La lettre de Toulouse
44.0K views | +2 today
Follow
La lettre de Toulouse
Quelques informations sur l'entreprise et l'immobilier à Toulouse
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Continental Automotive implante son centre de recherche de la voiture connectée à Toulouse

Continental Automotive implante son centre de recherche de la voiture connectée à Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Le site toulousain de Continental va mener des recherches sur la connectivité des voitures.

 

 

Continental Automotive France vient d’officialiser l’installation à Toulouse de sa filiale spécialisée dans les systèmes pour voitures connectées. Un projet qui prévoit un investissement de plusieurs centaines de millions d’euros et la création d’au moins 150 emplois.

 

Berceau des systèmes embarqués, Toulouse a franchi un palier supplémentaire jeudi avec l’annonce de Continental : l’entreprise qui emploie 220.000 personnes dans cinquante-six pays, et qui possède un site au sud de Toulouse, a annoncé jeudi 16 mars en présence de Christophe Sirugue, secrétaire d’État à l’innovation et au numérique la création d’une nouvelle filiale, Continental digital services France.

Selon Antoine Jouin, le PDG de Continental Automotive France, la nouvelle entité sera chargée de développer notamment le projet « eHorizon-Continental », dont l’objectif est de connecter les véhicules entre eux afin de les rendre plus autonomes. « Désormais le véhicule connecté et autonome aura la capacité de voir au-delà de la portée de ses capteurs, c’est-à-dire au-delà de 300 mètres, en agrégeant les données provenant des véhicules », indique l’équipementier. Le progrès et l’évolution sont considérables selon Antoine Jouin : « Hier, nous développions et assemblions des composants intégrés dans le véhicule (capteur, calculateur électronique, etc.) ; aujourd’hui, ce système est complété par des services à valeur ajoutée grâce à la connexion du véhicule avec le monde extérieur ».

 

 

Soutien financier de la Région et de la Métropole

Le montant de l’investissement pour la nouvelle filière est estimé entre 200 et 300 millions d’euros dans les cinq ans à venir. En terme d’emplois, Continental digital services France va également être active : 150 personnes seront embauchées d’ici la fin 2017, essentiellement des experts en cybersécurité et en data, et plusieurs centaines d’emplois pourraient être créées à terme. Cette annonce a été saluée par les collectivités.

« Le projet de Continental, aux côtés d’autres projets ambitieux, comme celui d’Hyperloop par exemple, nous permet de renforcer encore notre positionnement de leader en termes d’innovation et de mobilité de demain », a déclaré Nadia Pellefigue, vice-présidente de la région Occitanie, qui a annoncé soutenir Continental à hauteur de 5 millions d’euros. Même son de cloche de Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, qui a annoncé débloquer une enveloppe de 4 millions d’euros d’aides à l’installation et une avance remboursable de 1 million d’euros qui sera proposée au vote du prochain conseil de Métropole. 


Philippe Font

 

 article diffusé le 19 mars 2017

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Occitanie : eXcent adopte des talents !

Occitanie : eXcent adopte des talents ! | La lettre de Toulouse | Scoop.it

eXcent s’apprête à investir un troisième site en Occitanie. Dès septembre, le bureau d’étude de 150 salariés s’installera en effet dans de nouveaux locaux à Pujaudran, dans le Gers.

 

Rien ne l’arrête ! Dans le cadre de son programme « eXcentive 1000 », qui vise 100 millions d’euros de chiffre d’affaires et 1000 collaborateurs en 2018, le concepteur et intégrateur d’outillages industriels se donne les moyens de ses ambitions. Après Colomiers, son siège, puis Figeac, eXcent s’étend avec l’ouverture d’un troisième site en Occitanie. Dès septembre, le bureau d’étude de 150 salariés s’installera dans de nouveaux locaux à Pujaudran, dans le Gers.

 

Des experts, mais aussi des juniors

Pour accompagner cette extension, le groupe va recruter une centaine de personnes en CDD et CDI (60% des embauches). « eXcent réalise 50% de son chiffre d’affaires avec l’aéronautique ; 50% dans le ferroviaire, l’énergie, l’automobile ou encore le spatial », explique Florine Vargas, responsable de la gestion des talents. Pour ses trois sites, mais également pour ses clients, une partie de ses salariés étant détachée pour effectuer des missions chez Airbus, la SNCF, Alsthom… Dans le détail, le bureau d’études en ingénierie mécanique, robotique et cobotique (robotique collaborative, NDLR) est à la recherche d’ingénieurs concepteurs, de managers de projets mécaniques, de chargés d’affaires, d’approvisionneurs. « Tous les types de profil sont concernés, du junior à l’expert. »

Sont également recherchés, des dessinateurs-projeteurs, techniciens d’essais, ingénieurs électroniques et mécaniques, mais aussi des profils supply chain, qualité et achat. Enfin, le groupe étoffe ses fonctions support pour ses services RH, comptabilité, informatique et juridique.

Pour candidater, répondre à une offre en ligne sur le site du groupe, en remplissant un dossier. Si la candidature est retenue, un premier entretien téléphonique de présélection est organisé puis deux autres de visu, avec le RH et le manager technique.


Audrey Sommazi

 

Postulez sur www.excent.fr

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Occitanie : Arterris recrute et entend bien le faire savoir !

Occitanie : Arterris recrute et entend bien le faire savoir ! | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Yasmina Bousraou, la directrice des ressources humaines du groupe Arterris.

 

La coopérative Arterris recrutera de nouveau massivement en Occitanie en 2017. Pourtant, par manque de visibilité, elle peine à trouver des profils appropriés.

 

Arterris, le poids lourd du monde agricole dans le grand sud-ouest, poursuit ses recrutements dans la région Occitanie, sur un rythme semblable à celui de 2016. Soit un millier de contrats programmé cette année. Malgré ce volume très important, le groupe souffre encore d’un déficit d’image et peine à trouver des talents. « Nous manquons encore de visibilité. Nous avons donc lancé une campagne de communication pour nous faire connaître, « La grande aventure », et nous travaillons en interne comme en externe sur notre marque employeur », indique Yasmina Bousraou, la directrice des ressources humaines.

Ce sont ainsi une centaine de recrutements en CDI, une centaine de postes en CDD et une dizaine de contrats en alternance qui seront réalisés au cours de l’année par la coopérative. Laquelle recherche prioritairement des technico-commerciaux en grande culture et en vignes, dans l’ex-région Midi-Pyrénées, l’Aude, l’Hérault et le secteur de Perpignan. « Il peut s’agir aussi bien de profils expérimentés que d’alternants, puisque nous mettons l’accent depuis quelques années sur la formation », poursuit Yasmina Bousraou. Afin d’exercer ces fonctions, il faut avant tout avoir des connaissances dans les domaines de l’agriculture, afin d’apporter des conseils. Un BTS Agricole ou Viticulture-oenologie est ainsi indispensable. « Nous nous chargerons ensuite de les former sur l’aspect plus commercial. »

 

800 saisonniers pour l’été et l’automne

La coopérative recherche également des vendeurs conseils en jardinerie pour le réseau Gamm Vert. « Nous allons embaucher des vendeurs formés sur le végétal avec des BTS ou des Bacs pro liés à l’aménagement paysager par exemple, que nous formerons par la suite pour développer leurs compétences en vente. L’offre de nos magasin va s’étoffer avec des produits alimentaires, ce qui va nous amener à nous intéresser aussi aux personnes disposant d’une expérience de responsables produits frais, dans la grande distribution par exemple », indique Yasmina Bousraou. En plus de ces postes, Arterris recherche 800 saisonniers, 400 pour l’été et autant pour l’automne. Ils exerceront des fonctions de manutentionnaire, chauffeur, cariste ou d’ouvrier agricole. Pour ceux qui peuvent assurer durant les deux périodes, ce sont quatre ou cinq mois d’emploi garantis.
Pour mener à bien ces recrutements, Arterris vient de se doter d’une plateforme dédiée, et a mis en place un système de tutorat pour favoriser la bonne intégration des nouveaux venus.


Agnès Frémiot

 

Postulez sur arterris-recrute.fr

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Nouveau succès pour JobsTIC en 2017

Nouveau succès pour JobsTIC en 2017 | La lettre de Toulouse | Scoop.it

L’édition 2017 de JobsTIC a réuni plus de 750 personnes ce 28 mars 2017. Désormais incontournable, ce forum des métiers du numérique dans l’agglomération toulousaine a permis de diffuser plus de 200 offres d’emploi.

