La lettre de Toulouse
35.6K views | +28 today
Follow
La lettre de Toulouse
Quelques informations sur l'entreprise et l'immobilier à Toulouse
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Télécoms. Altice et SFR choisissent Sigfox

Télécoms. Altice et SFR choisissent Sigfox | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Le groupe de télécoms Altice et sa filiale SFR ont choisi Sigfox pour mettre en place un partenariat international dans le domaine de l’Internet des objets.

 

Altice est aujourd’hui un groupe de télécoms et de médias qui représente un chiffre d’affaires de plus de 14 milliards d’euros pour un effectif supérieur à 30.000 personnes. Parmi ses filiales, on trouve notamment SFR-Numéricable, mais aussi Completel, Virgin Mobile ou encore Portugal Telecom. A Toulouse, toutes les agences des filiales présentes en France seront regroupées sur un même site, à Basso-Combo.

Le 22 mars 2016, Altice et sa filiale SFR ont annoncé qu’ils avaient choisi la startup toulousaine Sigfox pour mettre en place un partenariat international dans le domaine de l’Internet des objets. Cette annonce est d’autant importante que les deux grands concurrents d’Altice-SFR en France, Orange et Bouygues Telecom, ont opté de leur côté pour un concurrent de Sigfox, LoRa.

Avec cet accord, Altice complète son offre, qui va désormais du très haut débit jusqu’au très bas débit, en passant par la 4G. « Nous sommes convaincus que le marché de l’Internet des Objets est une opportunité à saisir dès aujourd’hui, avec une vision mondiale, explique Michel Combes, Directeur des opérations d’Altice et Président-directeur général de SFR. Les volumes porteront sur des milliards de connexions. Avec Sigfox, nous partageons la même vision entrepreneuriale et la même volonté d’aller conquérir de nouveaux marchés. La disponibilité de l’offre Sigfox permet enfin d’apporter dès aujourd’hui des solutions à nos clients entreprises ».


MID e-news

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Palmarès La Tribune-Objectif News : le top 5 des entreprises qui recrutent en Midi-Pyrénées

Palmarès La Tribune-Objectif News : le top 5 des entreprises qui recrutent en Midi-Pyrénées | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Une centaine de personnes ont assisté ce mardi 28 avril à la conférence sur le palmarès des entreprises.

 

La Tribune-Objectif News dévoile ce mardi 28 avril son palmarès des entreprises qui recrutent dans la région Midi-Pyrénées. Avec 2 000 embauches prévues cette année dans la région, McDonald's est largement en tête du classement. Continental, Sopra Steria, Coiffure du Monde et Sigfox prévoient de leur côté plus d'une centaine de recrutements en 2015. À l'occasion de la sortie de ce palmarès, une conférence-débat était organisée ce matin à Toulouse.

 

4 000 emplois à pourvoir pour l'année 2015 dans la région Midi-Pyrénées : c'est le nombre d'offres recensées dans le premier Palmarès des entreprises qui recrutent à Toulouse et en Midi-Pyrénées édité par la Tribune-Objectif News. Dans ce classement disponible en kiosque depuis ce mardi 28 avril, 100 entreprises de la région sont rassemblées. En tête du classement figurent :

  • 1er : McDonald's avec 2 000 embauches prévues cette année. La plus grande chaîne de restauration rapide du monde va ouvrir plusieurs restaurants dans la région.
  • 2e ex-aequo : Continental Automotive et Sopra Steria avec 150 recrutements.Outre une vingtaine de postes dans les fonctions support, l'équipementier automobile va embaucher 40 CDI dans les métiers de production et 40 CDI en recherche et développement. De son côté, le géant du conseil Sopra Steria recherchent une centaine de jeunes diplômés en informatique mais aussi des profils pour des postes de direction.
  • 4e : Coiffure du Monde avec 120 embauches. L'enseigne du groupe Jean-Claude Aubry recherche principalement des coiffeurs mais également des commerciaux et des fonctions support.
  • 5e : Sigfox avec 100 recrutements. La pépite toulousaine des objets connectés cherche à renforcer ses équipes techniques (développement logiciel) mais également des commerciaux et des postes RH et marketing.
 Les services et les "smacs" en forte croissance

Alors que le taux de chômage s'établit à 10,4 % en Midi-Pyrénées, certains entreprises rencontrent de grandes difficultés à recruter. C'est notamment le cas dans l'informatique. "Il y a une véritable pénurie d'ingénieurs en informatique. Les entreprises recrutent dès la sortie des écoles", a relevé ce mardi matin Serge Lemaître, directeur régional de Pôle emploi lors de la conférence-débat organisée par La Tribune-Objectif News aux Espaces Vanel de Toulouse (voir notre diaporama). Un constat partagé par Jean-Sébastien Fiorenzo, le délégué territorial de l'Apec Midi-Pyrénées :

"Je vous rejoins sur cette pénurie. Sur les 7 500 postes de cadres prévus en 2015, 25 % concernent l'informatique, 20 % la recherche et développement et 15 % les fonctions commerciales", a-t-il précisé.

