L'enseignement dans tous ses états.
21.6K views | +0 today
Follow
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Refondation de l’école : vers la fin des « ZEP » ?

Refondation de l’école : vers la fin des « ZEP » ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

La déla­bel­li­sa­tion de l'éducation prio­ri­taire figure en fili­grane sur la feuille de route fixée par François Hollande pour refon­der l'école. Mais la pro­po­si­tion sus­cite l'inquiétude dans le milieu enseignant.

 

ZEP, RAR, Eclair... Les labels des zones d'éducation prio­ri­taires pour­raient dis­pa­raître pro­chai­ne­ment. C'est ce que pré­co­nise le rap­port issu de la concer­ta­tion sur la refon­da­tion de l'école, conforté par le dis­cours de François Hollande pro­noncé le 9 octobre à la Sorbonne. Mise en place en 1981 par le ministre (PS) de l'Education Alain Savary, l'éducation prio­ri­taire vise à lut­ter contre l'échec sco­laire et à « don­ner plus à ceux qui en ont le plus besoin ». Problème : ces dis­po­si­tifs n'ont pas démon­tré leur effi­ca­cité, comme le rap­pelle la der­nière enquête annuelle de l'OCDE qui pointe notam­ment un décro­chage sco­laire « pré­oc­cu­pant » en France.

François Hollande dans son dis­cours le 9 octobre rap­pe­lait que « le sys­tème éduca­tif a accu­mulé les dis­po­si­tifs, sou­vent résu­més à autant d'acronymes plus ou moins heu­reux : ZEP, Eclair, ZRR et bien d'autres. Et ce fai­sant, la 'label­li­sa­tion' n'a pas tou­jours su éviter le piège de la stig­ma­ti­sa­tion (...) Nous n'avons pas tou­jours su bien trai­ter, dans leur diver­sité, les dif­fi­cul­tés ter­ri­to­riales. » Le Président pro­pose une autre approche : « une aide per­son­na­li­sée » aux établis­se­ments, en fonc­tion de leurs « spé­ci­fi­ci­tés ter­ri­to­riales, sco­laires et sociales », avec la volonté d'« affec­ter dans les ter­ri­toires en dif­fi­cul­tés des ensei­gnants expé­ri­men­tés, sur la base du volontariat ».

Marc Douaire, pré­sident de l'Observatoire des zones prio­ri­taires (OZP), s'agace : « de juillet à sep­tembre, notre groupe de tra­vail sur l'éducation prio­ri­taire, com­posé de 70 per­sonnes (élus, ensei­gnants, parents...), s'est réuni six fois. A aucun moment nous n'avons prôné la déla­bel­li­sa­tion, à croire que les auteurs du rap­port n'ont pas lu nos tra­vaux. » Considérant que l'aide per­son­na­li­sée reste « floue », Marc Douaire sou­haite plu­tôt une sim­pli­fi­ca­tion des quelque 1100 réseaux actuels et « une mise en cohé­rence entre la carte de l'éducation prio­ri­taire et la poli­tique de la ville (les zones urbaines sen­sibles) ». Il ajoute : « il est para­doxal qu'on veuille sup­pri­mer les ZEP alors qu'Emmanuel Valls veut mettre en place des zones de sécu­rité prio­ri­taires (ZSP).»...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Philippe Meirieu : « Les écoles sont souvent des espaces fourretout construits à la vavite » - VousNousIls

Philippe Meirieu : « Les écoles sont souvent des espaces fourretout construits à la vavite » - VousNousIls | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
L’organisation de l’espace de transmission des savoirs joue un rôle important dans la réussite éducative. Mais en dépit de quelques initiatives, les établissements et les salles de classe conservent en France un schéma « classique ».

L'organisation idéale ? Témoignage de prof et conseils du péda­gogue Philippe Meirieu.

 

Une école pri­maire avec des élèves mais sans salles de classe. La Suède a tenté l'expérience, à Stockholm, avec l'aide d'une agence d'architecture et de design danoise. Vu de France, le concept paraît sau­grenu : une « mon­tagne bleue » comme cour de récréa­tion, une « grotte » pour réflé­chir, un « vil­lage » pour tra­vailler en petits groupes... Selon la direc­trice, cette école gra­tuite et numé­rique laisse libre cours à la créa­ti­vité et à la curio­sité des enfants.

