dans le Livre Guinness des records car c'est le vélo électrique le plus compact du monde. Le YikeBike cartonne en Asie et vient d'arriver en Midi-Pyrénées. Il est commercialisé par Jean Luc Da Lozzo, le gérant de Cler Verts, qui vient de créer Yike31.

C’est en Nouvelle Zélande qu’est né le YikeBike, ce vélo électrique high-tech parti pour révolutionner les trajets domicile-travail. « L’innovation, c’est d’avoir créé un vélo pliable, transportable partout et en même temps sécuritaire et haute technologie », souligne Lola Roboam, chargée de la commercialisationn au sein de la toute jeune société yike31. Sa batterie, toute petite, se recharge en 1h30 seulement. Côté performances, il peut atteindre vingt-trois kilomètres par heure avec une autonomie de quatorze kilomètres et est équipé de Led à l’avant et à l’arrière, de clignotants et du système de freinage anti-dérapage ABS. L’apprentissage du volant à l’arrière se fait rapidement, l’assise est confortable.

Autre avantage de taille, le vol n’est pas possible : le vélo se replie dans la roue de devant avant d’être mis dans un sac qui se porte sur l’épaule. A Toulouse, le Yike Bike s’est déjà fait remarquer à la garden party de Colomiers, au Fenix Toulouse Handball et à la Mêlée numérique.

Révolutionner les trajets domicile-travail
« Dans quelques années on ne se déplacera pas de la même façon. En périphérie urbaine, le YikeBike est un moyen complémentaire de relier le métro ou son lieu de travail, » souligne Jean-Luc Da Lozzo, gérant de la société Cler Verts et fondateur de Yike31. Le tout, en toute autonomie, en costume et sans transpirer.

Reste que le prix actuel, 3600 euros, n’a rien avoir avec celui d’un vélo. Pour amortir l’investissement initial, l’entrepreneur table sur le développement des dispositifs fiscaux pour indemniser les salariés qui se rendent au travail en vélo. Le secrétaire d’État aux Transports Frédéric Cuvillier a lancé des expérimentations basées sur une indemnité de 25 centimes le kilomètre. « Sur un trajet de six kilomètres, le YikeBike est amorti en trois ans », assure Jean-Luc Da Lozzo. Pour l’heure, la jeune entreprise explore également la cible du véhicule promotionnel, vecteur de communication.
Aurélie de Varax

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Hollande confirme la réalisation de la LGV Bordeaux-Toulouse

Hollande confirme la réalisation de la LGV Bordeaux-Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Le chef de l'Etat annonce d'ailleurs un "schéma national" pour "moderniser le réseau ferroviaire, au moins 1.000 km de rail par an".

 

Le président François Hollande a confirmé jeudi 10 janvier la réalisation de la ligne ferroviaire à grande vitesse au delà de Bordeaux, qui figurait parmi les grands projets d'infrastructures de transport remis en cause par le gouvernement au nom du réalisme budgétaire.

En déplacement en Gironde sur le thème des investissements d'avenir, le chef de l'Etat a dit "souhaiter que nous puissions moderniser le réseau ferroviaire, au moins 1.000 km de rail par an", ajoutant qu'un "schéma national sera proposé".

Dans un centre de formation aéronautique à Latresne, François Hollande a souligné qu'il y avait "en Aquitaine [...] les 250 km de ligne à grande vitesse entre Tours et Bordeaux et puis même la suite [vers Toulouse et l'Espagne, NDLR]".

"Je sais qu'il y a quelques endroits où c'est toujours difficile mais ça passera parce que ça doit passer, parce que c'est l'avenir", a-t-il dit.

Série de grands projets de liaisons ferroviaires

Le gouvernement a décidé de passer au crible toute une série de grands projets de liaisons ferroviaires, routières et fluviales issus du Grenelle de l'environnement sous la présidence Sarkozy. Il juge le coût évalué des investissements (245 milliards d'euros sur 25 ans) insoutenable pour l'Etat et les collectivités et incompatible avec un retour à l'équilibre des finances publiques. Une mission composée de parlementaires et de personnalités qualifiées a été chargée d'opérer le tri entre les projets. Elle est censée remettre ses recommandations vers le printemps.