 

Créé au début de cette décennie, JobsTIC est allé de succès en succès et est devenu un rendez-vous incontournable. En 2017, il a réuni environ 750 personnes, sur les deux sites voisins de l’ENSEEIHT et de la Cantine Toulouse de la rue d’Aubuisson.
Elles se sont donné rendez-vous à partir de 9 heures (inauguration, voir une vidéo ci-dessous), jusqu’à « l’événement dans l’événement », Les Startups recrutent, qui a clôturé la journée. Entre temps, les différents formats proposés ont permis aux visiteurs d’opter pour les formules les mieux adaptées à leurs attentes : tables-rondes, conférences, formations (voir la vidéo ci-dessous), sessions de coaching, les entretiens dédiés au recrutement…
Organisé par la Commission Emploi-Formation de La Mêlée, cet événement a par ailleurs reçu le soutien d’une vingtaine de partenaires, dont la Région Occitanie, Toulouse Métropole, la French Tech Toulouse, Pôle Emploi, la CCI de Toulouse, ou encore onepoint, SQLI, les Dirigeants Commerciaux de France (DCF), Informatique Banque Populaire, CoachPro, CSC, EVS, Umanis, Agogia, Inforsud Diffusion, NextiraOne, Ax 3 Domaines, Berger-Levrault, JVF Agency, PrintOclock, la Compagnie du Code, CtoutVert.com, l’école d’informatique IPI, Partitio, Continental, CS, Majengo, Epson, Infotel, Taleez, Koncept…

 

Des thèmes riches

Le thème central de la journée JobsTIC était « business et transformation numérique ». Le sujet a été décliné dans une vingtaine de réunions, dont des tables-rondes sur « Femmes & business dans le numérique », « la stratégie de vente multicanal » ou « les impacts de la transformation numérique sur le business ».
Il a également été question de l'impact du numérique sur le commerce de proximité, avec la présentation de l’étude réalisée par la Mêlée pour la DIRECCTE (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi).
Autre question d’actualité : l’évolution du profil des commerciaux et des méthodes de management dans le contexte de la transformation numérique.
Au final, les observateurs ont noté la présence, tout au long de la journée, de personnes aux profils très recherchés, comme les designers d’interfaces numériques, les data scientists, les spécialistes PHP/Symfony ou les développeurs.

 

Pascal Boiron, MID e-news

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse : Scalian va recruter 180 personnes en 2017

Toulouse : Scalian va recruter 180 personnes en 2017 | La lettre de Toulouse | Scoop.it

François Schnoebelen, DRH du groupe Scalian.

 

Scalian, ex Eurogiciel, envisage de recruter plus de 800 personnes en 2017, dont 180 uniquement à Toulouse. Pour accompagner sa croissance, le groupe recherche des Bac +5 « agiles et créatifs ». Le point avec le DRH, François Schnoebelen.

 

Eurogiciel, qui vient de changer d’identité pour devenir Scalian, prévoit de recruter 820 personnes cette année. Dont 180 en Occitanie, où le groupe compte quatre implantations à, et autour de Toulouse. « Dans le cadre de la forte progression de nos activités, nous avons des besoins très importants et nous allons intégrer des salariés pour nos deux pôles : systèmes numériques et performance des opérations. Nous sommes à la recherche des futurs pépites de demain, des candidats agiles, adaptables, et créatifs », indique François Schnoebelen, le DRH de Scalian.

Le groupe va embaucher, tout au long de l’année 2017, des ingénieurs architectes Java JEE, télécoms, systèmes embarqués, IVV, traitement d’images et du signal pour son pôle systèmes numériques. Des ingénieurs en gestion de projet, des consultants fonctionnels et des ingénieurs en management de la performance (qualité, supply Chain, assurance qualité produit/process) seront, eux aussi, recrutés pour son entité spécialisée dans la performance des opérations. Un Bac +5 minimum est requis pour postuler, tout comme une première expérience réussie dans le secteur, alternance longue ou premier emploi, avec une mise en pratique du diplôme. « Du point de vue de la personnalité, nous voulons des candidats en mesure de s’adapter constamment aux besoins de nos clients, qui évoluent perpétuellement. Nous ne misons pas uniquement sur une compétence technique, nous recherchons de personnes capables de sortir de leur périmètre de sécurité et en mesure de créer », précise François Schnoebelen.

 

Des annonces régulièrement mises en ligne

Afin d’attirer les candidats dans un secteur très concurrentiel, Scalian met en avant la qualité de son environnement de travail, mais aussi celle de ses effectifs. « Les futurs salariés ne vont pas être noyés parmi des généralistes, mais ils vont rejoindre une communauté d’experts. Les missions et les clients vont leur permettre de s’épanouir dans leur créativité et leurs capacités technique », argue François Schnoebelen. De plus, une fois intégrés dans l’entreprise, les collaborateurs sont suivis régulièrement par leurs managers, lors d’entretiens de détermination des objectifs organisés tous les six mois, et peuvent participer à des formations en présentiel ou en e-learning proposées au sein de l’Academy développée par la société.

Pour rejoindre Scalian, des annonces sont publiées quotidiennement sur le site du groupe. Un chargé de recrutement qualifie chaque candidature. Les profils sélectionnés passent ensuite par un système de sélections, qui comprend un test technique, un entretien plus généraliste, et une rencontre avec un manager. « Nous sommes exigeants dans notre processus de recrutement. Mais, pour le moment, nous n’avons pas eu de difficultés à atteindre nos objectifs et à recruter les bons profils », se félicite François Schnoebelen.


Agnès Frémiot

 

Les candidatures peuvent être adressées à : recrutement@scalian.com

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Recherche d'emploi: l'Etat débloque 2,4 millions d'euros pour 4 start-up

Recherche d'emploi: l'Etat débloque 2,4 millions d'euros pour 4 start-up | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Paris, 23 sept 2016 - Le gouvernement a accordé 2,4 millions d'euros à quatre start-up, pour financer des projets innovants destinés à aider les chômeurs à retrouver un emploi grâce au numérique, a-t-on appris vendredi auprès du ministère du Travail.

L'enveloppe, accordée au titre du programme d'investissements d'avenir (PIA), subventionne les jeunes pousses Monkey Tie, Mindmatcher, We Tech Care et Bayes Impact, dont les représentants ont été reçus jeudi par Myriam El Khomri. 

Leurs projets, qui sont en cours de développement, sont financés dans le cadre du Plan NET (numérique, emploi, travail), qui implique également Pôle emploi, l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact) et la Fondation internet nouvelle génération (Fing). 

 
 

"L'objectif, c'est d'aider les jeunes décrocheurs à se réinsérer grâce aux outils numériques, c'est d'aider les demandeurs d'emploi à mieux s'orienter grâce à un traitement intelligent et intuitif des données", a expliqué Mme El Khomri dans un communiqué. 

 

Monkey Tie développe un "guide d'orientation des métiers", un outil qui permettra d'orienter l'utilisateur vers un métier, en se basant sur sa personnalité et ses compétences. 

 

De son côté, Mindmatcher prépare une plateforme de recrutement permettant aux candidats de mettre en avant leurs aptitudes "sociales": vocations, aspirations, engagements, etc. 

 

We Tech Care développe, pour sa part, le site internet clicnjob.fr, qui accompagnera des jeunes éloignés de l'emploi en concevant des parcours personnalisés et ludiques. Au menu: des quiz, des vidéos ou encore un créateur de CV. 

 

Enfin, l'application Mon parcours emploi, de Bayes Impact, utilisera le big data, notamment les données de Pôle emploi sur le marché du travail, pour aider les chômeurs à élaborer une stratégie (reconversion, formation, mobilité...) pour retrouver un emploi. 

Une partie de ces nouveaux outils rejoindra dans les prochains mois l'Emploi store, la plateforme de services numériques de Pôle emploi.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Des suppressions d'emplois en vue chez Airbus ? 

Des suppressions d'emplois en vue chez Airbus ?  | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Selon une information du Financial Times publié lundi, l'avionneur européen Airbus prépare un plan de réduction des coûts, qui pourrait inclure des suppressions d'emplois, afin de limiter les effets des problèmes de production de l'A380 et de l'A400M.

 

 

C'est le très sérieux Financial Times qui l'assure dans son édition de lundi : Airbus prépare un plan de réduction des coûts pour compenser ses pertes

Ce plan de réduction des coûts, annonce le quotidien économique et financier britannique, pourrait inclure des suppressions d'emplois, afin de limiter les effets des problèmes de production de l'A380 et de l'A400M.

Le plan vise notamment à supprimer certains postes en doublon dans la division aviation civile de l'entreprise, qui représente 70% de ses revenus, selon le financial Times.

Airbus n'a pas souhaité n'a pas souhaité réagir à cette information.

En juillet dernier, l'avionneur européen avait annoncé avoir passé une lourde charge d'un milliard d'euros pour son avion de transport militaire, l'A400M,
qui souffre de problèmes récurrents de retards de livraison.


Airbus a également dû réduire la cadence de production de l'A380, alors que ce programme venait d'atteindre le seuil de rentabilité. L'avionneur ne produira qu'un seul exemplaire par mois de son très gros porteur à partir de 2018, contre 27 sur l'ensemble de l'année 2015. Une décision qui résulte de la faiblesse des ventes depuis le lancement en 2000 mais qui souffle, selon la Tribune, un coup de froid sur l'avenir du programme A380.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Depuis Toulouse, ATR poursuit son ascension

Depuis Toulouse, ATR poursuit son ascension | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Leader mondial sur le marché des avions régionaux de 90 places maximum, ATR cumule les records. Pour répondre à la montée en puissance de ses commandes, l’avionneur prévoit la création d’une cinquantaine de postes cette année, à Blagnac.