En France, l'architecture sco­laire repose essen­tiel­le­ment sur une concep­tion héri­tée des années 1960. Beaucoup d'écoles ont été construites pour pal­lier l'explosion démo­gra­phique, dans un contexte où la loi Berthoin (1959) a pro­longé la sco­la­rité obli­ga­toire jusqu'à 16 ans. « Malgré des efforts depuis la décen­tra­li­sa­tion », note Philippe Meirieu, pro­fes­seur en sciences de l'éducation à l'université Lumière-Lyon 2, « les archi­tectes n'ont pas suf­fi­sam­ment tra­vaillé avec les péda­gogues. Le modèle de l'école com­mu­nale et du col­lège Pailleron, en forme de paral­lé­lé­pi­pède rec­tangle, est devenu obso­lète sans qu'il ne soit remis en cause. » En revanche, les écoles construites sous Jules Ferry repo­saient sur une concep­tion archi­tec­tu­rale struc­tu­rée : « les grands lycées pari­siens sont une com­bi­nai­son des monas­tères et des casernes, de plus il y avait un pro­jet scolaire. »...

more...
No comment yet.
Rescooped by Vincent DUBOIS from Enseigner l'Histoire-Géographie
Scoop.it!

Comment parler d’Europe à ses élèves ? - analyse critique des programmes actuels, idées

Comment parler d’Europe à ses élèves ? - analyse critique des programmes actuels, idées | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Bien que l’éducation à la citoyenneté figure dans les programmes du primaire et du secondaire, les profs manquent d’une formation suffisante pour enseigner l’Europe à leurs élèves. Pour autant, certaines initiatives fonctionnent.

 

Ça sert à quoi l'Europe ? » « C'est quoi les 27 ? » « Et la Grèce, elle va par­tir de l'Union ? » Autant de ques­tions qui res­tent sou­vent sans réponse à l'école. Selon le rap­port « Citizenship Education in Europe », réa­lisé par le réseau Eurydice pour la Commission euro­péenne, les profs n'ont pas la for­ma­tion néces­saire en France pour for­mer leurs élèves à la citoyen­neté, ni leur par­ler de l'Europe. Fanny Dubray, vice-présidente de l'association Mouvement euro­péen – France (ME-F) le confirme : « Il y a un défi­cit de for­ma­tion et d'outils péda­go­giques, l'Europe est abor­dée super­fi­ciel­le­ment à l'IUFM. »Les pro­grammes sco­laires sont égale­ment cri­ti­qués par les euro­philes. « Les ensei­gnants se voient impo­ser un cadre de géné­ra­li­tés his­to­riques et géo­gra­phiques sans rap­port avec les pré­oc­cu­pa­tions des élèves », cri­tique Nicole Lucas, pro­fes­seure agré­gée et doc­teure en his­toire contem­po­raine à l'Université de Bretagne Occidentale (UBO). « On ne parle pas assez d'Europe et quand on le fait, cela reste très abs­trait. Les manuels ont une vision trop juri­dique et ins­ti­tu­tion­nelle, ça n'a pas de sens à l'école. »....


Via alozach
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Précaires de l’Education nationale : le Snes-FSU demande un plan de titularisation - VousNousIls

Précaires de l’Education nationale : le Snes-FSU demande un plan de titularisation - VousNousIls | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Dans une lettre ouverte, le Snes-FSU a interpellé les candidats à l'élection présidentielle sur la situation des précaires de l'Education nationale et a réclamé un grand plan de titularisation.
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education : le projet 2012 de l’UMP

Education : le projet 2012 de l’UMP | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le parti présidentiel a dévoilé, mardi 29 novembre, les principales mesures en matière d’éducation de son projet 2012 lors de la deuxième convention nationale de l’UMP.

...

