La lettre de Toulouse
40.4K views | +26 today
Follow
La lettre de Toulouse
Quelques informations sur l'entreprise et l'immobilier à Toulouse
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Akka Technologies implante son centre mondial dédié à l'aéronautique à Toulouse

Akka Technologies implante son centre mondial dédié à l'aéronautique à Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Les nouveaux locaux d'Akka Technologies à Blagnac.Réparti sur sept sites à Toulouse, Akka Technologies concentre ses activités aéronautique, spatial et défense dans son nouveau centre situé dans la zone Andromède à Blagnac. Ce centre regroupera les activités aéronautiques, spatiales et défense de l'ingéniériste et plus de 950 employés.

Après le site région de Safran en 2015 et le siège d'Airbus Group cette année, c'est au tour d'Akka Technologies d'inaugurer ses nouveaux locaux sur la commune de Blagnac. Le groupe d'ingénierie et de conseil en technologie a officialisé ce jeudi 27 octobre son installation sur le site Andromède. Répartis à l'origine sur sept sites, 950 des 2 000 salariés toulousains du groupe sont actuellement regroupés dans ce bâtiment de 11 000 m2.

"Il était important de regrouper tout le monde pour faire une entreprise performante, a expliqué Maurice Ricci, le président fondateur du groupe Akka Technologies, lors de l'inauguration. Le groupe se professionnalise face à une concentration du marché de l'ingénierie. Pour rester éligible aux yeux des donneurs d'ordres, il faut rester performant. Il reste une vingtaine de SS2I leaders dans le monde. Je pense que cela sera la même chose dans l'ingénierie dans quelques années."

Toulouse regroupant le tiers des 6 000 salariés français du groupe Akka Technologies, l'idée d'y installer le centre mondial d'Akka Technologies pour l'aéronautique, le spatial et la défense coulait de source. "C'est ici qu'ont été développées toutes les compétences aéronautiques d'Akka pendant des années, rappelle Paolo Del Noche, le directeur général d'Akka Technologies France. Il fallait rationaliser nos sept sites pour gagner en performance et être plus proches de nos principaux clients : Airbus et Safran. Enfin, c'est un lieu de travail sympathique pour nos collaborateurs. Il est parfaitement adapté pour que les différents départements dialoguent entre eux."

En 2015, Akka Technologies a réalisé un chiffre d'affaires de 1,068 milliard d'euros, dont 46 % en France et 34 % en Allemagne. L'automobile représente 42 % de son activité. Avec des clients comme Airbus, Mitsubishi, Safran ou Boeing, l'aéronautique représente 21 % de son chiffre d'affaires. Akka Technologies intervient également auprès des équipementiers (8 % de son chiffres d'affaires), dans l'énergie (7 %), le ferroviaire (4 %), le spatial (4 %), les services, la défense et la santé (3 % respectivement).

En 2016, le groupe a recruté plus de 1 600 personnes ingénieurs en France. Une dynamique similaire est prévue pour 2017.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

« A travers la bataille pour l'emploi, c'est l'avenir de tous nos territoires qui est en jeu »

« A travers la bataille pour l'emploi, c'est l'avenir de tous nos territoires qui est en jeu » | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Carole Delga, présidente du Conseil Régional Occitanie.
 
La nouvelle présidente du Conseil régional en a fait sa « première priorité ». Carole Delga nous explique de quelles façons elle compte mener « la bataille de l’emploi ». Rencontre lors de la sortie de notre dernier hors-série "Qui recrute dans votre région ?", en avril dernier.
 
 

Vous avez annoncé, dès le lendemain de votre élection, que l’emploi serait votre « première priorité ». Pour quelle raison ?
Parce qu’à travers la bataille pour l’emploi, c’est le développement et l’avenir de tous nos territoires qui est en jeu. Je l’ai dit pendant ma campagne, et je le réaffirme aujourd’hui en tant que présidente de Région : il ne peut y avoir de citoyens et de territoires de second rang.
Cette priorité, c’est aussi un message pour la jeunesse. C’est notre rôle de responsables politiques, de tout mettre en œuvre pour que nos jeunes s’engagent avec confiance dans la préparation d’un diplôme et le choix d’un métier. Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées est riche de potentiels d’emplois de proximité, avec ses artisans, ses TPE et PME, et ses filières d’excellence. A nous de faire émerger, soutenir et mobiliser les politiques publiques pour transformer ces potentiels en réussites.

 

Vous souhaitez que les Régions, qui pilotent déjà les politiques de formation et d’orientation professionnelles, deviennent aussi coordinatrices du service public de l’emploi. Pourquoi ?
C’est en effet ce que j’ai proposé au Premier ministre en janvier dernier, dans un souci de cohérence avec les compétences dont disposent déjà les Régions, mais aussi dans une logique de simplification pour nos concitoyens.
Nous avons une forte présence sur les territoires, avec les Maisons de la Région que je souhaite développer, les Maisons Communes Emploi Formation (MCEF), ou encore les bureaux territoriaux. La Région est donc en capacité de relayer la politique de l’emploi, d’en évaluer les effets et de produire les adaptations nécessaires, en fonction des besoins des demandeurs d’emploi et des entreprises dans les différents bassins de vie.
Bien sûr, la Région n’agira pas seule : animer le Service public de l’emploi c’est d’abord et surtout organiser la mise en œuvre des dispositifs, en assurant la complémentarité et la coordination des différents acteurs que sont l’État, Pôle emploi, les Missions locales, mais aussi l’Éducation nationale.

 

Vous avez plaidé auprès de Manuel Valls pour la mise en place de politiques expérimentales, afin d’être justement au plus près des besoins, et de contribuer au développement de l’apprentissage. A quels types d’expérimentations pensez-vous ?

L’apprentissage est véritablement une voie d’excellence qui permet d’obtenir un emploi rapidement. On ne le sait pas encore assez, mais le taux d’insertion des apprenti(e)s sur le marché du travail est très bon, de l’ordre de 70 à 80% en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. La Région soutient l’apprentissage depuis de nombreuses années déjà, mais je souhaite en effet que nous allions plus loin. Je suis par exemple favorable à l’augmentation de l’âge maximal pour intégrer une formation par apprentissage, qui pourrait passer de 25 à 28 ans. Il me semble également intéressant d’expérimenter l’apprentissage sur d’autres types de diplômes, et de l’ouvrir notamment aux titres du ministère de l’Emploi, qui me paraissent particulièrement adaptés. Cela permettrait aux entreprises de signer des contrats d’apprentissage tout au long de l’année, et de sortir du cycle « septembre à juin » qui correspond plus au cycle de l’Éducation nationale.
Je souhaite également une mobilisation particulière sur la création de parcours d’excellence dans les lycées professionnels. Je compte aussi développer l’apprentissage avec les lycées labellisés « campus des métiers » car, par nature, les campus associent les acteurs économiques, et c’est donc un moyen intéressant de développer des filières de formations innovantes. Je suis en outre tout à fait ouverte à la discussion avec les branches professionnelles, pour les impliquer dans le développement de l’apprentissage et la gestion des CFA.
Toutes les pistes sont à explorer pour développement cette voie de formation.

 

Quelles seront les actions que la Région va engager dès cette année en faveur de l’emploi ?
Comme je m’y étais engagée, j’ai lancé en mars dernier un Plan Marshall pour l’emploi à destination des entreprises du BTP. Ce plan comprend deux volets : dès 2016, plus de 800 millions d’euros d’investissement seront inscrits au budget, pour financer de nouveaux projets de travaux dans tous les secteurs, éducation, transports, culture, logement… J’ai également décidé d’accélérer la passation de marchés publics, à hauteur de 550 millions d’euros. Cette enveloppe sera mobilisée immédiatement et bénéficiera directement aux entreprises du secteur. Cela permettra ainsi de sécuriser et booster l’emploi local. Toujours dans le cadre du Plan Marshall, nous sommes également en train de mettre en place des dispositifs adaptés pour que les TPE et PME puissent accéder plus facilement à la commande publique régionale.

 

Le plan 500.000 formations pour les demandeurs d’emploi est également un levier, où en êtes-vous de sa mise en œuvre ?
Nous nous sommes mobilisés dès l’annonce faite par le président de la République en janvier dernier, en travaillant aux côtés de l’État, de Pôle emploi et des partenaires sociaux. Il s’agira dans un premier temps de remplir les formations existantes puis, très rapidement, de lancer de nouveaux bons de commande pour des formations supplémentaires sur lesquelles il faut être réactif.
Je me félicite de l’engagement pris par François Hollande de soutenir financièrement les efforts supplémentaires que devra faire la Région.
En Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, il s’agira de plus de 30.000 formations à destination des demandeurs d’emploi, qui s’ajouteront aux 60.000 déjà prévues pour l’année 2016, soit une augmentation de 50%. Mais je souhaite insister sur un point : ces formations seront en grande partie qualifiantes ou très qualifiantes, comprises entre 7 et 9 mois, pour permettre un retour durable dans l’emploi. Grâce à nos relais, nous avons la possibilité de définir très finement les besoins de chaque bassin d’emploi.

