La lettre de Toul...
Follow
Find tag "Formation"
19.8K views | +0 today
La lettre de Toulouse
Quelques informations sur l'entreprise et l'immobilier à Toulouse
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Formation professionnelle : quels sont vos nouveaux droits ?

Formation professionnelle : quels sont vos nouveaux droits ? | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Entrée en vigueur le 1er janvier, la réforme de la formation professionnelle crée de nouveaux droits pour les salariés et les demandeurs d'emploi. CPF, CEP, entretien professionnel… tour d'horizon des outils au service de votre évolution de carrière.

 

Du système de financement à la définition des cursus qui pourront être financés, en passant par les dispositifs, les critères d’accès… tout ou presque change ! « Il s’agit d’une réforme de fond, politique et sociétale, un changement total de paradigme », estime Olivier Gérard, directeur de l’Agefos PME Midi-Pyrénées. La réforme de la formation professionnelle, entrée en vigueur le 1er janvier 2015, instaure ainsi de nouveaux droits pour les actifs, mais restreint dans le même temps l’éventail des formations éligibles. Les fonds étant réorientés en priorité vers la qualification et la certification.

 

Un CPF tout au long de la vie

Toute personne possède par exemple d’un Compte personnel de formation (CPF) désormais. Actif dès l’entrée dans le monde du travail (à partir de 16 ans) et jusqu’à l’âge de la retraite, il permet de cumuler 24 heures par an (dans le cas d’un temps complet), jusqu’à l’acquisition d’un total de 120 heures de crédit, puis 12 heures par an dans la limite de 150 heures. Il pourra par ailleurs être abondé par l’entreprise ou un Opca. Géré par la Caisse des dépôts et consignation, il remplace ainsi le Droit individuel à la formation qui, lui, était étroitement lié au contrat de travail. Les heures acquises au titre du DIF restent toutefois utilisables (jusqu’au 1er janvier 2021), mais selon les règles du CPF. En clair, seules des formations favorisant l’accès à la qualification / certification pourront être financées !

La loi instaure également une nouvelle prestation gratuite : le Conseil en évolution professionnelle (lire notre « Zoom »). Il sera aussi question d’évolution lors de l’entretien professionnel, une obligation à laquelle devront satisfaire les entreprises tous les deux ans. Moins fréquent (tous les six ans), mais obligatoire lui aussi, le récapitulatif du parcours professionnel. L’entreprise devra alors justifier que chaque salarié a bénéficié d’une formation au moins, et d’une augmentation de salaire ou d’une évolution de poste. Sans quoi elle sera sanctionnée…

 

Des dispositifs élargis

Mais la réforme ne se limite pas à créer de nouveaux outils. Elle élargit également les contours de dispositifs existants. Des dispositifs qui ont fait leur preuve, à l’instar de l’alternance. Afin de sécuriser les parcours des alternants, le contrat d’apprentissage pourra être conclu à durée indéterminée, tandis que le tutorat devient obligatoire pour tous les contrats de professionnalisation. La réforme a par ailleurs modifié la durée et la nature des formations accessibles en périodes de professionnalisation (70 heures minimum, qualifiantes, certifiantes…), et élargi son public aux salariés en CDI, en contrat unique d’insertion (CUI) ou en CDD d’insertion. Jusqu’alors réservée aux demandeurs d’emploi, la Préparation Opérationnelle à l’emploi est étendue aux salariés en CDD d’insertion ou en contrat unique d’insertion, l’employeur s’engageant alors à maintenir leur rémunération. La réforme tend enfin à faciliter l’accès à la Validation des acquis de l’expérience (VAE). Aux personnes faiblement qualifiées, qui pourront suivre des périodes de formation initiale ou continue en milieu professionnel, mais encore aux salariés en CDD, qui pourront plus facilement accéder au Congé VAE.


Ingrid Lemelle

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Formation : des dispositifs centrés sur l'employabilité en Midi-Pyrénées

Formation : des dispositifs centrés sur l'employabilité en Midi-Pyrénées | La lettre de Toulouse | Scoop.it
État, Région, Opca, Pôle emploi, établissements publics et privés, entreprises… tous les acteurs de l'emploi et de la formation tendent aujourd'hui vers un même objectif : combiner formation et insertion.