En matière d'éducation, le parti pré­si­den­tiel sou­haite « mettre en place une mesure qui inter­dit à tout élève d'entrer au col­lège sans savoir lire, écrire ou comp­ter et prône un accom­pa­gne­ment per­son­na­lisé pour les écoliers en dif­fi­cul­tés ». L'UMP pré­co­nise égale­ment « plus d'autonomie pour les direc­teurs d'écoles, de col­lèges et de lycées dans la ges­tion du bud­get » et du pro­jet péda­go­gique, mais égale­ment plus de liberté vis-à-vis des ensei­gnants en matière d'« évaluation, de recru­te­ment et de rem­pla­ce­ments tem­po­raires ». Autre mesure pro­po­sée : « une pré­sence accrue des ensei­gnants dans l'établissement sous forme de cours, d'accompagnement ou encore de tuto­rat, moyen­nant une meilleure rému­né­ra­tion, l'allongement de la durée de l'année sco­laire et une réduc­tion des vacances d'été ». En consé­quence, l'UMP envi­sage un allè­ge­ment de la jour­née de cours pour les élèves. Le parti plaide égale­ment pour une ouver­ture de l'apprentissage dès 14 ans et la fin du col­lège unique...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Faire travailler les élèves l'été, est-ce vraiment utile ? - VousNousIls.fr

Faire travailler les élèves l'été, est-ce vraiment utile ? - VousNousIls.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Faire travailler les élèves l'été, est-ce vraiment utile ?VousNousIls.frLes grandes vacances sont arrivées. Pour une majorité d'élèves, elles sont synonymes de jeux en plein air, de baignades, mais aussi de la corvée des devoirs de vacances.

 

Pour beau­coup de parents, les devoirs pen­dant les vacances d'été sont une bonne chose : ces exer­cices consti­tuent un élément ras­su­rant, qui per­met­tra à leur enfant de se main­te­nir à niveau ou si besoin, de rat­tra­per les lacunes accu­mu­lées en cours d'année. Ils sont égale­ment un moyen pour les parents de se rendre compte de ce que doit savoir leur enfant à son âge. Le suc­cès des cahiers de vacances ne se dément d'ailleurs pas : en 2011, il s'en est vendu près de quatre mil­lions ! Mais la réa­lité montre que peu d'enfants sont assi­dus avec les cahiers : ceux qui les ter­minent sont, en géné­ral, de bons élèves qui prennent les exer­cices comme un passe-temps.

 Chez les ensei­gnants, le sujet fait débat. Certains encou­ragent à tra­vailler pen­dant les vacances mais la majo­rité s'interroge cepen­dant sur l'utilité et l'efficacité d'exercices rabâ­chés pen­dant l'été et pré­co­nise une vraie période de repos. Pour Valérie Sipahimalani, secré­taire natio­nale res­pon­sable du lycée au sein du Snes, « il ne faut pas impo­ser à l'enfant de devoirs d'été. Ces vacances sont un moment de repos et de détente qu'il faut savoir pré­ser­ver. On ne peut pas com­bler des lacunes accu­mu­lées en fai­sant des devoirs de vacances. Il vaut mieux souf­fler un peu. La pres­sion sco­laire est grande et l'enfant a par­fois besoin de se libé­rer d'un poids »...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Quel « dress code » pour les profs ? - VousNousIls

Quel « dress code » pour les profs ? - VousNousIls | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les enseignants, comme toutes les professions, ont un code vestimentaire qui leur est propre. Comment s’habiller quand on débute ? Peut-on se permettre d’être excentrique sans risquer de troubler l’attention des élèves ?

Qui fait le dress code, les profs ou les élèves ? Décryptage et témoignages.

 

L'habit ne fait pas le moine. Et pour­tant... De la même manière que les avo­cats portent une robe, que les mili­taires arborent un képi ou que les com­mer­ciaux ne quittent pas leur cos­tume cra­vate, les ensei­gnants pré­sentent des carac­té­ris­tiques ves­ti­men­taires com­munes. Leur repré­sen­ta­tion au cinéma suf­fit pour s'en convaincre : cha­cun se sou­vient du look sur­anné des ensei­gnants dans le film « PROFS », de l'enseignante bran­chée incar­née par Michelle Pfeiffer dans « Esprits rebelles » ou encore du style passe-partout d'Isabelle Adjani dans « La jour­née de la jupe ». Certains traits sont gros­sis jusqu'à la cari­ca­ture, mais « toutes les pro­fes­sions ont un dress code », affirme Christia Lopez, consul­tante en images et direc­trice de la société de conseil Colorstyle.