 

Quels sont les atouts économiques, et par là même, générateurs d’emplois, sur lesquels LRMP doit capitaliser ?
L’économie régionale repose sur trois piliers, en termes d’emplois et de chiffres d’affaires : l’agriculture et l’agroalimentaire, le tourisme, et l’aéronautique et le spatial.
Dans ces trois secteurs nous avons des atouts considérables à valoriser, notamment à l’international. La Région continuera bien sûr d’apporter son soutien aux acteurs de ces filières, qui sont des moteurs essentiels de notre économie. Mais nous ne devons pas nous reposer sur ces acquis. Nous ne pouvons pas nous le permettre, tant la révolution numérique a bouleversé les modes de production et de consommation, qui ont un impact direct sur l’emploi. L’exigence aujourd’hui est, plus que jamais, celle de l’innovation. Or notre région compte 15 pôles de compétitivité, près de 30.000 chercheurs, 230.000 étudiants et 35 grandes écoles.
Pour aller plus loin encore, je souhaite créer une cité des start-up à Montpellier, et une autre à Toulouse, en m’appuyant sur le label existant « French Tech ». Je compte également m’appuyer sur l’appel à projets « Fab Région », qui a pour objectif de soutenir la création ou l’extension de FabLabs - laboratoires de fabrication - sur le territoire, pour renforcer la diffusion de la culture numérique et industrielle.

 

Notre édition 2016 du "Qui recrute dans votre région ?" propose un focus sur la filière viticole. « Le 1er vignoble du monde » a-t-il un potentiel de croissance ?
Notre nouvelle région dispose en effet du plus grand vignoble au monde en vin d’appellation, avec 236.500 ha, soit 30% du vignoble français. C’est un atout extraordinaire dans l’économie désormais mondialisée du vin.
L’ouverture de nouvelles formations montre bien la vitalité du secteur. Je pense notamment à la création, en janvier dernier, d’un Master spécialisé à la Maison des Vins de Lattes, ou encore au nouveau Master Management et commercialisation du vin, proposé par la Toulouse Business School.
Les possibilités de développement sont donc bien sûr importantes, avec notamment la montée en puissance du marché de l’œnotourisme, qui est certes de plus en plus concurrentiel, mais offre de belles perspectives. Les professionnels doivent profiter de la période de stabilité que connaît actuellement le secteur pour conforter les acquis des dernières années, et effectuer les évolutions nécessaires pour poursuivre leur développement. La nouvelle Région sera à leurs côtés pour les accompagner dans ces mutations importantes.

 

Vous avez émis le souhait d’organiser une conférence pour l’emploi à la rentrée 2016, quelle forme prendra-t-elle et quelle en sera l’ambition ?
Sur la forme, nous sommes encore en train d’en définir les contours. En revanche, l’ambition est claire : il s’agira de présenter notre stratégie régionale pour l’emploi et la croissance, qui découlera d’une large concertation au plus près des territoires, avec l’ensemble des acteurs économiques et plus largement l’État, les partenaires sociaux, les consulaires…
Vous le savez, j’ai également souhaité positionner la Région pour animer le Service public de l’emploi. Je l’ai abordé avec le Premier ministre, et nous en définirons les modalités dans le cadre de la concertation autour de la stratégie régionale de l’emploi et de la croissance. Cela ne consiste pas à tout faire et à tout décider seuls. Nous allons travailler avec tous nos partenaires pour définir des axes prioritaires en matière d’emploi, de formation et d’orientation, qui pourront être validés dans le cadre de cette conférence, que je souhaiterais tenir à l’automne. Cette réflexion sera bien sûr menée en cohérence avec les schémas régionaux de développement économique de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur, que nous sommes en train d’élaborer.

 

Propos recueillis par Ingrid Lemelle

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Solutia : une soixantaine de postes à pourvoir en Occitanie

Solutia : une soixantaine de postes à pourvoir en Occitanie | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Présent dans plusieurs villes de la région Occitanie, Solutia compte trois agences à Toulouse. DR.

 

Pour ses trois pôles d’activité principaux que sont l’aide à domicile, l’assistance aux personnes âgées et la garde d’enfants, le réseau va devoir procéder à plusieurs centaines d’embauches d’ici la fin de l’année, dont une soixantaine en Occitanie. Le point sur les besoins.

 

Né en 2006, à l’initiative de professionnels issus du monde pharmaceutique et médical, Solutia Services à la personne s’adressait à l’origine exclusivement aux personnes âgées. Un an plus tard, l’offre s’élargissait à diverses prestations (ménage, repassage, garde d’enfants, jardinage…), tandis que le réseau s’étoffait de nouvelles agences. Un développement en franchise que ses dirigeants poursuivent avec une autre ambition : celle d’inscrire leur marque comme un acteur de « qualité ».

Aujourd’hui, le groupe compte 70 agences en France, et affiche la double certification Iso 9001 et SGS Qualicert. Ses 2400 collaborateurs interviennent sur l’ensemble du territoire auprès de 24.000 bénéficiaires. Et Solutia continue à gagner du terrain, quelque 500 recrutements étant annoncés d’ici la fin de l’année, en France. En région Occitanie, où le réseau est implanté à Toulouse, Montpellier, Carcassonne, Béziers… une soixantaine de postes sera créée, également répartie entre les profils d’auxiliaire de vie, de garde d’enfants et d’assistant de vie.

Fiabilité et sérieux

Des personnes expérimentées. « Pour les postes d’auxiliaires de vie, nous demandons le Diplôme d’État (DEAVS) et trois années minimum d’expérience », précise Bruno Cazala, responsable des agences Toulouse centre et Toulouse Métropole. « Les candidats aux postes d’assistant de vie doivent aussi justifier d’expériences. En maison de retraite, en milieu hospitalier, ou au sein d’un autre réseau de services à la personne. Enfin, pour les postes de garde d’enfants, particulièrement demandés en cette rentrée, nous demandons le BAFA et le diplôme de premiers secours. L’expérience est souvent un critère plus difficile à satisfaire, car les candidats sont souvent jeunes, mais ils ont a minima déjà gardé des enfants dans le cadre familial. »

Janine Durand, responsable de l’agence de Béziers, insiste également sur certaines qualités. « Nous cherchons des personnes sérieuses et fiables. » Si certains postes sont facilement pourvus, d’autres sont en revanche difficiles voire impossibles à créer. « C’est le cas dans le secteur géographique d’Agde », déplore Janine Durand, qui enregistre pourtant des demandes…. La mobilité est également un aspect important pour pouvoir assurer les prestations. A noter, à ce titre, que certaines agences proposent aux collaborateurs qui le souhaitent de varier les missions.
Ingrid Lemelle

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Emploi. Des dizaines de postes à pourvoir dans le secteur du numérique à Toulouse

Emploi. Des dizaines de postes à pourvoir dans le secteur du numérique à Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it

L'entreprise Open prévoit de recruter près de 800 personnes sur toute la France en 2016.

 

Dans le courant de l’année 2016, Open, entreprise spécialisée dans les services du numérique, prévoit de recruter près de 800 personnes en France, dont 400 en province.

150 recrutements dans le grand Ouest

Avec un chiffre d’affaires de 282 millions d’euros et déjà 3 500 collaborateurs, le groupe est à la recherche de nouvelles compétences pour accompagner sa mutation.

« Notre objectif est d’accompagner l’inévitable transformation des modèles économiques des entreprises induite par le numérique, détaille ainsi l’entreprise. Cette stratégie propose une offre digitale à trois dimensions :
– une offre de bout en bout s’adressant aussi bien aux Directions des Systèmes d’Informations (DSI) de l’entreprise qu’aux Directions Métiers ;
– la création d’une plateforme e-commerce pour offrir aux clients un accès direct aux prestations ;
– la mise à disposition d’une plateforme d’innovation technologique partagée avec ses clients et ses collaborateurs. »

Au total, plus de 400 recrutement sont prévus en province, dont 150 dans le Grand Ouest entre les villes de Rennes, Lannion, Nantes, Tours, Bordeaux et Toulouse

Les profils recherchés

Parmi les postes à pourvoir, dont 95% sont des CDI, l’entreprise recherche avant tout des profils expérimentés et des diplômés de niveau Bac + 5,et notamment :

  • des architecte Big Data ;
  • des architecte, concepteurs de service et experts DevOps ;
  • des ingénieurs commerciaux et KeyAccount Manager ;
  • des chefs de projet ;
  • des chefs de projet technique ;
  • des data programmeur ;
  • des data scientist ;
  • des directeurs de projet ;
  • des directeurs de projet de transformation ;
  • des ergonomes ;
  • des experts cloud transformation ;
  • des ingénieurs de production ;
  • des ingénieurs Systèmes Unix, Réseaux ou Sécurité des Infrastructures ;
  • des ingénieurs concepteurs en applications mobile, Web, Java ;
  • des ingénieurs d’études ;
  • des web designer.

Open a par ailleurs lancé un plan de formation massif spécifique en début d’année (Mobilité, DevOps,IoT…) afin de répondre au niveau de compétences requis par son nouveau plan stratégique.