7e du palmarès, Laurent Gerin, vice-président Sud-Ouest de CGI (ingénierie) compte recruter 85 salariés cette année. "L'activité des Smacs va connaître une croissance de 15 % en 2015 et le marché numérique devrait connaître une croissance de 1,5%", note celui qui est également délégué régional du Syntec Numérique. L'acronyme "Smacs" désigne le Social, le Cloud, la Mobilité, l'Analytics (ou décisionnel), et la Sécurité, soit toutes les briques que l'on retrouve dans les plans de transformation numérique des entreprises. De son côté, Bernard Plano, président délégué de l'agence régionale de développement économique Madeeli, a appelé les entreprises d'informatique régionales à "anticiper davantage les besoins en cybersécurité" tout en veillant à un déploiement sur l'ensemble de la région : "80 % des postes se concentrent sur la métropole toulousaine, c'est une anomalie". L'adjointe à la mairie de Toulouse en charge de l'Emploi Marie-Jeanne Fouqué a tenu à souligner le vivier de seniors expérimentés à disposition des employeurs : "Il n'y a pas de coût de reconversion des séniors", a-t-elle martelé.

Outre le numérique, certains services connaissent également une forte croissance. Dans son enquête "Besoin en main-d'œuvre 2015", Pôle emploi a annoncé que le secteur des services arrive en tête avec 61 % des projets de recrutement, principalement dans l'hôtellerie et la restauration. "Au-delà des besoins saisonniers, nous cherchons à pérenniser nos emplois. 100 % des apprentissages débouchent sur un CDI", observe Jean-Claude Aubry, PDG de Coiffure du Monde.

À noter que, dans un rapport remis au gouvernement ce mardi 28 avril, France Stratégie estime que le pays pourrait créer 212 000 emplois par an d'ici à 2022. Cet organisme de réflexion rattaché à Matignon prévoit, dans un scénario idéal, avec une stratégie d'incitation à l'investissement, une croissance annuelle de 1,8 %, faisant ainsi baisser le chômage à "moins de 7 %" d'ici à 7 ans.

 

Florine Galéron

@florinegaleron

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les 3 dossiers clés de la conférence sociale

Les 3 dossiers clés de la conférence sociale | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Le compte personnel d'activité

La première table ronde est présidée par Myriam El Khomri, ministre du Travail, sur le thème de la sécurisation des parcours professionnels et de la création du compte personnel d'activité, un dispositif présenté par François Hollande comme la «grande réforme du quinquennat». Le rapport de France Stratégie sur le compte personnel d'activité (CPA), reçu par Manuel Valls le 9 octobre va servir de base de travail aux partenaires sociaux.

L'idée générale est de mieux prendre en compte la plus grande instabilité des parcours professionnels et la précarité dans laquelle se trouvent certains actifs et le développement de nouvelles formes d'emploi. 20 % des actifs connaissent une transition professionnelle chaque année, 15 % de personnes en CDD connaissent aussi une période de chômage, chaque année, par exemple. «L'enjeu aujourd'hui est de mieux protéger les actifs tout au long de leur parcours, indépendamment de leur statut (salariés du privé, agents publics, demandeurs d'emploi, travailleurs indépendants) pour leur permettre à la fois d'être mieux armés face aux mutations du marché du travail, mais également d'être davantage acteurs de ce parcours» a expliqué Manuel Valls.

Le rapport de France Stratégie propose trois scénarios pour l'élaboration du CPA qui doit regrouper tous les comptes existants (formation, pénibilité, épargne temps) voire les indemnités chômage et retraite, accorder une priorité forte à la formation mais aussi articuler compétences professionnelles et aspirations du salarié dans des activités non-marchandes grâce à la mise en place d'un «compte ressources». L'ouverture des droits du CPA se ferait de 16 ans jusqu'au décès.

