La lettre de Toulouse
33.4K views | +38 today
Follow
La lettre de Toulouse
Quelques informations sur l'entreprise et l'immobilier à Toulouse
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Conjoncture. En 2016, la Haute-Garonne veut renouer avec la croissance

Conjoncture. En 2016, la Haute-Garonne veut renouer avec la croissance | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Le secteur de l’industrie, et notamment l’aéronautique, tablent à nouveau sur une croissance d’activité en 2016.

 

En présentant son étude de conjoncture, la CCI de Toulouse a dressé un bilan positif en 2015 et brossé un tableau optimiste pour l’année 2016. Les chiffres d’affaires des entreprises devraient être revus à la hausse tout comme les perspectives d’embauche.

 

Et si la reprise économique pointait son nez en 2016 en Haute-Garonne ? En présentant l’étude de conjoncture pour la période 2016-2016, Alain Di Crescenzo, le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Toulouse a voulu se montrer optimiste.

« En 2015 la hausse du volume d’affaires en Haute-Garonne a été deux fois supérieure à celle de 2014. Dans le même temps, l’emploi a progressé trois fois plus rapidement », constate le président de la CCIT. Même si la reprise n’atteint pas le niveau connu dans les années 2000, « la croissance en 2016 ne sera pas à un niveau satisfaisant », a confirmé Maxime Maury le nouveau directeur régional de la Banque de France, le rythme de progression dans les différents secteurs économiques a de quoi rassurer.

 

Embellie dans la Métropole toulousaine

Les 1700 entreprises consultées dans le département représentent 20% des sociétés recensées auprès de la CCI et 75.000 salariés,. Elles voient l’année 2016 se présenter sur des bases similaires. Avec une croissance de +4% en 2015, le secteur de l’industrie devrait connaître une même augmentation d’activité (+3,8%). Ce sont les entreprises de l’aéronautique et du spatial (+5,5%), ainsi que celles dont le cœur d’activité se situe dans l’électrique et l’électronique (+4,8%) qui jouent le rôle de locomotive.

Pour les entreprises spécialisées dans les services, l’année 2016 devrait connaître à nouveau la croissance (+3,7% contre +3,4% en 2015). Dans les mois à venir, ce sont les sociétés de la construction qui devraient tirer leur épingle du jeu : alors qu’en 2015 le bilan d’activité affichait un résultat négatif (-1%), en 2016 il devrait avoisiner +1,2%. Un tableau général assez positif dû notamment au fort dynamisme de la métropole toulousaine (+3,4%) tandis que le Comminges connaît lui aussi une croissance importante (+2,8%).

Cette embellie économique devrait se concrétiser également au niveau des chiffres d’affaires des entreprises : en 2016, ils pourraient augmenter de 2,8%, avec une pointe à 2,9% pour les secteurs du BTP et de l’immobilier, tandis que les embauches vont également augmenter (+1,7%).


Philippe Font

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Jean-Claude Dardelet : « Invest In Toulouse vise les États-Unis, l'Amérique latine et l'Asie »

Jean-Claude Dardelet : « Invest In Toulouse vise les États-Unis, l'Amérique latine et l'Asie » | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Jean-Claude Dardelet, président de l’agence pour le développement économique de la métropole.

 

Deux ans après le lancement de l'agence de développement économique de la métropole, Invest In Toulouse, cinq entreprises ont prévu de s'implanter sur le territoire. Interview de son président Jean-Claude Dardelet, également vice-président de Toulouse Métropole en charge de la promotion des affaires européennes et du développement international.

 

Jean-Claude Dardelet, dans quel contexte a été créé Invest in Toulouse ?

L’agence a été créée fin 2012, par la chambre de commerce et d’industrie de Toulouse et la métropole. Elle est née sur fonds de réforme territoriale à venir, et alors que la métropole, créée le 1er janvier 2015, n’existait pas encore. J’en ai repris la présidence en mai 2014. Nous avons organisé six petits déjeuners qui ont rassemblé chacun une cinquantaine de décideurs et acteurs économiques. Malgré la crise, la métropole toulousaine est perçue comme un Eldorado. Notre objectif est d’en renforcer l’attractivité, en créant une dynamique sur le long terme. Nous cherchons à promouvoir nos entreprises à l’extérieur, avec le soutien de la région. Et nous disons aux Japonais, aux Allemands et aux Américains : « Venez investir à Toulouse ».

 

Quels sont les leviers de l’attractivité de la métropole ?
Quand les gens réfléchissent où s’installer, ils cherchent à la fois un marché, des partenaires, des compétences, mais aussi une terre d’accueil agréable. L’attractivité repose sur cette alchimie. Toulouse a des points faibles : ses tensions sociables, l’absence de TGV, des salaires d’ingénieurs plus bas qu’à Paris… Mais les gens sont prêts à quelques sacrifices en échange de la qualité de vie. Avec la réforme territoriale, les métropoles sont devenues des moteurs du rayonnement international, au même titre que les régions. Nous sommes le fer de lance de ce rayonnement. Toulouse bat des records en termes de croissance de population, de présence de ressortissants étrangers et d’associations internationales.

 

Suivant quelle stratégie l’agence opère t-elle ?
Nous avons une stratégie mondiale sur les cinq continents. Nous visons les Etats-Unis, mais aussi l’Amérique latine, pour des partenariats technologiques avec des industriels, et l’Asie avec la Chine et le Japon… Notre méthode consiste à créer des événements de relations publiques à l’étranger, en invitant des décideurs à un concert de l’Orchestre national du Capitole par exemple. Nous organisons ensuite une réception à l’ambassade. Nous avons lancé une opération de ce type à Berlin. De même, le ballet du Capitole a fait une tournée à Tianjin, en Chine. A Tokyo, nous avons organisé en février 2015 une opération avec l’office de tourisme de Toulouse. Nous avons invité le directeur de Thales Japon, mais aussi des tours opérateurs japonais, et nous avons accumulé les rendez-vous. Notre but n’est par de faire de la concurrence à notre propre économie, mais de coller aux besoins de nos acteurs, pour améliorer leur production. Il faut soigner le poumon de Toulouse, Airbus, ainsi que les domaines transverses, comme le numérique. La smart city (ville intelligente, NDLR) représente un réel enjeu, et suppose une coopération à l’échelle européenne.

 

Deux ans après le lancement, quel premier bilan peut-on tirer ?
Les premiers résultats de l’agence sont satisfaisants. L’environnement financier n’est pas favorable, donc nous avons une démarche très opportuniste. Nous cherchons à créer des emplois à Toulouse, mais aussi à éviter aux emplois existants de devoir partir. Nous avons deux spécialités : la santé, avec le développement de l’Oncopole, et le numériqu. Mais tous les domaines nous intéressent. En Allemagne, nous avons rencontré des Turcs qui veulent implanter des hôtels. Cette année, une mission est prévue en Corée du sud.

 

Quelles sont les priorités pour 2015 et 2016 ?
Nous en avons deux. Tout d’abord, nous voulons optimiser nos atouts toulousains, en rassemblant nos réseaux d’influence, dans le but d’avoir un maximum d’ambassadeurs à l’extérieur. Par ailleurs, nous visons trois destinations principales : les Etats-Unis, l’Asie et l’Europe.
Propos recueillis par Armelle Parion

more...
No comment yet.
Suggested by Bob TSUC
Scoop.it!