Avant la remise à plat de ces grands projets, le premier coup de pioche de Bordeaux-Toulouse, prolongement de Tours-Bordeaux (et donc de Paris-Bordeaux via Tours) dont les travaux ont commencé en 2012, était prévu en 2017. La ligne serait mise en service vers 2020. Toulouse, quatrième ville de France, se retrouverait à un peu plus de trois heures de train de Paris, contre cinq heures vingt aujourd'hui.

La LGV Bordeaux-Toulouse jouit d'un large soutien en Midi-Pyrénées. Les collectivités ont accepté de payer pour Tours-Bordeaux mais uniquement pour que la ligne soit ensuite prolongée vers Toulouse.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les sujets forts en 2013 à Toulouse

Les sujets forts en 2013 à Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Non, la rédaction de Carré d’info ne se prend pas pour Nostradamus. Mais en 2013, il y a bien quelques événements que les Toulousains peuvent prévoir. Petit tour rapide et non exhaustif de dossiers qui vont faire l’actualité en ville.

 

 

Chantiers : encore beaucoup de travaux

Avec plusieurs livraisons prévues en 2014, les chantiers n’ont pas fini de pousser afin de faire de Toulouse, selon l’imagination de la mairie et de la communauté urbaine, une grande métropole. Autant de travaux répertoriés sur le site de Toulouse métropole et consultables.
Cette année le stadium aura droit à un lifting pour accueillir l’euro 2016. Selon la Dépêche, il ne faut pas s’attendre à une révolution architecturale. La rénovation se fera à l’économie.

Les premiers projets d’aménagement seront définis d’ici fin 2013 pour le nouveau quartier de la Gare Matabiau. Une transformation qui doit s’accompagner d’expropriations et ne se fera pas sans heurts. D’autant que ce nouveau quartier est justifié par l’arrivée de la LGV à Toulouse, une arrivée dont les échéances et les budgets sont au conditionnel.

 

Transports : ça ne file pas très droit

LGV. Le tracé définitif du tronçon reliant à « grande vitesse » Toulouse à Bordeaux devrait être validé en ce début d’année. Mais le dossier LGV ayant été relégué au rang de projet secondaire par le gouvernement, rien n’assure que le train file comme le vent au départ de Matabiau en 2022. Par ailleurs, le dessin actuel de la LGV n’est pas du goût de tous. Certains estiment qu’il est un « grand projet inutile ».

 

A lire aussi >> Nos interviews de Martin Malvy et d’Alain Rousset sur le TGV

 

Les deux nouvelles lignes de tram (Envol et Garonne) qui doivent être mises en service courant 2014 devraient considérablement avancer.

 

Politique : une bataille pas si rangée

Rendez-vous devant les urnes en 2014 pour les élections municipales. D’ici là, chaque camp va entamer crescendo sa campagne et nouer ses alliances. Rien n’est encore joué pour Pierre Cohen qui a toutes les chances de candidater à sa réélection. Par ailleurs, un petit suspense se jouera autour de la composition des listes: le PC se rangera-t-il comme en 2008 avec le PS ou ira-t-il sur la liste du Front de Gauche, un allié plus naturel? Quid aussi de EE-LV qui verrait bien une liste autonome au premier tour? Comment va réagir à son tour l’opposition, après la scission de 2011 entre le groupe Toulouse pour tous et Jean-Luc Moudenc de l’UMP et le groupe Toulouse métropole présidé par Jean-René Bouscatel? Autant de questions qui pimenteront sans doute le débat.

 

Focus sur l’UMP. Secoué en 2012 par une guéguerre pour sa direction à Paris entre Jean-François Copé et François Fillon, l’UMP locale n’a pas semblé touchée à Toulouse.

 

A lire aussi >> « Non la fédé de Haute-Garonne n’est pas très à droite »

 

Pour autant, le problème au national n’est pas complètement résolu et pourrait rejaillir au niveau des fédérations. L’UMP locale se remettra-t-elle également du départ d’une partie de ses troupes (moins de dix personnes selon elle) à la fin 2012 vers le nouveau parti de Borloo, l’UDI, à commencer par son ex-présidente en Haute-Garonne et eurodéputée Christine de Veyrac.