 

COP 21 : emploi et croissance verte

La deuxième table ronde, présidée par Ségolène Royal, ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, traitera de la transition énergétique et de la conférence internationale sur le climat (COP21) organisée par la France en décembre. Les enjeux pour l'emploi, la croissance verte et la formation seront au cœur des débats. Ceux-ci pourront s'appuyer sur plusieurs rapports reçus depuis un an par le gouvernement, comme l'étude sur le marché de l'emploi réalisée par l'Observatoire national des emplois et métiers de l'économie verte ou des rapports sur l'impact de la transition écologique sur les métiers du bâtiment ou encore sur les métiers de la filière du transport terrestre et de la logistique. C'est que l'économie verte est un véritable gisement d'emplois. Elle «concerne directement près de quatre millions de personnes en emploi. Seulement 140 000 d'entre elles occupent un métier dit «vert», à finalité environnementale, alors que les autres exercent un métier «verdissant», dont les compétences sont amenées à évoluer afin de prendre en compte les enjeux environnementaux», explique l'observatoire qui souligne que «sur le marché du travail, les difficultés d'embauche dans les métiers de l'économie verte semblent plus nombreuses que pour l'ensemble des métiers.» Le ministère du Travail remarque aussi que «si la transition écologique peut créer des emplois, elle peut aussi en détruire.» D'où l'importance d'anticiper cette trajectoire. Les débats pourront aussi s'appuyer sur les propositions du rapport sur l'économie verte de Corinne Lepage. L'ancienne ministre propose notamment un label France Terre d'avenir sur le modèle du label French tech du numérique.

 

Le numérique et l'emploi

La troisième table ronde, présidée par Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, abordera la nouvelle France Industrielle et la transformation numérique. Un sujet majeur pour le gouvernement qui souhaite montrer un autre visage sur le numérique que la très controversée loi sur le renseignement et un défi important pour Emmanuel Macron, qui souhaite porter des mesures numériques plus positives et consensuelles que la loi Macron adoptée sans vote via l'article 49-3. La nouvelle France industrielle doit conforter les 34 plans lancés en 2013 en organisant la mobilisation nationale pour l'Industrie du Futur et en développant en France de nouvelles «Solutions du quotidien.» Le projet Industrie du Futur, lancé par François Hollande le 14 avril, est bâti sur cinq grands piliers : développer l'offre technologique (et le label French tech) ; accompagner les entreprises dans cette transformation ; former les salariés ; renforcer la coopération internationale sur les normes et promouvoir l'industrie du futur française. C'est sur cette feuille de route que se déclineront de nouvelles solutions industrielles : nouvelles ressources, ville durable, mobilité écologique, transports de demain, médecine du futur, économie des données, objets intelligents, confiance numérique et alimentation intelligente. Sur ces secteurs, notre Grande Région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon est bien placée avec des équipes médicales de renom aux CHU de Montpellier et de Toulouse, un champion de l'internet des objets comme Sigfox ou encore des start-up visionnaires comme Payname sur le cobanking. Le débat sur la transformation numérique dans le monde du travail se basera sur le rapport Mettling et ses 36 préconisations pour numériser les entreprises.

Philippe Rioux

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse. La start-up Sigfox rend les objets communicants

Toulouse. La start-up Sigfox rend les objets communicants | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Sigfox entend aujourd’hui s’imposer comme le premier et l’unique opérateur d’un réseau cellulaire bas-débit.

Son réseau devrait mailler toute la France d’ici la fin 2012 pour un coût 1000 fois inférieur à celui des opérateurs classiques, et permettre le développement de l’internet des objets.

(...)

Sigfox table sur un marché de 150 milliards d’objets à connecter pour une technologie peu consommatrice en énergie – 1000 fois plus faible que celle utilisée dans le domaine de la téléphonie sans fil - et simple d’utilisation. « De plus, elle ne dégage pas de rayonnement, ce qui compte par exemple dans le marché de la télé-médecine. »

Des applications essentiellement B to B dans un premier temps

Ludovic Le Moan promet qu’à l’avenir pour quelques dizaines d’euros maximum d’abonnement à un réseau par an, tout notre environnement sera connecté. « Grâce à cette solution, votre pèse-personne pourra communiquer votre poids sur Facebook, et votre boîte aux lettres vous indiquera qu’elle compte du courrier par sms. »

Cependant Ludovic Le Moan rappelle qu’il ne s’agit pas d’un gadget, et que concrètement, cette technologie destinée pour le moment à une utilisation B to B, pour des raisons évidentes de rentabilité, devrait trouver des applications dans la collecte de déchets, l’électroménager, la télé-médecine ou la télé-relève de compteurs. Le premier client officiel de Sigfox est d’ailleurs Clear Channel, acteur majeur de la communication d’extérieur,« qui trouve dans notre solution le moyen d’améliorer sa qualité de service ».

(...)

 

more...
No comment yet.