L'Environnement ...
Follow
Find
7.3K views | +0 today
 
Scooped by Amine REGBA
onto L'Environnement et le Développement Durable
Scoop.it!

La demande énergétique mondial ferait un bond de 40%, d’ici 2040

La demande énergétique mondial ferait un bond de 40%, d’ici 2040 | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
La compagnie pétrolière norvégienne Statoil a publié récemment sous l’intitulé « Energy Perspectives 2012″, ses prévisions annuelles concernant à la fois l’économie mondiale et les marchés de l’énergie.
more...
No comment yet.
L'Environnement  et le Développement Durable
C’est une nouvelle ère qui s’ouvre, au Maroc, dans le rapport à la nature, dans la gestion des ressources de la nature.
Curated by Amine REGBA
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Pétrolier échoué près de Tan-Tan: Le Maroc sollicite l'aide espagnole et l'expertise hollandaise

Pétrolier échoué près de Tan-Tan: Le Maroc sollicite l'aide espagnole et l'expertise hollandaise | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Des experts du Pays-Bas sont arrivés jeudi à Tan-Tan, pour mener une deuxième tentative de remise à flot du Tanker échoué depuis lundi à proximité des côtes de Tan-Tan. Les autorités portuaires ont...
Amine REGBA's insight:

Une aide espagnole a été sollicitée pour tenter de remettre à flot le Tanker qui s'est échoué à proximité du port de Tan Tan, dans le sud du Maroc, avec à son bord 5.000 tonnes de fuel, laissant craindre une mini marée noire, a indiqué jeudi une source ministérielle.

Dans un communiqué, les autorités de Lanzarote, une des îles des Canaries, distante d'à peine 200 km, ont pour leur part indiqué avoir sollicité un point “urgent” sur la situation auprès de Rabat, s'agissant notamment du “niveau de risque” encouru.

D'autres experts, dépêchés du Pays-Bas, sont arrivés jeudi sur place pour mener une deuxième tentative de remise à flot de ce Tanker et éviter une catastrophe écologique.

Le navire marocain, en provenance des Canaries, s'est échoué lundi soir à proximité de l'entrée du port de Tan-Tan après avoir heurté des rochers, selon les autorités locales. La cargaison était destinée à une station thermique de cette ville située à environ 300 km au sud d'Agadir.

La coque du navire a été touchée mais aucune fuite majeure n'a jusque-là été signalée, tandis que le fuel s'est solidifié au contact de l'eau froide, a indiqué une source au sein du ministère de l'Environnement.

Mais la menace écologique demeure, d'autant que les opérations pour désensabler le navire ont pour le moment échoué, en raison notamment du fort courant, a ajouté cette même source, précisant que les autorités locales avaient demandé une aide espagnole.

Deux navires sont attendus en provenance des Canaries, afin de tenter de tracter le pétrolier vers le large, d'après cette source.

“Éviter une catastrophe écologique”

Cité par l'agence MAP, le directeur de l'Agence nationale des ports (ANP), Mohamed Othmani, a pour sa part affirmé qu'un remorqueur était attendu jeudi en provenance de Las Palmas, au même titre que cinq experts des Pays-Bas, “qui seront assistés par un hélicoptère de la Gendarmerie royale”.

L'autre grand remorqueur dépêché jeudi de Mohammedia, et qui s'était arrêté à Jorf Lasfar, aurait fait demi-tour, en raison d'une grève des employés du port de Mohammedia, rapporte jeudi soir le site d'information Hespress.

Rappelons qu'une réunion s'est tenue mercredi soir à Tan-Tan “pour examiner les moyens d'assurer le remorquage” et “éviter une catastrophe écologique”, en présence notamment de l'armateur et de la compagnie SMIT TUG, assureur du bateau accidenté. Il a été convenu, entre autres, de mettre des barrages flottants à la disposition du commandement provincial de la Protection Civile, a-t-on ajouté.

Sur une vidéo circulant sur internet, on peut voir le navire légèrement incliné sur le flanc, à quelques mètres seulement du rivage.

more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Classement mondial: L'Université Cadi Ayyad de Marrakech, la première au Maghreb

Classement mondial: L'Université Cadi Ayyad de Marrakech, la première au Maghreb | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Amine REGBA's insight:

L'Université Cadi Ayyad (UCA) a été classée meilleure université du Maroc et figure en bonne position dans le premier classement mondial des universités des pays issus du Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud et des économies émergentes), réalisé parThomson Reuters.

Ce classement, intitulé “The Times Higher Education World's First Ranking of Universities in Brics and Emerging Economies” a été diffusé courant décembre.

L'UCA figure à la 83e place, sur 700 universités, avec 20.8 points et elle est la seule université du Maghreb à figurer dans ce classement.

Elle est donc première au Maroc, (et la seule dans ce classement), première au Maghreb, première en Afrique du Nord (devant 3 universités égyptiennes), 3e dans le monde arabe (derrière deux universités des Emirats Arabes Unis) et 6e en Afrique, indique la présidence de l'Université.

Ce classement est le résultat d'une évaluation de plus de 700 universités issues de 22 pays, selon 13 critères (les mêmes que ceux utilisés dans le The World University Ranking) pour analyser les performances des établissements, précise-t-on de même source.