Public et privé au chevet des entreprises de Haute-Garonne en difficulté

Public et privé au chevet des entreprises de Haute-Garonne en difficulté | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Aider les 15.000 entreprises de Haute-Garonne connaissant des problèmes de financement à passer cette période de crise économique. C’est l’objectif de la charte de l’accompagnement des entreprises en difficulté qui a été signée le 11 juin dernier par une quarantaine d’acteurs économiques privés et publics du département.

 (...)

 

Cinq engagements

 

Le but est d’améliorer la communication et l’efficacité des différents partenaires, en répertoriant les procédures existant dans chaque secteur et professions pour aider ces entreprises.

 

La charte propose ainsi cinq engagements :

- relayer l’information sur ces dispositifs et assurer leur diffusion auprès des entreprises,

- désigner dans leur organisation des interlocuteurs privilégiés à l’écoute des entreprises en difficulté,

- encourager les entreprises à s’adresser à l’un des partenaires signataires,

- faciliter l’examen de la situation de ces entreprises avec l’ensemble des réseaux des partenaires

- et participer à une démarche collective de communication.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

PME innovantes du numérique : le développement à l'international, une nécessité ?

PME innovantes du numérique : le développement à l'international, une nécessité ? | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Ne dit-on pas que nul n'est prophète en son pays ? Un adage qui fait du sens pour les PME innovantes : le développement international doit-il être une part essentielle de leur modèle économique ? Les opportunités existent à l'évidence dans le monde notamment dans le secteur du numérique, et pas seulement aux Etats-Unis. Quelles sont les potentialités à connaître, les écueils à éviter ? Sans donner de réponse générale, voici quelques pistes et témoignages.

L'idée d'un développement progressif des PME du local au national puis, plus tard si le vent va dans le bon sens, à l'international, est-elle dépassée ? Le monde est large, facile d'accès – dans une certaine mesure - : dans le fond, pourquoi ne pas tenter l'aventure ? Ce cheminement n'est toutefois pas forcément naturel, et semé d'embûches. Et la problématique peut d'ores et déjà être analysée en fonction de leur marché. Il faut en outre distinguer les activités de BtoB et de BtoC, notamment en ce qui concerne le e-commerce. Dans ce domaine, on pourrait pourtant croire que par nature, le web n'a pas de frontières. Une réalité virtuelle qui se heurte pourtant à d'autres réalités plus tangibles.

 

E-commerce : des comportements d'achat variables d'un pays à l'autre

(...)

La vente en ligne de logiciels : un modèle plus facilement exportable ?

(...)

Le e-commerce de logiciels BtoB : un besoin plus fort de présence physique

(...)

Recruter aux Etats-Unis : éviter l'effet du fond de cuve

(...)

La Silicon Valley, incontournable ?

(...)

Les PME françaises jugées visionnaires mais parfois trop en avance sur le marché

(...)

La Chine : de forts potentiels, mais des facteurs politiques et des pratiques de pillage technologique à connaître

(...)

Des aides publiques substantielles

Indépendamment des contextes spécifiques des pays, quelles sont les aides, les appuis dont peuvent bénéficier les PME françaises qui veulent s'exporter, et comment aborder le sujet ?

 

« On ne peut pas prendre à la légère le projet de déploiement dans un nouveau pays, et il ne faut pas céder facilement aux sirènes de marchés prometteurs. Et le monde est grand : la France ne représente que 3,5% des échanges internationaux. Considérer un développement à l'international, c'est un peu repartir à l'école et mettre tout à plat », argue Arnaud Leurent, responsable de l'offre développement international chez Global Approach Consulting.

« En outre, il faut s'attendre à tabler sur un budget de prospection qui atteindra facilement 100 000 euros par an et par pays », ajoute-t-il. Les premiers pas dans un nouveau territoire induisent en effet des moyens pour participer à des  salons professionnels, s'appuyer sur un cabinet de conseil, d'avocats – par exemple, pour gérer des problèmes liés au visas -, et recruter une petite équipe.

Or, l'Etat et et collectivités locales ont largement développé une gamme d'aides financières et d'accompagnements. « En premier lieu, l'assurance prospection de la Coface est incontournable », souligne Arnaud Leurent. « Elle permet de financer 75% de la partie immatérielle d'une action de prospection et peut être importante en termes de montants avancés : en fait, la limite est celle des fonds propres de l'entreprise emprunteuse ! ».

Autres solutions : les offres d'Oséo international, qui peuvent compléter celles de la Coface. Les Régions sont également actives pour soutenir les entreprises à l'international, c'est le cas par exemple de la Région Midi-Pyrénées  avec son programme Croissance PME.

Quant à UbiFrance, cette agence de développement sous la tutelle du ministère de l'économie et des Finances (voir MID e-news du 28 janvier 2013), est citée régulièrement par les témoins de ce dossier. « Leur aide se fait « en nature » : ils nous accompagnent en Chine pour étudier les stratégies possibles de vente en ligne dans un contexte où les outils publicitaires de Google ne sont pas opérants : il faut passer par le moteur de recherche national Baidu. UbiFrance nous épaule également pour déterminer la bonne approche d'un développement commercial de terrain. En termes financiers, nous nous appuyons aussi beaucoup sur l'assurance prospection Coface », détaille Vincent Encontre.

 

Tout est donc sur la table pour aller à la rencontre d'un monde divers, avec ses menaces et opportunités. Reconnues pour leur potentiel technologique, nombre de PME innovantes françaises du secteur numérique peuvent jouer leur carte, et y trouver la bonne implantation.

 

Dossier réalisé et propos recueillis par Frédéric Dessort

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

[Débat du mois] Et si Airbus déménageait ?

[Débat du mois] Et si Airbus déménageait ? | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Carré d’info et le pôle actualité de la Médiathèque de Toulouse vous proposent tous les mois en partenariat un débat d’actualité sur des thèmes qui animent la ville.

Pour ce troisième rendez-vous, nous vous proposons de débattre de l’impact économique que représente l’avionneur sur le territoire toulousain en terme d’emploi, d’investissement et d’avenir pour la ville.

 

Rendez-vous le 18 avril à 18 heures au pôle actualité de la médiathèque José Cabanis.

 

D’ici là, n’hésitez pas à commenter et poser vos questions.

 

Pour cela, trois solutions :

- dans les commentaires à la suite de cet article,

- sur la page Facebook de Carré d’Info

- sur Twitter avec le hastag #DebatAirbus (les tweets seront visibles dans cet article)

https://twitter.com/search?q=%23DebatAirbus&src=typd

 

 

Airbus est une évidence économique à Toulouse. Plus de 16 000 salariés sur ses sites de l’agglomération, de grands succès populaires et technologiques tels l’A320 ou l’A380, sans compter la prochaine installation du siège d’EADS, sa maison-mère, dans la ville rose. Oui, Airbus va bien et en fait profiter Toulouse.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

EADS : les huit points qu'il faut retenir de la future stratégie de Tom Enders

EADS : les huit points qu'il faut retenir de la future stratégie de Tom Enders | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Lors de la présentation des résultats 2012 d'EADS, Tom Enders a dévoilé quelques bribes de ce que sera le groupe européen sous sa présidence. Voici les huit points que nous avons retenus.