 

A l’ombre de son grand frère Airbus, le constructeur d’avions régionaux à hélices affiche une santé insolente. Fondée en 1981, l’entreprise, qui appartient aux groupes européen Airbus et italien Finmeccanica, est devenue le leader mondial sur le marché des avions régionaux jusqu’à 90 places.

Depuis sa création, ATR a vendu plus de 1500 appareils. Avec plus de 28 millions d’heures de vol au compteur, ses modèles équipent les flottes de plus de 200 compagnies aériennes, réparties dans près de 100 pays. Forte de son succès, la société a atteint un nouveau chiffre d’affaires record en 2015, porté à 2 milliards de dollars. Durant l’année, l’avionneur a également réalisé un nouvel exploit en termes de livraisons d’avions : 88 appareils.

 

50 postes cette année

Avec un carnet de 280 avions à produire, les ouvriers des chaînes de montage installées à Blagnac ont ainsi une visibilité sur les trois prochaines années. ATR est passée de 8000 à 30.000 m² de surface de production, en inaugurant notamment sa seconde chaîne d’assemblage en 2014.

Pour répondre à la montée en puissance des commandes, l’avionneur prévoit la création d’une cinquantaine de postes cette année. « Sauf besoins ponctuels, la plupart des profils recherchés sont des ingénieurs et techniciens bureau d’études, support et services, ainsi que des profils production, comme des électriciens et des mécaniciens avions, indique un porte-parole d’ATR. En termes de candidature, nous privilégions des personnes affichant de la curiosité et de l’engagement dans leur mission. »


Julie Rimbert

Jacques Le Bris's insight:

50 postes cette année, pour postuler : www.atr-aircraft.com

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

En croissance, Thales Alenia Space recrute à Toulouse

En croissance, Thales Alenia Space recrute à Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Le carnet de commandes rempli, le constructeur de satellites Thales Alenia Space a annoncé un plan de recrutement de 1000 personnes jusqu’en juin pour ses deux sites français, Toulouse et Cannes. Une seconde vague d’embauches serait envisagée dès septembre.

 

Pour accompagner la prise de commande exceptionnelle en 2015 qui atteint 3 milliards d’euros, Thales Alenia Space (TAS) est à la recherche de nouveaux talents.

« Dans le cadre du plan de performance global du Groupe, Ambition Boost, TAS a mis en place plusieurs initiatives afin d’assurer sa croissance, tout investissant dans la R&D afin de développer de nouveaux produits innovants dans les domaines de l’observation optique et radar haute résolution. Notre priorité était la nouvelle génération de plateformes pour les satellites de télécommunication géostationnaire SpaceBus neo, avec une offre propulsion hybride et une version tout électrique", explique Christophe Bernard-Migeon, le directeur des ressources humaines. Aussi, face à la hausse de la charge de travail, le groupe mène de actions dans le but de renforcer sa « work force », en recrutant en France 1000 personnes. »

Dans le détail, le constructeur de satellites embauche 270 personnes en CDI en direct, dont 150 à Toulouse, site spécialisé dans la fabrication des charges utiles, la navigation et l’altimétrie.

 

350 emplois en sous-traitance à Toulouse

Même si 228 postes ont déjà été pourvus, prévient le DRH, la campagne de recrutement se poursuit jusqu’en juin. En effet, le site toulousain, également doté d’un centre de compétence électronique, est toujours à la recherche d’ingénieurs (architectes de systèmes, développeurs de logiciel et ingénieurs en électronique) et de techniciens et ouvriers (câbleurs et techniciens d’assemblage notamment). « Nous recrutons en priorité des jeunes diplômés et des candidats ayant une première expérience », précise-t-il.

Au-delà des créations d’emplois au sein de TAS, c’est toute la chaîne des sous-traitants qui va profiter de la croissance des activités, puisque le groupe prévoit aussi d’embaucher chez ses sous-traitants à hauteur de 700 personnes, dont la moitié à Toulouse.
Une seconde phase de recrutement est « fortement probable » à compter du second semestre 2016, assure le DRH.

 

Audrey Sommazi

Jacques Le Bris's insight:

Pour postuler aux offres d’emploi de Thales Alenia Space, cliquez ici

 
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Chômage. Baisse de 1,5% en Haute-Garonne depuis janvier

Chômage. Baisse de 1,5% en Haute-Garonne depuis janvier | La lettre de Toulouse | Scoop.it

L'embellie annoncée sur le front de l'emploi, mardi 26 avril 2016, concerne également le département de Toulouse. En mars, le nombre de demandeurs d'emploi a ainsi baissé de 0,4% établissant le nombre de chômeurs à 81 880 en Haute-Garonne. Prises ensemble, les catégories A, B et C représentent 131 188 demandeurs d'emplois. Ce nombre baisse de 0,4% sur les trois derniers mois. Sur l'année, le nombre de demandeurs d'emplois a arrêté de progresser.

> Plus d'infos ci-dessous :

 http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/04/26/forte-baisse-du-chomage-en-mars_4909148_3234.html

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Atos : 100 nouveaux postes ouverts à Toulouse

Atos : 100 nouveaux postes ouverts à Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Le groupe de conseil et de services numériques Atos ouvre une centaine de postes d'ingénieurs juniors et confirmés, ainsi qu'une cinquantaine de stages qui lui permettront de se renforcer en région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées.

  

Pour accompagner son développement en région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, Atos prévoit de recruter 100 informaticiens à Toulouse d'ici la fin de l'année. Les postes concernent une forte proportion (70%) de jeunes diplômés de niveau Bac +5 en informatique ainsi que des candidats expérimentés, dans une moindre mesure. La palette des profils recherchés est variée. Il s'agit d'ingénieurs d'études et développement, d'ingénieurs systèmes, réseaux et sécurité, d'architectes, ainsi que d'administrateurs de bases de données. Le groupe cherche également à engager des chefs de projets en production ainsi que des concepteurs spatiaux. Une cinquantaine de stages de pré-embauche sont ouverts en parallèle, ainsi que des postes en alternance, avec proposition d'embauche à la clé.

Les agences du Sud-Ouest interviennent dans l'aéronautique Atos compte 800 personnes dans ses deux agences du Sud-Ouest qui interviennent principalement dans les domaines de l'aéronautique et du spatial. Présente dans 40 villes françaises, l'entreprise a annoncé cette année un plan de recrutement de 1 300 personnes qui lui permettra de se renforcer à l'échelle nationale. La société, qui compte 100 000 collaborateurs dans 72 pays, a réalisé un chiffre d'affaires annuel pro forma de l'ordre 12 milliards d'euros en 2015.

Par Véronique Arène

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Airbus : le recrutement se maintient en 2016

Airbus : le recrutement se maintient en 2016 | La lettre de Toulouse | Scoop.it

L’Airbus A380, MSN 216 dans l’usine d’assemblage de Blagnac, le 5 février 2016

 

Airbus annonce un niveau de recrutement équivalent à celui réalisé en 2015, avec 1000 embauches prévues au cours de l’année 2016, pour l’ensemble de ses sites. Des postes à pourvoir essentiellement en production, environ la moitié étant basée en Midi-Pyrénées.

 

« Nous entrons dans une période opérationnelle, avec des cadences de production qui augmentent », résume-t-on chez Airbus. 6800 avions sont d’ores et déjà dans le carnet de commandes de l’avionneur européen, soit une visibilité de production d’une dizaine d’années. Toutes les gammes d’avion sont concernées, de l’A320 (qui reste un programme phare) à l’A330 Neo, en passant par l’A350 et le superjumbo A380.

500 postes en Midi-Pyrénées

Avec quinze gros porteurs vendus récemment, Airbus voit une occasion supplémentaire de se réjouir de sa stratégie, constante depuis le lancement du programme en 2000 : l’avenir du trafic aérien passe par les gros porteurs. « Tous les 15 ans, le trafic aérien double ; il n’est pas possible de multiplier par deux le nombre de décollage et d’atterrissage », estime-t-on chez le géant européen. Pour éviter la saturation des aéroports, Airbus confirme sa solution gros porteur, et l’existence d’un segment de marché conséquent pour l’appareil star.