 

La réforme de la formation professionnelle, les contrats aidés, le « Plan 100.000 formations » pour les demandeurs d’emploi, les dispositifs issus de la loi sécurisation de l’emploi… tout concourt aujourd’hui à rapprocher la formation au monde du travail. Et à en faciliter l’accès à ceux qui en ont le plus besoin.

240 millions d’euros affectés aux contrats aidés

Deux ambitions au cœur du « Plan 100.000 », lancé par le gouvernement à l’issue de la conférence sociale de juin 2013. Ce plan de formation prioritaire pour l’emploi vise, d’un côté, les chômeurs (la moitié des demandeurs d’emploi de la région Midi-Pyrénées possède un niveau inférieur ou équivalent au Bac). De l’autre, les offres d’emploi non pourvues (estimées à environ 6.000 dans la région). L’État et ses partenaires (Région, Opca, Pôle emploi…) assumant le coût des cursus jugés efficaces et pertinents au regard des besoins de chaque territoire.
Autres outils de la politique de l’emploi, les contrats aidés. Assortis pour la plupart d’une obligation de formation, ils s’adressent là encore aux plus fragiles : jeunes peu qualifiés, demandeurs d’emploi de longue durée, en situation de handicap, seniors… Rejoints depuis la fin 2012 par les emplois d’avenir, les contrats de génération, puis les emplois francs, les contrats d’accompagnement dans l’emploi (CAE) et contrats initiative emploi (CIE) ont également permis à des milliers de personnes d’accéder à un emploi l’année dernière, dans la région. Et à une formation ! Soit un « coup de pouce » de l’État de 240 millions d’euros.

Former ne suffit plus

Si l’alternance a perdu du terrain l’année dernière, apprentissage et contrats de professionnalisation continuent, eux aussi, à faire partie des priorités des politiques de l’emploi. État et Région ont affecté 100 millions d’euros à leur développement d’ici à 2015 en Midi-Pyrénées. Le principe même de l’alternance s’inscrit en effet dans cette volonté de connecter la formation au marché du travail, en combinant des périodes d’emploi en entreprise et des sessions en centre de formation. Un modèle qui a fait ses preuves (80% de taux d’insertion en moyenne), mais avec toutefois des résultats très variables selon les diplômes préparés, les organismes, l’accompagnement proposé… L’objectif de la réforme de l’apprentissage tend justement vers plus d’efficacité. Dans les établissements publics et privés aussi, un mouvement semble s’être engagé. « Nous avons une mission d’insertion, vers l’emploi mais également dans l’emploi, qui nous a par exemple conduit à mettre en place les « Mercredis de l’alternance » au sein des Greta, notre objectif étant d’accompagner le public à chaque étape de son projet professionnel », indique Jean-Louis Bonevie, directeur technique du Greta de Toulouse. Ailleurs, ateliers de techniques de recherche d’emploi, rencontres professionnelles et autres job dating se multiplient aussi pour lever les derniers freins à l’insertion.

Une façon de rappeler que la formation constitue un préalable pour décrocher un emploi (lire ci-dessous), si, et seulement si, elle correspond aux besoins du marché. Et d’inciter les candidats à bien s’informer sur les opportunités avant de s’engager…
Ingrid Lemelle

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les points clés de la réforme

Les points clés de la réforme | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Une réforme « de fond, politique et sociétale », un « changement total de paradigme ». C'est en ces termes que le directeur de l'Agefos PME Midi-Pyrénées a introduit, la semaine dernière, sa présentation de la réforme de la formation professionnelle à la CCI Midi-Pyrénées.


Depuis quelques semaines, l’Agefos PME Midi-Pyrénées multiplie les réunions d’informations relatives à la réforme de la formation professionnelle. D’autres, plus thématiques, se succèderont jusqu’à la fin de l’année, l’objectif étant d’aider les entreprises à s’approprier les nombreuses évolutions initiées par la loi du 5 mars 2014. D’ici la fin septembre, une trentaine de décrets doivent en effet préciser certaines modalités d’application. « Une reprise globale du système », selon le directeur de l’Agefos PME Midi-Pyrénées, Olivier Gérard, qui suscite de nombreuses interrogations et inquiétudes parmi les entreprises, mais également les organismes de formation. Du système de financement de la formation professionnelle, à la définition même des cursus qui pourront être financés, en passant par les dispositifs, tout ou presque va certes changer ! Premier tour d’horizon des principales évolutions.

