L'expertise immob...
Follow
Find
85.2K views | +127 today
L'expertise immobilière
Pour savoir tout ou presque.... sur l'immobilier
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

L'avenue Montaigne (8ème) redevenue la rue la plus chère de Paris !

L'avenue Montaigne (8ème) redevenue la rue la plus chère de Paris ! | L'expertise immobilière | Scoop.it

Comme chaque année, le magazine Challenges publie son classement des 100 rues les plus chères de Paris. Pour le millésime 2015, la surprise est de taille...

(LaVieImmo.com) - Le palmarès 2015 des « spots » les plus onéreux de la capitale a connu un revirement important. En effet, le 8ème arrondissement est revenu sur le devant de la scène, l’Avenue Montaigne ayant retrouvé sa première place, révèle aujourd’hui Challenges dans son dernier classement*, réalisé avec MeilleursAgents.

Regain d'activité

Cette chic artère du « Triangle d’or » parisien reprend donc les commandes, après avoir laissé son trône, l’an dernier, au Quai d’Orsay dans le 7e arrondissement, relégué du coup en deuxième position. Une bonne nouvelle pour la rive droite.

Ce retour s’explique, selon le journal économique, par « une activité très importante, avec quelques transactions spectaculaires d’appartements, réalisées à plus de 22 000 euros du mètre carré ». 

Pour autant, la rive gauche n’est pas en reste. « Alors que, l’an dernier, le palmarès des rues les plus chères donnait une légère avance à la rive gauche, cette année, celle-ci truste les meilleures places : deux-tiers des rues les plus chères en font partie », constate le magazine.

Les 100 rues les plus chères de Paris en 2015, selon Challenges :

 

1 - Avenue Montaigne (8e arrondissement ; Prix médian : 17.392 € /m⊃2;)2 - Quai d'Orsay (7e ; 15.299 € /m⊃2;)3 - Rue des Deux Ponts (4e ; 15.041 €/m⊃2;)4 - Rue Saint-Louis-en-l'Ile (4e ; 14.914 €/m⊃2;)5 - Rue Bonaparte (6e ; 14.903 €/m⊃2;)6 - Rue Jacob (6e ; 14.583 €/m⊃2;)7 - Avenue Charles Floquet (7e ; 14.505 €/m⊃2;)8 - Rue Jean Goujon (8e ; 14.175 €/m⊃2;)9 - Rue Las Cases (7e ; 13.802 €/m⊃2;)10 - Rue de Bellechasse (7e ; 13.785 €/m⊃2;)...98 - Rue des Boulangers (5e ; 11.184 €/m⊃2;)99 - Boulevard Henri IV (4e ; 11.119 €/m⊃2;)100 - Avenue de Ségur (7e-15e ; 11.114 €/m⊃2;)
more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Marché immobilier : le match des générations

Marché immobilier : le match des générations | L'expertise immobilière | Scoop.it
Les jeunes peinent de plus en plus à acquérir un logement. Et les seniors, qui détiennent l’essentiel du patrimoine, ne veulent pas brader leurs biens. Histoire d’une injustice

 

Depuis 10 ans, la France des propriétaires n’a pas changé. Ou si peu : en 2004, selon l’Insee, le pays en comptait 56,6 % et, le 1er janvier 2014, seulement 57,7 %. Parmi eux, ceux qui ont terminé de rembourser leur emprunt sont de plus en plus nombreux : "En 30 ans, ils sont passés de 27,6 % à 41 % des ménages", indique l’Insee. Leur part "croît, en partie sous l’effet du vieillissement de la population". Mais où sont donc passés les jeunes ? Face aux crises successives depuis 2008, auraient-ils renoncé à devenir propriétaires ?

Les craintes des primo-accédants

Pourtant, avec environ 710.000 transactions enregistrées l’an dernier dans l’ancien, le marché a fait preuve de résistance, conservant un niveau d’activité similaire à celui de 2013. Principal soutien de l’activité, les taux de crédit sont historiquement bas. Jamais depuis la Seconde Guerre mondiale, le coût de l’argent aura été si peu élevé : 2,21 % en février 2015, toutes durées d’emprunt confondues, selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA. Imbattable, même avec une inflation quasi nulle.

Cependant, les professionnels du secteur ont constaté un attentisme de la part des acquéreurs. "Ils manquent de confiance en eux, note Bernard Cadeau, président du groupement d’agences Orpi. Ils multiplient les visites pour comparer les biens et sollicitent plusieurs artisans avant de faire une offre." Surtout, les primo-accédants, ceux qui achètent pour la première fois, sont bien moins nombreux.

L’an dernier, les primo-accédants ont représenté 31 % de nos acquéreurs contre 41 % en 2011", souligne Fabrice Abraham, directeur général du réseau Guy Hoquet.

Ce recul témoigne de la fracture du parcours résidentiel. "Auparavant, la décohabitation des jeunes, lorsqu’ils quittaient leurs parents, intervenait vers 18-20 ans", explique le sociologue François-Xavier Trivière, directeur Territoires et Projets pour le groupe Brémond. Les enfants du baby-boom commençaient par louer un logement, dans le parc privé ou social, se mariaient, se constituaient une épargne puis devenaient propriétaires.

Les parcours résidentiels en difficulté

 

Aujourd’hui, les parcours sont plus heurtés. "Pour les trentenaires, il est beaucoup plus difficile actuellement de devenir propriétaire que pour leurs parents, affirme le sociologue Gérard Mermet. Avec la flambée des
années 2000, le niveau des prix s’est déconnecté du revenu des ménages."

Certes, l’assouplissement du secteur bancaire leur a facilité l’accès au crédit : "Ils ont bénéficié de l’allongement de la durée des prêts et de la mise en concurrence des banques, rappelle Laurent Vimont, président du réseau Century 21. Mais là où le bât blesse, c’est que les banques demeurent exigeantes sur l’apport personnel nécessaire pour pouvoir emprunter.

Or l’essentiel du patrimoine est concentré dans les mains des parents. "Les plus de 50 ans détiennent 68 % du patrimoine net, alors qu’ils ne représentent que 37 % de la population, pointe Hakim El Karoui, consultant au sein du cabinet Roland Berger Strategy Consultants et auteur de "la Lutte des âges" (Editions Flammarion). Le patrimoine des sexagénaires est aujourd’hui onze fois supérieur à celui des trentenaires, alors que ce multiple n’était que de sept en 1992."

Le neuf plus contraint

En clair, les trentenaires doivent racheter au prix fort l’immobilier de leurs parents, tout en cotisant pour les retraites et le système de protection sociale de ces derniers. Des prix "ne correspondant pas à la réalité du marché", jugent-ils dans 62 % des cas, selon une étude JDN/Logic-Immo.com. Pire, "dans le neuf, les primo-accédants doivent en outre pallier les manquements précédents, dénonce Nordine Hachemi, PDG de Kaufman & Broad. Ils doivent acheter des logements économes en énergie, alors qu’il n’y a aucune obligation de rénovation dans l’ancien, et accessibles aux personnes à mobilité réduite, alors qu’ils ne sont que peu concernés."

Résultat, sans coup de pouce familial, point de salut. Or, du fait de l’allongement de l’espérance de vie, "l’âge moyen des successions a progressé pour atteindre 52 ans, tandis que celui des donations est de 40 ans", précise Hakim El Karoui. Trop tard pour que les jeunes en bénéficient pour une première acquisition. Il préconise donc de taxer davantage les successions, afin d’augmenter les donations, pour lesquelles la fiscalité serait en contrepartie allégée. "Malgré les difficultés, les jeunes sont toujours aussi motivés par l’accession à la propriété", remarque Gérard Mermet. La pierre fait toujours rêver : selon un sondage du réseau Guy Hoquet, 90 % des 18-29 ans sont convaincus de réaliser ce projet à l’avenir.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Immobilier : quatre Français sur dix veulent acheter !

Immobilier : quatre Français sur dix veulent acheter ! | L'expertise immobilière | Scoop.it

Un sondage pour tout savoir sur les motivations des Français en matière d'achat immobilier. L'importance des taux d'intérêt, des aides financières et des prix des logements. 

 

39% des Français ont l'attention d'acheter un logement dans les années à venir révèle un sondage CSA pour le promoteur Groupe Pichet publié le 24 mars 2015. Sur ce total, 13% y pensent sérieusement, alors que pour 26%, il s'agit d'un simple projet. « Ce très bon score tient à la remontée du moral des ménages », estime Patrice Pichet, P-DG de la société qui porte son nom, « même s'il est aussi dû à un effet de rattrapage, certains acquéreurs ayant fait montre d'attentisme au cours des trois dernières années. » Rappelons que le regain d'optimisme a été également observé par l'Insee dans sa dernière étude sur le moral des Français. 

Objectif retraite. Selon le sondage CSA/Groupe Pichet, c'est la préparation de la retraite qui constitue la principale motivation d'achat. 53% des personnes interrogées veulent être propriétaires de leur résidence principale pour ne pas avoir à payer de loyer lorsqu'ils cesseront de travailler. 31% comptent investir pour louer et disposer d'un revenu complémentaire. A ce propos, le sondage confirme la cote croissante de l'avantage fiscal Pinel. Par ailleurs, les questions liées à la transmission de patrimoine restent présentes, 29% des sondés déclarant vouloir transmettre le bien à leurs enfants. Dans cette même logique de sécurisation, le sondage rappelle que la pierre reste une valeur sûre pour 60% des personnes interrogées. 

