La lettre de Toulouse
42.5K views | +30 today
Follow
La lettre de Toulouse
Quelques informations sur l'entreprise et l'immobilier à Toulouse
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La meilleure façon de trouver un TAF, c'est d'aller au salon

La meilleure façon de trouver un TAF, c'est d'aller au salon | La lettre de Toulouse | Scoop.it
La meilleure façon de trouver un TAF, c’est d’aller au salon

Pour sa 10e édition, le Salon TAF (Travail, Avenir, Formation) investit la région du 3 au 23 mars. Le rendez-vous de l’emploi et la formation fait étape cette année dans huit villes d’Occitanie. Organisés par la Région en partenariat avec Pôle Emploi et les Missions locales, ces salons permettent aux visiteurs de découvrir un métier, construire son projet professionnel ou encore se réorienter vers des filières d’avenir.

Salon TAF de l’Aude

Pour la 10e année consécutive, la Région organise les salons TAF sur l’ensemble du territoire. En partenariat avec Pôle emploi et les Missions locales, elle décline cette année le rendez-vous dans toute l’Occitanie notamment Toulouse, Auch et Albi. L’objectif reste le même : permettre aux demandeurs d’emplois et professionnels en quête de nouvel horizon de pouvoir accéder à toutes les informations sur les aides, découvrir les offres de formation et trouver un emploi en rencontrant directement les entreprises qui recrutent.

 

Les salons TAF, ce sont près de 10 000 offres d’emploi, 1250 entreprises et des espaces pour répondre aux problématiques de chacun. Lors de chaque rendez-vous, le public pourra découvrir des espaces formation, alternance (dédié à l’apprentissage), orientation, création d’entreprise et recrutement.

 

Le stand de la Région
Cet espace offre un accès à toutes les informations sur l’offre régionale de formation, les aides et dispositifs destinés aux demandeurs d’emplois, aux jeunes, aux salariés mais aussi aux dirigeants d’entreprise.

 

L’espace formation
Les organismes de formation, les écoles et instituts de formations sanitaires et sociales, les établissements d’enseignement supérieur ainsi que les Écoles régionales de la deuxième chance seront réunis dans un même lieu pour informer et conseiller sur leur panel de formations.

 

L’espace « alternance » dédié à l’apprentissage
L’ensemble des CFA et consulaires seront sur place pour mieux informer les jeunes sur cette voie de formation. Les futurs apprentis pourront s’informer sur les contrats d’apprentissage, découvrir les aides, signer un contrat en alternance avec les entreprises présentes ou encore découvrir les métiers de l’apprentissage à travers des démonstrations.

 

L’espace Régional de l’information
Sur cet espace, les visiteurs auront l’opportunité de rencontrer l’ensemble des professionnels du Service Public Régional de l’Orientation mais également d’autres acteurs de l’orientation tel l’ONISEP, les Carif-Oref d’Occitanie, les organismes paritaires collecteurs agréés et les fédérations.

 

L’espace création d’entreprise
Cet espace est consacré à à la création d’entreprise pour tout public avec un accueil individuel pour les créateurs et jeunes entrepreneurs.

 

L’espace recrutement
Les entreprises proposent des postes sur divers secteurs d’activités (services, commerce, hôtellerie et restauration, bâtiment, distribution, transports, tourisme, agro- alimentaire …).
L’atelier CV et entretien donne des clés sur comment préparer CV et entretiens pour être le plus efficace possible dans sa recherche d’emploi.