Le Compte personnel de formation

A compter du 1er janvier 2015, toute personne bénéficiera d’un Compte personnel de formation (CPF) ouvert à partir de ses 16 ans. Géré par la Caisse des dépôts et consignation, il permettra de cumuler 24 heures par an (dans le cas d’un temps complet) jusqu’à l’acquisition d’un total de 120 heures de crédit, puis 12 heures par an dans la limite de 150 heures.
Le CPF remplace ainsi le Droit individuel à la formation, les heures acquises au titre du DIF restant toutefois utilisables (dans la limite du 1er janvier 2021) selon les règles du nouveau CPF. En clair, seules pourront être financées des formations favorisant l’accès à la qualification !

Le Conseil en évolution professionnelle

La loi instaure instaure une nouvelle prestation, gratuite et mise en oeuvre par le Fongecif, Pôle emploi, l’Apec, les Missions locales, les Cap emploi ou des opérateurs désignés par les Régions : le Conseil en évolution professionnelle. Son objectif, accompagner l’évolution des bénéficiaires, en lien avec les besoins économiques du territoire. Son contenu sera précisé prochainement.

L’entretien professionnel

Toutes les entreprises devront désormais organiser, tous les deux ans, un entretien professionnel avec chacun de leurs salariés, afin d’examiner leurs perspectives d’évolution. Elles auront en outre l’obligation de réaliser, tous les 6 ans, un état des lieux récapitulatif écrit de leur parcours : actions de formation suivies, certifications acquises, progressions salariales ou professionnelles obtenues…
Une nouvelle obligation assortie de sanctions pour les entreprises de 50 salariés et plus qui n’auraient pas réalisé ces entretiens et fait bénéficier leurs salariés d’au moins deux des trois mesures visées par le dispositif.

L’alternance

Les modalités de financement vont changer, mais pas que.
Le contrat d’apprentissage pourra ainsi être à durée indéterminée, la loi affirmant en outre le principe de gratuité de l’apprentissage pour les apprentis.
Le tutorat devient également obligatoire pour tout contrat de professionnalisation.
Quant aux périodes de professionnalisation, la loi modifie les formations réalisables (qualifiantes, certifiantes…), ainsi que le public bénéficiaire, élargi aux salariés en CDI, en contrat unique d’insertion (CUI) ou en CDD d’insertion.

La Préparation opérationnelle à l’emploi

Jusqu’alors réservée aux demandeurs d’emploi, la Préparation Opérationnelle à l’emploi est étendue aux salariés en CDD d’insertion ou en contrat unique d’insertion, l’employeur s’engageant alors à maintenir la rémunération du salarié.

Le Contrat de génération

Conditionnée, pour les entreprises de 50 à 300 salariés, à l’élaboration d’un accord ou d’un plan d’action, l’aide associée au contrat de génération peut désormais être sollicitée sans transmission préalable dudit accord ou plan. Attention, les entreprises n’en sont pas pour autant dispensées. Elles bénéficient juste d’un délai !
Conclu dans l’optique d’une transmission d’entreprise de moins de 50 salariés, le contrat de génération est par ailleurs élargi aux jeunes âgés de moins de 30 ans (contre 26 ans jusque là).

La Validation des acquis de l’expérience

Afin de favoriser le développement de la Validation des acquis de l’expérience (VAE), notamment parmi les personnes faiblement qualifiées, la loi prévoit des « périodes de formation initiale ou continue en milieu professionnel, suivies de façon continue ou non par les personnes n’ayant pas atteint le niveau V de qualification ».
Les conditions d’accès au « congé VAE » devrait également être assouplies pour les salariés en CDD.
Ingrid Lemelle

Jacques Le Bris's insight:

A noter ! Le 17 juillet prochain, l’Agefos PME Midi-Pyrénées organisera une réunion d’informations spéciale Experts comptables à 17h au Belvédère à Toulouse.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

L'alternance, une priorité du Medef et de la CCI Midi-Pyrénées

L'alternance, une priorité du Medef et de la CCI Midi-Pyrénées | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Pour promouvoir l’alternance dans la région, le Medef et la CCI Midi-Pyrénées ont décerné pour la troisième année consécutive les trophées de l’alternance. Le Medef a également créé dans cet objectif le premier serious game dédié à ce sujet. Cette expérience originale et novatrice est expérimentale dans la région.