Le bon moment. Au chapitre des facteurs favorables à l'achat, 69% des sondés citent le bas niveau des taux d'intérêt, 54% les conditions d'obtention d'un crédit immobilier, 52% les aides financières comme le PTZ, la défiscalisation Pinel et le Crédit d'impôt développement durable. Côté prix, c'est fifty-fifty : ils sont attractifs pour 47% des Français, 48% les estimant peu incitatifs donc trop élevés. Les facteurs négatifs ? 52% des personnes interrogées estiment que leur situation financière personnelle est un frein à l'acquisition immobilière et 59% jugent que le contexte économique général est défavorable. Au bout du compte, 43% des sondés pensent que c'est actuellement le bon moment pour acheter, les attentistes comptant pour 55% des personnes interrogées.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Immobilier : Quel est le vrai montant des frais d'agence ?

Immobilier : Quel est le vrai montant des frais d'agence ? | L'expertise immobilière | Scoop.it

Au moment de la vente d'un bien immobilier, l'agence qui a géré la transaction perçoit un pourcentage sur le montant de la vente. On pense souvent que ces frais se situent entre 6 et 7%. Sur le terrain, comme le montre notre enquête, ils apparaissent désormais largement négociables. 


Récemment, une célèbre émission économique du dimanche soir faisait une jolie publicité pour, les mandataires immobiliers. D'après le reportage, ces intermédiaires cassent les prix, en proposant des frais d'agence réduits, du moins par rapport aux réseaux d'agences classiques. Comment ? En réduisant les coûts de structure puisqu'ils travaillent de chez eux. 


Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que ces nouveaux professionnels de l'immobilier sont mis en avant pour leurs frais réduits, se situant généralement entre 3 et 5%, contre 6 à 7% pour les agences classiques. Pourtant, dans les faits, crise oblige, il semblerait que les agences aient aussi fortement revu leurs prétentions à la baisse.  

Quand une offre présente...
En effet, après avoir interrogé nos lecteurs sur ce sujet, nous avons constaté que non seulement, dès la prise de mandat, les frais dépassaient rarement les 5%. Mais surtout, lorsqu'une offre se présente, les professionnels acceptent rapidement de rogner sur leur marge, faisant parfois baisser la facture en-deçà de 3%. 

"Lorsque nous avons décidé de vendre notre appartement situé à Neuilly-sur-Seine, nous avons mis en concurrence plusieurs agences, raconte Dominique H. Certaines demandaient une commission de 4% d'autres de 5%. Nous leurs avons donc demandé de toutes s'aligner sur la moins chère. Ensuite lorsque nous avons eu une offre, plus basse que le prix demandé, l'agence a d'elle-même abaissé encore sa commission à 3,5%". S'agissant d'un bien à plus de 700 000 euros, le professionnel a tout de même perçu 25 000 euros. Mais même lorsque les sommes en jeu sont moins importantes, la facture baisse sensiblement en ce moment. "J'ai récemment acquis un petit appartement situé à la montagne, affiché au départ à 130 000 euros et pour lequel j'ai fait une offre ferme à 85 000 euros. Pressé de conclure, l'agent immobilier a accepté de revoir considérablement ses honoraires à la baisse", explique Dominique A. En effet, le commission n'était au final plus que de 2000 euros, soit moins de 2,5%.  


2,7% du prix du bien
Autre exemple à Paris : ce studio mis en vente à 135 000 euros et négocié 130 000 euros. "L'agence a perçu 2,4% d'honoraires", témoigne l'acquéreur, Jean-François B. La note a enfin été réduite de moitié pour Claudine B, dont la maison avait au départ été mise en vente à 695 000 euros dont 5% de frais d'agence. "6 mois plus tard, une acheteuse faisait une offre à 565 000 euros, frais d'agence inclus. Mais je n'ai pas accepté d'aller en-deçà de 550 000 euros", se souvient-elle. Et au final, l'agence a perçu 15 000 euros, soit un peu moins de 2,7% du prix du bien.  

Au final, vous le voyez bien, ne cédez pas aux slogans faisant état de frais réduits car aujourd'hui, tous les professionnels ou presque acceptent de réduire leurs frais. Choisissez votre agent ou votre mandataire en fonction de son estimation et de sa façon de justifier celle-ci, de la confiance qu'il vous inspire... et pour les frais, dans tous les cas, négociez-les. 

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Achat immobilier : les aides et prêts qui peuvent vous aider

Achat immobilier : les aides et prêts qui peuvent vous aider | L'expertise immobilière | Scoop.it

Vous êtes sur le point d’acheter un bien immobilier ? Voici certains prêts à des taux avantageux et des aides qui existent pour faciliter le financement de votre projet.  

1 - Le prêt à taux zéro renforcé (PTZ+)

Son avantage : il s'agit d'un prêt immobilier à taux 0 %, remboursable sans intérêt d'emprunt et sans frais de dossier.

Pour qui : il est réservé aux primo-accédants qui désirent acquérir un logement neuf (et parfois ancien avec travaux) pour la première fois ou qui n'ont pas été propriétaires depuis au moins 2 ans.

Les contraintes : le logement financé par ce prêt doit devenir la résidence principale de l'emprunteur au plus tard un an après la fin des travaux ou la date d'achat du logement. Cette obligation devient caduque pour les personnes qui font de ce logement leur futur lieu de résidence pour la retraite (le délai est prolongé à 6 ans). Il est accordé sous conditions de ressources et ne finance qu'une partie de l'opération immobilière (il doit être complété par d'autres prêts et apports personnels).

A qui s'adresser : ce prêt peut être accordé par la plupart des établissements de crédits qui ont passé une convention avec l’État.

2 - Le prêt conventionné

Son avantage : ce prêt réglementé par les pouvoirs publics est proposé à des taux d'intérêt avantageux*, sans condition de ressources. Il peut permettre de financer la totalité de l'opération immobilière sans avoir besoin d'apport personnel. Il donne également le droit à l'APL**, et permet de bénéficier de frais de notaire réduits.

Pour qui : il est destiné aux personnes qui désirent financer l'achat ou la construction de leur résidence principale (neuf ou ancien), ou la réalisation de travaux d'amélioration.

La contrainte : il vous faudra habiter le logement moins d'un an après l'achat ou la fin des travaux.

A qui s'adresser : il peut être consenti par toutes les banques ayant passé une convention avec l'Etat. Son taux varie selon les banques. Faites jouer la concurrence.

* Les taux dépendent de la durée d'emprunt, ainsi que de l'établissement bancaire qui le propose. Ils sont cependant plafonnés à un maximum de 3,70 % pour un crédit supérieur à 20 ans en taux fixe en 2015.
** Aide personnalisée au logement - voir paragraphe 4

3 - Le prêt d'accession sociale (PAS)

Son avantage : il s'agit d'un prêt qui bénéficie d'une aide de l’État, accordé à un taux réglementé avantageux. Il ne peut pas dépasser un taux maximum réglementé*, et peut couvrir jusqu'à la totalité du coût de votre opération immobilière (achat du terrain, construction, travaux…), sans avoir besoin d'apport personnel. Il donne également le droit à l'APL**.

Pour qui : il est accordé aux personnes qui veulent acheter leur résidence principale, qu'il s'agisse d'un logement neuf ou ancien. Les personnes déjà propriétaires qui veulent faire des travaux dans leur logement*** peuvent également en bénéficier.

La contrainte : ce prêt est accordé sous condition de ressources qui varient en fonction du nombre de personnes occupant le foyer et de la localisation du logement que vous souhaitez acquérir.

A qui s'adresser : ce prêt peut être accordé par la plupart des établissements de crédits. Son taux varie selon les banques. Faites jouer la concurrence.

* Les taux dépendent de la durée d'emprunt, ainsi que de l'établissement bancaire qui le propose. Ils sont cependant plafonnés à un maximum de 3,10 % pour un crédit supérieur à 20 ans en taux fixe en 2015.
** Aide personnalisée au logement - voir paragraphe 4
*** Il est possible de financer des travaux d'amélioration, d'agrandissement ou de transformation, d'économie d'énergie. Les travaux doivent en revanche atteindre un montant minimum de 4000 euros.

 

4 - Les aides à l'achat

Pour vous aider à acheter votre résidence principale, vous pouvez bénéficier de certaines allocations, comme l'APL, l'ALF ou ALS*, versées directement par la CAF auprès de la banque où vous avez souscrit un prêt conventionné ou un prêt à l'accession sociale (PAS).

Pour qui : ces aides s'adressent aux accédants à la propriété dont les revenus sont modestes. Le logement doit répondre à des règles de confort et de sécurité (surface minimale…). Les montants s'adaptent en fonction du nombre d'enfants, du niveau des ressources du foyer, du lieu de résidence…

Comment : l'allocation est versée tous les mois et souvent directement à la banque qui déduit la somme du montant du remboursement. Renseignez-vous auprès de votre CAF pour en bénéficier.

Dépêchez-vous : cette aide risque d'être réformée en 2016. Il s'agirait de la dernière année pour y avoir droit.

* Aide personnalisée au logement, Allocation de logement familiale, allocation de logement sociale.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Rendement locatif : Les 10 meilleures villes en France sont ....

Rendement locatif : Les 10 meilleures villes en France sont .... | L'expertise immobilière | Scoop.it

Le site Rendementlocatif.com publie le palmarès des villes de plus de 100 000 habitants championnes de la rentabilité locative brute. Et la grande gagnante est...

(LaVieImmo.com) - ... Mulhouse ! Après analyse des annonces publiées sur les grands sites d'annonces immobilières, la rentabilité brute la plus élevée, soit 10 %, se trouve dans la sous-préfecture du Haut-Rhin, selon Rendementlocatif.com. 