 

Calendrier des rencontres TAF
Retrouvez 3 jours avant chaque salon le plan TAF à telecharger dans cette rubrique :
  • Toulouse (Parc des Expositions), vendredi 3 et samedi 4 mars - Télécharger le plan et le guide du visiteur du salon :
    Plan du Salon TAF Toulouse (.pdf - 3,2 Mo)
    Guide du visiteur - Salon TAF Toulouse (.pdf - 6,1 Mo)
  • Montpellier (Parc des expositions), mercredi 8 et jeudi 9 mars
  • Auch (salle Mouzon), mercredi 8 mars
  • Narbonne (Parc des Expositions), mardi 14 mars
  • Mende (Salle Georges Frêche), mercredi 15 mars
  • Albi (Parc des Expositions), mercredi 15 mars
  • Nîmes (Parc des Expositions), mardi 21 et mercredi 22 mars
  • Perpignan (Parc des Expositions), jeudi 23 mars

En savoir +

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les prochains défis d'Anne-Marie Idrac, nommée à la tête d'Aéroport Toulouse-Blagnac

Les prochains défis d'Anne-Marie Idrac, nommée à la tête d'Aéroport Toulouse-Blagnac | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Anne-Marie Idrac, élue à l’unanimité présidente du conseil de surveillance d’ATB aux cotés de Jean-Michel Vernhes, reconduit dans ses fonctions de président du directoire.


Après des mois de suspens, on connaît enfin les noms et les visages des dirigeants de la société Aéroport Toulouse-Blagnac. Ce mardi 5 mai, Anne-Marie Idrac, l'ancienne patronne de la RATP, a été élue présidente du conseil de surveillance. Un vote consensuel avant tout.

 

Moins d’un mois après l’annonce de la cession pour 308 millions d’euros de 49,99% des parts de l’État dans le capital de la société Aéroport Toulouse-Blagnac (ATB), concessionnaire du terminal de la Ville rose, au consortium chinois Symbiose, la nouvelle gouvernance se met en place. Ce mardi 5 mai, Anne-Marie Idrac a été élue à l’unanimité présidente du conseil de surveillance d’ATB, comme annoncé dans nos colonnes le 29 avril dernier.

L’ancienne secrétaire d’État aux Transports puis au Commerce extérieur, qui a dirigé la RATP et de la SNCF, fait partie, aux côtés d’Yves de Ricaud notamment, des six représentants de la société Casil Europe, porteuse du projet Symbiose. Créée en janvier, cette société de droit français, immatriculée à Paris, est exclusivement détenue par les deux membres du consortium chinois, l’entreprise d’État Shandong Hi-Speed Group et le fonds d’investissement Friedmann Pacific Asset Management (FPAM). Et est assurée d’une option de vente après trois ans des 10,01% restant encore entre les mains de l’État.

Les quatre autres représentants de Casil Europe sont logiquement des personnalités chinoises dont le célèbre Mike Poon, à la tête du groupe FPAM auquel appartient le loueur d’avions Calc, client d’Airbus. Au sein du conseil de surveillance, l’État conserve deux représentants dont Emmanuel Duret, prédécesseur d’Anne-Marie Idrac. La représentation des autres actionnaires, la chambre de commerce et d’industrie de Toulouse et les collectivités locales, reste inchangée.

 

Le plan stratégique Grand Ciel +

Un nouveau directoire, sous l’autorité confirmée de Jean-Michel Vernhes, a été élargi à cinq membres et va être chargé de plancher sur la politique de développement pour les cinq années à venir, dans le cadre du plan stratégique Grand Ciel +.

A l’issue de la première rencontre du conseil de surveillance, Anne-Marie Idrac a souligné « le consensus et l’esprit de partenariat » qui anime tous les administrateurs d’ATB. Un discours tout aussi consensuel destiné à rassurer les actionnaires locaux. L’ancienne députée UDF affirme avoir été choisie par les membres de Symbiose pour son sens de l’intérêt général. « C’est le fil rouge de mon parcours. Cette présidence du conseil de surveillance est une très belle mission d’intérêt général que j’ai acceptée sur proposition des actionnaires chinois de Symbiose en accord avec l’État », a déclaré Anne-Marie Idrac.

« J’ai été choisie pour faire fonctionner le partenariat local-global, public-privé et Toulouse-Chine », a ajouté l’ancienne secrétaire d’État. Pour elle, c’est le « capital aéronautique » de Toulouse et son « écosystème » industriel autour d’Airbus qui a intéressé les investisseurs chinois dont le projet de développement, très décrié par l’opposition locale, reste « raisonné » a-t-elle assuré.