Parmi ces critères figurent l'environnement d'apprentissage (30% de la note), la recherche universitaire et le volume des contributions de l'université (30%), l'influence et l'impact de la recherche (30%), l'innovation (2,5%) et l'ouverture à l'international de l'université (7,5 %).

more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Les partis politiques entrent en jeu : Les jeunes auront leur propre conseil

Les partis politiques entrent en jeu : Les jeunes auront leur propre conseil | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Amine REGBA's insight:

Associer les jeunes représentants des formations politiques de différents bords et des ONG dans un débat technique concernant des questions juvéniles. Voilà comment a procédé, jeudi à Rabat, la commission consultative consacrée à l’élaboration d’un projet de loi portant création du Conseil consultatif des jeunes et du tissu associatif et d’une loi-cadre dédiée à la jeunesse en invitant une quinzaine de jeunes issus de plusieurs partis politiques à participer à ces discussions. «Nous sommes dans l’urgence puisque nous n’avons que trois mois de travail», indique Nadia El Bernoussi, présidente de ladite commission.

Seulement 9 représentants se sont présentés à ces rencontres qui se poursuivent jusqu’à ce samedi en présence des membres du tissu associatif, de responsables du ministère de tutelle et de ladite commission créée il y a deux mois et composée de 27 membres.

Quant aux autres formations politiques, il est prévu qu’elles adressent leur mémorandum à la commission pour enrichir le débat. Cependant, les jeunes présents à la rencontre qui a eu lieu jeudi se sont opposés à la démarche de la commission et du ministère de tutelle. Ils ont, dans ce sens, critiqué l’absence d’une plate-forme relative aux projets de lois à concevoir par la commission qui, pour sa part, désire œuvrer selon une démarche participative. Et voilà pourquoi la commission les a invités.

Mais là n’était pas la question. Plutôt, le souci de cette équipe était d’avoir des réponses de la part de ces jeunes à propos des missions dudit conseil, de son mode d’élection, sa composition, ses membres et sa régionalisation. Là les avis étaient relativement partagés mais ont fini par quasiment abonder dans le même sens. Du point de vue du représentant du parti de la gauche verte, le conseil doit être transversal, représenté au niveau régional et composé de jeunes élus et dont la tranche d’âge va de 18 à 40 ans.

Et bien évidemment, il a appelé à l’instauration d’une politique écologique dans l’esprit du conseil. A leur tour, d’autres représentants de partis politiques ont plaidé pour l’approche genre et un mandat du conseil allant de 3 à 5 ans. Ceci en dissociant le conseil des jeunes de celui du tissu associatif. «Nous veillerons à tenir compte de ces propositions», a assuré Ahmed Moufid, membre de la commission qui ne dispose plus que d’un mois pour accomplir sa mission.

Pour le moment, cette composition dispose déjà d’un règlement intérieur. Les deux mois ayant suivi sa création ont été consacrés, selon la présidente, à la lecture de mémorandums et au benchmarking entre autres. Aussi, cette composition a eu recours à plus d’une vingtaine d’experts pour décider de sa démarche de travail.

Et actuellement elle est à la phase d’écoute des ONG et des représentants de la jeunesse partisane. Ces discussions seront couronnées par un colloque international le 18 janvier et un colloque national le 25 du même mois. «Vers la fin février, nous serons à même de produire une loi sur la jeunesse et une autre portant création dudit conseil», a-t-elle conclu.

more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Comment Internet mue vers sa nouvelle version

Comment Internet mue vers sa nouvelle version | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Une nouvelle version du protocole soutenant les communications sur Internet arrive, en apportant de nombreux et coûteux changements pour les opérateurs.
Amine REGBA's insight:
N'y aura-t-il bientôt plus de "plaques d'immatriculation" pour circuler sur Internet ? Les réserves d'adresses IP, attribuées à chaque objet connecté à Internet, s'amenuisent. En septembre 2012, le responsable de la réserve publique européenne, le RIPE NCC, avait distribué ses dernières adresses IP auxentreprises (opérateurs, services Internet...). Un an plus tard, la situation est encore loin d'être résolue et les opérateurs sont condamnés à l'économie. Les appareils connectés à Internet se multiplient alors que le nombre d'adresses disponibles fond à vue d'œil. Au second trimestre, plus de 51 millions de tablettes ont été livrées par les constructeurs, selon le cabinet Strategy Analytics. Une situation inquiétante pour les professionnels des réseaux.
more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

La BAD demeure le premier partenaire du développement du Maroc - LE MATiN

La BAD demeure le premier partenaire du développement du Maroc - LE MATiN | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Amine REGBA's insight:

• Le portefeuille actif de la Banque africaine de développement au Maroc compte 28 opérations représentant, jusqu’au 8 octobre 2013, un montant d’engagements nets de plus de 2.3 milliards d’euros.
• Ces chiffres qui ont été révélés mardi dernier à Rabat témoignent du dynamisme de partenariat entre la BAD et le Royaume et confirment la position de cette banque en tant que premier partenaire de développement du Maroc.

more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Espagne : ‘On n’a pas le droit de se mêler des prospections pétrolières du Maroc prés des Canaries’

Espagne : ‘On n’a pas le droit de se mêler des prospections pétrolières du Maroc prés des Canaries’ | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Le gouvernement espagnol a déclaré qu’il n’avait aucun droit de se mêler de ce que fait le Maroc dans ses eaux territoriales.
more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Le plan Maroc vert a besoin de 10 milliards de dollars à l'horizon 2020