 

Afin de mettre en avant les entreprises qui accueillent et forment via l’alternance, le Medef Midi-Pyrénées et la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Midi-Pyrénées ont décerné, le 29 novembre dernier, les troisièmes trophées de l’alternance. Dix entreprises de la région ont ainsi été récompensées dans trois catégories : petites, moyennes et grandes entreprises.

 

 (...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

L'ECA s'anime à Toulouse

L'ECA s'anime à Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it

C’est une figure du cinéma d’animation français. Elle a l’expérience du monde de la formation. René Borg et Christine Barthes s’apprêtent à ouvrir l’Ecole de cinéma d’animation (ECA) de Toulouse. Un organisme qui s’adossera à l’expertise de professionnels venus du monde entier pour préparer jeunes et moins jeunes aux métiers du cinéma d’animation.

 

Midi-Pyrénées se fait progressivement sa place dans le secteur du cinéma d’animation. TAT Productions, Xbo Films ou encore Le-Lokal Production sont en effet des sociétés régionales aujourd’hui largement reconnues par les professionnels. Quant au Cartoon Forum, originellement itinérant, il a choisi de poser ses valises à Toulouse pour les trois prochaines années (la 23ème édition réunira plus de 700 professionnels européens du 11 au 14 septembre). Un autre évènement pourrait bien compter dans l’élaboration de cette nouvelle "spécificité régionale" : l’ouverture dans quelques semaines de l’ECA, l’Ecole de cinéma d’animation de Toulouse.

(...)

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Airbus veut booster l’alternance

Airbus veut booster l’alternance | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Sur la photo : Le 2 février 2012 à Toulouse. Nadine Morano, ministre chargée de l’Apprentissage et de la Formation professionnelle, et Fabrice Brégier, directeur général délégué d’Airbus et président de Airbus Opération, lors de la signature de la convention visant à augmenter le nombre de contrats en apprentissage. DR.

 

En 2011, Airbus a formé en France près de 600 alternants (+ 40% par rapport à 2010) et devrait d’ici 2014 en accueillir 700, pour atteindre progressivement l’objectif final de 1.100 alternants.
Après la convention en faveur de l’apprentissage signée jeudi dernier entre Fabrice Brégier, le futur CEO d’Airbus et Nadine Morano, ministre de l’Apprentissage, et dans le cadre du « pacte PME », Airbus s’est engagé à assurer l’ensemble des formations pour répondre aux besoins d’Airbus et de ses partenaires. « En revanche, les jeunes qui intègreront le Lycée Airbus devront comprendre dès leur arrivée, qu’au terme de leur formation, leur diplôme en poche, ils ne seront pas uniquement recrutés par Airbus », explique Thierry Baril, directeur des ressources humaines d’Airbus.
A Toulouse, le Lycée Airbus forme quelque 300 élèves par an, dont une centaine sort chaque année diplômée (Bac pro, BTS). Dans les prochaines années Airbus prévoit d’augmenter de 70% sa capacité de formation au lycée d’Airbus.

 

6.000 emplois créés d’ici deux ans en Midi-Pyrénées

L’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM) de Midi-Pyrénées estime que l’aéronautique créera 6.000 emplois en deux ans dans la région, déplorant toutefois la pénurie de main-d’oeuvre qualifiée notamment dans les métiers de chaudronnier, soudeur et mécanicien, mais aussi d’ingénieur.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

L'Institut aéronautique et spatial se restructure pour conquérir les pays émergents

L'Institut aéronautique et spatial se restructure pour conquérir les pays émergents | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Pierre Valenti, directeur général de l'IAS  

 

L'Institut aéronautique et spatial (IAS), basé à Toulouse, est en pleine restructuration. Malgré une diminution de ses subventions de 20 % et un chiffre d’affaires prévisionnel en baisse, l'agence de formation créée par le Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales (Gifas), multiplie les nouveaux contrats et annonce vouloir cibler davantage de pays émergents. À la tête de l'association depuis janvier 2014, Pierre Valenti est optimiste.

