La lettre de Toul...
Follow
Find tag "Malvy"
15.4K views | +12 today
La lettre de Toulouse
Quelques informations sur l'immobilier à Toulouse
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

"Le CEA Tech s’installera à Labège, c’est 5 fois moins cher qu’à Montaudran", interview de Martin Malvy

"Le CEA Tech s’installera à Labège, c’est 5 fois moins cher qu’à Montaudran", interview de Martin Malvy | La lettre de Toulouse | Scoop.it


Martin Malvy


Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies renouvelables (CEA Tech) s’implantera sur le Sicoval, annonce cette semaine le président de Midi-Pyrénées Martin Malvy. Alors que Montaudran avait été pressenti pour accueillir la plateforme technologique, le financement et le calendrier ont fait pencher la balance en faveur de Labège. La Région va ainsi se porter acquéreur de 10.000 m2 sur le site Innométro pour un début des travaux en 2017. Explications du président du Conseil régional de Midi-Pyrénées, Martin Malvy.

Pourquoi avoir choisi le Sicoval pour implanter le CEA Tech, alors que Montaudran partait favori ?
Plusieurs pistes étaient envisagées depuis 2012 : Montaudran, l’Oncopole, Labège-Innopole, à côté du lycée Gallieni route d’Espagne… C’est le calendrier qui a aidé à prendre une décision. En effet, nous devons aller vite car le CEA est pressé. Il ne bénéficie d’aucun financement de l’État et doit donc être rapide, pour séduire des partenaires privés. Ce calendrier est incompatible avec la Zac de Montaudran, qui n’est toujours pas actée. À cela s’est ajoutée une dimension "coûts" : les terrains de Labège reviennent 5 fois moins chers qu’à Montaudran, par les temps qui courent ce n'est pas négligeable. Ils sont déjà connectés avec les réseaux et il y a des parkings existants. Le coût de réalisation est donc nettement inférieur. Enfin, il y a, à proximité, Diagora, l’INPT, la Tic Valley, Prologue Biotech, des hôtels et des restaurants, etc.

Est-ce que le CEA Tech viendra même si le métro n’arrivait pas jusqu’à Labège ?
Le problème n’a pas été soulevé par le CEA Tech. Le choix est clair. Labège est à côté des entrées d’autoroutes.

C’est une mauvaise nouvelle pour le quartier Montaudran ?
Ce n’est pas une compétition Labège / Montaudran. Le calendrier est serré, Bordeaux et Nantes accueillent également des plateformes régionales du CEA Tech, je ne veux pas que Toulouse soit en retard. Et puis Montaudran a été lancé avant même qu’on envisage d’accueillir le CEA Tech à Toulouse. Le site sera convoité quand il sera opérationnel. Pour le moment, nous n’allons pas raisonner en disant : "il faut différer de 2 ou 3 ans l’arrivée du CEA Tech pour aider Montaudran".

Le CEA Tech devait s’installer à coté de l’IRT, ce ne sera finalement pas le cas…
Cela n’aura pas de conséquences, en tout cas le CEA Tech n’a pas estimé que ce serait un problème. Je rappelle que le CEA Tech n’a pas de vocation aéronautique. C’est justement là son avantage, il est pluridisciplinaire (lire notre article, NDLR). La volonté d’implanter le CEA Tech à Toulouse répond à un besoin de diversification de l’économie régionale.

C’est donc la Région qui se porte acquéreur des terrains du Sicoval ?

En effet, la Région Midi-Pyrénées souhaite se porter acquéreur de 10.000 m² de droits à construire sur le site d'InnoMétro. Il y aura trois phases de travaux de 8 M€ chacune : 2017-2018-2020. Puis une 4e tranche aura lieu plus tard, pour un montant total de 32 M€ investi par la Région. C’est l’occasion de montrer que les régions sont porteuses d’initiatives ! Le Sicoval et la Région Midi-Pyrénées devraient être en mesure de signer un protocole de réservation de terrain avant l’été, en attendant la signature d’un contrat de cession que je souhaite proposer au vote de la Commission permanente avant la fin de l’année. La Région apportera le foncier et assurera via la SPL "Midi-Pyrénées construction" la maîtrise d’ouvrage des bâtiments, de la voierie et réseaux divers, pour un montant estimé à 16 M€.

Où en est le CEA Tech à l’heure actuelle ?
Plusieurs laboratoires et entreprises sont intéressés pour travailler avec le CEA Tech, mais leur noms sont gardés confidentiels. Depuis un an, le CEA Tech a rencontré plus de 150 PME et ETI de la région, 20 contrats de recherche avec des PME ont été signés. À terme, 100 emplois seront créés d’ici 2017 et 300 chercheurs travaillerons sur le site d’ici 2020 : cela peut paraître ambitieux mais c’est ce qui a été fait à Chambéry avec Savoie Technolac, technopole spécialisé dans le solaire et l’éco-industrie, lancé par le CEA en 2005.

Propos recueillis par Sophie Arutunian
© photo Rémi Benoit

En savoir plus :
Le projet de création par le CEA d’une plateforme régionale de recherche technologique est né d’une volonté commune de la Région Midi-Pyrénées et du CEA, d’approfondir des contacts initiés depuis plusieurs années et de permettre ainsi à un large spectre d’entreprises implantées en Midi-Pyrénées de bénéficier des technologies génériques développées par l’ensemble du CEA. Tous les types d’entreprises sont concernés – PME, ETI, jeunes entreprises innovantes – ainsi que tous les secteurs industriels.
La Plateforme Midi-Pyrénées aura notamment pour missions de favoriser et réaliser des projets de recherche communs en partenariat avec des industriels et des laboratoires publics de la région Midi-Pyrénées, et d’associer les organismes de recherche publique présents sur site en fonction des besoins industriels.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Banque publique d'investissement, le comité régional d’orientation créé dans quelques semaines

Banque publique d'investissement, le comité régional d’orientation créé dans quelques semaines | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Martin Malvy, le président du conseil régional, Laurent de Calbiac, directeur d'Oséo Midi-Pyrénées et futur directeur de la BPI et Henri-Michel Comet, préfet de région.

