La lettre de Toulouse
43.7K views | +6 today
Follow
La lettre de Toulouse
Quelques informations sur l'entreprise et l'immobilier à Toulouse
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

L'événement des 60 ans et + à Toulouse le 12 avril 2016

L'événement des 60 ans et + à Toulouse le 12 avril 2016 | La lettre de Toulouse | Scoop.it

La seconde édition du Forum MidiSilverEco aura lieu le 12 avril 2016 de 9h à 17h30 aux Espaces Vanel - Médiathèque de Toulouse.

C'est le lieu de rencontre entre professionnels de la Silver Economie et personnes âgées de 60 ans et plus en Languedoc-Roussillon - Midi-Pyrénées.
 

La Silver économie est l’économie au service des âgés. Cette filière contribue à anticiper la transition démographie à venir : en France, les personnes âgées de 60 ans ou plus sont aujourd’hui 15 millions, elles seront 20 millions en 2030. Economie dite transversale, elle impacte tous les secteurs : loisirs, transport, alimentation, sécurité, santé, domicile, habitat collectif, assurance, assistance téléphonie, internet, sport…etc et a pour vocation de nous accompagner dans notre avancée en âge et faire de faire reculer la perte d’autonomie.
Près de 200 entreprises, une vingtaine de laboratoires de recherche et 3 pôles de compétitivité sont aujourd'hui impliqués dans ce secteur en Haute-Garonne.

En France la filière Silver Economie s’est récemment structurée, alors que le phénomène mondial de vieillissement des populations est une réelle opportunité, porteuse de croissance et d’emplois.

La croissance attendue du PIB français issu de la Silver Economy est de 0,25% par an

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Chômage : A bas les idées reçues sur les seniors !

Chômage : A bas les idées reçues sur les seniors ! | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Les seniors, catégorie d'âge très touchée par le chômage, sont trop humbles, mais pas du tout hermétiques au changement (Reuters)

 

Selon une étude parue ce mardi 26 février, les seniors sont mobiles, prêts à baisser leur salaires et changer de fonction. Et ils s’adaptent bien dans des équipes plus jeunes.

 

Le nombre de chômeurs pourrait dépasser les 3,2 millions, ce mardi 26 février, un record atteint pour la dernière fois il y a seize ans. Les jeunes et les seniors restent les catégories les plus touchées par le chômage.

Les générations les plus anciennes pâtissent en outre d’une image peu flatteuse dans les milieux professionnels, sur leur résistance au progrès, leur manque d’adaptabilité notamment. Pourtant une étude commandée par l'association "A compétences égales", qui lutte contre toutes les formes de discrimination, met à bas un certain nombre de stéréotypes.

Titrée "les seniors et l’accès à l’emploi", l’enquête a consisté à interroger des seniors en recherche d’emploi, mais aussi des consultants en recrutement et des employés de services de ressources humaines.

Première idée reçue battue en brèche par l’étude : la supposée "résistance au changement" des seniors. Les spécialistes du recrutement et les responsables de ressources humaines la considèrent comme l’un des premiers freins à l’embauche d’un senior, respectivement à 36% et 43%. Or les principaux intéressés se déclarent prêts à baisser leur rémunération à 68% de leur ancien salaire, à changer de fonction à 90%, et à déménager à 47% !

 

"L'expertise", plus valorisable que "l'expérience"

 

Les seniors, eux, considèrent leur coût comme le principale frein à leur embauche. Alors que pour les consultants, c’est leur incapacité à s’intégrer dans des équipes plus jeunes. Une observation que ne partage ni les seniors, ni les services de ressources humaines.

L’étude montre par ailleurs une certaine forme d’humilité dans cette catégorie. Sébastien Bompard, le président de "A compétences égales", notait ainsi, lundi 25 février sur BFM Business, que "les seniors savent assez mal se vendre". Par exemple, ils reconnaissent comme qualité première leur "expérience" à 72%. En revanche, ils ne mettent pas en avant leur "expertise". Or le premier atout est un simple "fait", tandis que le second est un réel "avantage concurrentiel" qu’il faut promouvoir, souligne Sébastien Bompard.

Le président de l'association estime qu’il y a une belle marge de progression pour inciter à l’embauche des seniors.

Ce qui lui donne de l’espoir sur une potentielle amélioration de leur taux d’emploi. Les premiers concernés sont moins optimistes: 91% des seniors interrogés disent anticiper des freins à l’embauche les concernant…

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les salariés seniors en Europe

Les salariés seniors en Europe | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Julia Pironon, Directrice de Clientèle au sein de la practice RH du Groupe Ipsos, décrypte les résultats du Baromètre 
Edenred-Ipsos sur le bien-être des collaborateurs seniors.