« Je n’aurais pas accepté cette mission si je n’avais pas pensé qu’on était dans du partenariat (…), dans quelque chose de bien pour tout le monde et si l’on m’avait parlé d’un projet déraisonnable », a ajouté Anne-Marie Idrac. Bien qu’elle n’entende pas jouer le rôle « de potiche ou de caution », la nouvelle présidente d’ATB sait qu’elle doit calmer les esprits.

 

Jean-Luc Moudenc président de comité

C’est la raison pour laquelle les administrateurs d’ATB ont décidé à l’unanimité de confier à Jean-Luc Moudenc la présidence d’un nouveau comité au sein du conseil de surveillance, baptisé Stratégie et investissements, et chargé « d’examiner les grandes décisions concernant l’aéroport » .

Concernant la rétrocession de 16% des parts d’ATB que Casil Europe vient d’acquérir auprès de l’État à un actionnaire local français, Anne-Marie Idrac a précisé que les choses allaient « progresser maintenant ». Les actionnaires chinois d’ATB se sont en effet engagés à revendre un tiers de leur participation pour rassurer les actionnaires locaux auxquels ils ont également promis une « minorité de blocage » pour toutes les grandes décisions concernant l’avenir de l’aéroport. Ainsi qu’une participation de plusieurs dizaines de millions d’euros, via la société Casil Europe, dans le financement du futur parc des expositions de Toulouse, situé sur les communes d’Aussonne et Beauzelle, près de l’aéroport.
Johanna Decorse

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Comment décrocher l'un des 220 postes créés par Burger King à Toulouse ?

Comment décrocher l'un des 220 postes créés par Burger King à Toulouse ? | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Le plan de recrutement de Burger King®, à Toulouse, porte sur 20 personnes pour l’encadrement et 200 équipiers.

 

Caroline Doguet, à combien de recrutements l’enseigne Burger King® va-t-elle procéder dans l’agglomération ?
Nous allons nous implanter durant le deuxième semestre 2015 dans la région toulousaine avec l’ouverture de deux restaurants situés dans le Centre Commercial Saint-Orens pour l’un, et à Roques pour l’autre. Dans ce cadre, plus de 200 postes sont à pourvoir dès aujourd’hui, afin de recruter les équipes nécessaires au bon fonctionnement de nos deux futurs établissements.

Quels sont les profils que vous recherchez ?
Nous recherchons 20 personnes pour l’encadrement et 200 équipiers. Nous avons la volonté de recruter des profils variés. Avec ou sans diplôme, étudiant, jeune actif, ou senior, nous voulons donner une chance à tous les profils.
Nous recherchons surtout des candidats dynamiques, motivés, investis et sensibles au travail d’équipe, valeur importante chez Burger King®. Ce sont la personnalité du candidat et sa motivation qui tiennent une place prépondérante dans notre processus de recrutement. Le personnel encadrant devra posséder, en plus, un savoir-faire en matière de restauration rapide et une expérience dans la vente si possible.

Comment s’effectuent ces recrutements ?
Nous avons un partenariat avec le service public de l’emploi, et bénéficions pour chaque ouverture de la collaboration des services de développement économique des mairies, des agences Pôle emploi et des Missions locales. De plus, nous venons de lancer notre site internet de recrutement où les candidats peuvent directement postuler aux différentes offres en ligne.

Qu’en est-il du process de recrutement ?
Nous privilégions la méthode de recrutement par simulation (MRS) de Pôle emploi. Par ce dispositif ouvert à tous, nous proposons aux candidats des exercices de mise en situation adaptés au milieu de la restauration rapide. Nous sélectionnons ensuite nos candidats parmi ceux qui ont réussi les exercices, sur la base d’un entretien de motivation. Il s’agit donc d’une méthode qui se base sur l’habileté des candidats et leur motivation à nous rejoindre.