Juste devant Limoges (9,7 %), Saint-Etienne (8,8 %) et Perpignan (8,7 %), selon les calculs du site, qui a compilé environ 500 000 annonces de ventes diffusées sur les grands sites immobiliers français* (Seloger, Leboncoin.fr, etc.).

Marseille et Montpellier dans le top 10

On retrouve Marseille et Montpellier dans le haut du classement, respectivement à la 5e et 6e place, chacune avec 8,5 % en moyenne. Le Mans, Toulouse et Lille viennent clore le top 10, avec des taux de respectivement 8, 7,9 et 7,8 %. En comparaison, Paris obtient une faible rentabilité, de seulement 3,70 % au 4e trimestre 2015. 

 

Rappelons que la « rentabilité brute » doit être distinguée de la « rentabilité nette de frais et charges », qui inclut la taxe foncière, les charges non récupérables, l'éventuel emprunt contracté, les assurances mais encore les frais de gestion du bien. Et enfin de la « rentabilité nette », qui rajoute encore les éventuelles déductions fiscales attachées au bien (les lois Scellier, Duflot, ou Pinel), mais aussi les travaux de réhabilitation. C'est cette dernière qui, in fine, donne «le taux le plus proche de la réalité mais aussi le plus complexe à calculer puisqu’il dépend de la fiscalité du bailleur », comme l'explique Century 21. 

Avis donc aux investisseurs. Ces résultats n'ont qu'une valeur indicative et ne sauraient remplacer le calcul, au cas par cas, de la rentabilité finale d'un bien précis, en fonction de tous ces éléments.

Les 10 villes de plus de 100 000 habitants à la meilleure rentabilité locative brute :

 

1-Mulhouse : 10 %2-Limoges : 9,7 %3-Saint-Etienne : 8,8 %4-Perpignan : 8,7 %5-Marseille : 8,5 %6-Montpellier : 8,5 %7-Nîmes : 8,2 %8-Le Mans : 8 %9-Toulouse : 7,9 %10-Lille : 7,8 %

 

Comment calcule-t-on la rentabilité brute ? 

 

Le calcul est le suivant : (loyer annuel/prix du logement) x 100. Ainsi, pour un bien de 100 000 € loué 500 € par mois, la rentabilité brute sera de 6 % (500 x 12 /100 000 x 100). 

*Méthodologie : Seules les annonces pertinentes sont conservées. Les annonces avec un rendement trop important (supérieur à 18 % brut) ou encore les viagers sont exclus par exemple. Un minimum de 15 annonces est nécessaire pour qu'une ville apparaisse dans les résultats.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Des moutons dans un complexe immobilier de luxe à Lyon

Des moutons dans un complexe immobilier de luxe à Lyon | L'expertise immobilière | Scoop.it

Des appartements haut-de-gamme au prix moyen de 6000 euros le m⊃2; vont être construits sur les hauteurs de Fourvière. Le projet comprend toutefois une petite subtilité...

 

Un terrain de deux hectares sur les hauteurs de la colline de Fourvière à Lyon - qui a abrité pendant 200 ans des sœurs vivant en autarcie - va accueillir un complexe immobilier haut-de-gamme d’ici à 2017. Présenté par le promoteur LEM au salon de l’immobilier de Lyon, Lugdunum, en référence au nom gallo-romain d’origine celtique de la métropole lyonnaise, veut conjuguer haut standing, qualité de vie et respect de l’environnement. Et la résidence va accueillir des locataires pour le moins inattendus en milieu urbain: un troupeau de moutons d’Ouessant et des ruches! 

Une «broderie» végétale

Pour son premier programme immobilier, Emilie Delloye, dirigeante de LEM et héritière du groupe sucrier la Vermandoise a vu les choses en grand pour le terrain sur les hauteurs de Fourvière . «J’ai eu un véritable coup de foudre pour ce terrain et l’atmosphère qui s’en dégageait», déclarait Emilie Delloye lors de la présentation du projet en février dernier. Avant même de consulter des architectes, la dirigeante de LEM rencontre des paysagistes parmi lesquels elle choisit Cédric Chardon. Ce dernier a la délicate mission d’harmoniser les espaces verts déjà présents avec les futures habitations. Il développe l’idée de créer «une grande broderie végétale», inspirée par la soierie lyonnaise, qui tissera le lien entre le bâti et le parc. Mais les véritables stars du verger de 8000 m⊃2; sont...des moutons d’Ouessant.

«Tondeuses à gazon écologiques»

Depuis trois semaines, ils sont cinq à paître tranquillement. «Ce sont les véritables ambassadeurs du projet», confie Emilie Delloye. «Si les acheteurs ont été surpris au début, ils ont très vite été séduits. Ces moutons sont de véritables tondeuses à gazon écologiques et d’excellents désherbants», ajoute-t-elle. 

Depuis plusieurs années, l’écopâturage se répand dans les villes françaises. Ainsi à Lyon, un troupeau de moutons a été installé au Fort de Loyasse sur un espace de 28.000 m⊃2;. À Courbet (Seine-Saint-Denis), des moutons tondent depuis deux ans les parcelles vertes appartenant à la ville. Ils permettraient à la mairie d’économiser 24.000 euros par an!

Enfin, Emilie Delloye souhaite introduire davantage de biodiversité dans son projet immobilier. Trois ruches seront installées dans le verger de la résidence: «les abeilles sont en danger. La réimplantation de ruches en ville est un mouvement qui se répand, mais il y a encore trop peu de projets». Le miel produit par les abeilles sera redistribué à l’ensemble des propriétaires, qui devront débourser entre 400.000 et 700.000 euros pour acheter un appartement sur les lieux.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Immobilier : les acheteurs étrangers sont de retour à Paris

Immobilier : les acheteurs étrangers sont de retour à Paris | L'expertise immobilière | Scoop.it
En augmentation régulière, la proportion d'acheteurs étrangers dans la capitale est passée de 6,3 % à 8,3 % en quatre ans, selon les notaires d'Ile-de-France.

 

Les acheteurs étrangers sont de retour dans la capitale. En 2014, ils ont représenté 8,3 % des biens achetés dans Paris, contre 6,3 % en 2010, selon les notaires d'Ile-de-France. Depuis quatre ans, leur part progresse régulièrement, à tel point qu'elle a retrouvé, et même dépassé, son niveau d'avant la crise (8,1 % en 2008).

Sans surprise, ce sont les quartiers huppés du centre qui les attirent le plus. La part d'acheteurs étrangers atteint 18 % dans le 7e arrondissement, devant le 4e (16,3 %), le 1er (14,6 %), le 6e et le 8e (13,1 %). En revanche, les arrondissements plus populaires du 9e (6,3 %) et du 12e (6,2 %) sont délaissés par cette clientèle.

LES ITALIENS EN FORCE 

En 2014, les Italiens ont constitué 16,6 % des acheteurs étrangers dans la capitale, de loin la nationalité la plus représentée, devant les Britanniques (6,7 %). « Ils achètent généralement un studio ou un deux-pièces dans un quartier touristique pour s'en servir comme pied-à-terre ou pour réaliser un investissement locatif », explique Ludovic Paillat, de l'agence ERA-TLI.

Tandis que les acheteurs du Moyen Orient, d'Afrique et d'Extrême-Orient restent focalisés sur le triangle d'or parisien (entre l'Etoile et l'Opéra), « les européens et les américains préfèrent la Rive gauche, Saint Germain-des-Prés, les abords du Champs de Mars… », précise Charles-Marie Jottras, président de Daniel Féau.

« LE MOMENT D'ACHETER »

Comme nombre de ses confrères, ce spécialiste de l'immobilier de luxe évoque le retour en force des acheteurs américains depuis un an, une clientèle qui s'était beaucoup raréfiée depuis l'élection de François Hollande en 2012. En 2014, ils représentaient 6,5 % des acheteurs étrangers, devant les Chinois (6 %) et les Allemands (5,4 %).

Pour Laurent Demeure, président de Coldwell Banker France, l'origine de ce revirement est simple : « La chute de l'euro face au dollar augmente mécaniquement leur pouvoir d'achat de 30 % à 35 %, dit-il. Comme il y a beaucoup de choix et que les taux sont au plus bas, c'est le moment d'acheter en France pour les Américains ! »

En banlieue, la part des acheteurs étrangers progresse aussi. En quatre ans, elle est passée de 6,9 % à 11 % en petite couronne, et de 4,9 % à 7,2 % en grande couronne. Mais les origines des acheteurs n'ont rien à voir avec celles observées dans Paris intra-muros. En proche banlieue, 22,8 % des acheteurs étrangers sont chinois, et 27 % sont portugais en grande banlieue.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immobilier/article/2015/03/02/immobilier-les-acheteurs-etrangers-sont-de-retour-a-paris_4585824_1306281.html#QgtDD6UMY3LVptLZ.99

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

"Smart city": qu'espérer de la ville de demain ?

"Smart city": qu'espérer de la ville de demain ? | L'expertise immobilière | Scoop.it

La ville du futur ne relève plus de la science-fiction. Elle est désormais à portée de main. Cette ville  entièrement connectée - surnommée  "ville intelligente" ou smart city- proposera des services publics plus performants et durables dans les domaines de la santé, des infrastructures, des transports ou encore de l'énergie. Elle aura aussi un impact beaucoup plus important sur les citadins via le partage numérique de données. "Le numérique ne sera plus subi mais maîtrisé", explique l'architecte Rudy Ricciotti.

La smart city fait désormais partie des préoccupations des grands groupes informatiques, à l'image de Microsoft qui a consacré une partie de ses Tech Days (organisés début février à Paris) à cette thématique. 