Le plan Maroc vert a besoin de 10 milliards de dollars à l'horizon 2020 | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Le plan Maroc vert a besoin de 10 milliards de dollars pour la période 2014-2020, a annoncé, lundi à Paris, le ministre de l'Agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch.
more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Les moutons marocains dans les souks algériens

Les moutons marocains dans les souks algériens | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Les moutons marocains auraient, apparemment, passé la frontière fermée entre le Maroc et l’Algérie pour envahir les souks algériens. C’est, en tout cas, ce que nous apprend le quotidien algérien Echorouk.
more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

ONEE Investissements 2013-2017 de 140 MMDH - Le Reporter

ONEE Investissements 2013-2017 de 140 MMDH - Le Reporter | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Amine REGBA's insight:

L'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE) vient de dévoiler un ambitieux programme d'investissement 2013-2017, à l'occasion la première réunion de son Conseil d'administration.

Selon l'Office, le plan d'équipement, dont l'objectif est d'assurer la sécurité d'approvisionnement en électricité et en eau potable, prévoit une enveloppe budgétaire de 112,3 milliards de dirhams, dont 35,5 milliards de dirhams à réaliser par l'ONEE, dédiée à la branche Electricité, ainsi qu'une enveloppe de 27,3 milliards de dirhams pour la branche Eau.
Dans le détail, la bagatelle allouée à la branche électricité permet le renforcement des capacités de production à hauteur de 67%, soit une capacité additionnelle de près de 4.584,5 MW à l'horizon 2017. «Dans ce cadre, il a été procédé au lancement de la réalisation de la première centrale du Complexe solaire intégré d'Ouarzazate «Noor» (160 MW), ainsi que du parc éolien de Taza (150 MW)», note-t-on.
Pour la branche Eau, le renforcement de l'alimentation en eau potable urbaine grignote 15,6 milliards de dirhams, contre 5,6 milliards pour le milieu rural.
L'activité assainissement liquide, quant à elle, absorbe 6,1 milliards de dirhams.

more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Fès rassurée sur la qualité de l'eau #RADEEF

Fès rassurée sur la qualité de l'eau #RADEEF | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Fès rassurée sur la qualité de l'eau L'Économiste «Ces eaux passent par une batterie de contrôles effectués notamment par le laboratoire interne de la Radeef, le laboratoire de l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE), les...
Amine REGBA's insight:

LES habitants des quartiers Bendebbab et Belkhayat sont inquiets. En effet, depuis quelques jours, l’eau du robinet a un drôle de goût. «Il y a même une fontaine au quartier Belkhayat qui déverse une eau de couleur jaunâtre et de mauvaise odeur», affirme Jaouad, un habitant. Alertés, les services concernés répondent qu’il n’y a aucun danger. «Il ne s’agit que de fausses rumeurs qui créent une certaine psychose», déclare Najib Lahlou Mimi, DG de la Régie autonome intercommunale de distribution d’eau et d’électricité de Fès (Radeef). Selon lui, «l’eau potable distribuée dans la ville de Fès est conforme aux normes nationales et internationales de la qualité». «Ces eaux passent par une batterie de contrôles effectués notamment par le laboratoire interne de la Radeef, le laboratoire de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), les bureaux de contrôle et d’audit externe agréés et les services municipaux d’hygiène, outre le contrôle du ministère de la Santé», explique le responsable de la Régie. Chiffres à l’appui, celui-ci affirme que «plus de 50.000 analyses ont été effectuées en 2013 pour garantir une meilleure qualité de l’eau distribuée à la population». Et d’ajouter «qu’aucune anomalie n’a été constatée dans la distribution de l’eau au niveau de la ville». Pourtant, les consommateurs craignent pour leur santé. Certains font le plein de bouteilles minérales. Outre l’odeur et le goût, ils craignent les résidus retrouvés parfois dans l’eau du robinet. Pour ce dernier point, il s’agirait surtout de la qualité des canalisations installées par les lotisseurs et autres promoteurs, qui n’est pas toujours fiable. Ainsi, par précaution, plusieurs ménages se ruent sur l’installation des filtres au niveau du robinet de la cuisine. D’autant plus que celui-ci est utilisé généralement pour boire la ressource vitale et pour préparer les repas. Pour le dirigeant de la Régie, l’eau peut avoir une odeur dans certaines zones. «Mais celle-ci n’a aucun impact sur la santé des gens».
La minéralisation des ressources hydriques, explique-t-il, diffère d’une eau superficielle à une autre souterraine, ce qui pose la question de la différence dans les goûts. Pour sa défense, il rappelle  les réalisations de son établissement dans ce domaine, notamment à travers le renforcement du réseau, la sécurisation de l’alimentation en eau potable, la préservation de la qualité d’eau distribuée et la poursuite du programme d’amélioration du rendement.
Même son de cloche auprès de la direction régionale de l’ONEE pour qui «l’eau livrée aux ménages ne pose aucun problème d’hygiène… et est à 100% potable». Pour l’Office, la ville de Fès est alimentée par deux ressources, à savoir la nappe de Saïss (ressource principale composée de 33 forages et 2 sources) avec un débit global de 1.600 litres par seconde, et la station de traitement des eaux de l’oued Sebou avec une capacité de production de 1.700 litres par seconde. On le sait, pour garantir la production d’eau potable répondant aux normes nationales en vigueur en débit suffisant, les services de l’Office se trouvent dans l’obligation d’appliquer un traitement poussé. Et c’est ce qui donne parfois cet arrière-goût.