Chez les ensei­gnants, précise-t-elle, j'ai pu consta­ter une cer­taine décon­trac­tion. Ils ne sont jamais très apprê­tés, ce qui cor­res­pond à leur public jeune ». Si la plu­part portent un jean et des vête­ments « de tous les jours », Christia Lopez indique que des dif­fé­rences appa­raissent, selon les établis­se­ments, les dis­ci­plines ensei­gnées et les degrés sco­laires.
« Les tenues seront plus ludiques et colo­rées chez les ensei­gnants du pri­maire qui tra­vaillent avec des enfants. » Quant au style rétro voire ana­chro­nique, il serait de plus en plus rare. « J'ai connu un pro­fes­seur qui por­tait à l'occasion un nœud papillon, mais ça reste rare et je ne connais aucun prof homme qui porte des pan­ta­lons en velours ! », insiste Mélusine, ensei­gnante de fran­çais au col­lège et auteur du blog « Journal d'une mau­vaise prof ». Dans un sujet consa­cré au dress code des ensei­gnants en ZEP, l'émission « Personne ne bouge » sur Arte rap­pelle d'ailleurs, avec humour, qu'associer veste en velours élimée aux coudes, ser­viette en cuir, Clarks mar­rons et lunettes rondes, génère « un combo res­pon­sable de l'échec scolaire »....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les étudiants québécois nus dans la rue contre la hausse des frais de scolarité

Les étudiants québécois nus dans la rue contre la hausse des frais de scolarité | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Plusieurs milliers d'étudiants québécois ont défilé jeudi soir nus dans les rues de Montréal, pour protester contre la hausse des frais de scolarité.

 

A l'image des ensei­gnants fran­çais ayant posé nus pour un calen­drier pour dénon­cer le "dépouille­ment" de l'école, les étudiants qué­bé­cois ont mani­festé pour beau­coup presque entiè­re­ment nus à Montréal, dans la soi­rée de ce jeudi 7 juin.

Ils étaient entre deux et trois mille à mani­fes­ter au son de cas­se­roles, pour pro­tes­ter contre une hausse pré­vue de 82% des frais de sco­la­rité pour les étudiants. "82% c'est ça qui est indé­cent", dénon­çait l'une des pan­cartes bran­dies par les manifestants....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Hollande sur l'éducation : priorité aux écoles maternelles et primaires

Hollande sur l'éducation : priorité aux écoles maternelles et primaires | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
François Hollande a détaillé dimanche au Bourget les principales mesures de son programme pour l'éducation, axé en priorité sur les écoles maternelles et primaires.

 

Le can­di­dat socia­liste a pro­mis de "faire de l'éducation une grande cause natio­nale", déplo­rant que 150 000 "vic­times de l'échec sco­laire" sortent chaque année de l'école "sans diplôme, sans qualification". Il s'est engagé à divi­ser ce nombre par deux au cours de son man­dat, s'il était élu en mai. La prio­rité "ira aux écoles mater­nelles et pri­maires parce que c'est là que beau­coup se joue et que les pre­miers retards se pré­cisent", selon le can­di­dat socialiste....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Exposition : 100 affiches pour le droit à l’éducation - VousNousIls

Exposition : 100 affiches pour le droit à l’éducation - VousNousIls | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
En partenariat avec l’UNESCO, 4tomorrow organise du 8 au 11 décembre une exposition de 100 affiches pour le droit à l’éducation.

 

Aujourd'hui, plus de 121 mil­lions d'enfants ne vont pas à l'école pri­maire. Même dans les pays où l'éducation est acces­sible à tous, le taux d'analphabétisme reste incroya­ble­ment élevé. En France, l'illettrisme est deve­nue une "cause natio­nale", avec 3,1 mil­lions de per­sonnes ne sachant ni lire, ni écrire, ni compter.

Pour Irina Bokova, direc­trice géné­rale de l'UNESCO, ce pro­jet est "une façon de lan­cer un mes­sage fort de soli­da­rité, de sou­li­gner l'importance de l'éducation qui rend plus fort chaque enfant, fille ou gar­çon, chaque homme ou femme, de leur per­mettre de vivre digne­ment et de par­ti­ci­per plei­ne­ment au monde qui les entoure."

more...
No comment yet.