Quelles sont les possibilités d’évolution interne pour vos salariés par la suite ? 
Avec un plan de développement ambitieux (20% de parts de marché dans les 10 ans) nous pouvons offrir de nombreuses et rapides perspectives d’évolutions. Par exemple, les équipiers auront vocation, s’ils le souhaitent et présentent les aptitudes requises, à pouvoir accéder à des postes à dimension managériale. Équipier confirmé, leader, et manager représentent les évolutions les plus fréquentes constatées chez Burger King®.

 
Propos recueillis par Agnès Frémiot

 

Postuler sur : www.burgerking.fr/recrutement



more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Offres d'emploi à la Mairie de Toulouse

Offres d'emploi à la Mairie de Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Deuxième employeur public de Midi-Pyrénées, Toulouse rassemble 7 650 agents municipaux et 2580 agents communautaires au sein de 2 collectivités partenaires et complémentaires : la Ville de Toulouse (440 000 habitants) et la Communauté Urbaine du Grand Toulouse (707 295 habitants – 37 communes).
Les 10 000 agents municipaux et communautaires – qui représentent 250 métiers – , exercent leurs talents pour offrir un service public de proximité à la population, dans un souci constant de qualité. Le vaste panel de ces métiers couvre la grande diversité des domaines d’intervention, comme le développement urbain et durable, la solidarité, la petite enfance, la culture, les services à la population, les travaux publics etc.
Consultez les offres d'emploi à la mairie de Toulouse.

Vous pouvez également découvrir des offres sur le site du Grand Toulouse.
http://bit.ly/oKXGGw

.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Stéphane Lévin, explorateur : "Je suis un témoin crédible de ce qu'il se passe sur la planète"

Ajoutée le 16 oct. 2015 enregistrée au Forum #COP21Toulouse du 15/10/2015

Explorateur, scientifique, photographe et réalisateur , Stéphane Lévin se définit comme "un témoin crédible de ce qu'il se passe sur la planète". 10 ans après sa mission dans la nuit polaire, il prépare une expédition en solitaire de 121 jours dans le désert du Namib pour y mener des expériences scientifiques.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Budget de la ville de Toulouse, ce qu'en pense l'ancien adjoint aux Finances, Joël Carreiras

Budget de la ville de Toulouse, ce qu'en pense l'ancien adjoint aux Finances, Joël Carreiras | La lettre de Toulouse | Scoop.it

La Mairie de Toulouse prépare actuellement le budget 2015 de la ville, qui sera voté en conseil municipal le 10 avril prochain. La semaine dernière, l’adjoint aux Finances de Jean-Luc Moudenc, l’UMP Sacha Briand, a durement attaqué la précédente municipalité sur sa gestion des deniers publics et affirmé que la baisse des dotations de l’État rendait l’élaboration du budget "difficile". Le socialiste Joël Carreiras, ancien adjoint en charge des Finances, attend des propositions. Interview.

 

Sacha Briand met notamment en avant la baisse des dotations de l'État pour expliquer la difficile élaboration du budget 2015. Qu'auriez-vous fait à sa place ?
La baisse des dotations de l'État rend en effet l'élaboration du budget difficile. Cela aurait été tout aussi difficile pour nous si nous avions gagné les municipales. Mais, là où Sacha Briand se trompe, c'est quand il dit que nous aurions continué à dépenser autant. C'est faux. J'ai été le premier, bien avant lui, à alerter sur la baisse des dotations nationales. Il n'aurait pas été question pour nous de poursuivre la même stratégie financière qu'au cours du premier mandat, durant lequel nous avons utiliser l'épargne pour financer l'investissement.
 
Justement, il vous accuse d'avoir dilapidé l'épargne de la Ville lorsque vous étiez aux responsabilités...
C'est une question d'interprétation. Nous avons décidé d'utiliser les ressources disponibles pour maintenir le niveau d'investissement. Quand nous sommes arrivés au Capitole, il y avait un excédent important de 140 M€. Cet argent dormait, car nous n'avons pas le droit de le placer. Cet argent était celui de nos impôts, celui des Toulousains ! Si vous avez trop d'excédent, c'est que soit vous n'investissez pas assez, soit vous prélevez trop d'impôts ! Nous avons mobilisé cet excédent ainsi que l'épargne (différence entre recettes et dépenses) pour maintenir le niveau de services publics, sans augmenter les impôts. Sacha Briand adore montrer la courbe de la baisse de l'épargne, mais il ne montre pas celle la stabilisation des impôts.
 