Aux origines de la "ville intelligente"

Le rêve de villes entièrement connectées s'est concrétisé en 2003 en Corée du Sud, avec le projet U-Korea, s'appuyant sur le concept d'ubiquitous computing ("informatique omniprésente").  A quelques kilomètres d'une capitale surpeuplée, la U-City ultramoderne de Songdo pousse en quelques années au bord de la mer Jaune. Le maillage Wi-Fi est total, la vidéo surveillance omniprésente et, entre autres, des systèmes innovants de gestion de l'énergie sont mis en place.

Ce n'est cependant qu'en 2005 que le terme de smart city a fait son apparition, utilisé par Bill Clinton à l'occasion d'un défi lancé par sa fondation au géant du numérique Cisco. L'ancien président des Etats-Unis avait alors appelé l'entreprise à "développer des plans de décongestion des villes, à commencer par San Francisco, Séoul et Amsterdam" afin de "diminuer les émissions de CO2 et économiser à la fois pour les citoyens et les communautés locales du temps et de l'argent", selon son livre Giving: How Each of Us Can Change the World. 

L'entreprise américaine investit donc à l'époque 25 millions de dollars dans un programme de recherche en Connected Urban Development(développement urbain connecté). Au terme de son engagement à la Clinton Foundation en 2010, Cisco décide de poursuivre l'aventure en lançant son département Smart and Connected Communities (communautés intelligentes et connectées) dans le but de commercialiser les produits et services nés du programme.

Depuis ces premiers projets, d'autres géants du numérique ainsi que des start-up se sont saisis de l'opportunité en lançant leurs propres programmes de développement, notamment IBM avec son programme "Smarter Cities" lancé en 2009 et Microsoft avec "Microsoft CityNext" en 2013.

Le marché encore relativement peu exploré de la "ville intelligente" a en effet de quoi séduire puisqu'il devrait représenter d'ici 2020 plus de 1.500 milliards de dollars, selon une étude de Frost&Sullivan. L'énergie "intelligente" représente un quart de ce nouveau marché grâce au développement des smart grids et autres solutions d'optimisation de la consommation énergétique pour les villes.  Selon le cabinet de conseil australien, on devrait par ailleurs dénombrer d'ici dix ans 26 "villes intelligentes", dont la moitié localisées en Europe et en Amérique du Nord.

Des villes pionnières

"Le numérique n'est pas une fin en soi ; la question est plutôt de savoir en quoi il va aider les villes à se  transformer et se développer", insiste Laurence Lafont, Directrice Secteur Public chez Microsoft France. Deux villes européennes pionnières en la matière ont ainsi adopté des modes de gestion innovants, au service de la communauté. 

         Barcelone,  ville sensible

La ville catalane s'est lancée un nouveau défi en voulant devenir le modèle universel de la ville intelligente. Pour cela, elle a multiplié les services connectés. "Le principal enjeu, ce sont les transports", martèle Lluis Sanz Marco, le directeur des systèmes d'information de la ville de Barcelone. A peu de frais, la municipalité espère considérablement fluidifier les déplacements dans la métropole, en permettant à la fois des économies de temps mais aussi une réduction des émissions de gaz à effet de serre. 

Selon une étude dévoilée par l'Observatoire IDC à l'occasion des Tech Days de Microsoft, les DSI devraient faire partie des profils les plus recherchés lors des recrutements par les entreprises dans les années à venir et pour cause, l'étude des interactions des Barcelonais avec leur territoire fait espérer une nette amélioration du fonctionnement des services de la ville.

Plusieurs mesures ont ainsi été expérimentées. Un système de géolocalisation des places de parking vides a notamment été mis en place dans certains quartiers. A l'aide d'une application téléchargeable sur leur smartphone, les conducteurs peuvent ainsi s'épargner de longues minutes d'errance en quête d'un endroit où garer leur véhicule. D'autre part, l'étude des déplacement quotidiens des usagers des transports en commun a permis à la municipalité d'optimiser son réseau de bus, grâce à des dessertes organisées sur un plan "orthogonal", limitant à un seul changement tout voyage d'un point à un autre de la ville.

Selon une étude à l'échelle mondiale publiée en février 2015 par l'application de planification de trajets Moovit, Barcelone ferait ainsi figure de meilleure élève avec en moyenne "seulement" 18 minutes de temps d'attente par jour dans les transports.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

L’immobilier de luxe à Londres, centre mondial du blanchiment d’argent

L’immobilier de luxe à Londres, centre mondial du blanchiment d’argent | L'expertise immobilière | Scoop.it

L’immobilier de luxe à Londres « devient un refuge pour l’argent volé du monde entier », selon un rapport publié, mercredi 4 mars, par Transparency International. Si le phénomène est connu, l’association de lutte contre la corruption lève pour la première fois un coin du voile sur son ampleur. Elle révèle que 40 725 propriétés à Londres sont possédées par des sociétés enregistrées dans les paradis fiscaux, cachant l’identité réelle de leur détenteur. Cela représente plus de six kilomètres carrés de la capitale britannique, selon une analyse exclusive du Land Registry (la base de données enregistrant les propriétés)

Dans les quartiers les plus chers, cette pratique est désormais particulièrement courante. À Westminster, 9,2 % des propriétés sont possédées via des sociétés offshore. La proportion est de 7,3 % à Kensington et Chelsea et de 4,5 % à la City. Ces sociétés sont presque toutes enregistrées dans les paradis fiscaux de l’aire d’influence britannique : îles Vierges britanniques (34 %), Jersey (14 %), île de Man (8,5 %), Guernesey (8 %), Panama (3,5 %)…

 

 

Bien sûr, l’utilisation d’une société offshore pour acheter une propriété ne signifie pas nécessairement qu’il s’agit de blanchiment d’argent, ni même d’évasion fiscale. Mais la police britannique confirme que l’immobilier de luxe à Londres est l’un des « canaux » préférés pour légitimer des sommes volées.

« Dans presque toutes nos enquêtes de corruption internationale, nous trouvons des propriétés de luxe », explique Jon Benton, le directeur de l’unité anti-corruption de Scotland Yard. Pour ce rapport de Transparency International, il a accepté pour la première fois de publier les statistiques de son travail.

 

Entre 2004 et 2014, son unité a ouvert des enquêtes de corruption sur des propriétés à Londres d’une valeur totale de 180 millions de livres (250 millions d’euros). Mais de l’aveu même de M. Benton, « il ne s’agit très probablement que de la partie émergée de l’iceberg ».

Pour la police, les enquêtes sont particulièrement compliquées à mener. Il est difficile de pousser les îles Vierges britanniques à révéler l’identité du détenteur d’une société, par exemple. Les forces de l’ordre britanniques concentrent donc la moitié de leurs enquêtes sur Jersey, qui coopèrent avec le Royaume-Uni.

IMPRESSION DE VILLE FANTÔME

Dans certaines rues des beaux quartiers de Londres, la nuit, l’impression de ville fantôme domine. Une grande partie des appartements et maisons de luxe est inhabitée. Pour leurs propriétaires, il ne s’agit que d’un investissement, dans lequel ils passent quelques semaines ou quelques mois chaque année.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Immobilier : qui paie en cas d'erreur de mesurage de votre appartement ?

Immobilier : qui paie en cas d'erreur de mesurage de votre appartement ? | L'expertise immobilière | Scoop.it
L'information n'a pour l'instant circulé que dans le milieu des professionnels de l'immobilier, mais elle concerne potentiellement des millions de Français : tous ceux qui sont propriétaires de leur logement et qui seraient amenés, un jour, à le vendre. Un arrêt de la Cour de cassation, récemment publié sur le site de l'institution et dont metronews s'est procuré la copie intégrale, change les règles en cas d'erreur de surface dans l'acte de vente d'une maison ou d'un appartement.

 

Une décision appelée à faire jurisprudence...

Jusqu'à présent, si vous aviez vendu un bien annoncé comme faisant 100m⊃2; en loi Carrez, mais qu'il ne faisait en réalité que 90 m⊃2;, vous en étiez pour vos frais. La loi oblige en effet à restituer à l'acheteur les 10m⊃2; payés en trop (10% du prix dans le cas présent, donc) et, si vous souhaitiez vous retourner contre l'entreprise ayant effectué le mesurage erroné, la justice vous déboutait quasi systématiquement. En résumé, elle estimait normal que ce soit vous et vous seul qui remboursiez le trop-payé, puisque vous ne l'auriez de toute façon pas perçu si la surface avait été correctement estimée.

 

Mais ce n'est plus le cas désormais : dans son arrêt daté du 28 janvier dernier, la cour de Cassation a jugé que le vendeur pouvait "se prévaloir à l'encontre du mesureur ayant réalisé un mesurage erroné, d'une perte de chance de vendre son bien au même prix pour une surface moindre". En d'autres termes, l'ancien propriétaire peut être dédommagé par la société de mesurage lorsque l'acheteur a eu un "coup de cœur", et qu'il aurait été prêt à payer aussi cher pour moins de m⊃2; annoncés. Une bonne nouvelle pour les vendeurs, une très mauvaise pour les diagnostiqueurs immobiliers et leurs assureurs : cette décision est appelée à faire jurisprudence.

… Mais qui ne sera pas automatique

La plus haute juridiction française se penchait sur le cas d'une femme ayant vendu en 2010 pour 335.000 euros un appartement et une cave à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). L'acte de vente annonçait une superficie de 63,10 m⊃2;, l'appartement n'en faisait en réalité que 59,67 m⊃2;. L'acquéreur, dans son droit puisque les 3,43 m⊃2; manquants représentaient une erreur de 5,52% - il faut qu'elle soit supérieure à 5% pour pouvoir être remboursé -, s'est donc fait restituer les 18.511 euros correspondants par la vendeuse. Et la cour de Cassation a confirmé que celle-ci devait être en partie dédommagée par la société de mesurage, qui lui versera 17.985,49 euros.

more...
No comment yet.
Rescooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com) from IMMOBILIER 2015
Scoop.it!