more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Consommation d'électricité, d'eau et taux d'humidité : la Ville prête du matériel de mesure

Consommation d'électricité, d'eau et taux d'humidité : la Ville prête du matériel de mesure | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
A compter du 30 septembre 2013, la Ville de Besançon met à disposition gratuitement une mallette composée de matériels de mesures (caméra thermique, wattmètres, débitmètre, mousseurs et thermo-hygromè...
Amine REGBA's insight:

A compter du 30 septembre 2013, la Ville de Besançon met à disposition gratuitement une mallette composée de matériels de mesures (caméra thermique, wattmètres, débitmètre, mousseurs et thermo-hygromètre) et destinée à repérer les fuites d’énergie, à mesurer les consommations d’électricité, d’eau et l’hygrométrie intérieure. Chaque logement, bureau, commerce, implanté sur la commune de Besançon peut bénéficier de ce service.

more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Gabon : Libreville abrite un séminaire de formation sur la maitrise des dépenses d’eau et d’électricité du secteur public

Gabon : Libreville abrite un séminaire de formation sur la maitrise des dépenses d’eau et d’électricité du secteur public | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Libreville, Jeudi 1er août 2013 (Infos Gabon) – Libreville, la capitale gabonaise, abrite depuis mardi un séminaire de formation sur la maitrise des dépenses d’eau et d’électricité du secteur public....
more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Pollution : Les Marocains fument 15 milliards de cigarettes ‘légales’ par an

Pollution : Les Marocains fument 15 milliards de cigarettes ‘légales’ par an | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Lemag : Au royaume des fumeurs, il y a le marché de la cigarette légale et puis celui de contrebande.
more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Le FMI salue l’amélioration des performances économiques du Maroc

Le FMI salue l’amélioration des performances économiques du Maroc | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it

Dans le cadre des consultations de 2013 au titre de l’article IV et de la troisième revue des résultats économiques enregistrés par le Maroc dans le contexte de l’accord visé par la Ligne de précaution et de liquidité (LPL), une délégation du FMI a séjourné au Maroc du 5 au 19 décembre 2013. Au terme de cette visite, la mission est revenue sur les performances de l’économie marocaine au titre de l’année 2013, après une année 2012 difficile, les perspectives de croissance au titre de l’année 2014, et les politiques économiques à mettre en place pour renforcer la résilience de l’économie marocaine et poser les fondations d’une croissance plus forte et inclusive. M. Jean-François Dauphin, qui dirigeait cette mission, a souligné que «malgré un environnement économique mondial et régional défavorable, les performances de l’économie marocaine se sont globalement améliorées en 2013, après les difficultés rencontrées en 2012. Les effets de la crise européenne se sont fait nettement sentir dans le secteur non-agricole, mais la croissance du PIB devrait s’établir à environ 5 %, grâce à une récolte céréalière abondante (…). La dette publique reste soutenable et  le déficit budgétaire se contracte sous l’effet notamment des mesures prises dans ce sens par le gouvernement». Grâce à ces améliorations, la LPL de 6 milliards de dollars, soit 700 % de la quote-part du Maroc, n’a pas été touchée. Et dans le sillage de l’amélioration attendue de la situation économique et financière du pays, le Maroc pourra se passer de cette LPL.

En matière de prévisions, le FMI semble être plutôt optimiste. Alors que Bank Al-Maghrib table sur une croissance du PIB de l’ordre de 3 à 3,5 % au titre de l’année 2014, l’institution financière internationale mise sur une évolution proche de 4 %, tirée par l’accélération de l’activité des secteur non agricoles et dans l’hypothèse d’une campagne agricole moyenne.

Poursuivre les réformes

Toutefois, face à un environnement économique mondial difficile, le Royaume est appelé à redoubler d’efforts en poursuivant les réformes engagées, et ce dans le but de contribuer au rééquilibrage des comptes budgétaires et extérieurs, renforcer la compétitivité et asseoir une croissance plus forte et créatrice d’emplois.

Dans ce cadre, le FMI salue les efforts du Gouvernement tendant à réduire les exonérations fiscales, notamment dans le secteur agricole, et réduire la charge de la compensation. Selon la délégation du FMI, «l’objectif de déficit public de 4,9 % du PIB du projet de loi de finances de 2014 est approprié». Et de poursuivre, «il est important que la réduction du déficit public laisse de l’espace budgétaire suffisant pour renforcer la protection sociale et investir dans l’infrastructure, l’éducation et la santé».

Toutefois, l’institution financière internationale met le doigt sur l’urgence de la réforme de retraites, en vue d’assurer la pérennité du système de retraite marocaine et la préservation de la viabilité des finances publiques.

En ce qui concerne la balance des opérations courantes, le Fonds met l’accent sur l’amélioration de la compétitivité de l’économie marocaine, afin de consolider la position extérieure du Royaume. Si les efforts consentis au cours de ces dernières années en matière de diversification des marchés et produits d’exportation ont commencé à porter leurs fruits, le FMI avance qu’une plus grande flexibilité du régime de change pourrait soutenir la compétitivité de l’économie marocaine, et renforcer ses capacités à faire face aux chocs internes et externes.