Pour la Journée Internationale dédiée aux personnes âgées, Edenred s’est intéressé aux attentes des salariés seniors en Europe.
A l’occasion de la 10ème édition du Baromètre, des salariés de 55 ans et plus ont été interrogés et ont exprimé leurs attentes en matière de bien-être au travail, de motivation mais également leurs craintes quant aux transformations qui impactent les entreprises (révolution digitale, allongement vie professionnelle…).

Les salariés seniors sont-ils heureux ?
J.P. : En premier lieu, il est intéressant de distinguer bonheur et qualité de vie au travail. Le bonheur au travail est lié à l’accomplissement, l’accomplissement de soi ; il s’agit d’un rapport affectif au travail. La qualité de vie en revanche concerne davantage l’environnement et les conditions de travail, comme les horaires, l’aménagement des bureaux.... L’évolution de l’une et l’autre dimension répond donc à des leviers différents en termes de gestion des ressources humaines. 
Cela dit, qu’il s’agisse de qualité de vie ou de bonheur au travail, ces dimensions sont pointées du doigt par les salariés seniors européens, par rapport aux tranches d’âges précédentes. Il existe cependant une disparité importante entre les différents pays, et notamment entre les pays du sud et les pays du nord de l’Europe. 

Comment décririez-vous cette disparité nord/sud ?
J.P. : Les pays du nord sont quasi-systématiquement parmi les mieux classés sur les différents items du baromètre. En revanche, les pays du Sud (la France, l’Italie, l’Espagne entre autres) affichent des résultats plus mitigés. 
Cette disparité est liée à des aspects à la fois culturels et en termes  de politiques RH. Les salariés du sud de l’Europe ont un rapport au travail plus affectif que les salariés du nord, et expriment donc des attentes plus fortes d’accomplissement de soi. En Europe du nord, la relation au travail est plus pragmatique, alors même que les politiques de gestion des salariés seniors y sont plus actives. 

Les pays du nord, un modèle à suivre ?

J.P. : En effet, et en particulier les pays scandinaves, les salariés  seniors de ces pays y sont les plus positifs en termes de bien-être au travail :
  • En Finlande, 66% attribuent une note entre 8 et 10 à leur qualité de vie au travail (vs. 42% en moyenne parmi  les salariés  seniors   européens),
  • En Suède, 61% estiment que leur hiérarchie porte un réel intérêt à leur bien-être (vs. 55%),
  • En Autriche, 59%  pensent souvent être heureux au travail  (vs. 42%).
Ceci s’explique notamment par l’existence de politiques sociales particulièrement volontaristes dans ces pays. Elles visent à augmenter les emplois disponibles et à encourager le prolongement des carrières avec des mesures telles que les incitations fiscales, l’amélioration des conditions de travail et des possibilités de formation, la refonte des carrières, la lutte contre les discriminations liées à l’âge… 

 
Enfin, la digitalisation joue-t-elle un rôle dans le bonheur des salariés 
seniors ?

J.P. : Avec la digitalisation et l’omniprésence des réseaux sociaux, les comportements ont changé. L’information n’est plus descendante mais partagée à tous les niveaux. Le leadership des managers n’est plus apprécié en termes de possession d’information mais d’influence, de capacité à partager l’information et libérer les énergies. De ce fait, les niveaux hiérarchiques ont tendance à s’estomper… C’est un changement peut être plus difficile à appréhender par les salariés seniors  que les plus jeunes.
Jacques Le Bris's insight:

Focus : « Les salariés seniors français parmi les moins heureux en Europe »

La présentation des résultats

Communiqué de presse

Toutes les informations sur le Baromètre Edenred-Ipsos

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les cadres seniors tirent l'utilisation des réseaux sociaux vers le haut

Les cadres seniors tirent l'utilisation des réseaux sociaux vers le haut | La lettre de Toulouse | Scoop.it

En Europe, la diffusion massive des réseaux sociaux au travail se vérifie étonnamment beaucoup auprès des cadres seniors. Réseaux sociaux qui améliorent d'ailleurs leur vie professionnelle comme les performances de l'entreprise. 

71% des cadres seniors européens utilisent au moins une fois par jour les outils sociaux internes et externes* pour leur travail. Bien plus que les 49% de salariés dits 'juniors', montre une étude** internationale publiée par Google.

http://www.atelier.net/sites/default/files/google_reseaux_sociaux.pdf

 

Ces cadres seniors ont d'ailleurs une vision plus positive de ces outils puisque 54% d'entre eux s'attendent à ce que les réseaux sociaux aident à l'amélioration de la productivité, contre 39% chez les juniors.

En détails, environ trois quart de ces cadres disposant d'expérience qui y recourent sont convaincus que leur utilisation améliore la mise en commun d'idées provenant d'équipes géographiquement dispersées (79%), la productivité (76%) ou encore la capacité à trouver de l'information, des personnes ou une expertise plus rapidement (72%).

Autre chose : ce sont les entreprises à forte croissance qui sont les plus susceptibles d'utiliser les outils sociaux pour assurer leur succès. Des outils au service d'entreprises dynamiques

(...)

more...
No comment yet.