Sondage : 72 % des Français considèrent l’investissement locatif en Pinel comme un bon placement

Sondage : 72 % des Français considèrent l’investissement locatif en Pinel comme un bon placement | L'expertise immobilière | Scoop.it
La-loi-pinel.com révèle les résultats d’un sondage commandé auprès de l’institut de sondage Harris Interactive. L’enquête a été réalisée en ligne du 17 au 19 février sur un échantillon représentatif de 1 029 personnes et portait sur l’attitude des Français vis-à-vis de l’investissement dans un logement neuf en vue de le louer, et les villes privilégiées pour réaliser un investissement locatif.  Un sondage ancré dans l’actualité Alors que la France a connu un léger recul des prix de l’immobilier en 2014, le marché du logement reste tendu, notamment dans les grandes métropoles. Afin de répondre à la demande de logements et relancer la construction en France, le gouvernement a mis en place des mesures pour fluidifier le marché, en particulier celui de la location. Le récent dispositif Pinel poursuit cet objectif en proposant une réduction d’impôts pour l’investisseur. La-loi-pinel.com, par l’intermédiaire d’Harris Interactive, a tenu à interroger les Français sur le regard qu’ils portent sur l’investissement locatif, et plus particulièrement sur les villes qu’ils privilégieraient. L’investissement locatif est-il bien perçu dans le contexte actuel ? S’ils en avaient la capacité économiquement, dans quelles villes de l’Hexagone réaliseraient-ils cet investissement ?  L’investissement dans le neuf séduit Le premier point que révèle cette étude concerne la position des Français face à l’investissement locatif dans le neuf. Près des trois quarts (72%) d’entre eux, considèrent « que le fait d’investir dans un logement neuf en loi Pinel est aujourd’hui un « très bon » (10%) et un « bon » (62%)  investissement ». On remarque également des disparités entre les plus jeunes qui s’avèrent plus enclins à qualifier cet investissement de « bon » (86% des 18-24 ans), et les plus âgés. Ainsi 27% des Français considérant l’investissement locatif comme mauvais (dont 5% très mauvais) sont surreprésentés par des personnes plus âgées (36% des plus de 65 ans partagent cette opinion). Contrairement à l’âge, la région d’habitation ou le niveau de revenus, dont disposent les ménages, n’influencent pas les résultats de manière significative. Paris et Bordeaux séduisent Interrogés sur leurs préférences en termes de villes pour un investissement locatif, s’ils en avaient la possibilité économique, les Français affichent des réponses assez dispersées, même si certaines villes se détachent plus particulièrement. Alors que les sondés ne pouvaient choisir que trois réponses, deux villes arrivent ex-aequo sur la plus haute marche du podium (34%) : Paris et Bordeaux. Lyon arrive à la troisième place (27%) du classement talonnée de près par Nantes ( 24%), Toulouse et Montpellier viennent ensuite, ex-aequo (22%). D’une façon générale, les Français résidant dans les aires géographiques des villes proposées apparaissent davantage attirés par un investissement locatif dans la métropole la plus proche de leur lieu de vie. Enfin, deux villes apparaissent tout de même à la traîne, y compris par les résidents de leurs régions : Grenoble (9%) et Marseille (6%).
Via 694028
more...
MCA conseil's curator insight, March 1, 7:51 AM
Surtout avec des taux extrêmement bas !!!
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Le Qatar rachète tout un quartier d'affaires à Milan

Le Qatar rachète tout un quartier d'affaires à Milan | L'expertise immobilière | Scoop.it

Porta Nuova, à Milan, passe entre les mains du fonds souverain du Qatar. Le montant de la transaction n'est pas communiqué.

Le fonds souverain du Qatar, le Qatar Investment Authority (QIA), est devenu propriétaire à 100 % du quartier d'affaires milanais Porta Nuova, rapporte l'AFP. Le fonds détenait déjà 40 % qu quartier, a annoncé vendredi )l'agence de presse la société italienne de développement immobilier Hines Italia.

Le prix de la transaction reste inconnu. Mais « la valeur de marché du quartier Porta Nuova, qui comprend 25 bâtiments, dépasse les 2 milliards d'euros » selon Hines, cité par l'agence de presse.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Immobilier : les banques confirment enfin la reprise !

Immobilier : les banques confirment enfin la reprise ! | L'expertise immobilière | Scoop.it

Un vent d'optimisme souffle sur l'immobilier. C'est ce qu'il ressort de la dernière Enquête de la Banque de France sur la distribution du crédit. Selon ce document, daté du 13 mars dernier, le « solde d'opinion » des banques françaises sur la demande de prêts à l'habitat est largement positif en février 2015, même s'il l'est un peu moins qu'en janvier. En d'autres termes, cette étude montre qu'aujourd'hui, de plus en plus de particuliers comptent se lancer dans un projet immobilier. 

 

Incroyablement bas. Avec des taux d'intérêt au plancher, on les comprend. Au 17 mars, la moyenne s'établit à 2,15 % sur 15 ans, 2,40 % sur vingt ans et 3 % sur vingt-cinq ans, un plongeon de 0,90 % en douze mois d'après le courtier Empruntis.com. Mieux : « les taux moyens poursuivent leur baisse même si elle est davantage limitée et cantonnée à certaines durées », précise Cécile Roquelaure, directrice de la communication d'Empruntis.com. Selon ce courtier, le sept ans, le vingt ans et le vingt-cinq ans perdent de 0,05 à 0,10 %, les autres durées ne bougeant pas. Le trente ans moyen, par exemple, est stabilisé à 3,75 % (taux hors assurance). 

 

Grande braderie. Les banques saisissent la balle au bond. « Leur volonté de prêter est très forte et elles peuvent consentir d'importantes décotes », signale Hervé Hatt, président de Meilleurtaux.com. « Chaque dossier a ses atouts, il faut absolument les valoriser dans le cadre de la négociation car les marges de manœuvre sont importantes », ajoute Cécile Roquelaure. Il est possible de décrocher des prêts hors assurances à 1,70 % sur 15 ans ou à 1,90 % sur vingt ans ! Et ceux qui ont déjà emprunté ? « Le niveau historiquement bas des taux continue à favoriser le rachat où la renégociation de prêts »,estime Joël Boumendil, président du courtier ACE Crédits. 

 

L'effet baisse des prix. Si la demande de prêt à l'habitat rebondit, c'est aussi parce que les acquéreurs entendent bien profiter d'un mètre carré moins cher. Dans l'ancien, les appartements baissent de 1,36 % sur douze mois, les maisons de 1,88 % selon l'indice PAP du 12 mars dernier. Des évolutions conformes aux observations du dernier indice Notaires Insee (recul de l'ancien de 2,2 % sur un an). Dans le neuf, le prix moyen de 2014 perd 0,1 % par rapport à celui de 2013 selon la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), malgré des terrains toujours chers et une réglementation qui pèse sur les coûts de construction.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Trop d'agents immobiliers ne jouent pas le jeu du plafonnement des honoraires

Trop d'agents immobiliers ne jouent pas le jeu du plafonnement des honoraires | L'expertise immobilière | Scoop.it

La CLCV constate que si les trois quarts des agences immobilières affichent bien leurs honoraires, plus de 4 sur 10 « ne respectent pas les plafonds imposés par la loi »…

(LaVieImmo.com) - Plus de six mois après la mise en place de la mesure, le plafonnement des honoraires a du mal à être appliqué partout, indique l'association de consommateurs. Depuis le 15 septembre 2014, les frais d’agence sont limitativement énumérés, et ceux « imputés au locataire pour la visite du logement, la constitution du dossier effectuée par le professionnel et la rédaction du bail sont plafonnés à 12 €, 10 € ou 8 € par mètre carré de surface habitable, selon la zone géographique où est situé le logement », rappelle la CLCV. 

Or l'association, qui a audité 938 agences à travers 40 départements, constate sur l'ensemble de son échantillon que « seulement 76 % des agences affichent effectivement leurs honoraires en vitrine ». Un taux certes pas mauvais, mais qui devrait « être bien meilleur ».

Retard inexcusable

Plus inquiétant, 42 % d'entre elles ne respectent pas les plafonds imposés par les textes. « Si nous avons pu noter quelques maladresses chez certains professionnels, d’autres continuent, volontairement ou par ignorance, à violer les dispositions de la loi Alur », déplore l'association. 

Un retard « absolument inexcusable » qui « ne saurait être mis sur le dos d’un quelconque délai nécessaire d’adaptation », estime la CLCV. Pire, dans certaines zones non tendues, l'objectif de baisse des coûts souhaités clairement affiché par les textes, s'est traduit par une augmentation des frais d'agences... 

L'association demande en conséquence la mise en place « sans délai » de la Commission de contrôle prévue par la loi Alur, afin de sanctionner les différents abus constatés. Mais aussi davantage de contrôles par les pouvoirs publics, sur l’application effective des dispositions de la loi de Cécile Duflot.

more...
No comment yet.
Rescooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com) from IMMOBILIER 2015
Scoop.it!