Ce n'est pas une surprise, EADS va bien. Le chiffre d'affaires du groupe européen s'est établi l'an dernier à 56,5 milliards d'euros en hausse de 15 % (49 milliards en 2011) et le bénéfice d'exploitation (EBIT) a bondi de 29 %, à 2,19 milliards (1,69 milliard en 2011). Mais, pour le nouveau président exécutif d'EADS, Tom Enders, ce n'est pas suffisant même si il a reconnu que "2012 a été une bonne année". Tout au long de la présentation des résultats ce mercredi, il a martelé sur tous les tons que le groupe devait mettre le cap vers une meilleure profitabilité afin de mieux servir les actionnaires du groupe. Il peut toutefois encore dormir tranquille avec une trésorerie nette confortable, qui s'élevait fin 2012 à 12,3 milliards d'euros, en hausse de 5 % (11,6 milliards en 2011).

1/ Des axes d'améliorations pour dégager une meilleure rentabilité d'EADS

(...)

 

2/ EADS garde ses activités défense

(...)

 
3/ Les relations avec les États partenaires d'EADS

(...)

 
4/  un carnet de commandes étonnant

(...)

 

5/ Une montée en cadence d'Airbus prudente

(...)

 

6/ Une deuxième chaine d'assemblage de l'A350

(...)

 
7/ Le rachat d'actions ira à son terme

(...)

 

8/ Les enquêtes sur des affaires de corruption

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La ministre du Commerce extérieur lance à Toulouse un portail d'aide à l'export

La ministre du Commerce extérieur lance à Toulouse un portail d'aide à l'export | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Martin Malvy et Nicole Bricq

 

La ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq, et Martin Malvy, président du Conseil régional, ont lancé aujourd’hui la plateforme numérique d’accompagnement des entreprises de Midi-Pyrénées à l’international. Un investissement de 100 000 euros par an pour accompagner les entreprises régionales dans leur développement à l’export.

(...)

 

"Les Régions, pilotes à l’export"


Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur, venue pour le lancement officiel de cette plateforme, a indiqué que "sur 10 entreprises qui exportent une fois, seules 3 recommencent l’année d’après". Elle a soutenu que les régions ont la compétence économique, et connaissent le tissu économique local "je m’appuie sur les régions, mes pilotes à l’export". Devant les chefs d’entreprises de la région, Nicole Bricq a dévoilé sa stratégie pour le commerce extérieur de la France : "organiser depuis les territoires, défendre en Europe, et conquérir le monde."

 

La plateforme http://export.midipyrenees.fr/fr

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le BTP plonge et l'industrie ralentit: résultats de l'enquête annuelle de la Banque de France

Le BTP plonge et l'industrie ralentit: résultats de l'enquête annuelle de la Banque de France | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Patrick Berger, directeur régional de la Banque de France

 

 

La très attendue enquête annuelle de la Banque de France Midi-Pyrénées sur le sentiment des chefs d’entreprise de la région confirme un bilan 2012 conforme aux attentes, en demi-teinte, et porté par le secteur aéronautique. Les perspectives 2013 sont mauvaises avec une baisse des effectifs dans la majorité des secteurs.
Les résultats par secteur et les commentaires de Patrick Berger, directeur régional de la Banque de France.

L’industrie

(...)

Les services aux entreprises

(...)

Le BTP

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Grands Prix de l’Economie Objectif News : les lauréats

Grands Prix de l’Economie Objectif News : les lauréats | La lettre de Toulouse | Scoop.it

La 4e édition des Grands Prix de l’économie Objectif News s’est déroulée ce lundi 17 décembre au Casino Théatre Barrière de Toulouse. Plus de 550 personnes ont assisté à la cérémonie, qui a récompensé neuf entreprises et décideurs pour leur réussite. Carlos Verkaeren, PDG du Groupe Poult, a remporté le Grand prix du Décideur de l’année.

 

Grand prix Décideur de l’année 2012:
Carlos Verkaeren ,Groupe Poult

Grand prix Jeune Entrepreneur:
Michaël de Lagarde – Delair-Tech

Grand prix Développement durable:
Sobac

Grand prix International:
Forges de Niaux

Grand prix Innovation:
Actia Group

Grand prix Entreprise familiale:
Papeteries Léon Martin

Grand prix Entreprise citoyenne:
DSI Distribution Service Industriels

Grand prix Entreprise en croissance:
Lyra Network

Grand prix des lecteurs:
iTolosa

Jacques Le Bris's insight:

Voir le diaporama :

http://www.objectifnews.com/diaporamas/2012-gp

more...
No comment yet.
Suggested by Celinegao
Scoop.it!

Immobilier neuf Toulouse : reprise espérée pour la fin d'année

Immobilier neuf Toulouse : reprise espérée pour la fin d'année | La lettre de Toulouse | Scoop.it

 

Comme dans le quartier Borderouge de Toulouse, l'offre de logements neufs a progressé de 24 % au 1er semestre.

 

 

Comment les professionnels de l'immobilier de Toulouse et sa région voient le marché de l'immobilier neuf toulousain pour la fin de l'année et 2013 ?

 

Taux d’intérêt les plus bas de France, fort potentiel démographique, la ville de Toulouse conserve ses attraits, ce qui devrait re-booster le marché de l’immobilier neuf dès la fin de l’année.

 

Alors que se tient en fin de semaine, le salon de l’immobilier de Toulouse Midi Pyrénées, les promoteurs immobiliers semblent plutôt confiants en l’avenir de l’immobilier neuf à Toulouse.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les « pigeons » entrepreneurs refusent la loi de finances 2013

Les « pigeons » entrepreneurs refusent la loi de finances 2013 | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Exaspérés par le projet de loi de finances présenté par Pierre Moscovici, des entrepreneurs ont lancé sur les réseaux sociaux le mouvement des pigeons entrepreneurs ce week-end.

 

En cause, la fiscalité du capital qui serait alignée sur celle du travail, mesure annoncée de longue date par François Hollande. Selon ses calculs, l’entrepreneur devrait acquitter une taxe de plus de 60% sur la plus-value de cession.« Quel entrepreneur peut accepter de mettre une grande partie de ses économies à risque et la quasi-intégralité de son temps pendant de nombreuses années quand il anticipe que plus de 60% de la valeur actionnariale créée ira à l’Etat dans le cas improbable (et pourtant à la base de sa motivation) où son aventure entrepreneuriale serait un succès ? » explique le chef d’entreprise.

 

Une croissance exponentielle

 

Un argumentaire qui a fait mouche dans la communauté des entrepreneurs. Ils ont depuis choisi le pigeon, cet oiseau pas très malin, comme signe de ralliement.