Tous les métiers de la production sont concernés par le plan d’embauches. Les ouvriers spécialisés, formés à l’aéronautique, sont particulièrement prisés. Opérateur câblage, collage, bobinage, monteur ajusteur structure, préparateur d’installations systèmes mécaniques, technicien méthodes sont quelques exemples de profils recherchés. Les compagnons préparés aux métiers de la métallurgie et de l’industrie (mécanicien, mécanicien de précision, électrotechnicien chaudronnier) trouveront également à coup sûr des postes dans les usines de l’avionneur.
Valérie Ravinet

Jacques Le Bris's insight:

Toutes les offres sont accessibles sur le site d’Airbuswww.airbus.com/work

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Et si le recrutement mobile signait la mort du CV et de la lettre de motivation - #rmsnews

Et si le recrutement mobile signait la mort du CV et de la lettre de motivation - #rmsnews | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Le recrutement mobile va achever la lettre de motivation

La lettre de motivation a du plomb dans l’aile depuis un bon moment déjà, depuis la fin des années 90 pour être précis.
Elle a connu son âge d’or, avant l’avènement des sites emploi, quand le recrutement était encore « papier-presse ». Alors exclusivement manuscrite, elle pouvait décider à elle seule de la pertinence d’une candidature. La graphologie, ahurissante « exception culturelle française », régnait alors en maître sur la pré-selection des candidatures …
Avec l’explosion des Jobboards, le e-recrutement a planté une série de banderilles dans le dos de la lettre. Le CV est alors devenu l’outil N°1 de la candidature et de la visibilité du candidat. La conversion de la lettre au format dactylographiée/électronique pour rendre possible la candidature par mail s’est soldée par un désintérêt progressif à l’égard de la lettre. Le message de motivation s’est retrouvé synthétisé dans le corps du mail pour accrocher le recruter et lui donner envie d’ouvrir les pièces jointes, le CV et la lettre.  Mais, soyons honnêtes, la seule pièce jointe véritablement ouverte par le recruteur n’est pas la lettre … Si bien, qu’elle tend à disparaître complètement au profit du mail de motivation.

Et lorsqu’un recruteur fait une requête sur la CVthèque d’un Jobboard, le petit robot activé ne scanne pas des lettres, mais bien des … CV. L’évolution des usages a alors joué le rôle ingrat du picador.

La mise à mort approche et le coup de grâce pourrait bien venir du recrutement mobile. Pour postuler depuis un smartphone ou une tablette, les nouveaux modes de candidature sont conçus pour la simplifier tout en améliorant l’expérience candidat. La candidature est alors centrée sur le CV/Profil accompagné, au mieux et pas systématiquement, de 2 lignes de motivation. La lettre n’est plus exigée …

- See more at: http://rmsnews.com/si-le-recrutement-mobile-signait-la-mort-du-cv-de-la-lettre-de-motivation/?platform=hootsuite#sthash.80d8QOkf.dpuf
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Occitanie : avec Castorama, l'emploi aussi peut être « castoche »

Occitanie : avec Castorama, l'emploi aussi peut être « castoche » | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Le rayon déco du magasin Castorama Montpellier Saint Clément, ouvert en avril 2016.

 

Neuf magasins situés entre Toulouse et Nîmes, et des besoins conséquents en profils très diversifiés. L’enseigne spécialisée dans l’aménagement de la maison recrute à tous les rayons !

 

En Occitanie, Castorama va recruter des cadres (une vingtaine cette année), qui viendront rejoindre son comité de direction et son équipe de management. Ou encore des chefs de rayons, postes ouverts aussi bien aux candidats confirmés qu’aux jeunes diplômés justifiant d’une petite expérience, notamment s’ils l’ont acquise lors d’une formation en alternance.

L’alternance reste, à ce titre, une voie privilégiée par Castorama. « Chaque magasin compte constamment quatre à six alternants, aux profils volontairement variés en termes de formations suivies et de niveaux d’études », explique Carol Alduc, la responsable RH. « Nous allons ainsi ouvrir 28 postes à la rentrée, de Bac +2 à Bac +5. Des jeunes que nous souhaitons garder ensuite si l’expérience se révèle bien sûr concluante. »

 

L’essayer pour l’adopter

Autre levier de sourcing, les contrats saisonniers. Au printemps, puis pendant la période juillet/septembre, les magasins de la région Occitanie vont accueillir 70 saisonniers, principalement sur des postes de caisse et de logistique. Et la transformation des contrats en CDI est fréquente, pourvu là encore, que les employés correspondent aux attentes de l’enseigne. « Nous sommes très attentifs au savoir-être, c’est-à-dire à l’appétence pour la relation client et à l’intérêt pour l’amélioration de l’habitat, que ce soit en termes de bricolage, de décoration ou de technologies », souligne Carol Alduc.

Pour postuler, les candidats ont plusieurs solutions. Le site internet dédié du groupe permet de répondre aux offres mises en ligne, mais aussi de faire acte de candidature spontanée, en choisissant de l’adresser à tel ou tel magasin. « C’est aujourd’hui la façon la plus simple d’entrer en contact avec nous », assure la responsable RH. Castorama sélectionne ses alternants dans ses écoles partenaires, mais publie également régulièrement ses offres sur les réseaux sociaux. Enfin, pour renforcer ses équipes de saisonniers, certains magasins prévoient d’organiser cette année des job dating. À suivre de près donc, particulièrement à Montpellier et Toulouse…


Ingrid Lemelle

 

Postulez sur www.emploi.castorama.fr

 

 

Article diffusé le 29 mai 2017

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le réseau Biocoop recherche des talents natures

Le réseau Biocoop recherche des talents natures | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Les nouvelles boutiques vont rechercher des managers ou des adjoints de niveau agent de maîtrise, des responsables de rayons.

 

Le réseau Biocoop poursuit son expansion en Occitanie et recrute pour ses ouvertures. Il recherche avant tout des candidats sensibilisés aux problématiques du bio ou à celles de l’économie sociale et solidaire.

 

Le réseau Biocoop continue de mailler le territoire occitan. En 2017, trois nouvelles ouvertures de magasins sont prévues dans l’agglomération toulousaine à Fronton, Blagnac et Saint-Orens. Entre dix et vingt embauches sont envisagées pour accompagner chacune de ces trois implantations. Mais les autres boutiques de la région, celles des centres-villes notamment, devraient recruter également en fonction du turn-over de leurs équipes. « Nous avons un peu plus de départs dans le centre car nous embauchons des jeunes et des étudiants qui ont tendance à bouger. C’est peut-être moins vrai dans la périphérie », note Sylvie Delpech, gérante des magasins toulousains.

 

Un catalogue de formations riche et diversifié

Les nouvelles boutiques vont rechercher des managers ou des adjoints de niveau agent de maîtrise, des responsables de rayons (fruits et légumes, ultra-frais, épicerie, compléments alimentaires et cosmétiques) avec de l’expérience dans le métier ou dans l’agriculture biologique, et des employés polyvalents qui pourront intervenir dans tous les secteurs des magasins. « Nos salariés sont amenés à faire le ménage, la caisse ou du rangement. Le management est très participatif au sein du réseau Biocoop », poursuit Sylvie Delpech. Pour rejoindre l’enseigne, une première expérience en lien avec l’économie sociale et solidaire, des engagements associatifs et un intérêt certain pour l’agriculture biologique sont des prérequis indispensables. « Nous sommes différents des autres réseaux, nos clients recherchent un véritable conseil et un accompagnement. Nous sommes donc attentifs aux parcours de vie et à ce que les gens font à côté. Une candidature dans laquelle ne figurerait pas le mot bio serait étrange pour nous. » Des études en agronomie, des compétences autour du vin ou de la naturopathie sont des plus.

Les salariés disposent d’un catalogue de formations spécifique à ces métiers. « Certaines sont obligatoires avant de démarrer (normes de sécurité ou hygiène alimentaire), mais nous en proposons aussi autour de l’univers du bio et de ses produits », souligne Sylvie Delpech. Biocoop met aussi en avant ses ressources humaines différenciantes pour attirer les talents. « Nos salariés sont embauchés à Smic + 10%, et nous respectons les plannings, afin qu’ils aient une vie stable et équilibrée. » Les frais de mutuelle et de transport sont aussi pris en charge à 100% par l’enseigne.


Agnès Frémiot

 

Postulez sur www.biocoop.fr

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Occitanie : grand soleil sur l'ensemble du marché de l'emploi

Occitanie : grand soleil sur l'ensemble du marché de l'emploi | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Carte indiquant le nombre d’intentions d’embauches et la part d’établissement recruteurs par département. Pôle emploi Occitanie.

 

Les établissements vont être plus nombreux à recruter cette année. Le volume d’emplois devrait également être plus important. La proportion de CDI promet d’être orientée nettement à la hausse. Un avenir sans nuage donc. Pas si sûr…

 

Pôle emploi Occitanie vient de dévoiler les résultats de son enquête annuelle l’enquête Besoins en main d’œuvre (BMO). « Les entreprises nous ont indiqué leur intention de réaliser 187.600 embauches cette année, soit 7800 de plus qu’il y a un an. Une tendance conforme à l’évolution nationale, la bonne nouvelle étant que cette hausse est perceptible partout et dans tous les secteurs », déclare Christophe Carol, le directeur régional adjoint de Pôle emploi.

Près d’un établissement sur quatre déclare ainsi vouloir réaliser au moins une embauche cette année. C’est également plus qu’en 2016. Dans certaines villes, la proportion à recruter est même nettement plus marquée. Particulièrement dans les départements situés à l’est de la région, « ce qui contredit certaines idées reçues », souligne Christophe Carol. C’est cependant à Toulouse que se situe le plus de projets (18% du total). Montpellier arrive en seconde position, avec 19.855 intentions déclarées, suivie de Perpignan (11.611 projets).