Crise de l'immobilier et disparition annoncée des agents immobiliers

Crise de l'immobilier et disparition annoncée des agents immobiliers | L'expertise immobilière | Scoop.it

La prédiction ne peut pas être prise à la légère. Elle s’inscrit dans le cadre de très nombreuses analyses menées par nombre de spécialistes, dont celles du « realty consulting firm CBRE » et de Genesis-Chine, un promoteur international, qui a interrogé des centaines d’experts, de dirigeants d’entreprises, de jeunes hommes d’affaires en Asie, Europe et Nord-Amérique. 


Mais, avant même toute analyse prospective, il convient de noter que l’effondrement des prix de l’immobilier, dors et déjà largement constatée et subie, rognant irrémédiablement le fromage qui nourrit la profession, entraine automatiquement des réductions d’effectifs .. et nous n’en sommes qu’au commencement : entre 2007 et 2008 souligne un rapport MSN, les prix auraient chuté de 39 % dans le monde. 

 

En France, les efforts conjugués de l’Etat, des institutions, des banques, de l’administration, des notaires, des agents immobiliers, des experts, des propriétaires, tous très-intéressés par la perpétuation des illusions, sont parvenus jusqu’ici à endiguer les poussées déflationnistes en immobilier. 

Il est courant d’entendre parler de crise du logement, or il y a près de 3 millions de maisons ou de logements vides en France actuellement. Il est fréquent d’entendre des accents lyriques sur la reprise de l’immobilier de bureau, notamment dans le QCA - « Quartier Central des Affaires » comme disent les initiés.

Justement, ce n’est pas tout. D’autres calamités se sont abattues, s’abattent et continueront de s’abattre sur les agents immobiliers .. L’Internet, qui a généralisé le modèle d’achat-vente de particuliers à particuliers, est définitivement devenu la principale source des transactions en immobilier. 

 

Selon une étude conduite en 2013 par la puissante et indiscutée NAR - National Association of Realtor - près de la moitié des acheteurs ont directement trouvé ce qu’il voulaient sur le Net, de particuliers à particuliers.

Et cela ne fait que commencer ..

 

Une orientation générale de la globale économie à la suppression d’emplois

Nous allons assister dans les années qui viennent à un ensemble de transformations spectaculaires en matière d’organisation du travail et verrons avec stupéfaction disparaitre près de la moitié des emplois qui existent aujourd’hui, dit le rapport publié par le magazine du président Anshuman. le PDG de la plus grande entreprise de recherche et de services en Immobilier au monde.

« Artificial intelligence will transform businesses and the work that people do ». C’est dit, la tendance à la disparition des jobs sous la poussée des avances technologiques est en marche.

Les étendues de bureaux emplies de rangées de postes de travail deviendront obsolètes, pas seulement en raison d’une inadaptation aux nouvelles fonctions, mais simplement parce qu’ils seront devenus parfaitement inutiles. 

Les 15 prochaines années verront une véritable révolution dans nos façons de travailler, et cela entrainera automatiquement une autre révolution : celle qui va toucher de plein fouet l’immobilier de bureau, et même l’immobilier tout court si l’on tient compte des conséquences de ces deux révolutions sur les besoins de logement tels qu’on les pense aujourd’hui.

Anshuman ajoute même que nombre de ces nouvelles opportunités sont déjà nées et qu’elles peuvent déjà permettre à de jeunes entrepreneurs visionnaires de prendre rang parmi les futurs milliardaires ..


Via 694028
more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Pourquoi les annonces des agents immobiliers sont plus nombreuses que celles des particuliers ?

Pourquoi les annonces des agents immobiliers sont plus nombreuses que celles des particuliers ? | L'expertise immobilière | Scoop.it

Beaucoup d’acquéreurs et de locataires souhaitent trouver des annonces de particuliers mais ils rencontrent beaucoup de difficultés. On remarque en effet que les annonces professionnelles sont beaucoup plus nombreuses que celles des particuliers. Pourtant, ils auraient intérêt à vendre par eux-même pour économiser la commission de l’agent immobilier. En fait, la publication des annonces répond à une logique un peu différente. Cela dépend du profil des particuliers.

Le particulier qui a l’habitude de louer son bien lui-même

Ce sont généralement les multi-propriétaires ou ceux qui s’intéressent de près à l’immobilier. Ils ont fait le choix d’investir dans la pierre et veulent contrôler toutes les étapes menant à la rentabilité locative. C’est pourquoi ils aiment passer du temps à gérer leur bien. Ils connaissent les prix du marché et savent qu’ils peuvent louer ou vendre très rapidement en étant au bon prix. Vous trouverez l’annonce immobilière de ces particuliers en étant très rapide. Parfois, les multi-propriétaires n’ont même pas besoin d’internet pour louer ou vendre. Ils maîtrisent l’art du bouche-à-oreille.

Ce sont également les propriétaires qui souhaitent obtenir le plus d’argent possible et qui ne veulent pas payer de publicité, ni d’honoraires de location ou de vente. Ils ont tendance à sur-estimer la valeur de leurs biens car ils manquent un peu de pratique.  Vous trouverez l’annonce immobilière de ces particuliers en cherchant dans les anciennes. Ces biens sont difficiles à louer ou à vendre rapidement.

Le particulier qui vend lui-même et avec une agence immobilière

Ce sont des propriétaires assez pressés de louer ou de vendre. Ils font confiance à l’agent immobilier pour le réseautage et mettent une annonce en ligne pour les internautes. L’agent immobilier peut également publier des annonces payantes, auxquelles les particuliers n’ont pas accès. Certaines plateformes publicitaires sont interdites aux particuliers ou payantes. Les publicités de l’agent immobilier permettent donc d’intéresser d’éventuels locataires ou acquéreurs supplémentaires. Vous trouverez ces annonces immobilières dans la plupart de vos recherches puisqu’elles ciblent un grand nombre de sites. Attention, certaines personnes peu scrupuleuses s’imaginent récupérer ainsi les visiteurs de l’agent immobilier et ne pas payer sa commission. Cette pratique est interdite par la Loi. Les acquéreurs, les locataires, et les vendeurs sont tous responsables de ce délit.

Le particulier qui ne passe que par agence immobilière

D’autres propriétaires ne disposent pas d’une minute ou habitent trop loin du bien mis en location ou en vente. C’est pourquoi ils font appel à un agent immobilier. Ils peuvent signer un mandat simple et mettre les agences en concurrence. Ils peuvent également signer un mandat exclusif de trois mois pour motiver une agence immobilière qu’ils connaissent et estiment. Ils n’ont aucun intérêt à publier des annonces eux-mêmes puisqu’ils ne pourront pas organiser de visite. Vous ne trouverez donc pas l’annonce immobilière de ces particuliers.

Un marché à plusieurs vitesses

On constate donc que le marché des ventes et des locations est à plusieurs vitesses. Le prix du bien et la diffusion de la publicité déterminent deux facteurs importants:

Est-ce que le bien se vend / loue lentement? Si non, les annonces internet paraissent très peu de temps;Est-ce que le propriétaire a un intérêt à publier une annonce en tant que particulier? Si non, les annonces internet ne paraîtront pas;Est-ce que le site est autorisé et gratuit pour les annonceurs particuliers?
more...
Fabienne Clard's comment, March 21, 3:09 AM
certaines personnes peu scrupuleuses s’imaginent récupérer ainsi les visiteurs de l’agent immobilier et ne pas payer sa commission. Cette pratique est interdite par la Loi. Les acquéreurs, les vendeurs sont tous responsables de ce délit et ils semblent nombreux.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Immobilier: Les ventes aux enchères sont elles une bonne affaire?

Immobilier: Les ventes aux enchères sont elles une bonne affaire? | L'expertise immobilière | Scoop.it

l s’agit d’un bon moyen pour acheter pas cher un appartement, une maison, ou un autre immeuble, à condition de bien maîtriser la vente. Les ventes aux enchères, ou ventes par adjudication, coûtent des frais exceptionnels liés à leur statut très encadré. Pour faire une bonne affaire en achetant aux enchères, il faut bien connaître leur fonctionnement. Le choix d’acheter doit être fait en connaissances de cause. En effet, se rétracter d’une vente par adjudication est un délit qui peut coûter cher.

Les frais à prévoir pour l’achat d’un bien immeuble aux enchères

Le prix de mise en vente n’est pas définitif puisqu’il est possible de surenchérir. Celui qui propose  le prix le plus élevé devient l’acquéreur ou adjudicateur. En plus du prix fixé lors de la vente aux enchères, il doit payer les frais de mise en vente, de mutation et éventuellement de représentation. Même s’il n’est pas obligé d’être représenté par un avocat spécialisé, nous le conseillons quand même. Ceci peut éviter des soucis dont nous allons parler plus bas dans cet article.

La qualité de l’immeuble acheté à la vente aux enchères

Tous les biens immeubles peuvent être visités plusieurs fois. Des visites collectives sont fixées généralement le samedi. Le notaire en charge de la vente dresse également un cahier des charges générales. Il est très détaillé et donne toutes les informations nécessaires à la prise de décision. Pour faire une bonne affaire aux enchères, il convient de comparer le cahier des charges générales et les visites effectuées. Un certain nombre de questions et de réflexions peuvent alors apparaître. Il faut porter une grande attention à la découverte du bien avant de se positionner. Après la vente aux enchères, l’enchère devient effectivement ferme et définitive.

Impossible de se rétracter après la vente aux enchères

Après la vente aux enchères, l’acquéreur dispose d’un délai de 45 jours pour régler toutes les sommes dues. S’il ne peut pas payer le prix ou s’il se rétracte, on considère qu’il a fait une « folle enchère ». Il s’expose alors à une condamnation judiciaire, de fortes sanctions financières et une annulation de la vente.