Des actions significatives ont d’ores et déjà vu le jour en matière de Big Data avec un programme spécifique en partenariat avec l’école Centrale Supélec visant à former 80 data scientists dès 2016, indique le groupe.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

2016 CARREFOUR EMPLOI TOULOUSE METROPOLE - JEUDI 26 ET VENDREDI 27 MAI - FORUM DE RECRUTEMENT AU PARC DES EXPOSITIONS DE TOULOUSE (31) - WWW.MIDI-EMPLOI.FR

2016 CARREFOUR EMPLOI TOULOUSE METROPOLE - JEUDI 26 ET VENDREDI 27 MAI - FORUM DE RECRUTEMENT AU PARC DES EXPOSITIONS DE TOULOUSE (31) - WWW.MIDI-EMPLOI.FR | La lettre de Toulouse | Scoop.it

230 structures présentes dans cette grande maison de l'emploi et de la formation que sera le hall 7 du parc des expos de Toulouse, les 26/27 mai 2016(10h/17h), lors de la 8e édition de ce forum de recrutement au cœur de la région Midi-Pyrénées.

Vous sont proposés : des espaces "industries et aéronautique", "alternance et formation", "orientation et accompagnement", "filière numérique", "autres alternatives vers l'emploi"...

Tous les profils sont ciblés,
de tous niveaux de compétence,
de qualification et d'expérience... Postes en CDD, CDI, en alternance, contrats à temps partiel, missions à l'international, offres de stage...

L'entrée est libre et gratuite,
sans pré-inscription, ni invitation.

Le créneau horaire le plus chargé étant le jeudi matin, nous conseillons un déplacement plutôt le vendredi, journée la plus calme en termes de fréquentation. Les employeurs y sont plus disponibles.

N'oubliez surtout pas vos CV !
Parking gratuit sur place.

Une question ? 05 61 22 24 82

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

179 800 projets de recrutement en région LRMP

179 800 projets de recrutement en région LRMP | La lettre de Toulouse | Scoop.it

L’enquête annuelle réalisée par Pôle Emploi sur les besoins en main d’œuvre en2016, présentée le 13 avril, révèle une légère augmentation du nombre de projets de recrutement exprimés par les entreprises du LRMP : 22,4 % d'entre elles envisagent de recruter dans l’année.

 

« L'enquête "Besoins en Main d'œuvre" a pour objectifs de cerner les besoins des entreprises et leurs difficultés de recrutement, de proposer un accompagnement de qualité aux demandeurs d'emploi et aux entreprises, et de partager cette connaissance auprès des acteurs de l'emploi et de la formation », rappelle Christophe Carol, le directeur régional adjoint de Pôle Emploi pour la région Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées (LRMP), en préambule d'une conférence de presse le 13 avril.

Pour l'édition 2016 de l'enquête, 43 100 établissements ont bien voulu répondre fin  2015.

Le chiffre-clef de cette enquête signe une évolution positive : les entreprises de la région anticipent 179 800 projets de recrutement sur l'année 2016 (10 % des projets nationaux), soit une hausse de 1,9 % et 3 360 projets supplémentaires par rapport à 2015. L'enquête observe qu'il s'agit là "du plus haut niveau depuis cinq ans".

En revanche, la propension à recruter, qui traduit l'intention de réaliser au moins une embauche dans l'entreprise, est stable : elle passe de 22,6 % en 2015 à 22,4 % en 2016.

 

 L'Hérault et la Haute-Garonne en tête, sans surprise

« Sans surprise, ce sont les départements de la Haute-Garonne et de l'Hérault qui concentrent 41 % de ces besoins en main d'œuvre, soit 72 900 projets de recrutement, commente Christophe Carol. Il faut aussi observer les bons chiffres de certains départements en termes de proportion d'établissements envisageant de recruter, tels que le Tarn-et-Garonne avec 25,9 % des établissements, les Pyrénées-Orientales avec 24,9 %, et le Gers avec 24,7 %. »

Étudiés par bassins d'emploi, Toulouse (32 200 projets), Montpellier (18 600 projets), Perpignan (12 000 projets) et Béziers (11 560 projets) réunissent 41 % des besoins en main d'œuvre de la région. Par ailleurs, les départements du littoral (l'Hérault, les Pyrénées‐Orientales, le Gard et l'Aude) totalisent près de la moitié des besoins en main d'œuvre de la région, plus saisonniers (56 % de projets saisonniers contre 48% pour les autres départements) et portant davantage sur les secteurs du commerce et de l'hébergement-restauration.

 

Des difficultés à recruter

« Parmi les motifs de recrutement, les établissements interrogés évoquent à 64 % un surcroit ponctuel d'activité, à 16 % le remplacement de salariés suite à des départs, à 12 % des remplacements suite à des absences ponctuelles, et à 9 % une activité nouvelle, observe Christophe Carol. Quant à ceux qui n'envisagent pas de recruter en 2016, ils évoquent comme raison un effectif suffisant, une conjoncture défavorable, une situation financière trop fragile, ou la rigidité du droit du travail et le manque de flexibilité des démarches administratives. »

En lien avec la hausse du nombre de demandeurs d'emploi sur le marché du travail, la proportion de projets de recrutement difficiles diminue pour la quatrième année consécutive, révèle l'enquête.

« En 2016, les difficultés à recruter concernent 29,8 % des projets, contre 30,1 % en 2015, note Christophe Carol.Parmi les difficultés rencontrées : pas de profil adéquat pour 85 %, une pénurie de candidats pour 77 %, la nature du poste pour 58 %, un manque de moyens financiers pour 35 %, un déficit d'image pour 18 %, et des difficultés de procédures internes de recrutement pour 12 %. »

 

Les services, premiers contributeurs

Avec 110 630 projets de recrutement, les services représentent 62 % des besoins en main d'œuvre de la région (44 % en services aux particuliers, 18 % en services aux entreprises). Vient ensuite la santé, avec plus de 20 760 projets déclarés.

Le secteur agricole, important dans la région, rassemble 34 610 intentions d'embauche, dont 5 080 dans l'agroalimentaire.

Enfin, le bâtiment, secteur à la peine ces dernières années, représente 4 % des intentions d'embauche (6 855 projets de recrutement), comme l'industrie (6 330 projets).

Avec 40 % des intentions d'embauche en 2016, les métiers issus des fonctions liées à la vente, au tourisme et aux services apparaissent parmi les profils les plus recherchés par les employeurs.

 

L'influence des activités saisonnières

Plus d'une intention d'embauche sur deux est liée à un besoin saisonnier (plus de 93 360 projets concernés, soit 52 % contre 41 % au national), la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées présentant un caractère saisonnier plus marqué qu'en France du fait notamment d'activités agricoles (32 % des projets saisonniers) ou touristiques (41 % des projets saisonniers) plus développées.

Parmi les métiers saisonniers, celui de viticulteurs, arboriculteurs salariés et cueilleurs est le plus convoité par les établissements recruteurs, suivis des agriculteurs salariés et ouvriers agricoles, des maraîchers et horticulteurs salariés, et des employés de l'hôtellerie.

Parmi les métiers non saisonniers, dix concentrent 32 % des intentions d'embauches, comme des aides à domicile et des aides ménagères, des agents d'entretien, des aides‐soignants et du personnel de l'hôtellerie pour des emplois en salle ou en cuisine. La Haute-Garonne (31 %) et l'Hérault (22 %) concentrent la majorité des recrutements non saisonniers de la région (86 400 projets).

À la question du taux de chômage régional qui reste élevé au regard de ces perspectives optimistes, le directeur régional adjoint répond :

« Nous sommes dans une région qui crée de l'emploi, la 3e derrière l'Île-de-France et Rhône-Alpes/Auvergne. Mais le solde migratoire nous est défavorable : le nombre de personnes qui viennent s'installer en région est important et la région ne crée pas suffisamment d'emplois pour absorber toute cette main d'œuvre ».

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Gfi va recruter 50 personnes à Toulouse en 2016

Gfi va recruter 50 personnes à Toulouse en 2016 | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Valérie Delille, Responsable Ressources Humaines Sud-Ouest de Gfi Informatique

 

 

L’entreprise de Services du Numérique (ESN) Gfi Informatique va investir le Stadium de Toulouse le 24 mars 2016 pour recruter une partie des 50 collaborateurs qu’elle prévoit d’embaucher en 2016.

 

 

L’agence de Gfi à Toulouse est l’une des plus importantes en province avec près de 600 collaborateurs, pour un chiffre d’affaires estimé à 58 M€. Sur son secteur Sud-Ouest (Aquitaine et Midi-Pyrénées), l’ESN emploie 790 personnes (90 à Pau et 100 à Bordeaux).
Le jeudi 24 mars 2016, Gfi va mener une opération de recrutement au Stadium de Toulouse, où elle va recevoir environ 70 candidats dont les CV ont été sélectionnés (voir la page Internet dédiée ici). L’opération va lui permettre de lancer une partie des 50 embauches prévues à Toulouse en 2016. Il faut préciser que Gfi dispose également d’une agence d’une centaine de collaborateurs à Montpellier, qui fait partie d’un autre secteur de l’ESN : Gfi Méditerranée (Montpellier, Aix-en-Provence, Marseille, Nice).
L’agence toulousaine a déjà organisé plusieurs sessions de recrutement au cours des dernières années, dans un Airbus A320, sur un terrain de golf… « Les contrats des candidats retenus au terme de cet événement devraient être finalisés d’ici fin mai 2016, explique Valérie Delille, Responsable Ressources Humaines Sud-Ouest de Gfi Informatique. Concrètement, après une présentation du groupe Gfi, les candidats passeront deux entretiens d’environ 15 minutes chacun. »
Le numérique est décidément un secteur qui recrute : Toulouse va accueillir deux semaines plus tôt, le 10 mars, l’édition 2016 de JOB’s TIC (voir ici).