Au niveau du secteur financier, la délégation du FMI a souligné la stabilité du secteur bancaire dans son ensemble et appuie les efforts de Bank Al-Maghrib visant à renforcer son dispositif de supervision bancaire et son adhésion progressive aux normes de Bâle III. Et pour accompagner la dynamique de la croissance économique, le FMI met l’accent sur la nécessité d’élargir la bancarisation de la population marocaine et faciliter l’accès au financement des PME. Sur ce dernier point, il faut souligner que d’importants efforts ont été initiés par Bank Al-Maghrib, la Caisse Centrale de Garantie, le Ministère de l’Economie et des Finances et le Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM) afin de faciliter l’accès au financement bancaire des Très petites, Petites et Moyennes Entreprises (TPME). Les initiatives de Bank Al-Maghrib, avec le programme de refinancement des banques accordant des crédits aux TPME, et l’annonce de la mise en place d’un fonds de soutien financier aux PME et aux Entreprises de taille intermédiaire (ETI), constituent des réponses à même de contribuer à la facilitation de l’accès des PME aux crédits bancaires.

MD

more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

30 000 arganiers à planter dans la région d’Essaouira d’ici 2015

30 000 arganiers à planter dans  la région d’Essaouira d’ici 2015 | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Amine REGBA's insight:

Fruit d’un partenariat tripartite entre la Fondation Yves Rocher, la Fondation Mohammed VI pour la recherche et la sauvegarde de l’arganier et le Haut commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD), la 4e édition de la version marocaine du programme international «Plantons pour la planète» a été marquée cette année par une opération de plantation de 5000 arganiers dans la région d’Essaouira. L’objectif du spécialiste français des produits cosmétiques d’origine végétale est de repiquer dans cette région 30000 arganiers d’ici 2015. Depuis le lancement de la campagne en 2010, le compteur en est à 15000.

Les plantations enregistrent un taux de succès de 80%

La particularité de ce partenariat est que «le Haut commissariat se charge d’indiquer les terrains qui servent de pépinière et sur lesquels seront mis en terre les plants, la Fondation Mohammed VI pour la recherche et la sauvegarde de l’arganier apporte son expérience et Yves Rocher finance l’opération», explique Rachid Aterhzaz, DG adjoint d’Yves Rocher au Maroc. A raison de 60 DH environ le plant qui séjourne en moyenne 18 mois en pépinière, la contribution financière d’Yves Rocher peut être rapidement calculée.

Pour remédier aux difficultés à transplanter l’arganier, les parties prenantes se sont appuyées sur un important travail de recherche réalisé par les forestiers marocains. Les résultats ne se sont pas faits attendre. «Avant, le taux d’échec était de 80%. Aujourd’hui, c’est le taux de réussite qui est compris entre 75 et 80%. Il s’agit donc d’une très grande avancée scientifique», déclare Katim Alaoui, DG de la Fondation Mohammed VI pour la recherche et la sauvegarde de l’arganier et professeur à la Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat. Après le repiquage, il faudra cependant patienter 20 ans pour que l’arbre donne ses premiers fruits, et 30 ans pour qu’il devienne finalement exploitable.
Deuxième essence forestière au Maroc après le chêne vert, l’arganier couvre actuellement près de 870 000 hectares. La densité est de 10 à 50 arbres à l’hectare contre 100 en 1900. Ce dépeuplement de la forêt marocaine, qui touche chaque année 600 ha, est imputé à un abattage abusif et à la surexploitation.
Créée en 1991, la Fondation Yves Rocher a décidé en 2007 d’accompagner le programme «Plantons pour la planète», initié par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) en 2006, et dont l’objectif est de planter chaque année un milliard d’arbres à travers le monde. Depuis, le chiffre de 12 milliards d’arbres a été franchi. 
Pour sa part, la Fondation Yves Rocher, avec l’aide de ses divers partenaires dans l’ensemble des pays où l’opération se tient, s’est engagée à en planter 50 millions. Aujourd’hui, elle soutient 24 spots de plantation, notamment en France, au Mexique, en Inde, en Ethiopie, en Russie, en Haïti ou encore à Madagascar.

 

Anne-Sophie Martin. La Vie éco

more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Parution ” Figuig et le système des villes oasis du Maroc” : Les Ksours, fragiles joyaux du désert

Parution ” Figuig et le système des villes oasis du Maroc” :  Les Ksours, fragiles joyaux du désert | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Amine REGBA's insight:

L’Agence de l’Oriental vient de publier un livre sur la réhabilitation du patrimoine bâti en terre et sa préservation, la valorisation des ressources locales, la capitalisation et la mutualisation des savoir-faire, et leur rôle dans le développement touristique, culturel et socio-économique des zones oasiennes et de l’arganeraie.

Intitulé “Figuig et le système des villes oasis du Maroc: lignes directrices de la réhabilitation des Ksours”, cet ouvrage, qui reprend les résultats d’études menées par d’éminents chercheurs marocains, italiens et français se veut une contribution au vaste programme de développement des zones oasiennes et de l’arganeraie.