La réunion de préfiguration du comité régional d’orientation de la Banque publique d'investissement (BPI) a eu lieu mardi. Martin Malvy, le président du conseil régional, Henri-Michel Comet, préfet de région et Laurent de Calbiac, directeur d'Oséo Midi-Pyrénées et futur directeur de la BPI, ont précisé les modalités de mise en place de ce nouvel outil de financement et de développement des entreprises.

Le comité régional de la BPI a tenu mardi une première réunion, avant la fusion officielle d'Oséo, CDC Entreprises, FSI et FSI Régions. La banque publique d’investissement (BPI) fait partie des 35 mesures du pacte de croissance et de compétitivité. Cet outil permettra de soutenir les petites et moyennes entreprises, les entreprises de tailles intermédiaires et les entreprises innovantes.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Rapprochement acté pour Bpifrance et la région Midi-Pyrénées

Rapprochement acté pour Bpifrance et la région Midi-Pyrénées | La lettre de Toulouse | Scoop.it

La convention a été signée dans les locaux de Laselec, "entreprise emblématique" aussi bien pour la Région que pour Bpifrance qui participent conjointement à son accompagnement financier.


La banque publique dédiée au financement des entreprises et la région Midi-Pyrénées s'engagent à créer les conditions de la croissance économique du territoire en collaborant toujours plus étroitement. Au programme : services de proximité et dispositifs adaptés aux besoins des entreprises.

La Région Midi-Pyrénées et Bpifrance ont concrétisé le rapprochement de leurs outils de financement et d’accompagnement des entreprises avec la signature d’une convention ce jeudi « visant à renforcer leur action conjointe au service de la compétitivité économique de la région » selon le communiqué officiel. L’idée principale consiste pour les entreprises en la simplification de la procédure pour l’accès au soutien financier des deux institutions. Martin Malvy, le président de la région, a souligné que la « rapidité dans l’instruction des dossiers et la prise de décision du financement au niveau régional », inscrite dans les accords, doivent performer le tissu économique du territoire.

Pour Laurent de Calbiac, directeur régional de Bpifrance, cette convention est l’occasion de redynamiser les partenariats entre les différents acteurs publics du financement. Car depuis 15 ans, les deux institutions, au gré des appellations successives de Bpifrance, ont largement collaboré en Midi-Pyrénées. Désormais, la nouvelle structure publique permet « d’imbriquer les différents partenaires », comme le souhaitaient les pouvoirs publics à la création de la banque publique de financement des entreprises à l’été 2013. Et donc d’intensifier les échanges, notamment grâce au CRO (Comité régional d’orientation) qui les réunit.

Des services de proximité plus agiles pour soutenir les entreprises

Un tel rapprochement des compétences et savoir-faire de chacun concernant l’accompagnement au développement des entreprises doit voir progresser leur nombre et l’enveloppe globale qui leur sera destinée. Déjà, pour 2013, 3700 entreprises midi-pyrénéennes ont bénéficié des services de Bpifrance, en hausse de 5%, pour une prise de risque de 630 millions d’euros par la nouvelle entité, en progression de 7%. Ce sont ainsi 1,3 milliard d’euros de financement public et privé qui ont pu être dispatchés grâce aux moyens supplémentaires (+ 30 % précise Laurent de Calbiac) accordés à la banque publique.

L’innovation et l’export, le soutien aux fonds propres, sont éligibles aux aides proposées. Pour l’année en cours, les volumes du nombre d’entreprises bénéficiaires comme des financements devraient encore augmenter d’autant que Bpifrance dorénavant « propose tous [ses] services à la Région » fait observer M.de Calbiac.

La Région et Bpifrance s’engagent à mettre en cohérence tous leurs outils. La Région qui prône l’adaptation des dispositifs aux besoins des entreprises « et non l’inverse » stipule Martin Malvy, entend que Bpifrance puisse procéder de même. L’agilité vaudrait alors aussi pour les institutions.
Nathalie Malaterre

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Martin Malvy réclame une "réforme urgente de l'État"

Martin Malvy réclame une "réforme urgente de l'État" | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Le président de la Région Midi-Pyrénées a réuni la presse ce lundi pour exprimer ses vœux. Il estime que 2013 sera "l’année de la réforme de l’État" et a réaffirmé que la Région a, selon lui, vocation à assumer de nouvelles compétences, notamment au niveau économique. Martin Malvy a également rappelé que le budget 2013 est "difficile".


Après avoir très brièvement balayé l’actualité nationale (soutien à l’opération militaire en cours au Mali et au projet de mariage pour tous), Martin Malvy a clairement positionné son discours de vœux sous le signe de la réforme de l’État et de ses institutions. "Une réforme que nous espérons conforme aux engagements du président de la République malgré les lobbyings et la frilosité de l’administration centrale, affirme Martin Malvy. Il y a un besoin urgent d’une réforme des institutions qui composent l’État."


"Ce n’est pas le bal des égos"

(...)

 

more...
No comment yet.