 

Economie : la casse continue

Ils l’ont annoncé dans un communiqué de bonne année, les salariés de Sanofi, toujours dans l’incertitude face au devenir du laboratoire de Toulouse, continueront la lutte pour sauver les quelques 600 emplois.

 

A lire aussi >> Notre dossier Sanofi

 

D’autres entreprises installées dans l’agglomération sont menacées et feront les titres de 2013 tel Motorola ou encore le magasin Virgin de Roques-sur-Garonne. La casse à l’emploi n’est pas prête de s’arrêter.

EADS, le déménagement se concrétise. Après la décision de son nouveau président exécutif, Thomas Enders, d’installer un siège unique pour EADS à Toulouse, celui-ci devrait présenter un projet début 2013 au conseil d’administration de ce groupe dont Airbus est une filiale.

 

Culture: des histoires, plein d’histoires

En cours de naturalisation par les taxidermistes du Museum d’histoire naturelle de Toulouse, les ours des Pyrénées, dont la star Cannelle, devraient faire une entrée remarquée dans les collections d’ici la fin de l’année. Une exposition leur sera d’ailleurs consacrée.

Francazal, le feuilleton continue. Après le rejet par les services de l’Etat des différents projets pour la reconversion de l’ancienne base militaire, et notamment des très médiatisés studios de cinéma, un nouvel appel d’offre devrait être programmé.

 

A lire aussi >> Francazal, les raisons du recalage

 

Et le porteur du projet des studios de ciné, Bruno Granja, s’est dit encore déterminé à défendre son dossier. Par ailleurs, l’avenir d’une autre parcelle de la base reste à déterminer.  Selon la Dépêche du Midi, la ville de Pamiers se serait aussi portée candidate pour accueillir les studios. Autant d’éléments qui viendront nourrir en 2013, le scénario Francazal.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Air Arabia ouvre sa première ligne à Toulouse

Air Arabia ouvre sa première ligne à Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it

La filiale marocaine de la compagnie émiratie Air Arabia ouvre une liaison Toulouse-Casablanca. Soufiane Wissam, responsable France de la compagnie « à bas prix » Air Arabia Maroc, annonce les objectifs et les perspectives pour l’ouverture de cette ligne depuis l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Interview.


Air Arabia a lancé le 28 octobre dernier une liaison Casablanca-Toulouse. Combien de liaisons seront assurées par semaine?


Nous proposons 2 vols hebdomadaires : les avions décollent de Toulouse le jeudi à 19h25 et le dimanche à 23h05 et de Casablanca le jeudi à 15h20 et le dimanche à 19h. Le prix de départ est de 69 euros TTC.

Air Arabia est une compagnie « Low fare », c’est-à-dire à bas prix mais avec une exigence dans la qualité de nos prestations. Ainsi, notre flotte est composée exclusivement d’ A320 (162-168 places) et nos sièges sont attribués dès l’enregistrement.


Pourquoi s’implanter à Toulouse ?


La compagnie Air Arabia Maroc fait le pari de s’installer en province. Nous sommes déjà présents à Montpellier, Lyon et Bâle-Mulhouse. Nous travaillons aujourd’hui en étroite collaboration avec l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Ils nous ont aidé à identifier les besoins de la population en Midi-Pyrénées.

 

Quelles sont vos perspectives ? 

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

TGV Toulouse-Bordeaux : les élus locaux se marquent à la culotte

TGV Toulouse-Bordeaux : les élus locaux se marquent à la culotte | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Mercredi, le ministre des transports Frédéric Cuvillier était en déplacement dans le Tarn. Il a évoqué à cette occasion la ligne TGV Toulouse-Bordeaux toujours pas assurée de voir le jour. Malgré l’absence d’annonce ou d’information nouvelles, les élus locaux ont tous tenu à réagir. Mais à quoi au juste ?


(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Air Méditerranée : la compagnie toulousaine licencie 85 personnes, une trentaine de reclassements en Grèce ?

