La lettre de Toulouse
42.1K views | +23 today
Follow
La lettre de Toulouse
Quelques informations sur l'entreprise et l'immobilier à Toulouse
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Thales recrute massivement à Toulouse

Thales recrute massivement à Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it

"L’ancienneté moyenne de Thales en France est de dix-sept ans, avec un turn-over exceptionnellement bas", souligne Vincent Mattei, responsable recrutement et mobilité du groupe.



Avec 4000 salariés en Midi-Pyrénées, Thales est le second employeur privé de la région. Et ne compte pas en rester là puisque sa croissance justifie le recrutement de 150 collaborateurs supplémentaires en 2016.

 

En 2016, Thales embauchera 150 nouveaux salariés dans le bassin toulousain. Un chiffre déjà atteint en 2015. Classée parmi les leaders mondiaux des hautes technologies, présente dans l’aérospatial, le transport, la défense et la sécurité, la société dispose de quatre grands pôles de compétences en Midi-Pyrénées : les activités avioniques et la cryogénie, avec 1000 collaborateurs, les systèmes terrestres et aériens, les systèmes d’information critiques et de cybersécurité et enfin Thales Alenia Space (Thales à 67% et Finmeccanica à 33%).
« Le groupe de 61.000 collaborateurs, avec ses différentes entités, et sa présence à l’international dans cinquante-six pays offre des opportunités uniques de carrières. Près de 50% des postes ouverts sont pourvus en interne. Et l’ancienneté moyenne de Thales en France est de dix-sept ans, avec un turn-over exceptionnellement bas de 2% », explique Vincent Mattei, responsable recrutement et mobilité pour Thales France.

 

Des profils d’ingénieurs, techniciens, ouvriers

Des profils techniques forts, avec un bon potentiel de savoir-être et une excellente capacité de communication, sont recherchés par le groupe. A la fois des ingénieurs débutants ou expérimentés (développement de logiciels, Java, C++, validation, intégration) et des techniciens. Des opérateurs de montage en micromécanique et des magasiniers pour la partie cryogénie, où Thales fait figure de leader européen, seront aussi recrutés. Près des deux tiers du volume des embauches à Toulouse concerneront le spatial et les systèmes d’information critique et de cybersécurité. « Les dernières signatures de contrats de construction de satellites, avec un opérateur argentin notamment, nous amènent à reconsidérer nos effectifs », souligne Vincent Mattei.

 

Un processus de recrutement de trois mois

Le responsable assure que l’ensemble des offres est disponible sur le site internet de l’entreprise. Après réponse du candidat par mail, les recrutements sont gérés par les différentes entités, avec un processus qui dure en moyenne trois mois. « Pour les jeunes diplômés, nous organisons aussi régulièrement des rencontres avec les écoles d’ingénieurs toulousaines et participons au Forum Toulouse Technologies. Et même avec seulement le baccalauréat au départ, nous offrons des formations diplômantes au sein de l’entreprise tout au long du parcours », conclut Vincent Mattei.
Isabelle Meijers

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Thales sera-t-il mis en cause dans les défaillances du Boeing 787 ?

Thales sera-t-il mis en cause dans les défaillances du Boeing 787 ? | La lettre de Toulouse | Scoop.it

L'électronicien français Thales est partie prenante du programme 787 Dreamliner en tant que fournisseur du système de conversion électrique et donneur d'ordre de GS Yuasa, le fabricant japonais des batteries lithium-ion.

Depuis l'avarie sur la batterie lithium-ion et l'atterrissage d'urgence d'un 787 Dreamliner de la compagnie aérienne All Nippon Airways le 16 janvier, le fabricant japonais des batteries de l'appareil, GS Yuasa, ne cesse d'être incriminé.

On sait moins que c'est le groupe d'électronique pour l'aéronautique et la défense Thales qui a choisi ce sous-traitant en juin 2005 quand Boeing a signé avec lui le contrat de fourniture du système de conversion électrique et affichage de secours du programme Dreamliner.

"Thales est parvenu à des diminutions du poids du B787 en concevant des systèmes légers qui réduisent l'empreinte carbone et les coûts opérationnels de l'appareil. Ceux-ci incluent la conversion électrique, l'affichage de secours intégré (...)", confirme le site internet du groupe français. "C'est une première dans l'histoire de l'aviation civile : Boeing a choisi la batterie lithium-ion de Thales pour son système de secours".

Les batteries japonaises assemblées par Thales dans l'ensemble de conversion électrique

Les inspections des autorités japonaises et américaines sur les 787 de Japan Airlines et All Nippon Airways ayant subi sept avaries entre le 7 et le 16 janvier suivent leur cours, et la part de responsabilité du fabricant GS Yuasa et de Thales reste par ailleurs indéfinie. Boeing a dit lui même ne pas avoir l'intention de changer de système de batterie.

"La batterie montre des anomalies visibles à l'oeil nu, mais le système électrique est complexe et exige d'autres investigations", a déclaré le 17 janvier le vice-ministre japonais des Transports relayé par l'AFP. Les batteries lithium-ion peuvent prendre feu si elles sont en surcharge et, une fois déclenchés, ces incendies sont compliqués à éteindre, les produits chimiques produisant de l'oxygène, avait expliqué Mike Sinnett, ingénieur en chef du Boeing 787, à la presse le 9 janvier.

"Une surchauffe peut être occasionnée par l'installation électrique et non provenir d'un défaut de la batterie", précisait pour sa part Tatsuo Nishina, spécialiste des batteries à l'université de Yamagata, selon l'AFP.

"A ce stade, nous ne savons pas si le problème provient de la batterie elle-même ou du système électrique dans lequel elle est intégrée par le groupe français Thales", a commenté le 17 janvier la porte-parole de GS Yuasa, comme le rapporte l'AFP. "GS Yuasa ne fournit pas directement les batteries à Boeing, mais les livre à Thales qui les assemble dans un ensemble de conversion électrique".

"Thales est pour l'heure la seule valeur française a priori concernée par l'enquête. Mais il est difficile de dire dans quelle proportion le groupe est impliqué", soulignait pour sa part Renaud Murail, gérant chez Barclays Bourse, à l'AFP.

L'enquête menée par les autorités compétentes permettront de faire la lumière une éventuelle responsabililité de la chaîne de sous-traitants du 787. En France, ceux-ci sont, outre Thales, Dassault Systèmes (logiciel de conception), Metrologic Group (logiciel de métrologie), Zodiac Aerospace (cœurs électriques, distribution primaire et secondaire), Latécoère (portes passagers), Labinal (câblage réseau électrique et fibres optiques), Michelin (pneumatiques pour les trains d’atterrissage), Messier-Bugatti (système de freinage électrique) ou encore Souriau (connecteurs circulaires).

Elodie Vallerey

more...
No comment yet.