Sacha Briand pointe aussi le recours à l'emprunt.
Nous avons commencé à emprunter en 2013 et nous avons toujours assumé qu'il fallait emprunter pour financer l'investissement. Toutes les grandes villes le font. Alain Juppé, à Bordeaux, le fait. Est-ce qu'Alain Juppé gère mal sa ville ? Il faudrait le demander à Jean-Luc Moudenc. Par ailleurs, il faut comprendre que, quand on crée une crèche, on crée du personnel, et cela a un coût. Fallait-il augmenter les impôts?
 
Si vous étiez dans la majorité actuellement, que préconiseriez-vous pour le budget 2015 ?
Je pense qu'il faut sortir du cycle précédent et financer l'investissement par l'emprunt. Les taux sont très bas, il faut en profiter. Ce qui va être difficile, c'est de reconstituer l'épargne, dont la baisse est liée à la diminution des recettes (notamment des dotations de l'État) et à l'augmentation des dépenses.
 
Il faut donc sabrer dans les dépenses ?
Il faut regarder là où le service est impératif et définir des axes prioritaires. Je pense que le débat sur le financement du projet de Jean-Luc Moudenc a été insuffisamment débattu pendant la campagne. De notre côté, nous avons pris soin de ne pas promettre une troisième ligne de métro. Aujourd'hui, nous n'avons aucune assurance sur les financements des mesures de Jean-Luc Moudenc. La Mairie embauche des effectifs de police. Pourquoi pas. Personnellement, je pense que l'éducation et la petite enfance sont le cœur de la compétence de la Ville. La sécurité peut être gérée par l'État. Nous allons voir quels choix fera la majorité.
 
Il y a t-il d'autres pistes pour limiter les dépenses ?
Oui, peut-être le transfert de certains équipements et investissements à Toulouse Métropole. Cela dépend de l'objectif d'épargne que se donne la majorité. J'attends de voir quelles seront les propositions faites avant le 10 avril.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse Métropole labellisée French Tech

Toulouse Métropole labellisée French Tech | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Axelle Lemaire, secrétaire d'État chargée du Numérique, a annoncé ce mercredi 12 novembre que Toulouse comptait parmi les neuf dossiers labellisés French Tech sur les quinze déposés au niveau national.

 

Sur le quinze dossiers présentés, Toulouse compte parmi les neuf premières métropoles labellisées French Tech, au côté de Lille, Lyon, Grenoble, Aix-Marseille, Montpellier, Bordeaux, Nantes et Rennes. C’est ce qu’a annoncé ce jeudi 12 novembre Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du Numérique. Le dossier toulousain avait été audité le 9 octobre dernier, et si personne ne doutait de l’issue de la démarche, la la labellisation est arrivée plus tôt que ne l’avaient pronostiqué les promoteurs du projet.

La finalité de la labellisation French Tech est de faire de la France un vaste accélérateur de start-up. Pour Toulouse, il s’agit de développer l’écosystème numérique avec des objectifs très concrets à trois ans : augmenter de 20% le nombre de start-up étrangères installées sur le territoire, de 30% les effectifs numériques ou encore multiplier par trois les levées de fonds. A long terme, cette labellisation a surtout pour but la détection des futures pépites qui exploseront à l’international. Pour l’heure, ce sont quelque 2000 start-up représentant 38.500 emplois qui sont implantées dans la grande région toulousaine, selon la communauté urbaine de Toulouse Métropole.

Concrètement, la labellisation French Tech, c’est un enjeu de 200 millions d’euros attribués par la banque publique Bpifrance, dont 15 à 20 millions d’euros pour Toulouse, afin d’apporter des financements à des accélérateurs sur le territoire à hauteur de un pour un. Selon le journal Le Monde, un nouvel audit sera mené en 2015 afin d’attribuer le label pour une durée de trois ans

more...
No comment yet.