Entretenu par le compte Twitter @DefensePigeons, le mécontentement a depuis rassemblé près de 5500 internautes sur Facebook à l’heure où est écrit cet article. De grands noms de l’internet Français ont affiché leurs sympathies pour le mouvement, Pierre Chappaz et Frédéric Montagnon, respectivement co-fondateur de Kelkoo et d’OverBlog.

Mouvement encore en gestation ( il n’existe que depuis trois jours), le mouvement des pigeons entrepreneurs a déposé le domaine DefensePigeons.org.

http://defensepigeons.org/

 

 

Est prévu un rassemblement dimanche 7 octobre à 15H00 devant l’assemblée nationale.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

À Toulouse, la ministre Fleur Pellerin rencontre les entreprises innovantes et garantit le financement des pôles de compétitivité

À Toulouse, la ministre Fleur Pellerin rencontre les entreprises innovantes et garantit le financement des pôles de compétitivité | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Fleur Pellerin, ministre déléguée en charge des PME, de l'innovation et de l'économie numérique, a effectué ce lundi 24 septembre un déplacement à Toulouse à l’occasion de l’Assemblée générale du pôle de compétitivité Aerospace Valley.  La ministre a visité la chaîne d’assemblage final de l’A350XWB sur le site Airbus de Colomiers, et des PME innovantes de la TIC Valley.

Il s’agit du premier déplacement officiel à Toulouse de Fleur Pellerin, ministre déléguée auprès du Redressement productif. Accueillie ce matin, lundi 24 septembre, par Patrick Piedrafita, président d’Airbus Opérations SAS, elle a débuté sa visite par la chaîne d’assemblage final de l’A350XWB.

« L’occasion d’aborder avec les responsables du groupes aéronautiques les enjeux financiers, commerciaux ainsi que les liens entre le groupe Airbus et les PME de Midi-Pyrénées »

(...)

Fleur Pellerin au pôle Aerospace Valley

 

En charge des Petites et moyennes entreprises, de l’innovation et de l’économie numérique, Fleur Pellerin y a rencontré plus particulièrement trois PME innovantes : Noomeo (conception d’outils de mesures 3D qui s’appliquent au secteur de l’aéronautique), Estève Technologie (spécialisée dans la fabrication de pièces de précision, la réalisation d'équipements et d'outillages, ainsi que la fabrication de pièces aéronautiques normalisées, dans les secteurs de l’aéronautique, du spatial, de la défense et de toutes industries) et Nexaya (groupe industriel qui intervient principalement sur les marchés de la Défense, de l’aéronautique et des transports). 

 

Au cours de l'Assemblée générale, Ludovic Le Moan, PDG de Sigfox, a reçu le trophée du 500e projet labellisé par Aerospace Valley pour le projet Object's World, lié à l'internet des objets, et dont le coût s'élève à 22,8 M€. "Je suis content de ne pas être le 499e, a-t-il plaisanté en recevant son prix. Ce projet est la preuve que Sigfox a un bel avenir." 


L'avenir des pôles de compétitivité

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Près de 1 000 personnes ont participé à Toulouse au 2ème Forum économique organisé par la CCI

Près de 1 000 personnes ont participé à Toulouse au 2ème Forum économique organisé par la CCI | La lettre de Toulouse | Scoop.it

(De g. à d.sur l'écran) Carlos Verkaeren ( Poult), Christian St Etienne (Professeur CNAM) et Philippe Forestier (Sassault Systèmes) débattent sur l'avenir des entreprises de la région Midi-Pyrénées

 

La deuxième édition du Forum économique de Toulouse a mis l'accent sur l'« Économie positive : faire de l'avenir la plus belle des entreprises » ce jeudi à Entiore près de Toulouse. Organisée par la Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI) de Toulouse, cette rencontre, véritable « laboratoire d'idées » pour les entreprises de Midi-Pyrénées a réuni près de 1000 personnes.

« Il faut adopter une attitude positive. Être plus offensif que défensif ». C'est ce qu'on entendu les chefs d'entreprises présents lors du discours d'Alain Di Crescenzo, président de la CCI de Toulouse, ce matin, à la cité de l'entreprise d'Entiore. La seconde édition de ce Forum économique met en lumière l'économie positive. « Cela part d'une volonté de la CCI 31 d'aller au-delà de sa mission régalienne » appuie Alain Di Crescenzo. En cela, cette institution veut être un acteur de la prospective et pousser les entreprises à se développer.

Cet outil a également pour but d'être un élément fédérateur et collectif « au service du territoire ». «  Il colle aux besoins des entrepreneurs, des collectivités et des consommateurs », ajoute Alain Di Crescenzo. L'objectif est de créer des valeurs et des emplois, « les piliers d'un développement économique sain et pérenne ».

Valoriser la « coopétitivité »

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Midi-Pyrénées. L'agence Madeeli fait son bilan, et après ?

Midi-Pyrénées. L'agence Madeeli fait son bilan, et après ? | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Martin Malvy, président de Madeeli, avec à sa droite, Bernard Plano, président délégué de Madeeli pendant la conférence de presse.

  

A l'occasion de son assemblée générale, la nouvelle agence régionale de développement économique Madeeli a tiré son bilan. Si elle reste active dans le soutien aux entreprises, les contours de son champs d'action après 2015 restent flous.

 

C’est la fin d’un cycle pour Madeeli. La nouvelle agence de développement économique et d’innovation de Midi-Pyrénées livre le bilan d’une année 2015 prolixe en événements et en action terrains. Et pour cause, elle est née du rapprochement des deux agences régionales Midi-Pyrénées Expansion et Midi-Pyrénées Innovation. De quoi profiter d’une force de frappe plus importante, avec cinquante-six collaborateurs, vingt-trois administrateurs et 131 membres.

Au final, Madeeli aura donc réalisé douze journées thématiques, réunissant au total plus de 650 participants, sur des sujets pointus qui concernent l’économie régionale. Citons, pêle-mêle, le filon des objets connectés pour les stations de ski, la cybersécurité pour les PME, ou encore la chaudronnerie et ses enjeux techniques. Au delà de ces journées de connaissances censées faciliter le transfert de technologies, Madeeli est aussi un accompagnateur d’entreprises. « Plus de 600 projets ont été accompagnés sur le développement économique, l’export et l’innovation, à travers les cinq réseaux majeurs que sont Midi-Pyrénées Entreprendre, RDTI, Rézopep pour les pépinières, ou encore Réseau Entreprise Europe et Business France », constate le président du conseil régional, également patron de Madeeli, Martin Malvy.

En Languedoc-Roussillon, développement économique et innovation n’ont pas fusionné

Et les responsables de l’agence de relever les nouveautés de cette année, à commencer par la mise en marche du dispositif Croissance PME. Celui-ci a attiré cinquante-quatre entreprises qui ont généré 256 dossiers et 24,5 millions d’euros d’aide en trois ans. Bilan à la clé : 950 emplois créés, 1874 salariés formés, et une croissance moyenne de chiffre d’affaires de plus de 40% pour ces sociétés.