 

Plus de CDI

Autres bonnes nouvelles, les motifs de recrutement et la nature des contrats. Dans 55% des cas, les employeurs vont embaucher pour faire face à surcroît ponctuel d’activité. Et 21% des emplois seront créés pour remplacer le départ définitif de salariés. La part des contrats de longue durée et des CDI augmente ainsi sensiblement : de 4 points pour ceux d’une durée supérieure ou égale à six mois, et surtout, de 10 points pour les CDI, qui représentent 31% des contrats envisagés ! Les CDD de courte durée et les emplois saisonniers devraient donc être un peu moins répandus en 2017. A l’exception des services aux entreprises, qui déclarent un volume de projets quasi identique à celui de 2016, tous les autres secteurs envisagent en outre de recruter davantage qu’il y a un an.

C’est, comme toujours, dans les services que les débouchés seront les plus nombreux (61% de l’ensemble des projets déclarés). Dans les services aux particuliers (51.180 intentions d’embauche, soit environ 2000 de plus), l’hôtellerie restauration (30.850, donc 1500 supplémentaires) et les services aux entreprises (32.300). 36.200 besoins ont été recensés auprès des exploitations agricoles et des industriels de l’agroalimentaire (contre 34.600 en 2016). Ceux des entreprises du commerce avoisinent les 22.200 (800 de plus qu’il y a un an). Reste l’industrie, avec près de 7000 projets déclarés (+ 700), et surtout la construction, dont les intentions ont progressé de 17% en un an, soit 8000 embauches prévues d’ici à la fin de l’année.
Tous les voyants semblent donc bel et bien au vert. Oui mais…

Les recrutements s’annoncent très compliqués. Plus d’un tiers des postes est jugé difficile à pourvoir (34%, contre 30% début 2016). Les employeurs font face à une pénurie de candidats (citée par 85% d’entre eux) et/ou à des postulants qui ne correspondent pas aux profils recherchés (un problème rencontré par huit recruteurs sur dix.) Les métiers qualifiés et non qualifiés se côtoient dans le classement des métiers non saisonniers les plus difficiles à recruter : aides à domicile, ingénieurs, cuisiniers, responsables informatiques, infirmiers, ouvriers non qualifiés du gros œuvre… Des tensions qui menacent d’ailleurs le marché du travail temporaire, fortement sollicité depuis plusieurs mois.


Ingrid Lemelle

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La meilleure façon de trouver un TAF, c'est d'aller au salon

La meilleure façon de trouver un TAF, c'est d'aller au salon | La lettre de Toulouse | Scoop.it
La meilleure façon de trouver un TAF, c’est d’aller au salon

Pour sa 10e édition, le Salon TAF (Travail, Avenir, Formation) investit la région du 3 au 23 mars. Le rendez-vous de l’emploi et la formation fait étape cette année dans huit villes d’Occitanie. Organisés par la Région en partenariat avec Pôle Emploi et les Missions locales, ces salons permettent aux visiteurs de découvrir un métier, construire son projet professionnel ou encore se réorienter vers des filières d’avenir.

Salon TAF de l’Aude

Pour la 10e année consécutive, la Région organise les salons TAF sur l’ensemble du territoire. En partenariat avec Pôle emploi et les Missions locales, elle décline cette année le rendez-vous dans toute l’Occitanie notamment Toulouse, Auch et Albi. L’objectif reste le même : permettre aux demandeurs d’emplois et professionnels en quête de nouvel horizon de pouvoir accéder à toutes les informations sur les aides, découvrir les offres de formation et trouver un emploi en rencontrant directement les entreprises qui recrutent.

 

Les salons TAF, ce sont près de 10 000 offres d’emploi, 1250 entreprises et des espaces pour répondre aux problématiques de chacun. Lors de chaque rendez-vous, le public pourra découvrir des espaces formation, alternance (dédié à l’apprentissage), orientation, création d’entreprise et recrutement.

 

Le stand de la Région
Cet espace offre un accès à toutes les informations sur l’offre régionale de formation, les aides et dispositifs destinés aux demandeurs d’emplois, aux jeunes, aux salariés mais aussi aux dirigeants d’entreprise.

 

L’espace formation
Les organismes de formation, les écoles et instituts de formations sanitaires et sociales, les établissements d’enseignement supérieur ainsi que les Écoles régionales de la deuxième chance seront réunis dans un même lieu pour informer et conseiller sur leur panel de formations.

 

L’espace « alternance » dédié à l’apprentissage
L’ensemble des CFA et consulaires seront sur place pour mieux informer les jeunes sur cette voie de formation. Les futurs apprentis pourront s’informer sur les contrats d’apprentissage, découvrir les aides, signer un contrat en alternance avec les entreprises présentes ou encore découvrir les métiers de l’apprentissage à travers des démonstrations.

 

L’espace Régional de l’information
Sur cet espace, les visiteurs auront l’opportunité de rencontrer l’ensemble des professionnels du Service Public Régional de l’Orientation mais également d’autres acteurs de l’orientation tel l’ONISEP, les Carif-Oref d’Occitanie, les organismes paritaires collecteurs agréés et les fédérations.

 

L’espace création d’entreprise
Cet espace est consacré à à la création d’entreprise pour tout public avec un accueil individuel pour les créateurs et jeunes entrepreneurs.

 

L’espace recrutement
Les entreprises proposent des postes sur divers secteurs d’activités (services, commerce, hôtellerie et restauration, bâtiment, distribution, transports, tourisme, agro- alimentaire …).
L’atelier CV et entretien donne des clés sur comment préparer CV et entretiens pour être le plus efficace possible dans sa recherche d’emploi.

 

Calendrier des rencontres TAF
Retrouvez 3 jours avant chaque salon le plan TAF à telecharger dans cette rubrique :
  • Toulouse (Parc des Expositions), vendredi 3 et samedi 4 mars - Télécharger le plan et le guide du visiteur du salon :
    Plan du Salon TAF Toulouse (.pdf - 3,2 Mo)
    Guide du visiteur - Salon TAF Toulouse (.pdf - 6,1 Mo)
  • Montpellier (Parc des expositions), mercredi 8 et jeudi 9 mars
  • Auch (salle Mouzon), mercredi 8 mars
  • Narbonne (Parc des Expositions), mardi 14 mars
  • Mende (Salle Georges Frêche), mercredi 15 mars
  • Albi (Parc des Expositions), mercredi 15 mars
  • Nîmes (Parc des Expositions), mardi 21 et mercredi 22 mars
  • Perpignan (Parc des Expositions), jeudi 23 mars

En savoir +

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Akka Technologies implante son centre mondial dédié à l'aéronautique à Toulouse

Akka Technologies implante son centre mondial dédié à l'aéronautique à Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Les nouveaux locaux d'Akka Technologies à Blagnac.Réparti sur sept sites à Toulouse, Akka Technologies concentre ses activités aéronautique, spatial et défense dans son nouveau centre situé dans la zone Andromède à Blagnac. Ce centre regroupera les activités aéronautiques, spatiales et défense de l'ingéniériste et plus de 950 employés.

Après le site région de Safran en 2015 et le siège d'Airbus Group cette année, c'est au tour d'Akka Technologies d'inaugurer ses nouveaux locaux sur la commune de Blagnac. Le groupe d'ingénierie et de conseil en technologie a officialisé ce jeudi 27 octobre son installation sur le site Andromède. Répartis à l'origine sur sept sites, 950 des 2 000 salariés toulousains du groupe sont actuellement regroupés dans ce bâtiment de 11 000 m2.

"Il était important de regrouper tout le monde pour faire une entreprise performante, a expliqué Maurice Ricci, le président fondateur du groupe Akka Technologies, lors de l'inauguration. Le groupe se professionnalise face à une concentration du marché de l'ingénierie. Pour rester éligible aux yeux des donneurs d'ordres, il faut rester performant. Il reste une vingtaine de SS2I leaders dans le monde. Je pense que cela sera la même chose dans l'ingénierie dans quelques années."

Toulouse regroupant le tiers des 6 000 salariés français du groupe Akka Technologies, l'idée d'y installer le centre mondial d'Akka Technologies pour l'aéronautique, le spatial et la défense coulait de source. "C'est ici qu'ont été développées toutes les compétences aéronautiques d'Akka pendant des années, rappelle Paolo Del Noche, le directeur général d'Akka Technologies France. Il fallait rationaliser nos sept sites pour gagner en performance et être plus proches de nos principaux clients : Airbus et Safran. Enfin, c'est un lieu de travail sympathique pour nos collaborateurs. Il est parfaitement adapté pour que les différents départements dialoguent entre eux."

En 2015, Akka Technologies a réalisé un chiffre d'affaires de 1,068 milliard d'euros, dont 46 % en France et 34 % en Allemagne. L'automobile représente 42 % de son activité. Avec des clients comme Airbus, Mitsubishi, Safran ou Boeing, l'aéronautique représente 21 % de son chiffre d'affaires. Akka Technologies intervient également auprès des équipementiers (8 % de son chiffres d'affaires), dans l'énergie (7 %), le ferroviaire (4 %), le spatial (4 %), les services, la défense et la santé (3 % respectivement).