La publication, qui définit les similitudes de ce vaste espace des oasis à préserver et à développer et met en exergue la spécificité des zones oasiennes, leur potentiel culturel et socioéconomique, traite abondamment de la réhabilitation du patrimoine bâti en terre et présente un plan de sauvegarde et de réhabilitation de l’architecture des Ksours, dans la perspective de l’inscription de Figuig au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Figuig, la ville aux sept ksours à l’architecture unique, regorge de potentialités patrimoniales et archéologiques de portée nationale et universelle, mais surtout d’une tradition artisanale ancestrale et d’un patrimoine culturel aussi riche que diversifié, souligne l’étude qui déplore l’absence de politiques urbaines et patrimoniales à même de préserver cette richesse.

Le défi pour Figuig, relativement isolée des côtes et de la capitale de l’Oriental, Oujda, est donc de concilier les avantages d’une économie à l’échelle humaine respectueuse de son environnement, telle que voulue et pratiquée par les populations locales, avec les exigences du développement durable: lutte contre la pauvreté, développement des énergies renouvelables et introduction des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Les questions de la réhabilitation et la réutilisation du patrimoine architectural, historique et cultuel des Ksours ne peuvent être traitées distinctement, mais devront plutôt tenir compte de la réintégration socio-économique et présenter des aspects de faisabilité dans le cadre d’un plan de développement durable qui pourrait aboutir à un modèle pilote pour les autres villes oasis de la région présaharienne.

Cette parution est ainsi une étude approfondie d’un cas de conservation du patrimoine humain, artistique et culturel marocain, doublée d’une véritable ode à la beauté des villes oasiennes, à travers de somptueuses photographies.

more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Le Maroc premier de la zone MENA en énergies renouvelables ...

Le Maroc premier de la zone MENA en énergies renouvelables ... | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Selon l'indice Arab Future Energy Index (AFEX), le Maroc est classé premier parmi les pays 'arabes' en matière d'efficacité énergétique et de progrès dans les énergies renouvelables, suivi de la Jordanie et de l'Egypte.
more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Cancer du cerveau : trois fois plus de risque à long terme à cause des téléphones portables

Cancer du cerveau : trois fois plus de risque à long terme à cause des téléphones portables | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Une étude suédoise, publiée fin septembre dans la revue "International Journal of Oncology", démontre une multiplication par trois des risques de tumeur du cerveau, au-delà de vingt-cinq ans d'utilisation de téléphones portables et de téléphones...
more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Le Maroc s'intéresse à l'ensemble des OMD - LE MATiN

Le Maroc s'intéresse à l'ensemble des OMD - LE MATiN | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Amine REGBA's insight:

La Journée mondiale de l'habitat, célébrée le premier lundi d'Octobre de chaque année, constitue une opportunité pour le monde entier, comme pour le Maroc, de réfléchir sur l'état des villes et le droit fondamental de tous à un logement adéquat. Placée cette année sous le thème de «La mobilité urbaine», cette journée rappelle au monde entier sa responsabilité collective pour l'avenir de l'habitat humain.

Au Maroc, on peut dire qu'au-delà des grands chantiers structurants enclenchés, la promotion du secteur de l'habitat aux côté de l'armature urbaine nationale et régionale affichent une dynamique soutenue, en vue de remédier aux différentes distorsions du système urbain, promouvoir la compétitivité territoriale et garantir les conditions d'une vie décente pour tous les citoyens, dans le cadre d'un développement durable et inclusif.

more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Le FMI content des augmentations des prix des carburants au Maroc - Lemag

Le FMI content des augmentations des prix des carburants au Maroc - Lemag | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Amine REGBA's insight:

 Le FMI s’est dit félicité, de la décision du gouvernement d’Abdelilah Benkirane, d’appliquer le régime de l’indexation partielle des prix des carburantssur les cours mondiaux du pétrole et qui a engendré une hausse des prix à la pompe, qui pénalise d’avantage le pouvoir d’achatsdes marocains. 

more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Le Maroc va se doter d’une (encore modeste) assurance chômage

Le Maroc va se doter d’une (encore modeste) assurance chômage | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Amine REGBA's insight:

Une "Indemnité de perte d’emploi" va être créée au Maroc d’ici la fin de l’année. Le patronat a donné, fin août, son accord définitif à son fonctionnement. Son financement reposera sur des cotisations sociales. Cet accord peu ambitieux, est néanmoins une première. Il doit permettre à environ 50 000 chômeurs de recevoir, au maximum, une indemnité équivalente au salaire minimum pendant 6 mois.

C’est une première dans l’histoire économique du Maroc, un vieux serpent de mer devenu une réalité. Le pays va se doter d’une assurance chômage, à l’issue des négociations ces derniers mois entre le gouvernement du premier ministre Abdelilah Benkirane, la Confédération générale des entreprises du Maroc(CGEM, le patronat marocain). Ce projet devra encore être traduit dans la loi.

"Le gouvernement doit à présent rendre opérationnelle l’Indemnité de perte d’emploi (IPE). L’objectif est de la voir mise en œuvre dès le 1er janvier 2014", affirme Jamal Belahrach, président de la commission emploi à la CGEM, et par ailleurs PDG de Manpower au Maroc.

 

Le 23 août 2013, la confédération patronale donnait enfin son accord définitif à l’embryon de la première assurance chômage du Maroc. "Nous évaluons à 50 000 ou 60 000 le nombre de personnes concernées dans un premier temps", estime-t-il.