Mais au delà des actions menées, c’est bien vers 2016 que Madeeli va devoir se tourner désormais. Certes, des grands rendez-vous, tels la journée et le concours des Inn’Ovations, traditionnellement organisés fin janvier, restent programmés. Mais difficile de dégager une visibilité plus lointaine, en raison des échéances électorales à venir. Quelle forme prendra Madeeli à l’aune de la future grande région ? En Languedoc-Roussillon, le conseil régional dispose de ses propres agences de développement économique : Invest Sud de France pour le développement économique et Transferts LR pour l’innovation. Celles-ci n’ont pas fusionné, laissant la porte ouverte à tous les scenarii possibles. Dans tous les cas, « il ne peut y avoir qu’une seule agence », estime Martin Malvy. « Il y aura besoin de proximité avec les territoires ».

Parce qu’elles s’inscrivent directement dans la compétence économique des conseils régionaux, les agences de développement économique restent des outils opérationnels et politiques trop importants pour être dévalorisés. Reste à en définir le contour stratégique à l’horizon 2016-2017. Une mission de taille pour le ou la futur président(e) de la grande région. 
M.V.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Jean Tirole, président de Toulouse School of Economics, reçoit le prix Nobel d'Économie 2014

Jean Tirole, président de Toulouse School of Economics, reçoit le prix Nobel d'Économie 2014 | La lettre de Toulouse | Scoop.it


Jean Tirole, prix Nobel d'économie, le 13 octobre 2014 à Toulouse


 

Jean Tirole fait aujourd'hui de Toulouse une capitale mondiale de l'économie. Président de Toulouse School of Economics (TSE), le chercheur a effet reçu ce lundi 13 octobre le prix Nobel d'Économie 2014. Polytechnicien et ingénieur général des Ponts et Chaussées, Jean Tirole est primé pour son "analyse de la puissance du marché et de la régulation". Ce prix, véritable consécration pour ce chercheur nobélisable depuis plusieurs années, est aussi une formidable reconnaissance pour l'école toulousaine de recherche en économie.

La France est décidément à l'honneur lors de cette édition des prix Nobel. Après Patrick Modiano en littérature, c'est aujourd'hui Jean Tirole qui est primé pour ses recherches en sciences économiques. Mentionné parmi les potentiels lauréats depuis plusieurs années, il est aujourd'hui récompensé pour ses travaux sur la régulation des marchés. "Jean Tirole est l'un des économistes les influents de notre époque. Il est l'auteur de contributions théoriques importantes dans un grand nombre de domaines, mais a surtout clarifié la manière de comprendre et réguler les secteurs comptant quelques entreprises puissantes", a expliqué le jury dans un communiqué. (lire le papier de La Tribune sur ses recherches)

C'est aux alentours de 12h15 que Jean Tirole a appris la bonne nouvelle. "J'ai loupé les deux ou trois premiers appels car je travaillais sur un dossier, raconte l'économiste toulousain. Quand j'ai vu le 46, l'indicateur de la Suède, j'ai été un peu étonné. Ensuite, j'ai mis une bonne demie-heure à m'en remettre. C'est quelque chose extraordinaire. Je suis très heureux pour ma famille et l'université. Je souhaite bien évidemment associer à ce prix, les collègues de Toulouse School of Economics, dont je préside la Fondation depuis 2007 et où j’ai la chance de mener mes recherches dans un environnement exceptionnel depuis 1991."

Ému aux larmes au cours de la conférence de presse qu'il a tenu à Toulouse en début d'après-midi, Jean Tirole a rendu hommage à Jean-Jacques Laffont, décédé en 2004. "J'ai une pensée spéciale pour celui qui a été pour moi un mentor, un exemple et surtout un ami. Je sais le rôle déterminant qu’il a joué dans ce qu’il m’arrive aujourd’hui. Nous essayons tous de poursuivre son œuvre." C'est d'ailleurs vers la femme de ce dernier, Collette Laffont, que Jean Tirole s'est tourné en entrant dans la salle de conférence de l'université de Toulouse ce lundi après-midi. "C'est le couronnement d'une aventure qu'il a commencé il y a longtemps, sourit celle-ci. Cela m'évoque le travail de mon mari. Ils avaient des objectifs ambitieux qui sont aujourd'hui réalisés."

"L'école de Toulouse" en économie
Installé dans la Ville rose depuis près de 25 ans, Jean Tirole a grandement contribué à l'attractivité de l'université et de la recherche toulousaine en sciences économiques. Outre la présidence de TSE, Jean Tirole est par ailleurs directeur scientifique de l'Institut d'économie industrielle (IDEI), berceau de "l'école de Toulouse", dont il est l'un des fondateurs, et membre du Comité de Direction de l'Institute for Advances Study in Toulouse (IAST) "La nouvelle école de la régulation, c'est la marque de fabrique de Toulouse, explique Marc Ivaldi, le directeur des études de l'EHEES. Jean-Jacques Laffont et Jean Tirole en sont les pionniers."

"Pour un président d'université qui a fait de la recherche un axe de développement important, c'est le rêve", a réagi Bruno Sire, le président de l'université Toulouse 1 Capitole. Généralement, les prix sont partagés. Là, il est seul. C'est un signe de reconnaissance de l'ensemble de son œuvre. Cela crédibilise également la stratégie de l'université menée depuis 30 ans."

Né à Troyes en 1953, diplômé de Polytechnique, ingénieur des Ponts et Chaussées, Jean Tirole a obtenu un doctorat du MIT sous la direction d'Erik Maskin, prix Nobel d'Économie 2007. En réaction à son prix, il a ainsi adressé "une pensée aussi pour mes collègues du MIT où j’ai obtenu mon doctorat et avec qui je travaille régulièrement, et tous ceux qui, de près ou de loin, m’ont permis de mener à bien ces travaux."

Indirectement associé à la Fondation Nobel, cette haute distinction en sciences économiques est décernée par la banque centrale de Suède en mémoire d'Alfred Nobel, depuis 1969. Au palmarès du prix, Jean Tirole succède à Eugene Fama, Lars Peter Hansen et Robert Shiller, primés en 2013 pour leurs travaux sur les marchés financiers. Deux Français l'ont reçu jusqu'à présent : Gérard Debreu, en 1983, et Maurice Allais, en 1988.

Pendant sa conférence de presse, Jean Tirole a appelé de ses vœux des réformes rapides de l'économie française : "Elle n'est pas un cas désespéré car nous avons beaucoup d'atouts. Nos grandes entreprises fonctionnent bien même si le tissu des PME est encore trop faible. Nous avons beaucoup de capital humain. Il faut investir dans l'éducation et l'économie de la connaissance. Il faut donner de bons emplois à nos jeunes et que nous ne leur léguions pas une dette trop élevée. Il s'agit de faire les réformes assez vite. La question n'est pas l'austérité." En 2012, il donnait sa vision de la crise de la dette à La Tribune.


Paul Périé et Gael Cérez

Jacques Le Bris's insight:

Nombreuses réactions
Les messages de félicitations sont nombreux sur les réseaux sociaux. 

À commencer par Joël Echevarria, directeur délégué de TSE : "Le Prix Nobel 2014 d'économie attribué à Jean Tirole (et à lui seul) : la communauté de @TSEinfo et de @UT1Capitole fière et émue !"