Air Méditerranée : la compagnie toulousaine licencie 85 personnes, une trentaine de reclassements en Grèce ? | La lettre de Toulouse | Scoop.it

 

La compagnie charter Air Méditerranée basée au Fauga, près de Toulouse, s’apprête à licencier 85 personnes. Elle propose à une trentaine de ses salariés un reclassement dans sa filiale grecque Hermès Airlines, provoquant la colère du syndicat national des pilotes de lignes.

Avec un chiffre d’affaire d’environ 180 M€ en 2011, la compagnie créée en 1997 par Antoine Ferretti, son PDG, est en difficulté depuis deux ans. 85 postes vont être supprimés et une trentaine de reclassements seront proposés en Grèce. « Nous avons perdu presque 20% de notre CA, notamment à cause du Printemps arabe, mais nous subissons aussi la concurrence tchétchène et lituanienne » affirme Antoine Ferretti, qui récuse le terme de délocalisation. Selon lui, la compagnie opère une restructuration et développe sa filiale grecque créée en 2011.

Colère du coté du Syndicat national des Pilotes de Ligne : le délégué SNPL chez Air Méditerranée, Denis Roumier, dénonce une « fuite en avant ». Selon lui la trentaine de pilotes et hôtesses qui se voient proposer un reclassement en Grèce auront un salaire réduit de 30% en moyenne, avec un salaire mensuel de 900 € à Athènes pour les hôtesses, et de 3700 euros pour les pilotes (contre 6000 € en France). « Si c’est le seul moyen pour retrouver de la compétitivité, cela veut dire que les autres compagnies feront la même chose, et il y en aura toujours une pour délocaliser plus loin, là où ce sera moins cher » déclare Denis Roumier, refusant « la précarisation du métier ».

"Des conditions peu alléchantes"

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Air France lance des billets Lille-Toulouse à 50 euros

Air France lance des billets Lille-Toulouse à 50 euros | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Lavoixeco - Pour contrer sa concurrence low-cost au départ de Lille - Lesquin, Air France poursuit sa politique des petits prix.

 

La compagnie lance ainsi un nouveau tarif sur ses vols Lille-Toulouse, sans attendre l'ouverture de sa base dans la ville rose.

Elle propose ainsi un tarif à partir de 50 euros TTC l'aller simple, l'achat devant se faire au minimum 42 jours avant le départ.

Trois départs sont proposés quotidiennement (à 7 h, 13 h 15 et 18 h 05) et autant de retours, avec un temps de vol d'une heure trente.

Ces billets sont proposés sans suppression des différents services Air France (bagages en soute et en cabine, journaux, boissons et en-cas, miles).

 

La Voix du Nord

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse devrait bien avoir son aérotram

Toulouse devrait bien avoir son aérotram | La lettre de Toulouse | Scoop.it

l’aérotram de Portland est conçu dans la même configuration que celui de Toulouse.

L’arrivée d’un téléphérique à Toulouse se précise. Ce mercredi 14 octobre, Tisséo-SMTC a lancé une phase de concertation publique sur le projet d’aérotram, qui doit relier le site de l’Oncopole au CHU de Rangueil et à l’université Paul-Sabatier. L’autorité organisatrice des transports dans l’agglomération envisage même un mise en service en 2020.

Soufflée par l’ancien maire Philippe Douste-Blazy au début des années 2000, un temps envisagée par Jean-Luc Moudenc lors de son premier passage au Capitole entre 2004 et 2008, l’idée d’un téléphérique pour desservir la colline de Pech David a été remise sur le devant de la scène par l’ancien maire socialiste Pierre Cohen en 2012. Le projet actuel, révisé par la nouvelle municipalité Les Républicains de Jean-Luc Moudenc, prévoit un tracé de 2,6 kilomètres, un temps de parcours d’une dizaine de minutes et un trafic de 6000 à 7000 passagers par jour. Selon Tisso-SMTC, ce mode de transport doit également garantir « une fréquence comparable à celle du métro avec une amplitude horaire identique à celle du tramway ».