L’objectif de ces sanctions est d’éviter le retardement de la vente aux enchères. Il s’agit en effet généralement d’une situation urgente, où le vendeur doit rembourser des dettes. Le report de la vente aux enchères est très coûteux pour le créancier comme le débiteur.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Nantes. Le projet immobilier Hêméra lauréat des Pyramides d'Argent

Nantes. Le projet immobilier Hêméra lauréat des Pyramides d'Argent | L'expertise immobilière | Scoop.it

La fédération régionale des promoteurs immobiliers a remis ce jeudi soir à la cité des congrès ses prix au projets menés en Pays de la Loire. La métropole nantaise truste l'essentielle des places d'honneur. 
Hêméra dessiné par l’agence Berranger-Vincent a remporté hier soir le grand prix régional Crédit Foncier des Pyramides d’argent 2015 organisé par la Fédération des promoteurs immobilier. Ce programme de 87 logements comprenant une tour de 16 étages et cinq maisons en bois, est une co-promotion Ataraxia et Pichet Immobilier entre le stade Marcel Saupin et le pont Willy Brandt. Il a séduit pour sa « diversité des typologies de logements, leur flexibilité avec ces pièces de vie orientées sud/sud-ouest et vues sur la Loire et de grands espaces extérieurs, offrant une relation à l’extérieur et à la ville différente selon les étages ». 
Le jury des Pyramides, présidé cette année par Pierre-Jean Galdin, directeur de l’Ecole Supérieure des Beaux Arts de Nantes précise: « A la confluence de la Loire et de l’Erdre, Hêméra occupe un rôle pivot dans la recomposition du tissu urbain. Ce projet entre en résonance avec les îlots voisins. Sa position géographique est stratégique. La tour agit comme signal, mais le projet dialogue également avec son environnement proche et lointain. Ce projet se dessine à partir d’une réflexion sur la manière d’y vivre, du rapport d’échelle entre l’intérieur et l’extérieur, et sur l’appréhension des enjeux et des contraintes. Plus important que le geste architectural d’une tour monolithique, il s’agit ici de partir de la valeur de l’usage pour créer l’architecture. Le projet se compose d’une succession de strates regroupées autour de trois thèmes : habiter les arbres, habiter la ville, habiter le ciel. Cette écriture suggère une tour en mouvement et donne l’impression au promeneur de redécouvrir le projet sur chacune de ces faces. »
Les lauréats des autres catégories sont : Prix GIP de l’Innovation, @Coloc par ADI, situé sur l’île de Nantes, BBM Architectes. Prix EDF, Les Hauts de Soline par Nacarat, à Basse-Goulaine, Quadra architectes. Prix de l’esthétique immobilière, le New’R par Kaufman&Broad, sur Euronantes Gare, architectes Hamonic Masson & Associés. Prix GrDF, City Side par Altarea Cogedim Atlantique, quartier Beaujoire à Nantes, architecte : Unité- Anthony Rio. Prix de l’immobilier d’entreprise. Quatuor 3 par Giboire, à Angers, Jacques Ferrier Architectures & Urbanmakers.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Immobilier: l'avenir se construira avec des tours

Immobilier: l'avenir se construira avec des tours | L'expertise immobilière | Scoop.it
Au Mipim de Cannes, le rendez-vous international des professionnels de l'immobilier, on envisage l'avenir des logements et des bureaux à travers des immeubles hauts,très hauts.

Le rendez-vous international des professionnels de l'immobilier, le Mipim, se tient à Cannes jusqu'au 13 mars. Un événement dont BFM Business est partenaire. Cette année, les visiteurs du salon pourront se rendre compte que la tendance est aux tours, qu'il s'agisse de bureaux ou d'immobilier résidentiel, toujours plus nombreuses et toujours plus hautes. 

Ceux qui voient dans les géants de béton une forme d'excès, et donc de dérèglement économique, ont de quoi s'inquiéter, puisqu'on a jamais construit autant de tours. Une centaine de gratte-ciels sont actuellement en chantier dans 19 pays, dont une dizaine de plus de 500 mètres de haut. Le monde entier a la folie des grandeurs, et en particulier la Chine, qui concentre à elle seule la moitié des projets de nouvelles tours.

Des prouesses technologiques

Il ne s'agit pas seulement de construire de plus en plus haut, mais de réaliser de véritables prouesses technologiques, en réduisant au maximum la consommation énergétique de ces bâtiments. Il faut notamment trouver des solutions inventives à tous les problèmes que pose le nombre d'étages de ces colosses d'acier, pour les ascenseurs, ou pour la climatisation par exemple. 

Aujourd'hui, certains experts considèrent qu'il est techniquement possible de construire une tour de 1.500 mètres de haut. C'est deux fois plus que la Burj Khalifa de Dubaï, qui détient toujours le record du haut de ses 828 mètres. 

2014, une année record

2015 pourrait être une nouvelle année record en termes de constructions de tours, après une année 2014 déjà historique. 97 tours excédant les 200 mètres de hauteur avaient été achevées l'année passée. Record de constructions achevées, record aussi en termes de hauteur cumulée. Tous ces buildings empilés atteignent 23 kilomètres de haut (23.333 mètres précisément). Le précédent record, en 2011, plafonnait à 19.852 mètres. 

 

2014 est également l'année durant laquelle ont été achevés le plus de bâtiments dit "de très grande hauteur": 11 des 97 tours dépassent les 300 mètres. 13 bâtiments livrés l'année dernière font ainsi leur entrée dans le top 100 des plus hauts buildings du monde. Moins qu'en 2011, année du record historique, quand 18 nouvelles réalisations avaient chamboulé ce classement. 

 
more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Les taux des crédits immobiliers baissent encore

Les taux des crédits immobiliers baissent encore | L'expertise immobilière | Scoop.it

Les taux des emprunts sont tombés à 2,21 % en moyenne (hors assurance) en février, contre 2,29 % un mois plus tôt. L’allongement des durées d’emprunt, constaté depuis un an, favorise les primo-accédants

 

Les taux des crédits immobiliers, historiquement bas, continuent de baisser. En février, ils se négociaient à 2,21 % en moyenne (hors assurances et coûts de sûreté) contre 2,29 % un mois plus tôt, selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA. Désormais, tous les crédits sont accordés à moins de 3,5 %. Un record. «Cette nouvelle baisse s’appuie à la fois sur la baisse du coût des ressources (NdlR: les taux d’intérêt à long terme, l’OAT à 10 ans s’échange à 0,68 %) et sur la volonté des banques de soutenir les marchés immobiliers», explique l’étude de Crédit Logement.

Dans le détail, le mois dernier, les acquéreurs ont emprunté à 2,19 % en moyenne hors assurance (contre 2,29 % en janvier et 3,08 % en décembre 2013) pour devenir propriétaires d’un logement ancien et à 2,23 % pour acheter un bien neuf (contre 2,32 % en janvier et 3,08 % en décembre 2013). «Sur le marché de l’ancien, alors que la baisse des prix est modérée, celle des taux de crédit intervenue depuis fin 2013, correspond à un recul des prix de 8,5 %», calcule l’Observatoire. Enfin, les particuliers ayant réalisé des travaux se sont endettés à 2,23 % en moyenne en février (3,12 % fin 2013).

Plus de la moitié des emprunteurs s’endettent sur plus de 20 ans

Depuis le début le début de l’année, la durée des emprunts reste stable à 17,33 mois en moyenne (dont 19,16 ans dans le neuf et 18,5 années dans l’ancien). «Mais en un an, la durée moyenne des prêts a augmenté de six mois», souligne l’étude. Désormais, plus de la moitié des crédits (52,5 % contre 43,7 % au premier trimestre 2014) sont accordés sur une durée supérieure à 20 ans. Et 18,1 % d’entre eux courent sur plus de 25 ans.

Comme c’est le cas depuis quelques mois, l’allongement des durées d’emprunt permet à davantage de ménages jeunes et modestes de reprendre pied sur le marché immobilier. «Le marché de la primo-accession retrouve maintenant de la vigueur, d’autant que les soutiens publics se sont amplifiés, tant dans le neuf que dans l’ancien avec le renforcement du Prêt à taux zéro (PTZ)», constate Crédit Logement.

Malgré une reprise du marché au cours des trois derniers mois, le nombre de prêts accordés baisse sur un an glissant (-5 %).

more...
Didier Bottin's curator insight, March 22, 12:47 PM

C'est le moment d'acheter. ça ne va certainement pas durer.

Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Où se trouvent les bureaux les plus chers du monde ?

Où se trouvent les bureaux les plus chers du monde ? | L'expertise immobilière | Scoop.it

La capitale britannique confirme sa position de leader en matière de bureaux, selon une étude de Cushman & Wakefield.

(LaVieImmo.com) - « Pour la troisième année consécutive », selon l'étude, le secteur de West End, à Londres, se hisse à la première place des villes aux bureaux les plus chers du monde. Le prix de l'occupation d'un espace de bureau y est de 2 344 €/m2 par an, d'après le spécialiste du secteur Cushman & Wakefield. La raison : des loyers « prime » qui ont bondi de 4,6 % à cause d'une forte demande et d'une offre très limitée. La capitale britannique est juste devant Hong Kong (1 636 €/m2/an), qui elle aussi s'installe pour la deuxième année à la deuxième place. New York, troisième, monte quant à elle de deux places pour 1 162 €/m2/an.

Paris deuxième ville européenne

Et Paris dans tout ça ? La Ville lumière se positionne à la 10e place. C'est la deuxième métropole européenne derrière la lauréate britannique à figurer dans ce top 10, avec un coût néanmoins nettement plus bas : 860 €/m2/an. C'est aussi la troisième avec Sydney (878 €) et Beijing (926 €) à être sous la barre symbolique des 1 000 €/m2/an.