 

Le Premier ministre Manuel Valls s'est félicité de ce nouveau prix pour la France : "Après Patrick Modiano, un autre Français au firmament : félicitations à Jean Tirole! Quel pied-de-nez au french bashing !"

 

Jacques Attali a lui aussi rendu hommage à Jean Tirole, soulignant l'importance de ses travaux : "Bravo à Jean Tirole pour ce Nobel si mérité. Ses travaux théoriques font depuis longtemps référence et inspirent bien des praticiens. En particulier, la proposition de Jean Tirole sur l'allocation chomage, il y a 10 ans, est toujours d'actualité."

 

Pour Pierre Izard, le président du conseil général, "l’attribution du prestigieux prix Nobel d’économie est un honneur pour la Haute-Garonne qui  vient de voir de voir l’un des plus fervents  initiateurs de l’Ecole d’économie de Toulouse inscrire son nom parmi les  économistes les plus éminents. "

 

Martin Malvy, le président du Conseil régional, souligne quant à lui "le potentiel et la qualité de la recherche française.

 

Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, félicite Jean Tirole grâce auquel "après l'aéronautique, le spatial et la santé, Toulouse brille aussi sur la carte mondiale de l'économie".

 

Selon Bernard Keller, maire de Blagnac et vice-président de Toulouse Métropole en charge du développement économique, "l'attribution du prix Nobel à Jean Tirole est un grand honneur pour Toulouse, la France et l'Europe"

 

Du côté du CESER, on salue "la notoriété des travaux de Jean Tirole et sa totale implication en tant que président et fondateur de la « Toulouse School of Economics » (TSE), rattachée à l’Université Toulouse 1 Capitole".

 

Bertrand Monthubert, le président de l'Université Toulouse III - Paul Sabatier, remarque que sous l'impulsion scientifique de Jean Tirole que TSE est devenue l'un des grands centres de recherche européens en économie : "Ce prix Nobel participe au rayonnement scientifique de l'Université Fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées et de la recherche française".

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Payname : le Paypal de l'URSSAF

Payname : le Paypal de l'URSSAF | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Payname est un service qui permet de payer facilement tous les services entre particuliers. Une petite révolution.

 

A sa tête, Eric Charpentier, 38 ans, originaire de Toulouse. Un parcours scientifique puis un passage par le social et surtout une envie irrépressible de monter sa boite. Pour une raison bien précise : répondre aux attentes des consommateurs.

Et justement, avec Payname, Eric Charpentier a voulu proposer aux particuliers une solution de paiement très simple pour déclarer, assurer et payer tous ces petits services de tous les jours.

Faire qu'en un seul paiement, vous allez déclarer et payer la personne qui vous a rendu service pour garder vos enfants ou faire votre ménage, c'est une petite révolution.

Est-ce que c'est une manière de lutter contre le travail au noir? Oui, clairement.

Payname, c'est un peu le Paypal et l'URSSAF dans un même service, Paypal qui est un service très populaire de paiement en ligne. Faire qu'en un seul paiement, vous allez déclarer et payer la personne qui vous a rendu service pour garder vos enfants ou faire votre ménage. C'est en quelque sorte lutter contre le travail au noir, même si Eric Charpentier s'en défend.

Est-ce que ça marche ? Oui, à tel point que Denys Chalumeau, créateur de seloger.com vient d'entrer au capital de Payname. La simplicité, ça paye, puisque la commission de Payname n'est que de 3% (soit 1,5% avec la réduction d'impôt). De quoi espérer une forte croissance avec le développement de l'économie collaborative et tous ces sites de job entre particuliers. Ce secteur des services entre particuliers représente aujourd'hui plus de 5 millions de personnes. Une audience dont compte bien profiter Payname.

 
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le FMI gâche le retour du soleil

Le FMI gâche le retour du soleil | La lettre de Toulouse | Scoop.it

 

Cela faisait six mois qu'on attendait le retour du beau temps. Six mois c'est long. Et dès que le soleil réapparait, voilà qu'on reçoit une douche froide. Sur les prévisions de croissance en France et plus généralement, avec le FMI, sur les prévisions de croissance en Europe, aux Etats Unis et dans le monde.

Est ce qu'on peut profiter de quelques jours de soleil tranquilles OUI OU NON??

 

PAUVRE GOUVERNEMENT
Il avait pourtant déjà revu à la baisse les prévisions de croissance à 0.1% pour 2013 et 1.4% en 2014. Le FMI lui est tombé dessus avec une récession de 0.1 en 2013 et 0.9% pour 2014. Et le Haut Conseil des Finances Publiques a jugé les prévisions du gouvernement trop optimistes aussi. Ce gouvernement est vraiment mauvais ou n'a vraiment pas de bol...ou les deux.

LE FMI NOUS PLOMBE
Il a publié ses prévisions de croissance. En gros, l'Europe c'est mort encore pour deux ans au moins, les Etats Unis c'est moins bon qu'attendu et les pays émergents permettront à la croissance mondiale en 2013 de progresser à 3.3% contre 3.2% en 2012.

POUR LA REINE CHRISTINE
Lagarde, les "héros" sont les banquiers centraux qui ont sauvé le monde et les cancres sont les leaders politiques de certains pays qui n'ont rien fait. Suivez son regard...

CESSEZ LE FEU SUR L'OR
Quel incroyable mouvement sur le marché de l'or! Un vrai délire sur un marché où le consensus était largement haussier depuis des mois! Et un vrai bain de sang en quelques jours avec une baisse de près de 250 dollars. Hier le marché s'est stabilisé. Le temps de compter les blessés. Et ils sont nombreux. Très nombreux. Et souvent célèbres. Très célèbres. (Voir édito)

UN GRAND BRAVO A MONTEBOURG
pour son redressement productif de Petroplus. Le site sera fermé et tout le personnel licencié.

LE DRAME DE BOSTON
L'enquête continue. Pas de piste confirmée pour l'instant.

CRI D'ALARME EN CHINE
Un des plus gros groupes d'audits Chinois considère que la dette des collectivités locales chinoises est en plein dérapage et pourrait provoquer une crise financière plus grave que la crise des subprimes...Rassurant.

L'ECOLOGIE N'EST PLUS UNE PRIORITé EN EUROPE
Le Parlement Européen a rejeté des mesures visant à plus pénaliser les émissions de CO2. C'était le dernier espoir, ou presque, d'un marché du CO2 déjà en pleine déroute. Le cours s'est effondré à 2.63 euros la tonne contre 30 euros en 2008. On va pouvoir se racheter des 4x4...

ET PENDANT CE TEMPS GOLDMAN
continue à gagner de l'argent. Plus que prévu par les analystes. Un bénéfice de 4.29 dollars par action contre 3.92 de consensus, un ROI de 12.4% contre 10.7% le trimestre précédent, et des revenus d'investment banking en hausse de 36%. Leur petite entreprise ne connaît pas la crise...

CAHUZAC SUR BFM
Il avait l'air en super forme pour un gars qui a fait explosé la vie politique en France. Bien bronzé. Beau gosse. La pêche.

CHASSE A L'HOMME
La chasse aux riches continue. On a même une publication par le fisc d'un recensement commune par commune. Ils sont à Neuilly sur Seine, dans Paris 7ème, 8ème et 16ème... A l'attaque!!