En 2016, le groupe a recruté plus de 1 600 personnes ingénieurs en France. Une dynamique similaire est prévue pour 2017.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

« A travers la bataille pour l'emploi, c'est l'avenir de tous nos territoires qui est en jeu »

« A travers la bataille pour l'emploi, c'est l'avenir de tous nos territoires qui est en jeu » | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Carole Delga, présidente du Conseil Régional Occitanie.
 
La nouvelle présidente du Conseil régional en a fait sa « première priorité ». Carole Delga nous explique de quelles façons elle compte mener « la bataille de l’emploi ». Rencontre lors de la sortie de notre dernier hors-série "Qui recrute dans votre région ?", en avril dernier.
 
 

Vous avez annoncé, dès le lendemain de votre élection, que l’emploi serait votre « première priorité ». Pour quelle raison ?
Parce qu’à travers la bataille pour l’emploi, c’est le développement et l’avenir de tous nos territoires qui est en jeu. Je l’ai dit pendant ma campagne, et je le réaffirme aujourd’hui en tant que présidente de Région : il ne peut y avoir de citoyens et de territoires de second rang.
Cette priorité, c’est aussi un message pour la jeunesse. C’est notre rôle de responsables politiques, de tout mettre en œuvre pour que nos jeunes s’engagent avec confiance dans la préparation d’un diplôme et le choix d’un métier. Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées est riche de potentiels d’emplois de proximité, avec ses artisans, ses TPE et PME, et ses filières d’excellence. A nous de faire émerger, soutenir et mobiliser les politiques publiques pour transformer ces potentiels en réussites.

 

Vous souhaitez que les Régions, qui pilotent déjà les politiques de formation et d’orientation professionnelles, deviennent aussi coordinatrices du service public de l’emploi. Pourquoi ?
C’est en effet ce que j’ai proposé au Premier ministre en janvier dernier, dans un souci de cohérence avec les compétences dont disposent déjà les Régions, mais aussi dans une logique de simplification pour nos concitoyens.
Nous avons une forte présence sur les territoires, avec les Maisons de la Région que je souhaite développer, les Maisons Communes Emploi Formation (MCEF), ou encore les bureaux territoriaux. La Région est donc en capacité de relayer la politique de l’emploi, d’en évaluer les effets et de produire les adaptations nécessaires, en fonction des besoins des demandeurs d’emploi et des entreprises dans les différents bassins de vie.
Bien sûr, la Région n’agira pas seule : animer le Service public de l’emploi c’est d’abord et surtout organiser la mise en œuvre des dispositifs, en assurant la complémentarité et la coordination des différents acteurs que sont l’État, Pôle emploi, les Missions locales, mais aussi l’Éducation nationale.

 

Vous avez plaidé auprès de Manuel Valls pour la mise en place de politiques expérimentales, afin d’être justement au plus près des besoins, et de contribuer au développement de l’apprentissage. A quels types d’expérimentations pensez-vous ?

L’apprentissage est véritablement une voie d’excellence qui permet d’obtenir un emploi rapidement. On ne le sait pas encore assez, mais le taux d’insertion des apprenti(e)s sur le marché du travail est très bon, de l’ordre de 70 à 80% en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. La Région soutient l’apprentissage depuis de nombreuses années déjà, mais je souhaite en effet que nous allions plus loin. Je suis par exemple favorable à l’augmentation de l’âge maximal pour intégrer une formation par apprentissage, qui pourrait passer de 25 à 28 ans. Il me semble également intéressant d’expérimenter l’apprentissage sur d’autres types de diplômes, et de l’ouvrir notamment aux titres du ministère de l’Emploi, qui me paraissent particulièrement adaptés. Cela permettrait aux entreprises de signer des contrats d’apprentissage tout au long de l’année, et de sortir du cycle « septembre à juin » qui correspond plus au cycle de l’Éducation nationale.
Je souhaite également une mobilisation particulière sur la création de parcours d’excellence dans les lycées professionnels. Je compte aussi développer l’apprentissage avec les lycées labellisés « campus des métiers » car, par nature, les campus associent les acteurs économiques, et c’est donc un moyen intéressant de développer des filières de formations innovantes. Je suis en outre tout à fait ouverte à la discussion avec les branches professionnelles, pour les impliquer dans le développement de l’apprentissage et la gestion des CFA.
Toutes les pistes sont à explorer pour développement cette voie de formation.

 

Quelles seront les actions que la Région va engager dès cette année en faveur de l’emploi ?
Comme je m’y étais engagée, j’ai lancé en mars dernier un Plan Marshall pour l’emploi à destination des entreprises du BTP. Ce plan comprend deux volets : dès 2016, plus de 800 millions d’euros d’investissement seront inscrits au budget, pour financer de nouveaux projets de travaux dans tous les secteurs, éducation, transports, culture, logement… J’ai également décidé d’accélérer la passation de marchés publics, à hauteur de 550 millions d’euros. Cette enveloppe sera mobilisée immédiatement et bénéficiera directement aux entreprises du secteur. Cela permettra ainsi de sécuriser et booster l’emploi local. Toujours dans le cadre du Plan Marshall, nous sommes également en train de mettre en place des dispositifs adaptés pour que les TPE et PME puissent accéder plus facilement à la commande publique régionale.

 

Le plan 500.000 formations pour les demandeurs d’emploi est également un levier, où en êtes-vous de sa mise en œuvre ?
Nous nous sommes mobilisés dès l’annonce faite par le président de la République en janvier dernier, en travaillant aux côtés de l’État, de Pôle emploi et des partenaires sociaux. Il s’agira dans un premier temps de remplir les formations existantes puis, très rapidement, de lancer de nouveaux bons de commande pour des formations supplémentaires sur lesquelles il faut être réactif.
Je me félicite de l’engagement pris par François Hollande de soutenir financièrement les efforts supplémentaires que devra faire la Région.
En Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, il s’agira de plus de 30.000 formations à destination des demandeurs d’emploi, qui s’ajouteront aux 60.000 déjà prévues pour l’année 2016, soit une augmentation de 50%. Mais je souhaite insister sur un point : ces formations seront en grande partie qualifiantes ou très qualifiantes, comprises entre 7 et 9 mois, pour permettre un retour durable dans l’emploi. Grâce à nos relais, nous avons la possibilité de définir très finement les besoins de chaque bassin d’emploi.

 

Quels sont les atouts économiques, et par là même, générateurs d’emplois, sur lesquels LRMP doit capitaliser ?
L’économie régionale repose sur trois piliers, en termes d’emplois et de chiffres d’affaires : l’agriculture et l’agroalimentaire, le tourisme, et l’aéronautique et le spatial.
Dans ces trois secteurs nous avons des atouts considérables à valoriser, notamment à l’international. La Région continuera bien sûr d’apporter son soutien aux acteurs de ces filières, qui sont des moteurs essentiels de notre économie. Mais nous ne devons pas nous reposer sur ces acquis. Nous ne pouvons pas nous le permettre, tant la révolution numérique a bouleversé les modes de production et de consommation, qui ont un impact direct sur l’emploi. L’exigence aujourd’hui est, plus que jamais, celle de l’innovation. Or notre région compte 15 pôles de compétitivité, près de 30.000 chercheurs, 230.000 étudiants et 35 grandes écoles.
Pour aller plus loin encore, je souhaite créer une cité des start-up à Montpellier, et une autre à Toulouse, en m’appuyant sur le label existant « French Tech ». Je compte également m’appuyer sur l’appel à projets « Fab Région », qui a pour objectif de soutenir la création ou l’extension de FabLabs - laboratoires de fabrication - sur le territoire, pour renforcer la diffusion de la culture numérique et industrielle.

 

Notre édition 2016 du "Qui recrute dans votre région ?" propose un focus sur la filière viticole. « Le 1er vignoble du monde » a-t-il un potentiel de croissance ?
Notre nouvelle région dispose en effet du plus grand vignoble au monde en vin d’appellation, avec 236.500 ha, soit 30% du vignoble français. C’est un atout extraordinaire dans l’économie désormais mondialisée du vin.
L’ouverture de nouvelles formations montre bien la vitalité du secteur. Je pense notamment à la création, en janvier dernier, d’un Master spécialisé à la Maison des Vins de Lattes, ou encore au nouveau Master Management et commercialisation du vin, proposé par la Toulouse Business School.
Les possibilités de développement sont donc bien sûr importantes, avec notamment la montée en puissance du marché de l’œnotourisme, qui est certes de plus en plus concurrentiel, mais offre de belles perspectives. Les professionnels doivent profiter de la période de stabilité que connaît actuellement le secteur pour conforter les acquis des dernières années, et effectuer les évolutions nécessaires pour poursuivre leur développement. La nouvelle Région sera à leurs côtés pour les accompagner dans ces mutations importantes.