 

Un coût de 44 à 63 millions d’euros

Le grand public sera amené à se prononcer sur l’aérotram au cours d’une consultation qui s’étendra du 2 au 20 novembre. L’édile et son adjoint aux transports Jean-Michel Lattes, également président de Tisséo-SMTC, auront ensuite à rendre leurs derniers arbitrages sur ce dossier. Parmi les grandes questions à trancher : la solution technique retenue, entre un téléphérique monocâble ou tricâble. Selon le choix, le coût du projet serait estimé entre 44 et 63 millions d’euros.

Si le lancement officiel et définitif de l’aérotram n’est donc pas acté, sa place dans le réseau de transports toulousain semble déjà affirmée. Cette liaison téléportée est ainsi présentée comme « le premier maillon de la ceinture sud », selon Tisséo-SMTC. Et des prolongations vers la station Basso-Cambo, terminus du métro A, ou vers la zone de Montaudran, au cœur du projet de troisième ligne de métro, sont déjà envisagées.
T.G.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

L'offensive Hop ! Air France sur le court-courrier à Toulouse

L'offensive Hop ! Air France sur le court-courrier à Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Lionel Guérin, directeur général délégué de Hop ! Air France.

 

En difficultés face à la concurrence des compagnies à bas coût, du rail et des nouveaux opérateurs de la route, Air France et sa filiale Hop ! passent à l'offensive avec une nouvelle offre commerciale « agressive » sur le court-courrier. Objectif : un retour à l'équilibre en 2017.

 

Opération séduction chez Air France et Hop !. Pour contrer leurs concurrents du rail, des airs et de la route et reconquérir des parts de marché, la compagnie nationale et sa filiale créée en 2013 ont décidé d’unifier leur réseau court-courrier et de simplifier leur organisation sous une bannière commune, Hop ! Air France. Cette nouvelle activité, chapeautée par un commandement unique, regroupe l’ensemble du réseau des lignes au départ de Paris-Orly dont la Navette, des lignes au départ des régions françaises, des lignes inter-régionales et vers l’Europe proche.

Elle s’accompagne d’une offre commerciale « agressive », avec des prix d’appel à partir de 49 euros TTC, à la vente depuis le 24 mars dernier sur l’ensemble de ces routes qui forment le plus important réseau aérien domestique en Europe avec 13 millions de clients, 600 vols par jour et 130 lignes.

 

Retour sur les bases

« Face à la concurrence des low-cost, du train, des autocars ou encore de compétiteurs comme Blablacar sur le marché de la mobilité intérieure, un secteur qui ne connaît pas la crise, nous nous devions d’innover pour répondre aux attentes de nos clients », a justifié Lionel Guérin, en déplacement à Toulouse début mai. Par la reconquête de parts de marché sur le réseau domestique, le directeur général délégué Hop ! Air France espère retrouver l’équilibre à l’horizon 2017 « dans l’intérêt général » du groupe Air France et « des emplois qui y sont associés ».

En 2014, le périmètre couvert par Hop ! Air France affichait en effet 140 millions d’euros de pertes (sur 1,7 milliard d’euros de chiffre d’affaires) contre 280 millions en 2012. C’est ce même objectif de retour à la rentabilité sous trois ans qui a conduit la direction du groupe Air France à fermer d’ici octobre 2015 les bases de Marseille, Nice et Toulouse, ouvertes en 2011 et 2012 dans une logique de baisse des coûts.

Cette réorganisation, sans conséquences sur l’emploi et sur le programme de vols, a assuré la compagnie nationale va traduire par la réaffectation à Paris d’environ 200 pilotes.

 
Johanna Decorse

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

LGV Bordeaux-Toulouse : dans le Lot, François Hollande annonce que "le gouvernement prendra rapidement une décision"

LGV Bordeaux-Toulouse : dans le Lot, François Hollande annonce que "le gouvernement prendra rapidement une décision" | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Le président de la République, en visite officielle dans le Lot, s'est voulu rassurant sur le dossier de la ligne grande vitesse, à l'occasion de la signature du contrat de plan Etat-Région. 

 

François Hollande a évoqué les "interrogations" suscitées par l'avis négatif de la commission d'enquête publique sur la LGV Bordeaux-Toulouse, lors de la signature du contrat de plan Etat-Région à la préfecture du Lot à Cahors ce mardi matin. 