LE RETOUR DU MUPPET SHOW
Vous vous rappelez les deux vieux du Muppet Show qui faisait des commentaires sur tout? Alain Juppé et Michel Rocard reviennent sur scène avec un plan antichômage.

LE CHIFFRE DU JOUR: 606,000
Les chiffres d'audience des radios pour le premier trimestre ont été publiés. Brigitte Lahaie et son émission "L'Amour et vous" sur RMC gagne 15% d'auditeurs. 606,000 personnes l'écoutent chaque jour entre 14h et 16h.

THE GRANDMASTER
Je ne serai pas joignable cet après midi. Je vais voir The Grandmaster. L'histoire du maître de kung fu de Bruce Lee, IPman filmé par Wong Kar Waï.

VOILA C'EST TOUT
BONNE JOURNEE
MAY THE FORCE BE WITH YOU.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

En difficulté, la filière lait Sud-Ouest adopte un plan stratégique unique en France

En difficulté, la filière lait Sud-Ouest adopte un plan stratégique unique en France | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Thierry Lanuque, Henri-Michel Comet, Michel Sallenave

 

Le bassin laitier du Sud-Ouest, le plus vaste de France, traverse une période difficile. En proie à de multiples incertitudes (réforme de la PAC, fin annoncée des quotas laitiers, volatilité accrue des prix et des charges), les acteurs de la filière ont ratifié hier avec les pouvoirs publics une charte d’engagement pour garantir l’avenir du bassin.

 

"Outre les actions, il faut un projet politique". C’est en ces termes que Henri-Michel Comet, préfet coordonnateur du bassin laitier Sud-Ouest (Aquitaine, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées), a introduit, jeudi 28 février, le partenariat stratégique qui lie pouvoirs publics, producteurs et industriels. Ce plan stratégique engagé pour la période 2012-2015 doit permettre de pérenniser l’activité du bassin laitier (7 384 exploitations soit 9 % du total français, 59 établissements de collectes, 5 100 emplois chez les transformateurs).


Plan en 5 axes

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Fermeture du site Motorola de Toulouse, 180 licenciements

Fermeture du site Motorola de Toulouse, 180 licenciements | La lettre de Toulouse | Scoop.it
TOULOUSE (Reuters) - Motorola Mobility va fermer fin mai son site de Toulouse, qui emploie environ 180 personnes, a déclaré mardi une porte-parole du fabricant de combinés mobiles, filiale de Google, qui a engagé un processus de réduction de ses effectifs dans le monde.

Après la finalisation de son rachat par Google l'an dernier, le groupe a annoncé en août la suppression de 4.000 emplois, soit 20% de ses effectifs, et la fermeture près d'un tiers de ses bureaux à travers le monde.

"Motorola Mobility a prévenu les employés du site de Toulouse de notre intention de fermer ce site de manière définitive à compter du 31 mai 2013", écrit une porte-parole du groupe dans un courriel adressé à Reuters.

"Nous sommes conscients que cette décision est difficile pour nos collègues concernés, et nous travaillons avec eux pour les accompagner au mieux financièrement et, plus important encore, nous sommes en contact avec nos partenaires à Toulouse pour les aider à retrouver un emploi au plus vite", peut-on lire.

Les premières lettres de licenciement ont été envoyées cette semaine, a-t-elle confirmé.

C'est un nouveau coup dur pour l'industrie toulousaine après la fermeture d'une partie du site voisin Freescale, ancienne propriété de Motorola, qui a stoppé en août dernier son activité de production de semiconducteurs, où travaillaient 820 personnes.

Freescale a toutefois conservé sur place environ 500 employés dans son activité recherche.

Motorola était installé à Toulouse depuis la fin des années 1960.

Jean Décotte, édité par Yves Clarisse

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Candidater aux Trophées de l'économie numérique, jusqu'au 19 avril

Candidater aux Trophées de l'économie numérique, jusqu'au 19 avril | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Les inscriptions pour candidater aux onzièmes Trophées de l’économie numérique sont ouvertes. Date limite des dépôts : le 19 avril. 

 

Les inscriptions sont ouvertes pour candidater aux onzièmes Trophées de l’économie numérique. Des prix qui viennent récompenser des entreprises et organisations dans le développement de solutions et applications numériques remarquables.

Cinq catégories sont proposées : Territoire numérique & citoyenneté, Performance des systèmes d’information, Innovation, E-business, et Développement durable. Comme lors de chaque édition, les trophées seront remis à l’occasion de la Mêlée Numérique 2013, le plus grand salon consacré aux TIC dans le Sud-Ouest, qui se tiendra les 5 et 6 juin au centre de congrès Diagora Toulouse-Labège.

Le jury sera composé d’experts, de journalistes, de partenaires des Trophées, de représentants des différents départements de Midi-Pyrénées, mais aussi des vainqueurs 2012. Et notamment le premier d’entre eux, Phonitive, spécialiste des applications pour smartphones et tablettes, qui avait remporté le Grand prix de l’économie numérique l’an dernier.


Jacques Le Bris's insight:

 

Candidatures jusqu’au vendredi 19 avril.

 

Renseignements et inscriptions sur le site l’association la Mêlée, qui fédère les acteurs des TIC dans le Sud-Ouest.

http://www.lamelee.com/les-trophees-de-leconomie-numerique/11eme-edition-des-trophees-de-l-economie-numerique.html

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les sujets forts en 2013 à Toulouse

Les sujets forts en 2013 à Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it
Non, la rédaction de Carré d’info ne se prend pas pour Nostradamus. Mais en 2013, il y a bien quelques événements que les Toulousains peuvent prévoir. Petit tour rapide et non exhaustif de dossiers qui vont faire l’actualité en ville.

 

 

Chantiers : encore beaucoup de travaux

Avec plusieurs livraisons prévues en 2014, les chantiers n’ont pas fini de pousser afin de faire de Toulouse, selon l’imagination de la mairie et de la communauté urbaine, une grande métropole. Autant de travaux répertoriés sur le site de Toulouse métropole et consultables.
Cette année le stadium aura droit à un lifting pour accueillir l’euro 2016. Selon la Dépêche, il ne faut pas s’attendre à une révolution architecturale. La rénovation se fera à l’économie.

Les premiers projets d’aménagement seront définis d’ici fin 2013 pour le nouveau quartier de la Gare Matabiau. Une transformation qui doit s’accompagner d’expropriations et ne se fera pas sans heurts. D’autant que ce nouveau quartier est justifié par l’arrivée de la LGV à Toulouse, une arrivée dont les échéances et les budgets sont au conditionnel.

 

Transports : ça ne file pas très droit

LGV. Le tracé définitif du tronçon reliant à « grande vitesse » Toulouse à Bordeaux devrait être validé en ce début d’année. Mais le dossier LGV ayant été relégué au rang de projet secondaire par le gouvernement, rien n’assure que le train file comme le vent au départ de Matabiau en 2022. Par ailleurs, le dessin actuel de la LGV n’est pas du goût de tous. Certains estiment qu’il est un « grand projet inutile ».