(...)


Jacques Le Bris's insight:

En savoir plus
Créé en janvier 1980 par le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (GIFAS), l'Institut aéronautique et spatial (IAS) est l'agence de formation continue de la filière industrielle aéronautique et spatiale française.
-    3500 personnes ont été formées à ce jour par l’IAS à travers 101 pays
-    L’IAS compte 14 salariés
-   L’IAS affiche un portefeuille de clients excédant les 150 noms, tous reconnus comme des acteurs majeurs du secteur aéronautique et spatial dans leurs pays respectifs
-    CA 2013 : 3,6 M€
Site internet : info@inst-aero-spatial.org - www.inst-aero-spatial.org

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Quelles sont les formations financées par Pôle emploi Midi-Pyrénées ?

Quelles sont les formations financées par Pôle emploi Midi-Pyrénées ? | La lettre de Toulouse | Scoop.it


En 2013, les demandeurs d'emploi ont bénéficié de 7.000 actions de formations en Midi-Pyrénées. Un nombre croissant sous l'effet du « Plan 100.000 », mais aussi de l'implication de nombreux acteurs. Le point sur les formations "prioritaires" en Midi-Pyrénées.




Frédéric Toubeau, vous êtes le directeur de Pôle emploi Midi-Pyrénées, pouvez-vous nous rappeler quels sont les différents dispositifs de formation accessibles aux demandeurs d’emploi ?
Il en existe plusieurs qui s’inscrivent dans le cadre d’actions collectives ou individuelles. Aide individuelle à la formation (AIF), Action de formation préalable au recrutement (AFPR), Préparation opérationnelles à l’emploi (POE)… chaque dispositif est finalement fonction du projet et du profil du demandeur d’emploi. Leur point commun est de viser le retour à l’emploi via des parcours certifiants, voire qualifiants. Avec succès, le taux de sortie positive étant de l’ordre de 70 à 80% dans le cas des AFPR et des POE.

L’offre a-t-elle beaucoup évolué ces dernières années ?
Le « plan 30.000 », aujourd’hui « 100.000 », a en effet permis de former davantage de demandeurs d’emploi, mais au-delà du volume, il a surtout contribué à réunir autour d’une même table tous les acteurs du financement (État, Région, OPCA et bien sûr Pôle emploi) et les organisations patronales et syndicales, ce qui nous a permis de définir précisément les besoins. C’est à partir de ce diagnostique partagé que nous avons ensuite listé les 50 métiers pour lesquels il existe de réelles opportunités en Midi-Pyrénées, et engagé des actions sur 77 formations prioritaires, quitte à ce que celles-ci coûtent cher…

Quelles sont plus précisément ces formations, et comment s’organisent-elles ?
Le but étant qu’elles permettent au demandeur d’emploi de retrouver rapidement du travail, elles sont liées aux secteurs pour lesquels nous enregistrons un volume d’offres important en Midi-Pyrénées : commerce, industrie, hôtellerie restauration, services à la personne… Une liste accessible auprès de tous les conseillers de Pôle emploi. Selon le profil, les besoins et les débouchés, l’action peut ensuite être inférieure à 400 heures, notamment lorsqu’il s’agit d’une simple adaptation au poste de travail, ou supérieure. Mais la formation peut également être bien plus longue, dans le cas d’une reconversion professionnelle. Au métier de boucher, boulanger ou d’aide-soignant par exemple. Elle est alors prise en charge par le Conseil régional.

A ce propos, certaines formations sont financées par Pôle emploi, d’autres par la Région, d’autres encore par les OPCA… n’est-ce pas un peu compliqué pour le demandeur d’emploi ?
Pour plus de lisibilité, nous avons initié une simplification avec le Conseil régional, Pôle emploi prenant en charge les formations inférieures à 400 heures, tandis que la Région finance celles de plus de 400 heures. Mais le plus important, quelles que soient les modalités de la formation ou son financement, c’est d’adapter le dispositif au projet du demandeur d’emploi. Et c’est le rôle des prescripteurs de le guider.