Le chef de l'Etat a précisé que "le maître d'ouvrage y répondra avant l'été". "Le gouvernement prendra rapidement sa décision après avis du Conseil d'Etat", a-t-il dit.

Plus de 850 millions d'euros du contrat de plan Etat-Région doit être investis dans la mobilité durable, et en particulier la modernisation du réseau ferroviaire et l'aménagement de la gare de Toulouse en prévision de l'arrivée du TGV.

Au total, le contrat de plan mobilisera 1,770 milliard d'euros pour la période 2015-2020. Le montant de ce contrat, doté à quasi-parité par l'Etat (709,1 millions d'euros) et la Région (723,3 millions d'euros), fait de Midi-Pyrénées la quatrième région française la mieux dotée derrière l'Ile-de-France, Rhône Alpes et Paca, a souligné le président de la République. Le reste des investissements (environ 330 millions d'euros) sera supporté par les Départements et les communes.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse – Dix bus électriques pour le réseau Tisséo

Toulouse – Dix bus électriques pour le réseau Tisséo | La lettre de Toulouse | Scoop.it
A Toulouse, le réseau Tisséo vient de mettre en service une flotte de dix bus électriques destinée à arpenter les rues du centre ville.

Fournis par le constructeur italien Breda Menarinibus, ces bus électriques de 22 places (9 assis, 13 debout) annoncent une autonomie de 120 kilomètres et une vitesse de pointe de 45 km/h. Ils assureront la desserte du centre-ville sur une boucle de 7,5 km comportant 14 arrêts.

« La boucle complète est effectuée en 50 minutes et la fréquence est de 10 minutes maxi entre deux véhicules », explique au quotidien La Dépêche Marc Del Borrello, président de l'Epic (établissement public industriel et commercial) Tisséo, exploitant du réseau de transport urbain.

Ces dix bus électriques viennent remplacer les anciens minibus thermiques, datant de 2003, et assureront le transport de 900 passagers par jour, du lundi au samedi, entre 9 et 19 heures.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Hop !, le nouveau pôle régional d'Air France prendra pied en Midi-Pyrénées

Hop !, le nouveau pôle régional d'Air France prendra pied en Midi-Pyrénées | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Le nouveau pôle régional Hop ! sera opérationnel au 31 mars. Il concerne plusieurs destinations au départ de Toulouse Blagnac, mais aussi de Castres-Mazamet.

 

Le nouveau pôle régional Hop ! sera opérationnel au 31 mars. Il concerne plusieurs destinations au départ de Toulouse Blagnac, mais aussi de Castres-Mazamet.

Les trois compagnies aériennes Airlinair, Britair et Régional se regroupent sous une nouvelle entité, baptisée Hop !. Opérationnelle à compter du 31 mars, cette nouvelle compagnie, filiale à 100% de Air France, devient l’un des premiers acteurs régionaux français, avec 136 destinations et 530 vols quotidiens. En tout, la flotte de 98 avions (principalement des appareils de moins de cent places) a été positionnée sur des vols à bas prix, afin de concurrencer les compagnies low-cost qui sont positionnées dans les liaisons à l’intérieur.

La nouvelle enseigne aura plusieurs vols au départ de Toulouse Blagnac. « Il y aura des liaisons Toulouse Nantes, Toulouse Lille, Toulouse Rennes, Toulouse Marseille et Toulouse Nice », explique-t-on au siège midi-pyrénéen de la compagnie mère. « Avec des allers simples à partir de 55 euros, hors frais d’émission. Ce sont des tarifs calées sur l’offre mini d’Air France ». Mais l’aéroport de Castres Mazamet est également concerné par ce rapprochement, puisque Air Linair y est un acteur de poids avec des liaisons Castres Orly (trois rotations quotidiennes) et Castres Ajaccio.

(...)

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Bouchons à Toulouse le 10 janvier 2013 en temps réels

Bouchons à Toulouse  le 10 janvier 2013 en temps réels | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Jacques Le Bris's insight:

 

Mes pensées vont aux automobilistes toulousains, dont les taxis...