CGEM ET SYNDICATS D’ACCORDS

Le gouvernement a accepté les deux conditions exigées par la CGEM : passer de 250 millions à 500 millions de dirhams (22,4 à 44,8 millions d’euros) la somme avancée par l’État pour éviter que le système ne se retrouve immédiatement déficitaire, et "associer l’indemnité à un programme d’accompagnement du chômeur par l’Anapec (Agence nationale de promotion de l'emploi et des compétences) pour trouver un nouvel emploi", insiste Jamal Belahrach.

Fin juillet, le projet de l'Indemnité pour perte d'emploi (IPE) a été approuvé par le Conseil d'administration de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), présidée par le ministre de l'Emploi et de la formation professionnelle, Abdelouahed Souhail.

Les cinq centrales syndicales marocaines (CDT, FDT, UGTM, UMT et UNTM) sont, elles, acquises au principe de l’IPE depuis l’accord du 26 avril 2011. "Nous avions donné notre accord au gouvernement précédent. Depuis, nous n’avons pas été consultés sur le sujet, par le gouvernement Benkirane", souligne Mbarek Mouataoukil, membre du bureau exécutif de la Confédération démocratique du travail (CDT).

Depuis novembre 2011, le gouvernement du Maroc est constitué d’une coalition menée par le Parti de la justice et du développement (PJD), formation islamiste qui avait lors de la campagne électorale mis en avant les thèmes sociaux, mais encore avec peu d'actions législatives concrètes.

L’ÉTAT POSE 500 MILLIONS DE DIRHAMS

Selon le mécanisme arrêté pour l’IPE, le salarié qui aura perdu involontairement son emploi recevra l’équivalent de 70% de son salaire mensuel moyen des 36 derniers mois, plafonné à hauteur du Smig (actuellement de 12,24 dirhams de l'heure soit 1,10 euro pour les secteurs de l'industrie, du commerce et des services), pendant un maximum de 6 mois. En d’autres termes, cela signifie que dans le meilleur des cas, le chômeur recevra 2333,76 dirhams  (209,37 euros) pendant 6 mois.

La caisse qui versera les indemnités sera pourvue grâce à une double cotisation de 0,19% à la charge des salariés et 0,38% pour les entreprises, en plus du fonds d’amorçage public de 500 millions de dirhams. "Cette formule sera testée pendant trois ans puis réévaluée", annonce le représentant de la CGEM.

LES COTISATIONS N’AUGMENTERONT PAS

À ceux qui reprochent à l’IPE son manque d’ambition, le président de la commission emploi à la CGEM rappelle que "la plus belle des mariées ne peut donner que ce qu’elle a. Pour le Maroc la création de cette indemnité est historique." Le patronat n’envisage pas de revoir à la hausse sa participation à la caisse de l’IPE, même à l’avenir. "Nous ne pourrons dépasser les 0,38% que si les charges patronales baissent", indique-t-il. 

"Nous avions proposé que les charges salariales dévolues aux retraites prélevées sur les pensions des retraités ne leur soient pas rendues, comme c’est le cas aujourd’hui, mais soient versées à la caisse de l’IPE, mais personne n’a accepté", regrette le syndicaliste. Pour lui, il sera "difficile de demander un cotisation supérieure aux salariés. Lorsqu’ils touchent le SMIG, ils n’ont déjà pas assez de revenus pour faire face à toutes les dépenses du quotidien."

more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

ONEE : 16.9 milliards de DH d'investissements dans l'eau potable

ONEE : 16.9 milliards de DH d'investissements dans l'eau potable | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Amine REGBA's insight:

Face aux besoins croissants en eau potable, l'office ambitionne de débourser 12,4 milliards de DH pour les zones urbaines et 4.5 milliards pour le rural. Les principales villes du Royaume verront leur accès à l'eau potable renforcé d'ici 2016. Le dessalement est l'une des solutions privilégiées.

more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Couverture du milieu rural en eau potable et en électricité: des taux respectifs de 93% et 98% en 2012 au Maroc

Les taux d'accès à l'eau et à l'électricité en milieu rural ont atteint respectivement 93% et 98% en 2012, grâce au programme d'électrification et d'alimentation en eau potable des zones rurales, a annoncé, lundi à Rabat, le directeur général de l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE), Ali Fassi Fihri.

Amine REGBA's insight:

Les taux d'accès à l'eau et à l'électricité en milieu rural ont atteint respectivement 93% et 98% en 2012, grâce au programme d'électrification et d'alimentation en eau potable des zones rurales, a annoncé, lundi à Rabat, le directeur général de l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE), Ali Fassi Fihri.

"Ces réalisations ont été rendues possibles grâce à des investissements importants dans le domaine de la production de l'eau et de l'électricité", a précisé à la presse M. Fihri, avant la tenue de la 1ère session du Conseil d'administration de l'Office.

"La demande grandissante pour l'eau et l'électricité observée durant l'été 2012 et 2013 a été satisfaite dans les meilleures conditions, grâce aux investissements engagés dans ce domaine", s'est réjoui M. Fihri.

Il a également fait savoir que cette réunion sera une occasion pour présenter le plan d'action 2013-2017, où des investissements importants seront programmés afin de couvrir les besoins des milieux urbain et rural. Ces investissements portent sur la production d'électricité et de l'eau, ainsi que sur les stations de traitement et d'épuration des eaux usées.