Pascal Boiron, MID e-news

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les startups recrutent #5 à La Cantine Toulouse

Les startups recrutent #5 à La Cantine Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Trouvez bien plus qu'un Job !

Vous voulez vous associer au prochain Google ? Vous recherchez un stage, une mission freelance, un CDD, un CDI, un service civique ou encore ? Venez rencontrer les Startups à la pointe de l'innovation et du numérique le jeudi 10 mars à 18h30 !

Développeur talentueux, graphiste passionné, codeur acharné, commercial inné ou même comptable surdoué, il n'y a pas de limites à l'entrée : tous les profils sont acceptés et attendus en masse !
Comment ça marche ?

Les startuppers auront une minute pour se présenter et vous convaincre de rejoindre leurs rangs. Vous pourrez ensuite les retrouver autours d'un verre pour échanger plus en détails.

Trouvez bien plus qu'un Job !

Vous voulez vous associer au prochain Google ? Vous recherchez un stage, une mission freelance, un CDD, un CDI, un service civique ou encore ? Venez rencontrer les Startups à la pointe de l'innovation et du numérique le jeudi 10 mars à 18h30 !

Développeur talentueux, graphiste passionné, codeur acharné, commercial inné ou même comptable surdoué, il n'y a pas de limites à l'entrée : tous les profils sont acceptés et attendus en masse !
Comment ça marche ?

Les startuppers auront une minute pour se présenter et vous convaincre de rejoindre leurs rangs. Vous pourrez ensuite les retrouver autours d'un verre pour échanger plus en détails.

Jacques Le Bris's insight:

Inscription

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Jobs'TIC - 10 Mars - La Cantine Toulouse

Jobs'TIC - 10 Mars - La Cantine Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Le numérique est au coeur de toutes les générations, tous les secteurs d'activités, tous les métiers.. Lors de Jobs'TIC venez comprendre les enjeux de ces nouveaux apprentissages. Une journée pour développer vos compétences
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Thales recrute massivement à Toulouse

Thales recrute massivement à Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it

"L’ancienneté moyenne de Thales en France est de dix-sept ans, avec un turn-over exceptionnellement bas", souligne Vincent Mattei, responsable recrutement et mobilité du groupe.



Avec 4000 salariés en Midi-Pyrénées, Thales est le second employeur privé de la région. Et ne compte pas en rester là puisque sa croissance justifie le recrutement de 150 collaborateurs supplémentaires en 2016.

 

En 2016, Thales embauchera 150 nouveaux salariés dans le bassin toulousain. Un chiffre déjà atteint en 2015. Classée parmi les leaders mondiaux des hautes technologies, présente dans l’aérospatial, le transport, la défense et la sécurité, la société dispose de quatre grands pôles de compétences en Midi-Pyrénées : les activités avioniques et la cryogénie, avec 1000 collaborateurs, les systèmes terrestres et aériens, les systèmes d’information critiques et de cybersécurité et enfin Thales Alenia Space (Thales à 67% et Finmeccanica à 33%).
« Le groupe de 61.000 collaborateurs, avec ses différentes entités, et sa présence à l’international dans cinquante-six pays offre des opportunités uniques de carrières. Près de 50% des postes ouverts sont pourvus en interne. Et l’ancienneté moyenne de Thales en France est de dix-sept ans, avec un turn-over exceptionnellement bas de 2% », explique Vincent Mattei, responsable recrutement et mobilité pour Thales France.

 

Des profils d’ingénieurs, techniciens, ouvriers

Des profils techniques forts, avec un bon potentiel de savoir-être et une excellente capacité de communication, sont recherchés par le groupe. A la fois des ingénieurs débutants ou expérimentés (développement de logiciels, Java, C++, validation, intégration) et des techniciens. Des opérateurs de montage en micromécanique et des magasiniers pour la partie cryogénie, où Thales fait figure de leader européen, seront aussi recrutés. Près des deux tiers du volume des embauches à Toulouse concerneront le spatial et les systèmes d’information critique et de cybersécurité. « Les dernières signatures de contrats de construction de satellites, avec un opérateur argentin notamment, nous amènent à reconsidérer nos effectifs », souligne Vincent Mattei.

 

Un processus de recrutement de trois mois

Le responsable assure que l’ensemble des offres est disponible sur le site internet de l’entreprise. Après réponse du candidat par mail, les recrutements sont gérés par les différentes entités, avec un processus qui dure en moyenne trois mois. « Pour les jeunes diplômés, nous organisons aussi régulièrement des rencontres avec les écoles d’ingénieurs toulousaines et participons au Forum Toulouse Technologies. Et même avec seulement le baccalauréat au départ, nous offrons des formations diplômantes au sein de l’entreprise tout au long du parcours », conclut Vincent Mattei.
Isabelle Meijers

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Quels sont les profils recherchés par Mediameeting en 2016 ?

Quels sont les profils recherchés par Mediameeting en 2016 ? | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Anne-Marie de Couvreur, président et cofondateur de Mediameeting.

 

Mediameeting ambitionne de devenir d’ici cinq ans le leader européen de la radio d’entreprise. Pour cela, la startup va recruter une trentaine de personnes cette année. Anne-Marie de Couvreur, président cofondateur de la société, précise les profils recherchés

 

Anne-Marie de Couvreur, pourriez-vous nous présenter Mediameeting ?
Mediameeting est une startup créée en 2004, qui se spécialise dans la radio d’entreprise. Nous sommes partis de zéro, avec deux salariés, et aujourd’hui nous réalisons un chiffre d’affaires de 8 millions d’euros et nous sommes 135. Nous diffusons nos programmes dans 105 pays, pour 12 millions d’auditeurs chaque jour. Nous évoluons dans le secteur du service pour les entreprises, nos charges de personnel comptent donc pour 80% de notre budget. Les ressources humaines sont par conséquent un enjeu majeur pour nous, et chaque recrutement compte.

 

A quels enjeux faites-vous face actuellement ?
Aujourd’hui, nous arrivons à une nouvelle étape dans notre croissance, puisque nous entendons, grâce à notre levée de fonds, atteindre 25 millions de chiffres d’affaires en cinq ans, et passer d’une position de leader français à celle de leader européen. Dans cette optique, les ressources humaines sont notre priorité pour conserver notre forte croissance. Nous avons donc mis en place des techniques pour les améliorer.

 

Quelles sont ces techniques ?
Nous sommes passés à un mode de management agile. Nous avons ainsi organisé l’entreprise en business unit avec des intra-entrepreneurs qui travaillent en autonomie. Nous avons créé des PME dans la PME. Nous avons également modifié notre système de recrutement. Aujourd’hui, ce sont avant tout les valeurs et le savoir-être qui pèsent à 70% dans nos choix. Nous recherchons des salariés qui ont envie de s’engager sur nos valeurs, la performance et la bienveillance, et qui souhaitent participer à une réussite collective. Ils doivent également désirer travailler dans une PME, avoir le goût de l’apprentissage et une grande autonomie.

 

Comment s’effectuent aujourd’hui vos recrutements ?
Nous avons organisé en décembre notre premier forum de recrutement pour nous permettre d’agir vite. Nous misons également sur l’auto-recrutement. Nous venons d’embaucher notre premier salarié par ce biais à Paris. C’est un de nos collaborateurs qui a rédigé l’annonce pour recruter son futur collègue, fait passer les entretiens, et choisit ce salarié. Le « board » a approuvé le recrutement sans même l’avoir rencontré. Nous sommes également de plus en plus intéressés par le recrutement en « jobcast ». Le chef de service passe une annonce audio et les candidats peuvent nous répondre par le même biais. Nous sentons ainsi l’énergie de la personne sans préjuger du reste.

 

Combien de salariés comptez-vous recruter cette année ?
Notre objectif est d’être au moins une centaine de personnes d’ici cinq ans. Nous comptons donc recruter entre 25 et 30 salariés en 2016, dont les deux tiers seront issus de la région toulousaine. Nous recherchons à 50% des gens issus de l’univers de la radio (journalistes, animateurs, ingénieurs du son et techniciens), à 25% de profils R&D, et notre priorité actuelle est de recruter un DSI, des ingénieurs informatiques, et un architecte réseau. Mais les offres sont ouvertes en permanence. Nous intégrons également des stagiaires de fin d’étude dans l’objectif de les recruter.
Propos recueillis par Agnès Frémiot

Jacques Le Bris's insight:


Pour poser sa candidature, il suffit d’envoyer un mail à contact@mediameeting.fr

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Inside Group recrute 50 personnes en 2015

Inside Group recrute  50 personnes en 2015 | La lettre de Toulouse | Scoop.it


Denis Lavelle et Jérôme Falgayrat, les deux cofondateurs d'Inside Group./photo DDM David Bécus


Pour faire face à la croissance, la PME toulousaine de services informatiques lance le recrutement de 50 personnes. De nouvelles implantations à Lyon et sur la côte azuréenne sont à l'étude.