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Air France dément la fermeture de sa base régionale de Toulouse, la CGT reste vigilante

Air France dément la fermeture de sa base régionale de Toulouse, la CGT reste vigilante | La lettre de Toulouse | Scoop.it

La base toulousaine d'Air France n'est pas menacée à court terme


Polémique ce matin autour des bases régionales d’Air France : le Figaro a annoncé que la direction de la compagnie aérienne préparerait "dans la plus grande discrétion", l'enterrement des trois bases de Nice, Marseille et Toulouse, ouvertes depuis un an. Des propos jugés "fantaisistes" par la direction toulousaine d’Air France. De son côté la CGT estime que l'avenir de la base Air France de Toulouse est "sur la sellette".

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Semaine de la Mobilité: des entreprises toulousaines mettent en place des Plans de Déplacement des Entreprises

Semaine de la Mobilité: des entreprises toulousaines mettent en place des Plans de Déplacement des Entreprises | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Alors que s’ouvre ce lundi la 11e édition de la semaine européenne de la mobilité, l’association ambition Toulouse 21, qui s’engage en faveur du rayonnement international de la métropole toulousaine et de sa cohésion sociale, publie un document intitulé « les entreprises toulousaines éco-mobiles » qui présente les enjeux et pratiques de la mobilité des salariés des entreprises de l’association. Parmi elles, Thales, La Poste ou encore la SHEM ont mis en place des Plans de Déplacement des Entreprises (PDE). Interview de Francois-Xavier Tramon, président de l’association.

 

La mobilité des salariés est-elle une priorité pour les entreprises ?

Je dirais que c’est un enjeu, pas une priorité.

(...)

Qu’est ce qu’un PDE ?
Un plan de déplacement des entreprises, c’est tout d’abord une proposition et non pas une contrainte pour les salariés, il n’y a rien d’obligatoire. C’est un programme structuré de gestion des salariés tant sur le trajet maison-bureau que dans les déplacements au sein de la journée de travail. Il consiste à proposer des moyens alternatifs à la voiture : installer un parking à vélo et des douches, utiliser une plateforme numérique pour le co-voiturage, les transports en communs. Plusieurs entreprises implantées sur une même zone d'activités peuvent se regrouper dans une démarche commune. Certaines PME ont déjà des PDE sans s’en rendre compte, il s’agit de bon sens : par exemple organiser des vidéos conférences au lieu de faire déplacer tout le monde systématiquement.

Quelles aides peuvent obtenir les entreprises qui souhaitent mettre en place un PDE ?

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Tramway : interrogations des entreprises sur la ligne Envol

Tramway : interrogations des entreprises sur la ligne Envol | La lettre de Toulouse | Scoop.it
En raccordant l’actuelle ligne de tramway à l’aéroport de Toulouse-Blagnac, la future ligne Envol desservira un bassin de 14.000 emplois à partir de la rentrée 2014. Un grand nombre d’entreprises seront ainsi concernées, aussi bien par le chantier qui doit débuter dès cet été, que par le futur tracé.

Elles ont pu soulever leurs interrogations ce mardi 27 mars lors d’un petit-déjeuner organisé par le Club Réussir, destiné à informer les dirigeants concernés par l’arrivée du tramway. « Les chefs d’entreprise l’accueillent d’un bon œil mais ils s’interrogent sur son impact et son utilisation par les personnels », explique Françoise Barutello, la présidente du club d’entreprises blagnacais. « Quand les travaux vont commencer, ça va être le boxon…

Avec un investissement de 55 millions d’euros, le projet Envol, aussi appelé T2, prévoit la création d’un tronçon de 2,4 kilomètres comprenant trois stations - dont une située à proximité du siège d’ATR et de la passerelle d’Airbus -, qui viendra se connecter entre les stations Ancely et Servanty de la ligne T1. Le terminus sera situé « le plus proche possible du Hall C de l’aéroport », a indiqué Xavier Bonneau, directeur de la Smat. Le chantier prévoit notamment la réalisation d’un viaduc de 17 mètres pour franchir la rocade.