 

Vous avez émis le souhait d’organiser une conférence pour l’emploi à la rentrée 2016, quelle forme prendra-t-elle et quelle en sera l’ambition ?
Sur la forme, nous sommes encore en train d’en définir les contours. En revanche, l’ambition est claire : il s’agira de présenter notre stratégie régionale pour l’emploi et la croissance, qui découlera d’une large concertation au plus près des territoires, avec l’ensemble des acteurs économiques et plus largement l’État, les partenaires sociaux, les consulaires…
Vous le savez, j’ai également souhaité positionner la Région pour animer le Service public de l’emploi. Je l’ai abordé avec le Premier ministre, et nous en définirons les modalités dans le cadre de la concertation autour de la stratégie régionale de l’emploi et de la croissance. Cela ne consiste pas à tout faire et à tout décider seuls. Nous allons travailler avec tous nos partenaires pour définir des axes prioritaires en matière d’emploi, de formation et d’orientation, qui pourront être validés dans le cadre de cette conférence, que je souhaiterais tenir à l’automne. Cette réflexion sera bien sûr menée en cohérence avec les schémas régionaux de développement économique de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur, que nous sommes en train d’élaborer.

 

Propos recueillis par Ingrid Lemelle

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Solutia : une soixantaine de postes à pourvoir en Occitanie

Solutia : une soixantaine de postes à pourvoir en Occitanie | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Présent dans plusieurs villes de la région Occitanie, Solutia compte trois agences à Toulouse. DR.

 

Pour ses trois pôles d’activité principaux que sont l’aide à domicile, l’assistance aux personnes âgées et la garde d’enfants, le réseau va devoir procéder à plusieurs centaines d’embauches d’ici la fin de l’année, dont une soixantaine en Occitanie. Le point sur les besoins.

 

Né en 2006, à l’initiative de professionnels issus du monde pharmaceutique et médical, Solutia Services à la personne s’adressait à l’origine exclusivement aux personnes âgées. Un an plus tard, l’offre s’élargissait à diverses prestations (ménage, repassage, garde d’enfants, jardinage…), tandis que le réseau s’étoffait de nouvelles agences. Un développement en franchise que ses dirigeants poursuivent avec une autre ambition : celle d’inscrire leur marque comme un acteur de « qualité ».

Aujourd’hui, le groupe compte 70 agences en France, et affiche la double certification Iso 9001 et SGS Qualicert. Ses 2400 collaborateurs interviennent sur l’ensemble du territoire auprès de 24.000 bénéficiaires. Et Solutia continue à gagner du terrain, quelque 500 recrutements étant annoncés d’ici la fin de l’année, en France. En région Occitanie, où le réseau est implanté à Toulouse, Montpellier, Carcassonne, Béziers… une soixantaine de postes sera créée, également répartie entre les profils d’auxiliaire de vie, de garde d’enfants et d’assistant de vie.

Fiabilité et sérieux

Des personnes expérimentées. « Pour les postes d’auxiliaires de vie, nous demandons le Diplôme d’État (DEAVS) et trois années minimum d’expérience », précise Bruno Cazala, responsable des agences Toulouse centre et Toulouse Métropole. « Les candidats aux postes d’assistant de vie doivent aussi justifier d’expériences. En maison de retraite, en milieu hospitalier, ou au sein d’un autre réseau de services à la personne. Enfin, pour les postes de garde d’enfants, particulièrement demandés en cette rentrée, nous demandons le BAFA et le diplôme de premiers secours. L’expérience est souvent un critère plus difficile à satisfaire, car les candidats sont souvent jeunes, mais ils ont a minima déjà gardé des enfants dans le cadre familial. »

Janine Durand, responsable de l’agence de Béziers, insiste également sur certaines qualités. « Nous cherchons des personnes sérieuses et fiables. » Si certains postes sont facilement pourvus, d’autres sont en revanche difficiles voire impossibles à créer. « C’est le cas dans le secteur géographique d’Agde », déplore Janine Durand, qui enregistre pourtant des demandes…. La mobilité est également un aspect important pour pouvoir assurer les prestations. A noter, à ce titre, que certaines agences proposent aux collaborateurs qui le souhaitent de varier les missions.
Ingrid Lemelle

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Emploi. Des dizaines de postes à pourvoir dans le secteur du numérique à Toulouse

Emploi. Des dizaines de postes à pourvoir dans le secteur du numérique à Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it

L'entreprise Open prévoit de recruter près de 800 personnes sur toute la France en 2016.

 

Dans le courant de l’année 2016, Open, entreprise spécialisée dans les services du numérique, prévoit de recruter près de 800 personnes en France, dont 400 en province.

150 recrutements dans le grand Ouest

Avec un chiffre d’affaires de 282 millions d’euros et déjà 3 500 collaborateurs, le groupe est à la recherche de nouvelles compétences pour accompagner sa mutation.

« Notre objectif est d’accompagner l’inévitable transformation des modèles économiques des entreprises induite par le numérique, détaille ainsi l’entreprise. Cette stratégie propose une offre digitale à trois dimensions :
– une offre de bout en bout s’adressant aussi bien aux Directions des Systèmes d’Informations (DSI) de l’entreprise qu’aux Directions Métiers ;
– la création d’une plateforme e-commerce pour offrir aux clients un accès direct aux prestations ;
– la mise à disposition d’une plateforme d’innovation technologique partagée avec ses clients et ses collaborateurs. »

Au total, plus de 400 recrutement sont prévus en province, dont 150 dans le Grand Ouest entre les villes de Rennes, Lannion, Nantes, Tours, Bordeaux et Toulouse

Les profils recherchés

Parmi les postes à pourvoir, dont 95% sont des CDI, l’entreprise recherche avant tout des profils expérimentés et des diplômés de niveau Bac + 5,et notamment :

  • des architecte Big Data ;
  • des architecte, concepteurs de service et experts DevOps ;
  • des ingénieurs commerciaux et KeyAccount Manager ;
  • des chefs de projet ;
  • des chefs de projet technique ;
  • des data programmeur ;
  • des data scientist ;
  • des directeurs de projet ;
  • des directeurs de projet de transformation ;
  • des ergonomes ;
  • des experts cloud transformation ;
  • des ingénieurs de production ;
  • des ingénieurs Systèmes Unix, Réseaux ou Sécurité des Infrastructures ;
  • des ingénieurs concepteurs en applications mobile, Web, Java ;
  • des ingénieurs d’études ;
  • des web designer.

Open a par ailleurs lancé un plan de formation massif spécifique en début d’année (Mobilité, DevOps,IoT…) afin de répondre au niveau de compétences requis par son nouveau plan stratégique.

Des actions significatives ont d’ores et déjà vu le jour en matière de Big Data avec un programme spécifique en partenariat avec l’école Centrale Supélec visant à former 80 data scientists dès 2016, indique le groupe.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

2016 CARREFOUR EMPLOI TOULOUSE METROPOLE - JEUDI 26 ET VENDREDI 27 MAI - FORUM DE RECRUTEMENT AU PARC DES EXPOSITIONS DE TOULOUSE (31) - WWW.MIDI-EMPLOI.FR

2016 CARREFOUR EMPLOI TOULOUSE METROPOLE - JEUDI 26 ET VENDREDI 27 MAI - FORUM DE RECRUTEMENT AU PARC DES EXPOSITIONS DE TOULOUSE (31) - WWW.MIDI-EMPLOI.FR | La lettre de Toulouse | Scoop.it

230 structures présentes dans cette grande maison de l'emploi et de la formation que sera le hall 7 du parc des expos de Toulouse, les 26/27 mai 2016(10h/17h), lors de la 8e édition de ce forum de recrutement au cœur de la région Midi-Pyrénées.

Vous sont proposés : des espaces "industries et aéronautique", "alternance et formation", "orientation et accompagnement", "filière numérique", "autres alternatives vers l'emploi"...

Tous les profils sont ciblés,
de tous niveaux de compétence,
de qualification et d'expérience... Postes en CDD, CDI, en alternance, contrats à temps partiel, missions à l'international, offres de stage...

L'entrée est libre et gratuite,
sans pré-inscription, ni invitation.

Le créneau horaire le plus chargé étant le jeudi matin, nous conseillons un déplacement plutôt le vendredi, journée la plus calme en termes de fréquentation. Les employeurs y sont plus disponibles.

N'oubliez surtout pas vos CV !
Parking gratuit sur place.

Une question ? 05 61 22 24 82

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

179 800 projets de recrutement en région LRMP

179 800 projets de recrutement en région LRMP | La lettre de Toulouse | Scoop.it

L’enquête annuelle réalisée par Pôle Emploi sur les besoins en main d’œuvre en2016, présentée le 13 avril, révèle une légère augmentation du nombre de projets de recrutement exprimés par les entreprises du LRMP : 22,4 % d'entre elles envisagent de recruter dans l’année.