L'aventure des deux associés d'Inside Group prend une nouvelle dimension. Denis Lavelle et Jérôme Falgayrat qui ont fondé leur propre société de services informatiques voilà tout juste deux ans et demi lancent un vaste plan de recrutements de cinquante postes pour l'année 2015. «Nous devons faire face à une croissance de 40 % attendue cette année» anticipent les deux entrepreneurs. Créée en novembre 2012, Inside Group a affiché trois ans de croissance ininterrompue pour atteindre 6 M€ de chiffre d'affaires l'an dernier pour un résultat de 260 000 € et anticipe 8,50 M€ en 2015 puis 10 M€ l'an prochain et 12 M€ en 2017. Le tout «dans un esprit start-up» lance fièrement Denis Lavelle. Baby foot à l'entrée de l'entreprise, responsabilisation des collaborateurs, place à l'initiative… le credo est loin des grands du secteur de l'informatique qu'ont justement quitté les deux entrepreneurs. «Nous ne nous retrouvions plus dans ces très grandes entreprises dans lesquelles on finit par plus savoir qui est son chef !» raconte Jérôme Falgayrat. D'où l'idée de créer leur structure sans chercher la croissance à tout prix même s'il faut «grandir pour assurer la pérennité» glisse Denis Lavelle. D'ici cinq ans, les effectifs devraient atteindre 500 personnes contre 120 aujourd'hui.

Avec vingt ans d'expérience dans le secteur à eux deux, Inside Group multiplie rapidement les références clients. Airbus, Orange, Norbert Dentressangle, Météo France, Caisse d'épargne Midi-Pyrénées… dans des domaines comme les infrastructures informatiques ou les applications collaboratives (portail, gestion de documents, internet…).

 

Ouverture d'une agence à Lyon cette année

Avec un portefeuille aussi diversifié (30 % dans le spatial, 20 % dans l'aéronautique, 20 % dans la banque…), la PME ne traverse pas la crise que connaissent certains de ses concurrents, très engagés dans l'aéronautique qui voit la fin du développement des grands programmes avions chez Airbus. L'objectif est de devenir une société «de référence dans les cinq ans». Déjà présent à Paris et Bordeaux, la PME toulousaine prépare une implantation à Lyon cette année pour pouvoir couvrir la région Rhône Alpes. Devrait suivre la région Paca avec des réflexions à Aix, Nice ou Marseille.

Afin d'intégrer au mieux les nouveaux arrivants dans l'entreprise un événement est organisé tous les trimestres avec en septembre prochain un voyage pour tous les salariés pour fêter le cap du centième embauché. Un jeu de piste sur internet afin de découvrir la destination est en cours, toujours dans l'esprit start-up !

 

Gil Bousquet

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Palmarès La Tribune-Objectif News : le top 5 des entreprises qui recrutent en Midi-Pyrénées

Palmarès La Tribune-Objectif News : le top 5 des entreprises qui recrutent en Midi-Pyrénées | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Une centaine de personnes ont assisté ce mardi 28 avril à la conférence sur le palmarès des entreprises.

 

La Tribune-Objectif News dévoile ce mardi 28 avril son palmarès des entreprises qui recrutent dans la région Midi-Pyrénées. Avec 2 000 embauches prévues cette année dans la région, McDonald's est largement en tête du classement. Continental, Sopra Steria, Coiffure du Monde et Sigfox prévoient de leur côté plus d'une centaine de recrutements en 2015. À l'occasion de la sortie de ce palmarès, une conférence-débat était organisée ce matin à Toulouse.

 

4 000 emplois à pourvoir pour l'année 2015 dans la région Midi-Pyrénées : c'est le nombre d'offres recensées dans le premier Palmarès des entreprises qui recrutent à Toulouse et en Midi-Pyrénées édité par la Tribune-Objectif News. Dans ce classement disponible en kiosque depuis ce mardi 28 avril, 100 entreprises de la région sont rassemblées. En tête du classement figurent :

  • 1er : McDonald's avec 2 000 embauches prévues cette année. La plus grande chaîne de restauration rapide du monde va ouvrir plusieurs restaurants dans la région.
  • 2e ex-aequo : Continental Automotive et Sopra Steria avec 150 recrutements.Outre une vingtaine de postes dans les fonctions support, l'équipementier automobile va embaucher 40 CDI dans les métiers de production et 40 CDI en recherche et développement. De son côté, le géant du conseil Sopra Steria recherchent une centaine de jeunes diplômés en informatique mais aussi des profils pour des postes de direction.
  • 4e : Coiffure du Monde avec 120 embauches. L'enseigne du groupe Jean-Claude Aubry recherche principalement des coiffeurs mais également des commerciaux et des fonctions support.
  • 5e : Sigfox avec 100 recrutements. La pépite toulousaine des objets connectés cherche à renforcer ses équipes techniques (développement logiciel) mais également des commerciaux et des postes RH et marketing.
 Les services et les "smacs" en forte croissance

Alors que le taux de chômage s'établit à 10,4 % en Midi-Pyrénées, certains entreprises rencontrent de grandes difficultés à recruter. C'est notamment le cas dans l'informatique. "Il y a une véritable pénurie d'ingénieurs en informatique. Les entreprises recrutent dès la sortie des écoles", a relevé ce mardi matin Serge Lemaître, directeur régional de Pôle emploi lors de la conférence-débat organisée par La Tribune-Objectif News aux Espaces Vanel de Toulouse (voir notre diaporama). Un constat partagé par Jean-Sébastien Fiorenzo, le délégué territorial de l'Apec Midi-Pyrénées :

"Je vous rejoins sur cette pénurie. Sur les 7 500 postes de cadres prévus en 2015, 25 % concernent l'informatique, 20 % la recherche et développement et 15 % les fonctions commerciales", a-t-il précisé.

7e du palmarès, Laurent Gerin, vice-président Sud-Ouest de CGI (ingénierie) compte recruter 85 salariés cette année. "L'activité des Smacs va connaître une croissance de 15 % en 2015 et le marché numérique devrait connaître une croissance de 1,5%", note celui qui est également délégué régional du Syntec Numérique. L'acronyme "Smacs" désigne le Social, le Cloud, la Mobilité, l'Analytics (ou décisionnel), et la Sécurité, soit toutes les briques que l'on retrouve dans les plans de transformation numérique des entreprises. De son côté, Bernard Plano, président délégué de l'agence régionale de développement économique Madeeli, a appelé les entreprises d'informatique régionales à "anticiper davantage les besoins en cybersécurité" tout en veillant à un déploiement sur l'ensemble de la région : "80 % des postes se concentrent sur la métropole toulousaine, c'est une anomalie". L'adjointe à la mairie de Toulouse en charge de l'Emploi Marie-Jeanne Fouqué a tenu à souligner le vivier de seniors expérimentés à disposition des employeurs : "Il n'y a pas de coût de reconversion des séniors", a-t-elle martelé.

Outre le numérique, certains services connaissent également une forte croissance. Dans son enquête "Besoin en main-d'œuvre 2015", Pôle emploi a annoncé que le secteur des services arrive en tête avec 61 % des projets de recrutement, principalement dans l'hôtellerie et la restauration. "Au-delà des besoins saisonniers, nous cherchons à pérenniser nos emplois. 100 % des apprentissages débouchent sur un CDI", observe Jean-Claude Aubry, PDG de Coiffure du Monde.

À noter que, dans un rapport remis au gouvernement ce mardi 28 avril, France Stratégie estime que le pays pourrait créer 212 000 emplois par an d'ici à 2022. Cet organisme de réflexion rattaché à Matignon prévoit, dans un scénario idéal, avec une stratégie d'incitation à l'investissement, une croissance annuelle de 1,8 %, faisant ainsi baisser le chômage à "moins de 7 %" d'ici à 7 ans.

 

Florine Galéron

@florinegaleron

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Recherche d'emploi: l'Etat débloque 2,4 millions d'euros pour 4 start-up

Recherche d'emploi: l'Etat débloque 2,4 millions d'euros pour 4 start-up | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Paris, 23 sept 2016 - Le gouvernement a accordé 2,4 millions d'euros à quatre start-up, pour financer des projets innovants destinés à aider les chômeurs à retrouver un emploi grâce au numérique, a-t-on appris vendredi auprès du ministère du Travail.

L'enveloppe, accordée au titre du programme d'investissements d'avenir (PIA), subventionne les jeunes pousses Monkey Tie, Mindmatcher, We Tech Care et Bayes Impact, dont les représentants ont été reçus jeudi par Myriam El Khomri. 

Leurs projets, qui sont en cours de développement, sont financés dans le cadre du Plan NET (numérique, emploi, travail), qui implique également Pôle emploi, l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact) et la Fondation internet nouvelle génération (Fing). 

 
 

"L'objectif, c'est d'aider les jeunes décrocheurs à se réinsérer grâce aux outils numériques, c'est d'aider les demandeurs d'emploi à mieux s'orienter grâce à un traitement intelligent et intuitif des données", a expliqué Mme El Khomri dans un communiqué. 

 

Monkey Tie développe un "guide d'orientation des métiers", un outil qui permettra d'orienter l'utilisateur vers un métier, en se basant sur sa personnalité et ses compétences. 