Au départ du terminus Arènes - et ultérieurement Palais de justice une fois achevé le prolongement baptisé Ligne Garonne -, un tramway sur trois bifurquera ainsi vers l’aéroport au lieu de suivre T1 jusqu’à Aeroconstellation. « La fréquence de T2 sera d’environ 15 minutes. T1 restera à 7’30’’, mais cela nous permet de réduire la fréquence à 5 minutes sur le tronçon commun en centre-ville », a précisé Xavier Bonneau. 9.500 passagers par jour sont attendus à terme sur la ligne Envol, qui permettra à terme de connecter l’aéroport au futur Parc des expositions et à la ligne à grande vitesse, espérée à la gare Matabiau.

 

Thomas Gourdin»

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La compagnie easyJet se base à Toulouse

La compagnie easyJet se base à Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it

ToulEco:

 

Première compagnie aérienne européenne en termes de réseau et 2ème en France, easyJet a annoncé hier l’ouverture de deux nouvelles bases permanentes dans les aéroports de Nice Côte d’Azur et Toulouse-Blagnac. La marque britannique, qui propose déjà onze destinations au départ de la Ville rose, en exploitera cinq de plus à compter d’avril 2012.

 

La concurrence se fait plus rude entre Air France et EasyJet. La compagnie britannique qui compte notamment sur le ciel français pour continuer à teinter d’orange l’espace aérien européen, vient d’annoncer l’ouverture de deux nouvelles bases permanentes dans les aéroports de Nice Côte d’Azur et Toulouse-Blagnac. Elles s’ajouteront à ses trois actuelles : Orly, Roissy Charles de Gaulle et Lyon-Saint Exupéry. Dès avril 2012, ces deux plates-formes régionales accueilleront chacune un A319 supplémentaire et deviendront ainsi les 21e et 22e bases du réseau de la compagnie.

 

A Toulouse, où easyJet exploite déjà onze lignes, cinq nouvelles destinations à bas-prix dont Bâle-Mulhouse, Bruxelles et Nice seront proposées avec une disponibilité à la vente dès novembre prochain. Les perspectives de la compagnie, qui y opèrera bientôt 140 vols par semaine, porte sur une hausse du nombre de passagers depuis ou vers Toulouse d’au moins 200.000 chaque année ; passant ainsi de 1,2 million à 1,4 million au cours des douze prochains mois.100 millions d’euros d’investissement

A Nice, avec 21 routes au total et 250 vols hebdomadaires, ce sont 2,6 millions de passagers par an qui sont visés. Ce renforcement des « positions stratégiques » et plus largement « du réseau domestique français et paneuropéen » d’easyJet va coûter à la compagnie britannique 100 millions d’euros. Il devrait lui rapporter en échange près d’un demi-million de passagers supplémentaires au départ ou à destination de la France. De quoi faire durablement planer easyJet, dopée par les « opportunités de croissance » que représente le marché français. Car la marque orange, qui a transporté 12 millions de personnes en 2011 et compte le plus vaste réseau d’Europe avec plus de 560 destinations entre 130 aéroports et 29 pays, n’imagine sûrement pas en rester là.
Johanna Decorse

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Nouveaux vols avec Twin Jet au départ de Marseille vers Pau et Toulouse

Nouveaux vols avec Twin Jet au départ de Marseille vers Pau et Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Depuis le 3 octobre, Twin Jet assure des vols entre Marseille et Toulouse et introduira des vols entre Marseille et Pau dès le 2 novembre.

Cette compagnie aérienne française, partenaire de Flying Blue (réseau d'Air France et KLM), dessert actuellement des aéroports régionaux comme Périgueux, Bergerac, Metz, Mulhouse mais aussi Genève et Milan.

Les vols n'opèrent pas le week end et les horaires sont les suivants :

Marseille - Toulouse : 08:30-09:30 du lundi au jeudi ; 17:00-18:00 le vendredi
Toulouse - Marseille : 18:30-19:30 du lundi au vendredi
Marseille - Pau : 06:50-08:10 du lundi au jeudi ; 18:15-19:35 le vendredi
Pau - Marseille : 08:35-09:55 du lundi au jeudi ; 20:00-21:20 le vendredi

more...
No comment yet.