Au cours de l'année 2012-2013, l'Office a bénéficié des prêts internationaux de plus de 18 milliards de dirhams (un dollar équivaut à 8 dirhams), qui ont permis le lancement de plusieurs projets visant notamment, le développement des énergies renouvelables et l'utilisation des eaux usées purifiées dans l'irrigation.

Pour sa part, le chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane, qui présidait cette réunion, s'est réjoui des résultats importants réalisés au niveau de la couverture des besoins en électricité et en eau potable, qui ont permis au Maroc de se faire une place "distinguée" aux niveaux régional et international dans ce domaine.

more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Eau/Electricité: L'ONEE toujours sous perfusion - L'Économiste

Eau/Electricité: L'ONEE toujours sous perfusion - L'Économiste | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Aufait Maroc Eau/Electricité: L'ONEE toujours sous perfusion L'Économiste Seule nouveauté du côté de l'Office national de l'électricité et de l'eau, la première réunion de son conseil d'administration, tenue le 23 septembre à Rabat sous la...
Amine REGBA's insight:

Seule nouveauté du côté de l’Office national de l’électricité et de l’eau, la première réunion de son conseil d’administration, tenue le 23 septembre à Rabat sous la présidence du chef du gouvernement.
Au regard des principaux chiffres sur son activité, l’Office semble bien portant. Ainsi, la puissance installée, bien que faible, est en augmentation de 315 MW. Elle atteint désormais 6.692 MW. Ses ventes d’électricité ont enregistré une progression de 7,4% à 27.561 G 
Wh. Il en est de la distribution qui lui confère la position de leader, 55% de parts de marché avec un portefeuille clients de 4,7 millions d’abonnés. Cela ne suffit pas pour rassurer sur le véritable état de santé de l’Office. Rappelons que les pertes de l’entreprise ont atteint 3,7 milliards de DH en 2011 (cf. L’Economiste du 1er novembre 2012). Peu de certitudes que la situation se soit améliorée depuis. «Il en a toujours été ainsi», regrette un ancien patron de l’Office.  «Ce n’est pas faute d’avoir essayé, mais plutôt absence d’implication forte de l’Etat». Conséquence, les différents plan d’urgence, les mêmes presque pour les différents patrons sont appliqués au minima. La fiabilisation du parc existant, en mettant en place un programme de maintenance et d'amélioration de la gestion des ouvrages hydroélectriques, attend toujours. Et pour combler le gap entre le déficit de production annuelle, estimée à plus de 1.000 MW, et la demande en croissance moyenne de 7% depuis plus d’une décennie, les mécanismes pour une gestion plus efficace de la demande tardent à voir le jour. Sur ce dernier point, le plan baptisé DSM promettant des effets de rentabilité immédiats n’a pas bougé d’un iota. Pourtant, il agirait sur l’amélioration de la marge de réserve. Calcul fait, la puissance écrêtée est de 420 MW, soit l’équivalent de la centrale de Tahadart qui a nécessité plus de trois années de construction et un investissement de 285 millions d’euros. Et puis, on a évoqué en son temps l’imminence d’un contrat-programme et recapitalisation, annoncés comme étape de salut pour l’Office. Le ministre de tutelle sortant, Fouad Douiri, comme jouant les suppléants du DG de l’ONEE, Ali Fassi Fihri, multiplie les explications pour combler le vide. Même au plus fort des pénuries d’eau dans certaines régions du pays, c’est Douiri qui a enfilé les bottes de soldat pour aller au front, jurant la main sur le cœur que «oui, le Maroc connaît une situation de stress mais pas de crise de l’eau potable». Il renvoie aux investissements de 3,3 milliards de DH, réalisés en 2012 pour renforcer la capacité de production de seulement 2,2 m3/seconde, la portant à 54,6 m3/s. On est encore bien loin des 200 milliards nécessaires et annoncés d’ici à 2030 pour répondre à la demande. A partir de là, l’on nous ressasse la stratégie de l’eau qui prévoit de disposer de 5 milliards de mètres cubes supplémentaires par an dont la moitié, soit «2,5 milliards provenant des économies de consommation et de réhabilitation des canaux et réseaux de distribution».
B. T.

more...
No comment yet.
Scooped by Amine REGBA
Scoop.it!

Gabon : l'Etat veut réduire les 22 milliards FCFA dépensés en eau et électricité

Gabon : l'Etat veut réduire les 22 milliards FCFA dépensés en eau et électricité | L'Environnement  et le Développement Durable | Scoop.it
Le gouvernement gabonais, en partenariat avec l'Organisation internationale de la Francophonie, organise depuis mardi et ce jusqu'à jeudi un séminaire à Libreville dont le thème porte...
Amine REGBA's insight:

Le gouvernement gabonais, en partenariat avec l’Organisation internationale de la Francophonie, organise depuis mardi et ce jusqu’à jeudi un séminaire à Libreville dont le thème porte sur « La maîtrise des dépenses d’eau et d’électricité dans le secteur public ». Le Gabon dépense actuellement 22 milliards FCFA par an pour régler les factures liées à la consommation d’eau et d’électricité dans les bâtiments publics

more...
No comment yet.