 

De son côté, Mindmatcher prépare une plateforme de recrutement permettant aux candidats de mettre en avant leurs aptitudes "sociales": vocations, aspirations, engagements, etc. 

 

We Tech Care développe, pour sa part, le site internet clicnjob.fr, qui accompagnera des jeunes éloignés de l'emploi en concevant des parcours personnalisés et ludiques. Au menu: des quiz, des vidéos ou encore un créateur de CV. 

 

Enfin, l'application Mon parcours emploi, de Bayes Impact, utilisera le big data, notamment les données de Pôle emploi sur le marché du travail, pour aider les chômeurs à élaborer une stratégie (reconversion, formation, mobilité...) pour retrouver un emploi. 

Une partie de ces nouveaux outils rejoindra dans les prochains mois l'Emploi store, la plateforme de services numériques de Pôle emploi.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Des suppressions d'emplois en vue chez Airbus ? 

Des suppressions d'emplois en vue chez Airbus ?  | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Selon une information du Financial Times publié lundi, l'avionneur européen Airbus prépare un plan de réduction des coûts, qui pourrait inclure des suppressions d'emplois, afin de limiter les effets des problèmes de production de l'A380 et de l'A400M.

 

 

C'est le très sérieux Financial Times qui l'assure dans son édition de lundi : Airbus prépare un plan de réduction des coûts pour compenser ses pertes

Ce plan de réduction des coûts, annonce le quotidien économique et financier britannique, pourrait inclure des suppressions d'emplois, afin de limiter les effets des problèmes de production de l'A380 et de l'A400M.

Le plan vise notamment à supprimer certains postes en doublon dans la division aviation civile de l'entreprise, qui représente 70% de ses revenus, selon le financial Times.

Airbus n'a pas souhaité n'a pas souhaité réagir à cette information.

En juillet dernier, l'avionneur européen avait annoncé avoir passé une lourde charge d'un milliard d'euros pour son avion de transport militaire, l'A400M,
qui souffre de problèmes récurrents de retards de livraison.


Airbus a également dû réduire la cadence de production de l'A380, alors que ce programme venait d'atteindre le seuil de rentabilité. L'avionneur ne produira qu'un seul exemplaire par mois de son très gros porteur à partir de 2018, contre 27 sur l'ensemble de l'année 2015. Une décision qui résulte de la faiblesse des ventes depuis le lancement en 2000 mais qui souffle, selon la Tribune, un coup de froid sur l'avenir du programme A380.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Depuis Toulouse, ATR poursuit son ascension

Depuis Toulouse, ATR poursuit son ascension | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Leader mondial sur le marché des avions régionaux de 90 places maximum, ATR cumule les records. Pour répondre à la montée en puissance de ses commandes, l’avionneur prévoit la création d’une cinquantaine de postes cette année, à Blagnac.

 

A l’ombre de son grand frère Airbus, le constructeur d’avions régionaux à hélices affiche une santé insolente. Fondée en 1981, l’entreprise, qui appartient aux groupes européen Airbus et italien Finmeccanica, est devenue le leader mondial sur le marché des avions régionaux jusqu’à 90 places.

Depuis sa création, ATR a vendu plus de 1500 appareils. Avec plus de 28 millions d’heures de vol au compteur, ses modèles équipent les flottes de plus de 200 compagnies aériennes, réparties dans près de 100 pays. Forte de son succès, la société a atteint un nouveau chiffre d’affaires record en 2015, porté à 2 milliards de dollars. Durant l’année, l’avionneur a également réalisé un nouvel exploit en termes de livraisons d’avions : 88 appareils.

 

50 postes cette année

Avec un carnet de 280 avions à produire, les ouvriers des chaînes de montage installées à Blagnac ont ainsi une visibilité sur les trois prochaines années. ATR est passée de 8000 à 30.000 m² de surface de production, en inaugurant notamment sa seconde chaîne d’assemblage en 2014.

Pour répondre à la montée en puissance des commandes, l’avionneur prévoit la création d’une cinquantaine de postes cette année. « Sauf besoins ponctuels, la plupart des profils recherchés sont des ingénieurs et techniciens bureau d’études, support et services, ainsi que des profils production, comme des électriciens et des mécaniciens avions, indique un porte-parole d’ATR. En termes de candidature, nous privilégions des personnes affichant de la curiosité et de l’engagement dans leur mission. »


Julie Rimbert

Jacques Le Bris's insight:

50 postes cette année, pour postuler : www.atr-aircraft.com

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

En croissance, Thales Alenia Space recrute à Toulouse

En croissance, Thales Alenia Space recrute à Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Le carnet de commandes rempli, le constructeur de satellites Thales Alenia Space a annoncé un plan de recrutement de 1000 personnes jusqu’en juin pour ses deux sites français, Toulouse et Cannes. Une seconde vague d’embauches serait envisagée dès septembre.

 

Pour accompagner la prise de commande exceptionnelle en 2015 qui atteint 3 milliards d’euros, Thales Alenia Space (TAS) est à la recherche de nouveaux talents.

« Dans le cadre du plan de performance global du Groupe, Ambition Boost, TAS a mis en place plusieurs initiatives afin d’assurer sa croissance, tout investissant dans la R&D afin de développer de nouveaux produits innovants dans les domaines de l’observation optique et radar haute résolution. Notre priorité était la nouvelle génération de plateformes pour les satellites de télécommunication géostationnaire SpaceBus neo, avec une offre propulsion hybride et une version tout électrique", explique Christophe Bernard-Migeon, le directeur des ressources humaines. Aussi, face à la hausse de la charge de travail, le groupe mène de actions dans le but de renforcer sa « work force », en recrutant en France 1000 personnes. »

Dans le détail, le constructeur de satellites embauche 270 personnes en CDI en direct, dont 150 à Toulouse, site spécialisé dans la fabrication des charges utiles, la navigation et l’altimétrie.

 

350 emplois en sous-traitance à Toulouse

Même si 228 postes ont déjà été pourvus, prévient le DRH, la campagne de recrutement se poursuit jusqu’en juin. En effet, le site toulousain, également doté d’un centre de compétence électronique, est toujours à la recherche d’ingénieurs (architectes de systèmes, développeurs de logiciel et ingénieurs en électronique) et de techniciens et ouvriers (câbleurs et techniciens d’assemblage notamment). « Nous recrutons en priorité des jeunes diplômés et des candidats ayant une première expérience », précise-t-il.

Au-delà des créations d’emplois au sein de TAS, c’est toute la chaîne des sous-traitants qui va profiter de la croissance des activités, puisque le groupe prévoit aussi d’embaucher chez ses sous-traitants à hauteur de 700 personnes, dont la moitié à Toulouse.
Une seconde phase de recrutement est « fortement probable » à compter du second semestre 2016, assure le DRH.

 

Audrey Sommazi

Jacques Le Bris's insight:

Pour postuler aux offres d’emploi de Thales Alenia Space, cliquez ici

 
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Chômage. Baisse de 1,5% en Haute-Garonne depuis janvier

Chômage. Baisse de 1,5% en Haute-Garonne depuis janvier | La lettre de Toulouse | Scoop.it

L'embellie annoncée sur le front de l'emploi, mardi 26 avril 2016, concerne également le département de Toulouse. En mars, le nombre de demandeurs d'emploi a ainsi baissé de 0,4% établissant le nombre de chômeurs à 81 880 en Haute-Garonne. Prises ensemble, les catégories A, B et C représentent 131 188 demandeurs d'emplois. Ce nombre baisse de 0,4% sur les trois derniers mois. Sur l'année, le nombre de demandeurs d'emplois a arrêté de progresser.

> Plus d'infos ci-dessous :

 http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/04/26/forte-baisse-du-chomage-en-mars_4909148_3234.html

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Atos : 100 nouveaux postes ouverts à Toulouse

Atos : 100 nouveaux postes ouverts à Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Le groupe de conseil et de services numériques Atos ouvre une centaine de postes d'ingénieurs juniors et confirmés, ainsi qu'une cinquantaine de stages qui lui permettront de se renforcer en région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées.

  

Pour accompagner son développement en région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, Atos prévoit de recruter 100 informaticiens à Toulouse d'ici la fin de l'année. Les postes concernent une forte proportion (70%) de jeunes diplômés de niveau Bac +5 en informatique ainsi que des candidats expérimentés, dans une moindre mesure. La palette des profils recherchés est variée. Il s'agit d'ingénieurs d'études et développement, d'ingénieurs systèmes, réseaux et sécurité, d'architectes, ainsi que d'administrateurs de bases de données. Le groupe cherche également à engager des chefs de projets en production ainsi que des concepteurs spatiaux. Une cinquantaine de stages de pré-embauche sont ouverts en parallèle, ainsi que des postes en alternance, avec proposition d'embauche à la clé.

Les agences du Sud-Ouest interviennent dans l'aéronautique Atos compte 800 personnes dans ses deux agences du Sud-Ouest qui interviennent principalement dans les domaines de l'aéronautique et du spatial. Présente dans 40 villes françaises, l'entreprise a annoncé cette année un plan de recrutement de 1 300 personnes qui lui permettra de se renforcer à l'échelle nationale. La société, qui compte 100 000 collaborateurs dans 72 pays, a réalisé un chiffre d'affaires annuel pro forma de l'ordre 12 milliards d'euros en 2015.