 

A lire aussi >> Nos interviews de Martin Malvy et d’Alain Rousset sur le TGV

 

Les deux nouvelles lignes de tram (Envol et Garonne) qui doivent être mises en service courant 2014 devraient considérablement avancer.

 

Politique : une bataille pas si rangée

Rendez-vous devant les urnes en 2014 pour les élections municipales. D’ici là, chaque camp va entamer crescendo sa campagne et nouer ses alliances. Rien n’est encore joué pour Pierre Cohen qui a toutes les chances de candidater à sa réélection. Par ailleurs, un petit suspense se jouera autour de la composition des listes: le PC se rangera-t-il comme en 2008 avec le PS ou ira-t-il sur la liste du Front de Gauche, un allié plus naturel? Quid aussi de EE-LV qui verrait bien une liste autonome au premier tour? Comment va réagir à son tour l’opposition, après la scission de 2011 entre le groupe Toulouse pour tous et Jean-Luc Moudenc de l’UMP et le groupe Toulouse métropole présidé par Jean-René Bouscatel? Autant de questions qui pimenteront sans doute le débat.

 

Focus sur l’UMP. Secoué en 2012 par une guéguerre pour sa direction à Paris entre Jean-François Copé et François Fillon, l’UMP locale n’a pas semblé touchée à Toulouse.

 

A lire aussi >> « Non la fédé de Haute-Garonne n’est pas très à droite »

 

Pour autant, le problème au national n’est pas complètement résolu et pourrait rejaillir au niveau des fédérations. L’UMP locale se remettra-t-elle également du départ d’une partie de ses troupes (moins de dix personnes selon elle) à la fin 2012 vers le nouveau parti de Borloo, l’UDI, à commencer par son ex-présidente en Haute-Garonne et eurodéputée Christine de Veyrac.

 

Economie : la casse continue

Ils l’ont annoncé dans un communiqué de bonne année, les salariés de Sanofi, toujours dans l’incertitude face au devenir du laboratoire de Toulouse, continueront la lutte pour sauver les quelques 600 emplois.

 

A lire aussi >> Notre dossier Sanofi

 

D’autres entreprises installées dans l’agglomération sont menacées et feront les titres de 2013 tel Motorola ou encore le magasin Virgin de Roques-sur-Garonne. La casse à l’emploi n’est pas prête de s’arrêter.

EADS, le déménagement se concrétise. Après la décision de son nouveau président exécutif, Thomas Enders, d’installer un siège unique pour EADS à Toulouse, celui-ci devrait présenter un projet début 2013 au conseil d’administration de ce groupe dont Airbus est une filiale.

 

Culture: des histoires, plein d’histoires

En cours de naturalisation par les taxidermistes du Museum d’histoire naturelle de Toulouse, les ours des Pyrénées, dont la star Cannelle, devraient faire une entrée remarquée dans les collections d’ici la fin de l’année. Une exposition leur sera d’ailleurs consacrée.

Francazal, le feuilleton continue. Après le rejet par les services de l’Etat des différents projets pour la reconversion de l’ancienne base militaire, et notamment des très médiatisés studios de cinéma, un nouvel appel d’offre devrait être programmé.

 

A lire aussi >> Francazal, les raisons du recalage

 

Et le porteur du projet des studios de ciné, Bruno Granja, s’est dit encore déterminé à défendre son dossier. Par ailleurs, l’avenir d’une autre parcelle de la base reste à déterminer.  Selon la Dépêche du Midi, la ville de Pamiers se serait aussi portée candidate pour accueillir les studios. Autant d’éléments qui viendront nourrir en 2013, le scénario Francazal.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Un ATR aux couleurs des All Blacks livré aujourd'hui à Toulouse

Un ATR aux couleurs des All Blacks livré aujourd'hui à Toulouse | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Air New Zealand a réceptionné aujourd’hui son premier ATR 72-600, peint aux couleurs de l'équipe de rugby nationale de Nouvelle-Zélande, les “All Blacks”.

La compagnie aérienne avait annoncé en octobre 2011 un contrat avec ATR portant sur l’achat de sept appareils ATR 72-600 de 68 places, avec la possibilité d’étendre cet achat à cinq appareils supplémentaires, pour une valeur de plus de 270 millions de dollars.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Chômage : seniors et moins de 25 ans en première ligne

Chômage : seniors et moins de 25 ans en première ligne | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Tous les mois, Pôle Emploi et le ministère du travail livrent les chiffres de l’évolution du chômage.

Pour la Haute-Garonne, Carré d’info vous proposera tous les mois une infographie résumant les données clés à connaître.

Une veille qui commence aujourd’hui avec les chiffres d’août 2012. Et malheureusement pas de surprise, la hausse continue.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

A TOULOUSE, WEBSOURD LANCE LE 1er SITE POUR L'EMPLOI DES PERSONNES SOURDES.

A TOULOUSE, WEBSOURD LANCE LE 1er SITE POUR L'EMPLOI DES PERSONNES SOURDES. | La lettre de Toulouse | Scoop.it

Websourd, concepteur d’un site internet pour les sourds et malentendants et développeur de services pour les administrations, lance Jobsourd. Ce site vise à faciliter l’emploi des personnes sourdes. Elles peuvent y déposer gratuitement leurs CV et trouver des offres postées par les entreprises. Websourd est en pleine expansion et cherche à lever un peu plus de 2 M€.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

MyFeelBack et Ceisa Packaging à la conquête du marché mondial du packaging avec un nouveau service mobile !

MyFeelBack et Ceisa Packaging à la conquête du marché mondial du packaging avec un nouveau service mobile ! | La lettre de Toulouse | Scoop.it

 

MyFeelBack signe un accord de distribution mondial avec le groupe Ceisa Packaging, leader européen dans la fabrication d’emballages plastiques.

Les entreprises clientes pourront dorénavant disposer d’un packaging connecté et interactif.

Les consommateurs, en scannant un QR code directement sur le produit, participeront à des jeux-concours, donneront leurs avis ou bénéficieront de bons de réduction.

« Le produit est le premier point de contact entre une entreprise et son client. Il est le premier vecteur pour engager une relation forte avec le consommateur. Notre logiciel permettra aux entreprises d’acquérir des données stratégiques et de gagner en réactivité. » Stéphane Contrepois, président de MyFeelBack

A propos de MyFeelBack (http://www.myfeelback.com/)

 

Avec la technologie MyFeelBack, Ceisa Packaging ajoute à sa gamme un service innovant qu’il peut immédiatement proposer à ses clients dans le monde entier. Cette offre de valeur fait d’elle une pionnière dans la mise à disposition de données clients qualifiées et géolocalisées via le packaging produit.

« L’intégration de MyFeelBack nous permet d’offrir un service inédit à nos clients de la grande consommation avec la collecte et l’analyse en temps réel de données consommateurs. C’est un outil souple, performant et économique pour répondre à leurs problématiques de conquête et de fidélisation. » Matthieu Abiteboul, Directeur Général de Ceisa Packaging

A propos de Ceisa Packaging (http://www.ceisa-packaging.com/fr/)

more...
No comment yet.