 

« L'enquête "Besoins en Main d'œuvre" a pour objectifs de cerner les besoins des entreprises et leurs difficultés de recrutement, de proposer un accompagnement de qualité aux demandeurs d'emploi et aux entreprises, et de partager cette connaissance auprès des acteurs de l'emploi et de la formation », rappelle Christophe Carol, le directeur régional adjoint de Pôle Emploi pour la région Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées (LRMP), en préambule d'une conférence de presse le 13 avril.

Pour l'édition 2016 de l'enquête, 43 100 établissements ont bien voulu répondre fin  2015.

Le chiffre-clef de cette enquête signe une évolution positive : les entreprises de la région anticipent 179 800 projets de recrutement sur l'année 2016 (10 % des projets nationaux), soit une hausse de 1,9 % et 3 360 projets supplémentaires par rapport à 2015. L'enquête observe qu'il s'agit là "du plus haut niveau depuis cinq ans".

En revanche, la propension à recruter, qui traduit l'intention de réaliser au moins une embauche dans l'entreprise, est stable : elle passe de 22,6 % en 2015 à 22,4 % en 2016.

 

 L'Hérault et la Haute-Garonne en tête, sans surprise

« Sans surprise, ce sont les départements de la Haute-Garonne et de l'Hérault qui concentrent 41 % de ces besoins en main d'œuvre, soit 72 900 projets de recrutement, commente Christophe Carol. Il faut aussi observer les bons chiffres de certains départements en termes de proportion d'établissements envisageant de recruter, tels que le Tarn-et-Garonne avec 25,9 % des établissements, les Pyrénées-Orientales avec 24,9 %, et le Gers avec 24,7 %. »

Étudiés par bassins d'emploi, Toulouse (32 200 projets), Montpellier (18 600 projets), Perpignan (12 000 projets) et Béziers (11 560 projets) réunissent 41 % des besoins en main d'œuvre de la région. Par ailleurs, les départements du littoral (l'Hérault, les Pyrénées‐Orientales, le Gard et l'Aude) totalisent près de la moitié des besoins en main d'œuvre de la région, plus saisonniers (56 % de projets saisonniers contre 48% pour les autres départements) et portant davantage sur les secteurs du commerce et de l'hébergement-restauration.

 

Des difficultés à recruter

« Parmi les motifs de recrutement, les établissements interrogés évoquent à 64 % un surcroit ponctuel d'activité, à 16 % le remplacement de salariés suite à des départs, à 12 % des remplacements suite à des absences ponctuelles, et à 9 % une activité nouvelle, observe Christophe Carol. Quant à ceux qui n'envisagent pas de recruter en 2016, ils évoquent comme raison un effectif suffisant, une conjoncture défavorable, une situation financière trop fragile, ou la rigidité du droit du travail et le manque de flexibilité des démarches administratives. »

En lien avec la hausse du nombre de demandeurs d'emploi sur le marché du travail, la proportion de projets de recrutement difficiles diminue pour la quatrième année consécutive, révèle l'enquête.

« En 2016, les difficultés à recruter concernent 29,8 % des projets, contre 30,1 % en 2015, note Christophe Carol.Parmi les difficultés rencontrées : pas de profil adéquat pour 85 %, une pénurie de candidats pour 77 %, la nature du poste pour 58 %, un manque de moyens financiers pour 35 %, un déficit d'image pour 18 %, et des difficultés de procédures internes de recrutement pour 12 %. »

 

Les services, premiers contributeurs

Avec 110 630 projets de recrutement, les services représentent 62 % des besoins en main d'œuvre de la région (44 % en services aux particuliers, 18 % en services aux entreprises). Vient ensuite la santé, avec plus de 20 760 projets déclarés.

Le secteur agricole, important dans la région, rassemble 34 610 intentions d'embauche, dont 5 080 dans l'agroalimentaire.

Enfin, le bâtiment, secteur à la peine ces dernières années, représente 4 % des intentions d'embauche (6 855 projets de recrutement), comme l'industrie (6 330 projets).

Avec 40 % des intentions d'embauche en 2016, les métiers issus des fonctions liées à la vente, au tourisme et aux services apparaissent parmi les profils les plus recherchés par les employeurs.

 

L'influence des activités saisonnières

Plus d'une intention d'embauche sur deux est liée à un besoin saisonnier (plus de 93 360 projets concernés, soit 52 % contre 41 % au national), la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées présentant un caractère saisonnier plus marqué qu'en France du fait notamment d'activités agricoles (32 % des projets saisonniers) ou touristiques (41 % des projets saisonniers) plus développées.

Parmi les métiers saisonniers, celui de viticulteurs, arboriculteurs salariés et cueilleurs est le plus convoité par les établissements recruteurs, suivis des agriculteurs salariés et ouvriers agricoles, des maraîchers et horticulteurs salariés, et des employés de l'hôtellerie.

Parmi les métiers non saisonniers, dix concentrent 32 % des intentions d'embauches, comme des aides à domicile et des aides ménagères, des agents d'entretien, des aides‐soignants et du personnel de l'hôtellerie pour des emplois en salle ou en cuisine. La Haute-Garonne (31 %) et l'Hérault (22 %) concentrent la majorité des recrutements non saisonniers de la région (86 400 projets).

À la question du taux de chômage régional qui reste élevé au regard de ces perspectives optimistes, le directeur régional adjoint répond :

« Nous sommes dans une région qui crée de l'emploi, la 3e derrière l'Île-de-France et Rhône-Alpes/Auvergne. Mais le solde migratoire nous est défavorable : le nombre de personnes qui viennent s'installer en région est important et la région ne crée pas suffisamment d'emplois pour absorber toute cette main d'œuvre ».

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Gfi va recruter 50 personnes à Toulouse en 2016

Gfi va recruter 50 personnes à Toulouse en 2016 | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Valérie Delille, Responsable Ressources Humaines Sud-Ouest de Gfi Informatique

 

 

L’entreprise de Services du Numérique (ESN) Gfi Informatique va investir le Stadium de Toulouse le 24 mars 2016 pour recruter une partie des 50 collaborateurs qu’elle prévoit d’embaucher en 2016.

 

 

L’agence de Gfi à Toulouse est l’une des plus importantes en province avec près de 600 collaborateurs, pour un chiffre d’affaires estimé à 58 M€. Sur son secteur Sud-Ouest (Aquitaine et Midi-Pyrénées), l’ESN emploie 790 personnes (90 à Pau et 100 à Bordeaux).
Le jeudi 24 mars 2016, Gfi va mener une opération de recrutement au Stadium de Toulouse, où elle va recevoir environ 70 candidats dont les CV ont été sélectionnés (voir la page Internet dédiée ici). L’opération va lui permettre de lancer une partie des 50 embauches prévues à Toulouse en 2016. Il faut préciser que Gfi dispose également d’une agence d’une centaine de collaborateurs à Montpellier, qui fait partie d’un autre secteur de l’ESN : Gfi Méditerranée (Montpellier, Aix-en-Provence, Marseille, Nice).
L’agence toulousaine a déjà organisé plusieurs sessions de recrutement au cours des dernières années, dans un Airbus A320, sur un terrain de golf… « Les contrats des candidats retenus au terme de cet événement devraient être finalisés d’ici fin mai 2016, explique Valérie Delille, Responsable Ressources Humaines Sud-Ouest de Gfi Informatique. Concrètement, après une présentation du groupe Gfi, les candidats passeront deux entretiens d’environ 15 minutes chacun. »
Le numérique est décidément un secteur qui recrute : Toulouse va accueillir deux semaines plus tôt, le 10 mars, l’édition 2016 de JOB’s TIC (voir ici).

Pascal Boiron, MID e-news

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les startups recrutent #5 à La Cantine Toulouse

Les startups recrutent #5 à La Cantine Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Trouvez bien plus qu'un Job !

Vous voulez vous associer au prochain Google ? Vous recherchez un stage, une mission freelance, un CDD, un CDI, un service civique ou encore ? Venez rencontrer les Startups à la pointe de l'innovation et du numérique le jeudi 10 mars à 18h30 !

Développeur talentueux, graphiste passionné, codeur acharné, commercial inné ou même comptable surdoué, il n'y a pas de limites à l'entrée : tous les profils sont acceptés et attendus en masse !
Comment ça marche ?

Les startuppers auront une minute pour se présenter et vous convaincre de rejoindre leurs rangs. Vous pourrez ensuite les retrouver autours d'un verre pour échanger plus en détails.

Trouvez bien plus qu'un Job !

Vous voulez vous associer au prochain Google ? Vous recherchez un stage, une mission freelance, un CDD, un CDI, un service civique ou encore ? Venez rencontrer les Startups à la pointe de l'innovation et du numérique le jeudi 10 mars à 18h30 !

Développeur talentueux, graphiste passionné, codeur acharné, commercial inné ou même comptable surdoué, il n'y a pas de limites à l'entrée : tous les profils sont acceptés et attendus en masse !
Comment ça marche ?

Les startuppers auront une minute pour se présenter et vous convaincre de rejoindre leurs rangs. Vous pourrez ensuite les retrouver autours d'un verre pour échanger plus en détails.

Jacques Le Bris's insight:

Inscription

 

more...
No comment yet.