Par Véronique Arène

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Airbus : le recrutement se maintient en 2016

Airbus : le recrutement se maintient en 2016 | La lettre de Toulouse | Scoop.it

L’Airbus A380, MSN 216 dans l’usine d’assemblage de Blagnac, le 5 février 2016

 

Airbus annonce un niveau de recrutement équivalent à celui réalisé en 2015, avec 1000 embauches prévues au cours de l’année 2016, pour l’ensemble de ses sites. Des postes à pourvoir essentiellement en production, environ la moitié étant basée en Midi-Pyrénées.

 

« Nous entrons dans une période opérationnelle, avec des cadences de production qui augmentent », résume-t-on chez Airbus. 6800 avions sont d’ores et déjà dans le carnet de commandes de l’avionneur européen, soit une visibilité de production d’une dizaine d’années. Toutes les gammes d’avion sont concernées, de l’A320 (qui reste un programme phare) à l’A330 Neo, en passant par l’A350 et le superjumbo A380.

500 postes en Midi-Pyrénées

Avec quinze gros porteurs vendus récemment, Airbus voit une occasion supplémentaire de se réjouir de sa stratégie, constante depuis le lancement du programme en 2000 : l’avenir du trafic aérien passe par les gros porteurs. « Tous les 15 ans, le trafic aérien double ; il n’est pas possible de multiplier par deux le nombre de décollage et d’atterrissage », estime-t-on chez le géant européen. Pour éviter la saturation des aéroports, Airbus confirme sa solution gros porteur, et l’existence d’un segment de marché conséquent pour l’appareil star.

Tous les métiers de la production sont concernés par le plan d’embauches. Les ouvriers spécialisés, formés à l’aéronautique, sont particulièrement prisés. Opérateur câblage, collage, bobinage, monteur ajusteur structure, préparateur d’installations systèmes mécaniques, technicien méthodes sont quelques exemples de profils recherchés. Les compagnons préparés aux métiers de la métallurgie et de l’industrie (mécanicien, mécanicien de précision, électrotechnicien chaudronnier) trouveront également à coup sûr des postes dans les usines de l’avionneur.
Valérie Ravinet

Jacques Le Bris's insight:

Toutes les offres sont accessibles sur le site d’Airbuswww.airbus.com/work

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Et si le recrutement mobile signait la mort du CV et de la lettre de motivation - #rmsnews

Et si le recrutement mobile signait la mort du CV et de la lettre de motivation - #rmsnews | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Le recrutement mobile va achever la lettre de motivation

La lettre de motivation a du plomb dans l’aile depuis un bon moment déjà, depuis la fin des années 90 pour être précis.
Elle a connu son âge d’or, avant l’avènement des sites emploi, quand le recrutement était encore « papier-presse ». Alors exclusivement manuscrite, elle pouvait décider à elle seule de la pertinence d’une candidature. La graphologie, ahurissante « exception culturelle française », régnait alors en maître sur la pré-selection des candidatures …
Avec l’explosion des Jobboards, le e-recrutement a planté une série de banderilles dans le dos de la lettre. Le CV est alors devenu l’outil N°1 de la candidature et de la visibilité du candidat. La conversion de la lettre au format dactylographiée/électronique pour rendre possible la candidature par mail s’est soldée par un désintérêt progressif à l’égard de la lettre. Le message de motivation s’est retrouvé synthétisé dans le corps du mail pour accrocher le recruter et lui donner envie d’ouvrir les pièces jointes, le CV et la lettre.  Mais, soyons honnêtes, la seule pièce jointe véritablement ouverte par le recruteur n’est pas la lettre … Si bien, qu’elle tend à disparaître complètement au profit du mail de motivation.

Et lorsqu’un recruteur fait une requête sur la CVthèque d’un Jobboard, le petit robot activé ne scanne pas des lettres, mais bien des … CV. L’évolution des usages a alors joué le rôle ingrat du picador.

La mise à mort approche et le coup de grâce pourrait bien venir du recrutement mobile. Pour postuler depuis un smartphone ou une tablette, les nouveaux modes de candidature sont conçus pour la simplifier tout en améliorant l’expérience candidat. La candidature est alors centrée sur le CV/Profil accompagné, au mieux et pas systématiquement, de 2 lignes de motivation. La lettre n’est plus exigée …

- See more at: http://rmsnews.com/si-le-recrutement-mobile-signait-la-mort-du-cv-de-la-lettre-de-motivation/?platform=hootsuite#sthash.80d8QOkf.dpuf
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Emploi cadre : Toulouse tire toujours le marché de la nouvelle région

Emploi cadre : Toulouse tire toujours le marché de la nouvelle région | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Les prévisions de recrutement cadre, par fonctions, en LRMP. Infographie Apec.


Entre 8550 et 9910 cadres devraient être recrutés cette année, dans la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Des prévisions qui témoignent d’une certaine prudence des employeurs, sauf peut-être en Haute-Garonne, Toulouse concentrant la moitié des projets.


C’est la première fois que le Panel de l’Apec propose ses projections à l’échelle des territoires des nouvelles régions. Des projections assez contrastées en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, puisque comprises entre - 5% et + 10% par rapport aux postes effectivement créés en 2015 (9010). « Mais la médiane se situe plutôt entre + 6,5/7% », rassure le délégué territorial de l’Apec en LRMP, Jean-Sébastien Fiorenzo ajoutant que « l’enquête a été réalisée dans le contexte mouvementé des derniers attentats de Paris, en novembre dernier ».

En 2016, ce sont ainsi entre 8550 et 9910 cadres qui pourraient être recrutés dans la région, principalement dans l’ex-région Midi-Pyrénées (68% des projets) et majoritairement sur le bassin d’emplois de Toulouse. « Cette spécificité, auparavant très marquée, reste vraie puisque Toulouse concentre encore plus de la moitié des projets d’emploi. Et si l’ex région Languedoc-Roussillon ne rassemble que 32% des intentions cette année, il faut noter que les opportunités sont en revanche plus diffuses sur le territoire, sur Montpellier, Nîmes, Perpignan… et plus variées également. Les fonctions liées à l’exploitation tertiaire (médico-social, transport, banque assurance - hors commerciaux -, immobilier…) arrivaient notamment en tête des cadres les plus recherchés dans l’ex région Languedoc-Roussillon », indique Jean-Sébastien Fiorenzo.

 

De l’expérience mais pas trop…

Elles ne représentent plus que 13% des projets des recruteurs de la nouvelle région, loin derrière les grands « gagnants », c’est-à-dire les cadres spécialisés dans les études et de la R&D et de l’informatique, qui « raflent » respectivement 25% et 18% des intentions de recrutement. Les cadres commerciaux complètent le podium (14%), tandis que les débouchés visant les spécialistes des achats, de la qualité, la maintenance, ou la sécurité, restent stables (9% du total). C’est donc sans surprise le secteur des services qui se révèlera le plus porteur en 2016, avec 64% des projets recueillis. « L’industrie reste assez bien orientée (22%), le commerce se stabilise à 8% et la construction fléchit un peu, à 6% contre 8% en 2015 », complète le délégué régional.

En termes de profils, comme dans le reste de la France, les cadres ayant d’une à dix années d’expérience continuent à être les plus courtisés. « Ils trustent plus d’un projet sur deux ! » Le marché pourrait, à ce titre, être un peu plus favorable aux jeunes diplômés. 18% des cadres recrutés l’année dernière, en LRMP, avaient en effet moins d’un an d’expérience, et les entreprises prévoient de leur ouvrir un poste sur quatre en 2016. Les « seniors » restent, à l’inverse, les plus pénalisés. Les cadres comptabilisant de 11 à 20 années d’expérience ne réunissent que 15% des intentions de recrutement. Ceux qui en totalisent plus de 20, seulement 3% !
Ingrid Lemelle

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le nombre de demandeurs d’emploi progresse de 4,5 % en un an autour de Toulouse

Le nombre de demandeurs d’emploi progresse de 4,5 % en un an autour de Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Malgré la quasi stabilité des chiffres du chômage entre octobre et novembre 2015 dans le territoire de Midi-Pyrénées, la situation s’est fortement dégradée pour les séniors et les femmes depuis un an. Zoom sur le marché de l’emploi local.

 

La légère baisse des chiffres du chômage intervenue entre octobre et novembre 2015 dans le territoire de Midi-Pyrénées (- 0,1 %) n'aura pas suffi à gommer la dégradation du marché de l'emploi qui s'est opérée entre novembre 2014 et novembre 2015.

Fin novembre, les huit départements de l'ancienne région Midi-Pyrénées comptaient en effet 266 400 demandeurs d'emploi, soit 400 chômeurs de moins qu'en octobre. Mais au cours des douze derniers mois, toutes catégories de demandeurs d'emploi confondues, ce chiffre a progressé de 4,5 %, indiquaient la direction régionale de Pôle Emploi et la Direccte Midi-Pyrénées dans leur dernière note de conjoncture. 18,1 % de ces demandeurs d'emploi, soit 49 000 personnes, ont un droit payable au RSA (Revenu de solidarité active).