Peut-on justement obtenir un financement pour n’importe quel projet de formation ?
Non évidemment, il faut qu’il soit cohérent avec le marché. Si un demandeur d’emploi nous sollicite pour le financement d’une formation au métier de pilote de ligne, il a par exemple peu de chance que nous accédions à sa demande.
Propos recueillis par Ingrid Lemelle

Jacques Le Bris's insight:


Suivre Frédéric Toubeau sur Twitter :

  @TOUBEAUfred

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

TPE-PME : Quelles perspectives d'emploi/formation en Midi-Pyrénées ?

TPE-PME : Quelles perspectives d'emploi/formation en Midi-Pyrénées ? | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Rattrapées. Les entreprises de la région Midi-Pyrénées semblent en effet subir à leur tour de plein fouet le ralentissement économique. Une évolution qui impacte sensiblement leur activité, et par là même leurs perspectives de recrutements. La formation reste en revanche perçue comme un recours aux difficultés. En témoigne le 21ème baromètre Perspectives sur l’emploi et la formation d’Agefos PME, commenté par le directeur régional Olivier Gérard. 


Agefos PME a publié récemment son 21ème baromètre national Perspectives sur l’emploi et la formation dans les TPE-PME, baromètre qui souligne que l’activité 2012 des entreprises a été en nette régression (pour 42% des entreprises interrogées, contre 23% l’année précédente). Qu’en est-il en Midi-Pyrénées ?
La région s’inscrit dans les mêmes tendances. Si les entreprises de Midi-Pyrénées avaient été jusqu’alors relativement préservées par le ralentissement économique, elles sont désormais autant impactées par le fléchissement de la consommation que l’ensemble des PME françaises. Celles des secteurs de l’industrie et des services continuent certes à être en meilleure posture que les autres, mais globalement, les prévisions d’activité pour le 1er semestre 2013 sont peu optimistes…

Quel est l’impact attendu en termes de recrutements ?
Au national comme dans notre région, les intentions d’embauche affichent un retournement de tendance. C’est en effet la première fois depuis la fin 2008 que la proportion d’entreprises qui envisagent de réduire leurs effectifs est supérieure à celles qui prévoient de recruter. Cette tendance est notamment très nette dans le secteur du commerce de proximité en Midi-Pyrénées. Et même dans des secteurs traditionnellement porteurs comme les services à la personne, nous observons un fléchissement de la demande…
Heureusement, sous l’effet de l’aéronautique, les besoins des sous-traitants (industrie et services) demeurent soutenus.

L’investissement formation paraît en revanche préservé…

(...)

more...
No comment yet.
Rescooped by Jacques Le Bris from Jobs'TIC : emploi formation éducation
Scoop.it!

Capgemini ouvre aujourd’hui l’Aero Business School

Capgemini ouvre aujourd’hui l’Aero Business School | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Créée à l’initiative du Comité de Direction de la division Aérospatiale & Défense de Capgemini, l’école accueille une première promotion d’une quarantaine « d’étudiants », fraîchement recrutés.

Former ses jeunes recrues à ses solutions, à ses méthodes, mais également aux métiers de ses clients. Tel est l’objectif de Capgemini qui ouvre ce 3 septembre les portes de sa nouvelle école, l’Aero Business School.


Via La Mêlée
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Cinquième édition pour les Entretiens de Toulouse, les 17 et 18 avril

Cinquième édition pour les Entretiens de Toulouse, les 17 et 18 avril | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Session de formation par le débat, les Entretiens de Toulouse - Rencontres aérospatiales se dérouleront les 17 et 18 avril.

 

Tarif : 980€ HT (Possibilité de prise en charge au titre de la formation continue ou du DIF).

Renseignements et inscriptions sur le site des Entretiens de Toulouse.

http://www.entretienstoulouse.com/index.php

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Formation aux métiers de l'Internet

Formation aux métiers de l'Internet | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Aujourd’hui en France, il existe un réel manque de formation aux métiers de l’internet, surtout dans l'enseignement public. Un problème qui se
répercute ensuite naturellement dans les cabinets de recrutement.
more...
No comment yet.