 

Mais globalement, les coûts ont bondi un peu partout dans le monde, de 7 % en moyenne sur un an, conclut l'étude. Or depuis 2010, le groupe notait une augmentation de 3 % environ par an. 

 

Le classement des villes où les coûts des bureaux sont les plus chers

 

1 – Londres : 2 344 €/m2/an2 – Hong Kong : 1 636 €/m2/an3 – New York : 1 162 €/m2/an4 – Rio de Janeiro : 1 150 €/m2/an5 – New Delhi : 1 064 €/m2/an6 – Moscou : 1 055 €/m2/an7 – Tokyo : 1 051 €/m2/an8 – Beijing : 926 €/m2/an9 – Sydney : 878 €/m2/an10 – Paris : 860 €/m2/an
more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Hongkong, la ville de tous les excès immobiliers

Hongkong, la ville de tous les excès immobiliers | L'expertise immobilière | Scoop.it

Les prix de l’immobilier s’envolent depuis cinq ans à Hongkong. Ils sont au sommet. Mais de plus en plus de Hongkongais souffrent de cette situation. Et certains sont contraints de vivre dans des conditions très dégradées.

Récemment un terrain nu situé sur la très luxueuse colline de Victoria Peak à Hongkong a été vendu pour 580 millions d’euros. À raison de 11.500 mètres carrés disponibles, cela représente plus de 50.000 euros du mètre carré nu. Et sachant que seule la moitié du terrain est constructible, le prix du mètre carré utile dépasse les 100.000 euros. Ce n’est pas la première fois que l’ancienne colonie britannique attire l’attention avec une vente extraordinaire. L’été dernier, un penthouse de 427 m2 également situé sur la colline la plus chic de Hongkong a été mis en vente pour la somme de 79 millions d’euros, soit 185.000 euros le m2! Un record.

Le marché immobilier de Hongkong s’envole depuis cinq ans. Les prix ont encore grimpé de 12 % en 2014, et touché un nouveau sommet en novembre, malgré les mesures prises par le gouvernement pour calmer le marché. Le nombre de terrains constructibles n’a pas augmenté ces dernières années, ce qui explique en grande partie la frénésie des prix dans ce territoire de 7 millions d’habitants, également soutenus par une forte demande, de la part notamment de riches Chinois.

La ville la plus chère du monde

Résultat, le marché immobilier hongkongais est considéré comme le plus cher du monde selon Savills. Pour le cabinet Demomographia international, le prix moyen d’un logement représente 17 fois le revenu moyen des ménages du territoire (contre 12,6 fois il y a un). Un record. «Sur les marchés immobiliers les plus chers, l’utilisation du foncier est très restreinte, les prix des terrains sont élevés, ce qui fait monter les prix des logements», explique l’étude.

Le dollar hongkongais est arrimé au dollar américain. Et les taux d’intérêt de ce riche territoire pourraient légèrement augmenter dans les mois qui viennent, dans le sillage des taux américains. Est-ce qu’une hausse des taux décidée par la Banque centrale américaine (Fed) aura un impact sur le marché immobilier de Hongkong? Les avis sont partagés. Certains spécialistes prédisent une légère baisse, mais d’autres tablent sur une nouvelle hausse de 10 % cette année.

Quoiqu’il en soit, l’envolée des prix de la pierre est durement ressentie par de plus en plus de Hongkongais, qui malgré parfois des salaires élevés peinent à devenir propriétaires de leur résidence principale. Ce qui est très important pour les Chinois. «De plus en plus de jeunes ne se marient pas parce qu’ils ne peuvent pas acheter de logement pour leur future famille», explique un jeune cadre de banque hongkongais.

Depuis très longtemps, la cherté de la pierre fragilise les ménages les plus modestes. A Hongkong, qui ne connaît pas le chômage (3 % de la population), plusieurs générations cohabitent sous le même toit. Depuis très longtemps, les travailleurs les plus pauvres, souvent venus de Chinecontinentale, ont eux pour seul logis un lit grillagé (sorte de cage), situé dans des sortes de dortoirs exigus où s’entassent de nombreux autres mal logés.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Pour Nicolas Sarkozy, il ne doit plus y avoir d'ISF en France

Pour Nicolas Sarkozy, il ne doit plus y avoir d'ISF en France | L'expertise immobilière | Scoop.it

Dans un entretien exclusif au Figaro, l'ex-chef d'Etat livre quelques propositions pour le pays, notamment en matière d'impôts.

 Interrogé sur la fiscalité française, Nicolas Sarkozy estime dans les colonnes du quotidien qu' «il est fondamental que la France et l'Allemagne convergent en matière fiscale car on ne peut plus se permettre d'avoir des impôts qui n'existent nulle part ailleurs ». 

Selon l'ancien chef d'Etat « il ne doit donc plus y avoir d'ISF en France. On ne peut pas vouloir l'Europe, c'est-à-dire la liberté de circulation des hommes et des capitaux, et avoir la fiscalité la plus lourde du continent ». 

Mais pour M. Sarkozy, il s'agit également de « désidéologiser le débat fiscal. La seule vraie question, c'est celle de la meilleure fiscalité pour sauver nos entreprises et nos emplois». Et de tacler au passage le bilan de l'actuel locataire de l'Elysée : « Depuis que François Hollande a été élu, les Français ont été assommés par 40 milliards d'euros d'impôts et de charges supplémentaires ».

 

 

 

 

 

 

 

more...
No comment yet.
Rescooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com) from IMMOBILIER 2015
Scoop.it!

À Lyon, des conteneurs recyclés en logements pour les jeunes

À Lyon, des conteneurs recyclés en logements pour les jeunes | L'expertise immobilière | Scoop.it

Face à la crise du logement qui frappe particulièrement les moins de 30 ans, une association lyonnaise a lancé une campagne de crowfunding afin de réaménager de vieux conteneurs en logements sociaux temporaires.

 

Sur proposition du groupe La Varappe, spécialisé dans l’innovation urbaine, l’association Habitat et humanisme en Rhône-Alpes a élaboré un projet «d’habitat social modulable et transportable» joliment nommé La Passerelle. Très largement inspiré d’une pratique désormais fréquente en Angleterre et aux Pays-Bas, le projet consiste en un réaménagement de vieux conteneurs (ou containers) maritimes en immeubles de logements sociaux. Destinés aux jeunes en situations précaires temporaires, les 9 logements attendus à Lyon pour avril 2015 devraient accueillir entre 12 et 18 locataires adultes , ainsi que leurs éventuels enfants. Qu’il s’agisse de jeunes en recherche d’emploi, de familles monoparentales, ou de jeunes isolés, le projet Passerelle se veut la transition réussie vers un accès durable au logement, pour ces jeunes tous âgés de moins de moins de 30 ans. L’association Habitat et Humanisme, soucieuse d’inclure le public dès l’élaboration du projet, espère d’ailleurs compléter son financement à travers le lancement d’une campagne de crowfunding .

Implanté dans le 7e arrondissement de la «ville-lumière», le projet d’hébergement proposé par l’association lyonnaise s’inscrit dans une véritable démarche sociale, économique et environnementale. Obligatoirement encadré par un chargé de mission social ainsi que par une équipe de bénévoles, chaque ménage bénéficiera ainsi d’un accompagnement de proximité personnalisé, afin que soit encouragé l’échange avec l’extérieur, l’ancrage dans l’environnement direct, et finalement dans la société. Particulièrement enviable, la situation géographique de ces nouveaux logements offre en effet une proximité directe avec de nombreux commerces et réseaux de transports urbains, et facilite ainsi l’insertion professionnelle. Enfin, le projet Passerelle présente également un intérêt écologique notable, puisqu’il permet de donner une seconde vie aux conteneurs industriels, condamnés sans cela à venir s’échouer aux abords des grandes zones portuaires. 

Le logement en conteneurs, un modèle qui a fait ses preuves

Fort d’un intérêt économique certain, le concept des logements en conteneurs n’en est pourtant pas à son coup d’essai. Complétement adopté en Angleterre et aux Pays-Bas, avec notamment la création en 2005 d’une résidence universitaire de 1000 logements-conteneurs à Amsterdam, il a fallu attendre 2010 et la construction de la cité estudiantine A-dock au Havre pour que le modèle fasse son apparition sur le sol français. Inspirée de l’initiative néérlandaise, la réalisation havraise devait pourtant susciter quelques polémiques. Après une inauguration en grandes pompes, de nombreux disfonctionnements (fuites dans les plafonds, problèmes d’isolation) ont rapidement glacé l’opinion vis-à-vis de ce nouveau modèle d’hébergement. Le quotidien régional Paris Normandie ,qui avait pourtant lui-même contribué à ce désintérêt général, revient aujourd’hui sur cet échec précoce proclamé à tort.

Si l’hypermédiatisation du lancement d’A-dock s’est finalement retournée contre la construction havraise dès les premières lacunes décelées, le quotidien normand considère finalement qu’il s’agit d’un succès. Plus de quatre ans après l’arrivée des premiers locataires, la cité ne désemplit pas, et nombreux sont les étudiants à renouveler leur bail. S’ils concèdent la présence de quelques failles techniques, notamment sur le plan de l’isolation, les jeunes qui habitent la cité-conteneurs semblent globalement satisfaits de leur lieu de vie, et fiers surtout de compter parmi les acteurs d’une démarche alternative. Un enthousiasme que le projet Passerelle ne semble pas démentir.


Via 694028
more...
No comment yet.