Selon les départements et les profils, la situation présente néanmoins quelques disparités. Les femmes et les plus de 50 ans sont ainsi les plus pénalisés. Le nombre de femmes à la recherche d'un emploi dans la catégorie A (en actes positifs de recherche d'emploi selon la nomenclature Pôle Emploi), a augmenté de 0,3 % entre octobre et novembre 2015 et de 4,1 % en un an. Pour les séniors (plus de 50 ans) de la catégorie A, la dégradation est encore plus spectaculaire. Dans cette catégorie, la hausse du nombre de demandeurs d'emploi est de 1,3 % entre octobre et novembre 2015 et de 9,7 % sur un an.

Les moins de 25 ans retrouvent du travail

La bonne nouvelle vient en revanche des jeunes diplômés, qui ont été les plus nombreux à retrouver le chemin de l'entreprise depuis un an. Le chômage des moins de 25 ans (catégorie A) a baissé en effet de 2,5 % au cours des douze derniers mois en Midi-Pyrénées et de 0,4 % entre octobre et novembre 2015. Les hommes en profitent particulièrement (3,1 % de demandeurs d'emploi en moins dans cette catégorie en un an et 1,3 % de moins rien qu'entre octobre et novembre). Ils sont suivis par les femmes de moins de 25 ans (- 1,8 % inscrites parmi les demandeuses d'emploi). Un signe de dynamisme du marché du travail.

 

Aveyron et Tarn-et-Garonne, les plus touchés

Les différents départements du territoire Midi-Pyrénées ne sont pas tous égaux face au chômage... C'est dans les Hautes-Pyrénées que le nombre de demandeurs d'emploi de la catégorie A a le moins progressé en un an (+ 1,5 %).

À l'inverse, les départements de l'Aveyron (+ 6,7 %) et du Tarn-et Garonne (+ 5,7 %) affichent les plus mauvais résultats, suivis par le Gers (+ 4,9 %) et le Lot (+ 3,1%). Sur la même période, en Ariège, le nombre de demandeurs d'emploi a progressé de 2,7 % et de 2,5 % en Haute-Garonne.

Le chômage de longue durée est un autre indicateur important et sur ce point, les résultats de Midi-Pyrénées sont meilleurs qu'au niveau national. Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle Emploi depuis plus d'un an a progressé de 1,7 % dans la région contre 1,9 % au niveau national.

 

89 % des offres d'emploi dans le tertiaire

Cette étude renseigne aussi sur le marché du travail. Ainsi, 119 456 offres ont été enregistrées par Pôle Emploi depuis début 2015, soit une progression de 2,7 %.

89 % de ces offres concernent le secteur tertiaire (en hausse de 3,5 %). 3 % des offres concernent le secteur de la construction (en hausse de 0,6 %), 6 % des offres les métiers de l'industrie (en baisse de 2,4 %) et 2 % le secteur de l'agriculture (en forte baisse de 17,9 %).

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Cadres : 800 offres d'emploi au salon de Labège

Cadres : 800 offres d'emploi au salon de Labège | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Des ingénieurs, des informaticiens et des commerciaux : le profil du marché de l'emploi des cadres n'a pas varié cette année en Haute-Garonne et c'est bien ce panel d'offres que l'on retrouvera demain lors du traditionnel salon qu'organise l'Agence pour l'emploi des cadres, à Diagora Labège, de 9 heures à 18 heures. Seule différence, le salon, qui se tient traditionnellement en avril, a été repoussé à la demande des entreprises qui préféreraient recruter durant l'automne.

  

Comme l'an dernier, quelque 800 offres d'emploi devraient être proposées par les 19 exposants. Des offres à pourvoir sur le champ ou dans les mois qui viennent. Sociétés de services, de l'aéronautique et informatique, et de la grande distribution attendent donc des candidats, cadres débutants comme en reconversion. Capgemini, Assystem, Conforama, Lidl... sont présents au salon.

Le taux de chômage de 4,1% pour les cadres en Midi-Pyrénées montre, si besoin était, que notre région est une des plus dynamiques de France, pour cette catégorie de salariés. Le volume d'offres d'emploi proposées correspond aux prévisions qu'avait annoncées l'APEC, à savoir une tendance positive sur le marché de l'emploi cadres, souligne Jean-Sébastien Fiorenzo, un des responsables de l'APEC.

  

Ce salon offre aussi la possibilité aux visiteurs de recueillir des conseils dans nombre de domaines. On retrouve les ateliers classiques d'environ une heure sur le CV, la lettre de motivation, le bilan de compétence, les réseaux sociaux... Des conférences sont aussi programmées sur le marché de l'emploi et les perspectives de recrutement. Enfin, des rencontres en tête à tête avec un conseiller de l'APEC sont également proposées.

L'an dernier, 1 800 personnes avaient fréquenté le salon. Il est conseillé de venir tôt de préférence, muni d'un CV. Pour ceux qui n'ont pas ciblé une entreprise, le passage par la case conseil est recommandé. Il est nécessaire de s'inscrire sur toulouse.salons.apec.fr.


J.-N. G
Jacques Le Bris's insight:

CENTRE DE CONGRÈS ET D'EXPOSITION DIAGORA


LE 06 octobre de 9h00 à 18h00

METRO LIGNE B + BUS 79
Prendre le métro ligne B en direction de Ramonville (terminus) - fréquence 1,20 mn.
A Ramonville, bus 79, arrêt De Gennes devant DIAGORA. Fréquence 20 mn.

De la station Jean-Jaurès à Toulouse, accès environ 40 mn.


Inscription :

http://toulouse.salons.apec.fr/pages/inscription


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Twitter, l'outil incontournable de la recherche d'emploi ?

Twitter, l'outil incontournable de la recherche d'emploi ? | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Le 24 février dernier a eu lieu sur Twitter la première journée européenne de l'emploi. Entreprises et candidats étaient donc invités à se retrouver pour organiser le plus grand salon virtuel de l'emploi avec un hashtag commun à tous #votrejob .


 Que vous soyez enthousiastes, dubitatifs ou encore "anti", faisons le point sur l'utilisation de Twitter pour trouver un job..

 

Twitter, c'est pour les jeunes …

.

.."Déjà que je ne comprenais rien à Facebook et bien aujourd'hui le consultant de l'Apec me dit qu'il me faut un compte twitter.... Franchement je suis trop vieux pour ce genre de c....... ". Twitter est un outil actuel, un canal de communication, comme les autres, comme le papyrus en son temps ou le bon vieux journal. Bon d'accord, Michel Serres pourrait me tirer les oreilles car il explique très bien dans une de ses conférences visualisable en ligne que l'unité de temps et de lieu ont été bouleversés depuis 2000 ans. L'unité de temps est devenue l'unité de l'instantanéité. Le règne de l'information immédiate..Que l'on soit jeune ou vieux, que l'on soit d'accord ou non, aujourd'hui Twitter fait partie de l'écosystème emploi..

 

Twitter, je sais pas à quoi cela sert ...

.

.Avant de se lancer dans une carrière de twittos averti, la première utilisation indispensable de Twitter, c'est la collecte d'information. On nous rebat les oreilles avec le concept de l'infobésité. Oui Twitter peut carrément nous donner une indigestion d'informations. Comme tout outil, sa bonne maîtrise permettra à chacun de mettre en place un plan de veille digne de ce nom dans le cadre de son métier ou de son secteur d'activité..Mais alors où sont passés mes flux RSS ??? Mes quoi ? La réponse est dans la question. Le flux RSS permet d'obtenir toute l'information sur un sujet en temps réel. Mais l'appropriation des outils de flux n’ont jamais vraiment pris. Alors oui, à mon avis (même si les puristes me contrediront) j'estime que Twitter a supplanté (et enterré) les flux RSS..

 

Twitter, c'est un site emploi alors?
 

.2015 va être une année décisive pour Twitter et les offres d'emploi. De plus en plus d'entreprises, de cabinets et de sites emploi diffusent leurs offres sur Twitter. Mais pourquoi ? Pour augmenter l'audience de leurs offres et apporter des contacts potentiels avec des candidats qui ne postuleraient pas par exemple sur le site carrière de l'entreprise. Bref, des recruteurs un peu plus ouverts que la moyenne. Et vous voudriez les éviter ?.Twitter, c'est un lieu où l'on trouve des offres d'emploi mais c'est surtout un lieu de connexion..

 
 
Twitter, le lieu "meetic" de la mise en relation
 

.C'est ce que voudraient tous les recruteurs, tous les candidats (et Twitter  ). En créant un évènement européen Twitter rêve de réaliser là où tous les autres ont échoué. Un lieu d'échange et de discussion entre des recruteurs prêts à jouer le jeu et des candidats qui attendent, éperdument pour certains, des entretiens de recrutement pour défendre leurs chances. Alors les 32000 tweets échangés au cours de cette journée ont débouché sur combien de recrutements ?.


 

Alors et vous ? Etes vous #votrejob #emploi #recrutement #Apec1erjob ou #jemepassedetwitter ?.

Jacques Le Bris's insight:



[NDC] : Il y a 6 ans, je préconisais déjà cet outil à mes amis cadres pour affirmer leur leadership et compléter leur recherche d'opportunités de carrière.

more...
No comment yet.